Version classiqueVersion mobile

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

1886, aube du cosmopolitisme ?

Yves Chevrel

Texte intégral

1L’année 1886 est une année réputée particulièrement riche dans l’histoire de la littérature française au xixe siècle. Ainsi, la page que Dominique Millet-Gérard lui affecte en ouverture du grand chapitre intitulé « Décadence, Symbolisme, le tournant du siècle » dans le Précis de littérature française du xixe siècle réalisé sous la direction de Madeleine Ambrière (Presses universitaires de France, 1990, p. 535-536) fait défiler les noms de Rimbaud, Hugo, Mallarmé, Villiers de L’Isle-Adam, Claudel, et il serait loisible d’y ajouter d’autres noms (Moréas, Saint-Pol-Roux, Quillard, P. Adam…). Il n’y est pas question de traductions, mais il est noté que « [l’]étranger un peu exotique se taille une place, avec la publication en volume du Roman russe du vicomte de Vogüé ». À la fin du même Précis, une rubrique est réservée aux œuvres étrangères dans des « Tableaux chronologiques » ; pour l’année 1886 (ibid., p. 571) on lit : « De Amicis (E., It.), Grands cœurs,/ Stevenson, Dr Jekill et M. Hide [sic],/ Nombreuses traductions de Tolstoï, Dostoïevski, H. James. » La formulation laisse penser qu’en 1886 les œuvres citées sont accessibles en français. Or, si Cuore, le roman pour la jeunesse d’Edmondo De Amicis, et Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde datent bien de 1886, cette date est celle de leur publication en version originale, et leur première traduction française n’intervient, respectivement, qu’en 1892 et 1890 ; si par ailleurs les deux écrivains russes mentionnés sont bien présents sur le marché français depuis quelques années, Henry James n’est alors connu en France que par deux romans, traduits en 1884, L’Américain à Paris (The American) et Roderick Hudson, ainsi qu’un recueil de nouvelles publié en 1886. Dans l’histoire littéraire de la France, le repérage et l’identification des traductions constituent un domaine où des approximations subsistent encore.

2La question des traductions est aussi une question juridique : depuis le milieu du siècle, la librairie française a essayé, par une série de traités bilatéraux, de protéger ses auteurs. L’année 1886 est marquée par un événement important : la signature de la convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques intervenue le 9 septembre. Cette convention est l’aboutissement d’un processus de négociations envisagées en 1878 à Paris lors du premier congrès de l’Association littéraire et artistique, et prend place dans une évolution générale du xixe siècle européen, celle d’un règlement international des problèmes. Elle est d’ailleurs conclue peu après la convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle du 20 mars 1883. Le xixe siècle européen s’est en effet placé de plus en plus sous le signe de l’international.

3Le mot lui-même est relativement récent. En 1789, Jeremy Bentham avait publié à Londres An Introduction to the Principles of morals and Legislation. Il y forgeait le terme « international […] calculated to express the branch of law which goes commonly under the name of the law of nations » (CCCXXIV). Grâce au Genevois Étienne Dumont, qui utilise plusieurs chapitres de l’ouvrage pour éditer et publier en français trois volumes de Traités de législation civile et pénale (Bossange, Masson et Besson, 1802) qui font connaître Bentham, ce néologisme, cité dans le traité « Vue générale d’un Corps complet de Lois » (t. I), sous la graphie « international » (p. 147 et 168), ou « international » (p. 328 et 329), s’impose dans la plupart des langues européennes et, dans la seconde moitié du siècle, il sert à spécifier de nombreux congrès, associations, commissions dans tous les domaines de la vie intellectuelle, artistique, pratique : agriculture, médecine, orientalisme, géologie, droit commercial, etc.

  • 1 Déclaration d’un des négociateurs français, René Lavollée, lors de la conférence des 8-19 septembre (...)

4Les négociations qui ont abouti à la convention de Berne ont duré deux bonnes années. Dans les débats les représentants français ont maintenu jusqu’au bout un point de vue qui assimile totalement traduction et reproduction : « Le droit de traduction ne peut et ne doit être considéré que comme un démembrement du droit de reproduction ou comme une forme spéciale du droit de reproduction proprement dit. Bien plus, dans les rapports internationaux, c’est presque toujours la traduction qui est le mode normal de reproduction1. » Cette position « maximaliste » (qui est aussi celle de la Suisse) n’est pas partagée par d’autres États, comme la Suède, grande importatrice, qui est favorable à une limitation dans le temps du droit de traduction ; l’Allemagne, de son côté, souhaite que le consentement des auteurs ne soit pas requis pour la publication d’extraits ou de chrestomathies ayant un but scientifique ou pédagogique. D’autre part, des débats ont lieu autour d’une notion juridique nouvelle : celle d’adaptation, qui est finalement considérée comme une reproduction illicite s’il n’y a pas consentement de l’auteur.

5Bien qu’elle n’ait été ratifiée, l’année suivant sa conclusion, que par huit États – l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Suisse et la Tunisie – auxquels ne s’ajouteront encore, jusqu’en 1914, que sept autres – le Danemark, le Japon, le Luxembourg, Monaco, la Norvège, le Portugal et la Suède –, la Convention de Berne est la concrétisation d’une réglementation internationale – qui évoluera au fil des années – des échanges intellectuels de toute nature qui caractérisent la fin du xixe siècle. À ce titre, elle marque bien un tournant dans l’histoire des traductions.

Une année littéraire « très russe » ?

  • 2 Lieven D’hulst, « La traduction et les disciplines en 1830 : vers une étude intégrée », dans Christ (...)
  • 3 Eugène-Melchior de Vogüé, « Les livres russes en France », Revue des Deux Mondes, t. 78, 15 décembr (...)

6L’attention que D. Millet-Gérard porte au Roman russe permet-elle de parler de 1886 comme d’une « année russe », de même que Lieven D’hulst avait pu montrer que, dans la catégorie des belles-lettres en traduction française, l’année 1830 avait été une « année Scott » tant l’auteur écossais l’emportait au palmarès des auteurs étrangers traduits2 ? L’ouvrage d’Eugène-Melchior de Vogüé, qui intègre des essais d’abord parus dans la Revue des Deux Mondes de 1883 à 1885, a en tout cas servi de révélateur pour un lectorat français qui vient tout juste de découvrir Tolstoï et Dostoïevski. En fin d’année, son auteur essaiera de prendre la mesure du phénomène dans un nouvel article de la Revue des Deux Mondes : citant une bonne douzaine de traductions parues en 1886 (plus l’Histoire de la littérature russe de Léon Sichler), il se montre finalement inquiet devant ce déferlement : « On a poussé la littérature russe comme une valeur à primes », non sans y joindre quelques observations critiques sur les traductions3.

  • 4 Voir Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue fran (...)
  • 5 Voir Roland Mortier, « La pénétration de la littérature russe à travers les revues belges entre 188 (...)

7Les lecteurs de langue française n’avaient certes pas attendu Vogüé pour découvrir la littérature russe. Au xixe siècle, des écrivains russes font partie du panthéon littéraire français4. On doit également noter qu’en Belgique des revues contribuent à faire connaître cette littérature au cours de la décennie 1880 : c’est en particulier le cas de la Revue de Belgique et de La Société nouvelle qui vient d’être fondée (1884)5 : elle publie notamment, en 1886, une traduction d’Oblomov, de Gončarov ; d’autre part un éditeur gantois publie pendant cette période une collection intitulée « Chefs d’œuvre du théâtre russe », traduits par Arsène Legrelle (1834-1899) : on y trouve des pièces d’Alexis Tolstoï (1882), Griboedov (1884), Kapniste (1885), Ostrovskij (1885). L’intérêt pour le monde russe tient en partie à la personnalité de Léon Tolstoï, tout autant qu’à son œuvre. Pour l’accès à celle-ci, l’impulsion était venue directement de Russie même, où le Journal de Saint-Pétersbourg avait déjà donné des traductions françaises d’auteurs russes. La première traduction de Vojna i Mir (1865-1869), sous le titre La Guerre et la Paix, est réalisée à Saint-Pétersbourg, en 1879 ; elle est due à une Russe, Irène Ivanovna Paskiévitch. 500 exemplaires, expédiés en France, sont distribués par Hachette, qui en fait ensuite une édition en 1884, réimprimée en 1886 et les années suivantes.

  • 6 Jean-Louis Backès, « Évolution des normes. Notes sur diverses traductions de Dostoïevski et de Virg (...)

8On a vu que la qualité des traductions inquiétait quelque peu Vogüé ; dans l’article de la Revue des Deux Mondes cité plus haut, il signale par exemple que Halpérine-Kaminsky, qui a signé de nombreuses traductions d’auteurs russes, déclarait fournir le mot à mot « fort exact » des textes à traduire à de jeunes collaborateurs ignorant la langue originale ; en revanche, il déclare qu’il « goûte fort les versions de M. Derély » ; Jean-Louis Backès, évaluant la première traduction, très répandue, de Prestuplenie i nakazanie que Victor Derély publie en 1884 sous le titre Le Crime et le Châtiment, conclut d’ailleurs que ce traducteur, qu’il juge « compétent et scrupuleux » ne saurait être accusé de négligence : ses interventions visent à respecter les normes qu’il estime être celles d’un roman6. Toujours est-il que la percée de la littérature russe se manifeste aussi par le fait qu’on retraduit des œuvres plus anciennes : en 1885 le roman de Gogol Les Âmes mortes, d’abord traduit par Eugène Moreau en 1858, est retraduit par Ernest Charrière, tandis qu’en 1889 Ernest Jaubert retraduit Tarass Boulba, déjà connu par la traduction que Louis Viardot avait réalisée en 1845 avec l’aide d’Ivan Tourguéniev (traduction elle-même rééditée en 1882).

9Si on ajoute que la littérature d’enfance d’origine étrangère, presque exclusivement dominée jusqu’alors par les productions allemandes et anglaises, s’ouvre au monde russe, précisément en 1886, grâce à la version Enfance et adolescence que Michel Delines donne de l’adaptation pour la jeunesse que Tolstoï avait lui-même réalisée de son roman l’année précédente, on est bien tenté de reprendre, pour définir l’année littéraire 1886, le titre que Jean Lorrain donne à son roman, publié la même année : Très russe !

Une année littéraire « internationale » ?

10On doit toutefois se demander si la russomanie de ces années n’est pas qu’un aspect particulier d’un engouement général qui affecterait les littératures étrangères. On constate effectivement, autour de 1886, une accélération d’un mouvement commencé au début du siècle : un intérêt croissant pour une approche plus globale des littératures, qui ne se limite plus aux seules littératures antiques flanquées de la littérature française. En 1805, ce qui est sans doute la première réalisation, en langue française, d’une histoire universelle des littératures, avait été une traduction d’un ouvrage italien : Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l’histoire grecque jusqu’à nos jours, un volume de 348 pages, marqué « tome I » mais apparemment seul paru, publié à l’Imprimerie impériale de Paris. Le traducteur, Giuseppe Emanuele Ortolani, qui déclarait dans un « Avis » qu’il avait eu lui-même le projet d’une « Histoire littéraire universelle », y donnait une version réduite de l’ouvrage du jésuite espagnol Juan Andrés, rédigé en italien, Dell’origine, progressi e stato attuale d’ogni letteratura, sept volumes parus à Parme de 1782 à 1799. Si Madame de Staël, puis Sismondi, ouvrent des perspectives nouvelles, la notion de « littérature étrangère », prise comme un tout, reste floue. La situation change nettement avec le dernier tiers du siècle, qui voit se multiplier les tentatives pour proposer, sur des bases assez larges, de véritables « Histoires des littératures étrangères », celles d’Alfred Bougeault (3 vol., Plon, 1876), d’Eugène Hallberg (2 vol. sur 4 prévus, Lemerre, 1879-1880), de Jacques Demogeot (2 vol., Hachette, 1880, nombreuses rééditions), de Marc Monnier (2 vol., limités à la Renaissance et à la Réforme, Firmin-Didot, 1884-1885), d’Eugène Bouchet (1 vol., Hetzel, 1888, rééd. 1893), de Henri Tivier (1 vol., Delagrave, 1891).

11A. Bougeault (1817-1883), qu’on peut considérer comme un pionnier de ce domaine, légitime son entreprise dans son introduction :

Nous commençons à comprendre plus que jamais le besoin de nous initier aux langues étrangères, et d’étudier les littératures des autres peuples […]. De plus, les œuvres remarquables de chaque littérature se transmettent d’une nation à l’autre par la traduction ; la curiosité, comme le goût, trouve dans ces rapides échanges une satisfaction légitime. (Histoire des littératures étrangères, t. I, p. II-III)

12Circonscrit à l’Europe, son ouvrage, qui comprend au total plus de 1 100 pages, englobe un large échantillon des littératures du continent : allemande, scandinaves, finnoise, hongroise dans le tome I, anglaise, néerlandaise, slaves dans le tome II, italienne, espagnole, portugaise, grecque moderne dans le tome III. Des traductions complètent les analyses proposées dans une somme qui reste, en 1886, l’ouvrage le plus riche dans son domaine.

13C’est toutefois celui de J. Demogeot, postérieur mais plus répandu, qui donne le ton à cette date : il a connu une 2e édition en 1884, et une 3e paraîtra en 1889 (d’autres suivront jusqu’en 1914). Or, ce travail est délibérément restreint dans son projet – il ne traite que quatre littératures, les « septentrionales » (Angleterre, Allemagne) et les « méridionales » (Italie, Espagne). Surtout, il est assez nettement orienté en fonction de ce qu’on pourrait appeler une vision universaliste de la littérature française. Son titre complet est Histoire des littératures étrangères considérées dans leurs rapports avec le développement de la littérature française ; dans sa préface, commune aux deux volumes, Demogeot se cite lui-même, reprenant une formule employée dans son Histoire de la littérature française depuis ses origines jusqu’en 1830 (1re éd. 1852, 22e éd. en 1886) : « Il semble que, pour devenir européenne, toute pensée locale doit d’abord passer par la bouche de la France », ce qui lui permet d’avancer que, jusqu’au xviiie siècle inclus, « [l’]histoire de la littérature française était […] l’histoire même de l’homme sur une grande échelle, une étude de psychologie sur le genre humain » (p. II). Intégrée dans une collection prestigieuse, « Histoire universelle » dirigée par Victor Duruy, son Histoire des littératures étrangères consolide un schéma « thématochronologique » de la littérature européenne vue de France, qui est fondé sur les relations avec le quatuor Italie-Espagne-Angleterre-Allemagne.

  • 7 Sur Boris de Tannenberg (1864-1914) voir la notice nécrologique que lui consacre A. Morel-Fatio, Bu (...)

14Dans les années autour de 1886, les membres de ce quatuor sont toutefois loin d’occuper la même position à l’intérieur du groupe. L’Italie et l’Espagne contemporaines intéressent peu les maisons d’édition de langue française, qui préfèrent rééditer des traductions d’œuvres anciennes ou (faire) retraduire des valeurs éprouvées : Boris de Tannenberg7, qui publie en 1889 chez Perrin un volume très documenté sur La Poésie castillane contemporaine (Espagne et Amérique), fait une constatation ironique dans sa préface : si, « à Paris, la mode semble être aux choses d’Espagne » (courses de taureaux et danses de gitanes), la « littérature actuelle de nos voisins […] est presque complètement ignorée ». Si, à côté de rééditions de Don Quichotte dans la traduction de Florian (parue à la fin du xviiie siècle), on note aussi, par exemple, la traduction nouvelle, en 1886, de La Vie de Lazarille de Tormes par Albert Morel-Fatio (Launette), aucun des romans d’Emilia Pardo Bazán n’est disponible en français ; toutefois, Albert Savine profite des controverses suscitées par Zola pour traduire la même année le recueil critique de « doña Emilia » La Cuestión palpitante sous le titre Le Naturalisme ; le même réussit à obtenir de Zola, toujours en 1886, une lettre préface pour sa traduction d’un roman catalan de Narcís Oller (Le Papillon, Giraud) – qui désarçonne quelque peu l’écrivain français. L’Italie n’est guère mieux traitée : alors que de nombreux ouvrages religieux ou de piété continuent à être traduits (concernant par exemple saint Alphonse de Liguori ou saint Jean Bosco), 1886 est l’année où des éditeurs catholiques rééditent Silvio Pellico : Des devoirs des hommes (Ardant, Limoges) dans la traduction de Pierre-Léon Lezaud (1851) avec une préface de Saint-Marc Girardin qui compare Pellico et Fénelon, ou Mes prisons (Lefort, Lille), tandis que Hachette reprend celle des Fiancés de Manzoni par Giovanni Martinelli parue en 1877. Un bon document des degrés d’intérêt différents porté aux langues-sources est d’ailleurs offert par la liste des ouvrages disponibles, en 1886, dans la « Bibliothèque des meilleurs romans étrangers – Traductions françaises » lancée par Hachette en 1856 : elle comprend un total de 104 auteurs ; 69, soit les deux tiers, sont de langue anglaise, 18 (17 %) de langue allemande, les autres langues représentées étant l’italien (6 auteurs), l’espagnol et le russe (4 auteurs chacun), le danois, le hollandais et le suédois (1 chacun).

  • 8 Hans-Jörg Neuschäfer, Dorothee Fritz-El Ahmad, Klaus-Peter Walter, Der französische Feuilletonroman (...)

15Les littératures contemporaines de langue allemande et anglaise sont effectivement prédominantes. C’est particulièrement vrai pour l’anglais, comme le montre aussi la place que les traductions de cette langue occupent dans les feuilletons. Hans-Jörg Neuschäfer a réalisé une enquête sur le roman-feuilleton en France au xixe siècle et a notamment étudié l’année 18848. Dans les 68 quotidiens ayant publié des romans-feuilletons, on trouve 22 traductions, soit environ 5,5 % des feuilletons recensés ; les titres (donnés en français) ne permettent pas toujours de découvrir l’auteur, mais, sur les 12 auteurs identifiés, 9 sont de langue anglaise.

16On doit de plus noter, autour de 1886, des efforts de discrimination pour les aires linguistiques allemande et anglaise. L’originalité de la littérature autrichienne est revendiquée dans la préface des Poètes lyriques de l’Autriche d’Alfred Marchand (Fischbacher, 1881), qui s’insurge contre l’attitude des Allemands qui, selon lui, annexent, quand ils ne l’ignorent pas, cette littérature ; l’ouvrage contient, intégrées aux différents portraits, de nombreuses traductions, comme c’est aussi le cas dans un second volume que publie Charpentier en 1886. La littérature nord-américaine devient également plus visible : Remy de Gourmont publie, en 1884, des Études sur la littérature américaine autour de N. Hawthorne, et Thérèse Bentzon consacre un long article aux « Poètes américains » dans la livraison du 1er mai 1886 de la Revue des Deux Mondes (t. 75, p. 80-115).

  • 9 La nouvelle « Bartek-vainqueur » a été d’abord publiée dans La Nouvelle Revue, novembre 1884, p. 13 (...)

17Les littératures des autres pays restent peu traduites. Toutefois, en dehors du russe, d’autres aires linguistiques européennes prennent peu à peu pied dans les pays d’expression française. Une autre littérature slave opère une percée : la littérature polonaise, dont cinq titres paraissent en 1886, parmi lesquels le recueil Bartek vainqueur, premier volume de Henryk Sienkiewicz publié en français9 ; l’introduction est rédigée par Téodor de Wyzewa (1862-1917), qui publiera lui-même, ultérieurement, quelques traductions du polonais. Les littératures scandinaves, incarnées jusqu’alors par les Danois Ludvig Holberg (†1754), le « Molière danois », et Hans Christian Andersen (†1875), commencent à concentrer l’attention ; le Norvégien Bjørnstjerne Bjørnson, dont Xavier Marmier a traduit une nouvelle dès 1866, est connu en France pour plusieurs romans et nouvelles, tandis que le Suédois August Strindberg est d’abord traduit en Suisse, où son recueil de nouvelles Les Mariés. Douze caractères conjugaux paraît à Lausanne en 1885. Ibsen, déjà traduit dans de nombreux pays européens depuis 1880, ne l’est en français, dans la Revue indépendante, qu’à partir de la fin de l’année 1888, mais connaît vite un grand succès auprès du public, sinon des critiques, à partir de 1890.

  • 10 Voir par exemple « Théâtre japonais », en date du 30 avril 1888, dans Impressions de théâtre, Lecèn (...)

18En ce qui concerne les domaines extra-européens, l’Inde et la Chine, plus généralement l’Orient, continuent à intéresser le public français, comme en témoigne, entre autres, la « Bibliothèque orientale elzévirienne », inaugurée en 1876 par la maison Ernest Leroux, qui publie son 50e volume en 1886 : sur les cinq volumes parus cette année, trois concernent la Chine, un la Perse. Il s’agit toutefois d’un intérêt qui est tout autant documentaire que littéraire. En effet, si le théâtre indien, avec la pièce de Kâlidâsa, Sacountala, connaît un réel succès depuis le début du siècle, les représentations de pièces japonaises ou annamites se heurtent, dans les dernières décennies, à l’incompréhension, voire au mépris injurieux de critiques comme Jules Lemaitre10. À l’opposé, il vaut la peine de mentionner les Légendes et chants de geste canaques, publiés en 1885 par Louise Michel, de retour de déportation en Nouvelle-Calédonie ; elle est soucieuse d’y présenter avec sympathie une culture orale méprisée, dont elle a défendu les représentants au moment de l’insurrection de juillet 1878.

En dehors des belles-lettres ?

  • 11 Chiffres établis à partir de Liselotte Bing, Karl Epting, Bibliographie französischer Übersetzungen (...)

19Les œuvres littéraires ne constituent qu’une partie des œuvres traduites. L’exemple d’une des deux langues sources les plus traduites en français à la fin du xixe siècle le montre. En effet, à partir des ouvrages conservés à la Bibliothèque nationale de France, on peut dénombrer 4 005 volumes traduits de l’allemand publiés de 1870 à 1918 ; l’ensemble regroupé sous le titre « Philologie (belles-lettres, langues) – Histoire de l’art et de la musique – Archéologie » en comprend 1 441, soit 36 %11. Se restreindre aux seules belles-lettres ferait encore tomber le pourcentage.

20Devant la masse considérable de documents à explorer, les remarques qui suivent, limitées à quelques domaines, ne peuvent apporter que quelques approximations. C’est le cas pour les ouvrages historiques. L’histoire, longtemps incluse dans les belles-lettres, est en train de s’ériger en science dans la France du xixe siècle ; cette évolution est d’ailleurs due en partie aux traductions d’historiens étrangers, même si le « bien écrire » caractérise encore les historiens français, à l’instar de Michelet. Il suffit de rappeler ici que le programme de la Revue historique, créée en 1876 par Gabriel Monod et Gustave Fagniez, se concentre sur le passé de la France afin de rendre à ce pays « l’unité et la force morale dont il a besoin » (avant-propos du no 1, janvier 1876, p. 4). L’article inaugural de Monod qui suit rappelle que « la contemplation purement esthétique des œuvres intellectuelles a été de plus en plus négligée pour faire place à des recherches historiques » (ibid., p. 26) tout en admettant : « C’est l’Allemagne qui a contribué pour la plus forte part au travail historique de notre siècle » ; cette phrase ouvre un assez long paragraphe, qui met l’accent sur le développement de la rigueur scientifique dû aux historiens allemands. Dix ans après, l’historiographie allemande demeure une référence essentielle.

21C’est ce que montre la grande entreprise lancée en 1880 par Auguste Bouché-Leclercq, lui-même professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Paris : une monumentale « Histoire de la Grèce », composée des 5 volumes de l’Histoire grecque d’Ernst Curtius, parus de 1880 à 1883 (v.o. 1857-1867), des 3 volumes de l’Histoire de l’hellénisme de Johann Gustav Droysen, parus de 1883 à 1885 (v.o. 1833, 1836, 1843), et des 3 volumes de l’Histoire de la Grèce sous la domination des Romains de Gustav Friedrich Hertzberg, parus de 1887 à 1890 (v.o. 1866-1875). Dirigeant une équipe de traducteurs, A. Bouché-Leclercq est un bon exemple de la façon dont un historien conçoit alors la traduction d’une œuvre étrangère. Dans le cas de Droysen, il est entré en contact avec l’auteur, dont il a obtenu des renseignements complémentaires ; il a suivi les modifications apportées par les différentes éditions, mais en pratiquant une combinaison, non une juxtaposition des éléments recueillis. De ce fait, comme beaucoup d’autres traducteurs, il se comporte plutôt en collaborateur. Mais, par ailleurs, il croit nécessaire de livrer un assez long « Avant-propos du traducteur » (t. I, p. III-XVI), dans lequel il présente Droysen comme un hégélien qui a le culte de l’autorité, et conclut sur son espoir d’avoir mis le lecteur français en état de résister à l’esprit de système de l’historien allemand (Bouché-Leclercq admettra d’ailleurs, dans la préface du tome III, que Droysen ne s’est pas reconnu dans cette présentation).

22Les « sciences religieuses », de leur côté, demeurent un des domaines où les auteurs étrangers jouent un rôle de premier plan, plus dans les études historiques que dans les réflexions théologiques. Lorsqu’en 1882, Albert Réville, titulaire de la chaire d’histoire des religions créée en 1880 au Collège de France, préface la traduction (due à G. Collins) d’un ouvrage du pasteur néerlandais Cornelis P. Tiele, Histoire comparée des anciennes religions de l’Égypte et des pays sémitiques, c’est pour constater qu’« assez longtemps encore l’histoire des religions en France sera tributaire de l’étranger » (p. XII) ; en 1886, année où l’École pratique des hautes études est dotée d’une nouvelle section, celle des sciences religieuses, le Belge Léon Parmentier traduit La Mythologie de l’Anglais Andrew Lang, lequel a fait parvenir des compléments. En ce qui concerne les textes fondateurs des religions, dans le cas du christianisme – qui reste traité à part des autres religions –, il y a peu de traductions nouvelles des textes bibliques, à l’exception du Nouveau Testament du protestant Edmond Stapfer (1885) et surtout de celle du premier volume de la Bible non confessionnelle d’Eugène Ledrain (1886). Parallèlement, les œuvres religieuses et de spiritualité continuent de représenter une part importante des traductions mises sur le marché : en 1886-1887, L’Imitation de Jésus-Christ est disponible dans au moins sept traductions différentes, dont celle de La Mennais (1824), la plus répandue.

  • 12 Voir R.-P. Colin, Schopenhauer en France. Un mythe naturaliste, Lyon, Presses universitaires de Lyo (...)

23En philosophie, 1886 est l’année où Nietzsche publie Jenseits von Gut und Böse. Vorspiel einer philosophie der Zukunft. Le philosophe allemand est alors totalement ignoré en France (il le restera jusqu’en 1893), mais Schopenhauer (†1860), connu d’une poignée de spécialistes, jouit d’une réelle célébrité depuis 1880, grâce à divers traducteurs comme Salomon Reinach, Auguste Burdeau, J.-A. Cantacuzène (qui donne, en 1886, chez Brockhaus, à Leipzig, la première traduction française du Monde comme volonté et représentation), Jean Bourdeau : la quasi-totalité de ses œuvres est disponible en 1888, et on a pu parler d’une « mode schopenhaueriste12 ». En 1891, un petit opuscule de 72 pages de Schopenhauer, La Volonté, paraît dans la « nouvelle bibliothèque populaire à 10 centimes » des éditions H. Gautier, qui publie des abrégés. Surplombant une année russe, on voit ainsi se dessiner une décennie Schopenhauer. La vogue de ce dernier n’empêche pas que l’intérêt pour Aristote, dont l’œuvre n’a été traduite intégralement qu’au cours du xixe siècle, se poursuit, en partie grâce à des programmes scolaires et universitaires : en 1886, le livre X de l’Éthique à Nicomaque est traduit par L. Rossigneux (éd. bilingue, Delalain), mais aussi présenté dans la collection Hachette des « auteurs grecs expliqués […] par deux traductions françaises, l’une littérale et juxtalinéaire et présentant le mot à mot français en regard des mots grecs correspondant, l’autre correcte et précédée du texte grec » ; pour cette dernière édition, le « mot à mot », recomposé sur le modèle de la phrase française, est dû à Félix de Parnajon, la traduction « correcte » étant celle de Jean-François Thurot (parue en 1823), revue par Charles Thurot ; Hachette offre aussi la même année la traduction seule du même ouvrage, dans la version de Jean-François Thurot, revue cette fois par Arthur Hannequin.

  • 13 Cité par V. Tesnière, « Diffuser la science », dans Le Livre et l’historien. Études offertes en l’h (...)
  • 14 Sur les grandes collections scientifiques de cette époque, voir HTLF XIX, p. 963-964.

24Les traductions des travaux scientifiques offrent un large champ d’investigations en raison de l’effort d’internationalisation qui apparaît, à l’échelon européen, dans le dernier tiers du siècle. En 1873, l’éditeur Germer Baillière avait lancé, avec Émile Alglave, une « Bibliothèque scientifique internationale », reprise, en 1883, par la maison Alcan. Le prospectus de lancement faisait état des difficultés : « On traduit bien un certain nombre de livres anglais ou allemands ; mais il faut presque toujours que l’auteur ait à l’étranger des amis soucieux de reprendre ses travaux ou que l’ouvrage présente un caractère pratique qui en fait une bonne entreprise de librairie13. » En 1883, la collection, qui aborde les sujets les plus variés (des champignons au Soleil en passant par le darwinisme) comprenait plus d’une quarantaine de titres, avec plus d’une moitié de travaux provenant de l’étranger (de langue anglaise, essentiellement) ; en 1886, elle réédite des ouvrages de l’Italien Pietro Biaserna, de l’Allemand Robert Hartmann, de l’Anglais Herbert Spencer, du Russe Eugène de Roberty14.

  • 15 Voir ibid., p. 1095.

25Il est enfin nécessaire de mentionner un dernier domaine où la traduction joue un rôle particulier, celui des actes législatifs et juridiques. Il se pose en termes politiques et sociaux dans des pays plurilingues. En 1886, en Belgique et au Luxembourg, où le français est langue officielle, il est rarement langue cible et n’entre donc pas dans la perspective de cet ouvrage. En Suisse, il est une des trois langues nationales, l’allemand étant toutefois la langue de référence implicite ; l’État canadien (constitué en 1867) est majoritairement anglophone. Si « les considérations sociologiques du plurilinguisme suisse rendent le terrain peu conflictuel15 », la situation est plus complexe dans les régions francophones du Canada, comme le montre la contribution de D. Merkle dans le présent ouvrage. Dans ces deux derniers cas, la traduction vers le français est une question aussi bien politique que linguistique. Si l’aspect proprement international est absent dans ces cas, les traductions jouent un rôle d’autant plus important dans la vie des sociétés concernées.

26Mais la politique internationale impose encore davantage que les législations étrangères soient connues. En France, où en l’an IX (1801), un « Bureau de législation étrangère » dépendant du ministère de la Justice avait été créé, une société de législation comparée, fondée en 1869, a commencé à publier à partir de 1872 un Annuaire de législation étrangère […] contenant la traduction des principales lois votées dans les pays étrangers, avec classement par pays et indication des noms, titres et fonctions des traducteurs ; suit une « Collection des principaux codes étrangers », dont un premier volume (Code de commerce allemand) paraît en 1883 ; Alphonse Gourd y entreprend en 1885 la publication des « Chartes coloniales et Constitutions des États-Unis de l’Amérique du Nord » : deux volumes paraissent cette année, le dernier ne pouvant être achevé qu’en 1903. D’autres volumes paraîtront jusqu’en 1934.

1886 : international ou cosmopolite ?

27Les traductions manifestent, sous une forme accessible, une présence étrangère qui peut être source d’inquiétudes. En France, il existe un terme ancien qui prend, autour de 1886, une force nouvelle : « cosmopolite ». À la différence d’« international », il a une longue tradition derrière lui, puisque sa première occurrence apparaît dans la qualification que se donne Guillaume Postel quand il publie De la République des Turcs en 1560 ; le xviiie siècle lui donne une certaine aura, et il devient une sorte d’étendard brandi, en bonne ou en mauvaise part, dans les vingt dernières années du xixe siècle ; ce trait important constitue une autre différence avec « international » : ce n’est pas un terme de la langue juridique et sa valeur sémantique dépend de la position idéologique de qui l’emploie.

28Dans la décennie 1880-1890, le mot fait partie du vocabulaire politique de gauche : un « journal révolutionnaire socialiste indépendant » se dénomme La Révolution cosmopolite (1886-1887), un organe anarchiste prend pour titre en 1887 L’Avant-garde cosmopolite ; un « groupe cosmopolite » édite, en 1887-1888, une « Bibliothèque révolutionnaire cosmopolite » qui regroupe cinq petites brochures. Mais on le remarque surtout dans un des succès de librairie de l’année 1886 : La France juive. Essai d’histoire contemporaine ; Édouard Drumont l’accole à « Révolution », « juif », juiverie », on l’emploie comme substantif pour caractériser tel ou tel personnage : le terme y a évidemment une charge négative très forte et est une des marques de l’antisémitisme d’une partie de la société française. En revanche, Drumont ne recourt pas au substantif « cosmopolitisme », beaucoup plus récent, attesté dans l’édition de 1823 du Dictionnaire universel de Pierre Boiste (1re éd. 1803) qui le définit comme un système mis en relation avec le « philosophisme », que le dictionnaire dénonce tout au long de ses pages.

  • 16 15 août, t. 17, p. 890-925, repris dans Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883.
  • 17 Revue des Deux Mondes, t. 75, 1er mai 1886, p. 113
  • 18 Cité par Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Armand Colin, 1972, p.  (...)
  • 19 Loc. cit.

29Il semble bien qu’autour de 1886, « cosmopolite » s’applique essentiellement à un genre de vie ou de comportement, non à une situation. Lorsque Paul Bourget emploie à plusieurs reprises ce terme dans un article qu’il consacre à Stendhal en 1882 dans La Nouvelle Revue16, c’est pour caractériser le mode de vie de l’auteur. Thérèse Bentzon emploie certes le terme « cosmopolitisme » à propos de littérature, mais il concerne la littérature américaine (dans l’article cité plus haut) ; elle estime en effet que « le cosmopolitisme, c’est-à-dire l’imitation des littératures européennes » risque de régner dans les lettres américaines17. Quand Maurice Barrès publie « La société cosmopolite » dans Le Voltaire du 7 juillet 1887, il exprime, dans cet article, « sa sympathie pour cette société internationale de dilettantes vagabondant à travers l’Europe18 », et suggère un peu plus tard (Le Voltaire, 6 janvier 1888) d’édifier une « place de l’Europe » qui « se prêterait fort bien à quelque décoration cosmopolite19 ». En 1892, le même Barrès commence un article par la phrase « Cela est certain, nous allons vers une culture qui sera plus cosmopolite que nationale » (Le Figaro, 4 juillet 1892) et cite avec éloges la revue belge La Société nouvelle, « le plus intéressant » à ses yeux « de tous les recueils imprimés en langue française » en raison de son ouverture aux étrangers (il nomme Nietzsche, Kropotkine, Emerson, Whitman).

30Il est difficile en fin de compte d’assigner à l’année 1886 le départ de la « querelle du cosmopolitisme ». Elle marque plus un approfondissement, à tout le moins une continuité, qu’une rupture. L’internationalisation est un fait acquis et gagne même du terrain, même si les effets, comme dans le cas de la convention de Berne, n’apparaîtront que plus tard. La société française demeure par ailleurs tributaire de perspectives ethno-psychologiques rebattues. En avril 1831, dans un article de la Revue des Deux Mondes titré « De la littérature russe », Alexandre Jauffret trouvait l’occasion d’évoquer « la profondeur allemande, l’exaltation italienne, le patriotisme et la gravité anglaise, la délicatesse et l’urbanité française » : en mai 1886, dans la même revue, T. Bentzon, traitant des poètes américains, glisse une formule sur « la droiture et le bon sens anglais, la profondeur et la tendresse allemandes, l’esprit français, la passion italienne »… Persistance des stéréotypes, au-delà de quelques nuances !

31Autour de 1886, ce genre de formule se double souvent d’une conviction plus ou moins forte : celle d’un lien, parfois explicite, entre universalité et emploi du français ; la formule de Demogeot rapportée plus haut (« Il semble que, pour devenir européenne, toute pensée locale doit d’abord passer par la bouche de la France ») fonctionne comme un écran protecteur pour les contemporains ; s’appuyer sur le rayonnement international de la langue française leur facilite l’acceptation d’une présence de l’étranger telle que les traductions la manifestent. L’internationalisation est perçue à travers le filtre de l’universel, qui appartiendrait en propre à la tradition française, capable de donner forme à toute pensée étrangère, aussi bien dans les belles-lettres que dans les autres domaines de la vie intellectuelle.

  • 20 Revue des Deux Mondes, t. 72, 15 décembre 1886, p. 872.
  • 21 Ibid., t. 105, 1er mai 1891, p. 222.
  • 22 Ibid., t. 131, 1er octobre 1895, p. 627. On notera que lorsque Brunetière insère cet article dans l (...)

32Dans la France de 1886, il y a aussi la « question du latin » qui préoccupe les esprits. L’agitation suscitée par le livre de Raoul Frary qui porte ce titre, édité en 1885, n’est pas sans lien avec des inquiétudes qui se vont se faire jour. En publiant « La Question du latin, à propos d’un livre récent » dans la livraison du 15 décembre 1885 de la Revue des Deux Mondes, Ferdinand Brunetière défend la valeur essentielle des « classiques latins » : ils « sont immédiatement compris de tout homme qui pense. Ils sont cosmopolites, et de tout temps comme de tous les lieux20 ». Cette référence à un cosmopolitisme des auteurs latins se révèle bientôt comme transmissible aux écrivains français du xviie siècle : acceptant, à contre-cœur, qu’on puisse concevoir un enseignement classique purement français, dans un article de la même revue (1er mai 1891), Brunetière propose que ces écrivains deviennent des modèles absolus, intemporels, en contractant « quelque chose de l’autorité qui a si longtemps été celle des textes latins », incarnant la polémique (Pascal), le tragique (Racine), la comédie (Molière), l’éloquence (Bossuet)21. Il peut ensuite, au moment où la querelle fait rage, titrer un nouvel article « Le cosmopolitisme et la littérature nationale » (1er octobre 1895) pour assurer que de « toutes les littératures de l’Europe moderne, il n’y a qu’une qui n’ait rien à perdre, mais au contraire tout à gagner au développement de l’esprit “cosmopolite” ou “européen” – et tout justement c’est la nôtre22 » car elle exprime « l’universelle humanité ».

  • 23 Ces expressions se trouvent page 632 du même article.

33La déclaration de Brunetière, partagée par beaucoup de ses compatriotes, exprime un point de vue français qui, négligeant les modalités de l’accès à l’étranger, s’intéresse peu à l’action des traducteurs, mais privilégie le rôle de la langue cible, dotée d’une sorte de « valeur universelle d’échange » qui fait de ceux qui la pratiquent les « médiateurs de la circulation des idées »23. L’universel sert à équilibrer l’international et à accepter le cosmopolite. Peu avant 1914, le Suisse Maurice Muret conclut la préface de son étude Les Contemporains étrangers [Lausanne, Payot, s.d. (1911 ?), t. I, p. 3] sur cet éloge du « cosmopolitisme littéraire » : il « procure à ceux qui le pratiquent des plaisirs intellectuels raffinés, multipliés à l’infini. Les honnêtes gens d’aujourd’hui ne doivent plus s’en priver. »

Notes

1 Déclaration d’un des négociateurs français, René Lavollée, lors de la conférence des 8-19 septembre 1884, dans Archives diplomatiques. Recueil de diplomatie et d’histoire, 2e série, 1884, t. XIII, p. 58.

2 Lieven D’hulst, « La traduction et les disciplines en 1830 : vers une étude intégrée », dans Christine Lombez (dir.), Traduire en langue française en 1830, Arras, Artois Presse Université, 2012, p. 35-48.

3 Eugène-Melchior de Vogüé, « Les livres russes en France », Revue des Deux Mondes, t. 78, 15 décembre 1886. Cet article et les essais du Roman russe sont accessibles dans l’édition procurée par J.-L. Backès, Garnier, 2010. La brève citation présente dans la phrase se trouve page 445.

4 Voir Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012, p. 381-382 et 799-804.

5 Voir Roland Mortier, « La pénétration de la littérature russe à travers les revues belges entre 1880 et 1890 », Revue belge de philologie et d’histoire, no XLV, 1967, p. 777-794.

6 Jean-Louis Backès, « Évolution des normes. Notes sur diverses traductions de Dostoïevski et de Virginia Woolf », dans Robert Kahn, Catriona Seth (dir.), La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 173-186.

7 Sur Boris de Tannenberg (1864-1914) voir la notice nécrologique que lui consacre A. Morel-Fatio, Bulletin hispanique, no 16-3, 1914, p. 398-401.

8 Hans-Jörg Neuschäfer, Dorothee Fritz-El Ahmad, Klaus-Peter Walter, Der französische Feuilletonroman. Entstehung der Serienliteratur im Medium der Tageszeitung, Darmstadt, Wissenschaftliche Gesellschaft, 1986. Voir plus particulièrement les listes établies pages 386-407.

9 La nouvelle « Bartek-vainqueur » a été d’abord publiée dans La Nouvelle Revue, novembre 1884, p. 133-162 et 394-426.

10 Voir par exemple « Théâtre japonais », en date du 30 avril 1888, dans Impressions de théâtre, Lecène-Oudin, 3e série, 1889, p. 31-43, ou encore « Le théâtre annamite », dans Les Contemporains. Études et portraits littéraires, Paris, Lecène-Oudin, 5e série, s.d., p. 125-130.

11 Chiffres établis à partir de Liselotte Bing, Karl Epting, Bibliographie französischer Übersetzungen aus dem Deutschen 1787-1944, Tübingen, Niemeyer, 1987.

12 Voir R.-P. Colin, Schopenhauer en France. Un mythe naturaliste, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1979, en particulier p. 138 sqq.

13 Cité par V. Tesnière, « Diffuser la science », dans Le Livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin. Réunies par Frédéric Barbier, Annie Parent-Charon, François Dupuigrenet-Desroussilles, Claude Jolly, Dominique Varry, Genève, Droz, 1997, p. 782.

14 Sur les grandes collections scientifiques de cette époque, voir HTLF XIX, p. 963-964.

15 Voir ibid., p. 1095.

16 15 août, t. 17, p. 890-925, repris dans Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883.

17 Revue des Deux Mondes, t. 75, 1er mai 1886, p. 113

18 Cité par Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Armand Colin, 1972, p. 30.

19 Loc. cit.

20 Revue des Deux Mondes, t. 72, 15 décembre 1886, p. 872.

21 Ibid., t. 105, 1er mai 1891, p. 222.

22 Ibid., t. 131, 1er octobre 1895, p. 627. On notera que lorsque Brunetière insère cet article dans la 6e série de ses Études critiques sur l’histoire de la littérature française (Hachette, 1899), il ajoute une incise après « européen » : « Si seulement nous savons la [= cette littérature] maintenir dans ses voies. »

23 Ces expressions se trouvent page 632 du même article.

Auteur

Professeur émérite de littérature comparée à l’université Paris-Sorbonne. Auteur d’ouvrages sur la méthodologie et la pratique de la littérature comparée et sur le naturalisme en tant que mouvement littéraire international. Travaux en cours : co-direction, avec Jean-Yves Masson, d’une Histoire des traductions en langue française en 4 volumes, Paris, Verdier (« xixe siècle », 2012, 1369 p. ; « xviie et xviiie siècles », 2014, 1373 p.).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search