Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et polémiques dans l’épistolaire

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre VI. Autour de la médecine

L’art de la controverse dans la préface médicale au XVIe siècle

Magdalena Koźluk

Texte intégral

  • 1 Le cas de Galien (130-200) et de son écrit De facultatibus nous a jadis servi d’exemple de l’affro (...)

1Dans l’histoire de la médecine la controverse médicale n’a jamais été une lutte abstraite ou anonyme. Bien au contraire, elle revêtait souvent la forme d’une confrontation dialectique entre rivaux professionnels, fondateurs d’écoles et maîtres à penser, dans laquelle le médecin-philosophe était avant tout un rhéteur rompu à la dispute publique1. La préface médicale au xvie siècle se présente, elle aussi, comme un espace de véritables jeux rhétoriques où les médecins-préfaciers mettent leur écriture au service de l’objectif majeur de leurs discours : louer la médecine « docte et rationnelle » et conserver sa position prestigieuse.

  • 2 Stone Howard, « The French Language in Renaissance Medicine », Bibliothèque d’Humanisme et Renaiss (...)

2Le propos de notre article est de montrer l’art de la controverse tel qu’il se laisse voir dans les préfaces des traités de médecine et qui porte sur les bouleversements qu’introduit à l’époque la nouvelle rivale de la médecine universitaire – la médecine chimique, dite « paracelsiste ». Nous allons tenter d’analyser en particulier les discours de deux auteurs, qui, traitant du même sujet, prennent deux formes différentes, invective et anecdote, et utilisent l’espace de la préface pour exprimer un contenu tout à fait actuel. Nous avons choisi deux épîtres dédicatoires composées en français, car même si l’horizon reste celui de la latinité, un tournant se dessine vers le vernaculaire à l’époque qui nous intéresse2.

  • 3 Sur le mouvement du paracelsisme voir l’étude de Kahn Didier, Alchimie et paracelsisme en France à (...)
  • 4 Pagel Walter, Paracelse. Introduction à la médecine philosophique de la Renaissance, trad. de l’an (...)
  • 5 Debus Allen G., La Médecine chimique, dans Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 2 De la (...)

3Afin de mieux saisir le contexte de la controverse paracelsiste à l’époque, rappelons juste deux points : les idées de Paracelse en tant que partisan de la nouvelle médecine ont déclenché en France une vive réaction, postérieure à la mort du philosophe-médecin en 15433. Soulignons aussi que, par-delà l’opposition de la médecine galénique à la nosologie et aux conceptions que se faisait Paracelse de la nature et de la physiologie humaines, la réaction contre le médecin suisse tient surtout à sa critique radicale de l’institution et de la tradition universitaires. En effet, Paracelse repoussait l’autorité des auteurs antiques et médiévaux dans le domaine de la philosophie naturelle aussi bien que dans celui de la médecine4 ; il critiquait le système éducatif fondé sur la logique et les disputes formalistes, qui ne laissait guère d’espace à l’innovation et n’admettait pas les idées en conflit avec la tradition5 ; il a abandonné la « sainte lecture » des auteurs classiques et s’est prononcé en faveur de l’observation directe des phénomènes naturels.

La controverse à travers l’invective

  • 6 D’après l’exemple de la 1re préface (adressée à Henri III) et de la 2e préface (adressée à Messieu (...)
  • 7 Ibid., fo 5 ro.

4Le premier exemple est celui de deux préfaces d’André du Breil (Angevin, docteur régent à la Faculté de médecine de Paris). Il nous servira pour aborder la controverse iatrochimique à travers l’invective6. Notons d’abord que le contenu de ces préfaces vise à attaquer le paracelsisme (appelé aussi parfois le charlatanisme) et la bataille épistémologique est ici, tout comme dans le De facultatibus de Galien, plus qu’évidente. Ce qui est intéressant dans la perspective de l’analyse rhétorique, c’est ensuite la tonalité agressive, présente tout au long de ces préfaces. Or, cette tonalité dans le cas de l’auteur, André du Breil, paraît bien justifiée (souci délibéré de véracité). Le médecin, comme en témoignent les éléments d’autobiographie figurant dans la seconde préface, allégués par lui-même, se sent tout à fait autorisé à protéger « ce divin et excellent estat de Medecine »7 : il avait prêté son serment devant Dieu et devant le jury de la ville de Rouen ; il a même été choisi le 13 août 1576 par le Sénat de la ville de Rouen pour protéger la médecine universelle. Sa charge consistera en effet à

  • 8 Ibid.

amplement declarer, redarguer, et reprendre une multitude de malings esprits, inventeurs de tromperies, subtilitez, finesses, et cautelles, pour decevoir et tromper leurs prochains, sous pretexte de les secourir, et aider en leurs extresmes necessitez.8

  • 9 « Sire, voyant l’ardent desir joinct avec une urgente necessité, qu’avez de bien policer vostre Ro (...)
  • 10 « lesquels [abus et erreurs] par licence, ont par cy devant prins tel accroissement, qu’ils pourro (...)
  • 11 « A cette occasion, j’ay prins la hardiesse, Sire, remonstrer à vostre Majesté [...] les insignes (...)

5De plus, partisan de la médecine universitaire, André du Breil choisit comme le destinataire de sa première préface nul autre que le roi de France, Henri III lui-même. Déjà dans sa justification de l’entreprise, André du Breil vise à amadouer le monarque par un propos laudatif qui contient la prémisse de son projet – le roi est un souverain soucieux de l’ordre et de la morale de son État qui ne néglige pas les bons conseils qu’on lui donne sur les affaires publiques9. C’est ainsi qu’André du Breil pense encourager Henri III à prendre des mesures contre les abus qui peuvent porter préjudice à l’État10 et surtout faire voir au roi les abus et excès que de son temps on observe en médecine11.

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., fo 2 vo.

6En se comparant enfin à un bon agriculteur « lequel devant que de semer ou planter sa terre, a soing de la bien cultiver, labourer, et purger de mauvaise herbes, pierres, et autres choses nuisibles »12, le médecin-préfacier désire éliminer tout ce qui porte préjudice à la médecine universitaire. Il fait allusion à la situation de la médecine dans l’Antiquité : il y a toujours eu en médecine les bons et les mauvais, ceux qui enseignaient la bonne doctrine et ceux qui la détruisaient. C’est une occasion pour évoquer les noms des autorités reconnues ; en mettant Galien à côté d’Aristote, on fait valoir le prestige de « sa médecine » ; tous ceux, par contre, qui s’opposent à leur doctrine, méritent le nom de « deguiseurs de matieres qui deterroient les bons, et genereux esprits d’apprendre lesdictes sciences »13. Lorsque notre préfacier aborde le sujet de l’état de la médecine contemporaine, son discours prend plus d’ampleur et il est marqué par l’énumération et l’amplification :

  • 14 Ibid.

ce que nous voyons de present avoir lieu en la Medecine, laquelle par je ne sçay quels imposteurs, trompeurs, ignares, et imperits, s’en va du tout pervertie, aneantie, et deshonorée ; de sorte qu’on diroit, que c’est un art de theriacleurs, basteleurs, et vrays abuseurs, qui au lieu de bonne doctrine, sement une zizanie : laquelle non seulement suffoque le bon grain : mais descouragent les hommes genereux, illustres, ingenieux, forts, puissans, riches, et honorables de s’y addonner, suyvre, et ambrasser la vraye, et sincere science, la voyans ainsi mal traictee, et administree par telles abjectes, et viles personnes.14

  • 15 Ibid., fo a 3 ro.

7Après avoir désigné les coupables, le médecin évoque la condition actuelle de la médecine universitaire qui en résulte, par le moyen d’une cascade d’adjectifs dépréciatifs, « ainsi miserablement prostituee, abolie, abastardie, souillée, contaminée, commaculée, mise à neant, et à vil prix par des empoisonneurs, imposteurs, et gens de mauvaise vie »15.

  • 16 Ibid., fo a 6 ro.
  • 17 Ibid.
  • 18 « Je sçay bien, que ceux, qui sont desja detenus, et impliquez en leurs reths, persuadez de leur d (...)

8Lorsque l’ennemi est suffisamment démasqué, André du Breil laisse surgir l’émotion dans son discours. L’envie fervente de défendre la médecine officielle se substitue à l’esprit de l’argumentation rationnelle : à « ses ennemys sathaniques16 » on ne peut faire quartier ; il n’y a qu’une seule possibilité, les dénigrer. Pour le faire, André du Breil rabaisse d’abord leurs capacités intellectuelles et les présente comme ceux qui ne sont pas à même d’apprendre la médecine ; car tous les secrets de cette science, explique-t-il, « ne sont pas choses vulgaires, ne faciles pour entrer en la cervelle d’une femme, ou d’un homme, qui n’est pas versé en telles disciplines, arts, et sciences »17. Aussi les adeptes de la médecine populaire sont-ils rétifs aux enseignements des médecins savants18 et deviennent-ils ennemis de Dieu et de l’homme :

  • 19 Ibid., fo a 6 vo.

Quant aux Paracelsistes, ou autres plus subtils inventeurs de leur secte, ils ne me feront quiter les bons, et approuvez autheurs pour suivre leurs nouvelles inventions : par lesquelles ils pervertissent tout ordre divin, et humain, de tout temps, et ancienneté, et par toutes nations, jusques icy tenu, gardé, et observé en la Medecine, ny moins d’approuver leurs nouveaux secrets où entrent toutes sortes de mortiferes poisons : l’experience desquels a faict mourir une infinité de peuple, comme ils continuent chacun jour.19

  • 20 « Un nombre effrené d’hommes, et femmes impudens, et hardis abuseurs, librement, impunément et san (...)
  • 21 Ibid., fo a 6 ro.

9Mais la gradatio n’est pas finie. Les médecins-paracelsistes sont encore stigmatisés comme responsables de la ruine de l’État, de la morale et, argument rhétorique plus grave, de la mort des patients qui leur ont fait confiance20. Le préfacier utilise cet argument à plusieurs reprises et conclut son opinion par une métaphore éloquente à propos des charlatans et des gens qui se laissent traiter par eux : « un aveugle conduist l’autre : et le plus souvent tombent tous deux en une mesme fosse »21. Tout compte fait, le médecin déclare ouvertement sa lutte contre les paracelsistes et formule à la fin un avertissement contre eux, l’argument final étant presque une vraie menace à retenir dans la réalité :

  • 22 A. du Breil, op. cit., fo a 7 ro.

Desquels soyez advertis, pour, après avoir entendu leurs insignes abus, vous en donner de garde à l’advenir : affin qu’il ne soit trop tard de vous repentir, d’avoir si facilement adjousté foy à leurs reprouvez conseils, et d’avoir si legerement hazardé ce qu’estimiez le plus precieux, et que craigniez le plus perdre entre les mains de tels seducteurs.22

  • 23 Tolet Pierre, La Chirurgie de Paul Aegineta, Lyon, Estienne Dolet, 1540, p. 15.

10Bref, ce qui est intéressant de notre point de vue, celui de l’analyse rhétorique chez André du Breil, c’est le ton omniprésent de mépris agressif pour les adversaires (parfois une logorrhée), qui paraît, à n’en pas douter, une arme rhétorique toujours bien efficace. Sans pourtant vraiment connaître la médecine chimique, il la méprise, l’attaque et surtout il dénigre les paracelsistes. Dans son discours il fait appel à toutes sortes de figures propres au pathos parmi lesquelles l’énumération, l’amplification, la gradation et l’hyperbole sont les plus fréquentes. Grâce à ce savoir-faire rhétorique, André du Breil fait naître chez le lecteur l’impression de l’engagement personnel du « je » de l’écrivain et renforce son ethos. Toutes ces démarches font d’André du Breil un apôtre du conservatisme, prêt à plaider pour l’ancienne médecine et pour son idéologie « docte et rationnelle ». Le sort donc en est jeté ; l’écriture d’André du Breil fait front à « ung tas de Lanterniers advolés en France de plusieurs païs estranges »23, en devenant un manifeste qui soutient comme un dogme la prééminence de la médecine galénique ubique terrarum. Chez André du Breil donc, l’épître dédicatoire adressée formellement au roi constitue, en fait, un moyen de régler ses comptes avec des intrus qui mettent en question la doctrine traditionnelle.

La polémique à travers la consultation

  • 24 Les bibliothèques françoises de la Croix du Maine et du Verdier, Paris, chez Saillant et Nyon, Mic (...)
  • 25 Dariot Claude, Trois discours de la preparation des medicamens, Lyon, pour Antoine de Harsy, 1589.
  • 26 Cf. Koźluk M., L’Esculape et son art à la Renaissance. Le discours préfaciel dans les ouvrages fra (...)

11Il en va autrement dans le cas d’un médecin protestant de Pomar, Claude Dariot (1533-1594)24. Son paratexte diffère visiblement des préfaces d’André du Breil par sa tonalité qui est tout à fait pacifique25. La façon équilibrée et sytématique d’exposer la doctrine de Paracelse mais aussi l’élégance de son style font de Claude Dariot un médecin qui mérite notre attention26.

  • 27 Dariot Cl., Trois discours de la preparation des medicamens, op. cit., fo a 2 ro.
  • 28 Ibid., fo a 3 vo.
  • 29 Ibid., a 7 ro.
  • 30 Cette évolution s’explique bien sûr par deux raisons claires : hiérarchique et chronologique. Hiér (...)

12Notons d’abord qu’une des marques de l’écrivain est d’abord le choix réfléchi du dédicataire. D’un discours préfaciel à l’autre, la présence du lecteur semble de plus en plus limitée. C’est ainsi que nous rencontrons dans la première préface un dédicataire historiquement identifiable (« Guillaume de Montmorency, chevalier de l’ordre du Roy, Capitaine de cinquante hommes d’armes, des ordonnances de sa Majesté, Seigneur de Thoré »27) ; ensuite un « lecteur bénévole »28 concrétisé par quelques touches légères (les gens du métier que Dariot vise implicitement) ; enfin, une « préface »29 à un lecteur complètement effacé réduit au statut d’une fonction textuelle implicite30.

  • 31 Ibid., fo a 2 vo.
  • 32 Ibid.

13Claude Dariot se présente ensuite comme un esprit curieux des nouveautés. Dans sa dédicace à Guillaume de Montmorency, il annonce « quelque chose d’une grande difficulté »31, ou plus loin, une « chose nouvelle de laquelle usage n’[est] pas encores fort frequent »32. En insistant sur l’inconnu, il pique ainsi la curiosité du dédicataire. Puisqu’il y a une lacune, il faut la combler, et c’est ce qu’il va faire lui-même. Tout en voyant paraître dans la médecine un phénomène nouveau, les médicaments chimiques, Dariot se propose ainsi de faire connaître leurs propriétés et de prouver leur efficacité.

  • 33 Ibid., fo a 6 ro.
  • 34 Ibid.

14Mais il y a aussi, à l’origine de son œuvre, un intérêt individuel auquel s’ajoute une expérience personnelle. Dariot espérait que quelqu’un prendrait la peine de populariser la doctrine de Paracelse en France ; il attendait que « quelqu’un bien affectionné à la medecine, et au public, mist la main à la plume pour l’esclarcir davantage, et faire que les remedes fussent mieux cognus, et publiez pour le bien des hommes »33. Nous avons ici une information plausible : cette attente pourrait en effet expliquer le silence de Dariot long de près d’un quart de siècle, qui a suivi la publication de ses ouvrages astrologiques dans la deuxième moitié des années 1550. Mais son attente s’est avérée vaine ; personne ne s’est intéressé à Paracelse ni à sa doctrine. Au contraire, l’opinion se répandait selon laquelle « Paracelse, et ses sectateurs, renversoyent toute la doctrine de Galien et ses fondemens »34 – opinion qui, selon notre médecin, n’était rien d’autre qu’une insulte vide de sens.

  • 35 Ibid.

15Dariot décide alors de passer à l’action : « jaloux » de certains médecins, écrit-il, qui connaissaient Paracelse et « desirant profiter au public j’ay mis en avant ce petit discours, auquel ayant essayé d’apointer ce discord, j’essaye de monstrer la familiarité de ces remedes avec la nature de l’homme »35. Le livre serait donc né du désir de faire comprendre aux lecteurs que la doctrine de Paracelse n’est pas contradictoire avec l’enseignement de Galien – que ce n’est pas un révolutionnaire, que ses théories n’ont rien de subversif, qu’il ne mérite pas, enfin, les jugements sévères qu’on porte à son adresse. C’est ainsi qu’un projet didactique – faire connaître aux intéressés une pensée inconnue et méconnue – s’enrichit d’un aspect polémique : défendre Paracelse contre ses détracteurs.

16La troisième préface apporte un élément nouveau qui est également fort original à l’aube des temps modernes. Dariot fait semblant de prendre exemple sur les autres

  • 36 Ibid., fo a 7 ro.

qui font profession, non seulement des sciences, mais aussi des arts, tant liberaux que mechaniques, se travaillent journellement à enrichir, esclaircir, embellir, et rendre chacun le sien à la perfection desirable.36

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.

17Mais c’est en fait un message implicite : à savoir que la médecine n’est pas seulement une « science » spéculative, c’est aussi un « art », un savoir-faire. En louant la médecine « vrayment divine, et donnee de Dieu, pour la conservation du genre humain »37, Dariot insiste sur « un grand discord »38 qui existe entre la médecine théorique et « la partie active, qu’on nomme pratique, touchant les remedes et leur preparation »39. Effectivement, cette remarque fait penser au système d’enseignement de la médecine qui pendant des siècles avait monopolisé les écoles. Pourquoi y a-t-il ce déséquilibre ? Parce que, continue Dariot, la pratique est négligée au profit de la théorie, opiniâtrement cultivée par les doctes représentants de la médecine officielle (tel André du Breil par exemple). Or, poursuit-il, la thérapeutique ne peut pas s’appuyer sur la seule théorie. Elle a aussi besoin de pratique. Il faut rechercher de nouveaux médicaments, des préparations de remèdes plus efficaces et plus rapides. Certes, c’est là un travail difficile, exigeant un grand savoir médical, mais aussi du temps pour les préparations et avant tout l’acceptation de la nouvelle méthode qui demande l’exploration de la matière. Dariot jette sur ses confrères « dogmatiques » un regard moqueur ; il constate à propos de cette partie pratique qu’elle « est mise à mespris aujourd’huy, voire, rejettee par une grand’partie des hommes doctes, qui ne se paissent de simples opinions, ains de raison »40. La cause de ce refus par les doctes est d’ordre doctrinal : la pratique échappe à une explication rationnelle qui ne peut justifier que « la partie naturelle de la médecine »41. Aveuglément attachés au rationalisme, ces partisans du statu quo sont convaincus de « l’incertitude des effects des medicamens, [et ils] n’en peuvent approuver l’usage : ains enseignent, le meilleur estre de n’en user du tout »42. Contrairement à eux, Dariot choisit d’approfondir cette partie pratique de la médecine : « je veux », avoue-t-il, « en dire, et rapporter ce qu’il a pleu à Dieu m’en faire cognoistre tant par raison, que long usage, et experience »43. Il abandonne ainsi le préjugé rationaliste des conservateurs.

  • 44 Ibid., fo a 2 vo.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.

18Comme nous l’avons déjà remarqué, pour justifier son projet d’écriture, Claude Dariot puise dans son expérience personnelle. Ces éléments autobiographiques deviennent parfois un sujet à part entière. La dédicace à Guillaume de Montmorency renferme une digression de ce genre qui explique la genèse du livre. Voici que notre médecin a « une fois, receu cest honneur d’estre appellé à une consultation qui se fist »44 en présence du dédicataire, « pour la cure et guerison de certaine maladie »45. Les médecins, venus au secours du pauvre malade, délibèrent scientifiquement au pied de son lit sur les causes et les symptômes, citant probablement toutes les autorités possibles. Ils essayent de guérir le patient. Les chances de guérison semblent s’évanouir, « d’autant qu’on n’y avoit desja employé tous les remedes desquels on s’estoit peu souvenir, et qui estoyent propres à guerir tel mal »46. Quand son tour est venu, Dariot propose d’administrer :

  • 47 Ibid.

non pas de nouveaux remedes, mais ceux mesmes desquels on avoit usé au paravant, ou autres de mesme vertu et efficace, et que seulement il les falloit plus exactement preparer, assavoir au lieu de simples decoctions et poudres, qu’il falloit prendre les huiles distillees, et extraire les sels purs et simples, desquels on useroit au lieu des poudres.47

  • 48 Ibid., fo a 2 vo - fo a 2 vo.

19Au lieu donc d’appliquer des médicaments simples (liqueurs, poudres, cérats, pilules), Dariot propose d’utiliser des huiles distillées et d’en extraire les sels purs et simples. Certes, cette proposition novatrice n’a pas été approuvée ni d’ailleurs remise en cause par les autres médecins (malheureusement Dariot ne cite pas leurs noms) ; celui, par contre, qui s’y serait intéressé, c’est Guillaume de Montmorency. Le futur dédicataire ordonne alors à notre médecin « non seulement de rediger par escrit / [son] avis, mais aussi d’y ajouter les raisons, tant de [son] dire que de la preparation »48.

  • 49 Ibid., fo a 5 ro.

20L’avertissement au lecteur comporte une autre anecdote qui explique les causes de l’intérêt de Dariot pour Paracelse. Notre médecin avait été une fois appelé pour une consultation chez « une grand Dame, affligée de quelque temps à cause des grandes obstructions qui estoyent dans son foye et en sa ratte, avec debilitation d’estomach »49. Là, il a appris que

  • 50 Ibid.

il y avoit certains Medecins, lesquels avec fort peu de choses, qui n’estoyent mal aisees ni trop deplaisantes à prendre, guerissoyent les maladies : voir les plus grandes et en peu de temps, mesme la lepre, l’epilepsie, et autres de fort difficile guerison, et [elle] disait que cela se faisait par le moyens des destillations.50

  • 51 Ibid.

21Selon toute apparence, c’étaient nos paracelsistes. « Fondé sur la doctrine de nos anciens »51, Dariot s’est d’abord montré sceptique :

  • 52 Ibid.

je ne croyais pas, ayant apprins que la lepre confirmee, l’epilepsie envieillie, la forte apoplexie, les ydropysies sont fort difficiles à guerir, principalement les trois premieres, encore que je n’ignorasse pas la vertu des distillations pour les avoir veu pratiquer tant à Montpellier, qu’autre part.52

22Il est donc surpris d’apprendre une nouvelle qui remet en cause ses connaissances. Il avait assisté lui-même à la guérison de quelques malades se trouvant dans un état très grave (épilepsies), certes, mais chaque fois il s’agissait de cas non « envieilli » ou non « inveteré ». Sur le moment, le témoignage de la dame ne l’a pas convaincu ; néanmoins il s’est intéressé à cette nouvelle méthode et ce au point d’aller se renseigner auprès d’un autre médecin :

  • 53 Ibid., fo a 5 vo.

j’accostay le plus ancien, que j’aperceu estre homme docte et curieux, pour luy communiquer ce dont elle [alors cette dame] m’avait parlé la nuict precedente, le priant de m’en descouvrir et apprendre ce qu’il en sçavoit : ce qu’il m’accorda fort librement, qu’est qu’il me nomma l’Auteur de ces remedes, assavoir Paracelse.53

  • 54 Ibid.

23Satisfait de cette information, Dariot procède de façon sérieuse : il se procure à la librairie les œuvres disponibles de Paracelse. La lecture a produit sur lui une forte impression. Dans un premier temps, dit-il, « je me trouvois fort estonné ; mesme voyant qu’il [Paracelse] blasmoit fort la doctrine que j’avois aprise, et n’entendant quasi rien en la sienne, je fus quasi prest à jetter les livres au feu »54.

  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid., fo a 6 ro.

24Sa première réaction, orthodoxe, est tout à fait compréhensible. Mais plus tard, en se ressouvenant de certains termes employés dans un vieux manuscrit de philosophie, il a pu constater que ces termes étaient également utilisés par Paracelse, il reprend donc la lecture du maître. Après examen de ces œuvres, Dariot pense avoir enfin compris la théorie qui s’y déploie ; il constate que Paracelse « esclarcissoit ce que les premiers avoyent caché, mettant en usage pour la guerison des malades, ce que ses devanciers aproprioyent à leur pierre philosophale »55. Qui plus est, bien qu’il « crie contre la doctrine »56 de Galien, Paracelse utilise selon Dariot la méthode du docteur grec, « ayant seulement changé les noms, pour tout exprès rendre sa doctrine obscure, et admirable »57. L’originalité de Paracelse consiste en ce qu’il « use presque toujours des mineraux, qu’il apreste diversement, comme il l’a aprins en l’eschole, et aux livres des alchimistes »58. Or, les médicaments composés à la base des minéraux sont plus forts que ceux qu’on obtient des végétaux ou des animaux. Par conséquent, ils agissent plus vite et apportent une aide plus efficace. D’où l’intérêt que présente cette méthode.

25Dans la perspective d’un lecteur de l’époque, cette anecdote pouvait avoir valeur d’exemple : prouver qu’un homme nourri des idées traditionnelles était capable de les dépasser. D’autre part, cette anecdote, dont nous n’avons aucune raison de contester l’authenticité, montre le premier contact de Dariot avec les idées de Paracelse et le chemin intellectuel qu’il a traversé, du scepticisme initial à l’approbation finale. Elle fait voir aussi jusqu’à quel point l’expérience vécue, l’esprit critique et la curiosité sont solidaires de la découverte et du progrès en sciences.

  • 59 Cf. Kahn D., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance, op. cit., p. 334-335.

26En jetant un regard d’ensemble sur la justification du projet d’écriture, nous pouvons constater là encore une certaine évolution qui a trait à la force des arguments. Dariot essaye d’abord de prouver que les médicaments préparés chimiquement agissent plus promptement que les autres ; son intention est de présenter l’utilité de la doctrine de Paracelse. Ensuite, il veut mettre en évidence l’affinité de ces remèdes avec la nature de l’homme, c’est-à-dire démontrer que la doctrine de Paracelse est compatible avec celles d’Hippocrate et Galien59. Le médecin tient enfin à défendre la pratique comme complément nécessaire de la théorie médicale et, par ce biais, à révéler la supériorité de Paracelse ; car le penseur suisse a recours non seulement à des arguments « par raison », mais aussi au « long usage et experience ». La doctrine de Paracelse se présente ainsi comme une méthode alternative à la uetus medicina qui sera, peut-être, et même sûrement, plus efficace que l’ancienne.

27En conclusion, tout ce qui s’oppose à la médecine officielle porte atteinte au renom de ses fidèles. Tout ce qui est nouveau et diffère de la tradition de l’enseignement universitaire éveille la méfiance des médecins et devient l’objet d’une contestation qui se traduit surtout par la crainte de l’innovation. André du Breil et Claude Dariot sont tous les deux confrontés au même conflit. Le premier ignore et rejette l’innovation, le second, au contraire, s’en déclare partisan. Ils utilisent, l’un comme l’autre, des stratégies rhétoriques pour faire valoir leur point de vue. Le même sujet à débattre, le même souci professionnel prend pourtant, comme nous l’avons vu, deux formes différentes. Il est intéressant de noter que l’adresse au lecteur ou que la dédicace à un personnage important sert en fait de prétexte à un débat interne à la médecine, dont les enjeux professionnels échappaient probablement aux dédicateurs eux-mêmes. L’art de la controverse qui se laisse entrevoir au fil des préfaces des traités de médecine réside, de fait, dans une expression individualisée et dans une stylistique diversifiée et appropriée aux intentions de l’auteur. Cet art s’avère aussi d’autant plus efficace et convaincant qu’il recèle une touche personnelle, provenant de la vie ou de l’expérience du médecin.

Notes

1 Le cas de Galien (130-200) et de son écrit De facultatibus nous a jadis servi d’exemple de l’affrontement entre sectes antagonistes (dogmatiques, empiriques, méthodiques) ; nous l’avons analysé seulement du point de vue des stratégies rhétoriques. Voir Koźluk Magdalena, « “Illustre champion, n’imitez pas un rhéteur qui attaque sans prouver…” : argumenter, dénigrer – l’art de la polémique dans De facultatibus naturalibus de Galien », Eos, XCVI, fasc. 1, 2009, p. 127-136.

2 Stone Howard, « The French Language in Renaissance Medicine », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 15, 1953, p. 315-346 ; Carlino Andrea, Jeanneret Michel (éds.), Vulgariser la médecine. Du style médical en France et en Italie (xvie et xviie siècles), Genève, Droz, 2009, p. 18-23.

3 Sur le mouvement du paracelsisme voir l’étude de Kahn Didier, Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance, Genève, Droz, 2005, et plus particulièrement celle de Baudry Hervé, Contribution à l’étude du paracelcisme en France au xvie siècle (1560-1580). De la naissance du mouvement aux années de maturité : « Le Demosterion » de Roch le Baillif (1578), Paris, Champion, 2005.

4 Pagel Walter, Paracelse. Introduction à la médecine philosophique de la Renaissance, trad. de l’anglais par M. Deutsch, Grenoble, Arthaud, 1963, p. 71.

5 Debus Allen G., La Médecine chimique, dans Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 2 De la Renaissance aux Lumières, éd. par Grmek Mirko Drazen, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 40-47.

6 D’après l’exemple de la 1re préface (adressée à Henri III) et de la 2e préface (adressée à Messieurs de Rouen), toutes deux se trouvant dans André du Breil, La Police de l’art et science de medecine, Paris, Leon Cavellat, 1580, fo a 2 ro – fo a 8 ro. Voir aussi Kahn D., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance, op. cit., p. 306-308 ; Berriot-Salvadore Evelyne, « La Médecine restauratrice de l’ordre universel ? », dans Ordre et désordre dans la civilisation française, éd. par G. A. Pérouse avec la coll. de F. Goyet, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996, p. 19.

7 Ibid., fo 5 ro.

8 Ibid.

9 « Sire, voyant l’ardent desir joinct avec une urgente necessité, qu’avez de bien policer vostre Royaume de France, et le remettre en meilleur estat, integrité, et valeur, faisant fleurir, et regner la vertu, en reprimant les vices : et que prenez en bonne part les advertissements, qu’on vous donne des abus, et erreurs qui concernent le public » (ibid., fo a 2 ro).

10 « lesquels [abus et erreurs] par licence, ont par cy devant prins tel accroissement, qu’ils pourront estre en fin cause de la totale ruine, et destruction d’iceluy [le public], par diverses sectes, et opinions, induites les unes par avarice, les autres par envie, vindicte, ou par trop grande curiosité, superstition et novalité, si en brief n’y estoit par vous remedié » (ibid.).

11 « A cette occasion, j’ay prins la hardiesse, Sire, remonstrer à vostre Majesté [...] les insignes abus et erreurs qui se commettent pour le jourdhuy au faict et exercice de la Medecine » (ibid.).

12 Ibid.

13 Ibid., fo 2 vo.

14 Ibid.

15 Ibid., fo a 3 ro.

16 Ibid., fo a 6 ro.

17 Ibid.

18 « Je sçay bien, que ceux, qui sont desja detenus, et impliquez en leurs reths, persuadez de leur doux et gratieux parler, et inveterez en leur [sic] folles, phantasques, et perverses opinions, et mensonges, trouveront la verité estrange, blasmeront, et auront en haine ceux, qui les reprennent » (ibid., fo a 6 ro).

19 Ibid., fo a 6 vo.

20 « Un nombre effrené d’hommes, et femmes impudens, et hardis abuseurs, librement, impunément et sans contredict, ou reprehension aucune, contre l’honneur du Createur, soubs pretexte de guarison, destruisent, et font malheureusement perir les creatures : depopulent, pervertissent, gastent, et ruinent les Republiques : prophanent, et deshonorent la vertu : appuyez, authorisez, et supportez de ceux mesmes, qui les devroient punir, chastier, et exterminer » (ibid., fo a 5 vo - fo a 6 ro). Cf. aussi : « il arrive bien souvent, qu’ils font mourir leurs fauteurs : et ceux, qui les supportent, se confians et assurans par trop plus en eux, qu’aux bons, et fideles Medecins, doctes, approuvez, et experimentez » (ibid., fo a 6 ro).

21 Ibid., fo a 6 ro.

22 A. du Breil, op. cit., fo a 7 ro.

23 Tolet Pierre, La Chirurgie de Paul Aegineta, Lyon, Estienne Dolet, 1540, p. 15.

24 Les bibliothèques françoises de la Croix du Maine et du Verdier, Paris, chez Saillant et Nyon, Michel Lambert, 1772, t. III, p. 330 ; Michaud Jean-François, Biographie Universelle ancienne et moderne, Paris, Delagrave, 1843-1865, vol. 10, p. 136 ; Chavy Paul, Traducteurs d’autrefois : Moyen âge et Renaissance. Dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite en ancien et moyen français (842-1600), Paris-Gevève, Champion-Slatkine, 1988, t. 1, p. 415. Précisons ici que Dariot fut auteur de trois ouvrages d’astrologie (De electionibus principorum idoneorum rebus inchoandis, Lyon, 1557, in-4, traduit aussi en français ; De morbis et diebus criticis ex astrorum motu cognoscendis fragmentum, Lyon, 1557 ; Ad astrorum iudicia facilis introductio) bien connus dans le milieu des astrologues de l’époque, tels Salomon Trismosin, Basile Valentin ou Denis Zacaire. Vers la fin de sa vie il s’employa à propager en France la doctrine médicale de Paracelse, grâce à quoi il connut, dans le premier quart du xviie siècle, une diffusion assez importante en France tout comme en Europe (notamment en Angleterre et en Allemagne). Son œuvre : La Grande Chirurgie de Paracelse mise en françois, Lyon, 1589 ; Discours sur la goutte, Lyon, 1589 ; Trois discours de la preparation des medicamens, Lyon, 1589 (le premier Discours est publié séparément en 1582).

25 Dariot Claude, Trois discours de la preparation des medicamens, Lyon, pour Antoine de Harsy, 1589.

26 Cf. Koźluk M., L’Esculape et son art à la Renaissance. Le discours préfaciel dans les ouvrages français de médecine 1528-1628, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2012, p. 189-193.

27 Dariot Cl., Trois discours de la preparation des medicamens, op. cit., fo a 2 ro.

28 Ibid., fo a 3 vo.

29 Ibid., a 7 ro.

30 Cette évolution s’explique bien sûr par deux raisons claires : hiérarchique et chronologique. Hiérarchique, car il est naturel de placer la dédicace en tête des pièces liminaires ; chronologique, car la préface, rédigée exprès pour la publication des Trois Discours, et logiquement placée après la dédicace et l’avertissement, pouvait se passer de formules de courtoisie, déjà utilisées dans les deux textes précédents. Mais nous pensons qu’il faut surtout souligner dans le cas de Dariot le revers de cette relative absence. C’est que, en faisant fi des éléments topiques du dialogue, Dariot se réserve un vaste espace pour le développement de ses propres idées.

31 Ibid., fo a 2 vo.

32 Ibid.

33 Ibid., fo a 6 ro.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid., fo a 7 ro.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid., fo a 2 vo.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid., fo a 2 vo - fo a 2 vo.

49 Ibid., fo a 5 ro.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Ibid., fo a 5 vo.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid., fo a 6 ro.

59 Cf. Kahn D., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance, op. cit., p. 334-335.

Auteur

Université de Łódź, Département de Lettres classiques

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540