Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 2. De Jean-Baptiste Cloquet à Pierre-Fidèle Bretonneau 1801, 8 août. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 183-186.

Rupture des fiançailles de Duméril. – Quelques nouvelles de la famille de Cloquet et des amis de Bretonneau.

Paris, 20 thermidor an IX.

Le plaisir que j’ai à vous répondre1, monsieur et madame, l’emporte enfin sur ma paresse, causée peut-être par la difficulté que j’ai à écrire, et surtout quand ma femme2 exige aussi que je sois son secrétaire : c’est alors que je sens combien la facilité épistolaire de Mme Bretonneau me serait utile3. Nous commencions à être inquiets de votre voyage, lorsque M. Obeuf4 a eu la complaisance de nous apporter votre lettre, ce qui nous a tranquillisés et fait grand plaisir.

L’ennui que vous avez éprouvé où généralement tout le monde s’amuse, aurait pu être modifié par la réminiscence de la gaillote de Poissy5. Je vous conseille, tout docteur que vous êtes, d’user quelquefois de ce minoratif ; je crois que vous vous en trouverez moins mal. D’ailleurs votre peu...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search