Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Postface. Les « années de l’éveil »

Philippe Chardin

Texte intégral

  • 1 Liliane Brion-Guerry (dir.), L’année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de (...)

1L’année 2013, durant laquelle se sont multipliées les commémorations du centenaire littéraire, parutions de Du côté de chez Swann de Marcel Proust, du Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, d’Alcools d’Apollinaire, naissances d’Albert Camus et de Claude Simon, etc., aurait pu être aussi celle d’une commémoration plus discrète en forme de mise en abyme : cette année 1913, éblouissante dans les arts comme en littérature, est en effet la première qui ait donné lieu, sous la direction de Liliane Brion-Guerry1, à une somme pionnière en matière de coupe synchronique qui a fondé la tradition dans laquelle s’inscrit le présent ouvrage, consacré à 1886 examiné à travers le prisme original des traductions en langue française qui ont paru durant une année particulièrement riche à cet égard, marquée par la grande découverte en France de Schopenhauer et du roman russe et par cette première grande reconnaissance juridique des droits des auteurs étrangers traduits qu’a été la convention de Berne. À la demande de Lucile Arnoux-Farnoux, d’Yves Chevrel et de Sylvie Humbert-Mougin, moi qui ne suis pas tourné de façon spécialisée vers ce champ de recherche mais qui ai pris un grand intérêt aux communications de ce colloque de Tours et à la lecture des articles du livre qui en est issu, souhaiterais tenter de mettre en évidence dans cette postface, à la lumière des résultats obtenus par cette enquête, quelques-uns des mérites méthodologiques d’un type d’investigation qui semble particulièrement bien se prêter à l’approche comparatiste.

  • 2 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française : 1870-1914, Paris, Presses universitaire (...)
  • 3 William Marx (dir.), Les Arrière-garde au xxe siècle : l’autre face de la modernité esthétique, Pa (...)
  • 4 Antoine Compagnon, Les Antimodernes de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005.

2Le choix d’une période étroitement circonscrite dans le temps et d’une catégorie limitée d’ouvrages puisqu’il est justement souligné la faiblesse surprenante du pourcentage (7 % environ) que représentent les traductions par rapport à l’ensemble des livres publiés en français permet d’abord de viser à une certaine exhaustivité, objectif scientifique qui caractérise ce volume : prise en compte de l’ensemble de l’espace francophone ainsi que de traductions venues de toutes les parties du monde, en particulier de l’Asie, et de traductions de toutes natures – alors qu’on aurait par exemple tendance à oublier, plus facilement que quand il s’agit de l’âge classique, l’importance quantitative que garde encore, en cette fin du xixe siècle, la part des traductions de textes religieux ou à ne pas songer à des répartitions assez claires par langue en fonction du type de texte traduit (dominantes allemande pour ce qui est du domaine juridique, anglaise pour ce qui est des sciences, italienne pour ce qui est de la littérature religieuse…). On aurait tendance aussi à négliger les lycées, ces lieux où l’on pratiquait pourtant « massivement » à la fin du xixe siècle (même si l’enseignement secondaire n’était encore fréquenté que par une toute petite minorité d’élèves) la traduction de textes antiques selon des préceptes codifiés qui faisaient se succéder le « mot à mot » et le « bon français ». Les données statistiques présentes dans plusieurs articles évitent en outre de prendre les phénomènes les plus spectaculaires ou les phénomènes qui nous apparaissent comme qualitativement les plus significatifs pour la norme. Ainsi, « la crise allemande de la pensée française », formule rendue célèbre par le titre de l’ouvrage de Claude Digeon2 pour évoquer l’une des principales formes de l’esprit du temps intellectuel en France, ne doit pas masquer, encore ou déjà à cette époque, une nette domination quantitative des traductions venue de l’anglais. Les grandes découvertes nouvelles de cette année 1886 ne doivent pas occulter la reprise d’un « répertoire » plus traditionnel puisque ceux qu’on continue à traduire le plus sont en premier lieu les classiques de la littérature européenne, Shakespeare, Goethe ou Schiller bien qu’aucune des traductions ou retraductions de ces valeurs sûres ne soit passée à la postérité pour ce qui est de cette année-là. En matière de traduction comme en matière de création artistique et littéraire, « l’avant-garde » ne doit donc pas occulter ce que, de façon à demi ironique seulement, William Marx appelle « l’arrière-garde3 » ou Antoine Compagnon les « modernes antimodernes4 ». De telles coupes par année, éclairées par des données statistiques précises, présentent le grand intérêt de restituer cette coexistence de tendances opposées dont la réunion en un lieu et un moment donnés produit des effets de disparate et d’anachronisme qui, en l’occurrence, apparaissent tout simplement comme des « effets de réel » liés à une dimension paradoxale essentielle de la vie intellectuelle et artistique.

  • 5 Pierre Brunel, Danièle Chauvin (dir.), 1939 dans les lettres et les arts : essais offerts à Yves C (...)
  • 6 Vanessa Besand, Discours théoriques et fictions narratives : France/États-Unis (des années 1920 à (...)

3Même si la crise du boulangisme se profile alors en France, cette année 1886, d’apparence paisible, n’est pas de celles qui invitent à mettre immédiatement en rapport les événements politiques et culturels, comme on le fait spontanément pour ces différentes années du xxe siècle qui ont été prises pour autre champ d’investigation dans des études similaires : 1913, 1936 – sujet d’un colloque ultérieur qui s’est également tenu à Tours – ou 1939 – année qui, comme on le sait, ne fut malheureusement pas seulement marquée par cet événement heureux que fut la naissance d’Yves Chevrel auquel il s’agissait aussi en l’occurrence de rendre hommage5 ! Et pourtant, des problématiques politiques apparaissent fréquemment au détour de ces questions de traduction qui mettent toujours en jeu par excellence « l’inquiétante étrangeté » ou la « déroutante familiarité » (ambiguïté du fameux das Unheimliche freudien) du rapport à l’étranger. Au Canada bien entendu, où la concurrence entre le français et l’anglais fut traversée par des tensions dans le domaine des traductions respectives mais aussi en France, à travers surtout le rapport à l’ennemi passé et potentiellement futur, l’Allemagne – qu’on ait affaire à des traductions à visée stratégique en vertu de la devise « connaître l’adversaire pour mieux le combattre » ou qu’il s’agisse de proclamer la supériorité du génie français… par exemple en matière de traduction : au sens littéraire aérien s’opposerait la lourdeur germanique, à la traduction conçue comme apprentissage rhétorique s’opposerait la traduction conçue comme travail d’érudition. Les absences et les méconnaissances peuvent avoir également une signification idéologique implicite : se dessine ainsi à plusieurs reprises ici l’image d’une certaine Troisième République du préjugé envers le reste du monde culturel et littéraire, surtout si celui-ci apparaît comme éloigné et exotique : l’Inde littéraire contemporaine n’existe pas dans la France de 1886 et les États-Unis eux-mêmes, à quelques exceptions près, y existent à peine davantage ; cette condescendance française envers l’inculture américaine supposée perdurera d’ailleurs au xxe siècle beaucoup plus longtemps qu’on ne le croit, ainsi que l’a montré récemment la thèse de Vanessa Besand6.

4Une telle somme d’investigations circonscrites à une seule année – qui n’a naturellement pas été choisie au hasard – a pour autre grand mérite de mettre en évidence, à un moment ponctuel et en un lieu donné, des phénomènes de cristallisation et d’apparition au premier plan de processus créateurs dont la genèse est nettement antérieure. Ainsi, l’ouvrage mémorable du comte de Vogüé, Le Roman russe, représente, durant cette année 1886, non seulement une somme de ses propres travaux antérieurs épars, mais aussi un événement éditorial qui aura cristallisé, à la faveur de traductions nouvelles de Tolstoï et de Dostoïevski, un intérêt pour une littérature étrangère jusqu’alors mal connue qui était allé croissant en France durant les décennies précédentes. Si l’année 1886 apparaît comme l’année du vers libre, c’est parce que se crée alors une constellation notamment constituée dans les librairies françaises de rééditions de Rimbaud, de publications de Jules Laforgue et de traductions de Whitman. Indépendamment du retard des traductions françaises qui ne sera comblé que durant ces années 1880, la diffusion du Monde comme Volonté et comme Représentation de Schopenhauer, même dans les pays de langue allemande, constitue, quant à elle, un singulier exemple d’écart maximal entre le moment de la première parution et le début de la diffusion véritable : une œuvre de l’époque romantique, d’abord publiée en 1818, deviendra, du point de vue de sa réception, un livre fin de siècle.

  • 7 Voir le volume collectif Schopenhauer et la création littéraire en Europe dirigé par Anne Henry, P (...)

5Cristallisation si l’on se place en amont et aussi dissémination en aval. Le succès remporté par les traductions-phares de cette année 1886, Schopenhauer et le roman russe, concourt en effet à cette grande réaction antinaturaliste, anti-objectiviste et même anti-progressiste qu’on fait généralement débuter en 1889 en raison de la parution cette année-là d’œuvres emblématiques de cette réaction comme L’Essai sur les données immédiates de la conscience de Bergson ou comme Le Disciple de Bourget mais qui est déjà largement amorcée en 1886, année durant laquelle est d’ailleurs publié le roman de Zola, L’Œuvre, dans lequel ce « changement d’horizon d’époque » – pour reprendre la terminologie de Jauss – est remarquablement mis en scène dans la fiction à travers la lassitude et le sentiment d’être délaissé par la jeune génération qu’éprouve l’écrivain réaliste Sandoz et à travers la tentation symboliste et décadente qui va s’emparer du peintre « de plein air », Claude Lantier, et causer sa perte. Le conservateur et pieux comte de Vogüé va se servir du modèle du roman russe pour opposer à un réalisme matérialiste et sordide, qui réduirait l’homme à des déterminations sociales et à des instincts animaliers, celui de Zola et de ses disciples, un réalisme charitable tout différent qui, tout en reconnaissant la part de l’existence humaine incarnée dans la vie du corps et dans l’environnement social, ne méconnaît ni l’âme ni la spiritualité, celui des romanciers russes, en particulier de Tolstoï. Et l’affirmation d’apparence subjectiviste selon laquelle « le monde est ma représentation », l’idéalisation de l’ascétisme et du monde de l’art qui permettraient seuls d’échapper à la souffrance de la vie, la détestation de l’idée de progrès, un pessimisme sarcastique et désabusé sont les grands leitmotive que l’on retient d’abord du Monde comme Volonté et comme Représentation7 en réaction à toute une vulgate antérieure qui semblait avoir triomphé en France autour de 1880.

  • 8 George Steiner, Tolstoï ou Dostoïesvki, traduit de l’anglais par Rose Celli, Paris, Le Seuil, 1961

6Ce volume consacré à l’année exemplaire en matière de traduction que fut 1886 abonde en illustrations d’états d’esprit et de pratiques qui semblent situés – puisqu’il est question d’années – à « des années-lumière » des préceptes qui ont peu à peu prévalu et permet disons de mesurer le chemin parcouru, même si l’on se méfie à présent à juste titre, dans un domaine qui touche à l’histoire des mentalités, de la notion de progrès. Conception désinvolte et « interventionniste » à l’extrême du rôle du traducteur : exemples devenus canoniques dans le cas de deux des plus grandes œuvres de la littérature mondiale et de deux écrivains dont George Steiner a d’ailleurs rapproché le génie tragique dans son parallèle Tolstoï ou Dostoïevski8, on estime nécessaire de couper les longueurs jugées insupportables des romans de Dostoïevski de même qu’on expurge encore des traductions de ses pièces les obscénités du théâtre de Shakespeare. On rend à destination des écoliers français plus châtié le langage, plus laïc l’esprit et plus édifiant le dénouement des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain. La mauvaise connaissance de la langue qu’on traduit semble fréquente, qu’il s’agisse de langues mortes ou de langues vivantes. La traduction est d’ailleurs une activité perçue par beaucoup comme suffisamment subalterne pour que certains des meilleurs spécialistes, par exemple de sanskrit, la dédaignent au profit d’autres tâches plus nobles. Leconte de Lisle, attaqué pour ses erreurs de médiocre helléniste, se perçoit, quant à lui, comme un interprète, pas comme un vulgaire traducteur, et assimile volontiers à son œuvre poétique propre ses traductions des tragiques grecs ; le style inimitable de son Homère « défamiliarisé » émerveillera en tout cas suffisamment Marcel Proust pour que celui-ci, alors en seconde au lycée Condorcet et amené à traduire des œuvres latines et grecques qui ont laissé plus d’une trace dans son œuvre, fasciné par Leconte de Lisle (qui pourrait bien être l’un des modèles peu connus de l’écrivain Bergotte), prête plus tard à l’ami pédant du narrateur de la Recherche, Albert Bloch, de désopilants pastiches appliqués à la vie quotidienne de traductions qui apparaissaient déjà à certains comme un premier pastiche de la langue homérique ! Indice juridique de ce statut encore subalterne, c’est avec seulement des objectifs modestes, en particulier afin de lutter contre la pratique fréquente qui consistait à ne même pas mentionner le nom de l’auteur étranger traduit, qu’est signée, durant cette année 1886, la convention internationale de Berne. Quant à la reconnaissance à sa juste valeur de la tâche du traducteur et même de la qualité d’œuvre véritable sur laquelle celle-ci peut déboucher, elle est encore plus tardive ; est-il besoin de rappeler que le processus s’est accéléré durant ces dernières décennies avec un essor considérable des réflexions consacrées à la traduction, avec des « assises » périodiques et avec un prestige grandissant des grands traducteurs (parmi lesquels deux ont d’ailleurs des liens particuliers avec l’université de Tours, Jean-Louis Backès, qui a été professeur de littérature comparée dans cette université et André Markowicz, qui a été accueilli en tant qu’artiste en résidence, ce qui était alors une première, sur le site des Tanneurs en 2006), à cette réserve près que c’est à présent le droit d’auteur tout entier lui-même dont la convention de Berne défendait l’extension qui tend à se trouver remis en cause par les nouvelles techniques mondialisées et anonymées que l’on sait…

7Au risque de donner dans le lieu commun, on ajoutera qu’un recueil comme celui-ci permet aussi tout simplement de mettre à nouveau l’accent sur l’importance capitale des traductions dans l’histoire de la vie intellectuelle et littéraire en France. De même que peu d’écrivains romantiques français ont lu dans leur langue originale les œuvres fondatrices du romantisme anglais et du romantisme allemand, combien des nombreux écrivains français imprégnés par la lecture de Dostoïevski auraient été en mesure de lire une langue aussi peu enseignée en France que le russe et combien des nombreux penseurs et écrivains français soudain convertis au schopenhauerisme auraient pu avoir accès en allemand à un texte de nature philosophique, aussi « littéraire » et aussi bien écrit que Le Monde comme Volonté et comme Représentation pût sembler par rapport à la prose de Hegel ou de Kant ? Sans compter des ignorances plus surprenantes rappelées au passage, le fait par exemple que Jules Laforgue ne savait pas l’anglais. Ce qui n’empêchera pas certains écrivains en question de se rendre compte et de se plaindre de la mauvaise qualité des traductions qu’ils sont en train de lire, tel Marcel Proust, encore lui – il est vrai édifié par son propre exemple et par sa propre expérience dont il se moque lui-même de traducteur de Ruskin qui connaît très mal l’anglais ! –, lorsqu’il lit des traductions de Dostoïevski qu’il qualifie dans sa Correspondance d’« exécrables » sans être pour autant moins impressionné par cette lecture.

8On pourrait enfin, dans le prolongement indirect de ce type de travail circonscrit à une année, s’intéresser davantage, à présent que des œuvres célèbres, Ulysse de Joyce, Mrs Dalloway de Virginia Woolf, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig et, dans la littérature russe, Histoire de la journée d’hier de Tolstoï ou Une journée d’Ivan Denissovitch de Soljenitsyne ont suffisamment attiré l’attention sur le roman ou sur la nouvelle d’une journée, au roman ou à la nouvelle d’une année. L’attirance pour cette borne chronologique du point de vue de la création semble en effet correspondre à la fois :

  • à des problématiques et à un imaginaire spécifiques à tel univers d’écrivain ; ainsi de cette « année particulière » qui revient d’un livre de Robert Musil à l’autre (on ne l’a pas souvent remarqué) au cours de laquelle la routine d’une vie antérieure rangée cède la place à la dangereuse expérimentation de « l’autre état » – année de « l’affaire Basini » pour Törless, année de son service militaire pour l’étudiant de « Tonka », année du « congé de la vie » qu’il décide de prendre en août 1913 pour l’Ulrich de L’Homme sans qualités ;
  • à une tradition littéraire (qu’on aurait tendance à considérer comme plutôt germanique) de formation par le suspens du rôle social et par un cheminement solitaire, aux œuvres précédentes de Musil s’ajoutant par exemple des livres de grands écrivains contemporains de langue allemande comme Paul Nizon (L’Année de l’amour) ou Peter Handke (Une Année dans la baie de personne) ;
  • à un découpage naturel dans un certain type de roman d’une année scolaire, ordinaire (Degrés de Michel Butor) ou exceptionnelle, ce qui est plus souvent le cas lorsqu’il s’agit d’internats militaires à l’atmosphère inhumaine : outre Les Désarrois de l’élève Törless déjà évoqué, récemment La Classe de rhéto d’Antoine Compagnon et auparavant cette Année de l’éveil de Charles Juliet dont le titre, que l’on s’est permis de détourner ici, pourrait en somme assez bien rendre compte du principal objet de ce livre.

Notes

1 Liliane Brion-Guerry (dir.), L’année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, Klincksieck, 1971.

2 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française : 1870-1914, Paris, Presses universitaires de France, 1959.

3 William Marx (dir.), Les Arrière-garde au xxe siècle : l’autre face de la modernité esthétique, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

4 Antoine Compagnon, Les Antimodernes de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005.

5 Pierre Brunel, Danièle Chauvin (dir.), 1939 dans les lettres et les arts : essais offerts à Yves Chevrel, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

6 Vanessa Besand, Discours théoriques et fictions narratives : France/États-Unis (des années 1920 à nos jours), thèse de doctorat soutenue sous la direction de Didier Souiller et de Sébastien Hubier, Dijon, Université de Bourgogne, 2009, non publiée.

7 Voir le volume collectif Schopenhauer et la création littéraire en Europe dirigé par Anne Henry, Paris, Klincksieck, 1989.

8 George Steiner, Tolstoï ou Dostoïesvki, traduit de l’anglais par Rose Celli, Paris, Le Seuil, 1961.

Auteur

Philippe Chardin, ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur de littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours et coresponsable du séminaire Proust de l’ITEM. Il a notamment publié Le Roman de la conscience malheureuse (Droz, 1983, repris dans la collection « Titre courant » en 1998), L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne (Droz, 1990), Musil et la littérature européenne (Presses universitaires de France, 1998), Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare (Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2006), a dirigé Roman d’éducation, roman de formation dans la littérature française et dans les littératures étrangères (Kimé, 2007), a co-dirigé L’écrivain et son critique : une fratrie problématique (Kimé, 2014). Il est par ailleurs l’auteur de récits, dont Le Méchant vieux temps (Actes Sud, 2008).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search