Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’appel de l’étranger

 | 
Lucile Arnoux-Farnoux
, 
Yves Chevrel
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Avant-propos

Lucile Arnoux-Farnoux et Sylvie Humbert-Mougin

Texte intégral

  • 1 Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez, Histoire des traductions en langue française. xixe(...)

1En octobre 2012 paraissait aux éditions Verdier le premier volume de l’Histoire des traductions en langue française, ambitieux projet éditorial coordonné par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson visant à retracer en quatre volumes l’histoire des traductions publiées en langue française depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’au xxe siècle1. C’est dans le prolongement direct de cette entreprise et plus précisément de ce premier volume consacré au xixe siècle que s’inscrit le présent ouvrage ; il en reprend les principales options méthodologiques, tout en adoptant une perspective différente et complémentaire, celle de la coupe annuelle : angle limité qui permet de proposer des résultats aussi précis et complets que possible.

2Pourquoi 1886 ? Contrairement à l’année 1830 et à l’année 1936, retenues pour des entreprises du même type (Traduire en langue française en 1830, sous la direction de Christine Lombez, Artois Presses Université, 2012 ; Traduire en langue française en 1936, sous la direction de Michaela Enderle-Ristori, à paraître aux PUFR), 1886 n’est pas une année décisive sur le plan de l’histoire politique ou des relations internationales, et ce sont ici d’autres raisons qui ont motivé le choix de la coupe chronologique. Outre l’effervescence particulière que connaît la vie littéraire française cette année-là, deux éléments sont à mentionner : d’une part, la publication du Roman russe d’Eugène-Melchior de Vogüé, recueil d’articles parus depuis 1883 dans la Revue des Deux Mondes, qui reflète et alimente tout à la fois une curiosité de plus en plus marquée du public français pour les cultures et les littératures étrangères ; d’autre part, la signature, en septembre 1886, de la convention de Berne « pour la protection des œuvres littéraires et artistiques », qui marque le point d’aboutissement de débats ouverts depuis longtemps et opère un tournant dans l’histoire des traductions.

3Il s’agit ici de mettre à l’épreuve une hypothèse couramment formulée, celle d’une fin de siècle marquée par une ouverture accrue du public français à l’étranger, en prenant pour repère cette année symbolique sans s’interdire, bien évidemment, de remonter en amont ou d’envisager les prolongements et en mesurant aussi précisément que possible ce qui, au cours de cette année, a facilité l’accès des lecteurs francophones à des ouvrages, littéraires ou non, traduits ou retraduits. La contribution liminaire d’Yves Chevrel revient sur cette hypothèse initiale et dresse un tableau d’ensemble des principales tendances à l’œuvre en matière de traduction en langue française dans tous les domaines de la vie intellectuelle en les replaçant dans le contexte des débats de l’époque relatifs à « l’international » et au « cosmopolitisme », deux termes-clés dont l’histoire et l’évolution sont ici retracées. Les contributions rassemblées dans la première partie fournissent les bases statistiques indispensables à une telle étude, selon des approches complémentaires : Éléonore Mavraki propose un panorama de l’ensemble des traductions publiées en 1886, tous genres et tous domaines confondus, d’après la base du catalogue de la BnF (plus de 400 titres) dont elle analyse la répartition par aires linguistiques et par domaines. Blaise Wilfert-Portal envisage le corpus des traductions littéraires, d’un point de vue statistique et quantitatif – qui confirme la percée des littératures russes et plus largement des littératures de l’est de l’Europe – mais aussi d’un point de vue éditorial qui met en évidence les stratégies à l’œuvre chez les grands éditeurs impliqués dans la traduction et les enjeux nouveaux que revêt cette activité dans un champ de plus en plus concurrentiel et industrialisé.

4La série de contributions regroupées dans la seconde partie tente de rendre compte de cette ouverture aux littératures étrangères et de donner une idée de la diversité des aires culturelles et linguistiques auxquelles le lecteur de 1886 pouvait avoir accès – sans prétendre toutefois à l’exhaustivité. Ont été ici privilégiées des études de cas qui sont à chaque fois l’occasion d’observer des aspects particuliers de la traduction et renvoient souvent à des débats théoriques plus larges : les enjeux spécifiques de la retraduction, l’évolution des débats concernant l’adaptation, les stratégies de naturalisation et d’acclimatation de l’auteur étranger, l’impact éventuel de la traduction sur les pratiques et les théories esthétiques nationales. Ainsi la contribution d’Éric Athenot montre-t-elle comment la traduction en 1886 de Walt Whitman par Laforgue a joué un rôle décisif non seulement dans la réception en France du poète américain, mais aussi dans la genèse du vers libre et donc dans l’évolution de la poésie française. Le chapitre de Jean-Louis Backès consacré au Roman russe d’E. de Vogüé revient plus précisément sur cette « grande lueur venue de l’est », et analyse l’œuvre de Vogüé traducteur du russe en la confrontant à celle de ses prédécesseurs et de ses contemporains. Le secteur, très important quantitativement, de la littérature pour la jeunesse est abordé à travers la contribution de Christine Lombez qui étudie la première traduction française des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain et analyse un autre aspect du transfert de l’œuvre littéraire, celui de la conversion des images illustratives qui jouent un rôle décisif dans le processus de réception. Deux contributions sont consacrées à la littérature espagnole : Maria del Rosario Alvarez Rubio pose la question des enjeux de la retraduction à propos de la diffusion en français de l’œuvre de la romancière espagnole Fernán Caballero, tandis que Núria Camps Casals, à travers le cas du poète Jacint Verdaguer, étudie la réception de la littérature catalane dans le Roussillon et dans le reste de la France. Les enjeux spécifiques de la traduction des « classiques » et des auteurs consacrés du panthéon sont abordés à travers le cas de Shakespeare et des tragiques grecs, avec les contributions de Frédéric Weinmann et de Sylvie Humbert-Mougin qui sont aussi l’occasion d’évoquer les débats et les pratiques propres aux traductions destinées à la scène où le respect des codes dramaturgiques nationaux prime souvent sur la fidélité au texte original.

5Comme le montre l’organisation même de l’ouvrage, les auteurs ont souhaité prendre en compte la traduction dans les domaines les plus larges de la vie intellectuelle sans restreindre l’étude aux seules traductions littéraires. Les données statistiques initiales rappellent d’ailleurs que la part du littéraire dans l’ensemble des textes traduits sans être minime n’est pas majoritaire. La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à la traduction dans le domaine des sciences humaines et politiques à travers quatre contributions. S’interrogeant sur la place faite aux historiens étrangers dans la Revue historique, Fiona McIntosh révèle l’impact des rivalités nationales et des enjeux politiques sur le choix des traductions et la lecture critique qui en est faite ; dans le domaine de la traduction des textes religieux, 1886 marque une rupture puisque c’est l’année où paraît la première traduction « non confessionnelle » intégrale de la Bible, envisagée dans une perspective purement philologique et non plus théologique, explique Claire Placial ; l’examen du Journal asiatique permet à Claudine Le Blanc de montrer que les études indianistes connaissent également un tournant : la part de la traduction littéraire y régresse en effet au profit des études philologiques et historiques, jugées plus scientifiques ; enfin la traduction apparaît comme un enjeu éminemment politique dans un pays bilingue comme le Canada, où le maintien du français comme langue officielle a été obtenu au prix d’un dur combat, ainsi que le montre Denise Merckle.

  • 2 Yves Chevrel, Jean-Yves Masson, « Avant-propos », Histoire des traductions en langue française…, o (...)

6Cet ouvrage adopte enfin un autre parti pris méthodologique original : il s’ouvre aux pays francophones, reprenant le postulat des promoteurs du projet « Histoire des traductions en langue française » selon lequel « ce qui est pertinent en matière de traduction, c’est la langue », et leur constat que « les pays autres que la France, mais dont le français est la langue ou une des langues ont apporté des contributions essentielles dans le domaine de la traduction2 ». Pour ce qui concerne l’année 1886 et plus généralement la fin du siècle, ce constat se vérifie tout particulièrement dans le cas de la Belgique, véritable creuset et carrefour d’influences qui a joué un rôle de premier plan dans la diffusion et la traduction de l’étranger. La contribution de Laurence Boudart revient sur le cosmopolitisme des avant-gardes symbolistes belges pour l’envisager sous l’angle précis de la traduction dont elle met au jour les enjeux particuliers, la traduction des littératures étrangères ayant ici directement à voir avec la constitution d’une littérature nationale qui cherche à s’émanciper du modèle français dominant. L’examen des flux de traduction littéraire vers le français en Suisse conduit en revanche Irene Weber Henking à la conclusion qu’ils restent peu développés jusqu’à la fin du siècle, les éditeurs parisiens étant encore très présents sur le marché. Le Canada, rappelle enfin Denise Merkle, présente une situation spécifique puisque la traduction vers le français y est d’abord une traduction institutionnelle impliquant l’existence de traducteurs officiels qui se sont parfois engagés très personnellement dans la défense de leur langue.

7Cet ouvrage est le fruit d’un colloque tenu à Tours les 15 et 16 octobre 2010 qui réunissait des contributeurs venus d’horizons divers, historiens, comparatistes et spécialistes de traductologie, d’où des angles de vue variés. Il en ressort une volonté commune de prendre en compte les traductions dans leurs réalisations concrètes (conditions de production, données quantitatives), y compris dans les réalités matérielles de l’objet livre, mais aussi en fonction du contexte socio-politique dans lequel elles ont été effectuées. Ce livre s’adresse aussi bien aux étudiants et aux spécialistes en lettres et sciences humaines qu’à un public plus large, intéressé par l’histoire culturelle.

Notes

1 Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez, Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012. Le deuxième volume est paru en 2014 : Yves Chevrel, Annie Cointre, Yen-Maï Tran-Gervat, Histoire des traductions en langue française. xviie etxviiie siècles, 1610-1815, Lagrasse, Verdier, 2014.

2 Yves Chevrel, Jean-Yves Masson, « Avant-propos », Histoire des traductions en langue française…, op. cit., p. 9.

Auteurs

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Lucile Arnoux-Farnoux est maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours. Ses travaux portent actuellement sur les questions de réception ainsi que sur les transferts culturels entre la Grèce et la France au xxe siècle. Elle a co-dirigé le chapitre « Récits de voyage » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012). Elle a également traduit en français des œuvres d’écrivains grecs contemporains.

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres classiques, Sylvie Humbert-Mougin est maître de conférences en littérature comparée à l’université François-Rabelais de Tours et rattachée à l’équipe ICD (Interactions culturelles et discursives). Ses travaux portent sur la réception des théâtres antiques en Europe (xixe-xxe siècles) et sur la traduction des textes classiques. Elle a publié notamment Dionysos revisité. Les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2003) et co-dirigé le chapitre « Théâtre » de l’Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, 1815-1914 dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (Verdier, 2012).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540