Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

I. Données bibliométriques

La traduction en Suisse romande après 1886

Coup d’œil sur un champ de recherche

Irene Weber Henking

Texte intégral

Les sources

1Contrairement à d’autres bibliothèques nationales, la Bibliothèque nationale suisse n’a été fondée qu’en 1895 avec la mission de rassembler les Helvetica, c’est-à-dire toutes les publications qui ont trait à la Suisse, œuvres et traductions d’auteurs nationaux (ou d’étrangers résidant depuis longtemps en Suisse) parues en Suisse ou ailleurs, en bref l’ensemble de la production suisse en matière d’imprimés. Comme la Suisse ne connaît pas, contrairement à la France, le dépôt légal, la Bibliothèque nationale suisse a conclu en 1915 une convention avec les éditeurs suisses. Cette convention règle le dépôt d’un exemplaire gratuit de chacune de leurs publications – mais ne le garantit pas.

2Ce sont par contre les bibliothèques cantonales qui connaissent le système du dépôt légal, mais seulement depuis 1938 et seulement dans certains cantons comme Vaud, Genève et Fribourg. Là encore, la Suisse fait figure d’exception européenne et là encore, cela ne facilite pas la recherche. Nous avons donc une bibliothèque nationale suisse, mais 26 cantons avec 26 bibliothèques cantonales régies par autant de lois.

3Les recherches bibliographiques concernant les années avant 1900 s’avèrent donc particulièrement difficiles.

4Si nous avons un catalogue central et en ligne à la Bibliothèque nationale suisse du nom Helveticat qui retrace les documents suisses jusqu’en 1465, date de la plus ancienne publication répertoriée, nous savons que cette source est lacunaire, partielle et probablement garnie d’un nombre impressionnant de fautes. Le catalogage n’est pas systématique, ni en ce qui concerne l’ensemble de la production du livre suisse avant 1900, i.e. tous les livres n’ont pas pu être rachetés au moment de la création de la Bibliothèque nationale suisse, ni en ce qui concerne l’établissement d’une fiche par livre. Ainsi, une traduction peut entrer dans le catalogue avec la mention « traduction », « traduit de », « de l’allemand » ou rien du tout. Difficile donc d’établir une liste exhaustive dans ces circonstances, sans parcourir des kilomètres de rayonnage et prendre chaque volume en main.

5Du côté des bibliographies imprimées, la situation n’est guère plus encourageante : nous disposons depuis 1871 d’une Bibliographie de la Suisse : revue bibliographique et critique des publications nouvelles de la Suisse, publication mensuelle, reprise à partir de 1878 (et cela jusqu’en 1900) par la Bibliographie et chronique littéraire de la Suisse, mais cette bibliographie, éditée à Bâle chez l’éditeur Henri Georg, qui s’adresse en français et en allemand à ses lecteurs, ne retrace qu’accidentellement les traductions. En effet, cette bibliographie s’autoproclame « organe central embrassant toute la production littéraire en Suisse », mais se base uniquement sur les annonces spontanées de « MM. les imprimeurs, éditeurs et auteurs […] de toute nouvelle publication ».

6Cette source écrite semble donc particulièrement peu fiable et la comparaison entre l’année 1886 de la Bibliographie et chronique littéraire de la Suisse avec les données du catalogue Helveticat de la Bibliothèque nationale suisse le prouve : nous avons répertorié 9 traductions en première édition pour l’année 1886 dans la Bibliographie imprimée sur papier et 23 traductions dans le catalogue en ligne, ces deux chiffres ne comprenant pas les rééditions. Ce qui est particulièrement gênant, c’est que les traductions de la Bibliographie imprimée ne se retrouvent pas forcément dans le catalogue en ligne : ainsi, sur les neuf traductions de la Bibliographie papier de l’année 1886, nous n’en retrouvons que deux dans le catalogue en ligne pour la même année. Cinq autres traductions sont dans le catalogue en ligne, mais pour des années différentes et deux traductions ne se retrouvent plus du tout – même pas à la BnF.

7La présente étude ne se base donc pas sur la Bibliographie et Chronique de la Suisse et privilégie le catalogue de la Bibliothèque nationale suisse. À cette source imparfaite s’ajoute une deuxième source : les revues littéraires. Si cette source d’information est assez sûre dans le sens que nous avons un accès direct aux volumes, il en est tout autrement des références données ou éludées à l’intérieur des volumes : en ce qui concerne les traductions, il est très fréquent que ni l’auteur, ni le titre de l’œuvre originale et encore moins souvent le traducteur ne soient nommés.

8Là encore, faire un relevé rapide de la situation de la traduction autour de 1886 s’avère difficile.

9Malgré la fiabilité toute relative des sources, les divers documents reproduits en annexe donnent un premier aperçu de la situation traductive en Suisse, autour de 1886.

1886 : période et sources

10Pour pouvoir apprécier un éventuel impact de la convention de Berne (signée en 1886 et ratifiée en décembre 1887 par huit États : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Suisse et Tunisie) sur le cours des traductions effectives, la période étudiée a été élargie. Les documents en annexe rassemblent les relevés du catalogue Helveticat pour les années 1886 à 1900 et les données de quatre revues littéraires de Suisse romande entre 1885 et 1890. La différence de période analysée entre le catalogue et les revues est volontaire : le principe de base a été que la réactivité du marché des revues était meilleure par rapport à celle du livre imprimé. En clair, il a paru préférable de prendre en considération une période plus longue pour le livre imprimé pour éventuellement observer un changement dû à la signature et la ratification de la convention de Berne.

  • 1 www.hls-dhs-dss.ch (consulté le 3 novembre 2014).

11En ce qui concerne les revues, quatre titres au profil plutôt littéraire sont retenus. Tout d’abord, la Bibliothèque populaire de la Suisse romande, une revue avec des prétentions esthétiques qui paraît une fois par mois à Lausanne, entre 1882 et 1888 et qui sera reconduite sous le titre Bibliothèque du foyer entre 1889 et 1891. Une des plus vénérables revues de la Suisse romande est sans doute la Revue de Belles-Lettres, fondée en 1836 par la société du même nom et qui continue à paraître et s’engager dans la publication de poésie française, romande et en traduction. Pour ce qui est de la troisième revue analysée et qui couvre la période qui nous intéresse, il s’agit de la revue La Famille. Journal pour tous, un bimensuel qui paraît entre 1860 et 1924. Cette revue a des visées d’éducation morale, et les traductions qui y sont publiées portent des titres assez évocateurs comme « Le onzième commandement » d’après Max Frommel (1885), « En l’an de grâce » d’après Alois Riehl (1886) ou encore « L’utilité d’une fille » d’après un conte chinois (1887). Enfin la quatrième source retenue concerne la Bibliothèque universelle, une revue fondée en 1816 déjà qui devient à partir de 1865 le périodique littéraire et culturel le plus important de Suisse romande. C’est sous la direction d’Édouard Tallichet et de ses collaborateurs Eugène Rambert, Marc Monnier et Philippe Godet que la Bibliothèque universelle connaît son moment de gloire. Mais en 1930 elle disparaît, la formule encyclopédique de la revue étant « devenue désuète1 ».

La Bibliothèque nationale suisse. Le catalogue Helveticat

  • 2 Les relevés de la Bibliothèque nationale suisse ont pu être réalisés grâce à la collaboration d’Ann (...)

12La recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale suisse a porté uniquement sur des documents qui contiennent dans leurs champs indexés le mot « traduit » ou « traduction » ou des formes apparentées (traduits, trad, trad.) pour la période allant de 1886 à 1900, avec la langue cible « français » et le lieu d’édition en Suisse. Ont été écartées des recherches les rééditions car le catalogage n’a observé aucune systématicité dans ce domaine. Toutefois, il n’est pas exclu que des publications retenues soient tout de même des rééditions – mais il s’agit alors de rééditions non identifiées dans le catalogue2.

  • 3 Le CAS (Club Alpin Suisse), organisation faîtière des alpinistes suisses, fut fondé à Olten en 1863 (...)

13Si on regarde les chiffres pour le nombre des traductions publiées entre 1886 et 1900, on constate une relative stabilité : entre 20 et 25 traductions paraissent chaque année en Suisse romande, avec une pointe de 36 en 1892, dues essentiellement à des traductions dans le domaine du tourisme. Il s’agit en effet de la très populaire collection « L’Europe illustrée » dirigée par l’éditeur zurichois Orell-Füssli, et des publications de l’imprimerie genevoise Wyss et Duchêne, faisant suite notamment au 25e anniversaire du Club Alpin Suisse3.

  • 4 Otto Funcke, De la lumière aux ténèbres et des ténèbres à la lumière, traduction avec l’autorisatio (...)

14En ce qui concerne la répartition des langues sources, la moitié – voire une bonne moitié – des traductions se fait à partir de l’allemand – sauf en 1887, année pendant laquelle les textes sont en majorité d’origine anglaise. Nous n’avons que trois traductions de l’allemand – une situation qui ne se reproduira plus jusqu’à la fin du siècle. Parmi ces trois livres traduits de l’allemand, nous trouvons un livre du théologien allemand Otto Funcke, un mémoire sur le devoir de l’église chrétienne et un roman historique de l’égyptologue allemand Georg Ebers, Sérapis (Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart, 1885)4. L’essentiel de l’ensemble des livres traduits de cette année 1887 est consacré à l’éducation morale, que ce soit par la description d’une vie exemplaire ou des traités religieux et philosophiques. Et la littérature anglaise semble particulièrement riche dans cette catégorie.

15Si nous affinons maintenant le regard pour le concentrer sur la traduction littéraire, on constate une variation au niveau des chiffres entre 4 et 9 traductions par année, sans progression notable mais avec une petite pointe unique de 9 traductions en 1898. Cette pointe se réduit à la moyenne standard si nous tenons compte du fait que pendant cette année 1898 paraissent deux traductions plutôt exotiques : le missionnaire suisse Henri-Alexandre Junod (1863-1934) traduit des contes rassemblés lors de son séjour au Mozambique et l’helléniste genevois Jules Nicole (1842-1921) transpose des fragments de papyrus ramenés d’Égypte.

  • 5 Mihail Ûrevič Lermontov, Le Démon, poème de Lermontoff, traduit en vers français par P. Pelan d’Ang (...)
  • 6 Grigorij Petrovič Danilevskij [1829-1890], Moscou en flammes, traduit du russe, Paris, Perrin, 1896

16Pour ce qui est des langues sources de ces traductions littéraires, on recense deux langues principales, l’allemand et l’anglais, et deux langues qui reviennent avec plusieurs textes, le russe et l’italien. Mais compte tenu de l’époque et de la frénésie européenne pour la culture russe, on peut s’étonner du peu de traductions du russe : seulement 4 textes en 15 ans ! En 1887 paraît à Genève Le Démon de Lermontov qui a déjà été publié en France une première fois en 18585 ; en 1896 paraît à Lausanne et à Paris Moscou en flammes de Grégoire Danilewski6 qui a également connu une traduction antérieure, notamment dans la revue Bibliothèque universelle en 1887 ; en 1898 paraissent aux éditions M. Fischer à Genève Les Lettres de Pierre Olchowik, paysan du gouvernement de Kharkoff, qui a refusé de faire son service militaire en 1895, avec une lettre du comte L. Tolstoi, d’autres détails concernant cette affaire et une préface de M. G. Godet ; trad. du russe sur l’éd. de V.G. Tschertkoff ; et finalement un volume de Nouvelles et récits, traduit du russe par N.-V.-A. Kolbert, paru en 1893 à Neuchâtel aux éditions Berthoud et simultanément à Paris aux éditions Grassart, sans indication de l’auteur ni du titre original. Sur les quatre titres traduits du russe, il n’y a donc au final qu’une seule traduction publiée chez un éditeur suisse, sans la collaboration d’un éditeur parisien. Pour l’édition de la littérature russe traduite en livre, la Suisse ne semble donc pas avoir joué un rôle très important pendant ces années.

  • 7 Cette observation semble aussi confirmer l’analyse de Norbert Bachleitner au sujet des traductions (...)

17Pour mesurer l’éventuel impact de la convention de Berne sur les pratiques de traduction littéraire en Suisse romande, comparaison a été faite entre la date et le pays de l’édition originale et celle de la traduction. Étonnamment, on constate peu de changements entre 1886 et 1900. Une très grande majorité des traductions qui se basent sur des originaux dont la publication remonte à moins de dix ans mentionne sur la page de garde « traduit avec l’autorisation de l’auteur », que ce soit autour de 1886 ou vers 1890. Ce qui signifie aussi que presque toutes les traductions indiquent l’auteur de l’original7.

  • 8 Sur Johanna Spyri et plus particulièrement Heidi, voir Isabelle Nières-Chevrel, « Heidi en France ; (...)

18Le cas de Johanna Spyri (1829-1901), un auteur de livres pour la jeunesse, notamment les histoires de Heidi, semble particulièrement intéressant. Si les deux premières traductions françaises parues chez l’éditeur-libraire Fischbacher à Paris et chez Henri Georg à Bâle en 1882 ne mentionnent pas l’autorisation de l’auteur, les suivantes, parues en Suisse à partir de 1885, affichent toutes la mention « traduit avec l’autorisation de l’auteur » et cela jusqu’en 1932. À partir de 1933, cette mention disparaît à nouveau, l’éditeur redevient parisien (Flammarion) et le traducteur suisse, Charles Tritten, ajoute « une fin inédite » à l’œuvre de Spyri qui permettra de prolonger la vie de l’héroïne avec quatre volumes supplémentaires en français : Heidi a des enfants et devient même grand-mère – un bonheur qu’elle n’a jamais connu dans l’original allemand8.

Les revues littéraires

19Du côté des revues littéraires, le dépouillement des années 1885 à 1890 s’est avéré plus intéressant. Dans la Bibliothèque populaire de la Suisse romande, nous n’avons que deux traductions de récits italiens en mai et septembre 1890 sans indications concernant l’auteur ou le titre original. Il s’agit, en mai 1890, du texte « Le carnaval de Rome » sous la rubrique « Géographie, histoire, voyages ». Il est signé « traduit de l’italien par F.G. ». La deuxième traduction paraît en septembre de la même année dans la rubrique « Nouvelles » sous le titre « Une nuit aventureuse » et est signée par Jules Versel, en tant que traducteur.

20Soit la revue en question n’avait pas conscience que la Suisse, comme l’Italie, avait ratifié la convention de Berne de 1886, soit alors les textes traduits datent réellement d’il y a plus de dix ans – ce qui reste difficile à vérifier sans l’indication de l’auteur et du titre original.

21Le cas de la Revue de Belles-Lettres semble plus clair : sur les cinq ans pris en considération pour l’analyse, il y a deux nouvelles d’Ivan Tourguéniev (1818-1883) – Biriouk. Le loup et Moumou – et une d’Alexandre Pouchkine – La demoiselle paysanne ; original en 1830 – qui paraissent dans les années 1886, 1888 et 1889 dans la traduction de Léon Weber, étudiant ès lettres, qui signera dans cette même revue un long article, « L’influence de Catherine II sur la littérature russe », en novembre et décembre 1889. Contrairement à la Bibliothèque du foyer, la Revue de Belles-Lettres donne à chaque fois le nom de l’auteur original et indique même en toutes lettres celui du traducteur. Une autorisation formelle pour la traduction n’a pas lieu d’être mentionnée car la Russie n’a pas ratifié la convention de 1886.

22Dans la revue bimensuelle La Famille. Journal pour tous paraissent 8 traductions de 6 langues différentes, à savoir trois textes de l’anglais, et un de l’allemand, du polonais, du chinois, du russe et du provençal. Les indications bibliographiques sont très confuses. Ainsi, en 1885, nous avons un petit texte de trois pages sous le titre « Le onzième commandement. D’après Max Frommel » sans indications du traducteur ou de la langue traduite. Ces indications très peu précises et peu systématiques (avec ou sans le nom de l’auteur, avec ou sans le nom – ou les initiales – du traducteur, avec ou sans l’indication de la langue source) font que sur les années 1885 à 1890, nous trouvons autant de variantes de notices bibliographiques que de textes.

23En 1888 apparaît pourtant pour la première fois l’indication « traduit de l’anglais avec l’autorisation de l’éditeur » – car l’auteur de la nouvelle en question, parue en quatre épisodes sous le titre « Pas d’ouvrage, pas de pain », est indiqué sous la forme suivante : « “Pas d’ouvrage, pas de pain”, par l’auteur de la Première prière de Jessica ». Il s’agit visiblement de l’auteur anglais Hesba Stretton et son best-seller Jessica’s First Prayer, paru en 1867 et vendu à plus d’un million et demi d’exemplaires à la fin du xixe siècle.

24C’est à partir de 1893 qu’apparaissent dans le sommaire à côté des titres les indications de l’auteur ou du traducteur, mais une fois de plus sans aucune systématicité. En 1896, on pourra finalement découvrir déjà dans la table des matières le titre, l’auteur et le traducteur du texte, mais seulement pour l’écrivain suisse Jeremias Gotthelf. Pour tous les autres auteurs traduits, on ne trouvera ces informations qu’à l’intérieur du livre, sans qu’elles apparaissent au sommaire.

25Du point de vue du volume des traductions reproduites, c’est certainement la revue Bibliothèque universelle et revue suisse qui est la plus intéressante. Entre 1885 et 1890, on relève 29 traductions, souvent réparties en plusieurs épisodes paraissant sur plusieurs numéros, réalisées à partir de cinq langues sources différentes : allemand, italien, russe, anglais et norvégien. Les cinq traductions de l’allemand sont toutes de l’auteur autrichien Leopold von Sacher-Masoch, et les très nombreuses traductions de l’anglais sont toutes d’auteurs américains, notamment Rose Terry Cooke qui signe à elle seule 12 des 14 textes traduits de l’anglais. L’unique texte italien donné en traduction est publié en 1885, donc avant la date de la signature de la convention de Berne. Les 8 textes russes, dont le récit « L’incendie de Moscou. Scènes de l’année terrible de M. Grégoire Danilewsky » paru en 9 épisodes entre avril et décembre 1887, ne sont jamais accompagnés par des indications bibliographiques complètes, mais l’auteur du texte original y est systématiquement mentionné. Le traducteur reste par contre pour toutes les années consultées, à savoir de 1880 à 1900, une instance totalement absente. À l’exception d’une seule traduction : en 1882, les « Contes de Noël. En Italie » d’Emilio de Marchi sont accompagnés d’une note de bas de page aussi explicative que frustrante : « Storielle di Natale (Milan. Agnelli. 1880) Nous en avons traduit deux, […]. Le Traducteur ».

26Pour le reste des traductions reproduites dans cette revue, le lecteur les découvre au fur et à mesure des livraisons et n’en saura pas plus, même si parfois le travail de la traduction devient visible par des notes de bas de page qui donnent la translittération d’un mot russe et sa traduction littérale en français.

27Si la notion du traducteur ne semble guère préoccuper les rédacteurs de la Bibliothèque universelle, la personne de l’auteur leur semble par contre très chère et cela bien avant la convention de Berne. Cela peut s’expliquer par le fait que parmi les contributeurs réguliers de la Bibliothèque universelle se trouve aussi Numa Droz, conseiller fédéral entre 1876-1892 et président de la Confédération suisse en 1887, année de la ratification de la convention de Berne de 1886. C’est bien à ce titre de conseiller fédéral et directeur du département du commerce et de l’agriculture qu’il signe deux articles en 1882 et 1885 sur la propriété intellectuelle dans la Bibliothèque universelle et qu’il préside les deux « Conférences diplomatiques de Berne dans le but de constituer une Union pour la protection des œuvres littéraires et artistiques » en septembre 1884 et 1885. La première réunion préparatoire de septembre 1883 n’avait pas encore ce statut officiel. Mais cette réunion faisait déjà apparaître le lien entre la future convention de Berne et la Bibliothèque universelle. En effet, elle était présidée par M. Édouard Tallichet, qui n’était autre que le directeur de cette revue si soucieuse du sort des auteurs. Et, parmi ses participants, on retrouve les plus importants collaborateurs de la Bibliothèque universelle, à savoir Marc Monnier et Eugène Rambert, mais aussi Gottfried Keller et l’éditeur Henri Georg à Bâle à qui on doit la Bibliographie et Chronique littéraire de la Suisse – écartée de ce coup d’œil sur la situation de la traduction en Suisse romande, car jugée trop peu fiable.

28Les propos de Numa Droz, conseiller fédéral, président des conférences diplomatiques et contributeur à la Bibliothèque universelle, sont dans la ligne de la revue. Il « propose de reconnaître en plein à l’auteur le droit exclusif de reproduction de son œuvre par un procédé quelconque » (BU, 1882, t. 15, p. 20), et le fait que la Bibliothèque universelle ne cite pas les noms des traducteurs n’a pas dû l’importuner. Dans la présentation des débats de la deuxième conférence de 1885, voici ce que Numa Droz répond aux objections contre le droit de traduction : « […] protéger le droit de traduction, c’est le meilleur moyen de développer dans chaque pays une littérature nationale, puisque les auteurs nationaux seront alors mieux rétribués que si le pillage des étrangers demeure permis. Il est inexact de prétendre que les éditeurs paient autant une traduction qu’un ouvrage original ; pour traduire, on se contente de plumes de troisième ou quatrième ordre, et on les paie en conséquence. » (BU, 1885, t. 28, p. 248) L’introduction du droit de traduction n’est donc qu’une protection de l’auteur. Il faudra encore attendre un moment avant que le traducteur soit reconnu comme auteur, notamment en Suisse.

Conclusion

29En conclusion à ce rapide coup d’œil sur la situation de la traduction en Suisse romande autour de 1886, il semble que la signature et la ratification de la convention de Berne n’ont pas eu une grande influence sur le marché de la traduction romande.

30Les échanges entre les maisons d’éditions suisses et parisiennes de l’époque (et probablement aussi entre les libraires suisses et les éditeurs parisiens) étaient intenses, si intenses d’ailleurs que le marché de la traduction en Suisse romande n’a vraiment décollé qu’à partir de la seconde moitié du xxe siècle. Ainsi, en 1960 encore, on ne comptait toujours que 88 traductions vers le français éditées en Suisse. En l’an 2000, les éditeurs suisses publient par contre 500 traductions vers le français. Une vaste étude de ce champ littéraire de la traduction entre 1850 et 1950 devrait donc examiner plus en détail ces réseaux éditoriaux entre la France et la Suisse et consacrer une attention particulière aux différents acteurs dans ce champ littéraire et à leur implication dans la préparation de la convention de Berne. L’exemple brièvement cité d’Édouard Tallichet, directeur de la Bibliothèque universelle et président de la première réunion préparatoire à la convention de 1886, n’est qu’un indicateur. De même, et pour mieux cerner ce champ littéraire, on devrait mener une recherche sur l’introduction d’une littérature particulière dans le marché romand, notamment les littératures non nationales comme par exemple les littératures russe ou américaine.

31Ces éléments réunis permettront assurément de consolider cette première approche de l’histoire du marché de la traduction en Suisse et de mettre en évidence les relations que la Suisse a entretenues et qu’elle entretient encore en partie avec les marchés littéraires des pays avoisinants. Il serait intéressant de voir dans quelle mesure la traduction en Suisse romande suit la même évolution que le reste du marché du livre ou s’en distingue, révélant d’autres (en) jeux de pouvoir.

Annexes

Annexes

Langue source (1886-1900)

Langue source (1886-1900)

Langue source des textes littéraires (1886-1900)

Langue source des textes littéraires (1886-1900)

Langue source (1886-1900)

Langue source (1886-1900)

Langue source des textes littéraires (1886-1900)

Langue source des textes littéraires (1886-1900)

Nombre de traductions par catégorie (1886-1900)

Nombre de traductions par catégorie (1886-1900)

Graphiques et tableaux établis par Anne-Christine Bussard.

Notes

1 www.hls-dhs-dss.ch (consulté le 3 novembre 2014).

2 Les relevés de la Bibliothèque nationale suisse ont pu être réalisés grâce à la collaboration d’Anne-Christine Bussard, doctorante en littérature allemande (université de Lausanne).

3 Le CAS (Club Alpin Suisse), organisation faîtière des alpinistes suisses, fut fondé à Olten en 1863 sur l’initiative de Rudolf Theodor Simler.

4 Otto Funcke, De la lumière aux ténèbres et des ténèbres à la lumière, traduction avec l’autorisation de l’auteur, Genève, Schuchardt, 1887 ; Le devoir de l’église chrétienne et des œuvres de mission intérieure en présence des luttes économiques et sociales, mémoire, traduction libre de l’allemand, Genève, Paris, Agence Fischbacher, 1887 ; Georg Ebers, Sérapis. Roman historique, traduit librement de l’allemand par Edmond de Perrot, Neuchâtel, Attinger, 1887.

5 Mihail Ûrevič Lermontov, Le Démon, poème de Lermontoff, traduit en vers français par P. Pelan d’Angers, Paris, E. Dentu, 1858.

6 Grigorij Petrovič Danilevskij [1829-1890], Moscou en flammes, traduit du russe, Paris, Perrin, 1896.

7 Cette observation semble aussi confirmer l’analyse de Norbert Bachleitner au sujet des traductions allemandes de la première moitié du xixe siècle : Norbert Bachleitner, « Übersetzungsfabriken. Das deutsche Übersetzungswesen in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur, 4, 1989, p. 1-49. Voir p. 40 : « Die Argumente für die Autorisation setzten sich letztlich durch ; seit den sechziger Jahren erschienen fast ausschliesslich autorisierte Übersetzungen, auch wenn verbindliche gesetzliche Regelungen noch weitgehend fehlten. Eine universale Regulierung des internationalen literarischen Verkehrs wurde erst in der Berner Konvention von 1886 und in zahlreichen zwischenstaatlichen Einzelabkommen aus dieser Zeit, z. B. mit Frankreich 1883, mit Grossbritannien 1886 (nun für das gesamte Reich) und mit den USA 1892, erzielt. »

8 Sur Johanna Spyri et plus particulièrement Heidi, voir Isabelle Nières-Chevrel, « Heidi en France ; un rendez-vous manqué », dans Norbert Matros (dir.), Johanna Spyri und ihr Werk-Lesarten, Chronos Verlag, Zürich, 2004, p. 117-137 ; « Relire Heidi aujourd’hui. La Suisse entre culture ancestrale et modernité », Strenae, no 2, 2011, http://strenae.revues.org/266 (consulté le 3 novembre 2014).

Auteur

Professeure associée en traductologie et directrice du CTL (Centre de traduction littéraire) de l’université de Lausanne. Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire de la traduction littéraire en Suisse, l’analyse de traductions et les théories de la traduction développées à partir du xixe siècle, à la croisée de l’herméneutique, la sociologie et l’histoire. Éditrice responsable des Cahiers du CTL, co-éditrice de la collection « Poésie bilingue », publiée aux Éditions d’en bas à Lausanne et présidente de la fondation du Prix lémanique de la traduction. Depuis 2010, elle dirige un programme de formation professionnelle en traduction au niveau master, désormais ouvert aux langues et littératures allemande, anglaise, espagnole, française, italienne, russe et hindi.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search