Version classiqueVersion mobile

Jean Zay

 | 
Pierre Allorant
, 
Gabriel Bergounioux
, 
Pascal Cordereix

III. Lire et entendre

Écrire et lire en prison

Claude Mouchard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Zay fut incarcéré d’octobre 1940 jusqu’au 20 juin 1944, jour de son assassinat. En prison, dès qu’il le put, tant qu’il le put, il a écrit.

Très tôt, il a pris des notes dans de petits carnets (qu’il devait dissimuler pour les soustraire aux fouilles).

Dès que ce fut possible, il a écrit des lettres. Il en envoie une par jour à sa femme Madeleine, du moins dans les périodes où ils ne peuvent pas se voir, et quand on ne le lui interdit pas (car il arrive qu’on ne lui permette pas d’écrire plus d’une lettre par semaine). Et il écrit à sa sœur Jacqueline, à son père Léon, et à des amis.

Écrire des lettres, voilà qui est vital, mais qui reste de l’ordre du privé. Cependant, en maints endroits de la correspondance de Jean Zay, on sent le privé et le public s’interpénétrer : ce sont alors des phrases cruciales où, s’adressant en toute intimité à Madeleine ou à Léon, le persécuté invoque, en dénonçant le sort indigne qui lui est fait, la Vérité et la Justice. Contre les juges infâmes qui...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search