Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

I. La correspondance de Bretonneau de la reconstruction aux éditions

Chapitre 2. Analyse du corps : diversité des scripteurs, des sujets et des enjeux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bretonneau et ses secrétaires

Dès la première lettre du jeune Pierre-Fidèle Bretonneau à son père, en 1795, les caractères généraux de son écriture étaient fixés et, quels que fussent les efforts qu’il employa, ils ne changèrent pas. Bretonneau, s’il n’avait pas une écriture illisible, faisait cependant d’importantes fautes d’orthographe (« citoyene », « regrete » (novembre 1795), « bisare » (février 1815), etc.) qui nuisent parfois à la compréhension de ses lettres. Certaines règles d’orthographe n’étaient certes pas encore fixées à cette époque, mais il avouait lui-même ce défaut qui, par ailleurs, tendit à s’estomper avec les années.

Les noms propres posent particulièrement problème tout au long de la correspondance, puisque Bretonneau les écrit souvent – du moins au début de la correspondance – phonétiquement (« delile » pour « de Lille », « almagne » pour Allemagne, même les noms de ses amis, comme Cottereau qu’il écrit avec un seul t). Si ces noms sont, la plupart du temps, asse...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search