Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

À propos des auteurs

Texte intégral

1Lucile Arnoux-Farnoux
Ancienne élève de l’École normale supérieure, Lucile Arnoux-Farnoux est maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours. Ses travaux portent actuellement sur les questions de réception ainsi que sur les transferts culturels entre la Grèce et la France au xxe siècle. Elle a co-dirigé le chapitre « Récits de voyage » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012). Elle a également traduit en français des œuvres d’écrivains grecs contemporains.

2Éric Athenot
Éric Athenot est professeur de littérature américaine à l’université Paris-Est Créteil. Après une thèse consacrée à Robert Lowell, il oriente sa recherche vers le xixe siècle américain et l’œuvre de Walt Whitman. Ses activités de recherche sur ce poète se traduisent par la publication d’une monographie (Walt Whitman, poète-cosmos, Belin, 2002), d’une traduction inédite [Feuilles d’herbe, José Corti, 2008 (1re éd. 1855)] et par la création de la Transatlantic Walt Whitman Association, qui regroupe depuis 2007 chercheurs et étudiants des continents européen et américain. 2015 devrait voir la publication chez José Corti d’un recueil de textes en prose de Walt Whitman (Manuel d’Amérique). Il a également abordé quelques écrivains américains de l’ultra-contemporain (Richard Powers, Rikki Ducornet, Mary Caponegro et Gary Lutz).

3Jean-Louis Backès
Jean-Louis Backès est professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne. Comparatiste, il a étudié principalement la poésie romantique en Europe, les relations entre poésie et musique, la survie des mythes anciens. Traducteur de poésie classique (Homère, Hésiode, Pouchkine, Akhmatova), il s’intéresse à la théorie de la traduction littéraire et aux questions de terminologie comparée. Il a publié entre autres Musique et littérature (Presses universitaires de France, 1994), L’Impasse rhétorique (Presses universitaires de France, 2002), Le poème narratif dans l’Europe romantique (Presses universitaires de France, 2003), Oreste (Bayard, 2005), Le Mythe dans les littératures d’Europe (Éditions du Cerf, 2010).

4Laurence Boudart
Laurence Boudart est actuellement directrice adjointe des Archives & Musée de la Littérature à Bruxelles. Ses principales publications portent sur la littérature belge des xixe et xxe siècles, sur les rapports entre littérature et traduction ainsi que sur le discours scolaire, avec un intérêt particulier, dans les domaines mentionnés, pour les questions identitaires.

5Núria Camps Casals
Núria Camps Casals est actuellement maître de conférences à l’université de Vic. Licenciée en traduction et interprétation, elle a soutenu sa thèse de doctorat sur la réception et traduction française de Verdaguer – La recepció de Verdaguer a França : Traductors i traduccions. Elle est membre du laboratoire de recherche « Textes littéraires contemporains : étude, édition et traduction » dirigé par Ramon Pinyol, de l’université de Vic.

6Philippe Chardin
Philippe Chardin, ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur de littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours et coresponsable du séminaire Proust de l’ITEM. Il a notamment publié Le Roman de la conscience malheureuse (Droz, 1983, repris dans la collection « Titre courant » en 1998), L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne (Droz, 1990), Musil et la littérature européenne (Presses universitaires de France, 1998), Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare (Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2006), a dirigé Roman d’éducation, roman de formation dans la littérature française et dans les littératures étrangères (Kimé, 2007), a co-dirigé L’écrivain et son critique : une fratrie problématique (Kimé, 2014). Il est par ailleurs l’auteur de récits, dont Le Méchant vieux temps (Actes Sud, 2008).

7Yves Chevrel
Yves Chevrel est professeur émérite de littérature comparée à l’université Paris-Sorbonne. Auteur d’ouvrages sur la méthodologie et la pratique de la littérature comparée et sur le naturalisme en tant que mouvement littéraire international. Travaux en cours : co-direction, avec Jean-Yves Masson, d’une Histoire des traductions en langue française en 4 volumes, Paris, Verdier (« xixe siècle », 2012, 1369 p. ; « xviie et xviiie siècles », 2014, 1373 p.).

8Maria del Rosario Alvarez Rubio
María del Rosario Álvarez Rubio est membre du département de philologie anglogermanique et française de l’université d’Oviedo. Ses travaux s’attachent à l’étude des transferts culturels entre la France et l’Espagne au xixe siècle et au début du xxe. Outre son étude Las historias de la literatura española en la Francia del siglo xix (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2007), elle a publié de nombreux articles consacrés à la réception de la littérature française en Espagne dans la presse périodique. Ses recherches actuelles concernent la diffusion des auteurs espagnols en France à travers les traductions, ainsi que la réception diachronique de thèmes littéraires hispaniques.

9Sylvie Humbert-Mougin
Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres classiques, Sylvie Humbert-Mougin est maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours et rattachée à l’équipe ICD (Interactions culturelles et discursives). Ses travaux portent sur la réception des théâtres antiques en Europe (xixe-xxe siècles) et sur la traduction des textes classiques. Elle a publié notamment Dionysos revisité. Les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2003) et co-dirigé le chapitre « Théâtre » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012).

10Claudine Le Blanc
Claudine Le Blanc est maître de conférences en littérature comparée à l’université Sorbonne Nouvelle, ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Ses travaux portent sur les littératures de l’Inde classique et moderne, les formes de l’oralité littéraire, épique et indienne en particulier, ainsi que sur la rencontre entre les littératures indiennes et celles de l’Occident. Elle est l’auteure d’Une littérature en archipel. La tradition orale de La Bataille de Piriyapattana au Karnataka, Inde du sud (Champion, 2005), d’une Histoire de la littérature de l’Inde moderne. Le roman, xixe-xxe siècles (Ellipses, 2006), et de Les livres de l’Inde. Une littérature étrangère en France au xixe siècle (PSN, 2014). Elle a coordonné le chapitre « Une Antiquité nouvelle » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012) et le chapitre « Littératures classiques extra-européennes » de l’Histoire des traductions en langue française. xxe siècle dirigée par Bernard Banoun, Jean-Yves Masson et Isabelle Poulain (à paraître).

11Christine Lombez
Christine Lombez est professeure de littérature comparée à l’université de Nantes et membre de l’IUF où elle dirige actuellement le projet TSOcc (La traduction sous l’Occupation – France, Belgique 1940-1944). Ses domaines de recherches englobent la poésie européenne (de l’Antiquité à nos jours, notamment anglaise, allemande et néohellénique) et l’histoire de la traduction, en particulier poétique, depuis la fin du XVIIIe siècle. Auteure, entre autres, de Transactions secrètes. Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et Hölderlin (Artois Presses Université, 2003) et de La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié duxixe siècle. Réception et interaction poétique, Niemeyer, 2009), elle a également dirigé des ouvrages collectifs (parmi les derniers parus, Traduire en langue française en 1830, Arras, Artois Presses Université, 2012) et signé divers travaux sur la traduction de la poésie européenne en français et sur les poètes-traducteurs. Elle a co-dirigé avec Yves Chevrel et Lieven D’hulst le volume Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 paru aux éditions Verdier en 2012. Son dernier ouvrage (Wer, wenn ich schriee, hörte mich. Volume 5. Rilke, la première élégie) vient de paraître aux Presses universitaires de Bordeaux. [www.christine-lombez.com]

12Éléonore Mavraki
Éléonore Mavraki, PRAG à l’université d’Angers, est l’auteure d’une thèse intitulée Pour une archéologie de la modernité : le récit de fiction à la fin duxixe siècle en France (1879-1902), soutenue en 2003 à l’université Paris IV, qui incluait une étude des œuvres en traduction. Elle s’intéresse principalement aux questions d’intertextualité, aux liens entre production littéraire et idéologies dominantes et aux questions de récriture : « L’hypotexte biblique dans la Chanson de Roland : les réminiscences de l’encens » dans Élisabeth Pinto-Mathieu (dir.), Variations apologétiques de l’écriture du sacré, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; « Fantômes du récit chez La Rochefoucauld », dans Véronique Duché, Madeleine Jeay (dir.), Le récit exemplaire (1200-1800), Paris, Garnier, 2011.

13Fiona McIntosh-Varjabédian
Ancienne élève de l’École normale supérieure, Fiona McIntosh-Varjabédian est professeure de littérature comparée à l’université Lille 3. Elle travaille sur les rapports entre la fiction et la littérature non fictive et plus particulièrement sur l’écriture de l’histoire. Elle a dirigé le chapitre « Historiens » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012). Elle a publié récemment un article sur le statut des citations dans l’Histoire d’Angleterre de David Hume pour la Storia della Storiografia et sur la pensée radicale britannique et française au tournant de la Révolution et son rapport à l’histoire pour Prose Studies. Elle a créé une revue en ligne, Les grandes figures historiques dans les lettres et les arts, qui en est à son troisième numéro, et a édité, avec Marie-Madeleine Castellani, Représenter le pouvoir. Images du pouvoir dans la littérature et les arts (Peter Lang, 2014).

14Denise Merkle
Denise Merkle est professeure de traduction à l’université de Moncton. Elle a co-dirigé plusieurs collectifs, dont Traduire depuis les marges (2008) et The Power of the Pen. Translation & Censorship in Nineteenth-century Europe (2010), et aussi dirigé trois numéros thématiques de TTR. Traduction, terminologie et rédaction : deux sur la censure et la traduction (XV/2 et XXIII/2) et un sur la littérature comparée et la traductologie littéraire (XXII/2). Son champ de recherche principal est le sujet traduisant et les contraintes avec lesquelles il doit composer.

15Claire Placial
Claire Placial est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine et rattachée au Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature. Auteure d’une thèse intitulée Pour une histoire rapprochée des traductions. Étude bibliographique, historique et linguistique des traductions du Cantique des cantiques publiées en langue française depuis la Renaissance soutenue en 2011 à l’université Paris-Sorbonne, elle est spécialiste d’histoire et de théorie des traductions. Elle coordonne la rédaction des chapitres consacrés à la traduction des textes religieux dans les volumes Histoire des traductions en langue française. xviie-xviiie siècles. 1610-1815 (Verdier, 2014) dirigée par Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat et Histoire des traductions en langue française. xxe siècle. 1914-2000 dirigé par Bernard Banoun et Jean-Yves Masson à paraître chez Verdier.

16Irene Weber Henking
Irène Weber Henking est professeure associée en traductologie et directrice du CTL (Centre de traduction littéraire) de l’université de Lausanne. Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire de la traduction littéraire en Suisse, l’analyse de traductions et les théories de la traduction développées à partir du xixe siècle, à la croisée de l’herméneutique, la sociologie et l’histoire. Éditrice responsable des Cahiers du CTL, co-éditrice de la collection « Poésie bilingue », publiée aux Éditions d’en bas à Lausanne et présidente de la fondation du Prix lémanique de la traduction. Depuis 2010, elle dirige un programme de formation professionnelle en traduction au niveau master, désormais ouvert aux langues et littératures allemande, anglaise, espagnole, française, italienne, russe et hindi.

17Frédéric Weinmann
Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’allemand, docteur ès lettres, Frédéric Weinmann est historien de la traduction et des transferts culturels. Après une thèse sur l’importation des romans allemands en France avant 1815, il a publié de nombreux articles sur la théorie et la pratique de la traduction entre le xviiie et le xxe siècle et co-rédigé plusieurs chapitres de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012). Parallèlement, il s’est consacré aux phénomènes de canonisation littéraire à l’époque moderne et écrit plusieurs articles sur les notions de littérature populaire, d’œuvre classique et d’art national. Il prépare actuellement un ouvrage sur le roman autothanatographique contemporain.

18Blaise Wilfert-Portal
Blaise Wilfert-Portal est maître de conférences en histoire contemporaine à l’École normale supérieure (département de sciences sociales). Membre de l’ANR TransNat, il travaille actuellement à une histoire de la traduction en Europe autour de 1900 qui allie reconstitution quantitative, histoire économique et sociale et histoire culturelle. Contributeur aux volumes consacrés aux xixe et xxe siècles de l’Histoire des traductions en langue française, après des années de recherche sur l’histoire de la traduction littéraire en France et de nombreuses contributions sur le sujet, il travaille à replacer l’histoire de la traduction dans le cadre d’une histoire transnationale de la culture en Europe, et plus largement d’une histoire transnationale de l’Europe. Il a publié dans ce domaine à la fois dans Romantisme, les Actes de la recherche en sciences sociales, Ethnologie française et de nombreux ouvrages collectifs.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search