Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction littéraire et création poétique

 | 
Matthias Zach

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à exprimer ma profonde gratitude envers Dominique Combe et Jürgen Wertheimer pour leur soutien précieux tout au long du travail de thèse qui est à l’origine du présent ouvrage, compte tenu des enjeux de mon sujet. La discussion avec Michael Sheringham et Werner Wögerbauer est toujours aussi exigeante qu’enrichissante : je suis très heureux qu’ils aient accepté de faire partie du jury et je voudrais leur dire toute ma reconnaissance pour le temps et l’énergie qu’ils ont consacrés à mon travail.

2Yves Bonnefoy m’a accordé un long entretien, très impressionnant, portant sur sa poétique et ses traductions de Shakespeare, mais également sur l’œuvre de Paul Celan : je voudrais lui en exprimer toute ma gratitude ici.

3Je tiens à remercier vivement Bertrand Badiou, pour la générosité avec laquelle il s’est entretenu avec moi sur mes recherches et m’a ouvert l’accès aux textes inédits de Paul Celan, dont il a également autorisé la citation et la reproduction dans le cadre du présent ouvrage.

4Je remercie Karl Dedecius de m’avoir permis de consulter ses lettres inédites à Paul Celan et d’en publier deux lettres dans les appendices, ainsi que Klaus Reichert, qui m’a autorisé à travailler sur sa correspondance inédite avec Celan et à la citer. Pour l’autorisation de reproduire les manuscrits des premières traductions des sonnets par Paul Celan, je voudrais remercier le Muzeul Naţional al Literaturii Române à Bucarest.

5Pour des aides accordées dans les premières étapes de ma thèse et pour le remboursement de frais relatifs à la cotutelle, je remercie la Chancellerie des universités de Paris, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ainsi que l’Université franco-allemande. Les recherches aux archives à Marbach ont été financées par deux bourses de séjour (Marbach-Stipendien). Je tiens à remercier Ulrich von Bülow pour sa permission de citer les inédits conservés au Deutsches Literaturarchiv, ainsi que Hildegard Dieke, Heidrun Fink, Thomas Kemme et Marcel Lepper de m’avoir aidé dans mon travail. Je tiens à exprimer également combien je suis redevable à la Fondation Friedrich Ebert (Friedrich-Ebert-Stiftung) de m’avoir accordé une bourse doctorale.

6Je remercie vivement les Presses universitaires François-Rabelais, et tout particulièrement Bernard Banoun et Samuel Leturcq ainsi que Christine Martin et Mickael Robert, d’avoir accepté de publier mon travail dans la collection « Traductions dans l’histoire » et de m’avoir soutenu aussi généreusement que patiemment dans la préparation du manuscrit. Je suis très heureux que ce livre puisse paraître à Tours, ville chère à Yves Bonnefoy où Paul Celan a également vécu.

7L’achèvement de ce travail a été rendu possible par le grand soutien de nombreuses personnes : les nommer ici n’exprime que très imparfaitement la dette que j’ai, notamment, envers Delphine Choffat, Mandana Covindassamy, Patrick Difour, Carolin Duttlinger, Georges Felten, Frauke Gewecke, Violaine Heyraud, Christina Howells, Daniel Lançon, Patrick McGuinness, Sabine Müller, Klaus Oehl, Andrea Riester, Ida Tschichoflos et Alain Viala, ainsi que, tout particulièrement, Miriam Schader, Christa Zach, Manfred Zach et Peter Zach.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540