Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire l’exil

 | 
Michaela Enderle-Ristori

Partie III. Traduction et R/résistance : politiques du « traduire »

Traduit-on pour des idées ? Les traducteurs germanistes français des années 1930

Translating for Ideas? The 1930s’French Germanists as Translators

Für Ideen übersetzen? Französische Germanisten als Übersetzer in den 1930er Jahren

Sylvie Aprile

Résumé

What inspired the translation of the literature of German exiles into French? What channels and means were used for these translations to see the light of day and can one separate militant engagement from professional activity? In response to these questions, this contribution deals with the translator’s point of view, cross-referencing personal information and bibliographical data from 1933 to 1943. This has primarily led to our defining of four categories : politically active translation, carried out either by the exiles themselves or by translators linked to political circles; the “great figures” of translation such as Félix Bertaux or Maurice Rémon who followed certain German authors since the 1920s; and the body of young certified secondary teachers making up a “pool” of young translators working for different publishing houses. We cannot differentiate these categories outright, as demonstrates the both unique and characteristic case of Jacques Decour: writer and translator, teacher and activist.

Quelles ont été les motivations pour traduire la littérature des exilés allemands en français ? Par quels circuits, quelles médiations les traductions sont-elles passées pour voir le jour et est-ce possible de séparer action militante et activité professionnelle ? Pour répondre à ces questions, cette contribution aborde la situation du côté des traducteurs, en croisant informations nominatives et données bibliographiques pour les années 1933 à 1943. Elles permettent de distinguer provisoirement quatre cas de figure : la traduction par esprit de militantisme, effectuée soit par les exilés eux-mêmes soit par des traducteurs liés à des réseaux politiques ; les « grandes figures » de traducteurs tels que Félix Bertaux ou Maurice Rémon qui suivent certains auteurs allemands depuis les années 1920 ; le corps des jeunes professeurs agrégés qui constituent un « vivier » de jeunes traducteurs travaillant pour différentes maisons d’édition – sans qu’on puisse toujours nettement différencier ces cas de figure, comme le prouve celui, singulier et en même temps caractéristique, de Jacques Decour, écrivain et traducteur, agrégé et militant.

Aus welchen Motiven hat man die deutsche Exilliteratur ins Französische übersetzt? Welche Wege, welche Vermittlungsprozesse haben die Übersetzungen bis zu ihrem Erscheinen durchlaufen, und lassen sich militante Aktivität und berufliche Tätigkeit von einander trennen? Um diese Fragen zu beantworten, untersucht der vorliegende Beitrag die Situation seitens der Übersetzer, wobei personenbezogene Informationen und bibliographische Daten für den Zeitraum 1933 bis 1943 gekreuzt werden. Sie erlauben die vorläufige Unterscheidung von vier Musterfällen: politisch motivierte Übersetzungstätigkeit, die entweder von den Exilierten selbst oder von politischen Organisationen nahe stehenden Personen ausgeübt wird; „große Übersetzerfiguren“ wie Félix Bertaux und Maurice Rémon, die manchen deutschen Autoren seit den zwanziger Jahren verbunden sind; das „Reservoir“ von jungen, für verschiedene Verlage arbeitenden Übersetzern, welches die Berufsgruppe der jungen Gymnasiallehrer mit Agrégation darstellt – ohne dass sich diese Fälle jeweils klar trennen ließen, wie der einzigartige und zugleich charakteristische Fall von Jacques Decour (Schriftsteller und Übersetzer, Agrégé, KPF-Mitglied und Widerstandskämpfer) beweist.

Texte intégral

1L’écrivain en exil est souvent confronté à une douloureuse alternative : poursuivre son œuvre ou survivre. Cette seconde nécessité le conduit à trouver des sources nouvelles d’existence qui peuvent cependant permettre de concilier parfois activité créatrice et alimentaire. La presse de l’exil mais surtout la traduction (être traduit ou traduire) sont autant de tâches qui sont à la portée de ceux qui ne peuvent rester des auteurs à part entière et continuer hors d’Allemagne à vivre de leur plume.

  • 1 Sylvie Aprile, « Translations politiques et culturelles : les proscrits français et l’Angleterre » (...)
  • 2 Les déclarations en ce sens sont innombrables : Alfred Kerr, critique dramatique, écrit dans son « (...)

2De nombreux travaux ont déjà largement défriché ce thème d’enquête et analysé l’articulation entre la littérature d’exil, le travail de la traduction et la question de l’engagement politique. En d’autres termes, traduit-on pour des idées ? Cette situation intemporelle, étudiée notamment dans le cadre de la proscription sous le Second Empire est comparable à celle des bannis d’Hitler1. Les mêmes interrogations surgissent à un peu moins d’un siècle d’écart : pour qui et comment écrit-on en exil2 ? Quels sont les circuits et les médiateurs de ces échanges voire de ces transferts culturels ? Pourtant si la traduction est l’un des laboratoires majeurs de réflexion sur la question des relations qu’entretiennent les exilés et le public du pays d’accueil tout autant que du pays de départ, on a souvent peu interrogé le milieu des traducteurs. Si la connaissance de la langue allemande est dans le domaine de la traduction, un présupposé, un élément nouveau se glisse néanmoins dans cet inventaire : l’existence d’un corps « professionnel » de traducteurs travaillant de façon plus ou moins régulière pour des éditeurs et étroitement lié à l’existence du concours de l’agrégation et d’un cursus honorum qui commande la trajectoire sociale des germanistes. La réception de la littérature d’exil en France de 1933 à 1945 passe en partie par ces Français qui ne sont pas à quelques exceptions près associés aux auteurs reconnus de la littérature d’exil. Quel rapport entretiennent dès lors « ces sorbonnicoles » que stigmatisait Romain Rolland dans une lettre à Jean Guéhenno, « labellisés » par le concours de l’agrégation, avec une littérature engagée par définition ?

  • 3 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (1910-1942), Paris, Farrago / Léo Sc (...)
  • 4 Les critiques et compte rendus littéraires appartiennent également à ce corpus : la lecture d’ouvr (...)

3Cette enquête – qui reste encore en devenir – entend rappeler quelques grandes figures de l’engagement et de la traduction. L’itinéraire de Jacques Decour, connu surtout comme l’archétype du militant communiste et du résistant a servi souvent d’exemple et de fil conducteur. La famille des Bertaux père et fils, est également indissociable de l’histoire des intellectuels de l’entre-deux-guerres. Sont-ils des exceptions, ces hommes qui, par leurs activités militantes s’ils en ont, leur notoriété de journalistes, essayistes ou de critiques entendent faire connaître et reconnaître cette production allemande en France ? Quels sont les autres médiateurs et les médiations éditoriales qui existent alors ? Qui en dehors de ces grandes figures et en dehors des organes militants participe à la diffusion de ces auteurs souvent peu connus du grand public français ? Peut-on faire de la traduction une tâche comme une autre, en dissociant durant ces années, activités militantes et travail plus ou moins alimentaire, engagement et professionnalisation ? Ces thématiques ne sont, bien entendu, pas neuves et ont été déjà analysées par Albrecht Betz pour les auteurs allemands et pour Jacques Decour par Pierre Favre3. Cette contribution qui n’est ici qu’un travail d’étape ne vise qu’à compléter leurs recherches et formuler quelques hypothèses sur la sociologie de la traduction historicisée ici par le contexte de l’exil4.

  • 5 André Chervel, Les Lauréats des concours d'agrégation de l'enseignement secondaire. 1821-1950, Par (...)
  • 6 Albrecht Betz, Exil et Engagement. Les Intellectuels allemands et la France, 1930-1940, traduit de (...)
  • 7 Il faudrait aussi, dans un travail plus exhaustif, inclure dans l’inventaire, les manuels scolaire (...)
  • 8 En référence et écho à la question posée par Alfred Döblin : « Je ne peux être médecin à l’étrange (...)

4Les travaux d’André Chervel, qui a dénombré de façon exhaustive les professeurs français reçus au concours de l’agrégation permettent d’établir une liste nominative complète de tous ceux, hommes et femmes, qui ont obtenu ce prestigieux concours en allemand dès le début du siècle à 19395. Cette étude permet non seulement de mesurer leur nombre et leur parcours avant et après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, mais aussi d’envisager la carrière de traducteurs sur plusieurs générations : celle de la guerre de 1914 voire aussi celle qui lui succède. Ce recensement a été croisé avec une recherche dans la base Opale plus de la Bibliothèque nationale de France, où l’on peut recenser tous ceux qui apparaissent au moins une fois comme traducteurs. Ces informations pour les années 1933 à 1943 ont été complétées par les publications de littérature d’exil telles qu’elles sont répertoriées dans les annexes de l’ouvrage de référence d’Albrecht Betz, Exil et Engagement6. Ces croisements archivistiques ont pour avantage de ne pas limiter l’enquête à un trop petit nombre de trajectoires singulières ou collectives, mais d’inscrire les publications de l’exil dans un ensemble plus vaste, celui de toutes les traductions franco-allemandes de la période concernée7. Ce choix permet de rassembler des traducteurs chevronnés et souvent âgés, et des traducteurs plus occasionnels ou fraîchement entrés dans la carrière pour les plus jeunes d’entre eux. Il est aisé de comprendre qu’être agrégé d’allemand en 1924 ou en 1939 n’a pas la même résonance, que traduire en 1942 n’a évidemment plus la même signification qu’avant la guerre. Il s’agit après un dénombrement quantitatif et qualitatif, d’analyser de façon concrète les pratiques de traduction. Ont-elles été modifiées par l’apparition de cette nouvelle forme de littérature allemande qu’est la littérature d’exil et par la présence d’Allemands réfugiés en France, écrivains mais aussi traducteurs potentiels de leurs propres œuvres et des œuvres de leurs compatriotes ? C’est en suivant une typologie construite autour de quatre figures collectives ou singulières de traducteurs que nous avons choisi de dresser ce premier panorama. Les traducteurs en exil viennent s’agréger au monde des notables consacrés de la traduction de littérature allemande et concurrencer ou suppléer les jeunes germanistes dont Jacques Decour, figure à la fois emblématique et problématique au sens où elle permet de rassembler nombre des questions qui tournent autour de celle que nous avons déjà posée en ouverture : pourquoi et pour qui traduit-on8 ?

Les traducteurs de la littérature d’exil : vocation et engagement

  • 9 Actes de la Recherche en Sciences sociales, no 144, septembre 2002.

5Travailler sur la sociologie de la traduction présente d’emblée un certain nombre de difficultés qui ont été déjà soulignées par les spécialistes telles Nathalie Heinrich et Isabelle Kalinowski, et récemment rassemblées dans plusieurs articles du numéro 144 des Actes de la recherche en sciences sociales, « Traduction : les échanges littéraires internationaux » qui approfondissent cette question9. La première difficulté et non la moindre tient à l’anonymat de la traduction et à la faible considération qui est souvent accordée aux traducteurs. La lecture des riches annexes de l’ouvrage d’Albrecht Betz, outil de travail essentiel pour qui s’intéresse à ces questions, le montre aisément : bon nombre de livres parus ne portent pas la mention du nom de leur traducteur. Sur les 52 ouvrages qu’Albrecht Betz répertorie pour l’année 1934, neuf sont anonymes, et le traducteur est inconnu pour une vingtaine d’entre eux au total. C’est encore plus flagrant, pour les articles qui sont souvent les textes les plus militants. Un rapide dépouillement des journaux qui publient des textes d’exilés se révèle tout aussi décevant ou plutôt révélateur : ils omettent le plus souvent de donner cette information.

  • 10 Chantal Simonin, Heinrich Mann et la France, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2006. H (...)
  • 11 Ibid., p. 360-362.

6Il faut aussi noter que ces lacunes tiennent parfois à « l’auto-traduction » que certains auteurs et non des moindres pratiquent et qui ne tient pas à leur forte ou faible notoriété dans le champ littéraire français ou allemand. L’âge, la connaissance du français – langue européenne avant 1914 –, la circulation entre les deux pays sont des paramètres qui jouent ici un rôle majeur. La biographie d’Heinrich Mann témoigne d’un attachement ancien à la France et d’un lien étroit avec la famille Bertaux chez qui il séjourne chaque année à la fin des années 1920 avant de s’installer dans le Midi en 1933. Pour d’autres, cette pratique n’est pas un choix : ils voient certainement là un moyen de se faire connaître et de subvenir à leurs besoins. Heinrich Mann lui-même n’adopte pas d’ailleurs une attitude tranchée et définitive, mais la traduction ne se fait pas toujours dans le sens où on l’attend : il publie chez Gallimard en octobre 1933 La Haine. Histoire contemporaine d’Allemagne ; un mois plus tard, le livre traduit par l’auteur lui-même paraît sous le titre Der Hass. Deutsche Zeitgeschichte aux éditions Querido à Amsterdam. La version traduite diffère d’ailleurs de l’originale10. L’auto-traduction opère dans ce cas un transfert stylistique qui en affecte aussi la réception. Même si le ton adopté en allemand est moins incisif, les lecteurs allemands sont déconcertés par celui-ci jugé agressif car peu usité dans la tradition littéraire germanique moins pamphlétaire que la française11.

  • 12 Hans-Albert Walter, Fritz H. Landshoff und der Querido Verlag 1933– 1950, Amsterdam, Querido, 1997 (...)
  • 13 On peut citer également Alix Guillain, qui a traduit les Lettres de la prison de Rosa Luxembourg ( (...)

7Dans la bibliographie fournie par Albrecht Betz comme dans la plupart des études centrées sur la littérature d’exil, la traduction purement militante est envisagée à travers deux cas de figures : les traducteurs communistes comme Jeanne Stern et les maisons d’édition affiliées au parti communiste comme les Éditions sociales internationales, ou créées par les exilés comme les Éditions du Carrefour. Mais la France n’a pas l’équivalent de la maison d’édition Querido qui s’était dotée, en 1933, d’un département de livres allemands créé par Landshoffavec Klaus Mann à Amsterdam12. Il n’y a donc pas en France deux domaines éditoriaux totalement distincts créant une séparation nette entre la littérature d’exil et ses éditeurs et les milieux éditoriaux plus traditionnels ou moins idéologiques. Il y a peu de cas d’une « traduction-ghetto » à l’intérieur du parti communiste et de ses éditions. Jeanne Stern travaille avec d’autres éditeurs, et notamment chez Gallimard où elle traduit en 1935, La Chine secrète (China geheim) de l’écrivain et journaliste tchèque de langue allemande, Egon Erwin Kisch. Jeanne Stern, elle, a étudié l’allemand en France puis à Berlin où elle a rencontré Kurt Stern, qui est alors membre du parti communiste. Ils ont quitté l’Allemagne en 1932, vivent en France et séjournent en Espagne. Elle est présente dans les réunions du Front populaire allemand et y donne en 1936, une conférence intitulée « Rencontres avec des enfants à Madrid ». Elle traduit Gustav Regler mais aussi Anna Seghers qu’elle va aider à passer en zone libre lorsqu’elle s’installe à proximité de la ligne de démarcation13.

  • 14 Jean-Michel Palmier, Weimar en exil. Tome 1 : Exil en Europe, Paris, Payot, 1988, p. 356-360.

8En dehors de ces parcours engagés dont on connaît assez bien les réseaux et les divisions, on peut cependant établir qu’il existe une « explosion éditoriale » qui multiplie les conditions de rencontres et les opportunités entre des traducteurs de profession et des auteurs qui sont en exil et souhaitent être traduits. Si le marché de l’édition est alors saturé par les livres du Reich qui en abaissait de 25 % le prix de vente pour l’exportation, certaines productions de l’exil ont un vrai succès : Les Soldats du marais, témoignage de son séjour dans le camp de Dachau rapporté par Wolfgang Langhoff, sont tirés à 50 000 exemplaires, la traduction de Die Prüfung (L’Épreuve), roman de Willi Bredel et La Haine de Heinrich Mann à 100 000 exemplaires14.

9Les deux noms de traducteurs qui reviennent le plus souvent restent ceux de Félix Bertaux et Maurice Rémon, qui appartiennent tous deux à la génération qui a connu la guerre. Hormis leur longue pratique de la traduction au service des grandes maisons d’édition françaises, ils n’ont pourtant pas eu ni le même parcours ni la même notoriété.

Les grandes figures : les Bertaux et Maurice Rémon

  • 15 Thomas Mann – Felix Bertaux, Correspondence 1923-1948, New York, Biruta Cap / Peter Lang éditeurs, (...)
  • 16 La généalogie de Félix Bertaux, selon la tradition orale communiquée par son petit-fils Daniel Ber (...)
  • 17 Ibid.

10La famille Bertaux est connue pour ses relations étroites avec la famille Mann, Thomas puis Heinrich15. Mais leur position de « passeurs » est plus ancienne encore : elle remonte au traumatisme de la guerre franco-prussienne qui fonde leur tradition de germanistes et de traducteurs avant même qu’il ne soit question de la littérature allemande16. La correspondance et les mémoires de Pierre Bertaux, fils de Félix Bertaux et traducteur lui-même plus occasionnel, témoignent tout au long de l’entre-deux-guerres de la place importante tenue par la traduction dans leur existence17. C’est le traducteur – et premier lecteur – qui a souvent l’initiative, ainsi Félix Bertaux propose-t-il à Heinrich Mann de le traduire afin de rendre publique une lettre au sujet de l’entente franco-allemande :

  • 18 Heinrich Mann – Félix Bertaux, Briefwechsel 1922-1948 (note 10), p. 787 ; lettre de F. Bertaux du (...)

Votre lettre m’a bien touché. Nous sommes – profondément – d’accord sur la vue des choses en profondeur [sic]. Je voudrais que tant d’esprits qui des deux côtés se répondent, aient un moyen de savoir qu’ils ne sont pas éloignés les uns des autres, comme on le leur dit. Serait-il indiscret de communiquer la traduction d’une partie de votre lettre à la Nouvelle Revue Française, sans d’ailleurs vous nommer (à moins que vous ne m’y autorisiez) afin que l’on sache chez nous tout ce qui est encore possible et réparable ?18

  • 19 Ibid., p. 180 ; lettre de F. Bertaux du 28/9/1927.
  • 20 Le Jeune Joseph de Thomas Mann est traduit par L. [Louise] Servicen chez Gallimard en 1936. Averti (...)

11En 1927 encore, Félix Bertaux écrit à Heinrich Mann : « Je trouve votre article sur Zola d’une très belle inspiration. Nous l’avons traduit, Pierre et moi »19. Félix Bertaux poursuivra y compris dans les années 1930 cet engagement déjà très marqué aux côtés des Mann, mais il n’a pour autant pas le monopole de la publication des ouvrages des deux écrivains20.

12Il faut rappeler que les années 1920 sont – comme on l’imagine – une période difficile pour les relations intellectuelles franco-allemandes et surtout pour la publication d’auteurs allemands. Dans ses mémoires, Pierre Bertaux se souvient que dans les années 1920, « plus personne n’apprend l’allemand » et que son père comme beaucoup d’autres traducteurs s’est alors tourné vers la traduction anglaise. Bertaux fait surtout connaître la littérature allemande à travers les deux revues majeures qui publient des comptes-rendus sur les auteurs de langue allemande, Les Études germaniques et surtout la Revue d’Allemagne où il joue un rôle prépondérant entre 1927 et 1933. La traduction chez les Bertaux est une entreprise familiale, Pierre aide son père dans la rédaction de dictionnaires et sa mère fait des fiches. Lors de son service militaire, il est interprète-traducteur au deuxième bureau de l’État-major. La correspondance de Pierre Bertaux montre comment durant ses séjours en Allemagne, le jeune normalien projette de jouer le rôle d’agent littéraire principalement de Gallimard et de la Nouvelle Revue Française. Comme toute sa génération, il est très fortement marqué par Gide qu’il veut faire traduire en allemand. En France, il recommande Ernst Toller, Joseph Roth et Heinrich Mann. La traduction est aussi souvent sujet de boutade : il raconte que Walter Benjamin qu’il fréquente beaucoup à Berlin en a assez de Proust et déclare vouloir traduire Jouhandeau.

  • 21 Papiers Maurice Rémon (1894-1945), Archives départementales de la Seine, cotes D. E1 Rémon 1 à 3. (...)

13Toute autre est la carrière de Maurice Rémon, professeur agrégé au lycée Carnot de Paris, dont la pratique de traduction et la vie quotidienne de traducteur peuvent être analysées « au microscope » grâce aux agendas-almanachs Hachette annuels conservés aux archives de la Seine sur près de vingt années21. Tous identiques, ils montrent que la traduction est son activité majeure car il n’écrit quasiment jamais rien sur son activité de professeur. Rémon est au contraire d’une rare précision sur la durée et les prix de ses travaux. Dans l’agenda de 1936, il indique par exemple, à propos d’une nouvelle de Feuchtwanger – soit 690 lignes manuscrites – et qui paraît le 27 août 1936 dans le journal d’extrême droite Candide que la traduction a été faite en six jours, et qu’il a reçu pour cela la somme de 1 200 francs plus un chèque bancaire de Feuchtwanger de 600 francs. Il traduit autant l’allemand que l’anglais du moins jusqu’en 1939, au rythme de trois à cinq livres par an.

  • 22 Archives Rémon (note 21). Il a traduit en 1941 les Lettres de Richard Wagner à Minna pour 10 000 f (...)

14Contrairement aux Bertaux, Maurice Rémon n’entretient, semble-t-il, pas de relation privilégiée avec les auteurs qu’il traduit. Une seule exception et qui nous intéresse ici : Lion Feuchtwanger, déjà évoqué, dont il est le traducteur avant 1933 et avec qui il correspond – de façon très épisodique – durant toute la décennie. Ses almanachs montrent également un certain nombre de projets avortés : il attend souvent la signature du contrat pour se mettre réellement au travail. Le traducteur peut cependant proposer des traductions. Rémon propose un texte que Feuchtwanger lui a confié, il s’agit de La Guerre des Juifs qui paraît en France en 1933. Il a semble-t-il voulu traduire Berlin Alexanderplatz de Döblin mais le projet n’a pas abouti. On voit que le traducteur même lorsqu’il a une certaine notoriété choisit rarement son auteur, même si dans le cas de Maurice Rémon il est à peu près certain que l’éditeur qui apprécie le sérieux de son travail et son efficacité a tendance à lui confier des ouvrages de qualité et des auteurs qu’il suit. L’étude des traductions faites par Maurice Rémon ne permet guère de suivre une trajectoire politique, il traduit au gré des demandes ce qui le conduit de la littérature d’exil avant guerre vers les voix périlleuses de la Collaboration après 1940. Il traduit des livres d’exilés comme L’Épreuve de Willi Bredel, ouvrage déjà évoqué et commandé par Albin Michel en novembre 1935 pour un montant de 4 000 francs tout comme Prisonnier d’Hitler, de Stefan Lorant, livre qu’il traduit en un mois pour la même somme. Peu importe le thème, il s’agit d’un travail à caractère alimentaire et les annotations sur ses traductions ne contiennent jamais une seule information qualitative sur la valeur de l’ouvrage ou sur sa teneur même. Ceci peut s’expliquer par le support – l’agenda – qui impose la concision. Paradoxalement, il est un peu plus prolixe dans les années 1944 et 1945 mais il ne s’agit plus alors d’un agenda mais d’une sorte de journal intime. Son activité a aussi en grande partie changé. Il ne fait plus de traduction : il fait des rapports sur des ouvrages. En février 1944, il qualifie dans l’un d’eux qu’il adresse au syndicat des libraires, le roman d’Emanuel Stickelberger, Der Reiter auf dem fahlen Pferd, d’ouvrage « difficile »22.

  • 23 Cf. Friedrich Nietzsche, La Volonté de puissance. Texte établi par F. Wurzbach et traduit par G. B (...)

15Il serait injuste d’oublier à leurs côtés une figure féminine, celle de Geneviève Bianquis, première à l’agrégation d’allemand en 1908, qui a soutenu une thèse sur « La poésie autrichienne de Hofmannsthal à Rilke » en 1927. Devenue professeur à la faculté des lettres de Dijon, elle est durant les années 1930 une essayiste et traductrice prolixe, traduisant notamment Thomas Mann et Friedrich Nietzsche23.

Les agrégés : un vivier restreint pour la traduction ?

  • 24 Il est peu crédible qu’elles emploient alors un pseudonyme masculin car le catalogue BnF traque le (...)
  • 25 Nathalie Raoux, « Quand Europe s’ouvrait à l’“Autre Allemagne”. Fidélités et ruptures », Europe, u (...)

16La jeune génération est peu présente ou du moins représentée de façon moins régulière alors que le nombre des agrégés et des ouvrages à traduire sont en constante augmentation. Si la faible place accordée aux jeunes traducteurs pouvait s’expliquer précédemment par l’étroitesse du champ éditorial et la place acquise auprès des auteurs les plus notoires avant leur exil, ces caractéristiques s’estompent. L’étude des listes nominatives – année par année – des agrégés d’allemand réserve un certain nombre de surprises. En s’attachant à la liste des agrégés des deux décennies de l’entre-deux-guerres, on est frappé par la relative féminisation du corps recruté ; elle est confirmée par la place que tiennent les femmes non seulement dans la pratique de la traduction de la littérature d’exil mais aussi dans la traduction en général24. Il s’agit traditionnellement souvent d’une pratique féminine dans le monde des exilés : les hommes écrivant, les femmes traduisant, dans un partage genré des tâches. Il existe aussi semble-t-il un partage selon les œuvres traduites. Des exceptions apparaissent cependant, Germaine Loreillard, agrégée d’allemand en 1931, est la traductrice, dans le fameux numéro de la revue Europe, janvier 1936, de l’article « Thomas Mann et la pensée allemande ». Elle n’est pourtant semble-t-il qu’une traductrice occasionnelle ; elle n’est mentionnée par ailleurs que pour avoir traduit un article de P. Meyer, « Aperçu de l’œuvre d’Ernst Weiss », paru dans la Revue d’Allemagne en février 1933. Mais comme l’a noté Nathalie Raoux, il faudrait en effet faire la part de ce qui relève de la tribune souvent immédiatement offerte aux exilés allemands alors que peu de textes de ces mêmes exilés sont publiés25. Parmi les agrégés, on compte peu de femmes reconnues et consacrées dans ce monde éditorial mais elles sont surreprésentées au demeurant car il y a peu d’hommes. L’agrégation d’allemand est marquée par les séquelles de la Première Guerre mondiale plus encore que d’autres disciplines. Par vocation, l’agrégation conduit aussi plutôt à un travail de thèse, c’est-à-dire à un travail sur la littérature que par la littérature. La traduction reste une activité secondaire, jugée subalterne et complémentaire pour les universitaires, qui rappelle trop les exercices obligés de la version et du thème. Pierre Bertaux écrit à l’un de ses correspondants en 1927 :

  • 26 Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin (note 16), p. 130 évoque d’autres jeunes traducteurs comme H (...)

Je reçois une lettre d’Isler ; il fait aussi ses expériences pédagogiques ; il traduit « Der Tor und der Tod » ; Hofmansthal l’a autorisé « avec grand plaisir » à condition qu’il traduise en prose. Il a fait aussi la traduction en allemand de tout le premier livre des « Nourritures terrestres », et il se propose de continuer. Il a parlé à Lichtenberger de Stefan George. Lichtenberger lui a dit : « si ça vous intéresse, commencez à recueillir des renseignements et des notes ; vous écrirez un livre dans 20 ans ». Le tout à propos de sa thèse.26

17On comprend aisément que les jeunes germanistes soient plus présents dans la traduction littéraire d’auteurs anciens, que d’ouvrages d’actualité. Faire connaître les « maîtres allemands » n’est pas sans importance dans ces années-là : il ne s’agit pas toujours d’une réédition mais d’une redécouverte. Pierre Bertaux, pour le renommer, travaille sur Hölderlin à des fins que l’on pourrait qualifier de militantes. Dans une lettre que Félix Bertaux écrit le 6 décembre 1936 à Heinrich Mann, il déclare :

  • 27 Heinrich Mann – Félix Bertaux, Briefwechsel 1922-1948 (note 10), p. 430 ; lettre de F. Bertaux du (...)

Pierre a soutenu hier en Sorbonne sa thèse sur Hölderlin. À travers ce que ces débats ont d’académique cela aussi me paraissait réconfortant de jeter un regard en arrière. Le passé de l’Allemagne, à travers des hommes comme Hölderlin, son présent à travers des hommes comme vous et quelques autres, témoignent qu’il ne faut pas désespérer.27

  • 28 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (note 3), p. 156.

18Les conflits autour des traductions sont souvent révélateurs d’enjeux qui dépassent la qualité intrinsèque de celles-ci. Une lettre de Jacques Decour à Paulhan en témoigne : « On pourrait peut-être démontrer que Nietzsche n’est pas le patron de l’hitlérisme, ce qui se dit trop. Il ne faut rien comprendre à l’un et à l’autre pour les associer. Je ne suis pas nietzschéen mais quand même »28. Dans une autre lettre, Decour défend aussi l’intérêt d’un article sur Heine, ce « proscrit de la liberté » :

  • 29 Ibid., p. 145.

La littérature allemande est en exil. Par la volonté d’un pouvoir ennemi de la culture, les meilleurs écrivains de langue allemande sont contraints de vivre à l’étranger. Devant ce fait historique, les Français ont compris leur devoir : ils ont accueilli ces grands émigrés, ils lisent leurs chefs-d’œuvre. Mais il ne faut pas oublier que c’est à toute la littérature allemande que l’hitlérisme a déclaré la guerre. Les classiques allemands qui furent tous de grands humanistes sont aussi « impossibles » que les contemporains dans le IIIe Reich. Nous devons réclamer des traductions nouvelles de Wilhelm Meister, de Fiction et vérité, des œuvres de Hebbel, de Grillparzer, de Gottfried Keller.29

  • 30 Ibid. – « Chaque phrase allemande originale, chaque phrase allemande à la construction grammatical (...)
  • 31 Sur ces aspects voir Isabelle Kalinowski, « La vocation au travail de traduction », Actes de la re (...)

19Il conclut : « souhaitons maintenant que l’œuvre de Heinrich Heine nous soit bientôt donnée en version française et surtout qu’un traducteur se risque dans l’admirable forêt du “Livre des chants” et du “Romancero” »30. Ces déclarations tout comme la place prise par Decour a posteriori n’ont pas peu contribué à resserrer les liens entre l’auteur du passé et le traducteur du présent, entre la création – jugée noble – et la traduction jugée mineure, parfois indigne31. Pourtant, à la lecture des analyses de Pierre Favre et des ouvrages traduits par le militant communiste, force est de constater que les frontières restent complexes et poreuses.

Un cas particulier : Jacques Decour

  • 32 La Nouvelle Revue Française, no 219, décembre 1931 ; Jacques Decour a alors 21 ans.
  • 33 Curt Thesing, La Sexualité dans l’univers, Traduction originale de l’allemand par D. Decourdemanch (...)
  • 34 En 1938, il traduit encore un roman historique : Le fils d’Hannibal de Ludwig Wolff.

20Jacques Decour apparaît comme une exception dans ce paysage : il est tout à la fois agrégé d’allemand, enseignant et militant, traducteur de littérature classique et d’œuvres contemporaines. Pourtant, il n’y a pas ici non plus de liens intrinsèques entre traduction et engagement. Si Jacques Decour fait de nombreuses suggestions de traductions prestigieuses, il propose à des fins lucratives, ses services pour des ouvrages qui semblent bien loin de ses activités militantes et enseignantes. C’est par Theodor Storm, post-romantique allemand, qu’il a abordé la traduction en 1929, dans une longue nouvelle donnée en feuilleton dans Le Temps. Deux ans plus tard – il a alors vingt et un ans –, les éditions Montaigne-Aubier lui proposent un premier travail alimentaire sur un ouvrage documentaire paru deux ans plus tôt : Les dessous de la diplomatie de H. R. Berndoff, reporter spécialisé dans les affaires d’espionnage. Il poursuit par de nombreuses traductions plus prestigieuses, notamment celle de la contribution de Ernst Robert Curtius sur l’abandon de la culture allemande32. Parallèlement, il s’attelle à des ouvrages de médecine et notamment de sexologie : La Sexualité dans l’univers de C. Thesing et Les Désordres sexuels de R. Schauer33. En 1935, il quitte Montaigne pour Stock, où il traduit Alfred Neumann, auteur d’une Histoire de Napoléon III qu’il juge dans sa lettre à Paulhan, très plate. Decour ne fait pas mention d’une quelconque réflexion sur le roman historique, genre pourtant privilégié par de nombreux exilés allemands qui comme Neumann et plus encore Heinrich Mann, choisissent ce genre a priori éloigné de l’actualité mais qu’ils éclairent d’un nouveau jour34.

  • 35 Hans Carossa, Une enfance. Traduit de l’allemand par Henry Chauchoy, Paris, Delamain et Boutelleau (...)
  • 36 Henry Chauchoy, Le Bailli de Greifensee, Paris, Aubier, 1942 (Collection bilingue des classiques é (...)

21L’année suivante, Decour traduit La Carrière de Doris Hart de Vicki Baum, œuvre a priori peu militante également, mais qui fait l’objet d’une publication chez Querido, éditeur des exilés allemands. Certes, même s’il traduit pour vivre, il est bien loin d’un Henri Chauchoy, agrégé en 1936, traducteur comme lui de Hans Carossa mais dont la carrière est surtout postérieure à 194135. Chauchoy traduit et préface des auteurs allemands et suisses classiques dans une France occupée36. Son collaborationnisme est clairement établi et Chauchoy est évidemment à l’opposé des convictions de Decour et de la plupart des germanistes qui fréquentent les Mann et la revue Commune ou Europe.

22La traduction de Hans Carossa par Jacques Decour pose un certain nombre de questions. Car même si le Carossa de 1939-1940 n’est pas celui de 1941, il est déjà malgré tout largement considéré comme acquis au régime nazi comme l’indique l’avertissement qui précède la traduction de Decour. Il est également rappelé dans cet avertissement qui n’est pas signé, et de façon quelque peu embarrassée que Carossa (qui est d’origine italienne par son père) a reçu en 1939 le prix du livre San Remo, que lui a remis « le gouvernement italien ». À l’époque, certains exilés sont eux-mêmes tentés par un retour vers la langue allemande qui les conduit à reprendre le chemin de l’Allemagne. Tel fut le cas de Ernst Glaeser qui, trop nostalgique, rentre en Allemagne en 1939 et accepte un poste de rédacteur dans un journal de la Wehrmacht. De Dadelsen, jeune agrégé lui aussi, a été le traducteur de Glaeser pour Le Dernier Civil, livre écrit en 1936 pendant son exil en Suisse.

  • 37 La Nouvelle Revue Française no 227, août 1932.

23Au final de ce rapide panorama, le monde de la traduction semble bien hétérogène et les traducteurs se fréquentent peu. Decour critique souvent vivement ses « confrères ». Dans une lettre à Paulhan, à propos de la traduction du Goethe de Friedrich Gundolf, il écrit : « Il est difficile de s’associer au jugement de plusieurs critiques, aussi éminents qu’indulgents – qui ont déclaré ce travail irréprochable. On en jugera par quelques exemples »37.

24La traduction est cependant un enjeu majeur et hormis la traduction militante, on peut à la lumière des œuvres traduites, relever une nécessité qui est celle de traduire vite ceux qui veulent témoigner. Une phrase de Félix Bertaux doit aussi rappeler que la propagande allemande s’exerce dès les années 1930 en France par la voix de la traduction également. Il répond à toutes les accusations de sectarisme non sans ironie dans la Nouvelle Revue Française en août 1934 :

  • 38 La Nouvelle Revue Française no 246, août 1934, p. 294.

Les Français croyaient avoir tout traduit d’Adolf Hitler à M. Sieburg, des frères Mann à Vicky Baum. Il semble que tout cela ne compte pas et qu’ils ne connaissent rien de la littérature contemporaine – la vraie – c’est du moins la thèse que répandent les apôtres de M. Goebbels dont la propagande commence à s’infiltrer dans les revues françaises.38

  • 39 Article paru dans La Revue Hebdomadaire du 9/6/1934. – Le seul des trois auteurs cités ici par Bre (...)
  • 40 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (note 3), p. 160.

25Bertaux répond alors à Joseph Breitbach qui dans un article dans la très nationaliste Revue Hebdomadaire intitulé « Les Français connaissent-ils vraiment la littérature allemande d’aujourd’hui ? » avait souligné que les Français ne connaissaient pas les ouvrages de Hans Grimm, auteur de Volk ohne Raum, ni Helianth d’Albrecht Schaeffer ou encore Der Heiligenhof de Hermann Stehr39. Albrecht Betz a montré toute l’ambiguïté de la position de Breitbach qui ne défend pas directement l’idéologie nazie mais vante la littérature du terroir allemande dont celle-ci se réclame. La position de Breitbach est aussi ambivalente parce qu’il fréquente tous ceux qui sont l’antithèse de ce qu’il défend dans ces lignes. Ce même prétexte de l’ignorance est avancé dans l’avertissement qui précède la traduction de Carossa par Jacques Decour : « Nous ignorons presque tout en France des écrivains qui sont restés en Allemagne après 1933. Non seulement nous n’avons pas lu les œuvres des nouveaux venus mais nous ne connaissons presque rien des romanciers de l’ancienne génération »40. Plus que de savoir s’il faut « traduire pour des idées », se pose en réalité la question du « doit-on tout traduire » ? Le traducteur est-il plus qu’un passeur, un Janus ? C’est aussi cette question que se pose Pierre Bertaux rappelant la traduction de Hermann Rauschning par Paul Ravoux, jeune agrégé d’allemand présent à Berlin au début des années 1930, question renouvelée dans la nouvelle publication parue en 1980 avec une préface de Golo Mann.

26Au terme de ce panorama, le paysage de la traduction ne gagne certes pas en évidence. Maurice Rémon qui traverse la période sans état d’âme traduit Feuchtwanger, auteur en exil, mais celui-ci ne donne-t-il pas son texte dans Candide en 1936, année précisément où il fonde avec Brecht la revue Das Wort à Moscou ? Il semble alors fructueux de travailler sur toutes les modalités d’action et d’expression non pour condamner les unes ou héroïser les autres mais historiciser une littérature qui quoique étrangère est immergée dans un milieu sociologiquement hétéronome. Irritante, contradictoire, la pratique de la traduction ne semble obéir à aucune structuration, aucune ligne directrice même dans un contexte qui semble a priori compartimenté par des considérations idéologiques et sociopolitiques précises. Pratique hétérogène, socialement souvent déclassée et concurrentielle, elle reste même lorsque la situation des auteurs traduits est délicate voire dramatique, l’expression des réalités sociales et économiques d’une époque, révélatrice de systèmes de valeurs et de représentations qui n’appartiennent pas qu’à une analyse très contemporaine d’une profession.

Notes

1 Sylvie Aprile, « Translations politiques et culturelles : les proscrits français et l’Angleterre », Genèses, Sciences Sociales et Histoire, no 38 : Figures de l’exil, mars 2000, p. 33-55.

2 Les déclarations en ce sens sont innombrables : Alfred Kerr, critique dramatique, écrit dans son « Voyage sentimental » publié le 1er juillet 1933, dans les Nouvelles littéraires : « Devoir s’exprimer dans une langue étrangère, c’est difficile (vous le sentez, lecteurs ?) […] Jamais plus écrire en allemand ? Il me serait dur de prendre congé de cette langue à laquelle j’ai tant donné ». Cité par Gilbert Badia et al., Les Bannis d’Hitler. Accueil et lutte des exilés allemands en France 1933-1939, Paris, Edi / PUV, 1984, p. 24-25.

3 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (1910-1942), Paris, Farrago / Léo Scheer, 2002. Je remercie Pierre Favre de m’avoir donné des informations supplémentaires concernant les traductions de Jacques Decour.

4 Les critiques et compte rendus littéraires appartiennent également à ce corpus : la lecture d’ouvrages qui viennent de paraître en Allemagne implique d’une certaine manière une traduction. Les critiques de Félix Bertaux et de Jacques Decour dans la NRF sont à ce titre doublement précieuses car elles évoquent aussi la traduction et ses problèmes.

5 André Chervel, Les Lauréats des concours d'agrégation de l'enseignement secondaire. 1821-1950, Paris, INRP, 1993. De 1915 à 1918, seuls ont lieu les concours d’agrégation de jeunes filles. Il n’y a pas de concours en allemand en 1915. La catégorie des Alsaciens-Lorrains y est plus que dans d’autres disciplines fortement représentée après la guerre.

6 Albrecht Betz, Exil et Engagement. Les Intellectuels allemands et la France, 1930-1940, traduit de l'allemand par Pierre Rusch, Paris, Gallimard, 1991.

7 Il faudrait aussi, dans un travail plus exhaustif, inclure dans l’inventaire, les manuels scolaires et les dictionnaires qui sont une autre facette du travail des germanistes.

8 En référence et écho à la question posée par Alfred Döblin : « Je ne peux être médecin à l’étranger et écrire : Pour quoi ? Pour qui ? » Lettre à Ferdinand Lion, le 28.4.1933, citée par G. Badia, Les Bannis d’Hitler (note 2), p. 24.

9 Actes de la Recherche en Sciences sociales, no 144, septembre 2002.

10 Chantal Simonin, Heinrich Mann et la France, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2006. H. Mann a pensé un temps donner les deux éditions, française et allemande, à Gallimard, cf. Heinrich Mann – Félix Bertaux, Briefwechsel 1922-1948, éd. par Wolfgang Klein, Francfort-s-Main, Fischer, 2002, p. 306.

11 Ibid., p. 360-362.

12 Hans-Albert Walter, Fritz H. Landshoff und der Querido Verlag 1933– 1950, Amsterdam, Querido, 1997. Voir aussi Jean-Michel Palmier, Weimar en exil, tome 2. Exil en Amérique, Paris, Payot, 1988, p. 33.

13 On peut citer également Alix Guillain, qui a traduit les Lettres de la prison de Rosa Luxembourg (Éditions de la Bibliothèque du travail, 1921). Elle est la compagne du philosophe Bernard Groethuysen depuis 1912.

14 Jean-Michel Palmier, Weimar en exil. Tome 1 : Exil en Europe, Paris, Payot, 1988, p. 356-360.

15 Thomas Mann – Felix Bertaux, Correspondence 1923-1948, New York, Biruta Cap / Peter Lang éditeurs, 1993. Voir par exemple la lettre du 23/7/1923 adressée à F. Bertaux : « Werter Herr Bertaux, Ich erhielt hier, mit einiger Verspätung, Ihren liebenswürdigen Brief, und beeile mich, Ihnen zu sagen, dass die Idee einer französischen Übersetzung des ‚ Tod in Venedig’mich sehr erfreut, und dass es mir eine besondere Beruhigung wäre, wenn Sie selbst die Arbeit übernehmen könnten. Geschäftlich bringe ich eine Beteiligung des Autors mit 10 % vom Verkaufspreis des broschierten Exemplars und eine feste Anzahlung von 500 frs., die als Garantie gilt, in Vorschlag. Ich bemerke, dass mein Verleger an Übersetzungsabschlüssen, die ich selbst betätige, nicht interessiert ist. Mit den besten Empfehlungen und dem Wunsch, dass dieser mir sehr willkommene Gedanke verwirklicht werden möge, Ihr ergebener Thomas Mann », p. 10.

16 La généalogie de Félix Bertaux, selon la tradition orale communiquée par son petit-fils Daniel Bertaux, est marquée par les relations franco-prussiennes : « Le lieu : Dombras, un village de Lorraine qui demeure français après 1871. En 1870, quand les “Prussiens” envahirent l’Est de la France, un détachement militaire parvint au village de Dombras où l’aîné des Piquet était instituteur (ou est-ce un autre village, proche ?). Les cavaliers prussiens prirent l’instituteur en otage pour traverser la sombre forêt ; ils craignaient d’être attaqués par des “partisans”. De l’autre côté de la forêt, ils relâchèrent leur otage. Le jeune instituteur revint au village et un peu plus tard, dit à son jeune frère Jean-Baptiste : “Toi, tu vas apprendre l’allemand, parce qu’ils reviendront !” C’est ainsi que Jean-Baptiste Piquet est devenu l’un des plus grands germanistes de France ; une salle de la Faculté des Lettres de Lille où il fit sa carrière, porte son nom », Pierre Bertaux, Un Normalien à Berlin - Lettres franco-allemandes (1927-1933), Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, 2001.

17 Ibid.

18 Heinrich Mann – Félix Bertaux, Briefwechsel 1922-1948 (note 10), p. 787 ; lettre de F. Bertaux du 6/2/1923.

19 Ibid., p. 180 ; lettre de F. Bertaux du 28/9/1927.

20 Le Jeune Joseph de Thomas Mann est traduit par L. [Louise] Servicen chez Gallimard en 1936. Avertissement à l’Europe, avec une préface d’André Gide, est traduit de l’allemand par Rainer Biemel chez Gallimard en 1937. Biemel est aussi le traducteur avec Bernard Grasset en 1939 des Lettres à un jeune poète de R.-M. Rilke.

21 Papiers Maurice Rémon (1894-1945), Archives départementales de la Seine, cotes D. E1 Rémon 1 à 3. Sa fille Denise a été la première épouse du dramaturge Edouard Bourdet. Un travail plus systématique sur ce type de sources comptables ou les archives privées des traducteurs eux-mêmes se révèlerait certainement très instructif pour étayer une sociologie plus large du milieu des traducteurs.

22 Archives Rémon (note 21). Il a traduit en 1941 les Lettres de Richard Wagner à Minna pour 10 000 francs et Verdun d’Edgar Maass sur recommandation de C. Poupet en 1942 (5 500 francs). Une dernière traduction est faite sur la même recommandation : il s’agit de la révision de la traduction de deux siècles de rapports franco-allemands, le « marché » a été conclu pour 1 000 francs (il avait demandé 600 francs)

23 Cf. Friedrich Nietzsche, La Volonté de puissance. Texte établi par F. Wurzbach et traduit par G. Bianquis. Paris, Gallimard, 1937. Pierre Bertaux et Jacques Decour expriment tous deux des réserves et des critiques à son égard.

24 Il est peu crédible qu’elles emploient alors un pseudonyme masculin car le catalogue BnF traque les pseudonymes.

25 Nathalie Raoux, « Quand Europe s’ouvrait à l’“Autre Allemagne”. Fidélités et ruptures », Europe, une revue de culture internationale, 1923-1998. Actes du colloque de la Sorbonne, numéro hors-série d’Europe, 1998, p. 72-91.

26 Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin (note 16), p. 130 évoque d’autres jeunes traducteurs comme Henri Jourdan, collaborateur de Ernst Robert Curtius dont il traduit deux essais : L’Idée de civilisation dans la conscience française en 1929 et Balzac en 1933.

27 Heinrich Mann – Félix Bertaux, Briefwechsel 1922-1948 (note 10), p. 430 ; lettre de F. Bertaux du 6/12/1936.

28 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (note 3), p. 156.

29 Ibid., p. 145.

30 Ibid. – « Chaque phrase allemande originale, chaque phrase allemande à la construction grammaticale exacte écrite aujourd’hui forme un pont par-dessus le déluge allemand, une liaison entre hier et demain. » Ludwig Marcuse, cité par J.-M. Palmier, Weimar en exil, tome 2 (note 12), p. 37.

31 Sur ces aspects voir Isabelle Kalinowski, « La vocation au travail de traduction », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114 (note 9), p. 47-55. Elle y parle « des livres qui font rougir ».

32 La Nouvelle Revue Française, no 219, décembre 1931 ; Jacques Decour a alors 21 ans.

33 Curt Thesing, La Sexualité dans l’univers, Traduction originale de l’allemand par D. Decourdemanche, Paris, F. Aubier, 1933 ; (Dr.) Richard Schauer, Les Désordres sexuels, Traduit de l’allemand par D. Decourdemanche, Paris, Éditions Montaigne, 1934.

34 En 1938, il traduit encore un roman historique : Le fils d’Hannibal de Ludwig Wolff.

35 Hans Carossa, Une enfance. Traduit de l’allemand par Henry Chauchoy, Paris, Delamain et Boutelleau, 1942.

36 Henry Chauchoy, Le Bailli de Greifensee, Paris, Aubier, 1942 (Collection bilingue des classiques étrangers). Les autres ouvrages qu’il préface sont publiés en allemand, il les annote. Ludwig Thomas, Lausbubengeschichten aus meiner Jugendzeit. Illustrations de Olaf Gulbransson. Introduction et notes par Henry Chauchoy ; Karl Spitteler (pseud. Carl Felix Tandem), Die Mädchenfeinde, eine Kindergeschichte. Introduction et notes par Henry Chauchoy, 1942. Gottfried Keller, Romeo und Julia auf dem Dorfe. Introduction et notes par Henry Chauchoy, Belin, 1947.

37 La Nouvelle Revue Française no 227, août 1932.

38 La Nouvelle Revue Française no 246, août 1934, p. 294.

39 Article paru dans La Revue Hebdomadaire du 9/6/1934. – Le seul des trois auteurs cités ici par Breitbach, qui est semble t-il traduit en France est Stehr, en 1941. Son traducteur est André Meyer, jeune agrégé d’allemand de l’année 1938.

40 Pierre Favre, Jacques Decour, l'oublié des lettres françaises (note 3), p. 160.

Auteur

Agrégée et professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille iii depuis 2008, membre de l’irhis, umr 8529, cnrs. De 1996 à 2008, maître de conférences à l’université de Tours. Présidente de la Société d’histoire du xixe siècle et directrice de la Revue d’histoire du xixe siècle. Domaines de recherche : histoire politique et sociale de la France et de l’Angleterre ; histoire urbaine ; immigration, expatriation, exil. Récentes publications sur l’exil : Les mots de l’immigration (avec S. Dufoix, 2009) ; L’Exil politique en France au xixe siècle (2010) ; Le siècle des exilés. Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune (2010).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540