Versione classicaVersione mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

I. La correspondance de Bretonneau de la reconstruction aux éditions

Chapitre 2. Analyse du corps : diversité des scripteurs, des sujets et des enjeux

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

Bretonneau et ses secrétaires

Dès la première lettre du jeune Pierre-Fidèle Bretonneau à son père, en 1795, les caractères généraux de son écriture étaient fixés et, quels que fussent les efforts qu’il employa, ils ne changèrent pas. Bretonneau, s’il n’avait pas une écriture illisible, faisait cependant d’importantes fautes d’orthographe (« citoyene », « regrete » (novembre 1795), « bisare » (février 1815), etc.) qui nuisent parfois à la compréhension de ses lettres. Certaines règles d’orthographe n’étaient certes pas encore fixées à cette époque, mais il avouait lui-même ce défaut qui, par ailleurs, tendit à s’estomper avec les années.

Les noms propres posent particulièrement problème tout au long de la correspondance, puisque Bretonneau les écrit souvent – du moins au début de la correspondance – phonétiquement (« delile » pour « de Lille », « almagne » pour Allemagne, même les noms de ses amis, comme Cottereau qu’il écrit avec un seul t). Si ces noms sont, la plupart du temps, asse...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search