Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire l’exil

 | 
Michaela Enderle-Ristori

Partie III. Traduction et R/résistance : politiques du « traduire »

Les requis pour le travail obligatoire et la langue allemande : entre mutisme, utilisation et réappropriation

French Forced Labourers and the German Language: Refusing to Speak, Putting into Practice or Reacquiring

Die französischen Zwangsarbeiter und die deutsche Sprache: zwischen Verweigerung, Gebrauch und Aneignung

Patrice Arnaud

Résumé

From 1942 to 1945, some 600,000 French nationals were sent to the German Reich for forced labour. What was their attitude regarding the need to speak or translate German? Accounts and archive sources drawn upon in this piece have led to our claim that being mostly of working class backgrounds, the deported rarely knew any German. Forced abroad, their reaction was to refuse speaking the enemy’s language, notably in the factories, where a lack of understanding (often simulated) meant orders were delayed or bypassed, all while translators were suspected to be traitors. Refusing to speak also conforms, within the national community, to an attitude of withdrawal and, shown by some, of distrust – or even hostility – towards the German population. Soon, however, many changed their attitude as they realised that speaking gave them the necessary power to be able to express themselves or make a request. Notably, they were able to communicate with their colleagues with whom they developed a sense of complicity, be it political or idyllic, and they could make the most of leisure activities such as film-viewing or, for the most educated who were able to master the basics of the language, discovering another cultured Francophile Germany hiding behind the façade of the Third Reich.

Entre 1942 et 1945, quelque 600 000 Français furent requis pour travailler dans le Reich. Quelle a été leur attitude face à la nécessité de parler ou de traduire l’allemand ? Les témoignages et sources archivistiques ici réunis permettent de constater qu’étant d’origine majoritairement ouvrière, ils connaissent rarement l’allemand. Transférés de force, leur première réaction est de refuser de parler l’idiome de l’ennemi, notamment en usine, où l’incompréhension, souvent simulée, permet de différer ou contourner les ordres de la maîtrise tandis qu’ils soupçonnent les traducteurs d’être des traîtres. Ce mutisme correspond aussi à une attitude de repli sur soi, à l’intérieur de la communauté nationale, et de méfiance, voire d’hostilité, de certains à l’égard de la population allemande. Rapidement, cependant, beaucoup modifient leur attitude car ils s’aperçoivent que parler leur donne des armes pour s’expliquer ou formuler une demande. Surtout, ils peuvent communiquer avec leurs collègues avec lesquels ils établissent une connivence, qu’elle soit politique ou qu’il s’agisse d’idylles, profiter de loisirs comme le cinéma et découvrir, pour les plus lettrés qui maîtrisent les rudiments de la langue, derrière l’apparence trompeuse du Troisième Reich, une autre Allemagne, cultivée et francophile.

Zwischen 1942 und 1945 wurden annähernd 600 000 Franzosen zur Zwangsarbeit im Dritten Reich requiriert. Wie stellten diese sich zu der Notwendigkeit, die deutsche Sprache zu sprechen oder zu übersetzen? Die hier versammelten Augenzeugenberichte und Archivquellen belegen, dass die zumeist der Arbeiterschicht entstammenden Zwangsarbeiter nur selten Deutschkenntnisse besitzen. Auf ihre Verschleppung reagieren sie zunächst durch Schweigen, indem sie sich das feindliche Idiom zu sprechen weigern, insbesondere in den Fabriken, wo eine (häufig simulierte) mangelnde Sprachkenntnis die Befehle der Vorarbeiter zu verzögern oder zu umgehen erlaubt, während sie die Übersetzer verdächtigen, Verräter zu sein. Das Schweigen entspricht auch einer Haltung des Rückzugs auf die nationale Gemeinschaft und des Misstrauens, wenn nicht der Feindseligkeit gegenüber der deutschen Bevölkerung. Viele unter ihnen ändern indessen bald ihre Haltung, als sie realisieren, dass die Sprache ihnen von Nutzen ist, um sich zu verteidigen oder etwas zu beantragen. Vor allem aber können sie so mit ihren Schicksalsgenossen kommunizieren, mit denen sie in politischem oder affektivem Einvernehmen stehen, sie können in ihrer Freizeit z. B. Kinofilme sehen oder, für die Gebildeten unter ihnen, die genügend Grundkenntnisse des Deutschen haben, hinter der Fassade des Dritten Reiches ein anderes Deutschland entdecken, das gebildet und frankophil ist.

Texte intégral

  • 1 Nous signalons aux lecteurs l’ouvrage paru depuis la rédaction de cette contribution : Patrice Arn (...)
  • 1 Deux lois, du 4 septembre 1942 et du 16 février 1943, organisent la réquisition, la première dans (...)

1Expatriés chez l’occupant, les requis français pour le service du travail obligatoire (STO)1, environ six cent mille, qui arrivent en Allemagne principalement entre l’automne 1942 et l’été 19431, eurent tendance à se replier sur leur communauté nationale. L’importance de la correspondance et de la lecture, l’expression du patriotisme à travers des chansons, des poèmes ou des graffitis, l’organisation de séances récréatives visant à ressusciter une atmosphère proprement française, tous ces différents éléments corroborent l’importance de la négation de l’exil en entretenant le lien avec la patrie. Dans son témoignage sur cette période, le Père Victor Dillard, volontaire au STO pour y exercer son ministère, juge sévèrement cette fermeture culturelle symbolisée par le refus d’apprendre l’allemand et un manque de curiosité sur l’extérieur :

  • 2 Victor Dillard, Suprêmes témoignages, Paris, Spes, 1945, p. 8 et 61.

Une fois là-bas, le Français s’est comporté comme se comportent 90 % des Français qui séjournent à l’étranger. Il n’a éprouvé aucune espèce de curiosité pour son nouveau cadre de vie. Il n’a pas cherché à apprendre l’allemand […]. Avec les camarades d’exil, il s’est recréé un chez soi rudimentaire […] et il a vécu là, étranger à tout le reste […]. Sans savoir autre chose sur l’Allemagne qu’on y travaille comme des brutes […] ce que raconterait, en somme, s’il pouvait parler, un cheval qu’on aurait changé de pâturage.2

2L’attitude des requis à l’égard de la langue allemande obéit cependant à des logiques plus complexes que ne le suppose le prêtre. L’abondante documentation que nous avons pu rassembler à ce sujet – sources archivistiques allemandes et françaises, mais aussi témoignages et récits personnels de Français requis pour le STO – révèle que l’usage de l’allemand peut apparaître, à certains, comme un geste d’accommodement, voire, de collaboration, si bien que de nombreux STO se réfugient dans le mutisme pour ne pas donner des gages de bonne volonté, notamment sur le lieu de travail. D’autres, toutefois, utilisent la langue de l’ennemi, soit comme outil de subversion, soit comme un moyen de se défendre des autorités. Cependant, pour ceux, peu nombreux, qui connaissent l’allemand ou décident de l’apprendre, parler et comprendre permettent parfois la découverte d’une autre Allemagne.

Traduire, c’est trahir ?

  • 3 « Nul ne pouvait mieux illustrer le proverbe bien connu “Traduttore, traditore” que l’interprète i (...)
  • 4 Jean-Louis Quereillahc, J’étais STO, Paris, France Empire, 1958, p. 76.
  • 2 Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF). Créé en juillet 1941 à l’initiative d (...)
  • 5 Charles-Henri-Guy Bazin, « Déporté du travail » à la BMW-Eisenach 1943-1945, Cubnezais, chez l’aut (...)
  • 3 Chantiers de la jeunesse française (CJF), organisation paramilitaire dirigée par le général La Por (...)
  • 6 Entretien avec Jean Anette du 18/12/1997, STO 1920, responsable français des Chantiers de Jeunesse (...)
  • 7 Pierre Destenay, Babel Germanique, Nancy, Berger-Levrault, 1948, p. 25.
  • 8 François Cavanna, Les Russkoffs, Paris, Livre de poche, 1979, p. 186.

3La fonction d’interprète ne constitue pas, dans l’Allemagne nazie, un emploi facile, surtout lorsqu’il faut assurer la liaison entre les autorités inflexibles du camp, de l’usine et des travailleurs français, facilement revendicatifs et assez peu disciplinés. Ces interprètes, qui ne sont pas toujours français, mais flamands, immigrés d’Europe de l’Est ayant vécu en France, ou alsaciens, sont d’autant moins facilement acceptés par les travailleurs qu’ils manifestent des sentiments germanophiles dans le cadre de leur fonction. L’obédience politique primerait parfois, dans leur nomination, sur les compétences linguistiques, à en juger d’après quantité de témoignages. Ainsi Georges-Charles Demay, ouvrier qualifié requis à Berlin, reprend le proverbe « Traduttore, traditore » pour faire le portrait du premier interprète, italien, du camp, mineur de profession et qui n’avait « pas dû étudier sur les bancs de l’école »3. Les récits de requis que nous avons rassemblés rivalisent de portraits, plus noirs les uns que les autres, de ces « salopards », « plus nazis que les nazis » et qui, pour se faire bien voir des autorités, « ajoutent à leur fonction celle de “mouchard” », selon les mots de Jean-Louis Quereillahc. Sa répulsion est profonde à l’égard de cet interprète, « loque d’homme dévoyé et pourri chargé de notre surveillance et de notre éducation politique »4. Dans un autre récit, Charles-Henri-Guy Bazin décrit, sans plus d’aménité, l’interprète, Rakis, Grec de mère allemande, dispensé de travail et pourvu d’un bon salaire, devenu « l’âme damnée du Lagführ ». Il n’aurait pas répugné à faire usage de violence, aidé, dans ces basses besognes, d’un Breton, réformé de la LVF2 pour « déficience mentale »5. Dans un entretien avec l’auteur, Jean Anette confirme, à Trzynietz, les accointances de l’interprète, Lakomy, avec les autorités allemandes. Celui que l’ancien chef des Chantiers de la jeunesse3 du camp de Trzynietz n’hésite pas à qualifier « d’enfant de salaud » était le prototype du mouchard, qui allait immédiatement rapporter toute parole suspecte au chef du camp et n’hésitait pas à envenimer les situations en « déformant les propos »6. Certains interprètes auraient été plus rusés et auraient tenté de jouer sur les deux tableaux, en méprisant les « Boches » devant les Français, tout en adoptant le salut hitlérien et en possédant le portrait du Führer. Ce double jeu grossier de l’interprète belge des usines Continental, Pierre Destenay l’excuse par les avantages matériels : « Dame, quand on a une bonne place ! »7. Quant à Cavanna, il fait preuve d’un jugement mesuré sur les deux interprètes du camp, garçons de café à Anvers, et leur reproche, surtout, le mépris qu’ils affectent envers les ouvriers. Quant à leur compromission avec les Allemands, Cavanna considère qu’elle est moins volontaire qu’induite par leur fonction de « tampons et d’intercesseurs, ce qui ne va pas sans un certain lècheculisme »8.

  • 9 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 43-44.
  • 10 Entretien téléphonique de novembre 2004 avec M. André L. – Toupet, qui se savait épié dans ses fai (...)
  • 11 Eugène Texier, De la Vendée à la Baltique, Venansault, E. Texier, 1998, p. 67.

4Ces descriptions d’interprètes peu scrupuleux, serviteurs zélés des autorités, concernent, surtout, des étrangers ou des Alsaciens et rarement des Français. Georges-Charles Demay se réjouit du remplacement de l’Italien par un technicien français, qui possédait parfaitement la langue allemande. Cependant, même dans ces cas-là, l’exercice d’une telle fonction n’est pas exempt de soupçon, bien que, d’après son témoignage, le nouvel interprète respectât avec scrupule, réflexion et honnêteté la pensée de chacun9. André L., qui exerça, un temps, les fonctions d’interprète à l’IG Farben d’Auschwitz, fit également les frais de cette méfiance auprès du chef Georges Toupet, mais ce sont, a contrario, ses plaisanteries hostiles aux Allemands qui lui valurent cette défiance10. Enfin, Eugène Texier, sur son chantier naval de la Baltique, se félicite de disposer, dans la personne d’Auguste Delmer, d’un traducteur qui est un « brave type, intelligent, à qui nous pouvons faire confiance »11.

  • 12 « On essaie de m’interroger, mais je ne réponds que par monosyllabes. “Er kann gar kein deutsch” [ (...)

5Interrogés par la Gestapo, les Français bénéficient souvent d’un interprète chargé de traduire les questions et leurs réponses et quand ils n’en ont pas, bon nombre qui connaissent un minimum d’allemand se refusent à montrer leurs connaissances par peur d’être privés d’un traducteur12. Le prêtre Jean Nicod, d’origine suisse, est interrogé en allemand et s’il simule l’incompréhension lors des questions délicates, cette « ruse », si elle ne prend pas, lui permet néanmoins de gagner du temps.

  • 13 http://www.nicod.com/histoirejeannicod.php – Entretien avec Jean Nicod, 21 novembre 2004.

Comme j’étais interrogé en allemand, chaque fois que les questions me paraissaient indiscrètes, je répondais « nicht verstehen ». La ruse ne prenait pas […]. À quatre reprises ils me demandèrent : êtes-vous Geistlicher ? Puis, Pfarrer, puis Vikar, puis Priester, pour que, le plus innocemment du monde, je leur réponde : Vous voulez savoir si je suis prêtre, bien sûr je le suis, et vous le savez […]. L’agent qui m’interrogeait prit une nouvelle feuille de papier et me soumit à un interrogatoire serré, parfois très gênant.13

  • 14 Staatsarchiv München (Sta Mü), Polizeidirektion München.
  • 15 André Castex, Au-delà du Rhin 1943-1945, Pau, chez l’auteur, 1985, p. 20.
  • 16 Karl Escure, Hirschberg (Jelenia-Góra). Des PG se souviennent – du Stalag au camp de concentration (...)
  • 17 Fernandré-Jules Viannenc, Le Danube était gris… Histoire de la déportation des travailleurs frança (...)
  • 18 « Qui a écrit ce papier demande-t-elle ? […] Je réponds laconiquement : Meister. Un Meister conn (...)

6Parmi les traducteurs, si certains sont des employés de la Gestapo, d’autres ont simplement été requis par la police pour les interrogatoires. Ainsi, à Munich, on trouve la trace de la collaboration d’enseignants de français retraités14. Les jugements que les Français portent sur ces interprètes prouvent qu’on ne peut les stigmatiser en raison de leur fonction. Les requis ont parfois la surprise d’être interrogés par des compatriotes, comme pour André Castex, qui doit répondre à une Française, mariée à un Allemand15. Karl Escure est, lui, interrogé par un Flamand, employé de la Gestapo, qui aurait « poussé la condescendance jusqu’à l’abjection »16. Certains ne cachent pas leur appartenance à la police secrète, comme ce traducteur qui conseille à Fernandré-Jules Viannenc de collaborer avec eux car les « spécialistes » ont des méthodes pour faire parler qui ne sont pas agréables17. D’autres emploient les mêmes méthodes que la police et n’hésitent pas à tenter de faire avouer le coupable, comme pour cette Allemande qui interroge Pierre Destenay et lui fait remarquer que le papier avec lequel il comptait s’évader vers la France n’a pu être rédigé par un Meister qui n’aurait jamais commis une faute de genre sur le mot Besuch18. L’auteur, en ridiculisant l’accent allemand de l’interprète qui appartient à la Gestapo et mime l’étonnement au sujet des méthodes de brutalité employée par la police, dénonce son double jeu hypocrite :

  • 19 Ibid., p. 134.

C’est votre « maître » me demande-t-elle insidieusement qui fous a fait ce papier ? – Non, c’est le vorarbeiter, une espèce de Slovaque […]. Non, non, c’est vous […]. Oui, c’est moi […]. Elle me laisse seul et va dans l’autre bureau communiquer ma déposition à qui de droit. Je les entends la commenter et rire. « Il a rédigé lui-même sa permission ! » […] Au bout d’une demi-heure, l’interprète revient […]. Vous allez retourner immédiatement à Hannoveure […]. Je ne sais ce qui me retient de sauter au cou de la gnädige Frau – Fous afez de la chance […] Fous mériteriez trois semaines de détention. Surtout, n’essayez pas de fous évader de nouveau […]. Mis en confiance, je demande quelques explications quant aux sévices particulièrement chaleureux dont j’ai été l’objet et que ma peccadille ne saurait justifier – Comment on fous a frappé le fentre sur un escapeau ? On fous a frappé à coups de drique ? Ce n’est pas possible ! Nous ferons une enquête soyez certain.19

7Tous les interprètes ne sont pas particulièrement versés dans l’exercice de la traduction simultanée. Robert Deneri demande ainsi à avoir un autre interprète car, malgré son faible niveau d’allemand, il perçoit néanmoins que le traducteur tronque, voire modifie, ses réponses.

  • 20 Entretien du 6/3/1998 avec Robert Deneri, élève-polytechnicien né en 1922, déporté à Sachsenhausen

Je me suis plaint de la traduction. Je me rendais compte que les traductions étaient trop courtes. Et puis il y avait tout de même des mots que je savais […]. Deux camarades savaient l’allemand et l’École nous avait remis des bouquins. Je n’étais pas fort en grammaire, mais je connaissais des mots.20

  • 21 Jean Gattignol, Les années noires (1939-1945), s. d., document imprimé transmis par l’auteur, p. 9
  • 22 « J’ai demandé aux poulagas de me fournir un “Dolmetsch” […] Ils me l’ont refusé, je n’y aurai dro (...)
  • 23 Interrogatoire du 17/7/1943 de Pierre L., Staatsarchiv Würzburg (Sta Wü), GW 8061942 [voir aussi n (...)
  • 24 Entretien avec Robert Deneri du 6/3/1998 (note 20).
  • 25 Henri Perrin, Journal d’un prêtre ouvrier en Allemagne, Paris, Seuil, 1945, p. 129.

8Dans la prison de Liegnitz, Jean Gattignol affirme que la Gestapo ne disposait pas d’interprète et qu’elle utilisa, au bout d’un mois, un détenu « qui parlait un peu le français » et avec lequel il s’entretenait autant par gestes que par la parole21. À Berlin, Jean-Baptiste Emmanuelli prétend que la Gestapo lui refusa l’interprète qu’il demandait22. À Wurtzbourg, on ne peut pas décider si c’est l’incapacité de la traductrice à expliquer le terme « schleu » ou sa volonté de venir en aide au Français qui est responsable de la remise en liberté de Pierre L. qui avait gravé sur son châlit : « Mort aux schleus »23. À Sachsenhausen, le jeune Flamand de vingt-cinq ans chargé de traduire la déposition de Robert Deneri le prévient de la stratégie des inspecteurs de la Gestapo en lui disant de faire attention, si bien que le Polytechnicien conclut qu’il devait être antinazi24. De même, l’abbé Henri Perrin eut pour interprète un Allemand d’une soixantaine d’années, correct et affable, dont la parole et l’interprétation se révélèrent bienveillantes, au point que l’inspecteur aurait fini par se méfier de lui25. On peut donc considérer que la maîtrise de l’allemand par les Français, la qualité de leur interprète et le fait qu’il s’agissait, ou non, d’un employé de la Gestapo jouèrent un rôle important dans l’issue de l’interrogatoire.

Parler, s’accommoder, collaborer ?

  • 4 Le Comité France-Allemagne (1935-1939), corollaire français de la Deutsch-Französische Gesellschaf (...)
  • 5 Gaston Bruneton, directeur du Commissariat pour l’action sociale des travailleurs
  • 26 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 86-87.

9L’État national-socialiste perçut rapidement l’enjeu politique que représentait la maîtrise de l’allemand par les requis. Abel Bonnard, ministre de l’Éducation nationale depuis avril 1942, envoya à Berlin, entre août et octobre 1943, un professeur d’allemand, Meyer, s’occuper de l’encadrement des étudiants, en liaison avec le Comité France-Allemagne4 qui fit long feu en raison de la résistance des services Bruneton5 Georges-Charles Demay, qui avait voulu suivre des cours d’allemand au foyer français de Berlin, y renonça bien vite car « la politique commençait à s’immiscer dans l’enseignement »26.

  • 27 « À des conditions modiques, nous assistions à des conférences, des concerts, dont un […] fut donn (...)
  • 6 Le Comité France-Allemagne (1935-1939), corollaire français de la Deutsch-Französische Gesellschaf (...)
  • 28 Ibid.

10Parfois des étudiants français isolés frappent aux portes des universités allemandes et s’inscrivent à la section des étrangers. C’est ainsi que le requis niçois Robert G. Riffé se présente ainsi à l’Union des étudiants allemands de Vienne, où il retrouve une dizaine de compatriotes. Il reçoit une attestation en bonne et due forme déclarant sa qualité d’étudiant réservée, normalement, aux étudiants allemands ou « invités »27. Alors que la police s’attache à limiter les fréquentations amicales entre étrangers et civils allemands, l’Université et la Deutsch-Französische Gesellschaft (DFG)6 continuent à promouvoir les échanges culturels entre étudiants étrangers et allemands. L’ambiguïté de ces rencontres est d’autant plus forte que les requis sont exclusivement masculins alors que la majorité de leurs « condisciples » est constituée de filles. L’étudiant niçois participe, une à deux fois par mois, dans un Kaffeehaus, aux réunions amicales d’étudiants où il fait la connaissance de jeunes filles de la bonne société viennoise. « Intronisés » dans la haute société viennoise, ces étudiants français germanophiles sont bientôt invités par certaines jeunes filles à fréquenter leur cercle familial, à « participer à des Privattanzabend » et plusieurs d’entre eux finiront « par convoler en justes noces »28, comme le note Robert G. Riffé.

  • 29 « Les étudiantes se réunissent le mardi et le vendredi et invitent les Français à venir leur appre (...)

11L’ambiguïté de ces rapports est double, puisqu’elle témoigne d’un accommodement des Français à la société allemande et d’une forme de résistance passive de la haute société viennoise à l’idéologie nationale-socialiste. En effet, inviter des étudiants français dans le cercle familial constitue bien une forme de provocation à l’égard du régime. Tenir davantage aux codes de la société d’avant-guerre, voire, d’avant 1914, représente bien, pour les Viennois, à l’époque de la promulgation de la guerre totale, une forme de résistance passive envers l’État nazi. La fréquentation d’un Studentenklub et des étudiantes allemandes n’est pas l’apanage d’étudiants germanophiles. Les membres majoritairement gaullistes de l’Alarm-Club de Munich fréquentent, eux aussi, le café de l’université et l’Ausländer-Club, mais, à la différence des Français de Vienne, ils ne sont pas régulièrement inscrits à l’université et revendiquent leur qualité « d’ennemi ». Le caractère subversif de telles relations apparaît évident dans la mesure où Français et Allemandes se retrouvent deux fois par semaine et organisent des soirées dansantes sur du jazz anglais29.

  • 30 « Ainsi que beaucoup de jeunes Français de mon âge, je n’éprouvais aucun sentiment particulier à l (...)

12Certains suivent même des cours à l’université allemande, comme Guy Deschamps qui assiste à un cycle de conférences sur l’histoire des religions. Il appartient ensuite à un cercle d’une demi-douzaine de thuriféraires et n’éprouve pas de scrupule à avouer que « les révélations qui venaient de [lui] être faites, notamment à propos des juifs, [l]’avaient fortement impressionné ». Aussi se laisse-t-il convaincre de débuter une thèse sur un sujet périlleux : « Comment être et vivre hors du royaume de Judas lorsqu’on n’appartient pas à la Diaspora ? ». Avec précaution, il affirme que « l’Université ne manquait pas de documentation sur l’Islam et le judaïsme »30 et ce n’est pas l’arrestation de son professeur, après l’attentat contre Hitler, par la Gestapo qui le dissuade de continuer à fréquenter les bibliothèques pour poursuivre ses recherches en 1944.

  • 31 André Michel, Mes Moires, t. 2 : En liberté dans cette cage, en cage dans ces libertés, Gentilly, (...)

13D’autres se contentent de profiter de l’occasion pour apprendre l’allemand. Dans la seule ville de Chemnitz, ils auraient été une centaine à fréquenter, le mardi, les cours dispensés par un professeur d’allemand à l’Académie scientifique31.

  • 32 Ibid., p. 73.

30 juin 1944 […] Hier soir, première séance à l’Académie scientifique […]. À partir d’août, prise de contact avec des étudiants allemands. Nous n’avons vu que leur représentant, fort distingué. Nous étions trente, choisis parmi les cent inscrits, à suivre l’annonce de ce cours dont voici le plan : la 1ère semaine, explication de texte ; la 2ème, visite de musées d’histoire ou d’histoire naturelle ; la 3ème, compte rendu de la visite, la 4ème, commentaire d’œuvres, d’opéra, théâtre parlé ou cinéma.32

  • 33 Michel Caignard, Les sacrifiés : récit d’un ancien STO, Périgueux, chez l’auteur, 1985, p. 74.
  • 34 José Cabanis, Lettres de la Forêt-Noire 1943-1998, Paris, Gallimard, 2000, p. 20-21.
  • 35 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 142.
  • 36 Témoignage de la veuve de James Frichot, Jeannine Frichot du 2 juin 2006.

14Ces contacts débouchent parfois sur des manifestations de propagande. Ainsi, Michel Caignard est fier d’avoir été sélectionné dans son camp pour représenter, avec neuf autres STO, la France à une grande soirée internationale organisée par le Deutsch-ausländischer Studentenklub de Vienne. « Revêtus pour la représentation de la tenue des Chantiers de jeunesse prêtée pour la circonstance par les camarades », ils entonnent différents chants devant une salle comble présidée par le Gauleiter et Reichs-statthalter Gustav Adolf Scheel. Loin d’être mal à l’aise, il considère encore en 1985 que la soirée fut « magnifique et d’une réussite parfaite »33. Se mettre à l’allemand relève plutôt d’un état d’esprit et des personnes isolées se mettent à l’étude pour se sortir d’une inactivité intellectuelle propice au cafard. Tous les milieux sont touchés. Si José Cabanis fit de rapides progrès dans une « langue qu’[il] devait tant aimer sans jamais la parler correctement », c’est sans doute qu’il préféra la « méthode de l’oreiller » à la consultation studieuse du dictionnaire franco-allemand demandé à ses parents34. Quant à l’ouvrier Georges-Charles Demay, qui se mit à l’apprentissage de l’allemand, il souligne qu’il ne s’agissait pas d’une entreprise aisée et qu’il ne la conçut jamais comme une volonté « d’adaptation » ou, pire, « de collaboration »35. Enfin, dans certaines entreprises, comme à l’entreprise Lorentz à Berlin, sont proposés gratuitement des cours d’une heure d’allemand à l’issue de la journée pour les ouvriers qui permirent à James Frichot, lors de son procès devant le Volksgerichtshof, de comprendre immédiatement les questions de Roland Freisler36.

Du mutisme à l’instrumentalisation : de l’usage patriotique de la langue allemande

  • 37 « Ah ne pas comprendre un seul mot d’allemand, vivre ainsi dans ce désert anonyme et bruyant… Je m (...)

15Dans les usines allemandes, les Français manifestaient une certaine inertie pour préserver leur santé. Comme il eût été imprudent d’opposer un refus à la maîtrise, cette lenteur dans l’exécution prenait, assez souvent, la forme, louvoyante et commode, de l’incompréhension linguistique. Encore faut-il se garder d’interpréter systématiquement toute incompréhension comme un signe de résistance passive. Au contraire, cette situation inconfortable faisait partie intégrante de l’expérience allemande et elle fut d’abord subie, avant d’être intégrée comme un moyen de différer l’obéissance aux ordres. Ressentie très douloureusement par la volontaire Régina Wallet37, cette immersion hasardeuse dans une langue inconnue, est, au contraire, minimisée par Alain Robbe-Grillet, qui en souligne les aspects exotiques, voire ludiques :

  • 38 Alain Robbe-Grillet, Le miroir qui revient, Paris, éditions de Minuit, 1984, p. 146.

Le signal « Akotomaserbé » réveillait l’autre côté de la salle ; mais nous pouvions imaginer aussi bien qu’il s’agissait encore de notre langue mal prononcée : « Écoutez-moi les Serbes ». Ne jamais être sûrs de comprendre vraiment ce qui se passe, interpréter sans cesse, accepter la supposition, le doute, l’ambiguïté, la coupure, comme relation normale avec le monde réel, faisait à présent partie de notre existence et aussi, en un sens, de son attrait exotique. C’était en somme mes premières vacances à l’étranger.38

16Les Allemands ne manifestaient pourtant pas toujours, au début, de l’impatience ou de l’énervement à l’égard des faibles compétences linguistiques des requis français et les présentations mutuelles pouvaient même donner lieu à des scènes assez cocasses, comme celle que décrit Georges-Charles Demay, où le contremaître se met en tête de leur expliquer la signification de leurs noms.

  • 39 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 46-47.

Heinz Einkam, lui, pratiquement ignorait tout de notre langue. Aussi leva-t-il les yeux au ciel […]. Cependant, plein de bonne volonté et souhaitant une meilleure compréhension, il jugea utile de se livrer à une démonstration toute personnelle permettant d’affiner les présentations sommaires […] et de nous faire connaître certains aspects comiques de la patronymie allemande […]. À cet effet, il pointa son index sur la poitrine de Hahn en prononçant ce nom […] alors, écartant et agitant les bras de haut en bas, il émit des roucoulements significatifs […]. Nous avions saisi : notre chef se nommait Monsieur Coq ! […] Il poursuivit la séance se désignant lui-même de l’index […] « Einkam ! » […] Il se plaça à côté de monsieur Coq et agitant en dents de scie son index au-dessus de la tête de celui-ci, prononça : « Kam, Kam, Einkam » […]. Ce n’était pas aussi clair qu’il paraissait le croire […]. Subitement […] il se saisit d’un crayon […] il traça une crête et inscrivit le mot « kam » précédé du chiffre 1. Il se nommait une crête […]. Cet apprentissage inattendu de la langue allemande commençait sous d’heureux auspices, sinon dans la facilité.39

17Bien vite, cependant, la nécessité du travail ayant repris ses droits, les contremaîtres allemands exprimèrent plus durement leur agacement d’être toujours mal compris, mais cette impatience, liée à la propension de la maîtrise pour les hurlements, loin de faciliter la compréhension, contribuaient à entretenir l’impéritie linguistique, comme le raconte Jean Fayolle.

  • 40 Jean Dupin, Nous avions 20 ans – Des monts du Lyonnais aux usines de l’Allemagne nazie en passant (...)

À cette époque, mon chef d’équipe tombe malade […]. William Schmitt vient prendre le commandement avec une autorité supérieure. Et c’est en permanence qu’on l’entend « gueuler » comme un veau affamé, on doit tout comprendre, ce qui n’est pas évident, surtout sur ce ton. […] Il me commande un travail. N’ayant pas compris, je lui demande de m’expliquer « nicht ferschten ».40

18La même atmosphère aurait régné à l’IG Farben d’Auschwitz, où les insultes fusaient rapidement quand les ordres, qui étaient davantage criés qu’articulés, n’étaient pas bien compris.

  • 41 Pierre Soudidier, Déporté du travail, STO à Auschwitz 1943-1945, tapuscrit fourni par G. Toupet, 1 (...)

Ces messieurs (mis à part un « vieux » de la guerre de 14, prisonnier en France […] qui connaît quelques mots de français) s’expriment en allemand très durement pour nous commander et voudraient que nous comprenions tout de suite ! Même moi qui ai étudié la langue sur des livres […] je ne saisis pas toutes leurs paroles. Dans les premiers jours, sur un commandement mal compris de l’un d’eux, je m’entends traiter de « Speckkopf » (tête de lard) […]. Je réalise tout de suite ce qu’il veut dire et décide de lui répondre sur le champ avec l’air plutôt mauvais […] « Speckkof pas plus tête de lard que toi, compris ? » […] Bien sûr, il n’avait pas compris et moi d’ajouter « Si tu n’as pas compris, chacun son tour ». J’en restai là, […] mais il est bon de leur montrer que nous ne sommes pas aussi bêtes ni peureux qu’ils ont l’air de le croire.41

19Les Français ne sont cependant pas disposés à se laisser maltraiter pour leur méconnaissance de la langue de Goethe et, bien vite, ils profitent de n’être pas compris pour exprimer, en français, leur aigreur, vengeance symbolique, dont Georges Moullet-Echarlod souligne le caractère dérisoire, mais qui n’en constituait pas moins, pour celui qui l’exprimait, un véritable soulagement de pouvoir retourner, sans risquer de sanctions, les insultes dont ils étaient abreuvés.

  • 42 Georges Moullet-Echarlod, La faim au ventre – STO, Paris, La pensée universelle, 1978, p. 260.

Ce n’est pas que j’en veuille à tous les Allemands, non, mais ceux qui portent le brassard, qui sont en quelque sorte responsables de ce qui arrive, ne m’inspirent plus que de la méfiance et peu s’en faut que l’aversion y fasse place […]. Je ne suis pas le seul […]. Un autre […] qui a été déçu […] répond à son Meister qui lui apporte du travail par un « Ja wohl, mes fesses t’embrassent » […]. La vengeance emploie les moyens dont elle dispose, en rapport avec le caractère de celui qui l’applique, appropriée aux circonstances, toutes les victimes n’ont pas la vocation de martyrs.42

  • 43 « Le handicap le plus important est cependant notre méconnaissance de la langue allemande. Cela pr (...)

20Cette situation inconfortable donne souvent lieu à des frictions sur le lieu de travail43, les Allemands soupçonnant rapidement les requis d’en rajouter, par mauvaise volonté, et apprenant même plus vite des rudiments de français que les requis n’assimilent leurs premiers mots d’allemand.

  • 44 Henri Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219, tapuscrit, s. d. [années 1980], s. l., p. 34.

Si, au début, on pouvait se permettre de traiter les contremaîtres et les chefs de tous les qualificatifs (que je ne puis écrire), ils apprirent rapidement le français à notre contact. On avait intérêt à tenir sa langue. De même, il fallait se méfier des soldats qui étaient venus en occupation en France.44

21Sans qu’on puisse réellement parler d’une résistance passive, nombre de requis manifestaient un rejet profond de la langue allemande, qu’ils refusaient d’apprendre, par paresse, mais aussi pour préserver leur identité et ne pas fournir aux Allemands un moyen supplémentaire d’exiger davantage d’eux. Pour Jean-Charles, ce refus de parler allemand était très répandu, non seulement parmi les ouvriers, mais même chez les plus intellectuels des STO, qui avaient appris l’allemand au lycée et refusaient de tirer un profit matériel de leurs compétences.

  • 45 Jean-Charles, Suivez le cancre !, Paris, Presses de la Cité, 1983, p. 92.

La majorité des Français n’étaient pas doués pour les langues et ne connaissaient que quelques mots d’allemand et de russe qu’ils écorchaient plus ou moins […]. Même ceux qui au lycée avaient étudié la langue de Goethe restaient souvent cois. C’était dommage car les rares Franzosen qui parlaient bien allemand obtenaient généralement une planque.45

  • 46 Henri Perrin, Réflexions diverses en rentrant de l’Allemagne, SHAT, 1K28345.

22Cette hostilité est confirmée par le témoignage d’Henri Perrin, qui déplore néanmoins ce « réflexe antichleuh, bêtement et systématiquement hostile à tout ce qui est allemand »46, et par Maurice Georges, qui critique aussi cette attitude et regrette, a posteriori, de ne pas avoir davantage mis à profit son séjour pour étudier plus sérieusement l’allemand.

  • 47 Maurice Georges, Le Temps des armes sans armes, une tranche d’histoire à Berlin, Beaugency, Elvire (...)

Camille et Dédé […] s’embrouillèrent dans des explications confuses […]. Ils font savoir qu’eux aussi refusent d’apprendre l’allemand. Ils y mettent comme un point d’honneur et se moquent même ouvertement d’un gars de l’autre chambre qui semble s’y atteler sérieusement. En cela, ils ont certainement tort car il est toujours bon de s’instruire […]. Si, quand même, nous savons tous parfaitement dire : ich bin müde ou ich bin krank.47

  • 48 « Notre hostilité à la langue allemande n’arrangeait rien et nous avons vite compris qu’au lieu de (...)

23Si certains requis n’adhèrent pas à l’attitude majoritaire de leurs camarades et réclament qu’on leur fournisse les moyens d’apprendre ou de parfaire leurs connaissances en allemand, comme José Cabanis ou Michel Giraudeau48, d’autres éprouvent, cinquante ans plus tard, le regret d’avoir eu ce comportement hostile et intransigeant, sans même pouvoir l’expliquer, comme pour Octave Fort.

  • 49 Octave Fort, « Tu es encore davantage mon fils (« Du bist noch mehr mein Sohn ») ou L’Histoire d’u (...)

Pourquoi pendant le premier mois de notre séjour ai-je systématiquement boudé la langue allemande, je ne saurais le dire. À l’usine, quand le Meister Hild essayait d’entreprendre une conversation avec moi, dans un allemand qui s’agrémentait de mots qu’il connaissait en français, je lui répondais toujours avec un air consterné « moi pas compris » même s’il m’arrivait de comprendre.49

  • 50 F. Cavanna, Les Russkoff (note 8), p. 125.

24Pourtant, une motivation évidente, qui s’impose peu à peu dans l’esprit des requis, réside dans les courts moments de pause qu’octroie l’incompréhension des ordres. Pour inconfortable que soit la situation d’être placé devant un contremaître impatient devant l’hébétude des travailleurs étrangers, le temps supplémentaire mis à reformuler les ordres constitue toujours quelques secondes, voire quelques minutes de gagnées sur un temps de travail harassant. Cette habitude n’est d’ailleurs pas réservée aux Français, mais partagée par la plupart des étrangers non germanophones comme l’Ukrainienne Maria l’explique à Cavanna : « “Wir sehr dumme Leute. Nicht verstehen. Arbeit immer langsam. Immer nicht gut. Wir sehr, sehr dumm. Pognimaïeche ?“. Je comprends très bien »50.

25Cette attitude, qui appartient aux stratégies d’autonomie ouvrière, est rapidement exaltée, dans la mémoire du travail forcé, comme emblématique de leur résistance au travail. Des histoires circulent rapidement autour de ce thème, dont Jean Évrard donne un très bon exemple.

  • 51 Jacques Évrard, La Déportation des travailleurs français dans le IIIeReich, Paris, Fayard, 1972, p (...)

Un Kolonnenführer (chef d’équipe) jugeant que ses Français travaillent trop lentement leur prodigue les « Schnell ! Schnell ! » en pure perte. Mais peut-être obtiendrait-il de meilleurs résultats en leur parlant dans leur langue ? Il s’adresse au plus dégourdi : « Comment dit-on « Schnell » en français ? ». Et l’autre sans sourciller : « Vas-y mollo ! ». Et l’Allemand de pousser à pleine gorge des « Vas-y mollo ! » auxquels son équipe obéit… scrupuleusement.51

  • 52 « Quand on me demandait quelque chose qui m’emmerdait, je répondais “nix ferstehen”. Autrement, j’ (...)

26Si l’incident est vraisemblablement apocryphe, il témoigne bien de la logique de contournement de la contrainte que permettait la simulation de l’incompréhension. L’étudiant Jean-Charles adoptait la même attitude, en répondant « nix ferstehen » à tout ordre « qui [l’]emmerdait »52. Pour le cheminot Eugène Lemarchand, ce prétexte offrait aussi l’occasion d’enfreindre le règlement.

  • 53 Eugène Lemarchand, « Souvenirs de guerre d’un STO, mai 1943 - août 1945 », Provence-Maine, t. 12, (...)

Quant à l’obéissance aux pancartes et autres prescriptions, nous profitions de notre peu de connaissance de la langue pour volontairement ne pas en tenir compte […]. Certains Allemands s’aperçurent de notre mauvaise volonté. Mon contremaître, trois mois après mon arrivée, me disait : « Vous faites exprès de ne rien comprendre ».53

27Placé face à des remontrances et impliqué dans une discussion politique, les faibles capacités linguistiques constituent le moyen idéal de se dérober aux attentes de l’interlocuteur, comme en fit l’expérience Charles-Henri-Guy Bazin après avoir ébréché plusieurs couteaux.

  • 54 C.-H. G. Bazin, « Déporté du travail » à la BMW-Eisenach 1943-1945 (note 5), p. 100.

Ce lundi matin, j’ébréchai plusieurs couteaux […]. Lauer m’invita à le suivre dans ce que j’appelais « la cage aux fauves » […]. Il s’étonne d’abord qu’un instituteur fasse un si mauvais travail […]. En Allemagne, tous les instituteurs sont officiers dans l’armée et ils donnent l’exemple […]. Je répète sans me lasser : « Nicht verstehen, nicht verstehen » ce qui l’irrite. Il hurle alors des injures que je comprends assez bien […]. Je bouge à bon escient en observant sa main droite d’où peut partir le coup.54

28Si certains requis profitaient donc de leur méconnaissance de l’allemand pour allonger les délais ou, même, se soustraire aux tâches qui leur étaient imposées, la présence d’un interprète ne résolvait pas toutes les difficultés, notamment quand celui-ci était solidaire des ouvriers pour leur procurer un repos supplémentaire pris sur le temps de travail, comme à l’atelier électrique de Siemens.

  • 55 Réponse de M. Gabriel Vasseux à notre questionnaire du 28 août 1998, p. 7.

Marchenet nous servait d’interprète et […] sans en avoir l’air […] avait l’art de « saboter » sur la durée du travail. Les Meister l’appelaient quand ils donnaient du travail aux Français. Il venait avec son bouquin franco-allemand et bien que comprenant et parlant l’allemand, il faisait semblant de chercher des termes lui échappant. Nous jouions le jeu si bien qu’une mise en route d’un boulot prenait parfois un bon quart d’heure.55

29Cette inertie justifiée par l’excuse de l’incompréhension n’est pas une reconstruction de l’après-guerre, mais on en trouve des témoignages dans la correspondance qu’envoyaient les requis, comme dans la lettre qu’envoie Jean-Pierre R., employé à Düsseldorf, à son épouse, le 1 er janvier 1943 :

  • 56 Lettre de Jean-Pierre R. à son épouse du 1/1/1943, Staatsarchiv Düsseldorf (Sta Dü), RW58-786.

J’aime mieux travailler, car au moins le temps me passe beaucoup plus vite, mais tu sais je ne me casse pas de trop car je suis venu ici pour me reposer et non pour travailler, car lorsque le contremaître me demande quelque chose, je lui dis que je ne comprends pas alors comme cela je suis paré.56

30Simuler l’incompréhension constitue cependant un jeu dangereux dont on ne doit pas abuser, la patience allemande ayant des limites étroites, comme en fit l’expérience Paul Cèze.

  • 57 Paul Cèze, Chronique des années noires, Digne-les-Bains, éditions de Provence, 1994, p. 27.

Même en hurlant de plus en plus fort, comment se ferait-il entendre d’un aide qui ne sait rien du métier et qui ne comprend pas le premier mot de sa langue si expressive ? Quelle fureur lorsqu’il me réclamait un tournevis et que je lui présentais un marteau : j’ai craint plusieurs fois qu’il ne m’en fracassât le crâne. Par précaution, je lui tendais toujours ensuite l’outil le moins meurtrier […]. J’ai oublié beaucoup de mots allemands, mais pas les noms de ces outils : ils me furent enseigné avec trop d’énergie et d’insistance. J’eus tôt fait de distinguer congrûment le Hammer redoutable du Schraubenzieher moins percutant.57

31La brutalité de certains contremaîtres et la facilité avec laquelle ils utilisaient les menaces de sabotage incitaient, en effet, les requis, à une prudence élémentaire. Seuls les Français disposant de Meister patients et compréhensifs pouvaient se permettre d’abuser du « nix ferstehen ».

  • 58 Condamnation du Sondergericht (SG) de Munich du 8/7/1943 contre Georges T., Sta Mü, SG M. 12519.
  • 59 « Es handelt sich um eine von einem in Deutschland arbeitenden französischen Zivilarbeiter scherzh (...)
  • 60 « L’Allemand est un salaud, moi m’en souvenir », lettre des Schnellpressenfabrik Koenig & Bauer de (...)

32Le refus de parler allemand n’est pas la seule manière d’exprimer une Resistenz. Ce sont parfois les mêmes qui utilisent un allemand rudimentaire dans le cadre de disputes politiques. La langue de l’ennemi, simplifiée à l’extrême, est alors retournée contre lui. Elle correspond à la fois au faible niveau de connaissances des Français et à un discours qui ne s’embarrasse d’aucune nuance. Georges T., mécanicien, est condamné à six mois de prison pour s’être mis des chutes de caoutchouc autour du cou et avoir dit à des collègues : « Nicht Schuhriemen Hitler »58. Dans le cadre d’affrontements survenus au travail, Georges G. déclare à la serveuse de la cantine : « In drei Monaten, Deutschland kaputt, deutsche Soldaten kaputt und du kaputt »59, parole qui lui vaut d’être déféré devant la plus haute juridiction du Reich, le Volksgerichtshof (VGH) qui, de manière inhabituelle, prononce un non-lieu. À Zell, le requis Robert L. déclare à la serveuse qui lui a refusé une portion supplémentaire : « Der Deutsche ist ein Lump, ich mir merken ». Il est condamné à quinze jours d’internement en Arbeitserziehungslager (camp de rééducation par le travail)60.

  • 61 Dossier de René M., interné du 29/7/1943 au 20/8/1943, Sta Wü, GW8062451.
  • 62 « Non, je n’étais pas communiste, j’avais appartenu à la JOC, je ne pouvais pas être communiste », (...)
  • 63 Attendu du jugement de l’OLG d’Iéna du 27/9/1944 contre Louis B., AN 40AJ1544.
  • 64 Jugement du 1er sénat du VGH contre D., Sta Mü, OLG M. 181-43.
  • 65 Condamnation de Gabriel C. par l’OLG de Munich du 20/4/1944, Sta Mü, OLG M. 12-44.

33Tous les exemples d’altercations confirment que les Français utilisent les quelques mots d’allemand qu’ils connaissent pour exprimer à leurs collègues leur hostilité à l’Allemagne et à son régime, comme pour ce mécanicien des usines Muna, qui avait refusé un travail en disant : « Deutsche Arbeit Scheisse » avant d’ajouter « Einen Augenblick dann Deutsche » en faisant un geste d’étranglement61. À Düsseldorf, le volontaire Hildevert R. avait dit à l’été 1942 à un collègue « Blum gut, Hitler nicht gut », phrase qui lui valut un internement de plusieurs semaines en camp de rééducation62. La radicalisation de la jurisprudence entraîne parfois la condamnation de telles paroles en vertu de la loi sur la Feindbegünstigung (intelligence avec l’ennemi). Le requis Louis B., qui avait dessiné sur un morceau de papier la croix de Lorraine, le marteau et la faucille et la croix gammée et avait montré le dessin à un collègue allemand en lui disant « prima » pour le premier emblème, « ganz prima » pour le second et « ganz grosse Scheisse » pour le dernier63 fut ainsi condamné à trois années de travaux forcés par l’Oberlandesgericht (OLG) de Iéna. À Nuremberg, une Française, énervée de ne pas avoir reçu de Schnaps après le bombardement allié, en proie aux reproches de ses collègues allemandes, leur réplique : « Mal wieder ein bisschen bum-bum, das ist gut für Euch, wir dann lachen » et leur prédit que l’Allemagne d’aussi grande deviendrait aussi petite. Elle est rejugée en cassation par Roland Freisler qui la condamne le 25 octobre 1944 à deux années de travaux forcés64. Gabriel C., étudiant en théologie, volontaire, fut condamné à un an et demi de travaux forcés par le Sondergericht (tribunal spécial) de Munich pour avoir dit à des collègues : « Hitler nicht gut auch Regierung nicht gut » et « Ich in einem Monate eingesperrt, zwei Monat ich befreit, und 3 Monat ich Offizier, ich dann in Deutschland Promenade machen »65.

  • 66 Condamnation de Joseph L. à neuf mois de prison par le SG de Düsseldorf le 29/1/1944, Sta Dü, Rep (...)

34D’autres altercations révèlent une plus grande maîtrise de la langue allemande. Joseph L., volontaire d’une quarantaine d’années, déclare à un Allemand qui suspendait des décorations de Noël en lui montrant le portrait de Hitler sans cadre : « Und das Dreckschwein, das darunter hängt ? » et renchérit : « Das ist derselbe wie Laval, Pétain usw, die uns nur die Arbeit an den Hals hängen »66. Un extrait de la lettre d’André C., qui maîtrisait l’allemand, révèle la difficulté à ne pas répliquer, par mesure de prudence.

  • 67 Lettre d’André C. à sa femme du 9/7/1944, correspondance aimablement prêtée par M me Darracq.

Personne ne pourra jamais comprendre l’importance de ces détails, de ces vexations presque quotidiennes qu’il faut encaisser sans rien dire […]. Souvent, je regrette de parler allemand ces jours où mes mots éclatent en faisant trop de bruit. On voudrait tant fouler notre amour-propre, ridicul[is]er [sic] mon pays.67

  • 68 Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, Paris, Folio Gallimard, 1970, p. 424.

35Et Michel Tournier déplore la transformation que « l’âpre parler germain » exerce sur lui : « Cela s’ajoutant à la simplification qu’impose forcément à tout ce que je dis, ma connaissance imparfaite de l’allemand fait de moi un homme beaucoup plus fruste, direct et brutal »68.

36La langue allemande est aussi utilisée dans des textes patriotiques pour tourner en ridicule le pays hôte. Ainsi, dans Le Chant des exilés, c’est en allemand que l’auteur chante, paradoxalement, l’allégresse de la Libération qu’il espère proche.

  • 69 Compte rendu de la condamnation de l’OLG d’Iéna du 14/6/1944 contre Raymond C., AN 40AJ1505 et cha (...)

Alors fertig les nicht versteh’n
Les danke schön et les fraulein
Deutschland auf wiederseh’n69

37Dans un texte rédigé à Grunau à l’été 1943, l’auteur rédige un pastiche de La Cigale et la fourmi et en mêlant l’allemand au français, il lui donne un ton fortement moqueur :

Le Gross Deutschland ayant tués
Et blissés
Se trouva presque Kaput
Quand le Winter sur son route
Plus une seule munition
Für Marine oder Canone
Il alla crier famine
Chez le Frankreich son voisine
Le priant de lui gebe
Bissel soldats pour continuer
Jusqu’au Winterkriegsappel
J’y wecrais, y dit-elle
Juli, foi de vandale
Paris, dein Kapitale
Li Frankreich n’est pas prêteuse
Ci la sa moindre défaut
« Was machen sie aux temps chauds ? »
Dit-elle à son emprunteuse
Tag und Nacht, jede Moments
Ich liebe mon cher Française
Du liebe ? J’en suis fort aise
Et bien ! Ficken maintenant

38La maîtrise de la langue allemande peut aussi servir à la défense de soi comme en font l’expérience un grand nombre de requis en Allemagne. Interrogé par la Gestapo, le Polytechnicien Robert Deneri, malgré son faible niveau d’allemand, perçoit que le traducteur modifie ses réponses.

  • 70 Entretien avec Robert Deneri du 6/3/1998 (note 20).

Je me suis plaint de la traduction. Je me rendais compte que les traductions étaient trop courtes. Et puis il y avait tout de même des mots que je savais […]. Deux camarades savaient l’allemand et l’École nous avait remis des bouquins. Je n’étais pas fort en grammaire, mais je connaissais des mots.70

39La façon dont André C. relate à sa femme la dispute qu’il eut avec son contremaître, à l’issue de laquelle il parvient, en allemand, à le convaincre de renoncer à la sanction prévue, est une excellente illustration du rôle que pouvait jouer une bonne maîtrise de la langue de l’ennemi.

  • 71 Lettre d’André C. à sa femme du 28/6/1944, correspondance aimablement prêtée par Mme Darracq.

Hier, un accrochage avec le contremaître qui, pour une bêtise, me fait supprimer mon tabac pour dix jours et ma prime d’environ trente marks. J’étais fou de rage. Aujourd’hui je me suis décidé à aller le trouver. Cet homme qui hier imbu de sa suprématie me hurlait dans les oreilles sans que je puisse lui répondre un mot était devenu un mouton. D’emblée (nuance, sang-froid et politesse) mes mots lui demandèrent s’il prenait les étrangers pour des chiens ? Puis suivirent mes arguments : si lui, Allemand, était en France, à ma place, traité comme je le suis ? « Je sais que vous haïssez les étrangers, mais je veux vous parler d’homme à homme pour vous dire ma pensée et ma vie » et que vous essayez de comprendre. Petit à petit je sentais que l’homme, l’ennemi véritable, indomptable que j’avais devant moi perdait son arrogance et sa bestialité, par son silence… Finalement mes derniers mots lui demandèrent : « Maintenant maintenez-vous votre décision d’hier ? » Non me répondit-il – Peut-être ma plus belle victoire sur l’humanité !71

40La connaissance de l’allemand est d’autant plus utile pour les Français que c’est parfois une erreur de traduction qui est responsable de leur mise en examen. On peut citer le cas de Georges P., arrêté le 27 septembre 1943 pour avoir écrit une lettre que la censure de Francfort avait traduite : « Wenn du Jean siehst, sage ihm, dass ich ein Gewehr und zwei Schlachtmesser für ihn gefunden, die ich versprochen hatte zu verschaffen ». Il faut du temps à la police pour s’apercevoir que l’accusé avait promis à son frère, boucher, de lui faire parvenir d’Allemagne un fusil et deux couteaux.

  • 72 Dossier de Jean P., né en 1920, Sta Dü, RW58-74269.

Nach der beim Vorgang befindlichen Teilübersetzung wurde das in dem Brief des P angewandte französische Wort « fusil » lediglich mit dem deutschen Wort « Gewehr » übersetzt, während es nach dem kleinen Taschenwörterbuch von Toussaint/Langenscheidt neben Gewehr auch Flinte und Wetzstahl bedeutet. Auf diese Weise dürfte der Irrtum entstanden sei.72

41Un autre cas est celui du procès de Noël B. devant le Sondergericht de Munich du 14 novembre 1944. Le 8 août 1943, il avait envoyé la lettre suivante à son neveu en France :

  • 73 Arrêt de l’OLG de Munich du 13/11/1944 contre Noël B., Sta Mü, OLG M. 171-44.

Est-ce que tu comptes aller en permission ce mois-ci […] où bien est-ce que tu attends la Noël, si d’ici là on n’est pas à la maison, et je le souhaite, en tout cas il y a tout de même de l’espoir, sans croire au barbu.73

  • 74 « Der Dolmetscher, Studienprofessor Ludwig Schwarz, der lange Zeit in Südfrankreich gelebt und sic (...)
  • 75 « Nach Mitteilung des Lagerführers könnten mit dem Wort „schleu“‚ die Deutschen gemeint sein […]. (...)

42À la fin de sa lettre, il dessine une quille et écrit : « vive la quille ». Cette lettre fait l’objet de contresens de la part du procureur qui imagine que le « barbu » et la quille sont des expressions péjoratives qui se moquent du Führer. Il faut sept mois d’instruction et la déposition, à l’audience, d’un traducteur compétent dans la personne du professeur Schwartz pour que le tribunal prononce un non-lieu74. On peut aussi citer le cas incroyable où la Gestapo relaxe un Français ayant écrit « France toujours, vive la France, honneur, patrie, mort aux Schleus » sur son châlit. L’accusé affirme que le terme de « Schleuh » désigne une tribu arabe responsable de la mort de son meilleur ami. Grâce à la méconnaissance, réelle ou simulée de l’interprète, qui affirme ne pas trouver le terme dans son dictionnaire, le Français est libéré après quelques jours75 !

Au-delà de l’idiome de l’ennemi : la découverte d’une autre Allemagne ?

  • 76 Questionnaire de Jean Robert du 4/3/1998.
  • 77 « Un dimanche […] je suis allé au cinéma. Au programme […] Le dernier des six d’Henri Georges Clou (...)

43Dans la vie quotidienne, l’idiome de l’ennemi redevient parfois, simplement, la langue vernaculaire des loisirs. Le cinéma avait l’avantage d’être un loisir peu onéreux, certains tickets étant vendus par l’entremise de la Deutsche Arbeitsfront (Front allemand du travail) au coût d’un mark, l’équivalent d’une à deux heures de travail ouvrier76. La plupart des réactions restent positives, même si les Français ne comprennent rien ou pas grand-chose aux dialogues. Dans leur majorité, les STO ne se déplacent pas pour aller voir des films allemands, mais pour regarder un film français doublé en allemand qu’ils ont parfois déjà vu77. Un rapport du Sicherheitsdienst (Service de sécurité) de Vienne sur la fréquentation des cinémas allemands par les Français souligne ce lien fondamental qui fait des films français, même doublés en allemand, une attraction fondamentale pour les requis, au point que dans certaines salles, l’occupation aurait été constituée à 80 % par des Français. La difficulté à se procurer des tickets aurait suscité une vente parallèle des billets au marché noir, certains requis n’hésitant pas à débourser une vingtaine de marks pour acquérir une place !

  • 78 « Äusserungen französischer Arbeiter über deutsche und französische Filme die hier zur Aufführung (...)

Aus französischen Kreisen wird berichtet, dass die hier zeitweilig gespielten französischen Filme von den französischen Arbeitern überaus gerne besucht werden. So z. B hätte der vor kurzem im Opernkino gegebene französische Film „Die falsche Geliebte“ einen großen Andrang gefunden. Das Kino war fast immer bis zu 80 % von französischen Arbeitern besucht gewesen […]. Alles in allem war der Film für sie, wie sie angeben, „ein Stück Frankreich“. Sie hätten sich wie „zu Hause“ und wie „in Paris“gefühlt.78

  • 79 « Es ist den Franzosen aber nicht einerlei, welche französischen Filme hier zur Aufführung gelange (...)
  • 80 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 80.
  • 81 Entretien avec Albert Burgert du 16/3/1999, requis de la Relève, déporté à Sach-senhausen
  • 82 H. Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219 (note 44), p. 52-53.

44Le rapport souligne cependant que les Français ne sont pas indifférents aux films projetés et sont très attentifs à aller voir des films récents ou dans lesquels jouent des vedettes, qu’elles soient de sexe féminin ou masculin79. Les récits de STO confirment ce rapport du Sicherheitsdienst et Georges-Charles Demay évoque l’émotion de retrouver, à Berlin, les vedettes du grand écran : Michel Simon et Micheline Presle dans La Comédie du bonheur ou Danielle Darrieux dans Caprices80. Albert Burgert affirme que « c’était assez amusant » et que « c’est assez curieux de voir nos artistes qu’on connaissait parler allemand »81. Henri Baudon se rappelle avoir vu plusieurs films avec Raimu, Jouvet, Danielle Darrieux et Albert Préjean, et prétend qu’outre-Rhin, Tino Rossi jouissait d’une immense popularité82. José Cabanis qui se déplace dans un cinéma à Fribourg, malgré un allemand appris au lycée, ne comprend quasiment rien du film, ce qui ne l’empêche pas d’apprécier sa sortie :

  • 83 J. Cabanis, Lettres de la Forêt-Noire 1943-1998 (note 34), p. 107.

À Fribourg […] nous avons été voir Les Inconnus dans la maison, en allemand ; j’espérais, connaissant le film, comprendre les dialogues ; malheureusement […] je n’ai compris que quelques phrases, par-ci par-là. C’était amusant d’entendre Raimu, V. Tessier etc… parler allemand et dire « also, jawohl, auf wiedersehen ».83

  • 84 « Dans Zirkus Rens, quel cri de satisfaction spontané salue le coup du propriétaire du cirque alle (...)
  • 85 « J’échouais dans un petit cinéma. Au programme […] un bizarre documentaire sur le Sahara et… Andr (...)

45Si la volonté de se replonger dans l’univers cinématographique français joue un rôle primordial dans la vogue de fréquentation des cinémas dans le Reich, d’autres requis ne répugnent pas à s’ouvrir au cinéma allemand, quittes à y faire l’expérience des sentiments hostiles à la France véhiculés dans ces films84 ou à s’ennuyer devant un film « pesant », choisi un peu au hasard, sur la vie du sculpteur baroque Andreas Schlüter85. Comme Pierre Verdurier, certains Français ne mettent pas longtemps à connaître les vedettes du Troisième Reich, mais c’est Henri Baudon qui fait l’éloge le plus achevé du cinéma allemand de la guerre, la petite ville d’Eger ne fournissant guère de distractions.

  • 86 H. Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219 (note 44), p. 52-53.

Eger possédait quatre cinémas. La technique allemande était la meilleure d’Europe. Voir un film Tobis, c’était être assuré de voir un spectacle de qualité. Quant au film en couleur, grâce au procédé Agfa-Color, c’était ce qui se faisait de mieux à l’époque […]. L’Allemagne [avait] de très bons acteurs comme Zarah Leander, Marika Röck, Brigitte Horney, Heinrich George, Willy Birkel.86

46Certains Français ont même figuré parmi les rares spectateurs qui purent voir les dernières surproductions d’un Reich assiégé, comme Henri Daries, qui vit, en février ou mars 1945, Kolberg, le dernier film à gros budget du Propagandaministerium dont la commande devait servir à galvaniser l’arrière.

  • 87 Henri Daries, STO à Berlin, Aubenas, Edisud, 2001, p. 59.

Dans le dernier cinéma encore en état de marche dans notre quartier, je vais voir […] Kolberg. En couleur, les grandioses mouvements des troupes de Napoléon ont beaucoup d’allure. L’épisode se rapporte à l’invasion de l’Allemagne en 1806. L’armée prussienne subit défaite sur défaite et la citadelle de Kolberg est la seule à poursuivre la lutte […] et en fin de compte, les Français finissent par lever le siège ! […] Pour ce film de propagande, Goebbels a « mis le paquet ». Des soldats de la Wehrmacht sont retirés par dizaines de milliers des armées pour incarner les troupes de Napoléon. Plus de 10.000 costumes, 6.000 chevaux […] mais le film, projeté à Berlin dans une ville presque entièrement détruite, ne sera vu que par un public très restreint.87

  • 88 « Il y avait trois [cinémas] à Neunkirchen […]. L’obstacle de la langue empêchait la compréhension (...)
  • 89 « Le cinéma du quartier a reçu également notre visite […]. Les rires des spectateurs n’ont pas ces (...)
  • 90 René Brune, La déportation du travail – Le droit au titre : un combat pour l’honneur, Paris, Publi (...)

47Tous les Français ne conservent pas de bons souvenirs des films vus en Allemagne. Les actualités permettaient de se tenir au courant de la guerre, mais elles n’étaient pas, selon Eugène Lemarchand, « bonnes pour le moral »88. Georges Caussé est déçu du film comique qu’il vit car il ne put partager les éclats de rire de la salle89 et n’a guère d’envie d’y retourner, comme René Brune qui qualifie de « corvée » le fait de n’avoir rien compris à l’intrigue principale90.

  • 91 « Es ist dabei nicht tragbar, dass für ausländische Arbeiter besondere Sitzreihen in den Filmtheat (...)

48La question de la fréquentation des cinémas par les étrangers, notamment français, continue à susciter divers rapports critiques des autorités allemandes au point qu’une ordonnance du sous-secrétaire d’État Gutterer du 18 juin 1943 doit rappeler qu’il est formellement interdit de séparer, dans la salle, Allemands et étrangers, ou de réserver certaines séances à l’usage exclusif de l’une ou l’autre de ces catégories. Face aux récriminations croissantes d’une partie de la population, activement relayées par le parti, le ministère de Joseph Goebbels suggère aux propriétaires de cinéma d’interdire l’entrée à toute personne dont le mauvais accoutrement constituerait un outrage public à la pudeur91. Une note interne de ces mêmes services souligne toutefois que la fréquentation des cinémas par les étrangers occidentaux doit demeurer un droit car elle garantit leur haute productivité au travail.

  • 92 Aktennotitz für Herrn Ministerialrat Dr Friez vom 27/4/1944, BA, 55R1231.

Wenn auch menschlich verständlich ist, daß sich einzelne Volksgenossen, die in einem Filmtheater keinen Platz mehr finden, über die ausländischen Arbeitskräfte aufregen, so kann dies doch kein Anlass sein, die höheren Gesichtspunkte in der Behandlung dieser Frage zurückzustellen […]. [Die] Arbeitsleistung aber gehört mit zu den kriegsentscheidenden Faktoren, die letzten Endes von [ihrem] Arbeitswillen abhängig ist und durch Zwangsmaßnahmen allein nicht erzielt werden kann. Es ist auch noch zu berücksichtigen, dass den Fremdarbeitern soziale Gleichstellung mit den deutschen Arbeitern zugesagt worden ist.92

  • 93 « Der starke Andrang der ausländischen Arbeitskräfte in den Lichtspieltheatern hat in manchen Land (...)
  • 94 « In der Stadt Gummersbach konnte wiederholt wahrgenommen werden, dass sich die Kinobesucher haupt (...)

49Néanmoins, à Munich, l’engorgement des cinémas suscite, au début de l’année 1944, des plaintes à tous les échelons de la région. Pour résoudre le mécontentement général de la population, le Regierungspräsident de Munich diffuse, le 10 février 1944, à toutes les autorités administratives, la solution provisoire, prise par le Landrat de Weilheim, de réserver aux étrangers, dans tous les cinémas de sa circonscription, la moitié des places de troisième catégorie et un quota de places de seconde catégorie, et de réserver la vente des autres billets aux seuls citoyens allemands93. À la fin de la guerre, la situation ne se serait guère améliorée et les salles obscures seraient toujours fréquentées majoritairement par les travailleurs étrangers occidentaux, notamment français. Dans de telles conditions, la Gestapo de Cologne décide d’interdire la fréquentation des cinémas aux étrangers, en novembre 1944, afin de les réserver aux Allemands94.

50Comprendre et parler l’allemand accroissent les possibilités de faire connaissance avec la population civile et de nouer éventuellement des idylles. Ceux qui ne maîtrisent pas suffisamment la langue s’exposent à des déconvenues, comme l’affirme P. Destenay.

  • 95 P. Destenay, Babel Germanique (note 7), p. 40.

Notre Don Juan ne connaît pas un traître mot de conversation galante dans le langage de Werther si ce n’est l’expression : fick-fick, plus populaire que triviale, certes, mais qu’il faut absolument proscrire dans le cas d’une personne de bonne famille.95

  • 96 « Cela ne concerne qu’une petite minorité. Bien des conditions doivent être réunies : il faut au m (...)

51Pour Jean Edmond, c’est surtout l’obstacle de la langue qui limite le nombre de ces liaisons96. Du côté des femmes allemandes, l’importance de la maîtrise de la langue est parfois soulignée dans des correspondances amoureuses comme si elle était un gage de fidélité, après la guerre, comme en témoigne la lettre de Rosa M. à un volontaire français, le 15 janvier 1943 :

  • 97 Lettre de Rosa M. à Michel G. du 15/1/1943, Sta Dü, RW58-1098.

Mein lieber Michel ich möchte nur gerne wissen wie lange wir Freunde bleiben, wenn mal der Krieg aus ist, was wird denn kommen. Hoffentlich wirst Du mir denn nicht nutzen ? Lieber Michel, du bist jetzt schon 18 Monate in Deutschland und kannst sehr gut deutsch schreiben. Ich bin jedesmal erstaunt, denn jeder Brief von Dir ist prima geschrieben. Viele Deutsche schreiben nicht so gut als [sic] Du.97

  • 98 « Je suis bien [à la poste] avec le père Weidemann et ses copains, antinazis comme lui et qui vien (...)

52La maîtrise de l’allemand permet aussi d’établir des conversations avec la population civile et de mieux connaître ses sentiments. Jean Edmond, requis à la poste, eut les meilleures relations avec son collègue Weidemann et ses amis, fondées sur le même espoir d’une fin prochaine de la guerre98. Les Polytechniciens employés chez Messerschmidt à Augsbourg comprennent rapidement l’hostilité politique de leurs collègues au nazisme en les entendant se moquer du salut hitlérien en ajoutant « Schnaps », ce qui revient à l’abaisser à une commande de bistrot : « drei Liter ». En Autriche, Louis Marx apprend d’un collègue un quatrain qui pouvait se comprendre comme une mise en cause la pérennité de l’État national-socialiste :

Es geht alles vorüber
Es geht alles vorbei
Nach jedem Dezember
Kommt wieder ein Mai

  • 99 Louis Marx, STO Souvenirs d’un temps oublié, Tours, document ronéotypé, envoi de l’auteur, 1984, p (...)

Tout passe
Tout disparaît
Après chaque décembre
Revient un mois de mai99

  • 100 Dossier du prisonnier de guerre (transformé) Robert L., ingénieur, Sta Wü, GW 8062017 (note 62).

53Les germanistes sont aussi les mieux placés pour comprendre les plaisanteries qui se multiplient à la fin de l’année 1944 et brocardent le régime. Le prisonnier transformé Robert L. fut arrêté par la Gestapo de Wurtzbourg pour avoir rapporté en septembre 1944 à ses collègues une blague qu’il avait entendue dans la rue racontée par un ouvrier allemand : « Savez-vous ce qu’est un V2 ? Un char lourd avec quarante hommes : un qui conduit, deux qui tirent et trente-sept qui poussent »100. De même, Jean Edmond apprend des soldats la plaisanterie qui se propage sur l’efficacité des Schanzarbeiten :

  • 101 Jean Edmond, La vie en Allemagne nazie 1943-1945 – c’est là que j’étais (note 98), p. 64.

– Combien de temps penses-tu que cela arrêtera les Russes ?
– Je n’en ai pas la moindre idée.
– Deux heures et quinze secondes, deux heures pour rigoler et
quinze secondes pour passer de l’autre côté.101

54La nécessité de comprendre et parler cette langue peut fournir l’occasion, pour ceux qui connaissaient déjà des bribes d’allemand, d’un miracle linguistique. C’est avec un réel émerveillement qu’André C. ne cherche pas à dissimuler à sa femme qu’il maîtrise désormais cette langue et qualifie cette opération qui s’est réalisée, à l’en croire, en une nuit, de véritable « bonheur ».

  • 102 Lettre d’André C. à sa femme du 28/6/1944 (note 73).

Samedi pour la première fois mes connaissances en langue allemande se sont révélées à tel point que du jour au lendemain ne voilà-t-il pas que je le parle couramment comme le français : quelque chose d’invraisemblable et bien de mon caractère ! Je n’en reviens pas moi-même. La mémoire revient presque impeccable, les mots, les phrases viennent, se suivent, s’enchaînent avec un bonheur.102

  • 103 Jean Raibaud / Henri Henri (coord.), Témoins de la fin du IIIeReich – Des Polytechniciens raconten (...)

55Au moment de la Libération, certains requis sont parfois directement enrôlés par les autorités alliées pour servir d’interprète pendant un ou deux mois avec la population allemande, le temps que se mettent en place les autorités d’occupation. On utilise parfois aussi leurs bonnes connaissances de leur lieu de travail pour rapatrier de manière ciblée des archives. Jean Aubert et les polytechniciens d’Halberstadt rentrent également de manière autonome, mais dans le cadre très officiel d’une mission de la sécurité militaire qui les avait chargés de récupérer les plans et le maximum de pièces des avions à réaction de Junkers. Sous bonne escorte, ils rentrèrent ainsi en France, porteurs de secrets industriels importants103. Dans les souvenirs qu’il publie avec d’autres camarades intitulés Des Polytechniciens racontent, Pierre Thévenin publie quelques pages intitulées Du bon usage de la langue allemande où il témoigne du rôle que jouèrent leurs connaissances linguistiques dans leur carrière dans l’après-guerre.

  • 104 Pierre Thévenin, « Du bon usage de la langue allemande », dans J. Raibaud / H. Henric (coord.), (...)

Dans le bilan des deux années passées sous le joug hitlérien, l’apprentissage ou le perfectionnement de nos connaissances linguistiques est l’un des rares éléments à mettre à notre actif : l’allemand, bien sûr, mais aussi le russe, le tchèque et l’anglais.104

  • 105 Entretien téléphonique avec André Laxague le 2/11/2004 et rapport de Georges Toupet établi le 29 j (...)

56En conclusion, il paraît certain que les compétences linguistiques acquises dans le Reich ont pu être un atout pour le parcours professionnel de certains requis issus des professions intellectuelles. Ainsi, en juin 1945, les élèves germanistes rapatriés de l’École polytechnique eurent pour mission de traduire les archives rapatriées au ministère de l’Air. Vingt ans plus tard, grâce à sa maîtrise de l’allemand, Pierre Thévenin fut nommé au laboratoire de recherche de Sarrelouis. De même, après 1945, la connaissance de l’allemand entraîne des reconversions. L’instituteur Paul Fourtier-Berger qui avait eu une idylle avec une laborantine allemande quitta l’enseignement primaire pour passer les concours de recrutement de l’enseignement secondaire et enseigner l’allemand comme professeur agrégé. De même, André Laxague, requis dans le gigantesque camp d’IG Farben à Auschwitz, devint professeur d’allemand à l’université et joua un rôle moteur dans le premier jumelage de la ville d’Arcachon avec la ville de Goslar que dirigeait l’ancien assesseur de l’usine, Helmut Schneider, qui avait cherché à défendre les Français de la Gestapo, comme Georges Toupet, responsable des Chantiers de la Jeunesse105.

Notes

1 Deux lois, du 4 septembre 1942 et du 16 février 1943, organisent la réquisition, la première dans les entreprises, l’autre sur les classes d’âge du dernier trimestre 1919 et les années 1920 à 1922, la dernière classe ne bénéficiant d’aucune exemption et touchant les étudiants qui ont fini leur année universitaire.

2 Victor Dillard, Suprêmes témoignages, Paris, Spes, 1945, p. 8 et 61.

3 « Nul ne pouvait mieux illustrer le proverbe bien connu “Traduttore, traditore” que l’interprète italien chargé en principe de faciliter les relations verbales entre le Lagerführer et ses hôtes. Mineur de profession, il n’avait pas dû étudier sur les bancs de l’école. […] De graves malentendus pouvaient surgir d’erreurs d’interprétation », Georges-Charles Demay, Le travailleur sans histoires – Paris-Berlin-Paris (1943-1948). Chronique historique, Yerres, chez l’auteur, 1995, p. 43-44.

4 Jean-Louis Quereillahc, J’étais STO, Paris, France Empire, 1958, p. 76.

5 Charles-Henri-Guy Bazin, « Déporté du travail » à la BMW-Eisenach 1943-1945, Cubnezais, chez l’auteur, 1986, p. 88.

6 Entretien avec Jean Anette du 18/12/1997, STO 1920, responsable français des Chantiers de Jeunesse du camp de Trzynietz, arrêté en juin 1944 à Watenstedt et déporté à Flossenbürg.

7 Pierre Destenay, Babel Germanique, Nancy, Berger-Levrault, 1948, p. 25.

8 François Cavanna, Les Russkoffs, Paris, Livre de poche, 1979, p. 186.

9 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 43-44.

10 Entretien téléphonique de novembre 2004 avec M. André L. – Toupet, qui se savait épié dans ses faits et gestes [entretien du printemps 1995], a pu imaginer une provocation et préférer utiliser, dans les fonctions d’interprète, un membre des Chantiers de la Jeunesse qui soit plus diplomate dans la personne de Devaux.

11 Eugène Texier, De la Vendée à la Baltique, Venansault, E. Texier, 1998, p. 67.

12 « On essaie de m’interroger, mais je ne réponds que par monosyllabes. “Er kann gar kein deutsch” […] Les voilà partis à discuter du peu d’aptitudes des Français pour les langues étrangères, en particulier l’allemand. », P. Destenay, Babel Germanique (note 7), p. 123.

13 http://www.nicod.com/histoirejeannicod.php – Entretien avec Jean Nicod, 21 novembre 2004.

14 Staatsarchiv München (Sta Mü), Polizeidirektion München.

15 André Castex, Au-delà du Rhin 1943-1945, Pau, chez l’auteur, 1985, p. 20.

16 Karl Escure, Hirschberg (Jelenia-Góra). Des PG se souviennent – du Stalag au camp de concentration, Paris, Peuples amis, 1978, p. 188.

17 Fernandré-Jules Viannenc, Le Danube était gris… Histoire de la déportation des travailleurs français en Allemagne, Paris, La Pensée Universelle, 1984, p. 73.

18 « Qui a écrit ce papier demande-t-elle ? […] Je réponds laconiquement : Meister. Un Meister connaît l’allemand ricane-t-elle. Il n’écrit pas : das Besuch, mais der Besuch […] J’ai commis une impardonnable faute d’allemand. », P. Destenay, Babel Germanique (note 7), p. 123.

19 Ibid., p. 134.

20 Entretien du 6/3/1998 avec Robert Deneri, élève-polytechnicien né en 1922, déporté à Sachsenhausen.

21 Jean Gattignol, Les années noires (1939-1945), s. d., document imprimé transmis par l’auteur, p. 9.

22 « J’ai demandé aux poulagas de me fournir un “Dolmetsch” […] Ils me l’ont refusé, je n’y aurai droit qu’au tribunal. », Jean-Baptiste Emmanuelli, Et j’ai cassé mon fusil, Paris, Robert Laffont, 1974, p. 124.

23 Interrogatoire du 17/7/1943 de Pierre L., Staatsarchiv Würzburg (Sta Wü), GW 8061942 [voir aussi note 77].

24 Entretien avec Robert Deneri du 6/3/1998 (note 20).

25 Henri Perrin, Journal d’un prêtre ouvrier en Allemagne, Paris, Seuil, 1945, p. 129.

26 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 86-87.

27 « À des conditions modiques, nous assistions à des conférences, des concerts, dont un […] fut donné au Staatsoper, où Furtwängler dirigea […] la Neuvième symphonie de Beethoven. Nous avons eu également la faculté de nous présenter aux épreuves d’un examen de langue allemande. », Robert G. Riffé, STO 1943/1945 – Les Français et le Service du travail obligatoire dans l’Allemagne du Troisième Reich, Nice, chez l’auteur, 2000, p. 203-205.

28 Ibid.

29 « Les étudiantes se réunissent le mardi et le vendredi et invitent les Français à venir leur apprendre leur langue. Les honorables laissent les discours pédants ennuyeux à d’autres [et] […] ne veulent rien perdre du prestige certain que leur donne leur qualité d’ennemis. Aussi ne manquent-ils pas de le rappeler. Zenta danse avec Michelin sur des airs anglais et américains […] Ah ! S’il n’y avait que l’Alarm-Club, la paix serait vite réglée au rythme du jazz anglais. », Louis Bouchardeau, Chronique de l’Alarm-Club, Archives Nationales (AN) 72AJ2001, p. 22-23.

30 « Ainsi que beaucoup de jeunes Français de mon âge, je n’éprouvais aucun sentiment particulier à l’égard des juifs […]. Dans la conjoncture de 1944, de quelle façon rédiger cette thèse ? […] J’obtins l’autorisation d’être consultant […] et me plongeais […] dans la lecture des livres et des revues allemands ou français traitant du sujet. », R. G. Riffé, STO 1943/1945 (note 27), p. 112-118 [témoignage de Guy Deschamps].

31 André Michel, Mes Moires, t. 2 : En liberté dans cette cage, en cage dans ces libertés, Gentilly, chez l’auteur, 1995, p. 52.

32 Ibid., p. 73.

33 Michel Caignard, Les sacrifiés : récit d’un ancien STO, Périgueux, chez l’auteur, 1985, p. 74.

34 José Cabanis, Lettres de la Forêt-Noire 1943-1998, Paris, Gallimard, 2000, p. 20-21.

35 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 142.

36 Témoignage de la veuve de James Frichot, Jeannine Frichot du 2 juin 2006.

37 « Ah ne pas comprendre un seul mot d’allemand, vivre ainsi dans ce désert anonyme et bruyant… Je me sens si abandonnée qu’instinctivement je cherche un pont pour le sauter. », Régina Wallet, J’aimais un prisonnier, Paris, André Bonne, 1953, p. 46.

38 Alain Robbe-Grillet, Le miroir qui revient, Paris, éditions de Minuit, 1984, p. 146.

39 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 46-47.

40 Jean Dupin, Nous avions 20 ans – Des monts du Lyonnais aux usines de l’Allemagne nazie en passant par les Chantiers de Jeunesse, Saint-Laurent-de-Chamousset, Centre social et culturel, 1994, p. 95 [récit de Fayolle].

41 Pierre Soudidier, Déporté du travail, STO à Auschwitz 1943-1945, tapuscrit fourni par G. Toupet, 1992, p. 20.

42 Georges Moullet-Echarlod, La faim au ventre – STO, Paris, La pensée universelle, 1978, p. 260.

43 « Le handicap le plus important est cependant notre méconnaissance de la langue allemande. Cela provoque quelques frictions sur le lieu de travail où un ordre mal compris est aussitôt assimilé à un refus de travailler. », R. G. Riffé, STO 1943/1945 (note 27), p. 135 [récit de Robert D.].

44 Henri Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219, tapuscrit, s. d. [années 1980], s. l., p. 34.

45 Jean-Charles, Suivez le cancre !, Paris, Presses de la Cité, 1983, p. 92.

46 Henri Perrin, Réflexions diverses en rentrant de l’Allemagne, SHAT, 1K28345.

47 Maurice Georges, Le Temps des armes sans armes, une tranche d’histoire à Berlin, Beaugency, Elvire, 1990, p. 134.

48 « Notre hostilité à la langue allemande n’arrangeait rien et nous avons vite compris qu’au lieu de toujours répondre que nous ne comprenions pas, ce qui mettait nos interlocuteurs en colère, il serait sans doute préférable d’essayer d’apprendre au moins les choses les plus usuelles […]. Je demandais à ma famille de me faire parvenir une méthode “Assimil”. », Michel Giraudeau, Période du Service du Travail Obligatoire en Allemagne Février 1943 – Mai 1945, s. d., tapuscrit transmis par l’auteur en 1998, p. 75-76.

49 Octave Fort, « Tu es encore davantage mon fils (« Du bist noch mehr mein Sohn ») ou L’Histoire d’un requis en Allemagne (1943-1945), Le Château d’Olonne, Éditions Castel, 1994, p. 81.

50 F. Cavanna, Les Russkoff (note 8), p. 125.

51 Jacques Évrard, La Déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich, Paris, Fayard, 1972, p. 266.

52 « Quand on me demandait quelque chose qui m’emmerdait, je répondais “nix ferstehen”. Autrement, j’employais une espèce de sabir avec lequel je réussissais à me débrouiller. Achtung… Danke schön… Raus… Nix arbeit, nix essen… Kharacho… Niet rabota… Nipounimaille. », Jean-Charles, Suivez le cancre ! (note 45), p. 92.

53 Eugène Lemarchand, « Souvenirs de guerre d’un STO, mai 1943 - août 1945 », Provence-Maine, t. 12, fascicule 48, 1983, p. 416-442, ici p. 435.

54 C.-H. G. Bazin, « Déporté du travail » à la BMW-Eisenach 1943-1945 (note 5), p. 100.

55 Réponse de M. Gabriel Vasseux à notre questionnaire du 28 août 1998, p. 7.

56 Lettre de Jean-Pierre R. à son épouse du 1/1/1943, Staatsarchiv Düsseldorf (Sta Dü), RW58-786.

57 Paul Cèze, Chronique des années noires, Digne-les-Bains, éditions de Provence, 1994, p. 27.

58 Condamnation du Sondergericht (SG) de Munich du 8/7/1943 contre Georges T., Sta Mü, SG M. 12519.

59 « Es handelt sich um eine von einem in Deutschland arbeitenden französischen Zivilarbeiter scherzhaft im Verlaufe eines Wortstreites zu den Kellnerinnen einer Werkskantine, in der nur Franzosen verkehrten, gemachten Äußerung, die, in dieser Form vorgebracht, nicht geeignet ist, den Wehrwillen eines Deutschen irgendwie zu beeinflussen. » Jugement de l’Oberlandesgericht (OLG) de Vienne, 7e sénat, du 9/12/1943, AN 40AJ1515.

60 « L’Allemand est un salaud, moi m’en souvenir », lettre des Schnellpressenfabrik Koenig & Bauer de Wurtzbourg du 13/10/1944 contre Robert L., Sta Wü, GW8062124.

61 Dossier de René M., interné du 29/7/1943 au 20/8/1943, Sta Wü, GW8062451.

62 « Non, je n’étais pas communiste, j’avais appartenu à la JOC, je ne pouvais pas être communiste », entretien téléphonique avec Hildevert R., printemps 2006 ; Bureau des Archives du Monde Combattant (BAMC) – Caen, Gestapo Düsseldorf.

63 Attendu du jugement de l’OLG d’Iéna du 27/9/1944 contre Louis B., AN 40AJ1544.

64 Jugement du 1er sénat du VGH contre D., Sta Mü, OLG M. 181-43.

65 Condamnation de Gabriel C. par l’OLG de Munich du 20/4/1944, Sta Mü, OLG M. 12-44.

66 Condamnation de Joseph L. à neuf mois de prison par le SG de Düsseldorf le 29/1/1944, Sta Dü, Rep 92/137.

67 Lettre d’André C. à sa femme du 9/7/1944, correspondance aimablement prêtée par M me Darracq.

68 Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, Paris, Folio Gallimard, 1970, p. 424.

69 Compte rendu de la condamnation de l’OLG d’Iéna du 14/6/1944 contre Raymond C., AN 40AJ1505 et chanson reproduite dans Georges Quéré, Les chemins de la sérénité, Toulouse, Le Méridien, 1978, p. 39-40.

70 Entretien avec Robert Deneri du 6/3/1998 (note 20).

71 Lettre d’André C. à sa femme du 28/6/1944, correspondance aimablement prêtée par Mme Darracq.

72 Dossier de Jean P., né en 1920, Sta Dü, RW58-74269.

73 Arrêt de l’OLG de Munich du 13/11/1944 contre Noël B., Sta Mü, OLG M. 171-44.

74 « Der Dolmetscher, Studienprofessor Ludwig Schwarz, der lange Zeit in Südfrankreich gelebt und sich mit der Eigentümlichkeit der dortigen Umgangssprache befasst hat, gibt jedoch dem Ausdruck „barbu“ und der Zeichnung des Kegelkönigs eine andere Deutung. Barbu heisst nach seiner Erklärung „der Mann mit dem Vollbart“. In diesem Zusammenhang, in dem es gebraucht ist, soll das Wort offenbar den Weihnachtsmann bezeichnen, sodass die ganze Stelle sinngemäss zum Ausdruck bringt, es bestehe die Möglichkeit, an Weihnachten nach Hause zu kommen, auch wenn er, der Angeklagte, nicht an den Weihnachtsmann glaube. Was die Darstellung des Kegelkönigs anlangt, so ist nach der Erklärung des Dolmetschers dieses Bild aus dem Soldatenleben entnommen. „Es lebe der Kegel“ bedeutet dasselbe wie bei uns etwas das Wort „Parole Heimat“. Kegel in diesem Zusammenhang gleich bedeutend mit Ruhe. Der Beklagte selbst hat von Anfang an bestritten, in seinem Brief mit seinem Ausdruck den Führer gemeint zu haben. », Jugement de l’OLG de Munich du 13/11/1944, Sta Mü, OLG M. 171-44.

75 « Nach Mitteilung des Lagerführers könnten mit dem Wort „schleu“‚ die Deutschen gemeint sein […]. Der Dolmetscherin Lochner ist das Wort „schleus“ in seiner Bedeutung nicht bekannt gewesen. Im Wörterlexikon ist das Wort nicht enthalten. Es wurde deshalb ein Vertrauensmann der DAF für die französischen Arbeiter hinsichtlich der Bedeutung des Wortes „Schleus“ befragt. Von dem Vertrauensmann wurde erklärt, dass mit dem Wort „schleus“ ein afrikanischer Volksstamm bezeichnet werde. Dem L konnte somit eine strafbare Handlung nicht nachgewiesen werden. Er wurde entsprechend belehrt. », Sta Wü, GW 8061942.

76 Questionnaire de Jean Robert du 4/3/1998.

77 « Un dimanche […] je suis allé au cinéma. Au programme […] Le dernier des six d’Henri Georges Clouzot […]. Je l’avais déjà vu. […] La version allemande ne m’a pas trop gêné. », Pierre Bohin, Il y a cinquante ans, Gournay-en-Braye, P. Bohin, 1995, p. 39-40.

78 « Äusserungen französischer Arbeiter über deutsche und französische Filme die hier zur Aufführung gelangen », SD Wien, 13/6/1944, Bundesarchiv (BA), 55R1239.

79 « Es ist den Franzosen aber nicht einerlei, welche französischen Filme hier zur Aufführung gelangen. Die französischen Arbeiter würden, einer Meldung zufolge, nur dann ins Kino gehen, wenn der Film neu ist und darin eine bekannte Künstlerin oder ein bekannter Künstler zu sehen ist », ibid.

80 G.-C. Demay, Le travailleur sans histoires (note 3), p. 80.

81 Entretien avec Albert Burgert du 16/3/1999, requis de la Relève, déporté à Sach-senhausen

82 H. Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219 (note 44), p. 52-53.

83 J. Cabanis, Lettres de la Forêt-Noire 1943-1998 (note 34), p. 107.

84 « Dans Zirkus Rens, quel cri de satisfaction spontané salue le coup du propriétaire du cirque allemand qui envoie son poing dans la figure d’un rival français. Ici, pas de collaboration. », P. Destenay, Babel Germanique (note 7), p. 76.

85 « J’échouais dans un petit cinéma. Au programme […] un bizarre documentaire sur le Sahara et… Andreas Schlüter de H. Maisch, un film récent à gros budget sur la vie du sculpteur baroque avec Olga Tchékova et Heinrich George, que j’avais préféré dans le Maître de poste. La réalisation était très pesante. », Pierre Verdurier, Berlin 42-43… et aujourd’hui, Paris, Libres opinions, 1995, p. 64.

86 H. Baudon, J’étais le déporté du travail no 6219 (note 44), p. 52-53.

87 Henri Daries, STO à Berlin, Aubenas, Edisud, 2001, p. 59.

88 « Il y avait trois [cinémas] à Neunkirchen […]. L’obstacle de la langue empêchait la compréhension des films et, de plus, la propagande des actualités filmées n’était pas bonne pour le moral. », E. Lemarchand, « Souvenirs de guerre d’un STO » (note 53), p. 422-423.

89 « Le cinéma du quartier a reçu également notre visite […]. Les rires des spectateurs n’ont pas cessé durant la projection. Je dois dire qu’en quelques occasions, nous avons souri aux images drolatiques qui s’offraient à nous, mais nous sommes restés sur notre faim. Il est désagréable de voir rire les autres sans en comprendre la cause et je n’ai pas envie de retourner dans une salle obscure. », Georges Caussé, Mémoires d’un Tarnais STO en Allemagne 1943-1945, Toulouse, Graphi, 1997, p. 29.

90 René Brune, La déportation du travail – Le droit au titre : un combat pour l’honneur, Paris, Publibook, 2001, p. 182.

91 « Es ist dabei nicht tragbar, dass für ausländische Arbeiter besondere Sitzreihen in den Filmtheatern reserviert werden, um sie von den deutschen Besuchern zu trennen; es ist weiter auch undurchführbar, die Ausländer auf Sonderveranstaltungen zu verweisen. Es bleibt lediglich den Theaterbesitzern die Möglichkeit, kraft ihres Hausrechtes solche ausländischen Arbeiter nicht zuzulassen, die durch ihre besonders unsorgfältige Kleidung Anlass zu öffentlichem Ärgernis geben könnten. » Citation de l’ordonnance dans la lettre du Regierungspräsident de Munich du 10/2/1944, Sta Mü, NSDAP 136.

92 Aktennotitz für Herrn Ministerialrat Dr Friez vom 27/4/1944, BA, 55R1231.

93 « Der starke Andrang der ausländischen Arbeitskräfte in den Lichtspieltheatern hat in manchen Landkreisen zu Unträglichkeiten geführt. Der Landrat in Weilheim hat zur Abstellung der Missstände die Kinobesitzer versuchsweise angewiesen, nur die Hälfte des 3. Platzes u. einen Teil des 2. Platzes an die Ausländer zu vergeben und die restlichen Plätze […] der einheimischen Bevölkerung vorzubehalten. », Brief des Regierungspräsidenten an die Landräte, Oberbürgermeister in München, Ingolstadt, Rosenheim und Polizeipräsidenten, 10/2/1944, Sta Mü, NSDAP 136.

94 « In der Stadt Gummersbach konnte wiederholt wahrgenommen werden, dass sich die Kinobesucher hauptsächlich aus ausländischen Arbeitskräften zusammensetzen. Die Bevölkerung, der dadurch oftmals der Besuch des Lichtspielhauses nicht möglich war, hat bereits mehrmals ihren Unwillen hierüber zum Ausdruck gebracht. In Zusammenarbeit mit der Ortspolizeibehörde wurde den ausländischen Arbeitern der Besuch des Kinos untersagt. », Rapport de la Gestapo de Cologne du 27 novembre au 3 décembre 1944, Sta Dü, RW34-8,

95 P. Destenay, Babel Germanique (note 7), p. 40.

96 « Cela ne concerne qu’une petite minorité. Bien des conditions doivent être réunies : il faut au moins parler un peu la langue. », Jean Edmond, La vie en Allemagne nazie 1943-1945 – c’est là que j’étais, récit rédigé en 1996, mis en ligne sur le web en 2000 et déposé à l’IHTP [ARC 067], p. 54.

97 Lettre de Rosa M. à Michel G. du 15/1/1943, Sta Dü, RW58-1098.

98 « Je suis bien [à la poste] avec le père Weidemann et ses copains, antinazis comme lui et qui viennent nous voir de temps en temps ; avec prudence nous discutons des événements, de la guerre dont l’issue ne fait pas plus de doute pour eux que pour moi, c’est réconfortant. », Jean Edmond, La vie en Allemagne nazie 1943-1945 – c’est là que j’étais (note 96), p. 31.

99 Louis Marx, STO Souvenirs d’un temps oublié, Tours, document ronéotypé, envoi de l’auteur, 1984, p. 44. – Ce quatrain forme le début d’une chanson popularisée par la Wehrmacht en 1942 et parodiée par la suite.

100 Dossier du prisonnier de guerre (transformé) Robert L., ingénieur, Sta Wü, GW 8062017 (note 62).

101 Jean Edmond, La vie en Allemagne nazie 1943-1945 – c’est là que j’étais (note 98), p. 64.

102 Lettre d’André C. à sa femme du 28/6/1944 (note 73).

103 Jean Raibaud / Henri Henri (coord.), Témoins de la fin du IIIe Reich – Des Polytechniciens racontent, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 99.

104 Pierre Thévenin, « Du bon usage de la langue allemande », dans J. Raibaud / H. Henric (coord.), Témoins de la fin du IIIe Reich (note 103), p. 336-341.

105 Entretien téléphonique avec André Laxague le 2/11/2004 et rapport de Georges Toupet établi le 29 juin 1945, AN 39AJ175.

Notes de fin

1 Nous signalons aux lecteurs l’ouvrage paru depuis la rédaction de cette contribution : Patrice Arnaud, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie (1942-1945), Paris, CNRS éditions, 2010.

2 Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF). Créé en juillet 1941 à l’initiative de J. Doriot et M. Déat, ce groupement militaire intégrera la Wehrmacht.

3 Chantiers de la jeunesse française (CJF), organisation paramilitaire dirigée par le général La Porte du Theil.

4 Le Comité France-Allemagne (1935-1939), corollaire français de la Deutsch-Französische Gesellschaft (DFG), fut réorganisé à l’automne 1940 sous le nom de Groupe Collaboration, dirigé par Fernand de Brinon.

5 Gaston Bruneton, directeur du Commissariat pour l’action sociale des travailleurs

en Allemagne.

6 Le Comité France-Allemagne (1935-1939), corollaire français de la Deutsch-Französische Gesellschaft (DFG), fut réorganisé à l’automne 1940 sous le nom de Groupe Collaboration, dirigé par Fernand de Brinon.

Auteur

Ancien élève de l’ens rue d’Ulm, agrégé et docteur en histoire. Enseignant amn à Paris-I, puis ater à l’iep de Lille, il enseigne actuellement l’histoire au lycée Condorcet à Paris. Ses recherches portent sur les travailleurs civils français en Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale et sur la Sicherheitspolizei et le Sicherheitsdienst en France (1940-1944). Publications : Les STO – Histoire des Français requis en Allemagne nazie (2010) ; collaboration à La France pendant la Seconde Guerre mondiale. Atlas historique (2010).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540