Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 3. D’André Marie Constant Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1801, 22 août. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 186-189.

Explications de Duméril sur l’annulation de son mariage. – Nouvelles de quelques amis communs.

Paris, le 4 fructidor an IX.

Votre lettre m’a fait grand plaisir, mon bien bon ami. Votre silence m’inquiétait : je craignais que vous ne me boudassiez. C’est avec peine que j’ai appris la maladie de monsieur votre père, heureusement que vous avez pu lui être utile. C’est une consolation bien douce dans le chagrin, j’espère qu’il est maintenant entièrement rétabli. Obeuf et M. Cloquet m’avaient donné de vos nouvelles. Le premier a subi son premier examen, il s’en est parfaitement tiré ; mais il y a plus de quinze jours que je ne l’ai vu. Guersant est ici, il croyait vous y trouver ; il subit le 9 son premier examen1. Votre affaire a fait un bien infini, c’est un malheur qui sera très utile ; depuis ce moment on n’en a refusé aucun, et il y a presque toujours quinze examens par décade2. M. Carr ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search