Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 13. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Jean-Baptiste Cloquet 1802, 18 août. – Chenonceaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BM Tours : Ms 1444, Lettre 10.

Occupations de Bretonneau. – Affaire juridique. – Nouvelles d’amis.

Chenonceaux, le 18 août 1802.

Je venais de vous écrire, mon cher bon ami, lorsque j’ai reçu votre lettre du mois de prairial1. Je me plaignais si vivement de l’inquiétude que me causait votre silence prolongé que je crus devoir supprimer ma lettre, les bonnes nouvelles que vous me donniez de vous et de votre famille dissipant toutes mes craintes.

Je remis à vous répondre sous quelques jours, bien éloigné de penser qu’il me faudrait encore l’aiguillon de l’inquiétude pour me forcer de m’informer de votre santé et de votre situation actuelle, c’est-à-dire de tout ce qui nous intéresse le plus vivement au monde. Vous voyez, mon cher maître, que c’est toujours un motif personnel qui me place la plume entre les doigts. D’après cela, serez-vous assez bon pour avoir pitié d’une inquiétude si bien méritée. Réellement, en nous donnant tout de suite de vos nouvelles, vous feriez une œuvre généreu...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search