Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 7. De Jules César Savigny à Pierre-Fidèle Bretonneau 1802, 18 février. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 190.

Excuses de Savigny et demande de nouvelles.

Paris, ce 29 pluviôse an X.

Tu dois donc m’accuser d’ingratitude ou au moins de négligence, mon cher Bretonneau : notre ami commun, Duméril, n’a point reçu la lettre que je lui adressais pour toi.

J’avais toujours conservé l’espoir de te retrouver à Paris. Ton goût pour les sciences, tes talents, ton génie, une réputation prochaine, tout me semblait devoir t’y fixer. C’eût été pour moi une bien douce jouissance, après une absence si longue, si pénible, de te revoir enfin, de t’embrasser, de te presser contre mon cœur. J’ai appris que tu étais marié, parle de moi à ton épouse. Tout ce que tu aimes m’est bien cher. Comme elle doit être heureuse !

Puisse-t-elle te rendre toi-même aussi heureux que tu le mérites. Donne-moi vite de tes nouvelles. Songe bien que tu es toujours mon meilleur, je dirais presque, mon unique ami. Je t’embrasse de toute mon âme.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search