Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

II. La part du littéraire

Les Aventures de Huck Finn de M. Twain par W.-L. Hughes

Le poids des mots et des images d’une première traduction en français

Christine Lombez

Texte intégral

1Deux ans à peine après la publication des Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain chez Hennuyer paraît, à la fin de l’année 1886, chez le même éditeur parisien, dans la même collection pour la jeunesse, et sous la plume du même traducteur, William-Little Hughes, la première traduction française des Aventures de Huckleberry Finn, œuvre du célèbre écrivain américain. Cette traduction inaugurale s’insère dans un contexte où la jeune littérature d’outre-Atlantique semble jouir d’un certain intérêt en France. Quelles sont les caractéristiques les plus saillantes des choix traductifs opérés par la version de 1886 ? Qui est W.-L. Hughes ? Les conditions du transfert des illustrations du texte original en traduction (traduire « en images ») sont également à interroger, ainsi que la nouvelle équation texte/élément visuel : dans quelle mesure le changement d’illustrateur a-t-il pu (ré) orienter la lecture du roman en langue-cible ? Autant d’éléments de la version de Hughes qui n’ont pas été sans conséquence, à moyen et long terme, sur la réception du roman de Mark Twain en France.

Le contexte général de la traduction

  • 1 L’édition américaine date de 1885, chez Webster & Co.
  • 2 Pour la réception de Mark Twain en France à partir des années 1880, voir Cyrille Arnavon, Les Lettr (...)

2Pour le lecteur français et francophone d’aujourd’hui, Mark Twain est un nom familier, même si l’on associe encore essentiellement l’auteur américain aux personnages de Tom Sawyer et Huckleberry Finn. La situation était, en fait, à peine différente en 1886, qui vit paraître à deux années d’intervalle la première traduction française des Aventures de Tom Sawyer et celle des Aventures de Huck Finn. Il est intéressant de noter ici qu’à une époque où les délais de traduction pouvaient être assez longs, ces deux ouvrages sont mis très rapidement à la disposition du lecteur de langue française : si Tom Sawyer paraît en français pour la première fois huit ans après la version originale (1876), le délai est encore plus court pour Huckleberry Finn, qui est traduit deux ans seulement après sa première parution anglaise en 1884 (chez Chatto & Windus1). On peut ainsi supposer que le succès obtenu par la traduction de Tom Sawyer a encouragé l’éditeur à rapidement poursuivre sur sa lancée. De fait, les premiers comptes rendus parus dans la presse française enregistrent l’accueil plutôt favorable fait à Mark Twain, bientôt estampillé comme l’humoriste américain par excellence2.

  • 3 Cf. ibid.
  • 4 Jules Laforgue, « Les brins d’herbes », La Vogue, t. I, no 10, 28 juin 1886.
  • 5 Henry Wadsworth Longfellow, Évangéline. Conte d’Acadie, étude littéraire et traduction de Louis Dép (...)

3« Existe-t-il seulement une littérature américaine ? » Ce propos de F. Brunetière paru dans un article de la Revue des Deux Mondes le 1er décembre 1900 et abondamment relayé depuis semble souligner l’indifférence (voire plus) de la critique française qui n’aurait eu tendance à voir dans les productions littéraires d’outre-Atlantique qu’un « sous-produit » de la prestigieuse littérature anglaise. La question de l’autonomie des écrivains américains se pose de manière récurrente au sein des milieux littéraires en France dans les années 18803. Néanmoins, les catalogues bibliographiques affichent moins d’indifférence qu’il n’y paraît. 1886 voit ainsi arriver la première traduction française d’un auteur américain promis à un grand avenir : le poète Walt Whitman, dont des extraits de Leaves of Grass, traduits par Jules Laforgue, paraissent dans La Vogue4. 1886 est également l’année où l’on republie la traduction d’« Évangéline », célèbre poème de H.W. Longfellow datant de 18475. La littérature américaine a bel et bien une actualité. Le phénomène ne se limite d’ailleurs pas à la seule date de 1886. En effet, la Bibliographie de la France (pour la période 1810-1840) et le catalogue de la BnF (pour les années postérieures) enregistrent une activité de traduction de la littérature américaine assez soutenue en France, et ce, depuis la période romantique. Parmi les auteurs les plus représentés, Fenimore Cooper (dans la version de Defauconpret au cours des années 1820, puis retraduit par La Bédollière entre 1851 et 1854) ou Washington Irving (dont les œuvres complètes paraissent dans la traduction de M. Lebègue en 1825). Le Second Empire voit cet engouement s’amplifier avec, pour Longfellow, la traduction du Hiawatha en 1860, suivi par La Légende dorée (1864), la première traduction d’Evangéline (1864, rééd. 1886), un recueil de ses Drames et poésies dans la version de Xavier Marmier (1872, rééd. 1885). On ne manquera pas de citer la traduction de la fameuse Case de l’Oncle Tom de Harriet Beecher-Stowe en 1852, ni de noter, pour N. Hawthorne, une concentration intéressante de traductions entre 1850 et la fin des années 1860 : La Lettre rouge (1853), Trois contes (1853), Le Livre des Merveilles (1858, rééd. 1885), Contes étranges (1866), etc. Si l’on adjoint à ce panorama très succinct les traductions d’E. A. Poe signées par C. Baudelaire en 1852-1855 ainsi que celles de S. Mallarmé en 1875 (rééd. 1888), on conviendra que les traductions de M. Twain parues en 1884 et 1886 s’insèrent dans un contexte général d’ouverture et d’intérêt pour les productions littéraires venues de l’Amérique qui relativise quelque peu une supposée indifférence française.

  • 6 Ronald Jenn, « Les aventures de Tom Sawyer : traductions et adaptations », Palimpsestes, no 16, 200 (...)

4La situation sociopolitique au sens large est également à prendre en compte pour tenter de retracer la raison d’être spécifique et le destin des traductions de Mark Twain en France. En effet, à une époque (1881-1882) où les lois de Jules Ferry sur l’école primaire promeuvent le principe d’une scolarisation gratuite, laïque et obligatoire, le besoin de livres pour enfants se fait sentir, créant de nouveaux marchés pour les œuvres françaises et étrangères6. Ce contexte historique particulier dans lequel s’inscrivent les premières traductions de W.-L. Hughes laissera son empreinte sur Les Aventures de Huckleberry Finn.

Les Aventures de Huck Finn dans la version de W.-L. Hughes

  • 7 Id., « From American Frontier to European Borders. Publishing French Translations of Mark Twain’s N (...)
  • 8 Ibid., p. 239. Voir cependant, dans ce volume, les analyses de B. Wilfert-Portal relatives à la pol (...)

5Les Aventures de Huck Finn sortent à Paris chez Hennuyer, une maison d’édition qui, outre des ouvrages labellisés « Bibliothèque nouvelle de la jeunesse » (comme c’est ici le cas pour M. Twain), édite également des récits de voyages, des livres d’anthropologie et de botanique, des thèses de doctorat7, etc. Publier des livres étrangers pour enfants semblait assez risqué à l’époque, comme en témoigne la mésaventure de Hachette qui avait essayé sans succès, vingt ans auparavant, de mettre sur le marché les contes américains d’une certaine Miss Macintosh8. Une subvention de l’État était nécessaire pour que l’aventure soit viable ; le lien étroit de l’institution politique avec l’éditeur se lit ainsi dans la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » imprimée sur certains livres de la collection. Hennuyer se range parmi les éditeurs laïques en collaborant étroitement avec le ministère de l’Instruction publique. Le traducteur « maison », W.-L. Hughes, semble présenter un profil en adéquation avec cette ligne.

  • 9 Claire Maniez, « Les traductions françaises de The Adventures of Huckleberry Finn : production et r (...)
  • 10 John Habberton (1842-1921) est un auteur américain connu pour des récits humoristiques qui ont remp (...)

6Les travaux réalisés sur la réception des traductions de M. Twain en France9 indiquent que William-Little Hughes (1822-1887), Irlandais de naissance, vint s’établir en France en 1857. Tout en travaillant au ministère de l’Intérieur, il mena une activité de traducteur assez importante dans le domaine anglophone : M. Twain, mais aussi E. A. Poe (Œuvres choisies). Il est également l’auteur d’une « imitation » (Les Bébés d’Hélène, 1878) et d’une « traduction » (Récits d’un Humoriste, 1880) de J. Habberton10, publiées chez le même éditeur. Ainsi, lorsqu’il s’attaque à Mark Twain, W.-L. Hughes n’en est pas à son premier essai. Quel sera son projet de traduction pour rendre en français un récit aussi complexe que Les Aventures de Huckleberry Finn ?

  • 11 C’est le 18 décembre 1865 que l’esclavage est officiellement aboli aux États-Unis, quelques mois ap (...)
  • 12 Judith Lavoie, « Traduire pour aseptiser. Huck Finn revu et corrigé par W.-L. Hughes », Babel, 43-3 (...)

7Cet ouvrage constitue en effet un cas atypique en littérature : dans un contexte où le passé esclavagiste des États américains du Sud est encore tout proche11, les héros, un jeune garçon blanc, Huckleberry Finn, en rupture de ban, et un esclave noir en fuite, Jim, vont peu à peu lier amitié et connaître un certain nombre d’aventures en descendant le Mississipi. Là où, au début, on pouvait s’attendre à trouver un roman s’inscrivant dans l’héritage des plantation novels, où l’esclave est par nature l’incarnation même de l’idiot12, M. Twain prend le contrepied en campant un Jim souvent malicieux et émouvant, débrouillard, rendu encore plus vivant par l’usage d’une langue orale savoureuse, qui tranche avec le langage très populaire et approximatif du jeune Huck. La visée anti-esclavagiste de l’auteur ne fait ici aucun doute, qui met, pour ainsi dire, ses deux héros sur un pied d’égalité : Huck, tout comme Jim, sont des fuyards, dont le niveau d’éducation est plus que rudimentaire (dès le chapitre I, Huck est peint comme un sauvageon qu’il s’agit de civiliser, mission que s’est donné la pieuse veuve Douglas). La tâche qui attend W.-L. Hughes n’est donc pas des plus aisées, face à un texte d’une telle épaisseur linguistique mais aussi idéologique. Force est de constater que la visée auctoriale de M. Twain n’avait que peu de chance de rencontrer celle d’un traducteur français vivant sous la Troisième République. On reprendra ici – sans s’y attarder outre mesure car des études spécifiques existent déjà, auxquelles il sera fait référence dans cette étude – quelques points saillants de la traduction de Hughes.

  • 13 Claire Maniez, « Ruptures de contrat : les traductions françaises de The Adventures of Huckleberry (...)

8D’emblée, l’économie générale du livre est bouleversée par le traducteur qui, sur les 43 chapitres de l’original, n’en retient que 34, et introduit des titres de chapitres, là où l’original américain n’en comporte aucun (au plus des indications sur les séquences vécues par les personnages dans le sommaire et ajoutées après-coup dans l’édition américaine). La volonté interventionniste du traducteur est manifeste, comme en témoignent certaines altérations flagrantes du roman. Ainsi, dès le prologue, s’opère un changement du contrat de lecture voulu par Twain, qu’on a pu qualifier de « malentendu13 » : en faisant affirmer à Huck (c’est la phrase d’ouverture du livre français) « L’ami de Tom, c’est moi, Huckleberry Finn », Hughes place le roman dans le prolongement des Aventures de Tom Sawyer (qu’il a traduites deux ans auparavant), un argument commercial pour ainsi dire (vous avez aimé Tom Sawyer, vous aimerez Huckleberry Finn), alors que Twain avait dans l’esprit d’opposer les deux personnages. D’où un effet répétitif mal perçu en France. Par ailleurs, le traducteur réorganise le chapitre liminaire en ajoutant des détails absents de l’original, comme par exemple la réunion chez la veuve Douglas au sujet de l’avenir de Huck, totalement inventée par Hughes :

  • Huck, maintenant que tes moyens te permettent de choisir une profession, n’as-tu pas envie de devenir médecin ? me demanda un vieux monsieur.

    • 14 Mark Twain, Les Aventures de Huck Finn, traduction de William-Little Hughes, Paris, Hennuyer, 1886, (...)

    Oh ! non, répliquai-je. Mon père disait toujours que les médecins ne servent qu’à tuer plus vite un malade.14

9De même, on remarque un changement sensible dans la caractérisation des personnages : supériorité de Huck dans les dialogues (les répliques de Jim ont été considérablement raccourcies au fil du texte, ce qui fait pencher le volume global des paroles prononcées en faveur de Huck) ; à la relation d’amitié présente dans l’original se substitue, en traduction, un rapport dominant/dominé : Jim vouvoie Huck, l’appelle « Massa Huck » (une déférence absente chez Twain qui vise au contraire à mettre les deux héros sur le même plan), et est visiblement cantonné dans son état d’esclave, bête et soumis (le mot « bêtise » revient souvent chez Hughes lorsqu’il s’agit de Jim). Corrélativement, Jim n’exprime pas de sentiments en français, alors qu’il appelle parfois Huck « chile » (« child ») ou « honey » en version originale, soulignant une vraie affection de l’adulte pour l’enfant. Réciproquement, Huck ne marque pas d’affect particulier pour Jim en français, notamment lors de l’épisode des retrouvailles entre Huck et Jim. Après l’épisode chez les Grangerford au chapitre XVIII, Huck entend la voix de Jim qu’il croyait ne plus jamais revoir :

It was Jim’s voice – nothing ever sounded so good before.
Je me mis à appeler le nègre. Une voix me répondit.

10Le meilleur exemple de la volonté du traducteur d’affadir le personnage de Jim en lui ôtant toute capacité affective est visible lorsque l’esclave noir évoque sa douleur d’avoir frappé sa fillette alors qu’elle était devenue sourde suite à une maladie (chap. XXIII) : la scène n’est tout bonnement pas traduite par Hughes.

  • 15 Ibid., p. 124.

11Le traducteur ne s’en tient pas là et procède à d’autres réorientations dans l’intrigue : ainsi la vendetta familiale entre les Grangerford et les Shepherdson, qui finit par un carnage dans l’original, se conclut, en français, par un mariage (le traducteur prend même la peine d’expliquer en note qu’en Amérique, on pratique fréquemment ces « mariages à la minute15 » où le consentement des parents n’est pas requis !). Autre aménagement significatif de l’intrigue, Huck rentre sagement au bercail à la fin du roman en version française, quand l’échappée belle se poursuit chez Twain : on assiste au départ de Huck pour le territoire indien afin d’échapper aux velléités civilisatrices de la tante Sally…

12Certaines modifications sont à mettre en relation avec le contexte sociopolitique français déjà évoqué plus haut. En effet, comme il s’agissait de livres susceptibles d’être offerts comme prix d’école ou comme étrennes, avec des personnages pouvant devenir des modèles pour les écoliers de l’enseignement public, il n’était guère acceptable de présenter des héros complètement incultes et marginaux. Les sociolectes se voient en conséquence lissés, réécrits en bon français, afin de gommer les variations non standard de l’anglais parlé par Jim et Huck. Aucun marqueur linguistique caractérisant les personnages ne subsiste (à part le « massa » introduit par Hughes).

  • 16 Ibid., p. 5.
  • 17 M. Twain, Adventures of Huckleberry Finn, New York, Norton Critical Editions, 1999, p. 32.

13De même, dans la version française, Hughes se sent obligé de modifier les données de la biographie de Huck (en affirmant que sa mère lui avait « un peu appris à lire et à écrire16 », quand l’original affirme – c’est le père du héros qui parle – : « Your mother couldn’t read, and she couldn’t write, nuther, before she died17 ») ; Huck manie également avec virtuosité concordance des temps et imparfaits du subjonctif, ne fait pas de fautes d’orthographe (« civiliser » au lieu de « sivilize ») – sorte d’hommage implicite du traducteur aux bienfaits de la scolarisation… D’autre part, l’exigence de laïcité, conséquence des lois Ferry sur l’école, empêche sans doute le traducteur de garder en français toutes les allusions religieuses présentes dans le texte original. Au chapitre XVII, lorsque Huck arrive chez les Grangerford, il constate la présence, sur la table du salon, d’une Bible, et d’un livre d’édification très prisé chez les protestants, le Pilgrim’s Progress de J. Bunyan (on le retrouve évoqué dans Les Quatre Filles du docteur March de L.M. Alcott par exemple). On apprend également au passage que la famille lit le Courrier presbytérien. Rien de tout cela n’apparaît dans la traduction, pas plus que l’épisode du camp de missionnaires (chap. XX), purement et simplement supprimé par Hughes.

  • 18 Judith Lavoie, « Traduire pour aseptiser… », art. cit., p. 194.

14Au total, on se rend compte que le traducteur, conformément à sa feuille de route éditoriale et au titre de la collection dans laquelle sa traduction est publiée, a significativement réorienté pour un public d’enfants ce qui, pour M. Twain, était à l’origine un « boy’s book » lisible par jeunes et moins jeunes. On a pu aller jusqu’à parler de « sabotage18 » de l’intentio auctoris tant il est vrai que la traduction de Hughes lamine le discours ironique et engagé inhérent à l’œuvre. Par ailleurs, cette traduction nous amène aussi à nuancer quelque peu l’image d’un xixe siècle littéraliste, uniquement préoccupé de fidélité traductive, même si, et de manière assez inexplicable, Hughes se targue d’avoir procédé avec « l’autorisation de l’auteur ». Le travail de Hughes le rapproche bien plus de la tradition des « belles infidèles » que d’une traduction sourcière. Et ces transformations ne s’arrêtent pas là. Elles s’opèrent également sur un autre plan, plus complexe : celui des illustrations de l’ouvrage.

Traduire en images : la « traduction » des illustrations en français

  • 19 Gisela Thome, « Die Übersetzung deutscher Kinderbücher ins Französische aus semiotischer Sicht », d (...)

15Les illustrations font partie intégrante des livres de jeunesse qu’elles contribuent à agrémenter ou à expliciter, facilitant ainsi la lecture d’un jeune public. Elles sont un élément non négligeable du texte avec lequel elles se situent le plus souvent dans une relation d’adéquation et de complémentarité. Pourtant, paradoxalement, c’est surtout l’aspect textuel des livres qui a jusqu’ici retenu l’attention ; on s’est encore trop rarement interrogé sur la nature des images choisies – texte à part entière qui véhicule un message selon la manière de se situer dans la page, de dialoguer (ou non) avec le texte qu’il accompagne, de susciter de nouvelles interprétations de l’histoire racontée, etc.19. Cette question prend une nouvelle ampleur dans le cas de traductions : bien souvent, en effet, les illustrations de l’œuvre originale ne sont pas reprises par l’éditeur de la langue cible qui passe commande de nouvelles planches. La problématique de la traduction devient alors double : il s’agira à la fois dans ce cas d’une nouvelle traduction intersémiotique texte→image dans la langue d’arrivée, ainsi que d’une traduction interculturelle image→image où primera l’acceptabilité visuelle dans la culture d’accueil. Le choix d’un nouvel illustrateur va donc s’avérer déterminant dans la réception de l’ouvrage traduit.

Le profil des illustrateurs

  • 20 Pour plus de détails sur W. Kemble dessinateur voir Earl F. Briden, « Kemble’s “Specialty” and the (...)
  • 21 Earl F. Briden, « Kemble’s “Specialty”… », art. cit., p. 35.
  • 22 Ibid., p. 45. « Les illustrations feront l’affaire – juste l’affaire – et c’est la meilleure des ch (...)

16William Windsor Kemble (1861-1933) est un tout jeune homme lorsqu’il entame sa collaboration avec Mark Twain20. Ce dernier était tombé sur les dessins que Kemble avait fait paraître dans le magazine Life ou bien dans le New York Daily Graphic au cours des années 1880 et avait souhaité lui commander les illustrations de son nouveau livre. Très rapidement, Kemble va devenir le dessinateur de Noirs par excellence (« the Negro being my specialty21 »), une figure qu’il poussera presque jusqu’à la caricature dans Huckleberry Finn, réécrivant pratiquement la relation entre Huck et Jim : en effet, alors que Jim acquiert de plus en plus d’épaisseur au fil du roman, il se voit pour ainsi dire réduit, dans les dessins de Kemble, à une figure de bande dessinée à la limite de la caricature (yeux écarquillés en signe d’ébahissement, mâchoire tombante, bouche ouverte aux lèvres épaisses, etc.). Kemble passe ainsi à côté de l’évolution de Huck, qui reconnaît de plus en plus en Jim un être humain. Twain ne fut guère satisfait, apparemment, des dessins produits, se résignant à cet aveu révélateur : « The pictures will do – they will just barely do – & that is the best I can say for them22. » Les illustrations de Kemble ont nécessairement orienté de manière subtile la réception du texte, en minorant, en quelque sorte, la portée polémique du roman de Twain dans le contexte post-esclavagiste déjà évoqué plus haut.

  • 23 Ronald Jenn, « From American Frontier to European Borders… », art. cit., p. 239.

17Achille Sirouy (1834-1904), pour sa part, n’est plus vraiment un débutant lorsqu’il s’associe à Hughes pour l’éditeur Hennuyer. Ancien élève de l’école des Beaux-Arts, peintre et lithographe, il expose successivement aux Salons de 1859, 1861 et 1863, et semble avoir joui d’une certaine reconnaissance : chevalier de la Légion d’honneur en 1869, il a réalisé d’importantes commandes d’État sous le Second Empire et la Troisième République, de style très académique, telles que l’allégorie du mariage réalisée à la mairie du IIIe arrondissement de Paris en 1893, ou bien la décoration de l’hôtel de Salm. Sa collaboration avec Hennuyer n’est pas une première puisqu’il a déjà illustré Les Aventures de Tom Sawyer deux ans auparavant, dans la traduction de Hughes. Il est également l’auteur d’illustrations pour Le Neveu de Sadi, conte persan de F. de Claramond, lui aussi publié chez Hennuyer en 1888. La participation d’Achille Sirouy au volume semble avoir été un argument publicitaire de poids à l’époque, son nom étant sans doute plus connu que celui de l’écrivain américain lui-même23.

Premières de couverture

  • 24 Loc. cit.
  • 25 On pense ici notamment à la Divine Comédie de Dante, illustrée par G. Doré dans une édition de luxe (...)

18À la différence des deux versions en langue anglaise, assez statiques et conventionnelles, la couverture de l’édition française témoigne d’une recherche particulière. Le dynamisme de la figure du Roi, en haut à gauche (qui n’est pas sans faire penser aux débuts de la bande dessinée), renforcé par le graphisme du titre (volutes in-de-siècle qui « traduisent » peut-être aussi le caractère hasardeux des aventures racontées), contraste de façon frappante avec la représentation de Jim et Huck, paisiblement installés dans leur canot et en pleine discussion. On a pu voir24 dans cette opposition un résumé efficace de l’univers du roman de Twain, fondé sur la relation entre les deux héros, que le Roi et son comparse le Duc viendront bouleverser. Le livre lui-même est un objet raffiné (tranche dorée, papier au grain épais, reliure de prestige), qui témoigne de l’intérêt de plus en plus porté aux « beaux livres » en cette fin de xixe siècle, où l’aspect visuel compte finalement plus que le texte-lui-même25. On comprend donc sans peine que ce type d’ouvrage ait pu être offert comme livre de prix ou d’étrennes.

Les images dans le texte en VO et en VF

19Un aperçu rapide révèle que la densité d’images dans le texte est bien différente selon qu’il s’agit de l’ouvrage original ou de la traduction de Hughes. Le texte de M. Twain comporte en effet une moyenne de quatre illustrations par chapitre, ainsi réparties : une vignette en ouverture du chapitre, une ou deux vignettes dans le cours du texte, et une dernière en clôture de la séquence. Le texte est donc constamment accompagné par l’image. Le ratio texte/image est sensiblement modifié dans la version française : le nombre de vignettes par chapitre n’est pas fixe (de une à quatre selon les passages), il n’y en a jamais en ouverture ni en clôture de chapitre, et les images de la traduction sont de taille variable selon les scènes. On comprend donc que le texte français est moins dépendant de l’image (dans certains chapitres, comme le troisième, cinq pages s’enchaînent sans une seule image, ce qui n’arrive jamais dans l’original), ce qui s’explique peut-être par le fait que le livre s’adresse à un jeune public plus autonome en lecture. En quoi ces changements peuvent-ils modifier la lecture de l’ouvrage dans la langue d’arrivée ? Des exemples pris tout au long du roman en version originale et en version française nous permettent d’esquisser quelques hypothèses. L’image peut ainsi souligner l’importance accordée à tel ou tel personnage : si, en version française, la première vignette où apparaît Jim se place au chapitre V (et il n’est pas seul sur l’image), en version originale, Jim a droit a un portrait de lui seul dès le chapitre II, ce qui en fait visuellement, dès le début, un acteur important de l’histoire. De même, dans le chapitre I (partiellement apocryphe) de la VF, la vignette où l’on voit Huck questionné sur son avenir occupe quasiment toute la page, en lieu et place d’un texte qui n’existe pas dans l’original.

20D’autre part, le Huck américain apparaît assez différent du Huck vu par l’illustrateur français :

21W. Kemble présente un petit sauvageon habillé de vêtements de fortune et coiffé d’un chapeau de paille élimé, à côté d’un vieux tronc d’arbre, avec à la main droite un lapin, à la main gauche un fusil. Huck apparaît ici comme un petit paysan, pauvre mais facétieux, ainsi qu’en témoigne l’expression malicieuse de son visage. Le Huck français n’a plus grand-chose de commun avec son homologue américain : visage inexpressif, allure citadine (il porte veste, gilet et une sorte de lavallière, en tenant fermement son couvre-chef sous le bras), il apparaît bien plus civilisé sous le trait d’A. Sirouy, ce qui modifie en profondeur son identité romanesque.

22On retrouve un autre aspect de ce changement dans l’illustration de la fugue de Huck. Voulant échapper à son père violent, le jeune garçon décide de s’en aller de chez lui et de descendre le Mississipi sur un canot. Les deux illustrateurs poursuivent encore deux projets graphiques bien différents d’une langue à l’autre :

23Dans la version originale, on trouve un Huck tranquillement allongé dans sa barque en train de fumer la pipe, parfait exemple d’un bonheur sans nuage ; dans l’image française, en revanche, c’est un sentiment d’inquiétude qui affleure : Huck est représenté assis, regardant derrière lui, presque sur le qui-vive. Le soulagement que peut éprouver Huck en retrouvant la liberté semble ne pas être relayé par Sirouy (afin de ne pas donner de mauvaises idées aux jeunes lecteurs français ?), qui répugne, en outre (à la différence de Kemble), à montrer un enfant en train de fumer.

24Autre exemple, mettant cette fois en scène Huck et Jim lors de leur première rencontre sur l’île, au chapitre VIII. Jim, esclave en fuite qui craint d’être repris, prend Huck pour un fantôme et le supplie de ne pas lui faire du mal en se jetant à genoux devant lui (figures ci-contre).

25Ici encore, les différences entre les deux versions sont notables : la pauvreté des personnages américains est mise en évidence par leur habillement (pantalons attachés avec des bretelles de fortune, chapeaux fatigués, etc.) tandis que dans la traduction française, l’image donne un tout autre effet : certes, Jim est pieds nus (image stéréotypée de l’esclave), mais pour le reste, il est vêtu très correctement d’un gilet ajusté et d’une chemise, tout comme Huck qui, loin de ressembler au petit gamin aventureux de l’original, fait penser à un fils de bourgeois en goguette, le fusil dans le dos. La volonté de Sirouy de rapprocher les personnages du lecteur cible semble ici évidente.

26On citera un dernier exemple, touchant cette fois à la traduction graphique des realia :

  • 26 Mark Twain, Les Aventures de Huck Finn, op. cit., p. 63.

27Jim aide Huck à se déguiser en fille (chapitre X). Dans l’original, le texte indique qu’ils confectionnent un déguisement de fortune à partir de vêtements féminins trouvés auparavant sur la maison flottante, qu’ils raccourcissent puis ajustent à l’aide d’agrafes (« hooks »). Huck coiffe ensuite un « sun-bonnet » (sorte de chapeau de jardin à la mode des pionniers de l’Ouest). Le traducteur français, lui, ajoute une précision absente dans l’original : « Jim, comme beaucoup de nègres, savait coudre26. » Le chapeau de jardin devient « un grand chapeau de campagne », et Sirouy le représente sous la forme plus élaborée d’une capeline avec rubans très « petites filles modèles ». La robe témoigne de la même recherche : volants, col agrémenté d’un nœud, longueur aux chevilles, bref, on comprend que l’illustrateur se soit fié à la traduction de Hughes qui fait dire à Huck « Elle paraissait avoir été faite pour moi », là où Twain affirme avec une ironie certaine (décalage que souligne finement le dessin de Kemble) : « It was a fair fit. » Il est donc évident que l’illustrateur français a eu à cœur de ne pas dépayser ses lecteurs, en leur donnant à voir des personnages proches d’eux tant dans leur habillement que dans leurs attitudes. L’image a (comme souvent) pour vocation de rapprocher le texte du public visé, en accord ici avec la version de Hughes, elle-même parfait exemple de traduction ethnocentrique.

  • 27 Claire Maniez, « Ruptures de contrat… », art. cit., p. 99-100.
  • 28 Mark Twain, Les Aventures de Huckleberry Finn, traduction de l’américain de Suzanne Nétillard, Pari (...)
  • 29 Notamment celle d’André Bay, parue en 1970 au Cercle du bibliophile à Genève, qui reprend quelques (...)
  • 30 Le catalogue de la BnF en recense cinq à ce jour (hors les nombreuses adaptations pour enfants).

28On sait, par son commentaire ironique de la traduction française de sa nouvelle humoristique « The Jumping Frog of Calaveras County » parue en 1872 dans la Revue des Deux Mondes, que M. Twain tenait en piètre estime les traductions réalisées en France27. Qu’aurait-il dit de celle-ci, qui se réclame justement de son autorisation ? On ne dispose malheureusement pas de réaction de l’auteur à la version de W.-L. Hughes, dont il fut pourtant le contemporain direct. Ne serait-ce que parce qu’elle fut la seule disponible sur le marché éditorial français jusqu’en 1948, date de la traduction de S. Nétillard28, cette traduction eut un impact considérable dans la réception de l’œuvre de Twain en France, qu’elle contribua à orienter significativement. Le fait que certaines illustrations d’A. Sirouy aient été reprises dans des traductions françaises du xxe siècle29 révèle également que l’ouvrage paru en 1886 connut une popularité durable. Le nombre de retraductions ayant été publiées après 194830 témoigne néanmoins d’une prise de conscience croissance de la complexité de l’œuvre originale et de l’insatisfaction des traducteurs ultérieurs, de plus en plus désireux de se rapprocher du « vrai » Huckleberry Finn.

Notes

1 L’édition américaine date de 1885, chez Webster & Co.

2 Pour la réception de Mark Twain en France à partir des années 1880, voir Cyrille Arnavon, Les Lettres américaines devant la critique française (1887-1917), Paris, Les Belles Lettres, 1951, p. 71 sqq.

3 Cf. ibid.

4 Jules Laforgue, « Les brins d’herbes », La Vogue, t. I, no 10, 28 juin 1886.

5 Henry Wadsworth Longfellow, Évangéline. Conte d’Acadie, étude littéraire et traduction de Louis Dépret, Paris, Boussod Valadon et Cie, 1886.

6 Ronald Jenn, « Les aventures de Tom Sawyer : traductions et adaptations », Palimpsestes, no 16, 2004.

7 Id., « From American Frontier to European Borders. Publishing French Translations of Mark Twain’s Novels Tom Sawyer and Huckleberry Finn (1884-1963) », Book History, vol. 9, 2006, p. 238.

8 Ibid., p. 239. Voir cependant, dans ce volume, les analyses de B. Wilfert-Portal relatives à la politique éditoriale de l’éditeur Mame en matière de traduction de littérature pour la jeunesse.

9 Claire Maniez, « Les traductions françaises de The Adventures of Huckleberry Finn : production et réception », Annales du monde anglophone, no 7, 1998, p. 75 (notes) ; Ronald Jenn, « From American Frontier to European Borders… », art. cit., p. 239 ; Id., « Les aventures de Tom Sawyer… », art. cit., p. 139.

10 John Habberton (1842-1921) est un auteur américain connu pour des récits humoristiques qui ont remporté un grand succès auprès du jeune public aux États-Unis, notamment Helen’s Babies (1877) que Hughes a traduit en français.

11 C’est le 18 décembre 1865 que l’esclavage est officiellement aboli aux États-Unis, quelques mois après l’assassinat du président Abraham Lincoln qui en avait été l’initiateur.

12 Judith Lavoie, « Traduire pour aseptiser. Huck Finn revu et corrigé par W.-L. Hughes », Babel, 43-3, 2002.

13 Claire Maniez, « Ruptures de contrat : les traductions françaises de The Adventures of Huckleberry Finn », dans Liliane Louvel (dir.), L’incipit, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 91.

14 Mark Twain, Les Aventures de Huck Finn, traduction de William-Little Hughes, Paris, Hennuyer, 1886, p. 5-6.

15 Ibid., p. 124.

16 Ibid., p. 5.

17 M. Twain, Adventures of Huckleberry Finn, New York, Norton Critical Editions, 1999, p. 32.

18 Judith Lavoie, « Traduire pour aseptiser… », art. cit., p. 194.

19 Gisela Thome, « Die Übersetzung deutscher Kinderbücher ins Französische aus semiotischer Sicht », dans Wolfgang Pöckl, Michael Schreiber (Hrsg.), Geschichte und Gegenwart der Übersetzung im französischen Sprachraum, Bern, Peter Lang, 2008.

20 Pour plus de détails sur W. Kemble dessinateur voir Earl F. Briden, « Kemble’s “Specialty” and the Pictorial Countertext of Huckleberry Finn », dans Forrest G. Robinson (dir.), The Cambridge Companion to M. Twain, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

21 Earl F. Briden, « Kemble’s “Specialty”… », art. cit., p. 35.

22 Ibid., p. 45. « Les illustrations feront l’affaire – juste l’affaire – et c’est la meilleure des choses que je puisse dire en leur faveur. » C’est nous qui traduisons.

23 Ronald Jenn, « From American Frontier to European Borders… », art. cit., p. 239.

24 Loc. cit.

25 On pense ici notamment à la Divine Comédie de Dante, illustrée par G. Doré dans une édition de luxe chez Hachette en 1861.

26 Mark Twain, Les Aventures de Huck Finn, op. cit., p. 63.

27 Claire Maniez, « Ruptures de contrat… », art. cit., p. 99-100.

28 Mark Twain, Les Aventures de Huckleberry Finn, traduction de l’américain de Suzanne Nétillard, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1948.

29 Notamment celle d’André Bay, parue en 1970 au Cercle du bibliophile à Genève, qui reprend quelques planches isolées de l’édition Hennuyer.

30 Le catalogue de la BnF en recense cinq à ce jour (hors les nombreuses adaptations pour enfants).

Auteur

Professeure de littérature comparée à l’université de Nantes et membre de l’IUF où elle dirige actuellement le projet TSOcc (La traduction sous l’Occupation – France, Belgique 1940-1944). Ses domaines de recherches englobent la poésie européenne (de l’Antiquité à nos jours, notamment anglaise, allemande et néohellénique) et l’histoire de la traduction, en particulier poétique, depuis la fin du xviiie siècle. Auteure, entre autres, de Transactions secrètes. Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et Hölderlin (Artois Presses Université, 2003) et de La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du xixe siècle. Réception et interaction poétique, Niemeyer, 2009), elle a également dirigé des ouvrages collectifs (parmi les derniers parus, Traduire en langue française en 1830, Arras, Artois Presses Université, 2012) et signé divers travaux sur la traduction de la poésie européenne en français et sur les poètes-traducteurs. Elle a co-dirigé avec Yves Chevrel et Lieven D’hulst le volume Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 paru aux éditions Verdier en 2012. Son dernier ouvrage (Wer, wenn ich schriee, hörte mich. Volume 5. Rilke, la première élégie) vient de paraître aux Presses universitaires de Bordeaux. [www.christine-lombez.com]

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search