Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et polémiques dans l’épistolaire

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre VI. Autour de la médecine

André Vésale et la Lettre sur la saignée (1539) : entre polémique privée et controverse scientifique

Jacqueline Vons

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Siraisi Nancy G., Communities of Learned Experience : Epistolary Medicine in the (...)
  • 2 Voir la communication de Magdalena Koźluk dans le présent volume.
  • 3 Citons par exemple les Disputationes practicae in morbis, publiées à Utrecht en 1664, à la suite d (...)

1Le xvie siècle voit se développer en médecine des genres littéraires nouveaux ou tout au moins réactualisés, destinés à diffuser des découvertes récentes doctrinales ou pratiques. Outre les quæstiones, ou controverses formelles en usage dans les thèses de médecine, on voit apparaître d’autres formes de disputes, observationes, consilia, adversaria… sous forme de recueils et de compilations par sujets ou auteurs1, en guise d’introduction ou de préface à un traité théorique2, ou situées après un exposé doctrinal par le biais d’un échange de lettres entre contradicteurs, échange ou controverse qui intéresse la communauté scientifique dans son ensemble3.

  • 4 Originaire de Pavie, Matteo Corti, Matthaeus Curtius (1475-1542), avait commencé par enseigner la (...)
  • 5 Tabulæ anatomicæ sex, Venetiis, B. Vitalis Venetus sumptibus Ioannis Stephani Calcarensis, prostra (...)
  • 6 Andreæ Vvesalii Bruxellensis, scholæ medicorum Patauinæ professoris publici, Epistola docens venam (...)

2La situation que je voudrais évoquer ici est cependant différente et à bien des égards paradoxale. Elle concerne une controverse scientifique, sans équivalent au xvie siècle, sur la valeur de la saignée en tant que procédé thérapeutique. Si, le 26 janvier 1540, les étudiants en médecine de la faculté de Bologne furent les témoins d’une dispute orale sur cette question, entre leur professeur en titre, Matteo Corti4, et un jeune démonstrateur en anatomie, André Vésale, invité tout exprès pour illustrer le cours du premier, le débat scientifique préexistait à la polémique qui eut lieu à Bologne, et les deux protagonistes avaient déjà écrit et publié à ce sujet. Quelques mois à peine après sa nomination comme explicator chirurgiæ au Studium de Padoue, André Vésale de Bruxelles (1514-1564) avait publié un recueil de six planches anatomiques, Tabulæ anatomicæ sex5, et plus récemment la Lettre sur la saignée6, dont il est question aujourd’hui.

3Pourquoi une lettre, une très longue lettre, adressée à un ami particulier, et non pas un traité ? C’est à cette question que je vais essayer de répondre en analysant cette lettre comme support d’une réflexion scientifique en cours, je dirais comme « banc d’essai » pour aiguiser une argumentation qui s’affirmera lors de la dispute orale, et pour tester la valeur de ces arguments auprès d’une oreille amicale : convaincre et séduire, tels étaient bien les objectifs qu’avait proposés Quintilien et que tout médecin cultivé du xvie siècle connaissait.

La Lettre sur la saignée

Le destinataire de la lettre

  • 7 Steeno Omer et Biesbrouck Maurits, « Esquisse biographique de Nicolaus Florenas, mentor d’André Vé (...)

4La lettre est adressée à un certain Nicolaus Florenas, médecin, ami de la famille d’André Vésale et parrain de Nicolas Vésale, frère aîné d’André. Son nom est diversement orthographié : Nicolaus Herco de Florenis, Florenas, Herco, Florena. Les recherches faites par le professeur Omer Steeno et le docteur Maurits Biesbrouck dans les fonds d’archives de l’université de Louvain, des actes notariés privés et des documents d’échevinat ont montré que ce médecin a joué un rôle culturel et politique marquant7. Il commença par enseigner la grammaire grecque, à Bruges, entreprit des études de médecine à Bologne, et revint s’établir à Bruges en 1526 comme médecin. Ce fut vraisemblablement sur la recommandation de J. van der Vorst, médecin de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas de 1507 à 1530, qu’il entra au service de Charles Quint en 1530, et qu’il l’accompagna dans ses voyages et ses expéditions militaires. La date de son décès n’est pas connue, mais l’existence d’actes notariés concernant sa succession montre qu’il était mort avant 1550.

La forme de la lettre

5L’Epistola docens venam axillarem dextri cubiti in dolore laterali secandam est un petit ouvrage de 66 pages, sans autre illustration que la première lettrine. La page de titre est très peu fournie : le titre complet, le lieu d’impression, ni imprimeur, ni date, ni vignette. Le texte de la lettre est précédé d’une poésie épistolaire, epistola ad candidum lectorem. L’adresse de la lettre elle-même obéit aux règles en usage dans les épîtres dédicatoires, par exemple l’emploi du superlatif pour célébrer les qualités du destinataire (Ornatissimo clarissimoque uiro Nicolao Florenati, Inuictissimi Caroli Cæsaris medico peritissimo, Domino suo plurimum colendo) et une formule de salut.

  • 8 Epist., colophon p. 66 : Vésale loge à cette époque à Padoue dans la maison appartenant aux fils d (...)

6La lettre commence par des remerciements, autre topos du genre, pour deux services rendus. Le premier est de nature matérielle : au cours d’un déplacement à Nice en avril 1538, en compagnie du père d’André Vésale, apothicaire de l’empereur, Florenas avait remis à l’empereur les Tabulæ Anatomicæ Sex. Ce faisant, il a joué son rôle de patronus, survivance de l’esprit corporatif où l’aîné prend en charge le cadet, le guide et l’encourage ; on comprend donc que la reconnaissance de Vésale s’adresse non seulement à celui qui a servi d’intermédiaire entre lui-même (âgé de 24 ans à l’époque) et l’empereur, mais aussi au maître, qui l’a encouragé à écrire l’ouvrage qui lui est maintenant dédié. La dernière page du livre reprend la rhétorique de la lettre dédicatoire, avec le rappel des travaux en cours et l’annonce d’autres à venir, grâce à la protection de quelques amis (parmi lesquels le dessinateur Stefan von Kalkar qui avait pourvu à l’impression des Tabulæ), la mention du lieu d’envoi et de la date8, la signature : Andreas Vvesalius.

7Entre la page 3 et la page 66, un long texte technique, médical, entre-coupé de références à des auteurs antiques et contemporains, d’allusions à des événements autobiographiques, de jugements parfois critiques et hardis, avec une liberté d’expression que seule la lettre privée permet, où se mêlent ironie et humour malgré la technicité du sujet. Un ensemble agréable à lire et qui laisse supposer que la lettre n’était pas destinée à un unique lecteur.

Le prétexte de la lettre

8La lettre se présente comme la réponse à une question posée par Florenas concernant les dangers d’une inflammation du poumon au niveau des trois côtes supérieures gauches et la valeur des moyens thérapeutiques en usage pour y remédier, parmi lesquels la saignée. Préconisé par Hippocrate et Galien, le principe de la saignée, qui consistait dans l’évacuation des humeurs nocives, avait été diversement compris et interprété par les successeurs de Galien, puis par les médecins arabes. Il était aussi devenu d’une très grande complexité ; le retour aux textes antiques n’avait pas résolu la question, dans la mesure où les médecins érudits et philologues s’enfermaient dans une critique textuelle fine, mais peu médicale. Vésale va intervenir dans le débat en anatomiste et fonder sa réponse sur l’observation. Il rappelle que dans les Tabulæ anatomicæ sex il avait déjà tenté d’apporter une réponse valide et scientifique aux débats dans lesquels s’enlisaient philologues et philosophes. En effet, répondant aux sollicitations de ses étudiants, il avait dessiné un schéma des veines pour expliquer les différentes positions d’école sur le choix du lieu où faire une saignée en cas de dolor lateralis. Ce schéma est repris dans la lettre et est accompagné d’une très longue explication technique. Pour résumer très brièvement ce point de doctrine, nous pouvons dire que toute saignée provoquant une émission de sang constitue un phénomène d’évacuation qui diminue la masse totale de sang ; parce que le sang se distribue dans les vaisseaux toujours dans la même proportion, un surcroît de sang afflue vers la veine qui a été coupée. Cette dérivation entraîne dans son flux les humeurs nocives qui s’étaient accumulées à l’endroit malade et les porte vers les parties voisines, ad latera (par exemple, déplacer sur l’estomac une humeur qui irrite le poumon) ; ce faisant, on considère que les saignées ou toute autre médication de ce type (les sangsues par exemple) ont pour effet d’attirer les humeurs en sens contraire du lieu où elles s’accumulent : c’est un phénomène ad contraria également appelé révulsion. Ce système est celui que Vésale expose à son interlocuteur, renvoyant dos à dos les médecins arabisants et les médecins philologues qui se disputent dans la mise en œuvre de cette thérapie : l’action révulsive peut-elle être efficace si la saignée a lieu du côté opposé à la partie malade ?

9– Oui, affirment ceux qui imaginent que le corps est symétrique et que les veines se distribuent en forme de croix, soutenus par de grands noms de la médecine, notamment en Italie et à Louvain. Ces partisans de la tradition sont nombreux, puissants, ils occupent des postes importants auprès des princes et des papes, ou bien ils sont peu enclins à descendre de leur chaire universitaire pour observer le corps étendu sur la table de dissection, ou bien encore ils se contentent de la praxis habituelle.

  • 9 Pierre Brissot (1487-1522), docteur en médecine à Paris en 1514. Convaincu des erreurs transmises (...)

10– Non, disent les partisans du divin Hippocrate qui, tel Brissot9 en France, viennent de montrer la force et l’efficacité des saignées faites du même côté que la partie malade, en « droite ligne » ou dans le sens des fibres (fibrarum rectitudo), traduisant ainsi l’expression kat’ixin lue chez Hippocrate. Mais ces mêmes modernes rencontrent de nombreux antagonistes dans les facultés de médecine. Vésale lui-même, quand il était encore candidatus in medicina à Louvain, s’est trouvé violemment pris à partie dans une dispute universitaire publique ; alors qu’il défendait les thèses des modernes, il fut attaqué par un médecin resté anonyme :

  • 10 Epist. p. 5 : […] iampridem de Louaniensibus medicis scripsi, inter quos quendam suo iudicio probe (...)

un quidam, qui se jugeant personnellement très savant (je ne sais pour quelle raison) et étonnamment satisfait de lui-même, n’a pas eu honte, dans une assemblée comble où se trouvaient les plus grands savants, d’appeler Manardi, Fuchs, Corti et Brissot les « Luthériens de la médecine ».10

  • 11 Epist. p. 5-6 : Sed quid is, atque non dissimiles grylli obgruniant, flocci (ut subinde hortatus e (...)

11Le genre de la lettre et la confiance dans l’interlocuteur permettant une plus grande liberté d’expression, Vésale dénonce ensuite l’arrogance du personnage (turgidus insolito animi fastu), son mépris, son vocabulaire ordurier (ac ex uulgi fæce conquisitis uocibus), sans toutefois le nommer ni prétendre attacher d’importance à ces propos de « criquets », selon les sages avis que Florenas lui avait prodigués11.

De la rhétorique à la polémique

  • 12 Voir Vons Jacqueline et Velut Stéphane, André Vésale. Résumé de ses livres sur la fabrique du corp (...)
  • 13 Epist. p. 11 : Tibi perscribere ridiculum plane foret, atque ut in prouerbio est glaukonas eis Ath (...)
  • 14 Epist. p. 23-24.
  • 15 Epist. p. 56. Vésale comprend l’expression dolor lateralis au sens étymologique et anatomique le p (...)

12Fort de l’enseignement de ses maîtres parisiens à qui il rend hommage, s’appuyant sur la lecture des auteurs anciens, arabes et modernes, et sur les résultats d’une visite qu’il avait rendue quelques mois auparavant à Corti, dont la position sur la saignée faisait autorité12, Vésale entreprend de résumer pour Florenas les positions respectives des uns et des autres. Il conclut avec assurance que finalement les antagonistes ne sont pas si éloignés qu’ils le prétendent, et qu’il ne sert à rien de poursuivre ces discussions stériles pour savoir s’il faut saigner du côté malade ou du côté opposé à la partie malade et quel sens donner à l’expression fibrarum rectitudo ; c’est, dit-il, « apporter des chouettes à Athènes » (glauconas eis Athenas)13, parce que aucun de ces médecins universitaires ne connaît l’anatomie. En effet, ces interprétations philologiques fausses reposent sur une vision fausse de l’intérieur du corps ; aussi, en dépit de la haute opinion que Corti a de lui-même, il faut rejeter sa théorie de la saignée fondée sur un imaginaire du corps didumos, divisé en parties symétriques en regard l’une de l’autre14. La pratique de la dissection a permis à Vésale d’observer la présence à droite d’une veine unique, la veine dite azygê, qui l’intrigue et qu’il a déjà représentée, surdimensionnée, sur la deuxième planche (légende B) des Tabulæ. Il a observé pour la première fois que les petits vaisseaux des deux côtés du thorax sont drainés par cette veine impaire, et que si l’on veut drainer par la saignée les inflammations de la plèvre (ou tout syndrome pleuritique) qui se manifestent par une douleur sur le côté (dolor lateralis), on ne peut intervenir que sur la veine axillaire de l’avant-bras, toujours du côté droit15.

  • 16 Epist. p. 42 à 50.
  • 17 Epist., p. 52 : Da operam interim oro, ne tuorum collegarum sententiæ cedas (« Cependant, je t’en (...)

13La démonstration est conduite méthodiquement, scandée par des adverbes et des conjonctions qui indiquent les différentes étapes du raisonnement et leur progression (si, quamobrem, uerum, imo, hinc, profecto), ce qui n’exclut ni le recours à la rhétorique de l’invective et de l’ironie pour rabaisser les adversaires, comparés à des chiens qui aboient (canum more oblatrare), ni l’emploi de fausses interrogations (anne ?) qui sollicitent l’adhésion du lecteur sans discussion possible. On peut considérer la Lettre sur la saignée comme l’occasion pour Vésale de développer une argumentation, de la tester auprès de Florenas, un savant, un médecin de la cour qu’il doit convaincre, alors même qu’il vit dans un milieu curial dans l’ensemble peu favorable aux idées défendues par les modernes. Si la force démonstrative de l’illustration anatomique, ici le schéma des veines du thorax accompagné de huit pages d’explications, est évidente16, il ne faut pas pour autant sous-estimer l’aspect affectif et amical de la lettre, l’exhortation à ne pas céder à une forme imposée d’orthodoxie médicale17.

De la lettre à la dispute orale

  • 18 Ces notes manuscrites (139 folios) ont été éditées, traduites et commentées par Eriksson Ruben, An (...)

14La dispute deviendra orale et publique à partir du moment où Vésale aura acquis l’assurance que procurent de multiples observations. Du 13 au 28 janvier 1540, Vésale est invité à Bologne pour illustrer par la dissection le cours de Matteo Corti, le professeur en chaire donnant des lectures d’auteurs, alors que le démonstrateur (monstrator) est chargé de vérifier sur le cadavre le bien-fondé des textes. Il s’agit d’une « démonstration » publique, à laquelle assistent des professeurs, des enseignants, des membres du clergé et des notables érudits, moyennant un petit « droit d’entrée » couvrant les frais des bougies nécessaires à l’éclairage de la scène, et les frais d’enterrement des cadavres des condamnés à mort disséqués. Il n’y a pas encore d’amphithéâtre anatomique permanent ; la démonstration a lieu dans la salle où sont élus les recteurs, avec une table sur laquelle est placé le corps, et quatre étages de gradins en hémicycle permettant à plus de deux cents personnes d’assister à l’anatomie. Dans le public, des docteurs en médecine, parmi lesquels Corti, et plus de cent cinquante étudiants. La situation a été vécue et transcrite par un étudiant allemand, Baldazar Heseler, dont les notes ont été conservées18.

  • 19 Probablement dans la traduction de Guinter d’Andernach publiée à Bâle en août 1536, revue et corri (...)
  • 20 Eriksson R., A. Vesalius’first anatomy, op. cit., p. 88 : […] tamen nos hic demonstrabimus ita se (...)
  • 21 Eriksson R., A. Vesalius’first anatomy, op. cit., p. 272 : Scitisne melius Hippocratem quam Galenu (...)

15Dès la première séance, on assiste à une passe d’armes entre Corti et ce jeune anatomiste de 25 ans, déjà réputé et célèbre pour ses écrits et son habileté manuelle ; en effet Vésale ne se contente pas de désigner dans le corps les organes qui ont été décrits lors de la lecture précédente, mais il lit et commente lui-même les Procédures anatomiques de Galien19 en même temps qu’il montre ce qu’il a sous les yeux. À propos de l’origine de deux muscles pectoraux, Vésale est ouvertement accusé par Corti de ne pas respecter le texte de Galien [i. e. le Galenus latinus dans la tradition médiévale] ; devant le corps, l’anatomiste privilégie la démonstration par le fait (demonstratio) à la dispute verbale (contentio)20. Mais c’est lors de la 22e démonstration que la discussion la plus âpre s’élève entre les deux hommes ; elle a commencé au cours de la leçon de Corti qui portait sur la saignée et à laquelle Vésale assistait ; Corti y défendait sa théorie de la symétrie du corps. La dispute se poursuit devant le corps. À la question ironique de Corti : « Savez-vous mieux interpréter Hippocrate que Galien ne l’a entendu21 ? », Vésale qui est dit colericus par Heseler s’enflamme :

  • 22 Ibid. : Vuesalius respondit, hoc ego non dico sed ostendo hic uobis in his subiectis istam uenam s (...)

Vésale répondit : « Je ne dis pas cela, mais je vous montre dans ces corps cette veine sans paire, et comment elle nourrit toutes les côtes inférieures, excepté les deux supérieures dans lesquelles il ne peut y avoir inflammation. En effet, c’est toujours ici, ici – et il frappait de ses mains le milieu du thorax – que l’inflammation et la pleurésie se déclarent, pas dans les deux côtes supérieures […] ; dans une pleurésie et dans toute maladie “de côté”, il vaudra toujours mieux tirer le sang de cette seule veine ; ou alors il ne doit y avoir aucune différence de la partie d’où provient le sang, puisque les côtes sont nourries exclusivement par cette veine ». Curtius répondit : « Je ne suis pas anatomiste, mais il peut bien y avoir encore d’autres veines qui nourrissent les côtes et les muscles, en dehors de celle-ci ». – « Où ? Je vous le demande, dit Vésale, montrez-les moi ». Curtius dit : « Voulez-vous nier les voies de la nature ? ». – « Oh, dit Vésale, vous voulez parler de choses non apparentes et cachées ; nous, nous parlons de ce qui est visible ». Curtius répondit : « Monsieur, vous n’entendez pas bien Hippocrate et Galien sur ces questions ». Vésale répondit : « C’est bien vrai, parce que je ne suis pas encore aussi âgé que vous ». Ainsi, ils se cherchaient chicane avec moult invectives et disputes, et cependant ils ne concluaient rien.22

16Loin de fortifier un raisonnement spéculatif, l’observation anatomique met fin, devrait mettre fin aux arguties des disputes. « Ouvrir pour apprendre » : telle est du moins la revendication majeure de Vésale dans la Lettre sur la saignée. Mais dans les faits, jusqu’au xviiie siècle, médecins et philosophes s’affronteront sur le lieu où pratiquer la saignée, alors même que la connaissance de la circulation du sang rend obsolètes la plupart des explications médicales anciennes et que l’on ne trouve guère d’arguments nouveaux sur le plan philosophique.

Notes

1 Voir par exemple Siraisi Nancy G., Communities of Learned Experience : Epistolary Medicine in the Renaissance, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2012.

2 Voir la communication de Magdalena Koźluk dans le présent volume.

3 Citons par exemple les Disputationes practicae in morbis, publiées à Utrecht en 1664, à la suite du traité d’anatomie d’Isbrand van Diemerbroeck (1609-1674), et maintenues (en latin) dans la traduction française L’anatomie du corps humain, composée en latin par Isbrand de Diemerbroeck, professeur de médecine et d’anatomie en l’Université d’Utrecht, établie sur les nouvelles découvertes des Anatomistes modernes et enrichie de plusieurs observations anatomiques, de quantité de figures et de diverses dissertations physiques et médicales, qui servent à faire connaître parfaitement les principes et les causes des actions et des usages des parties, et toute l’œconomie animale. Traduction nouvelle par Mr. J. Prost, doct. Med. De Lyon. Tome second, Lyon, Anisson et Posuel, 1695.

4 Originaire de Pavie, Matteo Corti, Matthaeus Curtius (1475-1542), avait commencé par enseigner la médecine à Pavie, puis à Padoue. En 1531, il devint médecin du pape Clément VII jusqu’à la mort de ce dernier en 1538, puis fut nommé professeur de médecine théorique à l’université de Bologne, chargé des lectiones (ou lectures commentées) des auteurs inscrits au programme ; ses commentaires sur l’Anathomia de Mondini et sur les traités récemment traduits de Galien le rendirent célèbre ; il quitta sa chaire en 1541, à l’invitation du duc Côme de Médicis, et enseigna à Pise jusqu’à sa mort.

5 Tabulæ anatomicæ sex, Venetiis, B. Vitalis Venetus sumptibus Ioannis Stephani Calcarensis, prostrant [sic] uero in officina D. Bernardi, 1538. Six feuillets de très grand format, sans titre, non reliés, imprimés au recto seulement, que l’on considère aujourd’hui comme un des premiers atlas anatomiques modernes destinés à des étudiants en médecine. Immédiatement, des copies non autorisées de ces planches furent mises en vente en Allemagne et en France. L’anatomiste bruxellois dénoncera l’âpreté au gain des imprimeurs et l’ignorance des plagiaires dans une lettre adressée à Oporinus, l’imprimeur du De humani corporis fabrica libri septem, et insérée dans les pièces liminaires des deux éditions bâloises de ce traité (1543 et 1555). Deux exemplaires de cet ouvrage subsistent, à la Biblioteca Marciana de Venise et à la Hunterian Library de Glasgow.

6 Andreæ Vvesalii Bruxellensis, scholæ medicorum Patauinæ professoris publici, Epistola docens venam axillarem dextri cubiti in dolore laterali secandam : et melancholicum succum ex venæportæ ramisad sedem pertinentibus, purgari, Basileæ : in Officina Roberti VVinter, 1539.

7 Steeno Omer et Biesbrouck Maurits, « Esquisse biographique de Nicolaus Florenas, mentor d’André Vésale », Vesalius XVIII, 2012/1, p. 16-17. Une biographie détaillée et documentée de Nicolas Florenas est en cours d’écriture par les mêmes auteurs.

8 Epist., colophon p. 66 : Vésale loge à cette époque à Padoue dans la maison appartenant aux fils du Comte Gabriel d’Ortembourg (Patauij, ex ædibus filiorum Illustrissimi Comitis Gabrielis ab Ortemburg). La lettre est datée du 1er janvier 1539 (Calendæ Ianuarij. Anno salutis MDXXXIX).

9 Pierre Brissot (1487-1522), docteur en médecine à Paris en 1514. Convaincu des erreurs transmises par les traductions médiévales, il décida d’appliquer à la lettre les préceptes d’Hippocrate concernant la saignée en cas d’inflammation des poumons, au moment où une maladie dite « pleurésie » sévissait dans les faubourgs de Paris. Devant les succès remportés, il entraîna l’adhésion de quelques membres de la faculté de médecine de Paris, mais s’attira l’hostilité des traditionalistes. Il partit pour Evora au Portugal en 1518 et reprit sa méthode. En réponse à un pamphlet publié par un médecin de la cour, il écrivit le Liber de incisione uenæ in pleuritide morbo siue apologia qua docetur per quæ loca sanguis mitti debeat in uiscerum inflammationibus, præsertim in pleuritide, publié à titre posthume par son ami Antonius Luceus chez S. de Colines en 1525, puis à Bâle en 1529. On constate que Vésale reprend l’idée d’enseigner (docere) dans le titre de la lettre.

10 Epist. p. 5 : […] iampridem de Louaniensibus medicis scripsi, inter quos quendam suo iudicio probe doctum, et nescio ob quas diuitias mire sibi placentem, Manardum, Fuschium, Curtium et Brisottum medicorum Lutheranos in frequentissimo eruditissimorum uirorum appellare non puduit. Le quidam est probablement Thriverius Brachelius (Jeremias Drivère), né à Brackel en 1504, mort en 1544, nommé professeur de philosophie à Louvain le 3 novembre 1531. Il devint docteur en médecine le 7 mai 1537 (Vésale était alors à Paris). L’hostilité entre Drivère et Vésale peut dater de cette année. Vésale revient sur le personnage quelques pages plus loin en ridiculisant sa méconnaissance de l’anatomie, car il n’a pu assister qu’à une seule dissection bien faite, celle que Vésale avait réalisée lui-même à Louvain, à son retour de Paris.

11 Epist. p. 5-6 : Sed quid is, atque non dissimiles grylli obgruniant, flocci (ut subinde hortatus es) pendo.

12 Voir Vons Jacqueline et Velut Stéphane, André Vésale. Résumé de ses livres sur la fabrique du corps humain, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. xxi-xxii et note 57. Corti avait déjà publié deux traités, Quæstio de pleuritide, Lyon, 1532, et De uenæ sectione quum in aliis affectibus tum uel maxime in pleuritide, Venise, 1539.

13 Epist. p. 11 : Tibi perscribere ridiculum plane foret, atque ut in prouerbio est glaukonas eis Athenas, qui in hac palæstra, quemadmodum in uniuersa Græcorum et Arabum medicina, ad miraculum usque promoueris (« Il serait complètement ridicule, et ce serait comme dit le proverbe “envoyer des chouettes à Athènes” que te dire comment on pourrait étendre le sujet à l’infini, dans cet exercice, comme dans toute la médecine grecque et arabe »). L’expression utilisée par Evelpidès dans Les oiseaux d’Aristophane (v. 301) est passée en proverbe ; j’ai gardé une traduction littérale, mais on pourrait rendre le sens par une expression similaire : “apporter de l’eau à la rivière”, par exemple.

14 Epist. p. 23-24.

15 Epist. p. 56. Vésale comprend l’expression dolor lateralis au sens étymologique et anatomique le plus précis, c’est-à-dire toute douleur se situant « sur le côté », mais au-dessus du diaphragme, comme l’entendait Hippocrate, désignant ainsi les côtés du thorax (et non pas les flancs qui sont les côtés du tronc). La conclusion s’impose (elle est d’ailleurs écrite en lettres capitales) : IN OMNIBVS LATERVM THORACIS AVT VERTEBRARVM METAPHRENI INFLAMMATIONIBVS SI SANGUINIS MISSIONEM AFFECTVS PRAESCRIBAT, SECANDAM ESSE AXILLAREM DEXTRAM (« Dans toutes les douleurs des côtés du thorax ou d’inflammation au niveau des vertèbres dorsales, si l’affection réclame une saignée, il faut couper la veine axillaire droite »). Il faut toutefois se rappeler que le sens du flux veineux est inversé.

16 Epist. p. 42 à 50.

17 Epist., p. 52 : Da operam interim oro, ne tuorum collegarum sententiæ cedas (« Cependant, je t’en prie, fais en sorte de ne pas céder à l’avis de tes confrères »).

18 Ces notes manuscrites (139 folios) ont été éditées, traduites et commentées par Eriksson Ruben, Andreas Vesalius’ first public anatomy at Bologna, 1540, an eyewitness report, Uppsala, 1959. Baldaser Heseler (né en 1508 ou 1509 en Silésie et mort en 1569), avait fait des études de théologie et avait eu Luther pour maître à l’université de Wittenberg en 1530. En 1533, il avait entrepris des études de médecine à l’université de Leipzig, et terminait son cursus à l’université de Bologne, une des plus réputées en Europe. L’enseignement y comprenait un enseignement théorique, des démonstrations anatomiques (en hiver) et une partie clinique à l’hôpital. Heseler (foir) note que l’anatomiste de Corti est « André Vésale de Bruxelles, un Allemand [i.e. sujet de l’empire allemand], le plus habile et le plus adroit des anatomistes, lecteur ordinaire en chirurgie à Padoue, qui vint ici à Bologne, sur notre invitation, et surtout pour faire plaisir aux étudiants allemands. En partie grâce à Galien, en partie grâce à ses propres découvertes et recherches, il s’appliqua à montrer aux Docteurs et à nous-mêmes les innombrables erreurs [faites par Mondino] ainsi que des choses qui n’avaient jamais été entendues ni vues auparavant, et cela au moyen de la dissection de trois corps humains et de six chiens et d’autres animaux ».

19 Probablement dans la traduction de Guinter d’Andernach publiée à Bâle en août 1536, revue et corrigée par lui-même, sous le titre Institutionum Anatomicarum secundum Galeni sententiam ad candidatos Medicinæ Libri quatuor, per Ioannem Guinterium Andernacum medicum, ab Andrea VVesalio Bruxellensi, auctiores & emendatiores redditi, Venetiis, in officina D. Bernardini, 1538. Cf. Drizenko Antoine, « Les Institutions Anatomiques de Jean Guinter d’Andernach (1487-1574), et André Vésale (1514-1564) », Histoire des sciences médicales, 45, 2011/4, p. 121-128.

20 Eriksson R., A. Vesalius’first anatomy, op. cit., p. 88 : […] tamen nos hic demonstrabimus ita se habere, tamen nolumus inquit nunc uerbis multis contendere. Nous soulignons ces deux termes qui montrent la continuité des procédés de l’épistolaire antique. Sur contendere, voir dans ce volume la contribution liminaire de L. Gavoille.

21 Eriksson R., A. Vesalius’first anatomy, op. cit., p. 272 : Scitisne melius Hippocratem quam Galenus nouit ?

22 Ibid. : Vuesalius respondit, hoc ego non dico sed ostendo hic uobis in his subiectis istam uenam sine pari quomodo nutriat omnes inferiores costas exceptis superioribus duabus, in quibus non sit pleuresis. Nam semper hic, hic, percutiebat manibus ad medium pectoris, fit inflammatio et pleuritis, non in superioribus duabus costis […] ; rectius erit semper in pleurite et in omni morbo laterali ex hac sola uena mittere sanguinem ; aut nullam oportet esse differentiam ex qua parte mittatur sanguis, quia costæ nutriuntur solum ex hac uena. Respondit Curtius : ego non sum anathomista, sed bene possunt aliæ adhuc esse uenæ nutrientes costas et musculos praeter has. Vbi quæso, inquit Vuesalius, ostendatis mihi eas. Curtius inquit : uultis uos meatus naturæ negare ? O, inquit Vuesalius, uos uultis de non apparentibus et occultis loqui, nos autem de manifestis loquimur. Respondit Curtius : Domine, uos non bene intelligitis Hippocratem et Galenus de his [de occultis]. Respondit Vuesalius : Bene uerum est, quia ego non sum tam senex sicut uos… etc. Ita multis rixis et cauillationibus se mutuo incessebant, et interim nil efficiebant. Heseler note que Vésale finit par s’excuser de son emportement ; il semble en tout cas que Curtius ne tint pas rigueur au jeune anatomiste, puisqu’en 1550, il lui adressera une nouvelle édition commentée de l’Anatomia de Mondino : D. Matthaei Curtii in Mundini Anatomen explicatio, nunc primum in lucem ædita, publiée à Pavie.

Auteur

Université François-Rabelais de Tours/CESR (UMR 7323)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540