Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

I. Données bibliométriques

De L’Imitation de Jésus-Christ à Tradespeople (Les Commerçants)

Panorama de la traduction française

Éléonore Mavraki

Texte intégral

1Dans les années 1880, l’opposition entre Républicains laïcs et monarchistes ou bonapartistes chrétiens ravive les tensions dans une France à peine remise de la défaite et du tumulte de la Commune. Qu’en est-il du rapport à l’Étranger ? En 1886 émerge à travers ouvrages et conférences un intérêt pour les œuvres de l’esprit venues d’ailleurs.

2Afin de présenter le panorama le plus précis possible de la traduction en langue française cette année-là, nous avons d’abord recensé les volumes du catalogue de la BnF affichant dans leur titre leur emprunt à une autre langue : le premier et le dernier donnent leur titre à cette contribution. S’agissait-il de premières traductions ou de retraductions, d’originaux ou de simples rééditions, d’œuvres complètes, de fragments ou de compilations nouvelles ? L’examen des 413 notices et la recherche des éditions antérieures ont permis de le préciser et d’établir un classement descriptif des langues et des genres traduits, de distinguer les traducteurs occasionnels des professionnels. Il devenait alors possible d’analyser l’« énonciation éditoriale » de la traduction.

3La convocation d’une voix étrangère, aussi éloignée temporellement parfois que spatialement, obéit en effet à divers mobiles. La volonté de faire circuler des textes en raison de leur valeur littéraire ou historique cède le plus souvent le pas aux stratégies des éditeurs, qu’elles soient économiques ou politico-religieuses.

Que traduit-on ?

Classement des traductions1

  • 1 Le corpus a été constitué en interrogeant le catalogue général électronique de la BnF, rubrique « R (...)

4Diverses expressions désignent les traductions, qui reflètent la diversité d’attitude des éditeurs et des traducteurs : « traduction », « traduit » bien sûr, mais également « imité », « adapté », « adaptation », sans compter les « librement traduit » ou « librement adapté ». En 1886, près de quatre traductions sur cinq sont originales (73 %), ce chiffre monte à 81 % pour les textes non fictionnels. Les diagrammes suivants classent les 413 notices en fonction des genres et des types de sujets traités.

  • 2 La catégorie « divers » comprend neuf titres chinois, cinq arabes, trois portugais, deux persans, d (...)

5Comme celle des genres, la distribution des langues connaît aussi une certaine variété2.

6Dans le domaine des sciences, les nouvelles idées viennent du monde anglophone (51 % des titres) germanophone (31 %) ou italophone (18 %). Les ouvrages juridiques sont pour un tiers allemands. Les ouvrages traitant de questions religieuses sont pour un tiers italiens, pour un autre anglais, les derniers étant davantage des ouvrages d’édification à l’intention du grand public. Les livres russes sont littéraires, traitent de l’art ou de la politique russe. Il en va de même pour les livres espagnols, sauf pour un livre d’histoire et un autre sur le naturalisme.

  • 3 Tout comme les anthologies. Apparaît une industrie promise à un bel avenir, celle des devoirs de va (...)
  • 4 La Fleur de la littérature latine, morceaux choisis des principaux auteurs latins, Garnier.
  • 5 Il semble répondre à l’argument de R. Frary selon lequel « on apprend le latin pour être homme du m (...)
  • 6 Les traducteurs anglais de l’Ananga-Ranga, traité hindou de l’amour conjugal, marquent le caractère (...)
  • 7 Daphnis et Chloé, réédité tout au long du siècle dans la version de Paul-Louis Courier, fait figure (...)

7Les traductions de textes antiques s’adressent principalement aux scolaires ou aux universitaires. La plupart des titres grecs sont des traductions de Platon, 13 volumes pour le seul livre VI de la République. Le latin représente trois ouvrages sur quatre de la cinquantaine concernée. Cicéron domine avec 16 volumes, mais la variété des auteurs est plus grande. Les manuels proposant versions et thèmes se multiplient3. Le type même de traduction nous indique des changements de société. Depuis 1842 pour le grec, 1845 pour le latin, Hachette publiait des textes antiques accompagnés de deux traductions, l’une dite « juxtalinéaire », l’autre dite « correcte ». En 1886, sans doute en réponse au livre polémique de Raoul Frary paru l’année précédente, La Question du latin, qui remettait en cause le bien-fondé de l’enseignement classique, Charles-Antoine Gidel, auteur d’une anthologie latine en 1884 en publie la traduction seule en 18864. Il l’enrichit considérablement et précise dans son introduction : « Un plus grand nombre d’adeptes sont appelés à augmenter leurs lumières. Ce volume ne renferme rien que de choisi : il offre aux jeunes gens vraiment la fleur de la littérature latine ; façonnées par cette lecture, les jeunes filles et les élèves de l’Enseignement secondaire spécial n’auront désormais rien à envier à ceux que l’Enseignement classique nourrit de la moelle de ses fortes études. Sur ce point, l’égalité n’est pas chimérique et personne ne voudrait la proscrire ou la condamner5. » Ce choix marque à la fois le recul du latin comme langue lue directement6 et la diffusion d’une culture latine par le biais de la traduction. Langues mortes, le latin et le grec se fréquentent essentiellement au lycée7.

  • 8 Gargantua, traduction par Charles Desormères. La collection « Chefs-d’œuvre français et étrangers » (...)
  • 9 Multi-édité au xixe siècle, le titre connaît différentes traductions autour de 1886, en raison de l (...)
  • 10 Comme Chansons choisies de Joseph Béard en patois de Rumilly, traduction littérale par Aimé Constan (...)
  • 11 Lou Sant Sacramen, traduction par F. Charles de Fenouillet, Avignon, Aubanel frères, 1886.

8On traduit également du « français » en français, signe d’une évolution du rapport à la langue d’un point de vue diachronique comme synchronique. La catégorie « français » de notre tableau regroupe huit éditions d’ancien et moyen français (Rabelais8 principalement et La Chanson de Roland pour les scolaires9), et surtout onze titres en langues régionales françaises (provençal, niçard…10), dont Cinq poésies roumaines d’Alecsandri […] traduites en vers provençaux et accompagnées d’une version française, par Alphonse Tavan. Faut-il y voir une démarche philologique ou, de la part des partisans de langues attaquées par la République centralisatrice, un ultime acte de résistance à l’uniformisation du français par la généralisation de la scolarisation ? Cette hypothèse paraît d’autant plus plausible qu’un opuscule de 43 pages, reproduisant le texte provençal et sa traduction (par Charles de Fenouillet) d’un discours de Xavier de Fourvières tenu en pèlerinage, est vendu « au profit de 2 écoles11 » que l’on devine ne pas être celles de Jules Ferry.

Littérature : l’hégémonie du récit

9Les récits de fiction représentent un tiers de la traduction. Le mouvement d’alphabétisation commencé à la fin du xviiie siècle a porté ses fruits et démocratisé la lecture. Il faut donc fournir aux masses une nourriture spirituelle ou du moins une pâture fictionnelle. C’est l’un des deux genres pour lequel les rééditions de traduction sont les plus nombreuses : 62 % seulement des titres fictionnels sont originaux. Un récit publié en 1886 sera donc souvent une réédition de la traduction des années 1820, 1850 ou de la fin des années 1870. Les œuvres de fiction, romans ou contes, enrichissent les catalogues d’éditeurs assurés de proposer une œuvre déjà plébiscitée et dont les valeurs sont conformes à celles du public visé. De génération en génération, la même traduction pourra être vendue – en particulier comme livre de prix ou d’étrennes. L’augmentation de la scolarisation a stabilisé la langue. D’autre part, ces textes, pour la plupart édifiants, transmettent une vision du monde encore largement partagée – ou que l’on cherche à faire perdurer.

  • 12 Le Roman russe, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1886, « Avant-propos », p. XLII.
  • 13 Ibid., p. XLII.
  • 14 Ibid., p. XXIV.
  • 15 Ibid., p. XLIV.
  • 16 Ibid., p. XLV.
  • 17 Traduit de l’anglais par Mme Louise de Montanclos, 13e éd, Paris, Mame, 1858. Le titre original est(...)
  • 18 Traduction de E. du Chatenet à Limoges et de Pierre Blanchard à Paris, P. Ducrocq pour 1886. Cette (...)

10En effet, en raison de son succès populaire, le roman ne peut plus être simplement méprisé comme au xviiie siècle : son pouvoir de séduction doit, au contraire, être mis au service de la morale. Les romanciers anglophones ou germanophones, même s’ils sont protestants et non catholiques comme nombre de leurs éditeurs français, sont relativement épargnés par le mouvement de déchristianisation qu’a connu la France durant le siècle et qui s’est accéléré avec la Troisième République. « L’Angleterre [est] pénétrée jusqu’aux moelles par sa Bible12 » selon Eugène-Melchior de Vogüé. Ce que cherchent des maisons d’édition catholiques comme Mame, Ardant ou protestantes comme la Société des livres religieux, ce ne sont pas des livres exotiques mais des récits véhiculant des valeurs morales pour les écoles et les lycées. De ce point de vue, une romancière britannique, un conteur allemand, rassurent. Ils bénéficient de « la longue préparation inconsciente dans un milieu sain, […] [de] la qualité religieuse du cœur13 » décrite par Vogüé dans son essai sur le roman russe paru en cette année 1886. Selon lui, le romancier « doit accepter ce fait d’évidence, la fermentation latente de l’esprit évangélique dans le monde moderne14 ». Ce qu’il recherche chez les romanciers russes, c’est « une beauté supérieure, due à la même inspiration morale : la compassion, filtrée de tout élément impur et sublimée par l’esprit évangélique15 », le portrait d’une âme qui « se reprend finalement et se rachète par la charité16 ». Il faut distraire, certes, mais de façon morale, grâce à la rédemption finale. Ces titres réédités en 1886 sont emblématiques de cette volonté édifiante : Alda l’esclave Bretonne17 d’Agnès Strickland, ou Fabiola ou l’Église des catacombes du cardinal Wiseman qui, entre 1855 et 1903, connaît plus de 70 éditions différentes – ainsi qu’une adaptation dramatique en vers en 1873 et une mise en musique en 1875. Leur succès, préparant celui de Quo vadis en 1895, est vraisemblablement dû à cette figure du chrétien primitif, souvent martyr, en butte aux Romains barbares. Il reflète cette angoisse de nombreux catholiques d’être assiégés par une société qui se laïcise. Dans une moindre mesure participe à ce mouvement Les Robinsons suisses de J.D. Wyss18, réédité à de très nombreuses reprises tout au long du siècle, moins polémique que l’original de Defoe.

  • 19 Le catalogue de la BnF le crédite de 87 titres pour 523 notices.
  • 20 Comme Les Émigrants du Transwaal, traduction de J. Lermont (pseudonyme de Mme Soboleska) chez Hetze (...)
  • 21 L’Espion, Le Lac Ontario, Le Tueur de daims sont données en « adaptation et réduction à l’usage de (...)
  • 22 Les Napraxine, par Hephell (pseudonyme de Fanny Le Breton) chez Hachette et Le Tyran du village par (...)
  • 23 Première traduction de Vixen par Marie Bougy Létant.
  • 24 Mme de Marche propose pour Hachette son unique traduction, la première des Cœurs hantés.
  • 25 Le Petit duc ou Richard Sans peur traduit par Mme Charles Deshorties de Beaulieu en 1873, Violette (...)
  • 26 Cent contes, édition bilingue de Daniel-Eugène Scherdlin pour Hachette, de Louis Schmitt chez Garni (...)
  • 27 Entre deux Présidences, première traduction d’Alfred-Pierre-Nicolas Hédouin.
  • 28 La Rose thé, traduction d’Émile de la Bédollière chez Ardant.
  • 29 Le Prince et le pauvre (1883) traduit par Largilière (pseudonyme de Paul Adolphe Van Cleemputte).
  • 30 L’absence de morale trop explicite explique sans doute leurs rééditions tout au long du xxe siècle.

11D’autres succès de librairie font partie du fonds classique d’un éditeur. La traduction des contes d’Andersen publiée en 1886 par David Soldi pour Hachette date de 1856. La Chanson de Roland connaît deux types d’éditions : une pour les élèves et une pour les adultes. La version d’Amyot de Daphnis et Chloé de Longus, passée dans la collection des publications à 5 centimes, s’adresse à un large public. Est à l’œuvre ici une préoccupation éditoriale et économique : ces œuvres déjà connues viennent enrichir des collections comme celles des « auteurs célèbres à 60 centimes », de la « Petite bibliothèque universelle », des « Chefs-d’œuvre français et étrangers » ou de la « Librairie des publications à cinq centimes » qui nécessitent de nombreux titres pour fidéliser les lecteurs. Coexistent alors rééditions et traductions nouvelles. Le Capitaine Mayne Reid19 est l’auteur le plus édité avec 12 titres dont certains sont des traductions originales20. James Fenimore Cooper et Walter Scott sont ex aequo avec 7 titres. Cooper est « adapté21 » pour la jeunesse, Scott est retraduit à partir de 1879. Dans les deux cas, on peut y voir le signe du vieillissement des traductions antérieures ou la tentative de l’éditeur de concurrencer d’anciennes traductions. Ouida (Louise de La Ramée22), Mary Elizabeth Braddon23, Maria S. Cummins24, Charlotte Mary Yonge25, le curé Christoph von Schmid26 sont autant d’auteurs prolifiques ou multi-réédités, moins connus aujourd’hui que Frances H. Burnett27, Henriette Beecher Stowe28 ou Marc Twain29 dont Les Aventures de Huck Finn paraissent pour la première fois en France30.

  • 31 Le Maha-Bharata poème épique de Krishna-Dwaipayana, plus communément appelé Veda-Vyasa, traduit… du (...)
  • 32 Tristan et Yseult, traduit par Victor Wilder, Leipzig et Bruxelles, Breitkopf et Härtel.
  • 33 Par Félix Rabbe chez Giraud.
  • 34 Les Noces de Maxime Tzèrnoïevitch, poème populaire traduit par Auguste Dozon.
  • 35 Athanase Diakos d’Aristotelis Valaoritis traduit par Jules Blancard, Paris, E. Leroux.
  • 36 Menoutcheri, poète persan du xie siècle de notre ère, traduit par Albin de Biberstein Kazimirski.
  • 37 Les Quatrains de Bâbâ Tahir Urân en pehlevè musulman publiés, traduits et annotés par Clément Huart (...)

12Le théâtre et la poésie semblent les parents pauvres de la traduction. Le premier fournit essentiellement des traductions pour les scolaires. La poésie, peu traduite, s’adresse aux adultes, compte le plus de titres originaux et présente l’une des plus grandes variétés de langues, du sanscrit du Mahābhārata dont la première traduction complète est achevée par Hippolyte Fauche en 188631, à l’allemand du Tristan und Isolde32 de Wagner en passant par l’anglais des œuvres complètes de Shelley33, le serbe34, le grec moderne35, le persan36, l’italien ou le « pehlevè musulman37 ».

En dehors du littéraire

  • 38 Biographie de Grant Allen traduite de l’anglais par P.-L Monnier, futur traducteur de Progrès et pa (...)

13Dans le domaine des sciences, en médecine ou en physique, la traduction rend disponibles de nouvelles théories, de nouvelles méthodes dans les domaines privilégiés par la recherche. En cette année 1886, l’appareil reproductif féminin constitue le sujet de quatre titres. La publication de la biographie d’un scientifique comme Darwin38 marque l’intérêt français tardif pour son œuvre. Les presses mécaniques, la betterave, la photographie sont autant de sujets d’actualité. L’un des concepteurs de la Tour Eiffel dont la construction commencera en 1887, Maurice Koechlin, traduit La Ligne élastique et son application à la poutre continue traitée par la statique graphique de Wilhelm Ritter l’année même de sa parution à Zurich. Nous notons, à cette occasion, que les délais entre la publication de l’œuvre et celle de sa traduction sont souvent courts.

  • 39 Les traducteurs de ces rééditions sont Félicité de La Mennais chez Sanchez et Cie à Paris, Ardant à (...)

14En ce qui concerne les titres religieux, les ouvrages catholiques dominent. Ils s’adressent au plus grand nombre – avec quatre traductions différentes de L’Imitation de Jésus-Christ39 par exemple – plus qu’ils ne disputent des articles de foi.

  • 40 Les Inscriptions phéniciennes du temple de Séti à Abydes traduites par Joseph Derenbourg, Leroux.
  • 41 L’Alchimiste. Comédie en dialecte turc azéri de Fath Ali Akhounzadè traduite par Charles Barbier de (...)

15La traduction élargit également le champ des connaissances en droit, en histoire ou en géographie. L’intérêt pour le « document » se traduit par l’exhumation et la traduction de textes des chroniqueurs, d’inscriptions araméennes, hiéroglyphiques ou phéniciennes40. Il s’agit de donner accès à des textes, voire de donner un exemple de langues rares : pour une comédie en dialecte azéri41, le traducteur avoue dans sa préface ne pas avoir choisi le texte pour ses qualités comiques mais pour son intérêt linguistique. L’édition présente souvent alors l’original et la traduction, visant deux types de lecteurs, spécialistes ou amateurs.

  • 42 Traduire l’allemand est en effet problématique. Auguste Dietrich traducteur et préfacier met en gar (...)
  • 43 Du Major Mariani, traduit par le Capitaine Camille Benoit, extrait de la Revue d’artillerie.
  • 44 Du Generalmajor Sauer, traduit anonymement à Berlin.

16Est-ce le souci de l’« intérêt national42 » qui explique la publication de la traduction originale de trois livres relatifs à l’art militaire en cette année 1886 ? Tir courbe ou obus brisants ?43, Recherches tactiques sur les formes nouvelles de la fortification44 et surtout la nouvelle traduction de Théorie de la grande guerre de Clausewitz, par le lieutenant-colonel Marc-Joseph de Vatry illustrent la nature ambivalente de la traduction : on s’enrichit ici de l’Autre pour pouvoir mieux l’affronter.

Questions de personnes et de textes

Les traducteurs : relation avec les auteurs, statut et reconnaissance

  • 45 Réédition de sa traduction de 1860 de son poème en occitan.
  • 46 La Dame aux pierreries (1857), Le Secret de la vieille demoiselle (1869), Paris, Firmin-Didot.

17Différents liens existent donc entre traducteurs et auteurs. Il peut s’agir de la même personne comme Frédéric Mistral traduisant sa Mireille45. Certains s’attachent à un auteur comme Mme Emmeline Raymond qui traduit Eugenie Marlitt46 (pseudonyme de Friederieke Henriette Christiane Eugenie John) ou Amélie Chevalier traduisant Augusta Noël. Parfois, des liens d’amitié les unissent comme Alexandre-François Albert-Durade et George Eliot. La traduction peut même être une collaboration directe comme dans le cas des Fêtes annuellement célébrées à Emoui. Étude concernant la religion populaire des Chinois par J.J.M. de Groot, traduite du hollandais avec le concours de l’auteur par C.G. Chavannes.

18Certains sont essentiellement traducteurs, parfois de différentes langues et sont prolifiques comme Victor Derély qui en cette année 1886 traduit pour la première fois Le Tyran du village, mœurs de l’Italie régénérée d’Ouida, Les Possédés de Dostoïevski, Mille âmes et Les Faiseurs de Pisemsky.

  • 47 Expression empruntée à Pouchkine par Vogüé.
  • 48 L’auteur indiqué sur la couverture est Aboulqâsem ben Ahmed Ezziâni (Abū al-Qāsim ibn Ahmad al Zayy (...)

19« Les chevaux de renfort de la civilisation47 » sont en général des spécialistes, mais pas forcément de la traduction elle-même. Un traducteur occasionnel œuvre souvent pour ses véritables collègues. Ce sont essentiellement des médecins qui traduisent des manuels de gynécologie, des prêtres des textes théologiques, ou des enseignants des textes classiques. Ainsi, Octave Houdas, qui publie son Manuel franco-arabe en 1886, traduit la même année Le Maroc de 1631 à 1812, extrait de l’ouvrage intitulé Ettordjemân el-m48 ; Camille Chabaneau, professeur à la faculté des lettres de Montpellier de langue et de littérature provençales traduit en 1886 une Paraphrase des litanies en vers provençaux. Un entrepreneur en plomberie, Poupard, traduit et édite à son compte, un an après sa parution à Londres, Hygiène publique et privée : la Plomberie au point de vue de la salubrité des maisons de S. Stevens Hellyer. Un inspecteur de la boucherie de Paris, A. Bergeaud, livre l’année même de sa publication londonienne un Manuel pratique de bactériologie, basée sur les méthodes de Koch par Edgard M. Crookshank. Poupard comme Bergeaud font partie de ce groupe restreint de traducteurs qui ne proposent qu’un seul titre.

  • 49 76 notices dans le catalogue de la BnF.

20Les rencontres entre auteur et traducteur sont parfois savoureuses. Un spécialiste de la musique, Hermann von Helmholtz49, auteur du Mécanisme des osselets de l’oreille et de la membrane du tympan, est traduit par le Dr Joachim-Agathon Rattel, qui s’intéresse lui à l’oreille et plus particulièrement aux sourds-muets dans 18 ouvrages de 1883 à 1908.

  • 50 Journal du général Gordon. Siège de Khartoum, préfacé par A. Egmont Hake, traduit de l’anglais par (...)
  • 51 L’Avenir de la France, par E. Paul, traduit de l’allemand et augmenté d’une postface par ***, Paris (...)
  • 52 Comme pour La Perle cachée du cardinal Wiseman, Paris, Lyon, Delhomme et Briguet (1860), traduit pa (...)
  • 53 Les Mensonges conventionnels de notre civilisation, op. cit.

21Le cas le plus fréquent est celui où auteur et traducteur apparaissent dès le titre. Mais le dernier fait parfois preuve de modestie en n’indiquant que ses initiales50 ou de prudence en se cachant derrière des astérisques – sans doute en raison de l’écriture conjointe d’une postface51 –, voire s’efface complètement devant le nom de l’auteur. Il y a bien sûr la révérence affichée de celui qui propose « la seule traduction autorisée par l’auteur52 » publiée « avec l’autorisation » de l’auteur voire « revue » par lui. Cette mention, présente pour cinq titres, a son importance : il n’était pas rare que l’on traduise sans accord ni rétribution des auteurs étrangers. Le 9 septembre 1886, précisément, se tient la convention internationale sur les droits d’auteur sur les œuvres littéraires et artistiques. Un code général est ratifié pour que les auteurs étrangers se voient reconnaître les mêmes droits que les auteurs nationaux des pays signataires. Cette transparence affichée d’un traducteur-passeur est celle revendiquée par Auguste Dietrich qui explique qu’un traducteur doit « s’acquitter consciencieusement de la partie matérielle de sa tâche, sans empiéter sur les attributions spéciales de la critique. Son seul rôle, en un tel cas, est de présenter au lecteur une glace transparente et incolore, à travers laquelle chacun découvrira ce que sa nature d’esprit, son tempérament, ses habitudes d’action et de pensée le portent à apercevoir53. »

  • 54 Tchou-Chin-Goura ou une vengeance japonaise, roman japonais traduit en anglais avec notes et append (...)
  • 55 Ce procédé publicitaire est encore utilisé, dans le monde de l’édition et dans celui du cinéma.

22Le traducteur ou l’éditeur poussent parfois la précision jusqu’à indiquer quelle édition originale a été traduite, le plus souvent pour des textes scientifiques, voire à citer l’auteur d’une première traduction dans une autre langue qu’il traduit à son tour54, méconnaissant sans doute la langue originale. Mais une attitude plus désinvolte est également possible, le nom de l’auteur n’apparaissant même plus, parce que le texte est une traduction « libre ». Comme cela se fait à la même époque pour certains auteurs français, il arrive aussi que soit seulement indiqué le titre d’un premier ouvrage, sur la célébrité duquel on compte pour attirer le lecteur55.

Stratégies paratextuelles

  • 56 Un lâche (From generation to generation) d’Augusta Noël traduit par A. Chevalier et Un lâche de Gas (...)
  • 57 Pour Climatothérapie par le Dr Hermann Webert, traduit de l’allemand par Adrien Doyon et Paul Spill (...)

23Le titre original peut être indiqué pour éviter une confusion avec un homonyme français56. Mais surtout, comme dans la bonne société de l’époque, plus d’un livre sur cinq bénéficie d’une recommandation qui le présente au lecteur sous forme d’explications littérales (pour les textes antiques), de notes, de « commentaires », ou tout au moins d’une préface, voire d’un complément, parfois du fait de l’auteur et spécifique à l’édition française57. L’ancienneté de la traduction peut rendre nécessaire cet accompagnement. Ainsi, Pensées sur l’éducation des enfants est une réédition de la traduction de 1882 de l’ouvrage de J. Locke. Mais la première traduction, de Pierre Coste, datait de 1695. Plutôt que d’en proposer une nouvelle, l’éditeur reprend l’existante, moyennant remaniement du texte français par Louis Fochier. Faut-il y voir un souci d’économie ou la reconnaissance de la traduction comme œuvre propre – du fait de sa circulation durant plusieurs siècles –, comme texte de référence ayant une valeur intrinsèque qu’il s’agit de faire partager ? Outre l’indication de l’emploi qu’occupe à titre principal le traducteur occasionnel, un autre élément donne au texte une caution scientifique, c’est la mention de la revue spécialisée où fut publiée tout d’abord la traduction,

  • 58 Kalyanamalla, Ananga-Ranga, traduit par Isidore Liseux, Paris, 1886.

24Ailleurs, une cascade de paratextes veut souligner l’intérêt du volume. Isidore Liseux58 avant de traduire la préface anglaise de l’Ananga-Ranga, traité hindou de l’amour conjugal, livre la sienne où il présente les premiers traducteurs anglais. Mais dans certains cas l’introduction risque de desservir. Ainsi, Zola, dans sa préface au Papillon de Narcis Oller, se refuse à juger un roman « sur une traduction » ; en outre, il juge la fin trop morale pour considérer l’œuvre comme naturaliste. Son manque d’enthousiasme, tant pour l’original que pour le travail du traducteur, oblige ce dernier, Albert Savine, à écrire une deuxième préface : il tente d’y parer les critiques du chef de file du naturalisme et cite abondamment un article espagnol fort élogieux pour N. Oller. Mais à l’inverse le fait d’être traduit en français, langue de la diplomatie et des sciences, donne sans doute un certain prix à un texte. En 1886, on publie d’abord certaines traductions françaises à l’étranger, que ce soit à Berlin, Copenhague, Vienne ou Montevideo. Ainsi, c’est à Leipzig, chez F.A Brockhaus, qu’est publiée la première traduction par J.-A. Cantacuzène du Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer.

Traitement de l’œuvre originale : questions soulevées par la traduction

  • 59 Charles Simond (pseudonyme de Paul Adolphe van Klemmputte), L’Agonie d’une race, traduit et adapté (...)
  • 60 La Pratique des accouchements chez les peuples primitifs, étude d’ethnographie et d’obstétrique, pa (...)
  • 61 Pensées sur l’éducation des enfants, traduction de Coste, revue, abrégé, annotée et précédée d’une (...)
  • 62 Étienne Dolet de Richard Copley Christie traduit par Casimir Stryienski.
  • 63 Ou de publier de fausses traductions anonymes de textes érotiques ou satiriques, comme L’Économie d (...)

25Le lecteur de L’Agonie d’une race59 doit attendre la préface pour connaître l’auteur, le traducteur expliquant : « Je devais à la loyauté de faire connaître la vraie paternité de cet ouvrage. Si j’ai signé seul sa déclaration d’entrée dans cette collection, c’est qu’ayant apporté au texte original de nombreuses modifications, indispensables pour répondre aux exigences légitimes de mes nouveaux lecteurs, j’avais à prendre seul la responsabilité de mon travail. » On notera le caractère vague des « modifications » ou de ces impérieuses « exigences ». Dans le domaine des sciences aussi, le traducteur peut traiter l’œuvre originale comme une base à laquelle il n’hésite pas à ajouter ses propres recherches soit en notes, soit dans le corps même du texte60. Le traducteur ne fait plus entendre la voix d’un autre : il s’adresse aux lecteurs. Il y a là appropriation, utilisation comme matériau de base de l’œuvre originale qui devient le fragment d’un discours dont le traducteur ou l’éditeur serait le véritable auteur. Ainsi, au cœur de la bataille de l’École opposant républicains laïcs et catholiques refusant « l’école sans Dieu », il n’est pas étonnant que quatre textes traitant de l’éducation, dont le choix n’est pas exempt d’arrière-pensées, soient traduits ou réédités61. Même si celui d’Élie Vinet s’adresse en principe à des historiens, la préface ne manque pas de souligner que les Jésuites nouvellement installés à Bordeaux ont pris à partie le collège fréquenté par Montaigne. Traduire une biographie d’un « martyr de la Renaissance62 » prend un sens particulier en cette époque de tensions entre catholiques et républicains. La littérature étrangère permet peut-être de publier ce qui se dirait difficilement directement en français63.

26L’intérêt du lecteur, la nécessité de s’adapter à lui constituent un argument autorisant l’« adaptation et réduction » à l’usage de la jeunesse, ou la constitution d’une anthologie comme La Mort, éditée chez Perrin, où Halpérine-Kaminsky compile différents extraits de Tolstoï. Il est vraisemblable que son édition réponde à la publication de la nouvelle naturaliste « Comment on meurt » de Zola publiée en 1883 dans le recueil Le Capitaine Burle. L’action de traduire et d’éditer constitue parfois un avatar du recours à l’argument d’autorité à un macro-niveau. La voix étrangère est invitée à se faire entendre non tant pour sa valeur intrinsèque que pour le soutien qu’elle apporte à un camp.

27Les deux statuts de la traduction découlent des deux attitudes possibles de l’éditeur et du traducteur face au texte étranger. Ces dernières ne sont pas forcément antinomiques et ne dépendent ni de l’œuvre, ni de l’auteur, ni de la langue.

28Il y a d’une part le soulignement du caractère étranger, qui peut faire coexister original et traduction que ce soit dans des éditions scolaires, présentant jusqu’à deux traductions, ou les éditions des sociétés savantes, où l’œuvre a un statut documentaire : elle représente un état de la langue, le témoignage d’une culture irréductiblement différente. Le lecteur ne peut y accéder seul et a besoin de la médiation du traducteur. Une autre forme de traduction naturalise l’œuvre, la fait passer dans la culture commune au point que le lecteur peu lettré ou peu attentif au paratexte ne l’identifiera pas comme telle. Si la langue est trop datée, une nouvelle traduction la remplacera, et éventuellement le traducteur deviendra auteur d’une partie du texte.

29Ces quelques exemples montrent que, miroir réduit de l’édition française, la sélection des œuvres traduites reflète un rapport ambigu au texte étranger, moins souvent vu dans sa spécificité qu’assimilé, instrumentalisé, déformé, voire forgé. Ce qui importe alors est moins l’originalité de la note qu’il apporte que sa participation au concert de l’édition contemporaine française.

Notes

1 Le corpus a été constitué en interrogeant le catalogue général électronique de la BnF, rubrique « Recherche avancée par mots de la notice » en précisant : « Années » « 1886 » ; « Langues » « Français » ; « toute la notice » « Traduction » (187 notices)/« Traduit* » (285 notices)/imit* (51 notices)/« Adapté* » (15 notices)/« Adaptation » (6 notices pertinentes). Ces notices comportaient doublons, erreurs de cotation ou titres non pertinents – en raison de l’élargissement du critère de « toute la notice ». Ce chapitre traite donc des 413 traductions en langue française publiées en 1886, principalement en France ; celles qui ont été publiées à l’étranger n’apparaissent que dans la mesure où elles font partie des collections de la BnF. Dans la suite de cette contribution, la date de publication par défaut sera 1886, une date indiquée entre parenthèse désignant celle de la première édition de la traduction.

2 La catégorie « divers » comprend neuf titres chinois, cinq arabes, trois portugais, deux persans, deux danois, deux roumains, un araméen, un coréen, un dialecte turc azéri, un finnois, un flamand, un grec moderne, un néerlandais, un phénicien, un portugais, un sanscrit et un serbe.

3 Tout comme les anthologies. Apparaît une industrie promise à un bel avenir, celle des devoirs de vacances.

4 La Fleur de la littérature latine, morceaux choisis des principaux auteurs latins, Garnier.

5 Il semble répondre à l’argument de R. Frary selon lequel « on apprend le latin pour être homme du monde, pour entrer dans la société polie et cultivée » (La Question du latin, Paris, Léopold Cerf, 1885, p. 162).

6 Les traducteurs anglais de l’Ananga-Ranga, traité hindou de l’amour conjugal, marquent le caractère électif du latin puisqu’ils avaient pensé tout d’abord « le retraduire en latin pour éviter qu’il ne tombât aux mains du vulgaire » (Kalyanamalla, Ananga-Ranga, traduit par Isidore Lisieux, Paris, p. XIV).

7 Daphnis et Chloé, réédité tout au long du siècle dans la version de Paul-Louis Courier, fait figure d’exception.

8 Gargantua, traduction par Charles Desormères. La collection « Chefs-d’œuvre français et étrangers », s’adressant à des lecteurs non spécialistes de la littérature, explique le choix d’une nouvelle traduction.

9 Multi-édité au xixe siècle, le titre connaît différentes traductions autour de 1886, en raison de la multiplication des éditions scolaires : réservé aux universitaires jusque-là, il devient « populaire ». En 1886, deux nouvelles versions répondent aux exigences des programmes scolaires publiés en 1885, celle d’Amédée Jubert en vers et celle « archaïque et rythmée » de Léon Clédat.

10 Comme Chansons choisies de Joseph Béard en patois de Rumilly, traduction littérale par Aimé Constantin, Annecy, Revue savoisienne ; Nichan Chanson sablaise, en patois du pays par Jacques Laurent Paliau avec traduction française par M.F.T. – Les Sables d’Olonne.

11 Lou Sant Sacramen, traduction par F. Charles de Fenouillet, Avignon, Aubanel frères, 1886.

12 Le Roman russe, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1886, « Avant-propos », p. XLII.

13 Ibid., p. XLII.

14 Ibid., p. XXIV.

15 Ibid., p. XLIV.

16 Ibid., p. XLV.

17 Traduit de l’anglais par Mme Louise de Montanclos, 13e éd, Paris, Mame, 1858. Le titre original est Alda, the British Captive : faut-il y voir le travail de naturalisation de l’héroïne par la traductrice, jouant sur le double sens de « bretonne » pour la rendre plus attachante aux yeux des petits Français ? La Bretagne, dans les romans français contemporains en particulier, est représentée comme dépositaire de l’identité française. Le rythme même des rééditions – 8 entre 1858 et 1878 et 13 entre 1880 et 1901 – montre l’engouement pour ce type de figure.

18 Traduction de E. du Chatenet à Limoges et de Pierre Blanchard à Paris, P. Ducrocq pour 1886. Cette dernière désignée comme « nouvelle » date de 1837.

19 Le catalogue de la BnF le crédite de 87 titres pour 523 notices.

20 Comme Les Émigrants du Transwaal, traduction de J. Lermont (pseudonyme de Mme Soboleska) chez Hetzel.

21 L’Espion, Le Lac Ontario, Le Tueur de daims sont données en « adaptation et réduction à l’usage de la jeunesse » par A.-J. Hubert qui traduit Quentin Durward de Scott la même année, tous édités chez Mame.

22 Les Napraxine, par Hephell (pseudonyme de Fanny Le Breton) chez Hachette et Le Tyran du village par Victor Derély chez Mame sont traduits pour la première fois.

23 Première traduction de Vixen par Marie Bougy Létant.

24 Mme de Marche propose pour Hachette son unique traduction, la première des Cœurs hantés.

25 Le Petit duc ou Richard Sans peur traduit par Mme Charles Deshorties de Beaulieu en 1873, Violette (Heartsease) chez Grassart en 1856 et Christine Sorel chez Ardant.

26 Cent contes, édition bilingue de Daniel-Eugène Scherdlin pour Hachette, de Louis Schmitt chez Garnier, Le Conseiller de l’enfance, Les Étrennes de l’enfance, Les Fleurs de Schmidt chez Ardant (traducteur anonyme).

27 Entre deux Présidences, première traduction d’Alfred-Pierre-Nicolas Hédouin.

28 La Rose thé, traduction d’Émile de la Bédollière chez Ardant.

29 Le Prince et le pauvre (1883) traduit par Largilière (pseudonyme de Paul Adolphe Van Cleemputte).

30 L’absence de morale trop explicite explique sans doute leurs rééditions tout au long du xxe siècle.

31 Le Maha-Bharata poème épique de Krishna-Dwaipayana, plus communément appelé Veda-Vyasa, traduit… du sanscrit en français ; la traduction a été commencée en 1863.

32 Tristan et Yseult, traduit par Victor Wilder, Leipzig et Bruxelles, Breitkopf et Härtel.

33 Par Félix Rabbe chez Giraud.

34 Les Noces de Maxime Tzèrnoïevitch, poème populaire traduit par Auguste Dozon.

35 Athanase Diakos d’Aristotelis Valaoritis traduit par Jules Blancard, Paris, E. Leroux.

36 Menoutcheri, poète persan du xie siècle de notre ère, traduit par Albin de Biberstein Kazimirski.

37 Les Quatrains de Bâbâ Tahir Urân en pehlevè musulman publiés, traduits et annotés par Clément Huart, Paris, E. Leroux. Extrait du Journal asiatique.

38 Biographie de Grant Allen traduite de l’anglais par P.-L Monnier, futur traducteur de Progrès et pauvreté de Henry George en 1887, de L’Utilitarisme de J. Stuart Mill en 1889.

39 Les traducteurs de ces rééditions sont Félicité de La Mennais chez Sanchez et Cie à Paris, Ardant à Limoges, Mame à Tours ; Le R.P. Jérôme de Gonnelieu chez Pellion et Marchet frères à Dijon, Ardant à Limoges, Mame à Tours ; l’abbé François Petetin chez l’imprimerie de P. Jacquin à Besançon ; Natalis de Wailly chez A. Burdin à Angers ; Jacques-Philippe Lallemant dans le Manuel du chrétien publié par Gaume à Paris.

40 Les Inscriptions phéniciennes du temple de Séti à Abydes traduites par Joseph Derenbourg, Leroux.

41 L’Alchimiste. Comédie en dialecte turc azéri de Fath Ali Akhounzadè traduite par Charles Barbier de Meynard, Paris, Imprimerie nationale, extrait du Journal asiatique.

42 Traduire l’allemand est en effet problématique. Auguste Dietrich traducteur et préfacier met en garde son lecteur : « Rien de ce qui touche à l’Allemagne, […] ne doit désormais nous rester étranger […]. Le vrai patriotisme […] consiste non à dédaigner et à ignorer son adversaire, mais à l’étudier à l’observer de près, afin de connaître son fort et son faible », dans Les Mensonges conventionnels de notre civilisation, ouvrage traduit sur la 12e édition allemande de Max Nordau (pseudonyme de Max Südefeld), Paris, W. Hinrischen, préface, p. VI.

43 Du Major Mariani, traduit par le Capitaine Camille Benoit, extrait de la Revue d’artillerie.

44 Du Generalmajor Sauer, traduit anonymement à Berlin.

45 Réédition de sa traduction de 1860 de son poème en occitan.

46 La Dame aux pierreries (1857), Le Secret de la vieille demoiselle (1869), Paris, Firmin-Didot.

47 Expression empruntée à Pouchkine par Vogüé.

48 L’auteur indiqué sur la couverture est Aboulqâsem ben Ahmed Ezziâni (Abū al-Qāsim ibn Ahmad al Zayyānī dans la notice du catalogue de la BnF).

49 76 notices dans le catalogue de la BnF.

50 Journal du général Gordon. Siège de Khartoum, préfacé par A. Egmont Hake, traduit de l’anglais par M.A.B. avec notes et documents inédits. L’emploi d’un pseudonyme est également fréquent.

51 L’Avenir de la France, par E. Paul, traduit de l’allemand et augmenté d’une postface par ***, Paris, H. Welter.

52 Comme pour La Perle cachée du cardinal Wiseman, Paris, Lyon, Delhomme et Briguet (1860), traduit par Agathe Périer Audley.

53 Les Mensonges conventionnels de notre civilisation, op. cit.

54 Tchou-Chin-Goura ou une vengeance japonaise, roman japonais traduit en anglais avec notes et appendice par Frédérick V. Dickins. Traduction française d’Albert Dousdebès, Paris, P. Ollendorf. La traduction enrichit la collection d’un texte au parfum d’exotisme rehaussé par les « nombreuses gravures sur bois exécutées au Japon par des artistes japonais ».

55 Ce procédé publicitaire est encore utilisé, dans le monde de l’édition et dans celui du cinéma.

56 Un lâche (From generation to generation) d’Augusta Noël traduit par A. Chevalier et Un lâche de Gaston La Perrière, paru en 1884.

57 Pour Climatothérapie par le Dr Hermann Webert, traduit de l’allemand par Adrien Doyon et Paul Spillmann, Paris, F. Alcan, ou Le Chemin qui mène à Dieu de Dwight Lyman Moody traduit par R. Saillens, Paris, P. Monnerat.

58 Kalyanamalla, Ananga-Ranga, traduit par Isidore Liseux, Paris, 1886.

59 Charles Simond (pseudonyme de Paul Adolphe van Klemmputte), L’Agonie d’une race, traduit et adapté de Józef Ignacy Kraszewski, Paris, H. Gautier, 1886.

60 La Pratique des accouchements chez les peuples primitifs, étude d’ethnographie et d’obstétrique, par le Dr Georges-J. Engelmann, […] Édition française, remaniée et augmentée par le Dr Paul Rodet […] avec une préface par le Dr A. Charpentier, Paris, J.-B. Baillière et fils.

61 Pensées sur l’éducation des enfants, traduction de Coste, revue, abrégé, annotée et précédée d’une introduction par Louis Fochier (1882), Paris, C. Delagrave ; Sur l’éducation, traduction de Mme Vve Jules Favre, Paris, C. Delagrave ; Emmanuel Kant, Traité de pédagogie, traduction de Jules Barni, Paris, F. Alcan ; Élie Vinet, Schola Aquitanica. Programme d’études du collège de Guyenne au xvie siècle publié pour la première fois par Élie Vinet en 1583, et réimprimé d’après l’exemplaire de la bibliothèque nationale avec une préface, une traduction française et des notes de Louis Massebieau, Paris, C. Delagrave.

62 Étienne Dolet de Richard Copley Christie traduit par Casimir Stryienski.

63 Ou de publier de fausses traductions anonymes de textes érotiques ou satiriques, comme L’Économie de l’amour ou Les Déceptions d’un étranger traduit de l’anglais.

Auteur

Éléonore Mavraki, PRAG à l’université d’Angers, est l’auteure d’une thèse intitulée Pour une archéologie de la modernité : le récit de fiction à la fin du xixe siècle en France (1879-1902), soutenue en 2003 à l’université Paris IV, qui incluait une étude des œuvres en traduction. Elle s’intéresse principalement aux questions d’intertextualité, aux liens entre production littéraire et idéologies dominantes et aux questions de récriture : « L’hypotexte biblique dans la Chanson de Roland : les réminiscences de l’encens » dans Élisabeth Pinto-Mathieu (dir.), Variations apologétiques de l’écriture du sacré, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; « Fantômes du récit chez La Rochefoucauld », dans Véronique Duché, Madeleine Jeay (dir.), Le récit exemplaire (1200-1800), Paris, Garnier, 2011.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search