Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

III. Sciences humaines et politiques

L’exécution de Louis David Riel (16 novembre 1885) et les enjeux de la traduction au Canada

Denise Merkle

Texte intégral

  • 1 Louis David Riel, cité par René Rottiers, « Des lieux », dans Musée virtuel de la Saskatchewan, So (...)

[…] je travaille à améliorer la condition de la population de la Saskatchewan au risque de ma vie […]
Louis David Riel1

1Le 1er juillet 1867, un nouveau pays voit le jour. L’AANB (Acte de l’Amérique du Nord britannique) unit le Haut-Canada (Ontario), le Bas-Canada (Québec), la Nouvelle-Écosse ainsi que le Nouveau-Brunswick et fonde la fédération canadienne qui compte alors quelque 3 400 000 habitants, dont quasiment un million de francophones. En 1885, la population atteint 4 500 000 personnes, dont 1 500 000 francophones. Durant les premières années de son histoire, donc, près du tiers de la population du Canada est d’expression française.

  • 2 Rémi Michael Beaupré, Interprétation de la législation bilingue, Montréal, Wilson & Lafleur, 1986, (...)

2En vertu de l’article 133 de l’AANB, les lois du Parlement du Canada et de l’Assemblée législative du Québec doivent être lues en anglais et en français avant d’être débattues, et tous les projets de loi doivent être imprimés dans les deux langues avant de passer en deuxième lecture. Puisque l’article 133 n’aborde pas la question de la rédaction et de l’interprétation des lois dans les deux langues officielles2, on les traduit de l’anglais au français. Seule la version anglaise de l’AANB est officielle, le français étant la langue de traduction, d’où un risque d’interférence linguistique. L’Acte du Manitoba de 1870, créant la cinquième province canadienne, prévoit, à l’article 23, l’usage facultatif du français ou de l’anglais dans les débats de l’Assemblée législative et devant les tribunaux, l’emploi obligatoire des deux langues dans les registres et journaux des deux Chambres ainsi que l’impression et la publication des lois dans les deux langues officielles, et, à l’article 22, l’existence d’un système scolaire pour les franco-catholiques. L’article 23 n’a cependant jamais été respecté.

  • 3 Sir Wilfrid Laurier, cité dans Bâton de parole (dernière mise à jour le 11 mars 2013), « Louis Rie (...)

3L’apparence d’une quasi-égalité linguistique entre le français et l’anglais au sein du jeune pays est donc trompeuse. Par ailleurs, un projet d’assimilation guide bon nombre de décisions prises par les gouvernements fédéral et provinciaux pendant la seconde moitié du xixe siècle. De son côté, le 17 novembre 1885, La Presse de Montréal se prononce en faveur de l’indépendance du Québec, moins de 20 ans après la création du pays, 95 ans avant le référendum de 1980 et 110 ans avant le référendum de 1995. Le même jour Wilfrid Laurier, le chef du parti libéral, écrit dans son journal intime que « [l]a race et la religion sont sur le point de dominer la politique au Canada. Pas la justice, pas la liberté, la race et la religion. Un gouffre séparera nos deux peuples3. » Ce repliement des communautés sur elles-mêmes contraste avec l’attention croissante portée en Europe à la diffusion à l’étranger des produits culturels nationaux, alliée au souci de la protection de la propriété intellectuelle et des cultures nationales. Alors que bon nombre de pays européens cherchent à favoriser le transfert de leurs biens culturels à d’autres pays, la consolidation d’un nouveau pays « britannique » – sous la tutelle du Royaume-Uni jusqu’en 1982 – ayant une importante population francophone préoccupe les deux communautés « nationales », mais pour des raisons opposées.

  • 4 Sur la notion de l’invisibilité du traducteur, voir Daniel Simeoni, « The Pivotal Status of the Tr (...)
  • 5 À titre d’exemple, voir Norbert Bachleitner, « Übersetzungsfabriken. Das deutsche Übersetzungswese (...)

4Dix États signent en 1886 la convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires, qui permet notamment à un auteur de se prévaloir des droits en vigueur dans le pays étranger où son œuvre est traduite. Le jeune pays outre-Atlantique n’est pas du nombre, car il n’est pas un État souverain, mais se trouve sous l’autorité du Royaume-Uni qui n’est pas un État signataire de la convention. Du fait que le Canada n’a pas d’autonomie culturelle, les Canadiens français, surtout ceux qui résident au Québec, s’inquiétant de plus en plus de la survivance de leur langue et de leur culture au sein de la confédération canadienne, se replient sur eux-mêmes et expriment leur mécontentement grandissant. Il s’agira donc ici d’étudier la façon dont l’activité des traducteurs franco-canadiens « officiels » a contribué à l’expression publique et visible4 du mécontentement contre le régime anglo-canadien et ses abus de pouvoir, et d’analyser le désir d’indépendance qui se manifeste au Québec moins de vingt ans après la fondation de la Confédération. La coïncidence chronologique 1885 (exécution de Louis Riel)/1886 (convention de Berne) révèle la spécificité profonde de la situation canadienne, où la majorité des traducteurs ne travaillent pas dans des « usines à traduction5 » littéraire telles qu’elles peuvent exister en Europe, mais sont, au contraire, des journalistes et des écrivains politisés qui contribuent activement à la vie publique et politique de leur communauté socio-linguistique. Les traducteurs officiels participent en effet à la traduction institutionnelle au Canada, qui a une dimension profondément politique.

  • 6 Rénald Lessard, « Événements de 1837-1838 : sur les traces des Patriotes » dans Bibliothèques et a (...)
  • 7 Antoine Gérin-Lajoie, cité par Charron, « “Demain tout recommence” : Lord Durham’s Report en tradu (...)
  • 8 Anonyme, « “À la mémoire de Louis Riel”. La Presse le 16 novembre 1885 », dans Centre du patrimoin (...)

5Un peu moins de 50 ans après la Rébellion des Patriotes (18376), la pendaison de Louis David Riel le 16 novembre 1885 génère un sentiment de crainte non seulement pour l’avenir de la minorité francophone du Manitoba, province bilingue lorsqu’elle fut créée en 1870, mais aussi pour celui de la francophonie pancanadienne. À Montréal, une foule de 50 000 personnes se rassemble pour écouter le Premier ministre du Québec Honoré Mercier, qui tire avantage de l’insatisfaction de la population à l’égard d’Ottawa pour fonder le Parti national, orienté vers la défense des intérêts du Québec et la lutte contre la centralisation fédérale. Un peu plus de deux ans plus tard, dans un ouvrage publié en 1888, soit quasiment 50 ans après la parution de la première traduction du Lord Durham’s Report qui rend explicite le projet d’assimilation britannique, le traducteur officiel Antoine Gérin-Lajoie déplore qu’il ne soit « guère possible de se [procurer la traduction] aujourd’hui7 » pendant cette période de tensions aiguës entre le gouvernement fédéral et les populations franco-canadiennes, tensions attisées par l’exécution du « grand patriote » Louis Riel, qui avait « expi[é] sur l’échafaud le crime d’avoir réclamé les droits de ses compatriotes », selon l’éditorial publié dans La Presse8.

  • 9 Jacques Leclerc, « Manitoba. 3. Données historiques », dans L’aménagement linguistique dans le mon (...)
  • 10 Pour plus de détails sur l’histoire du Manitoba, voir ibid.

6Après avoir pris le contrôle des territoires de la CBH (Compagnie de la Baie d’Hudson) dans les années 1860-1870, le gouvernement du Canada commence à encourager le peuplement de ces terres par l’immigration. Or, le gouvernement ne tient pas compte des revendications territoriales des Autochtones et des Métis qui vivent dans la région, non plus que les arpenteurs, chargés de mesurer les terrains des Métis, mais qui agissent plutôt en propriétaires9. Les Métis avaient divisé leurs terres en seigneuries, c’est-à-dire en de longues bandes étroites donnant sur un cours d’eau ou sur un lac, comme au temps de la Nouvelle-France. Les Métis de la Rivière Rouge (aujourd’hui le Manitoba) craignant d’être dépossédés de leurs terres le long des rivières Rouge et Assiniboine, prennent les armes et, menés par Louis Riel qui est trilingue (français, anglais et cri, langue algonquine parlée par les Cri, Amérindiens vivant en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan), empêchent le nouveau gouverneur canadien d’entrer sur le territoire durant l’hiver 1869. Ils constituent un gouvernement provisoire indépendant du Canada et s’emparent du Upper Fort Garry, jusqu’alors possession de la CBH. La crise semble finie. Deux mois plus tard, cependant, en mars 1870, l’organiste Thomas Scott est jugé pour insubordination, et la cour martiale métisse demande la peine de mort. Le Premier ministre John A. Macdonald comprend qu’une action militaire est inenvisageable du fait que les distances à parcourir depuis Ottawa jusqu’à la Rivière Rouge sont énormes – surtout en hiver – et qu’il n’y a pas encore de service ferroviaire vers l’Ouest. De toute façon, les Métis n’avaient enfreint aucune loi canadienne, puisque Londres n’avait pas encore ratifié le transfert des territoires de la CBH au Canada. Les négociations aboutissent à la loi sur le Manitoba de 1870 qui crée la cinquième province de la Confédération. Le recensement de 1870 confirme que la population de la province est hétérogène et plurilingue. La communauté de la Rivière Rouge compte en fait environ 5 700 Métis (hommes francophones catholiques ayant épousé les femmes autochtones), 1 500 Canadiens (anglophones), 4 100 Country Born (hommes anglophones de l’Ontario ayant épousé les femmes autochtones) et 550 membres des Premières Nations. Au moins 50 % de la population de la Rivière Rouge est francophone ou parle un dialecte du français (le méchif). La province est créée à partir des terres des Territoires du Nord-Ouest, et ses frontières initiales sont assez réduites10.

  • 11 Sont également traduites des œuvres littéraires, quoique peu nombreuses au xixe siècle du fait que (...)

7Si l’article 23 sur le bilinguisme officiel de l’Acte du Manitoba n’est jamais respecté, au contraire l’article 133 de l’AANB l’est. À la différence de ce qui se passe dans les nations unilingues, au Canada constitué en confédération en 1867, tout ce qui a trait au travail législatif fait l’objet d’une traduction11. La langue de la politique et du pouvoir étant l’anglais, les débats sont d’abord rédigés dans cette langue, le français étant relégué au statut de langue de traduction. Les traducteurs officiels travaillaient jusqu’à une heure avancée en vue de produire le compte rendu des délibérations de la Chambre dans les deux langues officielles après chaque jour de séance. Or, ils n’arrivaient pas toujours à faire face aux échéances, ce qui provoque de vifs débats dans la Chambre des communes. Il faut rappeler qu’au xixe siècle le seul accès aux décisions politiques était les documents officiels parfois publiés dans la presse. Si on voulait suivre l’actualité politique, il fallait lire les débats, à moins d’être un député qui y avait participé. Mais les députés également revendiquaient l’accès aux documents écrits, et ce dans les deux langues.

  • 12 James Doyle, Annie Howells and Achille Fréchette, Toronto, University of Toronto Press, 1979, p. 7 (...)
  • 13 Débats parlementaires, 2e session du 6e Parlement, 51 Victoriae, 1888, p. 715.

8À cet effet, en 1875, le Parlement commence à publier les débats des deux Chambres dans les deux langues officielles. Le libéral Achille Fréchette, avocat et premier traducteur des lois, semble accepter que l’anglais soit la langue des affaires et de la politique12, et il garde son poste de traducteur quand les conservateurs de John A. Macdonald arrivent à nouveau au pouvoir en 1878. En 1883, la Chambre des communes adopte une résolution reproduite dans les débats de 1888 qui autorise l’embauche de quatre traducteurs permanents dont un chargé de diriger le service. Les traducteurs ne peuvent exercer aucune autre fonction à la Chambre et relèvent d’un comité parlementaire13. À partir de 1884, la Chambre des communes est ainsi dotée d’un service « officiel » de traduction des débats, sous la direction initiale de Fréchette, dont les employés sont recrutés par concours.

  • 14 Pour plus de détails, voir les Débats parlementaires, 2e session du 5e Parlement, 47 Victoriae, fé (...)

9Lors de la 2e session du 5e Parlement au mois de février 1884, alors que les députés discutent de la traduction des Débats, le député Lesage demande si le gouvernement a l’intention de s’assurer que la traduction se fait avec célérité et est achevée moins d’une semaine après la prorogation du Parlement. Le député Boswell répond que le comité parlementaire créé par la Chambre supervise la publication des Débats, et le président du comité assure à Boswell qu’il veillera à ce que la traduction des débats vers le français soit achevée le plus rapidement possible à la suite de l’ajournement de la Chambre. Le comité nommé pour superviser la publication du compte rendu des délibérations de la Chambre est composé en 1884 et 1885 de deux députés francophones, Alphonse Desjardins (Hochelaga) et François Béchard (Iberville), et présidé par un anglophone, Thomas White (Cardwell)14.

  • 15 Dans la base de données terminologiques Termium du gouvernement du Canada, on retrouve la définiti (...)
  • 16 Dans le Vocabulaire de procédure parlementaire du Parlement du Canada, on retrouve la définition s (...)
  • 17 Certains députés, dont Sir Hector Langevin, s’expriment en français quand ils s’adressent à leurs (...)
  • 18 Voir les Débats parlementaires, 3e session du 5e Parlement, 48-49 Victoraie, 1885.

10Lors de la 3e session du 5e Parlement, les députés poursuivent la discussion sur le manque de célérité de la publication de la traduction française du compte rendu des délibérations ou « hansard15 ». Sans vouloir blâmer le gouvernement, le député Casgrain souhaite tout de même attirer l’attention sur le fait que la presse de langue française ne reçoit pas assez rapidement la traduction française du hansard, laquelle accuse un retard de quatre ou cinq jours. Casgrain ajoute qu’une plainte additionnelle adressée par les députés francophones et la presse canadienne-française à la traduction officielle est relative au décalage entre la parution des bleus16 en langue anglaise et celle des bleus en langue française. Lors de la même session parlementaire, le député Langevin répète qu’il incombe au comité nommé par la Chambre de s’assurer que les deux versions du hansard sont distribuées en même temps. Le député précise que les débats sont d’abord transcrits en anglais pour ensuite être traduits vers le français17. Dès que la version anglaise est approuvée par le gouvernement, elle est envoyée aux traducteurs, et à partir de ce moment-là, le gouvernement n’a plus de contrôle sur la traduction18. On constate non seulement que les députés francophones font preuve d’esprit de conciliation, mais aussi que certains d’entre eux ne remettent pas en question le fonctionnement du Parlement en matière de traduction, pas plus qu’ils ne discutent la position du gouvernement fédéral sur l’affaire Riel.

  • 19 Pour plus de détails, voir Jean Delisle, La traduction au Canada. 1754-1984, Ottawa, Presses de l’ (...)

11En 1884, même si les traducteurs des Débats doivent être reçus à un examen, il n’empêche qu’ils sont souvent les amis de députés puissants et risquent de se faire renvoyer quand un nouveau parti politique obtient la majorité des sièges. Ces traducteurs officiels sont les francophones bilingues qui traduisent vers le français ou vers l’anglais. Pendant la prorogation du Parlement, ils exercent le métier de journaliste ou d’écrivain. En règle générale, au niveau provincial comme au niveau fédéral, on publie la traduction des débats dans la presse, lorsqu’on ne publie pas en outre une version officielle du document. Le Moniteur acadien (Shédiac, Nouveau-Brunswick), premier journal de langue française dans les Maritimes, paraît de 1867 à 1926. Ses journalistes traduisent et publient en français les débats de l’Assemblée législative de la province. De 1885 à 1903, le Courrier des maritimes (Bathurst), se charge également de la traduction française des débats de l’Assemblée législative. Les deux journaux reçoivent une indemnité du gouvernement pour ce service. À partir de 1888, L’Évangéline, journal français fondé en 1887 en Nouvelle-Écosse, assume la traduction française des délibérations du conseil législatif et de l’Assemblée législative de cette province. Ayant d’abord reçu des indemnités de 50 à 200 $ par session entre 1888 et 1901, le journal continue ce travail sans rétribution jusqu’en 190419.

  • 20 Ray Ellenwood, « Translation and the North-West Rebellion of 1885 », dans Denise Merkle, Jane Kous (...)
  • 21 Loc. cit.
  • 22 Guillaume Charrette, L’espace de Louis Goulet, Winnipeg. Éditions Bois-Brûlés, 1976, p. 145.

12À la suite de la fondation de la province du Manitoba en 1870, bon nombre de Métis quittent la Rivière Rouge pour s’établir dans le district de la Saskatchewan, à savoir le Nord-Ouest. En 1885, dans le contexte linguistique très complexe du Nord-Ouest, où se parlent en outre le cri et le sioux, on se sert autant du français que de l’anglais dans la vie quotidienne et la traduction est essentielle à la survie20. Toutefois, l’interprétation est plus courante que la traduction, car bon nombre de Métis ne savent ni lire ni écrire. Ils n’en jouent pas moins un rôle-clé dans la négociation des traités entre les autochtones et le gouvernement fédéral. Bien que la moitié de la population soit francophone, l’essentiel de l’interprétation entre les autochtones et le gouvernement fédéral se fait entre une langue autochtone et la langue anglaise. Parfois, les autochtones choisissent un interprète différent de l’interprète officiel, ce qui révèle leur manque de confiance envers le gouvernement fédéral. Par exemple, les autochtones préfèrent le Métis Peter Erasmus à l’interprète officiel John McKay, soupçonné de commettre des erreurs de traduction21. Le Manitoba et le Nord-Ouest sont alors plurilingues. Lorsque le Métis, Louis Goulet, se trouve au lac des Grenouilles, il se rappelle l’arrivée des hommes armés du campement du chef cri Gros Ours (Big Bear) et le fait qu’ils échangeaient des plaisanteries en cri, anglais, français et sioux22. La Rébellion du Nord-Ouest est la manifestation du malaise socio-économique éprouvé par des autochtones, des Métis et des colons blancs.

  • 23 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », dans L’Encyclopédie canadienne, 2011, http://w (...)

13Selon Bob Beal et Rod MacLeod23, la quasi-extinction du bison réduit à la misère les tribus autochtones des Prairies (Cris, Pieds-Noirs, Gensdu-Sang, Peigans, Saulteaux), dont certaines acceptent de résider dans les réserves créées par le gouvernement fédéral. Gros Ours n’accepte pas cette offre et s’applique à former une confédération des autochtones. Il trouve un allié en Crowfoot, grand chef des Pieds-Noirs. L’antagonisme entre les autochtones faméliques et les employés du ministère des Affaires indiennes au sujet des rations alimentaires menace de mener à la violence. Les Métis, quant à eux, éprouvent beaucoup de difficultés à passer de la chasse à l’agriculture et, en 1884, cessent d’espérer que leurs droits territoriaux seront reconnus. Les colons blancs ont aussi des griefs. Ceux qui se sont installés le long de la rivière Saskatchewan croyaient que le nouveau chemin de fer allait desservir leurs communautés et étaient mécontents que la compagnie ferroviaire Canadian Pacific choisisse une route plus au sud. Le gouvernement conservateur de John A. Macdonald néglige de prendre au sérieux et d’examiner les griefs de ces trois groupes, autochtones, métis et colons.

  • 24 Jacques Leclerc, « Manitoba… », art. cit.
  • 25 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », art. cit.

14Exilé aux États-Unis depuis 1870 à la suite de l’exécution de Thomas Scott, Louis Riel se fait ramener par une délégation du Nord-Ouest. Le 8 juillet 1884, lors de sa première réunion publique au Canada depuis 1870, le chef des Métis incite tous les mécontents du Nord-Ouest à s’unir pour revendiquer leurs droits auprès d’Ottawa. À l’automne 1884, Riel prépare une pétition faisant état de leurs griefs et encourage les Métis francophones et anglophones, ainsi que les colons, à la signer24. Le 8 mars 1885, une assemblée tenue à Saint-Laurent, en Saskatchewan, adopte une « Déclaration révolutionnaire des droits » qui réclame pour les Métis les droits de possession de leurs fermes, entre autres exigences. À Batoche, les 18 et 19 mars, les Métis forment un gouvernement provisoire présidé par Riel et une force armée commandée par Gabriel Dumont, chef des chasseurs de bisons. Ils capturent des prisonniers dans la région de Batoche. Le 26 mars, une centaine d’hommes de la police montée du Nord-Ouest et de volontaires commandés par le surintendant Lief Crozier avancent vers le village du lac aux Canards. Une importante troupe de Métis et d’autochtones les attend. Les pourparlers se terminent dans la confusion, et les policiers et volontaires canadiens font feu sur les rebelles. La rencontre prend fin peu après quand policiers et volontaires battent en retraite vers Fort Carlton. Neuf volontaires et trois policiers sont tués, de même que cinq Métis et un autochtone. Riel convainc les rebelles de ne pas poursuivre la troupe en retraite, et les Métis retournent à Batoche. Capturé par les troupes canadiennes à Batoche le 12 mai 1885, Riel est accusé de haute trahison25.

  • 26 René Rottiers, « Des lieux », art. cit.
  • 27 Ibid.
  • 28 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », art. cit.
  • 29 Il y aura d’autres procès. Il est permis de se demander si le service d’interprétation officielle (...)

15À la suite du soulèvement et de la capture de Riel, le député Wilfrid Laurier (opposition libérale) remet en question le jury unilingue anglophone composé de six hommes et revendique un jury bilingue composé de douze hommes auquel a droit Louis Riel. Malgré les efforts de Laurier auprès d’autres députés fédéraux, le procès se déroule en anglais. Le 1er août 1885, le juge anglophone Hugh Richardson termine la lecture de la preuve au jury et ce dernier déclare Riel coupable, tout en recommandant la clémence. L’avocat de Riel, Me Fitzpatrick, renouvelle alors son objection à la compétence socio-linguistique de ce tribunal, puis l’accusé prononce son dernier discours avant le prononcé de la sentence. Ce discours « occupe douze pages dans la traduction française du compte rendu » de son procès et s’adresse à la fois au juge et aux jurés, « même si ceux-ci avaient été renvoyés, prématurément, semble-t-il, puisque Riel n’avait pas encore terminé sa défense »26. Il importe de noter que Riel a prononcé son discours avant de connaître sa condamnation à mort, et qu’il continuait à espérer la grâce du tribunal. Selon Rottiers, Riel se déclare « hôte […] étant donné qu’il est alors citoyen américain, et qu’il est venu en Saskatchewan à la demande expresse des Métis ». Il se propose de continuer son travail, « si on lui accorde la vie sauve »27. Son exécution est reportée trois fois. On porte deux fois la cause en appel devant des tribunaux supérieurs. La troisième fois, on procède à un examen médical plus complet, à cause de sa présumée aliénation mentale, mais le rapport médical n’est pas concluant. Les appels échouent. Le gouvernement fédéral de Macdonald a décidé de ne pas commuer la peine de mort de Riel et de laisser la loi suivre son cours28. Le chef des Métis est pendu29 à Régina le vendredi 16 novembre 1885, ce qui soulève beaucoup de passion au Québec où il est considéré comme un martyr, mort pour la cause des francophones catholiques.

  • 30 Joseph Adolphe Chapleau, Discours de l’Hon. J. A. Chapleau, M. P., sur l’exécution de Louis Riel, (...)
  • 31 Le Canadien cité par Marie-Hélène Morot-Sir, 1608-2008. Quatre cents hivers, autant d’étés, Paris, (...)

16Si bon nombre de Canadiens français appuient la campagne pour contrer la rébellion, comme par exemple le député Joseph Adolphe Chapleau30, l’exécution de Riel provoque au Québec surtout un intense sentiment d’indignation qui ne se calme pas avec le temps. Wilfrid Laurier dénonce avec passion les actes du gouvernement conservateur. Si des ministres provinciaux du Québec ont tenté, en vain, d’intercéder en faveur du leader des Métis, les ministres fédéraux francophones n’ont rien fait pour lui venir en aide. Le quart de la population de Montréal manifeste contre l’exécution de Riel et les protestations continuent à Québec, où Le Canadien dénonce l’attitude du pouvoir central : « Le sang est un mauvais ciment et, si la Confédération n’en a pas d’autres, le coup de vent qui la culbutera n’est pas loin dans l’horizon31. » Rémi Tremblay est du nombre des indignés.

  • 32 Anonyme, Notice nécrologique inédite, op. cit.
  • 33 Ibid.

17Traducteur pendant plus de 30 ans, Rémi Tremblay fut également un homme de lettres qui jouit d’une carrière littéraire et journalistique fort longue. « Ses œuvres, dont quelques-unes furent reçues avec éloges par la critique française, étaient [pourtant] relativement peu connues au Canada32 », et au moment de son décès, ses livres encore rares dans son propre pays. Selon sa notice nécrologique, ce fils d’un Patriote de 1837, autodidacte et assoiffé de justice, avait la passion des voyages et fit deux fois le tour du monde ; il vécut à plusieurs reprises aux États-Unis et voyageait en Europe quand il pouvait se le permettre33. Sa carrière journalistique fut également mouvementée : il fut tour à tour simple journaliste (Pionnier de Sherbrooke, La Justice, L’Opinion publique), directeur (Les Laurentides), collaborateur (La Patrie, Canada-Revue) ou rédacteur en chef de diverses publications dont Le Courrier de Montréal. Avant d’être nommé traducteur officiel, Rémi Tremblay se voit offrir, au début de 1877, un poste de traducteur remplaçant à La Minerve. Au moment de son embauche par la Chambre des communes en 1880, il est membre du parti conservateur, alors qu’il dénonce l’anglomanie et la francophobie de l’époque dans Le Courrier de Montréal :

  • 34 Rémi Tremblay, Aux chevaliers du nœud coulant : poèmes et chansons, édition critique établie par J (...)

Les anglifiés [sic] se divisent en deux classes bien distinctes : ceux qui sont fermement convaincus que les Canadiens [au sens originaire de Canadiens français] ne feront jamais rien de bon que lorsqu’ils seront devenus anglais, et ceux qui, tout en restant français de cœur, s’anglifient [sic] par routine sans trop savoir pourquoi, et se laissent entraîner par le courant parce qu’ils croient que c’est de bon ton.34

18Défenseur de la langue française toute sa vie durant et traducteur des débats de la Chambre des communes du Canada à Ottawa de 1880 à 1887, Tremblay fut en 1884 – la même année où il publie en feuilleton son roman autobiographique, Un revenant, dans La Patrie – le premier fonctionnaire à être reçu à un concours pour la traduction des débats de la Chambre, sa nomination étant décrétée par Sir John A. Macdonald. Si le Premier ministre Macdonald était bilingue gaélique et anglais, il n’avait qu’une pratique approximative du français, la langue ayant commencé à perdre de son prestige au Royaume-Uni et par le fait même au Canada. Il comptait ainsi sur la traduction vers le français pour respecter l’obligation de produire les débats en français et sur la traduction vers l’anglais lorsqu’un député francophone s’obstinait à s’exprimer dans sa langue maternelle.

  • 35 Joseph Adolphe Chapleau, Discours de l’Hon…, op. cit.
  • 36 Anonyme, Notice nécrologique inédite, op. cit.

19Lors de la prorogation du Parlement en 1885, Tremblay était rédacteur propriétaire de L’Indépendant à Fall-River, Massachusetts, d’où il passa à la direction de L’Opinion publique de Worcester. La Rébellion du Nord-Ouest de 1885 ayant enflammé les sentiments francophobes, le Premier ministre et le parti conservateur – y compris 23 députés canadiens-français – ne se souciaient guère d’apaiser les francophones nationalistes ni de commuer la peine de Louis Riel. La pendaison de Riel en novembre 1885 contribua ainsi au renforcement du nationalisme canadien-français et au durcissement du positionnement linguistique de la part du gouvernement fédéral dirigé par Macdonald et de certains gouvernements provinciaux, dont le Manitoba. Bon nombre de francophones, anciens conservateurs, se rallient au Parti libéral, dont le chef est Wilfrid Laurier. Rémi Tremblay est du nombre. Il rentre des États-Unis, où il avait exercé le métier de journaliste et éditeur jusqu’en février 1886. Bouleversé et désillusionné par la conclusion de l’affaire Riel et par le comportement des députés conservateurs canadiens-français ayant soutenu le gouvernement Macdonald, dont Joseph Alfonse Chapleau35, il affirme en outre vouloir quitter le journalisme, mais continue d’exercer le métier de traducteur, vraisemblablement afin de pouvoir continuer de suivre de près les débats parlementaires. Cet écrivain polyvalent ne quittera en fait jamais le journalisme. Au contraire, journaliste militant et intransigeant sur les principes, il deviendra l’un des doyens du journalisme canadien36.

  • 37 Rémi Tremblay, Aux chevaliers du nœud coulant…, op. cit., p. 107.
  • 38 Ibid., p. 108.

20Rémi Tremblay retourne ainsi le 25 février 1886 à Ottawa pour l’ouverture de la 4e session du 5e Parlement, où il remplit pendant trois mois ses fonctions de traducteur, jusqu’à la prorogation – à nouveau – de la Chambre le 2 juin suivant. Le 15 janvier 1887, la Chambre est dissoute et une élection fédérale est annoncée pour le 22 février. Dans l’introduction à son ouvrage Aux chevaliers du nœud coulant : poèmes et chansons, Jean Levasseur explique que Rémi Tremblay considère cette élection comme l’occasion de se débarrasser du gouvernement conservateur, tout comme deux de ses collègues traducteurs également partisans du parti libéral, Ernest Tremblay et Eudore Poirier37. Tremblay augmente les rencontres politiques et assemblées publiques dans les Cantons de l’Est, pendant qu’il participe à la campagne électorale du concurrent libéral James Naismith Greenshields, conseiller de Louis Riel lors de son procès. De plus, il déclare publiquement et ouvertement son appui au leader métis et son opposition aux « pendards », pour reprendre le mot dont se sert Levasseur dans son introduction38. Le député William Bullock Ives réussit quand même à se faire réélire, tout comme le parti conservateur de Macdonald, avec une marge réduite toutefois. Quatre jours après l’élection, Tremblay achève son poème polémique intitulé « Aux chevaliers du nœud coulant » dans lequel il honnit les députés canadiens-français n’ayant pas appuyé Louis Riel. Le poème fut publié dans Le Progrès de l’Est (Sherbrooke, 4 mars) et La Patrie (Honoré Beaugrand, 5 mars). Les ministres fédéraux et québécois qui y sont montrés du doigt lui tournent le dos. Bien que le rapport de l’enquête – ouverte afin de déterminer la culpabilité des traducteurs – eût été favorable aux accusés du fait qu’ils n’avaient désobéi à aucune loi, Rémi Tremblay est destitué en 1888 de sa fonction de traducteur parlementaire, en même temps qu’Ernest Tremblay et qu’Eudore Poirier. S’ensuit un long débat dans La Minerve et L’Étendard sur la légitimité de la révocation de Tremblay et de ses deux collègues.

  • 39 Daniel Simeoni, « The Pivotal Status… », art. cit. ; Lawrence Venuti, The Scandals of Translation,(...)
  • 40 Id., The Translator’s Invisibility, op. cit.
  • 41 Sir Wilfrid Laurier, cité dans Bâton de parole, « Louis Riel 1844-1885 » (voir supra note 3).

21Rémi Tremblay et Antoine Gérin-Lajoie, de même que des interprètes métis et autochtones, étaient des agents socioculturels qui travaillaient dans l’intérêt de leur peuple respectif, tout en s’acquittant de leur tâche de médiateur linguistique neutre, dans la mesure du possible. De tous les traducteurs dont il a été question dans cette étude, Rémi Tremblay était le moins « soumis39 » et le plus « visible40 », ayant dénoncé les députés qui avaient été élus pour défendre les intérêts de leurs compatriotes canadiens-français, mais les avaient trahis. Les Canadiens français, dont Rémi Tremblay, qui étaient inquiets pour l’avenir du français au Manitoba dans ce Canada post-Riel, ne s’étaient pas émus pour rien puisque, en 1890, l’Assemblée législative de la province adopte l’Official Language Act qui fait de l’anglais la seule langue officielle. Le gouvernement de Thomas Greenway va jusqu’à abolir le système scolaire des franco-Manitobains. Les députés conservateurs, dans leur innocence obstinée, avaient contribué à accentuer « le gouffre » qui « séparera » les deux peuples fondateurs du Canada, pour reprendre les paroles de Sir Wilfrid Laurier41.

Notes

1 Louis David Riel, cité par René Rottiers, « Des lieux », dans Musée virtuel de la Saskatchewan, Société historique de la Saskatchewan, s.d., http://musee.societehisto.com/51e_article_n381_t873.html (consulté le 5 novembre 2014).

2 Rémi Michael Beaupré, Interprétation de la législation bilingue, Montréal, Wilson & Lafleur, 1986, p. 8.

3 Sir Wilfrid Laurier, cité dans Bâton de parole (dernière mise à jour le 11 mars 2013), « Louis Riel 1844-1885 », 2013, http://www.lebatondeparole.com/pages/general/histoire/les-personnages-d-hier-et-d-aujourd-hui/louis-riel-1844-1885.html (consulté le 5 novembre 2014).

4 Sur la notion de l’invisibilité du traducteur, voir Daniel Simeoni, « The Pivotal Status of the Translator’s Habitus », Target, vol. 10, no 1, 1998, p. 1-39 ; Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility, Londres/New York, Routledge, 1995.

5 À titre d’exemple, voir Norbert Bachleitner, « Übersetzungsfabriken. Das deutsche Übersetzungswesen in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur, 4, 1989, p. 1-49.

6 Rénald Lessard, « Événements de 1837-1838 : sur les traces des Patriotes » dans Bibliothèques et archives nationales du Québec, s.d., http://www.banq.qc. ca/archives/genealogie_histoire_familiale/ressources/bd/instr_evenements/patriotes/ (consulté le 5 novembre 2014).

7 Antoine Gérin-Lajoie, cité par Charron, « “Demain tout recommence” : Lord Durham’s Report en traduction », TTR. Traduction, terminologie et rédaction, vol. 10, no 1, 1997, p. 109, http://id.erudit.org/iderudit/037281ar (consulté le 5 novembre 2014).

8 Anonyme, « “À la mémoire de Louis Riel”. La Presse le 16 novembre 1885 », dans Centre du patrimoine, Société historique de Saint-Boniface, 2010, http://shsb.mb.ca/Gravure_La Presse (consulté le 5 novembre 2014).

9 Jacques Leclerc, « Manitoba. 3. Données historiques », dans L’aménagement linguistique dans le monde, 2013, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amnord/manitoba.htm (consulté le 5 novembre 2014).

10 Pour plus de détails sur l’histoire du Manitoba, voir ibid.

11 Sont également traduites des œuvres littéraires, quoique peu nombreuses au xixe siècle du fait que les systèmes littéraires canadiens sont jeunes et fragiles. Cependant, dans cet article, nous nous limitons à la traduction « institutionnelle ».

12 James Doyle, Annie Howells and Achille Fréchette, Toronto, University of Toronto Press, 1979, p. 74.

13 Débats parlementaires, 2e session du 6e Parlement, 51 Victoriae, 1888, p. 715.

14 Pour plus de détails, voir les Débats parlementaires, 2e session du 5e Parlement, 47 Victoriae, février 1884.

15 Dans la base de données terminologiques Termium du gouvernement du Canada, on retrouve la définition suivante de « hansard » : « […] nom de la famille britannique qui, à l’origine, a été chargée de la transcription des débats de la Chambre des communes du Royaume-Uni », 2011, http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alphafra.html?lang=fra&srchtxt=hansard (consulté le 5 novembre 2014).

16 Dans le Vocabulaire de procédure parlementaire du Parlement du Canada, on retrouve la définition suivante de « bleu » : « Transcription intégrale non révisée des délibérations de la Chambre et des comités, appelée ainsi parce qu’autrefois imprimée sur du papier bleu », 2011, http://www.parl.gc.ca/About/House/Glossary/gloss-f.htm (consulté le 5 novembre 2014). Les « bleus » peuvent être consultés aux fins de vérification des propos tenus par un député.

17 Certains députés, dont Sir Hector Langevin, s’expriment en français quand ils s’adressent à leurs compatriotes de langue française, d’où la nécessité de la traduction vers l’anglais, assurée du moins en partie par Rémi Tremblay reçu à l’examen de traduction vers l’anglais. À ce sujet, voir Anonyme, Notice nécrologique inédite, Fonds Rémi Tremblay P10/1/1, Centre de recherche en civilisation canadienne-française, 1926.

18 Voir les Débats parlementaires, 3e session du 5e Parlement, 48-49 Victoraie, 1885.

19 Pour plus de détails, voir Jean Delisle, La traduction au Canada. 1754-1984, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, 1984, p. 54-61.

20 Ray Ellenwood, « Translation and the North-West Rebellion of 1885 », dans Denise Merkle, Jane Koustas, Glen Nichols, Sherry Simon (dir.), Traduire depuis les marges, Québec, Éditions Nota bene, 2008, p. 48.

21 Loc. cit.

22 Guillaume Charrette, L’espace de Louis Goulet, Winnipeg. Éditions Bois-Brûlés, 1976, p. 145.

23 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », dans L’Encyclopédie canadienne, 2011, http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/north-west-rebellion/ (consulté le 5 novembre 2014).

24 Jacques Leclerc, « Manitoba… », art. cit.

25 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », art. cit.

26 René Rottiers, « Des lieux », art. cit.

27 Ibid.

28 Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », art. cit.

29 Il y aura d’autres procès. Il est permis de se demander si le service d’interprétation officielle auquel avaient droit, du moins en principe, les autochtones permettait aux accusés de comprendre les enjeux et la démarche des procès. « Le 27 novembre, six guerriers cris et deux Assiniboines, dont Wandering Spirit, chef du soulèvement du lac La Grenouille, sont pendus à Battleford. Trois autres accusés trouvés coupables de meurtre voient leur peine commuée. Tous les rebelles condamnés à l’emprisonnement sont bientôt libérés. Gabriel Dumont [en 1860, chef des chasseurs de bisons], entre autres, revient des États-Unis grâce à une amnistie générale en 1893. » (Bob Beal, Rod MacLeod, « Rébellion du Nord-Ouest », art. cit.)

30 Joseph Adolphe Chapleau, Discours de l’Hon. J. A. Chapleau, M. P., sur l’exécution de Louis Riel, Chambre des communes, 24 mars 1886, https://archive.org/details/cihm_00613 (consulté le 5 novembre 2014).

31 Le Canadien cité par Marie-Hélène Morot-Sir, 1608-2008. Quatre cents hivers, autant d’étés, Paris, Publibook, 2008, p. 289.

32 Anonyme, Notice nécrologique inédite, op. cit.

33 Ibid.

34 Rémi Tremblay, Aux chevaliers du nœud coulant : poèmes et chansons, édition critique établie par Jean Levasseur, Québec, Université Laval, 2007, p. 236.

35 Joseph Adolphe Chapleau, Discours de l’Hon…, op. cit.

36 Anonyme, Notice nécrologique inédite, op. cit.

37 Rémi Tremblay, Aux chevaliers du nœud coulant…, op. cit., p. 107.

38 Ibid., p. 108.

39 Daniel Simeoni, « The Pivotal Status… », art. cit. ; Lawrence Venuti, The Scandals of Translation, Londres/New York, Routledge, 1998.

40 Id., The Translator’s Invisibility, op. cit.

41 Sir Wilfrid Laurier, cité dans Bâton de parole, « Louis Riel 1844-1885 » (voir supra note 3).

Auteur

Professeure de traduction à l’université de Moncton. Elle a co-dirigé plusieurs collectifs, dont Traduire depuis les marges (2008) et The Power of the Pen. Translation & Censorship in Nineteenth-century Europe (2010), et aussi dirigé trois numéros thématiques de TTR. Traduction, terminologie et rédaction : deux sur la censure et la traduction (XV/2 et XXIII/2) et un sur la littérature comparée et la traductologie littéraire (XXII/2). Son champ de recherche principal est le sujet traduisant et les contraintes avec lesquelles il doit composer.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540