Version classiqueVersion mobile

Traduire l’exil

 | 
Michaela Enderle-Ristori

Partie II. Traduction et (re-)localisation : l’aspect textuel

Exil, procédé textuel et stratégie de traduction. Der Ausflug der toten Mädchen d’Anna Seghers au prisme de différentes traductions

Exile, Textual Devices and Translation Strategies. Der Ausflug der toten Mädchen by Anna Seghers in the Prism of Various Translations

Exil, Textverfahren und Übersetzungsstrategie. Der Ausflug der toten Mädchen von Anna Seghers im Prisma verschiedener Übertragungen

Hélène Roussel et Klaus Schulte
Traduction de Alice Volkwein

Résumé

En partant d’une conception de la littérature fondée sur une théorie des actes langagiers, nous tentons de discerner si différents traducteurs du récit d’Anna Seghers Der Ausflug der toten Mädchen sont parvenus – et si oui, comment et dans quelle mesure – à rendre dans leur langue cible respective le procédé textuel spécifique mis en œuvre dans ce texte. À cette fin, nous combinons des questionnements relevant de l’analyse textuelle, de l’histoire et de l’esthétique de la réception, ainsi que de la théorie de la traduction et de la critique pratique des traductions. Une analyse comparative détaillée de passages choisis dans les deux traductions françaises : celle de Joël Lefebvre (dont les versions de 1956 et de 1993 présentent de légères différences) et celle d’Hélène Roussel (2006) fait apparaître à quelles difficultés est confronté un tel projet de traduction, notamment du fait des différences que présente le système des temps, en allemand et en français.

Texte intégral

  • 1 Nous publions ici la version retravaillée et augmentée de la contribution présentée, à deux voix e (...)
  • 2 Anna Seghers, « Die Reisebegegnung », dans A. S., Steinzeit. Erzählungen 1967-1980, Berlin, Aufbau (...)

1Nous nous proposons d’exposer ici1 les difficultés rencontrées en tentant de lire l’un des textes majeurs de la littérature allemande de l’exil, la nouvelle Der Ausflug der toten Mädchen écrite par Anna Seghers au Mexique entre juin 1943 et mars 1944, de la manière même dont trente ans plus tard, dans un de ses autres récits : Die Reisebegegnung, l’auteur a fait lire le texte de Kierkegaard intitulé Ou bien… ou bien à un Kafka naviguant en apatride dans un champ magnétique situé entre le tchèque, l’allemand et le yiddish. C’est-à-dire en ressentant, plein d’admiration, « au travers de la traduction et jusqu’à l’envie, l’unité entre la langue et le contenu nu »2. Le fil rouge méthodologique de la lecture ainsi faite d’un texte au travers du prisme de sa (ou de ses) traduction(s) consiste à examiner, dans un esprit ouvert et critique s’exerçant dans les deux directions, si l’on peut soutenir l’existence d’une telle unité en ce qui concerne le texte original, et si oui, en vertu de quelles propriétés de ce texte, et le cas échéant, à quel point et de quelle manière cette unité a été rendue dans la traduction. Un tel va-et-vient entre analyse textuelle et critique de la traduction permettra en règle générale – et d’autant plus face à des difficultés comme celles constatées lors de la présente lecture –, de mieux saisir par l’analyse et en portant des jugements de valeur mieux fondés la manière dont est « fait » un texte, et / ou d’élaborer d’autres propositions de traduction, voire même d’en ébaucher une traduction véritablement nouvelle.

  • 3 Pour le formuler, Kafka fait référence à la théorie linguistique hassidique selon laquelle « quand (...)
  • 4 Ibid., p. 196.
  • 5 Dans la bibliothèque laissée par Anna Seghers ne figurent pas moins de 11 volumes différents de Ki (...)

2Dans le récit évoqué précédemment, ce qu’Anna Seghers fait dire à Kafka au cours de sa discussion avec E. T. A. Hoffmann et Nicolas Gogol, et qui doit être mis au compte de l’auteur, est une sorte de programme maximal tout à la fois de poétologie et de théorie de la traduction3. De façon paradoxale, c’est peut-être précisément dans la liberté souveraine qu’elle prend par rapport au texte original danois que cela se manifeste le plus, dans sa quasi-citation en allemand de la célèbre introduction à la deuxième partie de Ou bien… ou bien, qu’elle fait lire à haute voix par Kafka à ses deux collègues du xixe siècle, lors de leur fantastique rencontre de voyage dans un café de Prague au début des années 1920. Avec autant de concision que d’ironie, elle substitue sans états d’âme dans son texte allemand, au passage qu’en théologien érudit Kierkegaard faisait commencer avec une solennité quelque peu laborieuse par la formule latine aut – aut (« ou bien – ou bien »), une formule toute seghersienne : « Le poids de la chose dont il est question justifie le poids des mots »4. Tant pis pour l’original – et plus encore pour les traductions dont elle disposait5 – se sera dit ici Anna Seghers, qui dans son propre texte cherche à rendre sensible, à travers la forme langagière concrète d’une traduction fictive, cette unité entre la langue et le contenu à laquelle elle aspire.

  • 6 Archives Anna Seghers de l’Académie des Beaux-Arts à Berlin (ASA), cote K 942 (Correspondance avec (...)

3Malgré toutes les réserves herméneutiques qui s’imposent, en matière d’interprétation, face à toute forme de privilège accordé au statut épistémologique de remarques d’ordre « épitextuel » sur la signification (voire même l’intention) de textes littéraires formulées par leurs propres auteurs, nous ne pouvons nous empêcher – au regard de la maxime citée plus haut et qu’on pourrait aisément compléter par d’autres exemples pris dans l’œuvre de Seghers, mais également au vu des compétences linguistiques appréciables de l’auteur en français –, de nous sentir confirmés et encouragés dans notre démarche, en lisant cette formulation qui nous est parvenue par un heureux hasard : « Je préfère l’ancien titre “L’excursion des jeunes filles mortes” à “L’excursion des jeunes filles qui ne sont plus” »6. Voilà ce qu’écrit Anna Seghers le 22 juillet 1955 aux Éditeurs Français Réunis alors qu’on y travaille précisément à la publication de son recueil de nouvelles intitulé La Ruche, où Der Ausflug der toten Mädchen paraîtra l’année suivante en traduction française, pour la première fois.

4Cette déclaration sans conteste très explicite, mais dont le caractère exemplaire appellerait plus ample commentaire en tant que jugement porté sur la traduction du titre – élément textuel particulièrement en vue, car situé au cœur de la stratégie communicative – de cette nouvelle qu’il s’agira, dans la présente étude, de lire au travers du prisme de deux traductions françaises du texte, et tour à tour d’une comparaison entre les deux et de comparaisons occasionnelles entre celles-ci et des traductions espagnoles et anglaises.

  • 7 ASA 798 (Corr. Seghers – Buber) : A. Seghers à B. J. Buber, le 13/6/1949.
  • 8 En tout cas sa fille, Nadine Steinitz, qui sur notre demande a recherché ce manuscrit dans les pap (...)
  • 9 Cf. ASA 798, lettres des 13/06, 02/08, 05/08 et du 09/08/1949.
  • 10 Anna Seghers, Transit. Roman, trad. de l’allemand par Jeanne Stern, Paris, La Bibliothèque Françai (...)
  • 11 Anna Seghers, La Septième Croix, trad. de l’allemand par F. Delmas, Paris, Gallimard, 1947.
  • 12 Anna Seghers, Das Ende. Erzählung. Zweisprachige Ausgabe / La Fin. Conte. Éd. Bilingue, trad. par (...)
  • 13 Anna Seghers, Œuvres, Paris, Livre Club Diderot, 1977. Cité ici d’après : Thomas Aron, L’inscripti (...)

5Quelques mots tout d’abord sur la genèse des traductions françaises de Der Ausflug der toten Mädchen. Certains passages de l’abondante correspondance entre Anna Seghers et B. J. Buber7, un agent littéraire installé à Paris et chargé, dans les premières années suivant le retour de l’écrivain en Allemagne en avril 1947, de défendre les intérêts de l’auteur dans toutes ses relations avec des maisons d’édition étrangères situés à l’Ouest, nous permettent de formuler, avec quelque probabilité, l’hypothèse selon laquelle « l’ancien titre » fait référence à une traduction, pour le moment introuvable, que Jeanne Stern8, amie et compagne d’Anna Seghers pendant son exil en France et au Mexique, aurait rédigée au moins six ans avant la date en question9. Cette dernière avait déjà traduit le roman Transit et la nouvelle La Fin, le premier étant paru en 1947 à Paris10 (c’est-à-dire encore avant la traduction de Das siebte Kreuz pourtant réalisée par Fernand Delmas11 durant l’Occupation allemande et dans la clandestinité) et la seconde en 1948 dans la zone d’occupation française, en édition bilingue12. Après avoir au printemps et à l’été 1949 envisagé avec Buber la possibilité de la publier dans des revues comme Les Lettres Françaises, La Nef ou Cahiers du Sud, c’est à contrecœur qu’Anna Seghers renonça, jusqu’à nouvel ordre, à faire paraître en français la nouvelle Der Ausflug der toten Mädchen qui pourtant lui tenait particulièrement à cœur, mais dont elle contestait sur des points cruciaux la qualité de la traduction réalisée par Jeanne Stern. D’autre part, dans la mesure où c’est dans le cadre du travail préparatoire à la parution du volume La Ruche qu’intervint ce refus par Seghers du titre français initialement prévu, on ne peut pas totalement exclure que la version du titre ayant sa préférence et probablement identique à celle de Jeanne Stern ait d’abord figuré également sur une première mouture de la traduction de Joël Lefebvre, qui avait déjà été soumise à l’auteur et qui, contre son gré, fut par la suite révisée sur ce point avant de paraître en 1956, au sein du recueil La Ruche. Quoi qu’il en soit, l’œuvre sans doute la plus connue de Seghers, davantage même que Das siebte Kreuz et Transit, et dont Claude Prévost dira en 1977, dans sa préface à son édition en français d’un ensemble important d’œuvres de Seghers où est reprise cette traduction, qu’elle a été qualifiée non sans raison de « plus belle nouvelle de la littérature allemande »13, est depuis lors connue en France sous le titre L’excursion des jeunes filles qui ne sont plus. Depuis lors et, espérons-le, jusqu’à nouvel ordre.

  • 14 Cette réédition renfermait d’ailleurs, outre une postface pénétrante de Jean Tailleur, quelques ré (...)

6Il existe en effet depuis 2006 une troisième traduction, de la plume d’Hélène Roussel cette fois, dont la publication ne saurait tarder, après avoir connu des problèmes d’ordre éditorial, liés notamment à la récente réimpression et à la diffusion frauduleuses d’une réédition de la traduction de Lefebvre aux Éditions Ombres datant de 1993, qui est toujours en circulation à l’heure actuelle14. Avec notre nouvelle traduction, nous nous efforçons consciemment de contribuer à l’histoire de la réception de cette nouvelle au plan international, une histoire qui est pour l’essentiel liée à celle de ses traductions.

7Car dès lors qu’on traduit de la littérature, on pratique et on transmet – au lieu de l’analyser a posteriori en tant qu’historien de la littérature – l’histoire concrète de la réception et de l’impact de la littérature elle-même. La réception d’un texte par un traducteur n’est en effet rien de moins qu’une sorte de saut qualitatif dans l’histoire de sa réception, dans la mesure où elle s’effectue dans ce cas littéralement « dans une intention productive » et entraîne des conséquences radicalement différentes de celles d’une réception « normale ». En effet il naît ainsi un nouveau texte qui, proposé à la réception de nouveaux lecteurs ne pouvant lire l’original ou préférant lire le texte dans une langue qui leur soit plus familière, élargit dans la langue cible l’effet produit par l’œuvre, en passant bien sûr par la médiation interculturelle de la traduction. Outre pour corriger d’éventuelles fautes évidentes de traduction et pour discuter au cas par cas la pertinence des choix linguistiques et stylistiques, c’est pour ces raisons plus fondamentales que peut et doit se faire une critique des traductions. Cela peut parfois conduire à la décision d’en proposer une nouvelle. Il en va ainsi quand les traductions existantes d’œuvres plus anciennes sont historiquement dépassées par l’évolution linguistique de la langue cible et que l’œuvre ne peut continuer d’opérer qu’au prix d’une nouvelle traduction, ou bien quand – et c’est le cas ici – une traduction, certes correcte dans l’ensemble et d’un abord aisé, n’en prive pas moins le lecteur, sur certains points fondamentaux, de la réalisation optimale du potentiel d’impact inhérent au texte dans sa langue d’origine, si bien qu’une nouvelle traduction apparaît justifiée.

  • 15 Anna Seghers, « La Excursión de las Muchachas Muertas », Cuadernos Americanos, vol. XVIII (1944), (...)
  • 16 Anna Seghers, « The School Excursion », The Yale Review, vol. 34, n4 (juin 1945), p. 706-732 ; l (...)
  • 17 Cette traduction est parue dans le recueil d’Anna Seghers : El Fin : Cuentos de nuestros tiempos, (...)
  • 18 En tout cas, un indice vient corroborer l’hypothèse qu’il s’agit là de deux traductions différente (...)

8Ces données générales valent tout particulièrement pour la littérature de l’exil. L’un des aspects les plus importants pour notre sujet résulte en effet de ce que les conditions de la situation d’exil touchant à l’histoire politique, à l’histoire sociale et à celle de la communication, ainsi qu’à la biographie des auteurs modifient radicalement les conditions normales de production, de distribution et de consommation/réception de la littérature, et inversent souvent l’ordre dans lequel la version originale et les traductions d’un même texte atteignent leurs lecteurs. La nouvelle Der Ausflug der toten Mädchen partage avec bien d’autres œuvres de la littérature de l’exil allemand antifasciste – comme par exemple aussi Transit, parmi celles d’Anna Seghers – le fait d’avoir été publiée à l’origine non pas en allemand, mais en traduction, tout d’abord en espagnol en 194415, puis en anglais en 194516. C’est seulement après la guerre, en 1946 et chez Aurora, maison d’édition fondée à New York par des exilés allemands, qu’elle a pu paraître en version originale, et en 1948 seulement que la grande majorité des lecteurs germanophones potentiels a eu la moindre chance de pouvoir la lire, grâce à la réédition augmentée de ce volume par l’éditeur berlinois Aufbau. Or à cette époque, les lecteurs hispanophones avaient déjà pu (du moins en Amérique latine) lire le texte dans une deuxième traduction espagnole parue en 1947 à Mexico17. L’histoire de la traduction, et éventuellement même la concurrence entre deux traductions différentes18 dans la même langue cible, ne sont donc pas ici que des composantes de l’histoire de la réception et de l’impact de la littérature d’exil, mais apparaissent bien plutôt comme la condition même de l’une et de l’autre. Et ce avant même que l’impact, si souvent invoqué par la suite, de la nouvelle sur les lecteurs germanophones d’après-guerre ait pu seulement commencer à se faire sentir, sans même parler ici de la réception à grande échelle et majoritairement enthousiaste de cette œuvre par les deux, voire les trois générations suivantes dans les deux Allemagnes ainsi qu’à l’étranger.

  • 19 Anna Seghers, « La Excursión de las Muchachas Muertas », dans Narradores alemanes contemporáneos. (...)
  • 20 Anna Seghers, La Excursión de las Niñas Muertas, La Habana, Editorial Arte y Literatura, 1975.

9Et en fin de compte, dans le monde hispanophone, ce ne sont sans doute même pas, d’ailleurs, les deux traductions mentionnées précédemment qui ont permis à la nouvelle de toucher le plus de lecteurs, mais celles de Norberto Silvetti Paz et de Michael Faber-Kaiser, parues l’une en 1970 à Buenos Aires19 et la seconde en 1975 à Cuba sous le titre La Excursión de las Niñas Muertas20 ; il nous faut donc en réalité estimer à au moins trois, et probablement même à quatre le nombre de traductions espagnoles différentes.

10Mais retenons en tout cas ceci : au moins en ce qui concerne la question primordiale de la traduction du titre, les trois ou quatre traducteurs du texte en espagnol s’en sont tenus au laconisme caractéristique de l’auteur, qui se manifeste dans l’affirmation dure, claire et simple que – dans le texte comme dans la vie – ces jeunes filles sont « mortes » et non pas, comme chez Lefebvre, qu’elles « ne sont », d’une certaine manière, « plus ». En parlant de « jeunes filles qui ne sont plus », celui-ci a recours à un sociolecte propre au français soutenu, dont l’euphémisme, d’une frileuse verbosité, rapproche dangereusement le titre d’une rhétorique nécrologique conventionnelle. Cette périphrase qui prive de son nom le fait brut atténue l’impact d’un des principes de configuration du texte qui le structure tout entier, et selon lequel des couples d’éléments opposés – absence et présence, présent et passé – s’imbriquent en permanence, dans l’ici et le maintenant de chaque lecture, pour tendre finalement à se confondre. Dès le titre, Anna Seghers fait la démonstration du procédé grâce auquel cette nouvelle ne se borne pas à inscrire l’exil dans le texte mais le transforme en texte : c’est bien en tant que mortes que ces jeunes filles, jeunes comme la vie de ces lycéennes de Mayence avant la Première Guerre mondiale, sont présentes à l’apogée de la Seconde, dans le paysage désertique et mort où évolue une narratrice que son exil mexicain a fait grisonner. Et c’est cette dernière qui en tant que Netty, la camarade de classe de ces jeunes filles, du même âge qu’elles et arborant ses deux nattes, fait le récit de leur excursion scolaire commune au bord du Rhin, et dans le même temps aussi, de ce que sont devenus depuis et jusqu’à la destruction de Mayence sous les bombes de la Seconde Guerre mondiale, ces garçons et ces filles des deux classes de lycées qui s’étaient rencontrées, leurs maîtresses et leurs maîtres, ainsi que sa propre mère qui l’attendait et qu’elle tente en vain de rejoindre en rentrant à la maison. Voilà les raisons pour lesquelles la nouvelle s’appellera prochainement aussi en français, espérons-le, L’Excursion des Jeunes Filles Mortes.

  • 21 Professeur émérite à l’université Lyon 2, Joël Lefebvre a traduit notamment, outre cette nouvelle (...)
  • 22 L’expression fut lancée au xviie siècle pour caractériser plaisamment une traduction de Nicolas Pe (...)
  • 23 Lassalle revient sur cette mise en scène dans l’interview « Épiphanie et chambre claire », parue d (...)

11Ce n’est pas seulement à cause de son choix du titre français que nous estimons nécessaire de formuler ici une série de remarques critiques à l’encontre de la traduction de Lefebvre. Elles visent presque toutes une tendance fondamentale de son texte à aplanir l’original en l’adaptant aux habitudes langagières du français, tendance qui n’est pas adaptée à l’énonciation caractéristique du texte allemand original, ni à la distance voulue que celui-ci prend par rapport au discours normal qu’on relève dans d’autres textes littéraires allemands de la même époque et de genre comparable. En particulier, les écarts considérables du texte original – pour ce qui est du rendu des indicateurs spatio-temporels – par rapport à l’usage contemporain normal en allemand, et qui vont jusqu’à la limite de l’incorrection grammaticale, sont loin d’être pris en compte. Si Seghers se permet de tels écarts, c’est pour des raisons très directement liées à la manière dont son texte s’efforce de « retraiter » l’exil, et qui influencent jusque dans le moindre détail ses propriétés spécifiques en tant que modèle de réception littéraire. Toutefois, il est important de souligner, et ce malgré les réserves énoncées ci-dessus, que dans le contexte des années 1950 en France, la version de Lefebvre21 n’appartient pas à la bande douteuse des « belles infidèles22 » qui, en privilégiant absolument une intégration aisée des textes traduits dans l’univers linguistique et culturel de la langue cible, ont influencé de façon décisive l’esthétique classique et ont continué à donner le ton jusque dans le xxe siècle. Bien qu’à notre avis il n’ait pas toujours saisi assez précisément la spécificité littéraire du texte à traduire, il doit figurer sans nul doute parmi les traducteurs qui ont pour ambition de rendre au maximum, dans la langue cible, cette spécificité de l’original. C’est dans la même année 1956 qu’est paru en France L’Homme sans qualités, la traduction par Philippe Jaccottet du roman de Musil Der Mann ohne Eigenschaften, une traduction qui fit date dans cette évolution qui allait sonner le glas des « belles infidèles ». Et tout compte fait, la traduction de Lefebvre a aussi prouvé son indéniable efficacité. Non seulement elle a familiarisé plusieurs générations de lecteurs francophones avec cette nouvelle, mais elle a également servi de base à plusieurs adaptations théâtrales dont la première, mise en scène en 1978 par Jacques Lassalle sous le titre de Remagen23, a laissé une impression mémorable au public et à toute une nouvelle génération de gens de théâtre.

  • 24 Cf. à ce sujet plus particulièrement : Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Do (...)

12Ces quelques remarques indiquent déjà quelle position est la nôtre dans le débat sur la question, essentielle et de tout temps controversée, des critères permettant de déterminer la valeur des traductions et d’en faire la critique24. Cette question ne pourra être qu’esquissée ici afin de montrer clairement notre position de base en matière de théorie de la traduction. Une lecture exemplaire, comme celle que nous proposons ici en prenant pour exemple le rendu du titre et celui des déictiques spatio-temporels, est à cet égard particulièrement révélatrice : regarder à travers le prisme aux multiples facettes d’une comparaison entre un texte et plusieurs de ses traductions dans différentes langues cibles, de ces traductions entre elles ainsi que, le cas échéant, entre différentes traductions données dans la même langue cible conduit, en règle générale, à d’intéressantes observations en matière d’analyse textuelle non seulement par rapport aux traductions, mais aussi par rapport au texte de départ. Les traductions constituent en effet des documents de réception d’un type particulier qui, dans le cadre d’une comparaison, nous amènent presque immanquablement à réfléchir aux conditions implicites – et en tant que telles souvent ignorées quand nous lisons – qui guident notre propre lecture / réception du texte original, en nous demandant pourquoi un autre a fait, de ce qui à première vue nous semble si évidemment être « là », cette « autre chose-là ». Traduire signifie donc pour nous produire, en partant d’une lecture aussi précise que possible du texte initial, un texte dans une langue cible permettant au lecteur visé une réception qui corresponde à celle que se voit proposer le lecteur du texte initial, ou même s’en approche, grâce au procédé textuel mis en œuvre dans ce texte premier.

13Par « procédé textuel » nous entendons la manière qu’a le texte de faire face à son appropriation par le lecteur – il s’agit ici de l’ensemble des éléments par lesquels le texte signale comment il veut être lu. Le procédé textuel ne doit cependant pas être compris simplement comme l’intention de l’auteur réalisée dans le texte. Parmi les éléments d’un texte guidant sa réception, et non parmi les moindres, figurent également ceux qui le situent, de façon spécifique et plus ou moins définissable, par rapport aux discours thématiques et esthétiques pertinents pour sa lecture, et qui sont du moins potentiellement accessibles à ses lecteurs-récepteurs dont ils déterminent en partie l’horizon d’attente. Ces caractéristiques textuelles guidant la réception peuvent être le résultat d’une intention de l’auteur, et ils le sont souvent. Mais ils peuvent aussi être le résultat de facteurs endogènes voire exogènes qui influencent la genèse du texte sans intervenir de manière consciente dans le processus de production littéraire.

14Caractériser plus précisément ce procédé spécifique serait alors l’objectif essentiel de l’interprétation de texte impliquée, sur le plan herméneutique, dans tout processus de traduction (qu’une telle caractérisation précède l’activité concrète du traducteur, l’accompagne, ou bien la clôture par une illumination soudaine et rétrospective). Cela reviendrait, en quelque sorte, à dégager, au terme d’une spirale herméneutique extrêmement serrée, les points-clé où la visée des lecteurs ressort le plus nettement de la lecture faite du texte de départ, pour servir de guide à la traduction. Ce simple fait devrait déjà suffire à faire entendre nos réserves à l’encontre de la négation postmoderne de la différence catégoriale entre texte original et traduction, telle qu’elle est souvent à la mode, depuis le Cultural Turn, en théorie de la traduction. Elle part du postulat douteux selon lequel les relations linguistiques dans lesquelles s’insère un « original » et qui y sont soumises à un « retraitement », n’ont pas à bénéficier d’un statut épistémologique fondamentalement différent par rapport à celles qui existent entre le texte de la traduction et son environnement linguistique, ainsi que par rapport à celles existant entre le texte initial et celui de la langue cible –, si bien que tout texte est en fin de compte « traduction », et que toute « traduction » est en fin de compte un texte autonome.

  • 25 Cf. Klaus Schulte, « Wie vermittelt man… » (note 1).
  • 26 Nous remercions Susanne Jakobsen d’avoir bien voulu se charger de cette tâche.
  • 27 Cf. note 16.
  • 28 Cf. à ce sujet Christiane Zehl Romero, Anna Seghers. Eine Biographie 1900-1947, Berlin, Aufbau, 20 (...)

15À pousser trop loin l’extension métaphorique du concept de traduction, on court le risque de se retrouver face à des apories : c’est ce qui apparaît nettement lorsqu’on examine de plus près – comme nous l’avons fait en d’autres lieux25 – l’histoire compliquée de la publication de Der Ausflug der toten Mädchen. Tout d’abord, comme nous l’avons indiqué plus haut, celle-ci coïncide pendant deux ans avec l’histoire de la traduction du texte. En l’étudiant, nous avons fait une découverte inattendue : c’est qu’il a dû y avoir une première version du texte, jusqu’ici inconnue, et qu’elle a servi de support à la traduction qui a constitué la première publication, en espagnol, de la plus célèbre nouvelle d’Anna Seghers. Par rapport à la version allemande qui en deviendra par la suite la version de référence et dont aucun manuscrit original n’est conservé d’ailleurs aux archives Seghers à l’Académie des Arts de Berlin, il semble bien en tout cas que ce premier texte, support de la traduction espagnole, s’en écarte environ à trente reprises, et parfois de façon considérable. La retraduction du texte de cette première parution en espagnol vers l’allemand à laquelle nous avons fait procéder26 – entreprise bien entendu sans prétendre reconstruire l’original, mais uniquement à titre heuristique – a clairement mis ce fait en évidence. En s’appuyant sur les résultats de cette opération et par extrapolation à partir d’informations trouvées sur la convalescence de l’auteur après son grave accident de juin 1943, ainsi que sur le travail entrepris sur cette nouvelle dont au moins l’idée première remonte à avant l’accident, on peut raisonnablement formuler l’hypothèse suivante. C’est qu’après avoir livré un premier texte comme support à la traduction espagnole publiée en premier, Anna Seghers a repris son manuscrit, sans doute en vue de la deuxième publication dans la revue américaine The Yale Review en mai 194527, pour laquelle, en tout état de cause avant le 27 mars 1944, elle avait envoyé « pour traduction vers l’anglais » une version du texte à son agent américain Maxim Lieber28, version qui semble avoir été – comme l’indique la comparaison que nous avons faite entre les deux textes – identique au texte de la première publication en allemand qui n’eut lieu qu’en 1946. Lors de cette reprise du texte, l’auteur a mis en œuvre à une dizaine d’endroits une stratégie de remaniement bien précise : d’une part en continuant à retrancher de ce texte, fortement inspiré par sa propre biographie, tous les éléments qui auraient pu être interprétés comme étant d’ordre trop accidentel et autobiographique et qui auraient pu à ce titre l’empêcher d’être perçue comme généralisable lors de sa réception. Mais de toute évidence, il lui importait avant tout d’inscrire définitivement et d’« ancrer » dans la structure même du texte cette présence simultanée et paradoxale d’éléments spatiaux et temporels différents, ainsi que de comprimer à l’extrême sur le plan du langage leur collision en tant que texte, ce qui pour les lecteurs confère à la nouvelle sa qualité et sa force provocatrice. Selon notre interprétation, c’est la mise en place de ces structures contradictoires au niveau des déictiques personnels, temporels et spatiaux – structures dont la cohérence et la nécessaire complémentarité n’apparaissent au lecteur qu’au fil d’une lecture extrêmement attentive – qui détermine le plus nettement le procédé textuel de la nouvelle et qui devrait orienter la réception du texte de façon adéquate. Et bien sûr, dans la mesure où l’activité du traducteur représente le cas par excellence d’une réception véritablement productive de la littérature dans une intention communicative, elle devrait également guider une traduction adéquate de la nouvelle vers quelque langue que ce soit…

16En d’autres termes : plus que tout autre texte de prose appartenant à la littérature allemande d’exil, Der Ausflug der toten Mädchen doit être lu, y compris en version originale, comme un transfert dans une forme littéraire de l’expérience de l’exil pris dans sa dimension historico-politique, mais aussi personnelle et existentielle. Le traducteur se trouve donc placé ici face à un défi complexe : aux lecteurs étrangers, il doit rendre compréhensible dans leur propre langue – ou du moins tâcher de le faire – que ce qui appartient le plus profondément à Anna Seghers en tant qu’auteur allemand n’a pu émerger que grâce à l’expérience, particulièrement forte au Mexique, qu’elle a faite de l’étranger.

17Ceci ne vaut vraiment, à l’évidence, que si l’on ne commet pas, à propos de l’histoire de la publication de la nouvelle, l’erreur de considérer le texte allemand pris pour base de la première traduction espagnole comme une sorte de texte de statut « égal » (au lieu d’y voir une version antérieure, certes intéressante sur le plan de l’histoire de l’œuvre, mais « dépassée » par la version ultérieure). Un texte d’égal statut que l’auteur, si l’on reprend l’idée évoquée plus haut d’une déconstruction soi-disant « anti-essentialiste » du concept de traduction, aurait elle-même « traduit » plus avant, en faisant subir à son procédé textuel une simple variation. En suivant la même logique, le premier traducteur américain serait allé en quelque sorte dans le sens inverse, alors même qu’il disposait déjà, comme support, de la version du texte utilisée pour la première publication allemande en 1946. Plus nettement encore que Lefebvre dix ans après, il a esquivé la provocation contenue dans le titre de la nouvelle en l’intitulant simplement – ce qui pousse à bout le laconisme du titre jusqu’à en anéantir la charge explosive – The School Excursion. C’était selon nous ne pas même tenter de transmettre dans la langue cible ce qui fait l’enjeu du texte de Seghers, avant même de parler de traduction au sens strict du terme. C’est sous cet aspect de l’inscription de l’expérience de l’exil dans le texte allemand que nous voulons maintenant comparer le rendu de certains déictiques spatiaux et temporels importants pour le procédé textuel propre à Seghers dans les traductions de Joël Lefebvre et d’Hélène Roussel.

  • 29 Anna Seghers, Der Ausflug der toten Mädchen, Berlin, Aufbau, 2004, p. 7. Les citations suivantes e (...)

„Nein, von viel weiter her. Aus Europa.“ Der Mann sah mich lächelnd an, als ob ich erwidert hätte : „Vom Mond.“ Er war der Wirt der Pulquería am Ausgang des Dorfes. Er trat vom Tisch zurück und fing an, reglos an die Hauswand gelehnt, mich zu betrachten, als suche er Spuren meiner phantastischen Herkunft.29

  • 30 On est en droit de se demander si, dans le champ lexical vers lequel se dirige ici la narratrice, (...)

18Par cette réplique liminaire, la narratrice définit sa provenance comme étant à rechercher hors du cadre référentiel de l’aubergiste mexicain, en un lieu étranger au point d’en être inconcevable pour lui. L’identification de l’Europe à la lune qu’elle présuppose chez lui réveille chez le lecteur germanophone des associations qui ne sont pas franchement positives, activées par exemple par des locutions familières comme « jemanden auf den Mond schießen wollen »30 (« envoyer quelqu’un sur la lune », au sens de « s’en débarrasser »), ou encore « Du kommst wohl vom Mond ? » (« Tu viens de la lune, non ? » pour dire que quelqu’un est complètement déphasé). C’est donc précisément par une non-rencontre que s’amorce ici ce que le texte tentera bien souvent de réaliser par la suite, à savoir relier au sein d’un même système déictique des régions du monde très éloignées l’une de l’autre et s’excluant au départ : le Mexique et l’Europe, ou plus exactement les lieux spécifiques de deux excursions qui sont pour la narratrice d’une importance existentielle. L’une mène la narratrice de l’abri qui lui est assigné dans un village mexicain situé plus en altitude (« das vorgeschriebene Obdach ») vers un rancho inconnu et isolé en pleine campagne, alors que l’autre la montre lors d’une excursion au bord du Rhin et sur le chemin du retour à la maison dans les rues de Mayence. Mais de cette façon, ce sont aussi deux moments du temps très distants l’un de l’autre qui sont implicitement mis en relation : le Mexique de la Deuxième Guerre mondiale en tant que terre d’asile de la narratrice exilée, et l’Allemagne de ses années d’écolière, encore en temps de paix mais peu avant que n’éclate la Première Guerre mondiale.

  • 31 Anna Seghers, L’Excursion des jeunes filles qui ne sont plus. Récit traduit de l’allemand par Joël (...)

19Tout au début de la nouvelle, une subordonnée hypothétique au conditionnel : « als suche er Spuren meiner phantastischen Herkunft » réunit les deux dimensions en une étrange constellation spatio-temporelle dont serait issue la narratrice. Du point de vue de celle-ci, c’est d’abord l’aubergiste qui lui attribue un caractère fantastique. Si l’on ne traduit pas ici le terme « Herkunft » de manière à maintenir clairement ce rapport aux deux dimensions, on prive le lecteur du premier de toute une série d’indices importants signalant que la mise en scène de l’espace et du temps sera dorénavant placée sous le signe du fantastique. Or c’est précisément ce que fait Lefebvre, car sa traduction de « Herkunft » ne laisse subsister que la dimension spatiale : « comme s’il cherchait sur moi les traces de ce lieu fantastique d’où je venais [c’est nous qui soulignons, H.R. et K.S.] »31. Afin de conserver la polysémie de « Herkunft » sans rendre ce passage plus explicite que dans l’original (Lefebvre ajoute « cherchait sur moi » (9) en guise d’explication), nous préférons rester plus proches de la formulation littérale de Seghers : « comme s’il cherchait trace de mon origine fantastique ». L’indice semé grâce au terme « Herkunft » se révèle, il est vrai, d’autant plus important que la narratrice reprend immédiatement à son compte l’interprétation de sa provenance, qu’elle avait prêtée à l’aubergiste. Elle relie expressément à l’exil la dimension fantastique de son voyage à travers l’espace et le temps : « Mir kam es plötzlich genauso phantastisch wie ihm vor, daß ich aus Europa nach Mexiko verschlagen war. » (7). Cette situation imposée (« verschlagen war ») est présentée dans le texte sur le mode résultatif, comme un état dont la cause reste dans un premier temps non dite. Pourquoi alors indiquer une cause quelconque, la nommer à l’aide d’une métaphore appartenant, au plus tard depuis Shakespeare, au trésor de citations de la littérature mondiale, et de plus – au contraire de Seghers – formuler le tout sur le mode processuel ? C’est pourtant ainsi que Lefebvre parvient au résultat suivant : « Que la tempête m’eût poussée d’Europe jusqu'au Mexique me sembla tout à coup aussi fantastique qu’à lui. » (9).

20Voulait-il « rassurer » le lecteur en lui livrant au plus vite un semblant d’explication rationnelle pour la situation de la narratrice ? Il aurait fallu, au contraire, conserver la focalisation du texte original sur la découverte soudaine faite par celle-ci, selon la perspective de l’autre et rétrospectivement, que son déplacement forcé dû à l’exil est en fait de nature fantastique, découverte qu’elle perçoit sans aucun doute comme allant contre la raison. C’est pourquoi nous préférons maintenir notre refus de toute indication de cause, en écrivant : « Il me parut soudain tout aussi fantastique qu’à lui d’avoir, chassé d’Europe, échoué au Mexique ». Cette solution respecte en outre le déroulement de la phrase du texte original, de sorte que l’indication du déplacement de la narratrice fait suite à son commentaire sur elle-même. Et en même temps on anticipe aussi, discrètement, sur le mouvement final du texte qui ramènera la narratrice – et avec elle le lecteur – de l’Europe vers le Mexique, et qui sera lui aussi placé sous le signe du fantastique.

21Ce constat s’impose avec une telle force qu’il suscite chez la narratrice le besoin de l’expliciter. Elle met en parallèle le chemin vers un exil qualifié de refuge incertain avec celui qu’elle a pris à la recherche du rancho. Quant à cette impulsion qui lui a fait quitter l’abri imparti (« das vorgeschriebene Obdach ») pour entreprendre une excursion dans la campagne mexicaine afin de percer le secret du rancho, elle l’explique par ce qu’elle qualifie de « müßige Neugierde » et l’interprète comme la forme atténuée, réduite avec l’habitude à un simple réflexe, d’une « alte (…) Reiselust » (8), ayant eu un grand effet sur sa vie antérieure, mais que l’exil, depuis, avait tarie. « Meine […] alte […] Reiselust » est une expression plus forte que « le plaisir qu’autrefois je prenais à voyager » (11), et signifie plutôt « mon ancienne soif de voyage ». Il s’agit d’un « Antrieb aus gewohnheitsmäßigem Zwang » (8), ce qui ne peut en aucun cas signifier « quelque chose qui me poussait à sortir de la contrainte habituelle que je subissais » (11). C’est sans doute le fait d’avoir compris le passage comme si l’excursion libérait la narratrice d’une contrainte qui fait conclure à Lefebvre, de façon erronée, que cette « contrainte » lui est imposée de l’extérieur : par l’exil où elle fut « verschlagen », ou même par les autorités du pays d’asile (à cause de l’expression « vorgeschriebenen Obdach ») ? Or bien au contraire, il est question ici d’un « gewohnheitsmäßige(n) Zwang » inhérent à sa propre psyché, et qui l’amène à entreprendre cette excursion : « une impulsion due à la force de l’habitude ».

22La narratrice souligne surtout l’épuisement dû à l’exil et à la maladie, ou plutôt à la convalescence, qui lui impose déjà, à ce stade de son excursion mexicaine, de « souffler un peu » à la pulquería. Cet épuisement altère sa perception de sorte qu’il reste à plusieurs reprises incertain, pour elle et pour le lecteur, si certains détails mentionnés dans le texte surviennent effectivement dans la réalité, aussi fantastique soit-elle, ou bien s’il s’agit d’illusions des sens liées à la fatigue ou à la fièvre. C’est justement parce que les effets de la fatigue jouent un si grand rôle dans le texte pour la mise en place d’un système spatio-temporel ambivalent qu’aucune référence à celle-ci ne doit être omise dans la traduction : « Die Bank, auf der ich ausruhte » (8) doit être rendu de façon linéaire par « Le banc sur lequel je me reposais ». Dans la version de Lefebvre, cette indication fait défaut, sans raison aucune : « Le banc, sur lequel j’étais assise » (11).

23Ce repos sur le banc est l’occasion pour la narratrice de mettre en perspective son excursion au Mexique sur le fond de ses pérégrinations d’exilée, et de déterminer plus précisément sa position, tout d’abord au sens le plus littéral, en fonction du degré de longitude où elle se trouve dans l’hémisphère occidental :

Die Bank, auf der ich ausruhte, war bis jetzt der letzte Punkt meiner Reise, sogar der äußerste westliche Punkt, an den ich jemals auf Erden geraten war. Die Lust auf absonderliche, ausschweifende Unternehmungen, die mich früher einmal beunruhigt hatte, war längst gestillt, bis zum Überdruß. Es gab nur noch eine einzige Unternehmung, die mich anspornen konnte : die Heimfahrt. (8)

24Si ce point est « der äußerste westliche Punkt » sur le plan spatial, il est aussi « der letzte Punkt » sur le plan temporel, mais la restriction « bis jetzt » infléchit cette assertion en laissant présager une suite prochaine de son périple, dans l’espace et dans le temps. La formulation de Lefebvre : « Le banc sur lequel j’étais assise était jusqu’à maintenant le terme de mon voyage » a l’inconvénient de renvoyer, avec le mot « terme », à une limite absolue, qui ne s’accommode guère de la relativisation induite par « jusqu’à maintenant ». C’est pourquoi nous préférons traduire par : « Le banc sur lequel je reposais était jusqu’à présent le point ultime de mon voyage. »

25De ce point même, la narratrice suit des yeux le chemin qui continue, dit-elle, « aus dem Dorf in die Wildnis », descendant jusqu’au bord du ravin avec, en point de mire, ce mystérieux « Winkel der weißen Mauer » du rancho, vers lequel elle s’est mise en route et qui, à peine ferme-t-elle ses yeux exténués, lui apparaît : « so weiß, dass er in die Innenseite der Augenlider geritzt schien » (8). Voici donc la première occurrence, dans la série des incertitudes déictiques évoquées précédemment, par lesquelles le texte va organiser le passage de l’évocation de l’excursion mexicaine à celle de l’excursion au bord du Rhin, puis le retour, peu avant la fin de la nouvelle, à la pulquería où la narratrice se repose à nouveau et prend une décision : « gleich morgen oder noch heute abend, wenn meine Müdigkeit vergangen war, die befohlene Aufgabe [zu] machen » (38), c’est-à-dire d’écrire la nouvelle que nous venons tout juste de lire.

  • 32 Cf. « […] in flimmrigem Dunst, von dem ich nicht wußte, ob er aus Sonnenstaub bestand oder aus eig (...)
  • 33 Cf. « Der Baumstumpf […] schien auch zuerst in einer dicken Wolke zu stehen […] der Dunst verzog s (...)
  • 34 Cf. « Der graublaue Nebel von Müdigkeit hüllte alles ein. Dabei war es um mich herum hell und heiß (...)

26Après quelques autres marqueurs de cette incertitude32 annonçant une telle transition, la frontière entre les deux excursions est atteinte à l’endroit où, dans le texte, la narratrice s’avance sous le porche vide du rancho et entend, « inwendig » (9), un grincement. C’est à cet endroit du texte où elle s’arrête à un tel seuil, que Lefebvre, en traduisant « inwendig » par « à l’intérieur » (12), suggère aux lecteurs une compréhension purement spatiale de « inwendig », grâce à laquelle il localise ensuite le grincement comme provenant sans équivoque de la cour intérieure du rancho. En gardant en mémoire la fonction occupée, dans la stratégie du texte, par ces incertitudes qui à l’occasion réapparaîtront33 et qui surtout marqueront à nouveau la transition, lors du retour de Mayence au Mexique34, notre traduction s’efforce, avec « du dedans », de respecter l’ambivalence de « inwendig », afin de permettre éventuellement au lecteur francophone d’interpréter lui aussi ce mot (tout comme c’est au minimum l’une des possibilités en allemand) au sens de « dans le for intérieur » de la narratrice.

27Mais revenons au banc devant la pulquería, qui est « bis jetzt der letzte Punkt » de ce voyage involontaire vers l’exil qui a transformé « (die) alte […] Reiselust » de la narratrice en « Überdruß », ainsi qu’un lieu de repos « am äußersten westlichsten Punkt, an den [sie] jemals auf Erden geraten war », au cours de l’excursion dans laquelle la convalescente s’est lancée « aus gewohnheitsmäßigem Zwang » et par « müßige Neugierde ». Lefebvre traduit la fin de la phrase par : « et même le point le plus à l’ouest où je sois jamais parvenue sur la terre » (11). Cela pourrait donner au lecteur francophone l’idée que la narratrice est (enfin !) arrivée au but consciemment visé de son voyage, ou même qu’elle se soit, comme Christophe Colomb, aventurée aussi loin que possible à l’ouest.

  • 35 Rappelons à ce sujet qu’en fuyant la France, la famille Seghers ne visait pas, au départ, le Mexiq (...)

28Mais comme dans le cas de « inwendig », dont sa traduction simplificatrice par « à l’intérieur » réduisait la polysémie, Lefebvre laisse perdre ici aussi une ambivalence : celle que revêt le mot « geraten » dans ce contexte. Son choix de traduction s’inscrit dans la continuité de l’erreur d’interprétation qui lui faisait considérer l’excursion vers le rancho comme une échappée libératrice hors du « gewohnheitsmäßigem Zwang », et non pas comme sa conséquence, et donc comme le résultat de la dégénérescence de cette « alte Reiselust » en « Überdruß » et en « müßige Neugierde ». Sa traduction « où je sois jamais parvenue sur la terre » (11) ne rend pas suffisamment compte de la proximité sémantique évidente créée dans le texte entre « jemals auf Erden geraten » et « nach Mexiko verschlagen ». Cette proximité se fonde sur un élément de sens commun aux deux expressions et soulignant précisément ce qu’ont d’arbitraire, de contraint et de presque non intentionnel, aussi bien le lieu de repos que celui de l’exil35. En optant pour la solution : « et même, vers l’ouest, le point le plus extrême où je me sois jamais retrouvée sur la terre », nous nous sommes efforcés de rendre le caractère pénible, attaché à tout cela, d’une errance subie à contrecœur, et nous essayons par là de conserver le plus grand nombre possible des caractéristiques de la nouvelle qui, en transformant la situation d’exil de l’auteur en texte, déterminent la construction du personnage de la narratrice ainsi que le mode de fabrication du texte en tant que texte, son procédé textuel.

29Le rendu des déictiques temporels place également le traducteur face à des problèmes considérables, que pour achever cette étude nous examinerons en comparant la version de Lefebvre et la nôtre. La description de l’excursion scolaire est structurée, selon le principe de la répétition avec variation, en une série d’épisodes centrés chacun sur la mort d’un des protagonistes. Les principaux niveaux temporels : l’excursion au Mexique de la narratrice exilée, l’excursion au bord du Rhin des écolières avant 1914, et les projections ou les retours en arrière dans l’entre-deux-guerres – qui ne constitue pas un niveau narratif autonome mais qui est à chaque fois la simple résultante du télescopage des deux autres – sont grammaticalement intégrés au texte en utilisant le prétérit comme temps principal de la narration, sans que cela porte atteinte à leur mise en perspective. À deux reprises cependant, à la fin d’une phrase commencée au prétérit – et cela juste après un évènement dont la narration est étonnamment faite au présent – le destin ultérieur d’une des écolières est anticipé au futur, et ce futur constitue à chaque fois le point d’orgue de la phrase.

30Dans les deux passages en question cette répartition inhabituelle des temps verbaux est utilisée, tel un leitmotiv, à propos du même sujet : à chaque fois c’est la mort d’un personnage qui est anticipée, ainsi que ce qui la précède ou lui fait suite, sans que ces deux passages aient néanmoins la même portée. Il s’agit tout d’abord de la mort d’Otto Fresenius ainsi que des réactions de sa bien-aimée Marianne, puis de la mort d’Ida, une autre jeune fille de la classe de la narratrice. D’un point de vue narratif, ces deux passages sont particulièrement saillants, dans la mesure où l’interaction complexe des différents niveaux de la structure spatio-temporelle du texte s’y donne à voir. Ils sont donc particulièrement appropriés pour examiner, dans une approche comparative, les problèmes de traduction résultant de cette technique de mise en perspective à l’aide de différents temps verbaux.

31La relation entre Otto Fresenius et Marianne est présentée par la narratrice comme la plus prometteuse de tout son entourage. Dans un même court passage du texte, sa destruction par la Première Guerre mondiale est évoquée à quatre reprises, d’un point de vue toujours différent. À chaque fois, le thème de la destruction de cette relation en train d’éclore, avant même d’avoir atteint son plein épanouissement, surgit soudainement en pleine description de l’excursion rhénane ; et c’est seulement dans la dernière occurrence qu’on relève cet emploi surprenant du présent et du futur. Il apparaît tout d’abord clairement que c’est la guerre qui interrompt tout net le déroulement naturel qui aurait mené les amoureux aux fiançailles puis au mariage, « denn der Bräutigam fiel ja schon 1914 ». Après une peinture au conditionnel irréel de la suite naturelle des choses, lors de la deuxième référence à la mort d’Otto : « Wär es allein nach Leni gegangen statt nach Kaiser Wilhelms Mobilmachung […], die beiden wären sicher ein Paar geworden », la mort fait une apparition fulgurante à la troisième occurrence, où elle fait irruption dans le spectacle de l’arrivée d’Otto accourant vers Marianne : « Jetzt kam Otto Fresenius, dem ein Geschoß im ersten Weltkrieg den Bauch zerreißen sollte, von seiner Liebe angespornt, als erster auf den Wirtsgarten zu » (21). à l’inverse, le quatrième passage est centré sur les réactions de Marianne :

Einen Finger noch immer in seinen gehängt, zeigte Mariannes Gesicht einen Ausdruck völliger Ergebenheit, der jetzt zum Ausdruck ewiger Treue wurde zu dem hohen, mageren, dunkelblonden Jungen, um den sie auch, wenn ihr Feldpostbrief mit dem Stempel « Gefallen » zurückkommt, wie eine Witwe in Schwarz trauern wird. (22)

32Le choc entre présent et futur dans une phrase par ailleurs formulée au prétérit rend ce passage d’autant plus expressif et marque ainsi le point d’orgue dans l’amour de Marianne pour Otto.

  • 36 Nous remercions Hartmut Haberland, Roskilde, pour cette indication.

33Mais ne s’agit-il pas ici du cas, tout à fait normal en allemand, où le présent est utilisé pour rendre un processus situé dans l’avenir, ce qui est d’ailleurs obligatoire avec le verbe perfectif « zurückkommen », alors que le verbe imperfectif « trauern » exige l’auxiliaire « werden » pour exprimer le futur ? Si bien que faire se succéder immédiatement deux formes verbales au futur serait ici de toute façon interdit pour des raisons d’ordre grammatical et syntaxique, et non pas seulement évité pour des raisons stylistiques36 ? Peut-être, mais cela n’épuise pas l’ambivalence voulue du passage. D’une part en effet, l’événement relaté appartient pour la narratrice à l’époque passée de la Première Guerre mondiale, mais d’autre part « wenn », combiné avec « auch », prend en plus, au-delà de cette valeur temporelle, une valeur causale et celle d’une relation logique conditionnelle (wenn – dann) : « wenn ihr Feldpostbrief mit dem Stempel “Gefallen” zurückkommt », wird « sie auch […] wie eine Witwe in Schwarz trauern » (22). Cela pourrait être rendu grâce à l’ambivalence d’expressions comme « du moment où » ou bien « dès lors que », mais cela ne résoudrait pas encore le problème du transfert du présent allemand que l’on ne peut employer ici en français. C’est pourquoi nous avons tenté de le résoudre par une nominalisation : « au retour de sa lettre », et en traduisant ensuite « auch » par « en conséquence ». Nous avons abouti ainsi à l’énoncé suivant :

Un doigt toujours suspendu au sien, Marianne présentait sur son visage une expression de complet abandon, qui à cet instant se mua en une expression de fidélité éternelle envers le grand jeune homme maigre aux cheveux châtain dont, en conséquence, elle portera, au retour de sa lettre en franchise militaire marquée du tampon « Tombé au combat », le deuil en noir comme une veuve.

34À l’inverse, Lefebvre structure la succession des formes temporelles comme suit :

Un doigt toujours accroché au doigt de son ami, Marianne avait sur le visage une expression d’abandon total, qui devint ensuite une expression de fidélité éternelle envers ce grand garçon maigre aux cheveux châtains, pour lequel elle devait prendre le deuil comme une veuve quand la poste militaire lui retourna sa lettre avec le cachet « Mort au champ dhonneur ». (31)

35Cette version change le positionnement de la narratrice, puisque Lefebvre la maintient sur le plan narratif de l’excursion au bord du Rhin et lui fait raconter la réaction de Marianne à l’imparfait de l’indicatif ayant valeur de futur dans le passé (Vergangenheitsfutur) : « devait prendre le deuil comme une veuve », alors que l’arrivée de la lettre fatale est relatée comme un processus déjà clos : « quand la poste militaire lui retourna sa lettre ». Or dans le texte original c’est précisément le changement de position de la narratrice quittant le plan de l’excursion pour rendre le lecteur témoin de la scène, qui permet à ce passage d’atteindre son apogée.

36Chez Lefebvre, l’annonce de la mort d’Otto ainsi que le deuil de Marianne sont rendus supportables, ou même familiers, ils sont pour ainsi dire replacés dans l’ordre des choses et restent dans le ton des représentations traditionnelles. La mention « mort au champ d’honneur » est en contradiction flagrante avec le laconisme conscient de la formule d’Anna Seghers : « Gefallen ». Pour une contemporaine des deux Guerres mondiales ayant vécu dans sa jeunesse les ravages de la Première et qui avait déjà reçu de sa ville natale des informations terrifiantes sur ceux causés par la Seconde, faire passer à l’abattoir les générations « bonnes pour le service armé » parmi la population masculine des puissances belligérantes n’est en aucun cas synonyme d’une mort héroïque sur un quelconque « champ d’honneur ». Puisque le terme « tombé » ne peut s’employer seul en français, l’expression « tombé au combat », si elle ne peut conserver tout à fait la concision et la densité extrêmes de « Gefallen », ne nous semble pas moins rendre le dépouillement de ce passage, qui le situe bien loin de tout lyrisme de monuments aux morts. Ceci est d’autant plus important que Seghers renvoie ici précisément au « désordre » des choses qui frappa une première fois sa génération lors de la guerre qui, comme chacun sait, ne devint la Première Guerre mondiale que depuis la perspective de la Seconde, ce qui est signalé ici par la succession inattendue des temps verbaux.

  • 37 Cf. l’analyse détaillée de Klaus Schulte, « Wie vermittelt man… » (note 1), p. 123-159, ici p. 142 (...)

37À première vue, il pourrait sembler que la description de la mort d’Ida, une autre camarade de classe de la narratrice, au cours de laquelle on passe également très vite du prétérit au présent puis au futur, suive le schéma narratif déjà utilisé pour rendre la réaction de Marianne à la nouvelle de la mort d’Otto37. Les deux personnages sont en effet associés, dans la mesure où c’est la perte de leur amour de jeunesse durant la Première Guerre mondiale qui fera prendre à leur vie un cours funeste, en leur faisant trahir, une fois devenus nazis, tout ce qui les unissait encore avant 1914. Pour Marianne, c’est le bonheur d’une nouvelle relation avec un futur SS-Sturmbannführer, qui l’entraînera dans la catastrophe, qui aura un tel effet. Pour Ida au contraire, c’est le fait de s’étioler dans un chagrin (« Herzeleid ») jamais surmonté et dû à la mort de son fiancé tombé devant Verdun, qui fera d’elle une diaconesse, puis une infirmière grisonnante et une nazie fanatique, démentant ainsi non seulement sa « Lieblichkeit » passée, mais plus tard aussi la rigueur même de son éthique professionnelle. En effet, sans même avoir de fiancé dans la guerre actuelle mais toujours poussée par un désir de vengeance et remplie d’amertume, elle inculquera aux infirmières plus jeunes placées sous ses ordres les instructions officielles (« die staatlichen Anweisungen » (18)) et les détournera de toute compassion envers les prisonniers de guerre russes, afin de privilégier les seuls compatriotes.

38À la scène plaisante où, parée d’un ruban de velours, Ida descend en sifflotant et en gambadant de manière cocasse les escaliers de la terrasse du café au bord du Rhin, vient se superposer sans transition aucune celle où, « [e]inmal im russischen Winter 1943, wenn ihr Spital unerwartet unter dem Bombardement liegt », la bombe éclate, écrasant tout le monde (« Freunde und Feinde […] und natürlich auch ihren Lockenkopf »). Mais à cet endroit du texte il se passe encore autre chose que dans le passage où Marianne reçoit la nouvelle de la mort d’Otto, puisque la narratrice poursuit : « wird sie [Ida, NDR] genau so klar wie ich jetzt an das Samtbändchen in ihrem Haar denken und an das weiße, sonnige Wirtshaus » (27). Que le présent « liegt » ne soit pas simplement employé ici pour désigner, comme d’ordinaire, une action ou un processus qui, considéré depuis Mayence du point de vue de la narratrice, se situe dans l’avenir, est beaucoup moins douteux ici que là où il est dit que Marianne, « wenn ihr Feldpostbrief mit dem Stempel „Gefallen“ zurückkommt, wie eine Witwe in Schwarz trauern wird » (22). Cela est dû au fait que la formulation « wie ich jetzt » (27) laisse en effet ouverte la possibilité que le moment de la mort d’Ida puisse, même par rapport au niveau temporel de l’excursion mexicaine, être localisé dans l’avenir. Ce serait un moment qui ne se situe pas – comme par ailleurs tous les processus narrés dans le texte – « entre » les excursions de Mayence et du Mexique, et sur lequel est jeté un regard prospectif ou rétrospectif, mais qui tendrait à se confondre avec celui où se déroule le processus de narration lui-même. C’est seulement à l’instant même où nous nous apprêtons à finir la lecture du texte, donc à la fin du texte, que nous apprenons de la narratrice en tant que personne narrante que ce moment va commencer « gleich morgen oder noch heute Abend, wenn meine Müdigkeit vergangen war » (38). Et c’est, insiste la narratrice, « genau so klar wie ich jetzt », qu’Ida pensera à son ruban de velours et à l’idyllique excursion estivale, évoquée encore une fois avec son jardin au bord du Rhin et tous ses jeunes protagonistes : « die ankommenden Knaben und die abfahrenden Mädchen » (27), aussi clairement que nous, lecteurs, pouvons le faire, « heute und morgen, hier und dort » (28), en allemand et, sous réserve qu’un traducteur trouve une traduction respectant le procédé textuel d’Anna Seghers dans ce passage, dans d’autres langues.

  • 38 Cette première version de la traduction de Lefebvre est citée ici d’après sa reproduction dans Tho (...)

39En tout cas, Lefebvre avait dans un premier temps compris le présent « liegt » comme l’expression d’un simple futur lorsqu’il écrivait en 1956 : « Un jour […] quand son hôpital se trouvera tout à coup pris sous le bombardement, elle pensera »38, rapportant ainsi, de toute évidence, non seulement l’indubitable futur « wird sie […] denken » au plan temporel de l’excursion scolaire, mais aussi le verbe « liegt » (27). À l’occasion de la réimpression, en 1993, ce passage a été modifié de manière symptomatique : « Un jour, pendant l’hiver de 1943 en Russie, quand son hôpital se trouverait tout à coup pris sous le bombardement, elle devait se souvenir, aussi nettement que moi-même à présent de ce ruban de velours dans ses cheveux, et de l’auberge toute blanche et ensoleillée, de ce jardin au bord du Rhin, de ces garçons qui arrivaient et de ces filles qui repartaient » (39). À l’inverse de la version de 1956 où le commentaire « genauso klar wie ich jetzt » (27) manquait tout simplement – or c’est l’élément décisif permettant d’exclure que le regard porté sur la Russie en pleine Seconde Guerre mondiale le soit uniquement depuis l’excursion rhénane – il est désormais rendu de façon correcte. Mais l’ancienne tendance à aplanir les aspérités voulues du texte original ne l’emporte pas moins, entraînant de nouvelles modifications problématiques. Car, associé à l’indication « aussi nettement que moi-même à présent », le futur employé en 1956 (« se trouvera ») était visiblement devenu trop risqué. Dans la version de 1993, il est remplacé par « se trouverait », un futur antérieur à forme de conditionnel, qui est à son tour combiné avec l’imparfait de l’indicatif « devait se souvenir », au lieu du futur pourtant correct de la première version (« pensera »).

40Ce retour en arrière fait resurgir en un éclair, juste avant la mort d’Ida, le moment chargé d’espoir de l’excursion au bord du Rhin et ouvre, ainsi formulé au futur, la possibilité, même pour quelqu’un ayant viré au fascisme comme Ida, de trouver dans l’actualisation d’un passé positif des ressources pour l’avenir qui pourraient lui permettre de trouver une « issue » et une nouvelle orientation. Ce moment marque le seuil menant au tournant historique de la Première Guerre mondiale, avant lequel les forces motrices qui vont décider de l’évolution ultérieure de ces jeunes, en les séparant et en les dressant les uns contre les autres, ne se sont pas encore clairement manifestées. Il est donc d’autant plus important d’effectuer la transition du niveau de l’excursion scolaire racontée au prétérit à celui du présent, pour progresser de là vers le futur, même si cet emploi des temps verbaux va à l’encontre des habitudes de lecture de lecteurs francophones habitués à une stricte concordance des temps. D’où notre choix de traduction :

[…] les yeux ronds que roulaient les jeunes gars et ceux en coulisse, remplis d’aise, de ce vieux professeur siroteur de café étaient posés, réjouis, sur sa tête bouclée qu’entourait un ruban de velours. Un jour de l’hiver russe de 1943, à l’instant même où son hôpital se trouve pris à l'improviste sous le bombardement, elle pensera aussi clairement que moi maintenant à ce petit ruban de velours dans ses cheveux, et à l’auberge blanche baignée de soleil, et au jardin au bord du Rhin, et aux garçons en train darriver, et aux filles en train de repartir.

41Lors du récit de la mort de Gerda également, les déictiques temporels jouent un rôle important, et notamment un passage surprenant du prétérit au présent (mais cette fois suivi d’une forme au parfait au lieu d’un futur), puis retour à l’imparfait pour finir par un plus-que-parfait :

Wenn auch ihr Leben zuletzt unbeachtet und sinnlos endete, so war darin doch nichts verloren, nicht die bescheidenste ihrer Hilfeleistungen. Ihr Leben selbst war leichter vertilgbar als die Spuren ihres Lebens, die im Gedächtnis von vielen sind, denen sie einmal zufällig geholfen hat. Wer aber war denn zur Stelle, ihr selbst zu helfen […] ? Niemand war da, um sie rechtzeitig zu beruhigen […]. Niemand stand ihr bei. Sie blieb in dieser Stunde hoffnungslos allein, wie vielen sie selbst auch beigestanden hatte. (19)

42Faire le bon choix entre les différents temps possibles du passé en français, et surtout répondre à la question si et comment on peut traduire l’interruption du temps de la narration par un énoncé au présent, tout cela s’avère décisif pour conserver au texte son geste même.

43Après avoir caractérisé avec force cette camarade (« zur Krankenpflege und Menschenliebe geboren, zum Beruf einer Lehrerin in einem aus der Welt fast verschwundenen Sinn »), et en net contraste par rapport à un tel jugement, la narratrice dresse au moment même où elle rapporte le suicide de Gerda un bilan de sa vie, dans lequel se mêlent à parts égales une tristesse profonde, un sens impitoyable des réalités et les affres d’une inquiétude qui n’est pas uniquement cantonnée au passé. Ce bilan conjugue le renvoi aux traces de cette vie qui s’est achevée (« unbeachtet und sinnlos ») – des traces qui, plus durables que cette vie même, demeurent présentes dans les mémoires (« im Gedächtnis von vielen […], denen sie einmal zufällig geholfen hat ») – avec cette question lancinante qui, visant les absents, tend également à englober la narratrice exilée (« Wer aber war denn zur Stelle, ihr selbst zu helfen […] ? » (19)) et reçoit par deux fois une réponse négative et lapidaire. Dans la langue cible, cette question désespérément accusatrice doit absolument être conservée en tant qu’élément sur lequel repose le fort impact de ce passage. D’où notre solution : « Mais qui donc fut là pour la secourir […] ? ». Dans la traduction de Lefebvre : « Il ne se trouva personne cependant pour lui prêter assistance » (27), cette nuance expressive se perd.

44Bien que rien ne vienne atténuer le douloureux bilan de la narratrice, Anna Seghers est proche ici de la conception d’Ernst Bloch selon laquelle, même sous les conditions du nazisme, il existe bien un « héritage de ce temps », un « compte qui n’est pas clos », qui dépendait un jour d’un présent non advenu et qui renvoie à un avenir encore ouvert, même si, à quelque degré que ce soit, ce dernier risque d’arriver « trop tard ». C’est pourquoi il nous paraissait important de conserver tout ce qu’il était possible de la formulation, plutôt inhabituelle en allemand, selon laquelle, malgré la marginalisation absurde dans laquelle cette vie avait pris fin : « so war darin doch nichts verloren ». En ayant recours à la forme verbale « war […] nichts verloren » (19), au lieu du terme attendu « vergeblich », Seghers fait le constat que la vie de Gerda était centrée sur l’intervention active, ce qui a laissé des traces qui se révèlent durables. D’où notre décision de traduire ce fait par le passé simple « rien n’en fut perdu » et non, comme Lefebvre, par un imparfait : « Mais rien de ce qu’elle avait fait au cours de cette vie n’était perdu » (27). Cet imparfait rend plus flou, par rapport aux différents niveaux temporels du récit et à leur mise en perspective, le point de vue selon lequel est dressé ce constat, et il en affaiblit le caractère lapidaire de bilan fait après coup, ou pour ainsi dire d’oraison funèbre ou d’épitaphe. C’est pour la même raison que nous avons rendu par un présent et un parfait le passage où l’héritage de la vie de Gerda apparaît dans toute son actualité : « Ihr Leben selbst war leichter vertilgbar als die Spuren ihres Lebens, die im Gedächtnis von vielen sind, denen sie einmal zufällig geholfen hat » (19). Ce rappel, voulu par la narratrice, disparaît précisément chez Lefebvre : « Sa vie elle-même était plus facile à détruire que les traces qu’elle avait laissées dans la mémoire de tant de gens auxquels le hasard, un jour, lui avait fait porter secours. » (27) Puisqu’il est impossible en français de rendre tel quel ce présent de l’indicatif utilisé dans un récit mené au passé, nous avons essayé de le prendre en compte d’une autre manière : « Sa vie même était plus facile à anéantir que les traces de cette vie subsistant dans la mémoire de bien des gens à qui un jour par hasard elle a porté secours. »

  • 39 Die Kraft der Schwachen est le titre choisi par Seghers pour un cycle de nouvelles paru en 1965 ch (...)

45Même morte, Gerda se trouve au cœur de l’épisode en tant qu’agent actif, c’est pourquoi il nous semblait essentiel de la maintenir en position de sujet de ses propres actions. La logique de la phrase correspondante chez Lefebvre tend – même de façon peut-être involontaire – à faire d’elle le jouet du hasard, ce qu’elle n’est aucunement aux yeux de la narratrice. En effet, dans le texte allemand, elle est présentée comme prédestinée à chercher toute personne à qui elle serait « vonnöten », et comme soucieuse de découvrir « immer und überall » des « Hilfsbedürftige » (19). Ainsi, Gerda incarne sans nul doute, malgré la fin prématurée de sa vie, cette « force des faibles »39 sans laquelle, selon Seghers, il n’y aurait pas eu de résistance.

  • 40 Curt Meyer-Clason, Die Menschen sterben nicht, sie werden verzaubert. Begegnungen mit Amado – Borg (...)

46Pour ce dernier exemple des choix de traduction que nous nous sommes efforcés de justifier dans cette étude, nous tâchons également de suivre dans le texte français le principe qui structure l’ensemble du texte original : maintenir comme telle la contradiction au lieu de l’aplanir ! Une mort radicalement solitaire, malgré les traces indélébiles laissées par cette vie dans la vie de tant d’autres. C’est seulement dans la rhétorique euphémisante des entreprises de pompes funèbres que l’on peut dire d’une femme qui meurt de la sorte : « elle n’est plus ». Aussi implacable que la mort elle-même, Anna Seghers veut que celle de Gerda et de tous les autres soit prise au sens littéral. C’est d’ailleurs de façon tout aussi littérale qu’elle veut voir compris le fait – qu’elle pose comme une évidence grâce à son procédé textuel particulier – que tous, en tant que morts, n’en sont pas moins encore là : présents à chaque fois, et ce indépendamment de l’heure et du lieu où quelqu’un lira, avec les yeux grands ouverts, cette extraordinaire nouvelle. Mais cela ne dépend-il pas en fin de compte de l’art et de l’intelligence du traducteur ? Et ce que tente de réaliser ce procédé n’est rien de moins que, pour reprendre la formule du collègue et ami d’élection d’Anna Seghers, Jorge Amado, transmise par son traducteur congénial, Curt Meyer-Clason : « die Wiederherstellung des Lebens durch die Kunst »40, la restitution de la vie par l’art.

Notes

1 Nous publions ici la version retravaillée et augmentée de la contribution présentée, à deux voix et en deux langues, à la journée d’étude « Traduire l’exil / Das Exil übersetzen » du 24 novembre 2006. Dans l’intervalle, une version écrite de la contribution première est parue en allemand sous le titre : « Exil, Textverfahren und Übersetzungsstrategie. Der Ausflug der toten Mädchen von Anna Seghers im Prisma verschiedener Übertragungen, vornehmlich ins Französische », dans Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch no 25 : Übersetzung als transkultureller Prozess, éd. Claus-Dieter Krohn et alii, en collaboration avec Michaela Enderle-Ristori, Munich, éd. text+kritik, 2007, p. 90-111. – Sur la base des expériences effectuées dans le cadre de la nouvelle traduction française de Der Ausflug der toten Mädchen réalisée par Hélène Roussel, avec la collaboration de Klaus Schulte en tant que partenaire germanophone, nous poursuivons ici nos réflexions sur les problèmes d’une théorie et d’une critique de la traduction littéraire centrées sur l’esthétique de la réception. Ces réflexions ont déjà fait l’objet, de la part de Klaus Schulte, d’un exposé plus détaillé paru sous le titre : « Wie vermittelt man das literarische Ergebnis eines Zusammenstoßes zweier Kulturen an Leser aus einer dritten ? », Text & Kontext, numéro spécial 48 : Übersetzung als Kulturvermittlung – im deutsch-dänischen Kontext, Klaus Bohnen / Jan T. Schlosser (eds.), Kopenhagen, etc., W. Fink, 2004, p. 123-159. Klaus Schulte tente d’y tirer des conclusions, sur le plan de la réflexion littéraire, de la première édition danoise, parue sous sa direction, des nouvelles Die Reisebegegnung, Der Ausflug der toten Mädchen et Post ins gelobte Land. Nous tenons en outre à rappeler ici les travaux préparatoires, répertoriés dans l’article ci-dessus, effectués par Klaus Schulte, et pour deux d’entre eux, avec l’apport essentiel d’Elisabeth Bense comme coauteur (cf. E. Bense, K. Schulte : « Wann ist „Jetzt“ – wo ist „Hier“ – wer sind „Wir“ ? Sprach-und literaturwissenschaftliche Bemerkungen zu einigen Details im Textverfahren von Anna Seghers’Erzählung Der Ausflug der toten Mädchen », Europe Plurilingue no 15, éd. ARLE, Paris 8 – Saint-Denis, 1998, p. 47-82), mais aussi l’excellente étude de Thomas Aron qui nous a été d’une grande inspiration : L’Inscription de l’Histoire dans « L’Excursion des Jeunes Filles qui ne sont plus » avec le texte original de la nouvelle d’Anna Seghers, la version française de Joël Lefebvre et une note d’Aimé Guedj (Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1984), et qui est un chef-d’œuvre de la recherche sur Seghers injustement tombé dans l’oubli (cf. à ce sujet le compte rendu de E. Bense et de K. Schulte, « Trouvaille ! », Argonautenschiff. Jahrbuch der Anna-Seghers-Gesellschaft, vol. 6, Berlin, 1997, p. 329-341). Rappelons encore Margaret R. Gonglewski, A discourse-analytic investigation of deixis in Anna Seghers’ „Der Ausflug der toten Mädchen“ » : oscillating place, time and person, Ann Arbor, Michigan UMI, 1996 (= Diss. Georgetown Univ., 1995), ainsi que la postface de Klaus Schulte : « De svages styrke – og fortællekunstens », dans Anna Seghers, Et Rejsemøde og andre fortællinger. På dansk ved Hans Chr. Fink. Efterord ved Klaus Schulte, Roskilde, Batzer & Co., 2004, p. 149-175.

2 Anna Seghers, « Die Reisebegegnung », dans A. S., Steinzeit. Erzählungen 1967-1980, Berlin, Aufbau, 1994, p. 176-208, ici p. 196.

3 Pour le formuler, Kafka fait référence à la théorie linguistique hassidique selon laquelle « quand tu prononces un mot de Dieu, tu entres dans ce mot de tous tes membres » (ibid., p. 192), et se fonde sur elle pour proclamer sa propre conviction que « non seulement un individu », mais aussi « un peuple entier peut pénétrer dans un mot de sa propre langue ». C’est non sans ironie que Seghers fait précisément approuver bruyamment cette phrase à Gogol, lui qui, dans la discussion avec Kafka, manifeste sinon, et sans vergogne, des préjugés antisémites grands-russes, ce qui lui vaut les moqueries de Hoffmann.

4 Ibid., p. 196.

5 Dans la bibliothèque laissée par Anna Seghers ne figurent pas moins de 11 volumes différents de Kierkegaard des années 1905 à 1963, dans diverses éditions allemandes, une édition espagnole (Le concept d’angoisse) et une anglaise : Either/Or : a fragment of life, 2 vol., Princeton, University Press ; London, Humphrey Milford, University Press, 1944, cf. http://www.anna-seghers.de/dokumente/archiv_b.pdf.

6 Archives Anna Seghers de l’Académie des Beaux-Arts à Berlin (ASA), cote K 942 (Correspondance avec les maisons d’édition françaises).

7 ASA 798 (Corr. Seghers – Buber) : A. Seghers à B. J. Buber, le 13/6/1949.

8 En tout cas sa fille, Nadine Steinitz, qui sur notre demande a recherché ce manuscrit dans les papiers de sa mère se trouvant en sa possession, n’a pas pu le retrouver.

9 Cf. ASA 798, lettres des 13/06, 02/08, 05/08 et du 09/08/1949.

10 Anna Seghers, Transit. Roman, trad. de l’allemand par Jeanne Stern, Paris, La Bibliothèque Française, 1947.

11 Anna Seghers, La Septième Croix, trad. de l’allemand par F. Delmas, Paris, Gallimard, 1947.

12 Anna Seghers, Das Ende. Erzählung. Zweisprachige Ausgabe / La Fin. Conte. Éd. Bilingue, trad. par Jeanne Stern, Konstanz / Constance, Weller, 1948.

13 Anna Seghers, Œuvres, Paris, Livre Club Diderot, 1977. Cité ici d’après : Thomas Aron, L’inscription dans l’histoire… (note 1), p. 11.

14 Cette réédition renfermait d’ailleurs, outre une postface pénétrante de Jean Tailleur, quelques révisions non négligeables du texte, restées malheureusement anonymes, et qui pourraient dénoter d’un certain scepticisme de l’éditeur d’alors face à la traduction de Lefebvre.

15 Anna Seghers, « La Excursión de las Muchachas Muertas », Cuadernos Americanos, vol. XVIII (1944), no 6, p. 227-256 ; le nom du traducteur n’est pas indiqué.

16 Anna Seghers, « The School Excursion », The Yale Review, vol. 34, n4 (juin 1945), p. 706-732 ; le nom du traducteur n’est pas indiqué.

17 Cette traduction est parue dans le recueil d’Anna Seghers : El Fin : Cuentos de nuestros tiempos, Mexico, Centauro, 1947, p. 71-105 sous le titre : « La Excursión de las Chicas Muertas ». Elena Ballvé Müller, A. Sake (recte : Angela Selke !) et A. Sánchez Barbudo y sont indiqués comme traducteurs ; nous n’avons jusqu’ici pas eu la possibilité de faire l’autopsie de cette édition. Dans le catalogue de la Bibliothèque Nationale de Mexico consultable sur Internet, elle est référencée comme suit : http://132.248.77.3:8991/F/LBCQUAU5BE66V2HTTIC8N3ADFKSL7BFNB1CEQ5QC8UMDM2MELB-01402?func=find-acc&acc_sequence=003008923 (cf. Josefina Sandoval : México in Anna Seghers’ Leben und Werk 1940-1947, Berlin, Wissenschaftlicher Verlag, 2001, p. 120 sq. et p. 208), mais le nom de Ballvé Müller n’y est pas indiqué.

18 En tout cas, un indice vient corroborer l’hypothèse qu’il s’agit là de deux traductions différentes : c’est le fait que dans le titre de la première publication le mot « Mädchen » est traduit par « Muchachas », et dans le titre de la seconde par « Chicas ». Deux des trois traducteurs indiqués dans l’édition de 1947 étaient un couple d’intellectuels espagnols antifranquistes exilés au Mexique, et qui travaillaient fréquemment ensemble. En tant qu’essayiste reconnu, Antonio Sánchez Barbudo collaborait à la revue Cuadernos Americanos où parut la première traduction sur laquelle ne figurait aucun nom de traducteur. On est donc tenté de penser que celle-ci, de même que très probablement la seconde, aura été réalisée soit en collaboration par lui et par sa femme, l’historienne des religions Angela Selke, soit uniquement par lui. Mais même dans ce dernier cas, il est vraisemblable que les deux traductions se fondent sur des versions différentes du texte original de Seghers correspondant à deux étapes différentes dans la genèse de la nouvelle ; cf. plus bas dans le texte.

19 Anna Seghers, « La Excursión de las Muchachas Muertas », dans Narradores alemanes contemporáneos. Selección y ordenamiento de Wolfgang R. Langenbucher, traduction de Norberto Silvetti Paz, Buenos Aires, Sudamericana, 1970. Cette publication fut rééditée en 1972.

20 Anna Seghers, La Excursión de las Niñas Muertas, La Habana, Editorial Arte y Literatura, 1975.

21 Professeur émérite à l’université Lyon 2, Joël Lefebvre a traduit notamment, outre cette nouvelle et une autre d’Anna Seghers : Das Ende, des textes de Thomas Müntzer, de J. M. R. Lenz et de Kant, ainsi que deux textes allemands sur la Révolution Française. Il est décédé le 1er juillet 2007. Pour plus d’informations sur ses œuvres complètes, voir la notice nécrologique rédigée par son collègue lyonnais, Jean-Claude Margotton, dans le numéro d’AGES-Info de septembre 2007 : http://www.ages-info.org/AGES-Info%20Sept2007.pdf.

22 L’expression fut lancée au xviie siècle pour caractériser plaisamment une traduction de Nicolas Perrot d’Ablancourt. Elle fut ensuite choisie par Georges Mounin comme titre de son étude critique de l’histoire de la traduction en France : Les belles infidèles. Essais sur la traduction, Marseille, 1955.

23 Lassalle revient sur cette mise en scène dans l’interview « Épiphanie et chambre claire », parue dans le dossier de la revue Europe consacré à Anna Seghers à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance (n os 854/855 de juin / juillet 2000, p. 251-257).

24 Cf. à ce sujet plus particulièrement : Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995, p. 11-97.

25 Cf. Klaus Schulte, « Wie vermittelt man… » (note 1).

26 Nous remercions Susanne Jakobsen d’avoir bien voulu se charger de cette tâche.

27 Cf. note 16.

28 Cf. à ce sujet Christiane Zehl Romero, Anna Seghers. Eine Biographie 1900-1947, Berlin, Aufbau, 2000, p. 432-434 et p. 526, notes 58 à 74. Il ressort clairement du contexte que la date du 27 mars indiquée à la page 433 ne peut se référer qu’à l’année 1944, et non à 1943.

29 Anna Seghers, Der Ausflug der toten Mädchen, Berlin, Aufbau, 2004, p. 7. Les citations suivantes extraites de cette même édition seront suivies dorénavant, dans le texte ainsi que dans les notes, du numéro de page indiqué entre parenthèses et en romain.

30 On est en droit de se demander si, dans le champ lexical vers lequel se dirige ici la narratrice, et avec elle le lecteur, l’expression tout aussi familière et expéditive « jemanden dahin wünschen, wo der Pfeffer wächst » (« envoyer quelqu’un là où pousse le poivre » pour dire « envoyer balader quelqu’un ») ne serait pas un pendant sémantique évident de ces deux expressions idiomatiques implicitement présupposées ici. Peu après en tout cas, elle découvre dans l’âpre paysage mexicain deux poivriers : « zwei Pfefferbäume glühten am Rand einer völlig öden Schlucht ». Elle a l’impression de « venir de la lune » pour l’hôtelier mexicain et perçoit dans le même temps le paysage mexicain comme un paysage lunaire (« kahl und wild wie ein Mondgebirge »). Le lien établi entre les motifs de la lune et des poivriers est probablement une allusion souterraine à la situation d’exil de la narratrice au Mexique. Du moins le voisinage étroit de ces deux motifs dans le texte incite-t-il le lecteur à les combiner en une figuration métaphorique, complexe et cryptée, de la situation d’exil de la narratrice au Mexique.

31 Anna Seghers, L’Excursion des jeunes filles qui ne sont plus. Récit traduit de l’allemand par Joël Lefebvre. Postface de Jean Tailleur, Toulouse, Éditions Ombres, 1993, p. 9. Les citations suivantes extraites de cette même édition seront suivies dorénavant, dans le texte, du numéro de page indiqué entre parenthèses et en italique.

32 Cf. « […] in flimmrigem Dunst, von dem ich nicht wußte, ob er aus Sonnenstaub bestand oder aus eigener Müdigkeit, die alles vernebelte, so dass die Nähe entwich und die Ferne sich klärte wie eine Fata Morgana. Ich stand auf, […] wodurch der Dunst vor meinen Augen ein wenig verrauchte » (8) ; « Die weiße Mauer rückte näher. Die Wolke von Staub oder auch von Müdigkeit, die sich schon ein wenig gelichtet hatte, verdichtete sich, […] glänzend und flimmrig. Ich hätte an mein Fieber geglaubt, wenn nicht ein leichter heißer Wind die Wolken wie Nebelfetzen nach anderen Abhängen hin verweht hätte. » (9) – Pour l’édition citée et les règles de citation voir note 29.

33 Cf. « Der Baumstumpf […] schien auch zuerst in einer dicken Wolke zu stehen […] der Dunst verzog sich. » (10) ; « Die blaue Wolke von Dunst, die aus dem Rhein kam oder immer noch aus meinen übermüdeten Augen, vernebelte über allen Mädchentischen […]. Die Dunstwolke verschwebte vor meinen Augen […] » (15).

34 Cf. « Der graublaue Nebel von Müdigkeit hüllte alles ein. Dabei war es um mich herum hell und heiß, nicht dämmerig wie sonst in Treppenhäusern. Ich zwang mich zu meiner Mutter hinauf, die Treppe, vor Dunst unübersehbar, erschien mir unerreichbar hoch… » (36-37) ; « Die Stufen waren verschwommen von Dunst, das Treppenhaus weitete sich überall in einer unbezwingbaren Tiefe wie ein Abgrund. Dann ballten sich in Fensternischen Wolken zusammen, die ziemlich schnell den Abgrund ausfüllten » (37) ; « Ich konnte nicht mehr unterscheiden, was Bergkämme und was Wolkenzüge waren. » (38).

35 Rappelons à ce sujet qu’en fuyant la France, la famille Seghers ne visait pas, au départ, le Mexique mais les USA. C’est seulement en raison de la politique accueillante du gouvernement mexicain à l’égard des antifascistes espagnols et allemands, y compris des communistes, qu’elle s’est « retrouvée » (geraten) au Mexique après y avoir été « rejetée » (verschlagen) par la politique de refus des USA. Dans le texte, Seghers a consciemment recours à une présentation schématique et poussée aux extrêmes de l’étrangeté du pays et de ses habitants, la faisant apparaître comme diamétralement opposée à l’idyllique paysage rhénan de sa jeunesse avant 1914 afin de consigner par écrit un triple choc existentiel : l’exil devenu d’une « exotique » étrangeté, les nouvelles reçues concernant la déportation de sa mère et la destruction de Mayence, ainsi que le fait d’avoir elle-même survécu, avec une fracture crânienne, une amnésie temporaire et une lésion des nerfs oculaires, à un accident presque mortel. Certains lecteurs mexicains ont pu regretter que la nouvelle ne propose pas, au lieu de la vision non dénuée de stéréotypes contemporains courants sur le Mexique que Seghers donne ici, une perspective plus empathique sur le pays d’accueil ; cf. à ce sujet Olivia C. Diáz Pérez, « Das Bild Mexikos und die Exilerfahrung im Werk von Anna Seghers », Argonautenschiff. Jahrbuch der Anna-Seghers-Gesellschaft Berlin und Mainz e.V., vol. 11 (2002), p. 92-94 et Josefina Sandoval (note 17), passim. Mais à la différence de l’essai conçu juste après son retour dans la Zone d’occupation soviétique sur la peinture murale mexicaine, ou de nouvelles plus tardives comme Crisanta, Die Heimkehr des verloren Volkes ou Das wirkliche Blau, l’enjeu pour l’auteur ici n’est pas encore du tout le Mexique en tant que pays, sa population hospitalière et multiethnique, ni sa culture et son histoire, fascinantes de contradictions.

36 Nous remercions Hartmut Haberland, Roskilde, pour cette indication.

37 Cf. l’analyse détaillée de Klaus Schulte, « Wie vermittelt man… » (note 1), p. 123-159, ici p. 142-147.

38 Cette première version de la traduction de Lefebvre est citée ici d’après sa reproduction dans Thomas Aron, L’Inscription de l’Histoire… (note 1), p. 144.

39 Die Kraft der Schwachen est le titre choisi par Seghers pour un cycle de nouvelles paru en 1965 chez Aufbau. Il a été traduit en français par Jeanne Stern sous le titre La force des faibles, Paris, Albin Michel, 1968.

40 Curt Meyer-Clason, Die Menschen sterben nicht, sie werden verzaubert. Begegnungen mit Amado – Borges – Cabral de Melo Neto – Drummond de Andrade – García Márquez – J. U. Ribeiro – Guimarães Rosa, München / Zürich, Piper, 1990, p. 35.

Auteurs

Ancienne élève de l'ens, agrégée et docteur en études germaniques. Maître de conférences honoraire de l’université de Paris viii depuis 2011. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle et sociale de la République de Weimar et sur la littérature et la presse des exilés allemands. Elle a co-dirigé plusieurs ouvrages : Les intellectuels et l'État sous la République de Weimar (1993) ; Exil, Résistance, Autre Allemagne : l’opposition allemande au IIIe Reich (1998) ; Rechts und links der Seine (2002). Elle est aussi traductrice littéraire, notamment d’Anna Seghers : Ce bleu, exactement (1997) ; Jans va mourir (2001).

Associate professor en études germaniques et études interculturelles à l’université de Roskilde au Danemark. Ses recherches et publications portent principalement sur la littérature allemande de l’exil (A. Seghers, B. Brecht et J. Rieger), sur l’analyse politique du fascisme et de l’antisémitisme, sur les problèmes culturels de la mondialisation, et sur la traduction comme médiation interculturelle. Ouvrages : Einspruch - Objection - Indsigelse (co-dir., 2011).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search