Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

I. Données bibliométriques

Traduire la littérature moderne : un point de vue quantitatif et éditorial

Blaise Wilfert-Portal

Texte intégral

1La perspective de cette contribution au travail collectif sur la traduction vers le français en 1886 est de proposer une étude sérielle et quantitative de la traduction littéraire qui, parce qu’elle s’appuie sur une base de données bibliographiques constituée à partir d’un catalogue de librairies de l’époque, fait aussi le choix d’insister sur la traduction comme publication.

Questions de méthode : nature et limite de la source

  • 1 Les données portant sur l’année 1886 qui sont présentées et utilisées ici représentent un extrait (...)
  • 2 Isabelle de Conihout attribue au déclin du dépôt légal la tendance globale à la baisse de 0,5 % pa (...)
  • 3 Raymond Josué Seckel, « Bibliométrie, bibliographies, classifications », dans Mesure(s) du livre, (...)
  • 4 Voir sur ce point la présentation du catalogue par Raymond Josué Seckel, « Bibliométrie… », art. c (...)

2Pour procéder à la restitution globale de la traduction en 1886, deux sources, a priori, semblent susceptibles d’être mobilisées1. La première est bien connue : c’est la Bibliographie de la France, qui a paru pour la première fois en 1810 (sous le titre Journal général de l’imprimerie et de la librairie, et appelé Bibliographie de la France ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie à partir de 1815 et jusqu’en 1840). Publication officielle, liée au contrôle policier et au dépôt légal, la Bibliographie est, de ce fait, ses listes dépendant des critères de tri plus ou moins clairs des autorités, beaucoup moins fiable pour le dernier tiers du xixe siècle, à partir de la libéralisation de la production de l’imprimé par la République2. C’est pourquoi une bonne partie des travaux de bibliographie rétrospective et de statistique littéraire tend plutôt à utiliser le CGLF (Catalogue général de la librairie française) créé en 1858 par Charles Reinwald pour les libraires qui ne se satisfaisaient plus des renseignements donnés par la Bibliographie de la France3. Il est par ailleurs réputé refléter d’une manière plus satisfaisante l’ensemble des livres disponibles dans les librairies, dans la mesure où il rejetait les publications à compte d’auteur, les tirés à part et l’édition de province très localisée, tout en recensant mieux les publications typiques du cœur de la production éditoriale4.

  • 5 Les deux bibliographies étaient présentées à la fois par ordre alphabétique d’auteurs et en tables (...)

3Cette source présente par ailleurs un autre avantage, décisif : celui d’organiser ses notices, dans sa « table systématique5 », selon des catégories qui permettent de ne pas devoir extraire de l’ensemble de la production imprimée les titres qui concernent, selon nos critères actuels, la traduction littéraire, mais seulement des rubriques « Romans », « Poésie », « Théâtre », et « Littérature pour enfants ». Pour éviter les biais rétrospectifs, il convient de s’en tenir à ces catégories de classement mobilisées par les acteurs dans leurs répertoires bibliographiques. Par ailleurs, et c’est un atout décisif, ces catégories permettent de calculer la part que représente, pour chacune d’entre elles, la traduction depuis une langue étrangère.

  • 6 On peut consulter sur ce point mon étude sur l’investissement de Hachette dans la traduction de Di (...)
  • 7 Sur ce tournant décisif pour la vie littéraire francophone, voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et le (...)

4Un point technique de bibliographie, apparemment anecdotique, et très rarement explicité dans les études bibliométriques, doit permettre par ailleurs de mieux cerner ce qu’une base de données de ce genre permet de mesurer et d’analyser effectivement. Le CGLF ne mentionne les rééditions, réimpressions et retirages des livres que de manière épisodique et aléatoire, mais explicite ; pour l’essentiel, il recense donc en réalité les nouveaux titres, ou les œuvres déjà traduites précédemment mais publiées par un nouvel éditeur, qui représentent donc de nouveaux titres, d’un point de vue bibliographique ; il permet de repérer les nouvelles traductions, qu’il s’agisse de nouvelles œuvres traduites, de nouvelles traductions de titres déjà traduits ou de republications chez un nouvel éditeur d’une traduction déjà publiée, mais non de saisir le mouvement éditorial dans son ensemble, qui inclut naturellement les retirages et réimpressions. Il permet donc moins de mesurer le succès de librairie, celui que l’on saisit par le nombre des tirages, à défaut du nombre d’exemplaires, que les stratégies d’éditeurs, qui choisissent ou non d’intégrer tel ou tel titre à leur catalogue, au prix dans certains cas d’un effort considérable pour ce qui concerne la traduction6. Une perspective particulièrement intéressante à l’époque de l’autonomisation du champ littéraire, marquée précisément par les investissements complexes d’éditeurs intéressés non plus seulement à la rentabilité immédiate mais de plus en plus à la construction d’un catalogue7.

5Les informations contenues dans la table thématique du CGLF sont, dans le détail, incomplètes : il s’agit en fait d’une réutilisation par les bibliographes de renseignements contenus intégralement dans les notices de la table alphabétique. Nous avons donc saisi les informations contenues dans la table alphabétique du CGLF en établissant une liste de notices mentionnant une « forme de traduction » à partir de la table thématique. La notice ainsi constituée en croisant les deux tables contient en général :

  • le titre ;
  • un complément de titre ;
  • le nom de l’auteur (sauf en cas d’anonymat) ;
  • l’éditeur ;
  • le prix ;
  • la date d’édition ;
  • le format ;
  • la mention de traduction ;
  • le nom du traducteur ;
  • des précisions sur la traduction ;
  • la ville d’édition ;
  • le paratexte (illustrations, introductions, préfaces, etc.) ;
  • diverses particularités de l’ouvrage (récompenses, lieu d’édition de la publication d’origine, etc.).

6La palette des informations disponibles est donc remarquable, et les lacunes d’information sont dans l’ensemble vraiment rares. De nombreux croisements sont possibles, qui permettent de procéder à une restitution aussi large et multiforme que possible de la traduction en français des littératures modernes en 1886.

Les œuvres et les auteurs : héritage atlantique et grande lueur à l’Est

7Pour peindre un panorama d’ensemble de la traduction littéraire en 1886, la première donnée à mentionner est le volume global de la traduction. On compte 107 titres traduits en 1886, dans les quatre catégories thématiques retenues, et qui correspondent donc à la production littéraire primaire. C’est un niveau assez élevé, à l’échelle de la période : depuis 1840, ce nombre de titres n’a été dépassé que deux fois, en 1858 et 1864, et quasi égalé à deux reprises seulement, en 1853 et 1865. La décennie 1850 présentait une moyenne de 71 titres de traduction par an, la décennie 1860 une moyenne de 74 titres, la décennie 1870 une moyenne de 64 titres et la décennie 1880 une moyenne de 95 titres. Pour la traduction, 1886 est donc, clairement, une bonne année.

La répartition par genre

8On peut s’interroger sur la répartition de ces titres dans les grandes catégories du CGLF, qui permet de présumer pour l’essentiel de leur ventilation par genre.

Titres traduits, par catégorie de la table thématique

Nombre de titres

1886

107

Enfants (livres pour les)

30

NR*

3

Poésies

6

Romans, contes, nouvelles

57

Théâtre (pièces de), pièces isolées

11

Total général

107

* Titres mentionnés dans la seule table alphabétique, et non repris dans la table thématique.

  • 8 C’est l’estimation faite par Christophe Charle à partir du CGLF dans Henri-Jean Martin, Roger Char (...)
  • 9 C’est le cas du Royaume-Uni et des États-Unis depuis le début des années 1990, comme l’a montré Gi (...)
  • 10 Voir Blaise Wilfert-Portal, « Traduction littéraire… », art. cit., p. 307.

9Comme, dans les listes de livres pour enfants, on ne mentionne à peu près jamais de recueils de poésies ou d’œuvres dramatiques (les bibliographes du CGLF les rangeaient dans ce cas dans les rubriques « Poésies » et « Théâtre »), on mesure l’énorme domination de la fiction en prose sur la traduction littéraire, en 1886, comme d’ailleurs de manière générale à la fin du xixe siècle : avec 87 titres sur 104 ayant une assignation générique, la proportion de fiction est de 83,6 %. La poésie et le théâtre ne comptent donc que très peu dans la traduction littéraire française, et cette rareté n’est pas seulement absolue (six volumes de poésie traduite dans l’année, un tous les deux mois…) mais aussi relative. Si l’on rapporte ce nombre de traductions à l’ensemble de la production de titres de poésie recensée par le CGLF, on mesure que la traduction poétique et théâtrale représente une part à peu près négligeable de la production native en français : avec une moyenne de 236 titres au cours de la période 1886-18908, la traduction poétique représente 2,5 % des titres parus en 1886 et la traduction théâtrale 4,2 %, des taux particulièrement bas qui correspondent de nos jours aux taux de traduction des pays les plus fermés de l’espace littéraire mondial9. Pour le roman et la littérature pour enfants, les chiffres sont plus élevés, même s’ils restent modestes : les 30 titres de littérature pour enfants représentent 12,3 % de l’ensemble de la production recensée dans cette catégorie, les 57 romans représentent 7,73 % des publications romanesques, des niveaux que l’on retrouve d’une manière plus générale au cours des trois dernières décennies de la fin du xixe siècle10. Quoi qu’il en soit, même dans le cas le plus favorable, la traduction ne représentait qu’une part très faible de la production en français, et donc de la production française.

La langue d’origine des œuvres traduites

10La langue d’origine des titres traduits n’est pas toujours explicitement indiquée dans le CGLF, mais elle n’est pas très difficile à reconstituer, et cette donnée permet d’esquisser une géopolitique de la traduction française particulièrement significative (voir tableau ci-contre).

11La domination de l’anglais, sans surprise, est tout à fait massive, avec 57 % du marché à lui seul ; c’est la poursuite d’une domination sans partage attestée au moins depuis le milieu du xviiie siècle, et que la « crise allemande de la pensée française » n’a en rien changée : les décennies 1860 et 1870, d’après notre base de données, voyaient l’anglais représenter respectivement 51,2 et 58,8 % de l’ensemble, et pour la décennie 1880 ce taux atteignait 54 %. La deuxième place de l’allemand est elle aussi attendue : elle est dans la droite ligne de ce que l’on sait pour la première partie du xixe siècle, 1886 Anglais 107 61 100 57 mais aussi des décennies 1860 et 1870, pendant lesquelles, d’après le CGLF, l’allemand arrive toujours en deuxième position. Mais la part de l’allemand sur l’ensemble de la production, en 1886, paraît particulièrement basse, à l’aune du demi-siècle : la décennie 1860 plaçait l’allemand à 25,4 %, la décennie 1870 à 18 % et la décennie 1880 à 18,8 %. À moins de 17 % du marché en 1886, la traduction depuis l’allemand semblait à un étiage, alors que le russe, à 12,1 %, est nettement supérieur aux 9,7 % de moyenne de la décennie, mais surtout spectaculairement supérieur au 1,7 % des années 1860 et aux 2 % des années 1870. L’italien, à 4,7 %, est lui aussi particulièrement bas, même par rapport à la décennie 1880, déjà basse (5,7 %), et a fortiori par rapport aux décennies précédentes (respectivement 9,4 et 6,7 %).

Étiquettes de lignes

Nombre titres

Pourcentage

1886

107

100

Anglais

61

57

Allemand

18

16,8

Russe

13

12,1

Italien

5

4,7

Polonais

4

3,7

Espagnol

3

2,8

Inconnu

2

1,9

Hollandais

1

0,9

Total général

107

100

12L’année 1886 présente donc un événement, à vrai dire attendu du point de vue des langues traduites, mais dont la netteté statistique est toutefois remarquable : le russe y réalise une percée majeure, atteignant un niveau supérieur à sa moyenne de la décennie, pourtant déjà de très loin la plus faste depuis 1850, et faisant plus que doubler sa part des années 1881-1885. Et c’est une percée durable, puisque les niveaux atteints au cours de la fin de la décennie sont encore supérieurs. Mais il semble que cette percée se soit faite au détriment des autres langues secondaires, et en particulier de l’allemand et de l’italien, qui atteignent alors un étiage décennal. Face à la mode du roman russe, les éditeurs auraient donc concentré leur force et sacrifié, au moins temporairement, les œuvres issues d’autres langues.

13En fait, la question est moins simple qu’il n’y paraît. La polarisation générique de la vague russe, portée notamment par la publication des articles d’Eugène-Melchior de Vogüé dans la Revue des Deux Mondes depuis 1883 et regroupés en 1886 dans Le Roman russe, invite en effet à interroger la part des langues traduites en fonction des genres littéraires, en utilisant les catégories thématiques du CGLF :

Langues traduites ventilées par catégorie thématique du CGLF

Nombre de titres

Enfants (livres pour les)

30

Allemand

1

Anglais

26

Hollandais

1

Italien

1

Russe

1

Poésies

6

Anglais

2

Italien

2

Allemand

1

Inconnu

1

Romans, contes, nouvelles

57

Allemand

13

Anglais

23

Espagnol

3

Italien

1

Polonais

4

Russe

12

Théâtre (pièces de), pièces isolées

11

Italien

1

Allemand

3

Anglais

7

Total général

104

La langue de trois titres n’est pas renseignée.

14Ce tableau accentue encore l’impression de domination sans partage de l’anglais. L’anglais, en 1886, est la langue d’origine majoritaire des traductions dans tous les genres à l’exception de la poésie où elle partage la première place avec l’italien. Mais on saisit mieux aussi le domaine où elle est écrasante, la littérature pour enfants, avec 86,7 % de l’ensemble des titres. Toutefois, ce tableau relativise la domination de l’anglais dans le segment du roman, des contes et des nouvelles, soit la littérature de fiction classée comme littérature générale par les bibliographes du CGLF : l’anglais n’y tient « plus » que 40,3 % du marché, alors que l’allemand et le russe y tiennent 22,8 et 21 %. Dans ce domaine, du moins, le plus concerné à cette époque par le débat littéraire et les affrontements critiques, la domination de l’anglais est contestée, même si ce n’est pas l’enjeu de la campagne sur le roman russe, qui vise la littérature domestique et la place qu’y tient le roman réaliste et naturaliste. Et le russe, présent seulement dans la catégorie roman, n’a visiblement pas pris la place de la littérature traduite de l’allemand, dont la place a reculé surtout en matière de littérature pour enfants et de théâtre. On peut même dire qu’avec treize titres de romans, l’allemand connaît une poussée significative à côté du russe, dans le même segment de marché que lui. Pour comprendre cette évolution, il faut se plonger dans la liste des auteurs traduits.

Les auteurs traduits

1566 auteurs différents ont été traduits en 1886, dont 51 pour un seul titre. La liste globale est difficile à commenter, compte tenu du faible nombre d’informations dont on dispose à leur sujet. La première manière de les aborder est donc de s’en tenir à tous ceux qui ont été traduits plus d’une fois, un statut significatif puisque le seul fait d’être traduit une deuxième fois distingue l’auteur de trois quarts des autres. Le CGLF permet alors d’établir une liste figurant dans le tableau page suivante.

16Cette liste, assez étroite, est très caractéristique. Trois groupes peuvent être délimités.

17Le premier rassemble des grands noms de la littérature européenne, qui sont mis en collection à bas prix depuis les années 1840 au moins, comme Shakespeare (pièces de théâtre, dont trois fois Hamlet, une fois le Songe d’une nuit d’été, Othello et Romeo et Juliette), de Foë (Les Aventures de Robinson Crusoë dans son île et Lady Roxana), Goethe (Faust, Les Souffrances du Jeune Werther et Hermann et Dorothée), Schiller (Les Brigands et Jeanne d’Arc) et Mendoza (auteur possible des Aventures de Lazarillo de Tormès, à deux reprises), qui paraissent ici comme des classiques, souvent dans des collections à bas prix, de 25 centimes à 1 franc, ou au contraire dans des formats extrêmement onéreux (30 francs chez Launette et Compagnie pour Mendoza, 20 francs pour Goethe à la Libraire des Bibliophiles) correspondant à des livres de collection de très faible diffusion. Cette production, ventilée de manière assez équilibrée entre les catégories « Théâtre » et « Romans », ne fait pas débat et témoigne de la routinisation de l’édition des classiques européens à partir du mitan du xixe siècle.

Auteurs traduits plus d’une fois au cours de l’année 1886

Nombre de titres

Shakespeare

6

Tolstoï

5

Cooper

5

Mayne-Reid

5

Dostoïevsky

4

Goethe

4

Eliot

3

Kraszewski

3

Pisemsky

2

Stretton

2

Schiller

2

Foë

2

Twain

2

Ouida

2

Mendoza

2

Total

49

Soit 49 titres sur 107 : 45,8 % de l’ensemble.

  • 11 Sur ce point, voir Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure, Aubier, Paris, 2002.

18Le deuxième groupe est constitué d’auteurs très peu valorisés, dès cette époque, par l’institution littéraire, pour différentes raisons : recensés dans la catégorie des livres pour enfants, ils paraissent dans des formats au prix assez élevés : il s’agit de Fenimore Cooper, du Capitaine Mayne Reid, de la romancière britannique Hesba Stretton (pseudonyme de Sarah Smith, 1832-1911) et de Mark Twain. Le classement dans la catégorie des livres pour enfants, pérennisé pour chacun d’entre eux par la tradition éditoriale et littéraire (même si Stretton a pour l’essentiel disparu), et le niveau de prix à la vente, le plus souvent entre 1,5 et 2,5 francs, indiquent qu’il s’agit très probablement de livres de prix reprenant des succès éprouvés, notamment pour les deux romanciers best-sellers américains qui ont été massivement traduits depuis les années 1840, mais aussi pour Hesba Stretton, qui connaissait à cette époque un très grand succès en Grande-Bretagne. Qu’il s’agisse de quatre auteurs écrivant en anglais n’est pas pour surprendre, pas plus que la localisation américaine ou atlantique de leur récit : ce sont, en dehors des qualités de moralisation religieuse, les clés principales de la littérature pour la jeunesse, qui suit alors de près la passion nouvelle pour l’aventure11 à partir du milieu du xixe siècle.

  • 12 La proximité des récits d’Ouida avec les romans de Paul Bourget, lui aussi disparu depuis du canon (...)

19Le troisième groupe rassemble des auteurs plus récemment introduits dans la vie littéraire française et dans l’édition francophone, et qui ont laissé une marque parfois décisive dans la mémoire et le canon littéraires : Tolstoï, Dostoïevski, Pisemsky, Kraszewsky, George Eliot, mais aussi Ouida (pseudonyme de Marie-Louise de la Ramée, romancière à succès attachée à la peinture des milieux mondains anglais et français) ; traduits depuis assez peu de temps ou pour la première fois (à l’exception de George Eliot), ils paraissent dans la rubrique « Romans » du catalogue et sont très majoritairement vendus au prix de 3,5 francs, ou 7 francs les deux volumes, soit le prix, élevé, de l’in-18° jésus standard inventé par l’éditeur Charpentier et qui s’est imposé peu à peu comme le format normal de la publication nouvelle, chez les éditeurs de littérature générale ciblant le grand public lettré. Ce prix, qui correspond alors à peu près à une journée de travail d’un ouvrier qualifié et à deux journées d’un manœuvre ou d’une ouvrière, est dissuasif pour une partie essentielle du nouveau public des lecteurs, ceux des catégories urbaines modestes et alphabétisées, et représente une forme de consommation distinctive pour les catégories sociales dominantes. On rentre de ce fait dans le cercle de la littérature susceptible de faire débat dans les revues de culture générale, avec au premier rang le roman russe12.

20Dans ces trois groupes d’auteurs, on retrouve deux des langues dominantes de la traduction de fiction, mais pas la troisième : l’allemand disparaît de cette liste, faute d’auteur suffisamment représenté. Et cette disparition prive d’une perspective intéressante sur la traduction de fictions. Si, pour contourner la difficulté, l’on examine la liste des auteurs qui figurent dans la seule rubrique « Romans », et en retenant cette fois tous les auteurs, et non plus seulement ceux qui ont été publiés deux fois, on peut voir apparaître une autre dynamique particulièrement intéressante.

Auteurs traduits de la catégorie « Romans, contes, nouvelles »

Nombre de titres

Tolstoï

4

Dostoïevsky

4

Kraszewski

3

Goethe

3

Ouida

2

Anonyme

2

Pisemsky

2

Eliot

2

Mendoza (de)

2

Foë (de)

2

Sacher-Masoch

1

Jokai

1

Trollope

1

Cummins

1

Mancini

1

Fleming

1

Burnett

1

Marlitt

1

Edwards

1

Brennekam

1

Conway

1

Ebers

1

EdwardsB

1

Edwardes

1

Noël

1

Franzos

1

Perez-Galdos

1

Schubin

1

Rowcroft

1

Scott

1

Corkran

1

Stinde

1

Sienkiewicz

1

Gontcharoff

1

Sylva

1

Gould

1

Tourgueneff

1

Hoffmann

1

Wood

1

Holt

1

James

1

  • 13 Sur ce point, voir notamment Margaret Cohen, Carolyn Dever (dir.), The Literary Channel. The Inter (...)

21On trouve dans cette liste : des renforts pour la liste des classiques en langue vernaculaire, avec E.T.A. Hoffmann, si présent en traduction française depuis les années 1840, ou Walter Scott, qui avait envahi l’espace littéraire francophone dans les années 1820 ; des renforts pour les romanciers russes, souvent édités dans les mêmes conditions que leurs capitaines (« Tourgueneff », « Gontcharoff », pour reprendre la graphie du CGLF) ; beaucoup de romancières anglaises ou américaines, comme Maria Cummins, pour Cœurs hantés, Frances Eliza Hodgson Burnett, pour Entre deux présidences (et non son Petit Lord Fauntleroy, qui paraît en anglais en 1886), Amelia Ann Blanford Edwards, pour sa Mystérieuse disparition de lord Brackenbury, un best-seller anglais des années 1860 ; Matilda Betham-Edwards, une amie de Dickens qui situait nombre de ses récits en France, travaillait au rapprochement actif entre la France et le Royaume-Uni et qui figure ici pour sa Fortune de Kitty, Jeannie T. Gould, romancière historique, pour sa Quête de Marjorie, Emily Holt, connue pour ses récits historiques situés dans le monde protestant, avec Mistress Margerie, ou encore Charlotte Mary Yonge, pour Christine Sorel (alors que les auteurs masculins anglophones non classiques sont rares, puisque seuls Anthony Trollope et Henry James apparaissent, pour Les Tours de Barchester et Daisy Miller), autant de noms largement oubliés qui constituent les gros bataillons de l’importation littéraire anglophone vers le français, canalisés par Hachette et des éditeurs suisses, et qui poursuivent en réalité la vaste circulation des romans gothiques, historiques et sentimentaux entre les deux rives de la Manche du premier xixe siècle13.

  • 14 À titre d’exemple, Sacher-Masoch est publié en livraison par la très sérieuse et académique Revue (...)

22Mais on trouve aussi dans cette liste une série très importante de romanciers récents, germanophones pour une grande part, qui témoignent d’un tropisme est-européen puissant rarement discuté dans l’histoire littéraire et intellectuelle, mais qui constitue pourtant un contexte particulièrement significatif pour le roman russe. L’allemand, comme langue d’origine, est en fait trompeuse si l’on pense qu’elle désigne très simplement une production issue principalement de l’Empire allemand : en réalité Ossip Schubin (Aloysia Kirschner, romancière mondaine de Bohème), Leopold de Sacher-Masoch, Carmen Sylva (en fait Pauline Elisabeth Ottilie Luise zu Wied, reine consort de Roumanie par son mariage avec Karl de Hohenzollern-Sigmaringen, mais en disgrâce en Allemagne à cette date, et traductrice par ailleurs de Pierre Loti en allemand), Karl-Emil Franzos, quoique tous germanophones, avaient pour trait commun de venir d’Autriche-Hongrie (sauf C. Sylva) mais surtout de consacrer une part décisive de leur œuvre à de la peinture de mœurs est-européennes (la Galicie et la Bukovine chez Franzos et Sacher-Masoch, la Roumanie chez C. Sylva, la Bohème chez Schubin). Si Julius Stinde et E. Marlitt (Eugenie John, en réalité), les autres germanophones récents de la liste, écrivent bien depuis l’Empire allemand et sur l’Allemagne, ces germanophones d’Autriche-Hongrie et d’audelà contribuent en fait à une vague d’intérêt sans précédent, appuyée sur l’importation de romans de mœurs à prétentions réalistes, pour l’est de l’Europe, un intérêt qui contribue aussi à expliquer l’importation du romancier hongrois Mór Jókai et l’attrait pour le romancier national polonais Józef I. Kraszewski (par ailleurs condamné en Allemagne pour espionnage au profit de la France, de quoi achever de le rendre sympathique à Hachette et Dentu, qui le publient). Le « roman russe » est ainsi entouré d’une aura d’autres titres, à portée fortement ethnographique – les articles d’Eugène-Melchior de Vogüé, écrits depuis son terrain diplomatique, tendaient eux-mêmes à s’affirmer comme une ethnologie littéraire empirique de l’âme slave, d’ailleurs –, qui manifestaient un intérêt massif pour l’Europe de l’Est, principalement slave, mais aussi roumaine ou hongroise, et qui fonctionnaient en relation étroite, auprès du public lettré, avec les comptes rendus économiques, diplomatiques et historiques des revues les plus sérieuses14. À l’héritage du roman sentimental, historique ou d’aventure atlantique, qui unit auteurs américains, anglais et français depuis 100 ans, se mesure un nouveau tropisme attiré par la levée d’une grande lueur à l’Est, qui n’est pas seulement russe.

La traduction au foyer d’un nouveau régime éditorial : de Mame à Plon, en passant par Hachette

23Une des séries de données les plus cruciales que la base de données permet d’analyser concerne les éditeurs engagés dans la traduction.

Les éditeurs de traduction

24La publication de la littérature étrangère en traduction en 1886 présente une configuration particulière, que la base de données constituée à partir du CGLF permet de reconstituer. Le premier constat que l’on peut faire dans ce domaine est le grand nombre d’éditeurs engagés dans la traduction : pour 107 titres portant une mention d’éditeurs, on trouve 40 éditeurs différents, soit une moyenne de 2,675 titres par éditeur. On pourrait déduire de ce chiffre une tendance très nette à la dispersion de la traduction dans le champ éditorial francophone, mais il faut être plus précis. Sur ces 40 éditeurs, 25 ne publient qu’un seul titre, en 1886 ; on peut donc considérer que le fait d’en publier deux était déjà une opération distinctive. Si on ne retient que les éditeurs ayant donc publié plus d’un titre au cours de l’année, on obtient la liste suivante, et une image sensiblement différente :

Éditeurs engagés dans la traduction en 1886 (2 titres et plus)

Nombre de titres

Pourcentage du total général

Hachette et Cie

19

17,8

Lagarde

9

8,4

Plon, Nourrit et Cie

9

8,4

Firmin-Didot et Cie

8

7,5

Mame et fils

6

5,6

Fetscherin et Chuit

6

5,6

Librairie des publications à 5 centimes

5

4,7

Calmann-Lévy

5

4,7

Perrin et Cie

4

3,7

Ollendorff

2

1,9

Fischbacher

2

1,9

Laurent

2

1,9

Dentu

2

1,9

H. Mignot

2

1,9

Hetzel et Cie

2

1,9

Nombre de titres

83

77,6

2515 éditeurs ont donc publié plus d’un titre, et leur production représente 83 titres, soit 77,6 % de l’ensemble. Si l’on sélectionne les éditeurs qui ont publié plus de deux titres, on trouve cette fois seulement neuf maisons, mais qui représentent encore 71 titres, soit 66 % de la production, alors qu’elles ne comptent que pour un quart des éditeurs engagés dans la publication de traduction. Les quatre éditeurs les plus engagés, Hachette, Lagarde, Plon et Firmin-Didot, soit 10 % d’entre eux, publient 45 titres, soit 42 % de l’ensemble. Si on replace l’année 1886 dans son contexte plus large, celui de la décennie, on observe le même genre de configurations : 972 titres de littérature en traduction portent alors une mention d’édition pour 184 éditeurs engagés (une moyenne de 5,3 titres par éditeur sur la décennie, soit à peu près un titre tous les deux ans), mais avec une hiérarchie comparable, si l’on s’en tient aux 18 premiers éditeurs, soit 10 % de l’effectif (voir tableau page suivante).

26161 des éditeurs ont publié une traduction par an ou moins, au cours de la décennie 1880, pour 306 titres, soit 31,5 % de l’ensemble : si la contribution moyenne de chaque éditeur à l’ensemble est donc modique (0,2 % en moyenne), la dispersion de l’édition de traductions littéraires est importante, puisque les éditeurs épisodiques représentent un tiers du marché en nombre de titres. La production des dix premiers éditeurs représente ainsi 606 titres sur la décennie, soit 62,3 % de l’ensemble ; quatre des cinq premiers éditeurs sont les mêmes qu’en 1886, et six des dix éditeurs principaux de 1886 se retrouvent aux premiers rangs de la liste décennale. Si l’on calcule la proportion que représente l’activité de publication de traduction de chaque éditeur dans l’ensemble des traductions recensées, on obtient une structure très proche entre l’année 1886 et l’ensemble de la décennie, Hachette se situant exactement au même niveau, et les cinq suivants représentant 35,5 % de l’ensemble en 1886 et 27 % pour 1881-1890 : Hachette domine largement, et le suivent cinq ou six éditeurs qui avec lui font l’essentiel de la publication de traductions vers le français. 1886, à ce titre, ne semble pas une année exceptionnelle. Elle présente simplement une représentation plus significative des éditeurs de « deuxième ligne », derrière le champion Hachette, du fait du niveau relatif supérieur de Firmin-Didot, Mame et Lagarde, mais aussi du fait de la présence d’autres éditeurs à un niveau plus élevé en 1886 que dans l’ensemble de la décennie, avec Plon, à un niveau très haut, et qui publie alors dans cette seule année près de la moitié des traductions qu’il publie dans la décennie, et Fetscherin et Chuit, qui édite alors six de ses sept traductions de la décennie.

1881-1890

972

Hachette et Cie

152

17,7 %

Firmin-Didot et Cie

63

6,5 %

Lagarde

56

5,8 %

Mame et fils

50

5,1 %

Calmann-Lévy

48

4,9 %

Hetzel et Cie

25

2,6 %

Lecène et Oudin

22

2,3 %

Plon, Nourrit et Cie

21

2,2 %

Savine

21

2,2 %

Fischbacher

20

2,1 %

Lemerre

20

2,1 %

Grassart

19

1,9 %

Dentu

19

1,9 %

Marpon et Flammarion

17

1,7 %

Liseux

14

1,4 %

Ollendorff

13

1,3 %

Gilon

13

1,3 %

Librairie des Bibliophiles

13

1,3 %

La traduction et le champ éditorial

  • 15 Bénédicte Reynaud-Cressent, « La dynamique d’un oligopole avec frange : le cas de la branche d’édi (...)

27Malgré la nécessaire prudence, on peut déduire de ces chiffres que la traduction dans le système éditorial francophone était organisée sur le modèle de l’« oligopole avec frange » décrit par Bénédicte Reynaud15 : un groupe d’éditeurs dominants assurait une part essentielle de la production globale, mais de nombreux éditeurs participaient, quoiqu’à un niveau individuellement très modeste mais globalement significatif, à l’édition de traductions littéraires. Le coût d’entrée dans la traduction restait visiblement modeste, puisqu’un grand nombre d’éditeurs pouvaient s’y adonner sans effort de concentration ni de rationalisation visible ; mais la traduction littéraire pouvait relever aussi d’une stratégie concertée, coordonnée, représentant un nombre de titres très important pour un éditeur donné.

  • 16 Voir sur ce point, à nouveau, Blaise Wilfert-Portal, « Traduction littéraire… », art. cit., notamm (...)

28Les quelques éditeurs qui jouent ici les premiers rôles sont assez bien connus, dans l’ensemble. La domination de Hachette, éditeur puissant, proche du pouvoir impérial sous le Second Empire, figure dominante du nouveau capitalisme d’édition et de la profession d’éditeur, est le résultat d’une stratégie de long terme16. Les années 1880 marquent d’une certaine manière son apogée dans le domaine de la littérature générale, et l’apogée de son rôle dans l’importation littéraire.

29La maison Plon n’est plus aussi proche du pouvoir, sous la République, qu’elle l’était sous le Second Empire, mais stratégiquement placée au cœur des élites sociales parisiennes et surtout du faubourg Saint-Germain. Mais par rapport à la maison Michel Lévy ou à Hachette, et a fortiori par rapport aux petits éditeurs des romantiques et des réalistes, c’est un nouveau venu qui doit faire ses preuves en matière d’édition littéraire.

  • 17 On pense à la Bible, évidemment, mais aussi au best-seller oublié du xixe siècle, le chanoine Schm (...)

30Mame est aussi bien connu, du côté notamment de la littérature religieuse : sa position dans les tout premiers rangs de la traduction n’est a priori pas une surprise, compte tenu du volume de sa production en général, mais aussi de l’importance de la transnationalité dans le monde catholique et de la place essentielle de la traduction dans la diffusion des livres chrétiens17.

  • 18 Voir Jean-Yves Carluer, « Les enjeux culturels de l’évangélisation protestante au xixe siècle. Les (...)

31Lagarde est lui aussi un éditeur religieux : il s’agit de la vitrine éditoriale de la Société des livres religieux de Toulouse, une société vouée à la diffusion du protestantisme en France et étroitement liée à son homologue britannique, la Religious Tract Society fondée à Londres en 179918. Équilibrée par des dons de particuliers et de sa société mère, elle souffre à cette époque, comme les autres éditeurs religieux, de la laïcisation scolaire qui tend à lui fermer un marché considérable. Mais elle a investi aussi massivement dans la création de réseaux de bibliothèques de prêts protestantes dans lesquelles elle peut écouler une part de sa production.

  • 19 C’est le cas notamment de Delagrave, Garnier, Marpon et Flammarion ou Lemerre, parmi d’autres. Voi (...)

32Avec Firmin-Didot, maison héritière de la famille Didot, le cas est un peu différent : il s’agit plutôt d’un nouvel acteur de la littérature, qu’on attendrait peu ici, si on ne savait déjà par l’historiographie que cette dynastie d’imprimeurs et libraires tente alors de faire irruption sur un marché en pleine expansion, le livre pour la jeunesse, comme bien d’autres éditeurs parisiens, et notamment par des republications massives de Walter Scott19.

33Au contraire, l’éditeur Fetscherin et Chuit reste largement inconnu ; la Bibliothèque nationale de France indique 33 titres, limités à 1886 et 1887, comptant une part décisive de traductions de littérature étrangère, pour la plupart de nouvelles éditions, mais aussi des rééditions de Mayne-Reid ou de Cooper. Les ouvrages d’érudition sont muets sur cette étoile filante.

34Ce portrait général des éditeurs engagés dans la traduction est toutefois pour l’essentiel issu de la bibliographie secondaire disponible, qui tient très peu compte en général des questions de traduction ; il n’est pas sûr que s’interroger sur la traduction, précisément, ne modifie pas un peu les contours de ce que nous en savons. Pour être sûr de ne pas plaquer sur notre objet des images d’éditeur trop préconstruites et tenter de restituer le champ éditorial de la traduction en 1886 dans sa particularité, il peut être utile de mobiliser quelques autres données que la base constituée à partir du CGLF permet de construire. Une première approche possible consiste à ventiler l’effort des éditeurs par catégorie générique, pour tenter de cerner mieux la position de chacun d’eux.

Éditeurs publiant des traductions en fonction de la catégorie bibliographique

Nombre de titres

Enfants (livres pour les)

31

Lagarde

9

Fetscherin et Chuit

5

Mame et fils

4

Firmin-Didot et Cie

2

Nouvelle librairie de la jeunesse

1

Lecène et Oudin

1

Delagrave

1

Hachette et Cie

1

Librairie des publications à 5 centimes

1

Hennuyer

1

Mégard et Cie

1

Hetzel et Cie

1

R. Burkhardt

1

Imer. + Monnerat

1

Imprimerie R. Greuse

1

Poésies

6

H. Georg. + Fischbacher

1

Ollendorff

1

Liseux

1

Boussod, Valadon et Cie

1

Aux bureaux de l’artiste

1

Colin et Cie

1

Romans, contes, nouvelles

58

Hachette et Cie

16

Plon, Nourrit et Cie

8

Firmin-Didot et Cie

5

Calmann-Lévy

3

Perrin et Cie

3

Mame et fils

2

H. Mignot

2

Librairie des publications à 5 centimes

2

Fischbacher

2

Dentu

2

Librairie des Bibliophiles

1

Laurent

1

Fetscherin et Chuit

1

Librairie générale illustrée, 4, rue de Hautefeuille

1

Lemerre

1

Gautier

1

Giraud et Cie

1

Delachaux et Niestlé + Monnerat

1

Launette et Cie

1

Nouvelle librairie parisienne

1

Attinger + Fischbacher

1

Arnould

1

Hetzel et Cie

1

Théâtre (pièces de), pièces isolées

11

Librairie des publications à 5 centimes

2

Calmann-Lévy

2

Perrin et Cie

1

Breitkopf et Haertel

1

Ollendorff

1

Firmin-Didot et Cie

1

Plon, Nourrit et Cie

1

Hachette et Cie

1

Laurent

1

  • 20 Sur ce point, voir Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, op. cit. ; Christophe Charle, Les Intelle (...)

35Si on suit ce tableau, le clivage entre les éditeurs était assez clair. Dans le groupe des cinq éditeurs principaux en matière de traduction littéraire, une opposition nette existait entre Lagarde, Fetscherin et Mame, d’une part, principalement ou intégralement classés comme éditeurs de littérature pour enfants, et Hachette et Plon classés comme éditeurs de romans, alors que Firmin Didot disposait d’un statut ambigu. Le clivage s’opérait nettement, dans le domaine central de la fiction, pour les grands éditeurs, entre littérature pour enfants et fiction pour le public adulte, avec un faible recoupement entre les deux listes et une hiérarchie différente. Au contraire, ni le théâtre ni la poésie n’ont fait l’objet d’un investissement spécifique de la part d’un éditeur. La poésie apparaît tout particulièrement séparée du reste : aucun éditeur n’ayant publié de la poésie traduite ne se retrouve dans une autre liste, à l’exception d’Ollendorff, et encore à cause d’une étrange assignation qui classe le Faust de Goethe en poésie. Au contraire, pour le théâtre, les éditeurs publiant des pièces traduites sont majoritairement présents par ailleurs dans l’une ou l’autre liste de la fiction. La traduction poétique participe donc d’un régime éditorial différent, cloisonné, cohérent avec ce que l’on sait par ailleurs du déclin éditorial massif de la poésie dans le champ littéraire français de la fin du xixe siècle et son entrée progressive dans une « économie inversée20 », alors que le théâtre traduit, anecdotique du point de vue de l’ensemble de la production française, dominé outrageusement par Shakespeare et d’une manière générale les classiques, relève d’une stratégie d’ennoblissement de leur catalogue par des éditeurs intéressés par des classiques tombés dans le domaine public. Le cœur vivant de la traduction littéraire bat dans la fiction, alors même que le débat littéraire parisien porte sur la régénération du roman national par une spiritualité étrangère.

36Une deuxième variable mobilisable est la ventilation des langues traduites en fonction des éditeurs. On a vu, d’un point de vue global, la domination de l’anglais sur l’origine des textes traduits. La répartition des éditeurs par langue d’origine des œuvres traduites est, dans ce cadre, particulièrement éclairante.

37Langues d’origine des titres traduits, par éditeur :

Langue et éditeurs

Nombre de titres

Allemand

18

Hachette et Cie

6

Librairie des publications à 5 centimes

2

Attinger et Fischbacher

1

Breitkopf et Haertel

1

Dentu

1

Firmin-Didot et Cie

1

H. Mignot

1

Lagarde

1

Librairie des Bibliophiles

1

Perrin et Cie

1

Ollendorff

1

Plon, Nourrit et Cie

1

Anglais

61

Hachette et Cie

10

Lagarde

8

Firmin-Didot et Cie

7

Mame et fils

6

Calmann-Lévy

5

Fetscherin et Chuit

4

Librairie des publications à 5 centimes

3

Fischbacher

2

Boussod, Valadon et Cie

1

Delachaux et Niestlé + Monnerat

1

Delagrave

1

H. Georg. + Fischbacher

1

H. Mignot

1

Hennuyer

1

Imer. + Monnerat

1

Laurent

1

Lecène et Oudin

1

Librairie générale illustrée, 4, rue de Hautefeuille

1

Mégard et Cie

1

Nouvelle librairie de la jeunesse

1

Ollendorff

1

Perrin et Cie

1

R. Burkhardt

1

Espagnol

3

Arnould

1

Giraud et Cie

1

Launette et Cie

1

Hollandais

1

Imprimerie R. Greuse

1

Italien

5

Colin et Cie

1

Fetscherin et Chuit

1

Lemerre

1

Liseux

1

Plon, Nourrit et Cie

1

Polonais

4

Dentu

1

Gautier

1

Hachette et Cie

1

Laurent

1

Russe

13

Plon, Nourrit et Cie

7

Hetzel et Cie

2

Perrin et Cie

2

Hachette et Cie

1

Nouvelle librairie parisienne

1

Total général

104

  • 21 Franco Moretti, Atlas du roman européen, Paris, Le Seuil, 2000, p. 178-179.

38D’une manière claire, l’anglais est la langue d’origine majoritaire pour tous les éditeurs de premier rang, sauf pour Plon. Hachette, pourtant le premier à avoir massivement investi sur la littérature anglophone dans le nouveau régime éditorial né autour de 1840-1850, n’a presque aucune prééminence dans ce domaine, et les éditeurs d’orientation religieuse, même catholiques, y sont très présents. On peut même avancer qu’ils en sont dépendants : en dehors de l’anglais, Lagarde ne publie rien, Firmin-Didot et Mame peu. Pour eux, et donc de fait pour le marché français, la littérature étrangère en traduction est anglophone. C’est donc en fait sur l’allemand et les autres langues que Hachette fait la différence. Six titres issus de l’allemand, un titre du polonais, un titre du russe : seul Hachette présente une telle variété de provenances, avec ce que cela implique naturellement comme réseaux d’information en amont et comme ingénierie de la traduction en aval. On peut suivre ici le raisonnement de Franco Moretti, c’est un effet très net de la taille du catalogue : quand un éditeur publie beaucoup de titres, il y a beaucoup plus de chances que les titres qu’il publie soient plus variés21.

39Deux considérations peuvent venir nuancer ce tableau : la répartition des langues chez Plon et la diversité (relative) de celles traduites chez les « petits » éditeurs de la traduction. Sur ce second point, comme dans le modèle de l’oligopole avec frange, la traduction permet visiblement de déployer des stratégies alternatives : la majorité des éditeurs qui publient peu de traductions tirent de l’anglais celles qu’ils publient, mais un nombre significatif d’éditeurs périphériques en profitent aussi pour traduire depuis des langues (relativement) périphériques comme le polonais, avec Dentu, Gautier ou Laurent, ou l’italien, avec Colin ou Lemerre, ou encore le russe avec Hetzel ou Perrin. Le russe, naturellement, fait la transition avec l’autre nuance à apporter au tableau précédent : langue minoritaire, elle fait l’objet d’un investissement massif de Plon, qui s’y comporte à peu près comme les autres avec l’anglais et « tient » à lui seul plus de 50 % des traductions issues de cette langue.

40La particularité de Plon, Nourrit et Cie, évoquée plus haut, maison d’édition refondée en 1883 à partir d’un héritage florissant mais déclinant du fait du changement de régime, se lit ici clairement : l’importation massive de littérature russe est pleinement articulée avec les efforts de la Revue des Deux Mondes pour promouvoir, grâce aux articles d’Eugène-Melchior de Vogüé, une alternative spiritualiste au réalisme et au naturalisme en passant par l’importation de Tolstoï et de Dostoïevski, et au-delà par l’importation du roman russophone dans son ensemble. Plon est l’éditeur du Roman russe, la même année, et cet investissement massif dans la traduction depuis le russe, commencé deux ans auparavant, au fil des articles de Vogüé paraissant dans les pages de la Revue, est l’expression quasi idéale d’une stratégie d’éditeur nouvellement entré dans la littérature générale et qui utilise la littérature étrangère et la polémique qu’elle permet de soulever pour percer sur le marché et s’imposer immédiatement avec un catalogue fortement typé. C’est le début d’une ascension qui fait de Plon, dès les années 1900, une des principales maisons de l’édition de littérature générale, comparable alors à Calmann-Lévy, mais à cette date bien au-dessus de Hachette, qui aura alors pratiquement déserté ce segment de l’édition.

41Du point de vue des auteurs et des œuvres traduits, l’année 1886 témoigne de la routinisation de l’édition des classiques de la littérature européenne en traduction, de l’importance maintenue du roman historique et sentimental d’écriture féminine et de langue anglaise pour le grand public lettré, de la rentabilité solide des auteurs américains du roman d’aventure pour l’édition de livres pour la jeunesse, mais aussi de l’irruption, de grande conséquence pour les décennies postérieures, d’un nouveau monde littéraire, celui de l’est de l’Europe, qu’il s’incarne dans le roman russe ou les récits à portée ethnographique en allemand sur les marches slaves et roumaine de la Mitteleuropa. La production éditoriale de 1886 laisse clairement voir la réussite de la révolution éditoriale portée par Louis Hachette depuis les années 1850, dans laquelle on a souvent minoré l’importance décisive de la traduction littéraire, mais aussi le rôle important, quoique sur le déclin, des éditeurs religieux de province dans les circulations transnationales du livre pour la jeunesse ; mais elle marque aussi le début d’un réaménagement crucial du champ éditorial francophone, de plus en plus polarisé par Paris et au centre esthétique et idéologique duquel rivalisent des éditeurs fortement capitalisés pour lesquels la polémique esthético-politique est essentielle et qui apprennent alors à utiliser l’immense potentiel polarisateur de la traduction littéraire.

Traduction et traducteurs : le retour des flibustiers ?

Les mentions de traduction : une standardisation acquise

  • 22 Mary-Helen McMurran, The Spread of Novels : Translation and Prose Fiction in the Eighteenth Centur (...)

42L’une des données disponibles dans la base est la mention de traduction présente dans le complément de titre. Les mentions de traduction sont présentes dans 96 cas sur 107 titres, un très bon taux qui renseigne à coup sûr sur le sérieux des bibliographes du CGLF, mais aussi sur le fait qu’à cette date la mention de traduction est une information stable, « normale ». On est loin de la situation fluide du milieu et de la fin du xviiie siècle étudiée par Mary-Helen McMurran22, et le durcissement de l’auctorialité que cette fréquence indique est corroboré par la nature des marqueurs de traduction qui sont utilisés dans les listes (voir tableau ci-contre) – on ne présente ici que les radicaux non déclinés des termes utilisés pour éviter d’en faire figurer toutes les variantes.

  • 23 Sur ce point, voir mon développement sur la campagne de publication des traductions de Dickens lan (...)

43Le marqueur « trad », qu’il figure sous la forme « trad. de » ou « traduit(es) de », ou « traduction de », etc., est très nettement dominant en 1886. Il désigne, alors, une relation de simple transposition linguistique entre le texte cible et le texte source, puisqu’il ne fait référence qu’à cette opération, et non à une intervention d’un autre genre, comme la coupe, le réaménagement, la récriture partielle ou complète, etc. Qu’on ne s’y trompe pas : cette mention ne nous permet pas du tout d’induire que quelque chose comme une traduction « fidèle », ou « mot à mot », domine alors : les exemples sont bien trop nombreux et bien trop connus de « traductions » qui cachent des refabrications massives des œuvres « traduites » tout en étant sous-titrées « traduction » par leur éditeur pour qu’on imagine un lien réel entre la nature de la mention et le travail de transposition effectué. Par contre, la domination de ce marqueur montre un souci très net des éditeurs d’affirmer cette transparence du texte cible par rapport au texte source. On peut y voir un effet des décisions prises dans les années 1850 par Hachette et Michel Lévy de lancer des traductions de romanciers contemporains appuyées sur une organisation, une standardisation et une normalisation du travail des traducteurs, mais aussi sur une publicité active autour de cette stratégie de transparence : l’auteur étranger traduit mérite un investissement important, un travail de qualité, en rupture avec les traductions rapides et bâclées qui inondaient le marché du premier xixe siècle, ce qui justifie le monopole sur la traduction de ses œuvres qu’il concède (très publiquement) à l’éditeur23.

Marqueurs de traduction dans les compléments de titres

107

Trad et adapt

4

Abrég

1

Adapt

5

Arrang

1

D’après

4

Imit

4

NR

11

Trad

76

Version française

1

Total général

107

44La mention de traduction standardisée témoigne de l’importance croissante de cet indice de transparence pour les éditeurs sur un marché concurrentiel où l’imputation de traduction bâclée était un outil de lutte comme un autre. Naturellement, cette standardisation de la mention de traduction était aussi un effet de la normalisation induite au plan légal par les efforts de constitution d’un droit d’auteur international, depuis les premiers accords bilatéraux passés par la France dans les années 1850, et dont la dynamique se concrétise en 1886 même avec la signature de la convention de Berne : dans tous les textes, dans tous les débats liés à cette instauration d’un droit de propriété intellectuelle à l’échelle internationale, c’est le terme de traduction et de traducteur qui est retenu, et les termes liés à l’adaptation, à l’imitation ou aux divers sont très nettement associés à l’insuffisant respect de la propriété intellectuelle contre laquelle les acteurs du monde du livre luttent avec acharnement.

45Il est intéressant de ventiler les marqueurs de traduction par catégorie d’œuvres, pour mesurer la diversité des pratiques et en rendre raison (voir tableau ci-contre).

  • 24 Voir sur ce point Christophe Charle, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à (...)

46La leçon de ce tableau est nette : le marqueur « trad » est majoritaire dans tous les genres, mais pas au même degré. C’est en matière de théâtre qu’il l’est le moins largement, puisqu’il est talonné par le marqueur « d’après », rien de surprenant quand on sait le statut du théâtre dans la vie culturelle française, lorsque Paris était le « Hollywood sur Seine » et imposait, entre autres, un formatage complet de toute œuvre née en dehors de son système de production dans les rares cas où elle parvenait à percer la solidité de ses réseaux défensifs24. Pour les autres catégories, la domination du marqueur « trad » est beaucoup plus nette, mais surtout pour le roman : le partage se fait ici significatif avec la catégorie des livres pour enfants, où d’autres marqueurs occupent une place importante et comptent pour un tiers des marqueurs d’intertextualité. Il est probable, même si une enquête de beaucoup plus grande ampleur serait nécessaire pour le démontrer pleinement, que la mention « traduction » était d’autant plus présente, en matière de fiction, qu’on se rapprochait des œuvres culturellement les plus légitimes.

Marqueurs de traduction, par catégorie

107

Enfants (livres pour les)

30

Trad

18

Adapt

4

NR

3

Imit

2

* trad et adapt

1

Abrég

1

Arrang

1

Poésies

6

D’après

1

Trad

5

Romans, contes, nouvelles

57

Trad

47

NR

4

* trad et adapt

3

Imit

2

Adapt

1

Théâtre (pièces de), pièces isolées

11

D’après

3

NR

3

Trad

4

Version

1

Total général

104

Les traducteurs : entre la dispersion et la production proto-industrielle

  • 25 Anne-Rachel Hermetet, Frédéric Weinmann, « Prose narrative », dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst, C (...)
  • 26 Ibid., p. 602.

47Si l’on écarte les 10 titres pour lesquels la mention du traducteur n’est pas renseignée, l’analyse du CGLF permet de repérer 77 traducteurs actifs en 1886 pour 95 titres, soit une moyenne de 1,23 titre par traducteur. Ce niveau, à tout prendre très bas, est difficile à interpréter. Il faut d’abord être prudent sur la datation : ce n’est pas parce qu’une traduction paraît en 1886 que le traducteur a travaillé cette année-là, ni même d’ailleurs l’année précédente : les traductions de George Eliot par François D’Albert-Durade (1804-1886), par exemple, sont pour Hachette des republications de traductions parues en Suisse dans les années 1860 et traduites par l’ami de l’auteur25. Les dates de publication peuvent donc n’être le reflet de l’activité des traducteurs que de manière fort détournée. Si l’on veut proposer malgré tout une interprétation de ce taux global, on peut en faire à la fois le signe d’une faible spécialisation des traducteurs, très peu nombreux à publier plusieurs traductions dans l’année et donc par force incapables d’en vivre dans leur grande majorité, ce qui implique de facto de la pratiquer comme une activité secondaire, voire comme un passetemps ; on peut en faire aussi le signe d’une amélioration de la qualité du travail des traducteurs, si l’on convient que publier une traduction dans l’année n’est pas négligeable, et qu’en publier plusieurs la même année serait précisément le signe d’un travail bâclé, voire de la simple apposition d’une signature sur un travail d’atelier, sur le mode proto-industriel qui prévalait notamment dans les années 1830-185026. Quoi qu’il en soit, il est clair que la traduction n’est pour l’essentiel pas portée par des traducteurs fortement spécialisés – et on sait par ailleurs que leur professionnalisation était inexistante.

48Il reste toutefois qu’un petit nombre d’entre eux multiplie les traductions en 1886, d’après le CGLF. Il est donc utile de se pencher sur eux, pour interroger notamment le lien éventuel entre spécialisation et professionnalisation, en prenant pour critère, comme pour les étapes précédentes de cette étude, le nombre de deux traductions dans l’année, qui produit une forte différence statistique, puisqu’il isole un petit groupe de huit noms sur la population totale, soit nettement moins de 10 %. Avec ce décile prolifique, on peut tenter d’esquisser des éléments d’un portrait du traducteur littéraire du dernier tiers du xixe siècle.

Traducteurs ayant publié plus d’une traduction en 1886

Halpérine-Kaminsky

5

Derély

4

Hubert

4

Albert-Durade (d’)

3

Holynski

2

Neyroud

2

La Bédollière

2

Hephell

2

Total

24

  • 27 www.worldcat.org/search ? q = au % 3ALe+ Breton % 2C+ Fanny % 2C & qt= hot_ author (consulté le 3 (...)

49Il faut d’emblée exclure d’Albert-Durade de notre raisonnement, on l’a dit, puisqu’il s’agit de republications. C’est la même chose pour La Bédollière, qui a travaillé surtout dans les années 1840-1860. Les six traducteurs restants se partagent donc 19 titres, soit une moyenne d’à peu près trois titres dans l’année. Ces six traducteurs, soit 7,8 % de l’ensemble, se partagent 17,7 % de la production : la disproportion est modérée. Sur ces six traducteurs, un nous reste inconnu, A.J. Hubert : traducteur de Fenimore Cooper et de Walter Scott, mentionné pour dix titres traduits, actif selon la base entre 1883 et 1889, il est au service exclusif de la maison Mame, et tous les titres sont classés en littérature pour enfants, sauf son Quentin Durward. Sur les cinq autres, une seule femme, Hephell, qui semble cacher une Fanny Lebreton, d’après WorldCat27, sur laquelle les informations sont inexistantes. Pour l’ensemble de la population des traducteurs, les listes du CGLF ne permettent pas toujours de déduire le sexe du traducteur, mais sur la soixantaine de noms pour lesquels on a des informations les femmes représentaient un peu moins d’un tiers de l’ensemble ; la présence d’une femme (et d’une seule) sur les cinq traducteurs les plus prolifiques connus n’est donc pas une aberration.

50Halpérine-Kaminsky, Victor Derély, Charles Neyroud et Alexandre Holynski sont quant à eux mieux connus, et ce n’est pas le lieu ici d’en faire le portrait : qu’il suffise de dire qu’ils sont tous partie prenante de la vague du roman russe et de son « halo » est-européen : Halpérine-Kaminsky ne traduit que du russe, pour Perrin, Plon, et un peu Hetzel ; Victor Derély traduit trois titres russes pour Plon, et un pour Mame en anglais ; Neyroud traduit du russe pour Plon et du polonais pour Dentu ; Holynski traduit du polonais pour Hachette et Dentu.

51La convergence est frappante : c’est donc la campagne du roman russe qui concentre les traducteurs prolifiques. La « qualité » des traducteurs n’est pas en cause, tant du point de vue de la maîtrise du russe que des compétences générales en français lettré : Halpérine-Kaminsky, âgé alors de 28 ans, est un étudiant russophone venu étudier les sciences à la Sorbonne, mais qui était déjà actif dans la sphère journalistique francorusse depuis plusieurs années au moment où il traduit Dostoïevski pour Plon ; professeur de lettres anciennes, normalien, Victor Derély, autre traducteur de Dostoïevski, a bien appris le russe, à la suite de sa liaison amicale avec le fils d’Alexei Pissemski ; le Suisse Charles Neyroud n’a que 23 ans en 1886 mais enseigne en Russie dès le début des années 1880, où il a pu rencontrer de Vogüé, et sa maîtrise du russe ne semble pas faire problème. Holynski, enfin, noble polonais émigré en France puis aux États-Unis, militant républicain national transatlantique, maîtrise naturellement le polonais mais aussi le français littéraire qu’il pratique comme chroniqueur de presse depuis une trentaine d’années.

Traducteurs ayant publié plus d’une traduction en 1886 et leurs éditeurs

Halpérine-Kaminsky

5

Plon, Nourrit et Cie

2

Perrin et Cie

2

Hetzel et Cie

1

Derély

4

Plon, Nourrit et Cie

3

Mame et fils

1

Hubert

4

Mame et fils

4

Albert-Durade (d’)

3

Hachette et Cie

3

Holynski

2

Hachette et Cie

1

Dentu

1

Neyroud

2

Plon, Nourrit et Cie

1

Laurent

1

Bédollière (la)

2

Fetscherin et Chuit

2

Hephell

2

Hachette et Cie

2

  • 28 Susan Pickford, « Traducteurs », dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histo (...)

52Pourtant, si l’on suit par exemple les travaux de Jean-Louis Backès sur la question, les traductions de Derély comme celles de Halpérine-Kaminski sont, selon nos canons, particulièrement contestables et ce sur le simple plan de l’intégrité narrative du récit. Or, la traduction du livre par Victor Derély présente de nombreuses coupes et transformations du texte original, de même que ses versions contemporaines des Démons et de Crime et châtiment – sous le titre Le Crime et le châtiment – où des pans entiers du récit se trouvent résumés, des chapitres refondus, et le rythme de la phrase presque toujours modifié. Pissemski lui-même avait recommandé des coupes à son traducteur, et acquiescé à celles qu’il proposait28. On sait que Halpérine-Kaminsky a la même année inventé un récit de Dostoievski, L’esprit souterrain, à partir de deux nouvelles différentes hâtivement cousues entre elles avec la bénédiction de l’éditeur. À n’en pas douter, au moins pour Halpérine-Kaminsky et Derély – que la traduction ait été faite par d’autres et simplement coordonnée et signée par eux ou qu’ils l’aient par eux-mêmes bâclée –, la traduction à la hussarde était une condition essentielle pour parvenir à publier aussi vite autant de titres d’auteurs malaisés à restituer.

53Les traducteurs prolifiques de 1886, qui n’étaient d’ailleurs pas présents comme traducteurs les années précédentes, selon le CGLF, font donc leur entrée dans la carrière avec le roman russe, se faisant les chevilles ouvrières d’une grande polémique et d’une redistribution des positions dans le champ éditorial. Les nécessités éditoriales font loi, et notamment le besoin de frapper fort, de marquer les esprits et de multiplier les titres au moment où se déploie le débat et démarre la mode littéraire. Contrairement à l’intuition qu’on aurait pu en avoir, c’est le grand débat esthétique (et politique) qui ravive des pratiques traductionnelles en bonne part écartées et remet au goût du jour les traductions hâtives, les ateliers de traduction et la fabrication d’artefacts textuels à l’usage des enjeux littéraires domestiques. Les polémiques des années suivantes sur l’importation littéraire, son illégitimité et le rôle qu’y tiennent des éditeurs aventuriers et des prolétaires des lettres prêts à toutes les compromissions trouveront dans cette scène primitive quelques-uns de leurs aliments les plus inflammables.

Conclusion

54L’année 1886, pour la traduction littéraire, pour autant qu’une analyse sérielle et quantitative fondée sur une base de données de notices bibliographiques peut permettre de l’esquisser, a été une année faste en nombre de titres traduits. Le quasi-monopole de la fiction, pour adultes ou pour enfants, y est déjà bien installé, un signe parmi d’autres que la traduction, comme opération de publication, a partie liée avec le capitalisme industriel ; les grandes maisons du capitalisme éditorial nées au cours du deuxième tiers du siècle y tiennent le haut du pavé, même si les logiques de publication religieuses pèsent aussi d’un poids certain, notamment dans la littérature pour enfants. Le tropisme anglais, et plus largement atlantique, est toujours très dominant, comme depuis les années 1750 mais, comme à d’autres moments du siècle, il est contesté par l’éclosion spectaculaire d’une passion non seulement pour le roman russe, mais en fait d’une manière générale pour la fiction de l’est de l’Europe. La polémique brillante et célèbre sur Le Roman russe de Vogüé a un contexte éditorial très apparent, qui inclut cette poussée générale en faveur des littératures est-européennes mais aussi les prodromes d’un réaménagement du champ éditorial, dorénavant moins structuré, pour le grand public lettré, par l’opposition entre littérature industrielle et petites maisons à prétention esthétique, que par une dynamique de concurrences entre maisons puissamment capitalisées mais à la recherche d’un prestige proprement esthétique tout en étant liées à des segments particuliers du champ du pouvoir et articulées à leurs programmes politiques. Mais cette vague de littérature étrangère destinée à régénérer la vie littéraire nationale est mise en œuvre par une poignée de traducteurs, qui font alors leur irruption sur la scène de la traduction et y remettent au goût du jour des pratiques qui avaient tendu à reculer au cours du deuxième tiers du xixe siècle, et ressemblent beaucoup à la flibuste traductionnelle du premier xixe siècle, au temps où les conventions bilatérales et multilatérales sur le droit d’auteur international n’étaient encore qu’un rêve. Rien de surprenant, à tout prendre, que le roman russe s’y soit prêté : une langue peu connue favorise les monopoles abusifs de ceux qui savent l’utiliser, et le refus de l’Empire russe de passer quelque accord de propriété intellectuelle que ce soit avant les années 1900 laisse le champ libre à cette manipulation de grande ampleur qu’a été la russomanie littéraire des années 1880.

Notes

1 Les données portant sur l’année 1886 qui sont présentées et utilisées ici représentent un extrait d’une base de données beaucoup plus large, constituée depuis plusieurs années dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 ENS/CNRS) et, depuis 2012, grâce au financement de l’ANR dans le cadre du programme Transnat. La transculturalité des espaces nationaux.

2 Isabelle de Conihout attribue au déclin du dépôt légal la tendance globale à la baisse de 0,5 % par an du nombre de titres enregistré par les sources fondées sur lui entre 1890 et 1925, alors que le CGLF notait pour la même période une croissance forte du nombre de titres publiés.

3 Raymond Josué Seckel, « Bibliométrie, bibliographies, classifications », dans Mesure(s) du livre, colloque organisé par la Bibliothèque nationale et la Société des études romantiques, 25-26 mai 1989, textes réunis et présentés par Alain Vaillant, Paris, Bibliothèque nationale, 1992, p. 42.

4 Voir sur ce point la présentation du catalogue par Raymond Josué Seckel, « Bibliométrie… », art. cit. Le texte cité se trouve précisément page 53.

5 Les deux bibliographies étaient présentées à la fois par ordre alphabétique d’auteurs et en tables systématiques, suivant un plan de classement propre.

6 On peut consulter sur ce point mon étude sur l’investissement de Hachette dans la traduction de Dickens au cours des années 1850 dans « Traduction littéraire : approche bibliométrique », dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012, notamment p. 292-301, et celle sur la traduction de D’Annunzio dans les années 1890 et l’investissement de la Revue des Deux Mondes et de Calmann-Lévy dans le processus : Thomas Loué, Blaise Wilfert-Portal, « D’Annunzio à l’usage des Français. La traduction comme censure informelle (fin du xixe siècle) », Ethnologie française, no 2, 2006, p. 101-110.

7 Sur ce tournant décisif pour la vie littéraire francophone, voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988 ; Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992 ; Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 1996, notamment le chapitre 6.

8 C’est l’estimation faite par Christophe Charle à partir du CGLF dans Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, t. 3 : Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Promodis, 1985, p. 128.

9 C’est le cas du Royaume-Uni et des États-Unis depuis le début des années 1990, comme l’a montré Gisèle Sapiro dans G. Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 69.

10 Voir Blaise Wilfert-Portal, « Traduction littéraire… », art. cit., p. 307.

11 Sur ce point, voir Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure, Aubier, Paris, 2002.

12 La proximité des récits d’Ouida avec les romans de Paul Bourget, lui aussi disparu depuis du canon mais lui aussi célébré par le public lettré dans les années 1880 et 1890, explique qu’elle puisse être placée aux côté des romanciers russes rétrospectivement les plus consacrés.

13 Sur ce point, voir notamment Margaret Cohen, Carolyn Dever (dir.), The Literary Channel. The Inter-national Invention of the Novel, Princeton, Princeton University Press, 2002, et tout particulièrement le chapitre 4, « Sentimental Communities », de Margaret Cohen.

14 À titre d’exemple, Sacher-Masoch est publié en livraison par la très sérieuse et académique Revue politique et littéraire, ou Revue bleue, qu’on associe le plus souvent à l’Académie des sciences morales et politiques, une parente un peu plus austère encore de la Revue des Deux Mondes où Vogüé publie ses articles.

15 Bénédicte Reynaud-Cressent, « La dynamique d’un oligopole avec frange : le cas de la branche d’édition de livres en France », Revue d’économie industrielle, no 22, 1982, p. 61-71.

16 Voir sur ce point, à nouveau, Blaise Wilfert-Portal, « Traduction littéraire… », art. cit., notamment p. 292-302.

17 On pense à la Bible, évidemment, mais aussi au best-seller oublié du xixe siècle, le chanoine Schmid, ou encore au succès des récits édifiants d’Alphonse de Liguori, massivement traduits en français tout au long du siècle. Sur la maison Mame, voir Cécile Boulaire (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, préface de Jean-Yves Mollier, Rennes/Tours, Presses universitaires de Rennes/Presses universitaires François-Rabelais, 2012, 564 p.

18 Voir Jean-Yves Carluer, « Les enjeux culturels de l’évangélisation protestante au xixe siècle. Les trois âges de la Société des livres religieux de Toulouse (1820-1891) », Théologie évangélique, vol. 6, no 3, 2007.

19 C’est le cas notamment de Delagrave, Garnier, Marpon et Flammarion ou Lemerre, parmi d’autres. Voir Jean Glénisson, « Le livre pour la jeunesse », dans Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, op. cit., t. 3, p. 434.

20 Sur ce point, voir Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, op. cit. ; Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe…, op. cit., notamment le chapitre 5, « La différenciation des stratégies intellectuelles » ; Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2008.

21 Franco Moretti, Atlas du roman européen, Paris, Le Seuil, 2000, p. 178-179.

22 Mary-Helen McMurran, The Spread of Novels : Translation and Prose Fiction in the Eighteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2009.

23 Sur ce point, voir mon développement sur la campagne de publication des traductions de Dickens lancée par Hachette au milieu des années 1850, dans « Traduction littéraire… », art. cit.

24 Voir sur ce point Christophe Charle, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, Paris, Albin Michel, 2008.

25 Anne-Rachel Hermetet, Frédéric Weinmann, « Prose narrative », dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française…, op. cit., p. 612-615.

26 Ibid., p. 602.

27 www.worldcat.org/search ? q = au % 3ALe+ Breton % 2C+ Fanny % 2C & qt= hot_ author (consulté le 3 novembre 2014).

28 Susan Pickford, « Traducteurs », dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française…, op. cit., p. 149.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’École normale supérieure (département de sciences sociales). Membre de l’ANR TransNat, il travaille actuellement à une histoire de la traduction en Europe autour de 1900 qui allie reconstitution quantitative, histoire économique et sociale et histoire culturelle. Contributeur aux volumes consacrés aux xixe et xxe siècles de l’Histoire des traductions en langue française, après des années de recherche sur l’histoire de la traduction littéraire en France et de nombreuses contributions sur le sujet, il travaille à replacer l’histoire de la traduction dans le cadre d’une histoire transnationale de la culture en Europe, et plus largement d’une histoire transnationale de l’Europe. Il a publié dans ce domaine à la fois dans Romantisme, les Actes de la recherche en sciences sociales, Ethnologie française et de nombreux ouvrages collectifs.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540