Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 27. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse [1805, 15 et 16 avril]1. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B1-11.

Tableau de la famille Duméril ou Cloquet. – Occupations de Bretonneau à Paris.

Lundi, 5 heures du matin.

Je voudrais te peindre un charmant tableau ; je vis hier un père et une mère entourés de leurs enfants, ils paraissaient n’en être que le frère ou la sœur aînés, tant chacun y exprimait librement son avis. Le père avait été souvent la dupe d’un cœur trop généreux, on parlait des erreurs dans lesquelles il était tombé et qui avaient été une suite de son caractère.

L’épigramme volait de bouche en bouche, elle était telle que je ne sais comment le père le plus sévère aurait fait pour s’en fâcher. La gaîté animait leurs saillies, l’esprit y pétillait, mais loin d’y laisser paraître l’ombre du reproche, ils disputaient avec leur mère du soin d’adoucir l’amertume de ces souvenirs. Le rire était sur leurs lèvres et leurs yeux se remplissaient des larmes de l’attendrissement au souvenir de l’ingratitude dont leur père avait été la victime. J’espérais mieux...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search