Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et polémiques dans l’épistolaire

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Conflits politiques

Les lettres de Cicéron des années 44 et 43 : des Philippiques épistolaires ?

Jacques-Emmanuel Bernard

Texte intégral

1Dans son livre sur La Révolution romaine, l’historien anglais Ronald Syme a brossé un tableau saisissant des joutes verbales que se livrent les hommes politiques à la fin de la République :

  • 1 Syme R., 1967, p. 147 et p. 149.

L’injure personnelle, écrit-il, [y] constituait le meilleur des arguments […] La robuste race des politiciens romains fut bientôt imperméable aux formes les plus grossières de l’injure et de la déformation des faits.1

2Les années 44 et 43 offrent une riche matière pour étudier les rapports entre la polémique et la pratique épistolaire chez Cicéron. Le Sénat est engagé dans une lutte contre Antoine qui refuse de se dessaisir de son commandement et de ses légions ; les généraux Plancus et Lépide jouent un double jeu, promettant leur fidélité à la République, mais négociant secrètement avec Antoine qui, de son côté, tente de se rapprocher de Hirtius et d’Octave, les uns et les autres à la tête de légions. Cicéron pouvait donc légitimement écrire :

  • 2 Fam. 12, 22, 1 (à Q. Cornificius, peu après le 4 octobre 44) : Nos hic cum homine gladiatore omniu (...)

Ici, je fais la guerre à une espèce de gladiateur, le pire des scélérats, mon confrère Antoine, mais dans des conditions inégales, par la parole contre les armes.2

  • 3 Fam. 11, 9, 1 (29 avril 43).

3Au cours de cette lutte à outrance, Cicéron prononce les Philippiques, mais se livre aussi, parallèlement, à une intense activité épistolaire ; à la plus longue série de discours cicéroniens correspond l’une des plus longues correspondances avec un même destinataire, les 27 lettres échangées avec L. Munatius Plancus, personnage clef que Cicéron essaie de maintenir dans le camp sénatorial, à la demande insistante de Decimus Brutus assiégé dans Modène : Plancum confirmetis oro3. Cicéron a souligné le paradoxe de sa situation dans ce conflit :

  • 4 Phil. VII, 8 : etsi erit uel acerbum auditu uel incredibile a M. Cicerone esse dictum […] ego, ill (...)

Même si mes paroles vous semblent dures à entendre ou même incroyables de la part de M. Cicéron […] moi qui ai toujours vanté, toujours préconisé la paix, je ne veux pas de paix avec Marc Antoine.4

  • 5 Voir par exemple Michel A., 1975, p. 177 : « Mais il faut dire aussi que Cicéron ne songe pas seul (...)
  • 6 Declercq G., 2003, p. 17.
  • 7 Baratin M., 2003, p. 256.
  • 8 Fam. 9, 21, 1 (année 46, 45 ou 44, à L. Papirius Paetus) : Quid enim simile habet epistula aut iud (...)
  • 9 De orat. II, 271 : sic profecto se res habet, nullum ut sit uitae tempus, in quo non deceat lepore (...)

4Jamais son éloquence n’aura eu une telle virulence. Les commentateurs n’ont pas manqué qui ont souligné la haine manifestée par Cicéron à l’encontre d’Antoine dans les Philippiques5, avec le risque que la rhétorique soit au service d’une polémique aussi agressive que celle des armes, alors même que l’art oratoire s’est constitué sur le refus de la violence, au profit d’une régulation sociale par la parole. La violence verbale, c’est la parole sans règle et sans foi, qui anéantit l’adversaire pour le vaincre au lieu de le convaincre6, conformément à « la métaphore guerrière qui fonde la polémique »7. Cette période offre un riche corpus de discours et de lettres parallèles et mérite qu’on reprenne du point de vue de la polémique la question que posait Cicéron : « en quoi une lettre ressemble-t-elle à un discours judiciaire ou à une harangue ? »8. Peut-on parler à propos de ces lettres écrites aux protagonistes du conflit, de Philippiques épistolaires, c’est-à-dire d’armes de combat ? Mais, dans ce cas, qu’advient-il de la sociabilité qui est au fondement de l’épistolarité cicéronienne, où domine la conception des rapports sociaux explicitée dans le De oratore : « les choses sont telles qu’il n’est aucun moment dans la vie où l’esprit et l’amabilité ne soient de mise »9 ? Nous essaierons d’apporter des éléments de réponse en comparant la treizième Philippique, prononcée le 20 mars 43, aux lettres adressées le soir même à Lépide et à Munatius Plancus.

Rhétorique et polémique dans la xiiie Philippique : contra arma verbis

5Dans les jours qui ont précédé la treizième Philippique, les généraux Lépide et Plancus ont adressé aux sénateurs des lettres pour les exhorter à la paix avec Antoine. Au grand dam de Cicéron, ces messages trouvaient un accueil favorable chez une partie des sénateurs, en particulier les consulaires tels que Fufius Calenus qui souhaitaient que l’on prît en compte les propositions d’Antoine et qu’on lui envoyât une députation. Dès le début, Cicéron avait fustigé une telle attitude. Sans entrer dans le détail de ses discours, nous rappellerons qu’il avait prononcé la huitième Philippique le 3 février 43 pour faire voter un sénatus-consulte invitant les partisans d’Antoine à se rallier au Sénat avant le 15 mars et interdisant toute relation avec lui. Cette décision fut par la suite combattue au sein même du Sénat par ceux qui voulaient éviter une guerre ouverte contre Antoine tant qu’il en était encore temps. De son côté, Antoine avait fait parvenir une lettre ouverte à Hirtius et Octave, à la tête de leurs légions, pour les inciter à rompre avec le Sénat, où les Pompéiens rêvaient de revanche contre le parti césarien. Cette lettre fut communiquée à Cicéron et, précisément, la treizième Philippique fut prononcée pour briser cette triple offensive épistolaire. Nous soulignerons comment Cicéron atténue ou légitime la violence de ses propres paroles dans les trois parties du discours où il évoque Lépide, Plancus et Marc Antoine.

  • 10 Stroh W., 2010, p. 345.
  • 11 Wuilleumier P., 1959, p. 218.

6Le passage le plus polémique du discours est l’attaque en règle de la lettre adressée par Antoine à Hirtius et Octave, à propos de laquelle Wilfried Stroh écrit dans son histoire de la rhétorique : « nous entendons enfin les échanges de coups oratoires entre les deux protagonistes, c’est le point d’orgue dramatique de tout le corpus »10. Cicéron y déploie « toutes les ressources de son esprit et de son talent, la réfutation ou l’indignation, le pathétique ou le mépris, l’ironie ou l’injure, les allusions et les citations, les plaisanteries et les jeux de mots, les interrogations pressantes et les exclamations passionnées »11.

  • 12 Phil. XIII, 22.

7Pour pugnace qu’elle soit, cette contre-attaque ne s’inscrit pas moins dans les règles de la rhétorique. L’orateur transpose sur le plan politique la pratique de l’altercatio où l’avocat, dans un procès, est amené à échanger attaques et ripostes avec les parties adverses. Ici l’adversaire est absent, mais la parole lui est donnée par la lecture publique de sa lettre, dont le contenu et la forme sont critiqués, phrase après phrase12. Le verbe utilisé par Cicéron pour désigner l’analyse de la lettre est disputare, renvoyant à la disputatio, cet art du pour et du contre, qui relève de la discussion serrée, de la dialectique. L’examen critique de la lettre vise à prouver, en explicitant la véritable portée du message, qu’il n’y a pas de négociation possible avec Antoine, coupable de crime contre la patrie.

  • 13 Sur l’alliance de la philosophie et de la rhétorique dans les Philippiques, voir Michel A., 1975.

8De surcroît, Cicéron a fait précéder son attaque contre Antoine de considérations morales et philosophiques, inspirées par ses traités antérieurs ou contemporains, le De republica et le De officiis en particulier13.

  • 14 Phil. XIII, 1-7.
  • 15 Phil. XIII, 6. Nous suivons ici Martin P.-M., 2009, p. 59.

9Elles occupent la première partie du discours et assagissent en quelque sorte la virulence des propos qui suivent autour de lieux tels que le respect de la loi et de la tradition, la liberté, la gloire, la sagesse, le courage, l’honneur, le refus de la servitude14. Cicéron va même jusqu’à former le concept de iustum odium, de « haine juste », donnant ainsi une forme de légitimité politique à la haine et de légitimité rhétorique à l’invective15.

  • 16 Phil. XIII, 21 : cum hoc, M. Lepide, pax esse quae potest ?
  • 17 Phil. XIII, 14.
  • 18 Phil. XIII, 13 : Atque etiam hoc M. Lepido prouidendum est, ne quid adrogantius quam eius mores fe (...)
  • 19 Phil. XIII, 17 : quis eodem sanior ? Pour l’éloge de Lépide, voir ibidem, 7-8. La cinquième Philip (...)

10La partie qui concerne Lépide relève aussi de l’altercatio. Après avoir décrit les méfaits d’Antoine devant Modène, le qualifiant de barbare, Cicéron apostrophe abruptement l’auteur de la proposition qu’il rejette : « Avec cet homme, Marcus Lépide, quelle paix est possible ? »16. Il le réprimande, lui rappelle qu’il n’a pas autorité pour négocier de son propre chef, qu’il tient du seul Sénat son autorité, et que son armée, au cas où il voudrait l’utiliser pour les effrayer, est celle de la République, non la sienne17. Cessant de s’adresser directement à lui, il le blâme en ces termes : « quant à M. Lépide, il doit aussi éviter de montrer plus d’arrogance qu’il n’est dans son caractère »18. Mais la uituperatio contre Lépide est contre-balancée dans le discours par les éloges qu’il lui décerne parallèlement. Il vante sa haute noblesse, les honneurs qu’il a mérités, la vertu de sa femme Iunia, mentionne l’étendue de sa fortune, rappelle son attitude républicaine lors des Lupercales au cours desquelles Antoine avait tenté de couronner César, il le loue d’avoir su négocier pacifiquement avec Sextus Pompée, et finit par s’interroger en ces termes : « qui donc a plus de bon sens que lui ? »19. L’adjectif employé, sanus, apparenté pour le sens à sapiens et à bonus, a une connotation politique qu’il faut rapprocher du passage où Cicéron critique, dans la lettre d’Antoine, ce qui concerne Lépide, et veut croire qu’il restera fidèle au Sénat :

  • 20 Phil. XIII, 43 : Id agis, ut Lepidum aut impium aut insanum existimari uelis. Nihil agis – quamqua (...)

Tu cherches à faire passer Lépide pour un impie et un insensé ; tu le cherches en vain (bien qu’il soit difficile de répondre d’autrui) à propos de Lépide en particulier, que je ne craindrai jamais, dont j’aurai bon espoir tant que je le pourrai.20

11En un sens, les passages de la Philippique où l’orateur évoque Lépide, tantôt pour le blâmer, tantôt pour faire son éloge, relèvent d’un raisonnement in utramque partem.

  • 21 Fam. 10, 6, 1 (20 mars 43).
  • 22 Phil. XIII, 16.
  • 23 Phil. XIII, 44 : [Plancus] cuius memorabilis ac diuina uirtus lucem adfert rei publicae.
  • 24 Le degré de polémique de la première Philippique a fait l’objet d’appréciations divergentes : Stro (...)

12Dans le cas de Plancus, enfin, nous avons l’exemple le plus probant d’atténuation de la polémique. Plancus avait adopté la même attitude que Lépide, en demandant au Sénat de négocier avec Antoine. La lettre à Plancus atteste que son message avait été lu au Sénat, comme ceux de Lépide et d’Antoine21. Or dans le discours, tel que nous le lisons, il n’en est plus question. Cicéron souligne au contraire l’aide militaire apportée par celui qui était le consul désigné22. Lorsque, dans sa lettre, Antoine évoque la complicité de Plancus, associé à ses propres desseins, Cicéron s’insurge et évoque « sa vertu mémorable et divine qui apporte la lumière à la République »23. Cela signifie que la treizième Philippique a été remaniée : la mention de Plancus a dû être écourtée et amendée dans la version publiée du discours. Entre le moment où il a prononcé le discours et celui où il l’a diffusé, Cicéron a reçu des lettres de Plancus où il réitérait sa loyauté et son attachement au Sénat. Il était donc dans l’intérêt de Cicéron de le ménager tant que les ponts n’étaient pas rompus, de la même manière qu’il avait fait preuve de modération à l’égard de Dolabella, sinon d’Antoine, dans la première Philippique24 ; en publiant son discours, Cicéron poursuit devant le monde romain sa contre-offensive menée au Sénat, mais il en atténue la portée polémique en censurant le passage qui attaquait Plancus. Cette attitude atteste sa maîtrise de la communication politique, son art de moduler ses propos, comme le montrent aussi les deux lettres qu’il envoie simultanément à Lépide et Plancus.

Du discours à l’épistolaire : les deux lettres du 20 mars 43

  • 25 Fam. 10, 27, 1 (20 mars 43).

13Ces deux lettres ont été rédigées le soir du 20 mars, après la séance où il prononça la treizième Philippique. Dans la première, Cicéron écrit à Plancus que sa lettre en faveur d’une négociation n’a pas reçu l’approbation du Sénat, parce qu’il n’y a pas de paix avec ceux qui refusent de déposer les armes. Au nom de l’amitié qui les unit, il l’exhorte à se séparer des ennemis impies de la République s’il veut être digne de son titre de consul, et des honneurs qui l’accompagnent. Dans la seconde, beaucoup plus brève, Cicéron reproche à Lépide de ne pas l’avoir remercié pour les honneurs que le Sénat lui a accordés : moleste tuli, écrit-il25. Il se réjouit de son désir de paix, mais à condition que cela n’entraîne pas l’esclavage par le retour au pouvoir d’un homme dépravé et despotique. Il lui demande d’agir avec sagesse en ne se mêlant d’aucune négociation avec Antoine.

  • 26 Fam. 2, 4, 1 (vers le milieu de 53, à Curion) : seuerum et graue.
  • 27 Inst. orat. IX, 4, 19 : est igitur ante omnia oratio alia uincta atque contexta, soluta alia, qual (...)
  • 28 Sur la contentio, voir dans ce volume la contribution de Laurent Gavoille.

14Ces deux lettres appartiennent au genre « sérieux et grave » défini par Cicéron dans un des rares passages de son œuvre où il a esquissé une typologie épistolaire26. Nous sommes dans le cas d’une lettre qui traite un sujet au-dessus de son niveau naturel et adapte son énonciation en conséquence, conformément à l’analyse que fait Quintilien du style épistolaire : « Avant tout, écrit le rhéteur, il y a une prose à contexture liée et serrée, et une autre libre, comme celle de la conversation et de la correspondance, à moins qu’elles ne traitent un sujet au-dessus de leur niveau naturel, philosophie, politique ou matières analogues »27. Au lieu du sermo, qui est habituel dans les lettres d’information ou dans les lettres familières, nous avons ici un transfert de la contentio oratoire, qui renvoie aux batailles politiques et judiciaires de la curie et du forum ; comme l’indique l’étymologie du mot, la contentio dénote une tension de la voix ; elle implique puissance de la parole, élévation du style, tandis que le sermo envisage la parole comme échange de propos, dans une langue usuelle, quotidienne28.

  • 29 Voir Bornecque H., 1898, p. 59. Pour les lettres semi-officielles voir Bernard J.-E., 2013, p. 119

15Les lettres à Lépide et Plancus ont une elocutio qui relève de l’art oratoire, avec ses périodes et sa langue métrique. La situation réciproque des correspondants – leur dignitas respective – explique ce style soigné : il s’agit de lettres à caractère semi-officiel envoyées par Cicéron, véritable chef du Sénat, à deux généraux, l’un consulaire et ancien maître de cavalerie, l’autre consul désigné29. Mais insérée dans le cadre épistolaire, la parole oratoire se transforme nécessairement. Cicéron le soulignait dans une lettre à Atticus, importante pour notre sujet, où il s’essayait à retranscrire l’altercatio qu’il avait eue au Sénat avec Clodius :

  • 30 Att. 1, 16, 9 (juin ou juillet 61) : Clodium praesentem fregi in senatu cum oratione perpetua plen (...)

J’ai confondu Clodius face à face, en plein Sénat, non seulement par un discours suivi, qui fut des plus accablants, mais encore par une altercation dans le goût que voici ; tu vas pouvoir en savourer quelques traits : quelques-uns seulement, car le reste perd de sa force et de son agrément quand on n’est plus dans la chaleur de la dispute, du combat, comme vous dites à Athènes.30

16Réduites aux points centraux de la Philippique, ces lettres apparaissent par contrecoup beaucoup plus sèches et impérieuses que le développement oratoire correspondant. Les lettres reprennent le même vocabulaire de la paix, de la servitude, de la liberté, de la guerre, du courage ou de la crainte, de la sagesse : pactio pacis (Phil. XIII, 2), pactione (Fam. 10, 6, 1), pax (Fam. 10, 27, 1), lex seruitutis (Phil. XIII, 2), seruituti (Fam. 10, 27, 1), seruitutis metu (Fam. 10, 6, 3), libertas (Phil. XIII, 6), libertate populi Romani (Fam. 10, 6, 2), sapientia (Phil. XIII, 6), sapientius (Fam. 10, 27, 2)... Mais dans les lettres, l’énonciation devient impérative, en raison même de leur breuitas, là où le discours permet de développer les idées, de les nuancer par des interrogations ou de les amplifier par des considérations générales.

17Au début de la Philippique, Cicéron commence par poser le sujet :

  • 31 Phil. XIII, 1 : Sed hoc primum uidendum est, patres conscripti, cum omnibusne pax esse possit an s (...)

Mais nous devons d’abord examiner, sénateurs, si la paix est possible avec tous ou s’il y a un genre de guerre inexpiable, où un traité de paix devient un pacte de servitude.31

18Les lettres placent directement les correspondants face à une alternative fondée sur une disjonction exclusive. Cicéron part d’un constat, le désir partagé de la paix, mais il procède ensuite par raisonnements successifs, pour préciser la double nature de la paix dont il est question. Il écrit ainsi à Lépide :

  • 32 Fam. 10, 27, 1 : Pacis inter ciuis conciliandae te cupidum esse laetor ; etiam si a seruitute seiu (...)

Je suis heureux que tu aspires au retour de la paix civile ; si tu la dissocies de l’esclavage, tu serviras à la fois la République et ta dignité ; mais si cette paix que tu désires doit rétablir un homme dépravé dans l’exercice d’une domination sans frein aucun, sache que tous les gens sensés ont bien l’intention de préférer la mort à l’esclavage.32

19Et à Plancus :

  • 33 Fam. 10, 6, 1 : pacis enim auctor eras, cum collega tuus, uir clarissimus, a foedissimis latronibu (...)

En effet, tu préconises la paix alors que ton collègue, un homme illustre, est assiégé par les plus ignobles brigands ; or, ou bien ceux-ci doivent déposer les armes et demander la paix, ou bien, s’ils la réclament tout en poursuivant le combat, la paix doit être le fruit de la victoire et non d’un arrangement.33

  • 34 Fam. 10, 27, 1.
  • 35 Fam. 10, 6, 1.
  • 36 Fam. 10, 6, 3.

20Les deux propositions contradictoires que l’on trouve dans les lettres sont l’aboutissement sans équivoque de la démonstration oratoire du discours. Exprimée de manière raccourcie, l’alternative où Cicéron enferme ses correspondants possède dans la correspondance une vigueur polémique que l’on ne retrouve pas dans la Philippique. L’énonciation de la lettre privilégie encore les structures binaires oppositives, parfois doublées par un chiasme, qui aboutissent à une forte tension symétrique : si / sin34 ; aut / aut35, non in armis positis sed in abiecto armorum… metu36.

21Dans son discours, il convoque la sagesse sous forme de prosopopée pour obtenir d’elle la réponse à ses interrogations et inviter son auditoire à lui obéir :

  • 37 Phil. XIII, 6 : Quid Sapientia ? […] parendum est enim atque id optimum iudicandum quod sit sapien (...)

Et la sagesse ? […] il faut lui obéir et juger comme le meilleur parti celui qui a été le plus sagement fixé […]. Pour les gens de bien tout ce qui peut se faire est-il à faire […] ?37

22La lettre à Lépide abandonne toute forme de précaution oratoire :

  • 38 Fam. 10, 27, 2 : Itaque sapientius meo quidem iudicio facies, si te in istam pacificationem non in (...)

Aussi agiras-tu en vrai sage, à mon avis, si tu n’interviens pas dans pareille entreprise de réconciliation, qui n’a l’agrément ni du Sénat, ni du peuple, ni d’aucun homme de bien.38

  • 39 Phil. XIII, 2 ; Fam. 10, 27, 2.
  • 40 Phil. XIII, 14 ; Fam. 10, 27, 2.

23Le caractère abrupt de l’énoncé, qui enferme le correspondant dans un syllogisme implicite, dont il lui laisse le soin de tirer lui-même la conclusion, contraste singulièrement avec les passages du discours où Cicéron veut voir dans Lépide un allié des hommes de bien, paré des dons de la fortune et de la vertu. L’interaction épistolaire, plus contraignante, se substitue à l’exhortation du discours : le uidendum est (« il faut examiner ») du discours est devenu uidebis « tu examineras »39 ; l’obligation assez indistincte facienda devient dans la lettre : facies, « tu feras »40.

  • 41 Elles ont été jugées en ce sens par les historiens. Voir Syme R., 1967, p. 169-170 : « à l’égard d (...)

24Ces deux lettres ont donc une tonalité plus sévère que les passages parallèles de la treizième Philippique41. Il faut cependant pondérer leur dimension polémique en se situant dans un cadre plus large : n’oublions pas qu’elles devaient être lues comme un complément apporté au discours, dont Lépide et Plancus auraient connaissance de vive voix par leurs informateurs et par la lecture ultérieure du texte publié ; d’autre part, pour impérieuses qu’elles soient, ces lettres n’en sont pas moins régulées elles aussi par la rhétorique, elles ne dérivent pas vers l’agression verbale, conformément à la conception que Cicéron se fait des échanges épistolaires. Est-ce à dire que les lettres cicéroniennes ne contiennent jamais de polémique, au sens le plus violent que peut revêtir ce terme ? Il convient ici de faire la distinction entre les personnes dont on parle, et celles aux-quelles on s’adresse.

Lettres et invectives chez Cicéron

  • 42 Pour Clodius, voir par exemple l’analyse de Achard G., 1981, p. 268-269, qui compare les discours (...)
  • 43 De orat. II, 206 : amor, odium, iracundia, inuidia, misericordia, spes, laetitia, timor, molestia.
  • 44 Canfora L., 2001, p. 44 et p. 303.
  • 45 Ad Br. 2, 2, 1 (11 avril 43) : Lepidi […] leuitatem et inconstantiam animumque semper inimicum rei (...)
  • 46 Allély A., 2004, p. 99.

25Les invectives, qui ont fait la célébrité des Philippiques, se retrouvent dans le corpus de la correspondance, mais avec une restriction importante : il s’agit toujours d’invectives à propos d’un tiers, jamais à l’encontre du correspondant auquel est adressée la lettre. C’est seulement dans le cas d’une tierce personne que l’échange épistolaire se présente comme un prolongement, voire un surenchérissement de la pratique oratoire42. Si les discours laissent transparaître les impressions de l’orateur et suscitent dans l’auditoire toute une gamme de sentiments, « l’affection, la haine, la colère, l’envie, la pitié, l’espérance, la joie, la crainte, le mécontentement »43, les lettres favorisent a fortiori une plus grande implication affective du locuteur dans l’énonciation de sa parole en raison du cadre émotionnellement plus libre de son exercice. De ce point de vue, la correspondance privée de l’orateur est moins soumise à contrôle que ne l’étaient ses discours44. Nous avons évoqué la censure opérée par Cicéron lors de la publication de la treizième Philippique et le soin mis à éviter de heurter de plein fouet Lépide et Plancus. Cette réserve calculée n’a plus lieu d’être lorsque Cicéron évoque en privé les mêmes personnes. Ainsi est-il autrement plus agressif à l’encontre de Lépide lorsqu’il écrit à Brutus le 11 avril 43 : « Quant à Lépide, […] sa légèreté, son inconstance et ses dispositions toujours hostiles à la République t’apparaissent clairement aujourd’hui, j’en suis convaincu, par les lettres des tiens »45. Bien plus que les Philippiques, cette lettre a servi à ternir la réputation du futur triumvir46.

  • 47 Voir ci-dessus, note 2.

26Les invectives proférées par Cicéron dans les Philippiques se retrouvent dans les lettres contemporaines, comme celle que nous avons citée dans l’introduction, où il écrit qu’il fait la guerre à « une espèce de gladiateur, le pire des scélérats »47. Le cas le plus remarquable nous paraît être l’utilisation par Plancus lui-même des invectives des Philippiques dans les lettres qu’il adresse à Cicéron, où il reprend le vocabulaire polémique de ses discours pour jeter l’opprobre sur Lépide et Antoine, avec qui il négocie déjà secrètement :

Phil. II, 17 : de patriae parricidio ; II, 62 : latronum ritu ; III, 18 : O admirabilem impudentiam, audaciam, temeritatem ; IV, 5 : hostem illum et latronem et parricidam patriae reliquerunt ; V, 23 : latronum impetus ; VIII, 9 : parricidis ; XII, 12 : latrocinique uestigia ; 13 : parricidae ; 13 : tot perditi ciues ; Fragmenta, Philippica incerta : mulionem Ventidium.

Fam. 10, 18, 3 (Plancus à Cicéron) : illius copias Ventidique mulionis castra. Fam. 10, 15, 1 (Plancus à Cicéron) : perditum abiectumque latronem (à propos d’Antoine…) ; 4 : audacia perditorum ;latro.
Fam. 10, 21, 5 (Plancus à Cicéron) : perditis hominibus.
Fam. 10, 23, 6 : perditorum ; 6 : res publica in possessione uictoriae deletis sceleratis permanebit.
Fam. 10, 23, 5 (Plancus à Cicéron) : Magno cum dolore parricidarum elapsus sum iis.
Fam. 10, 24, 3 (Plancus à Cicéron) : impetu ac latrocinio parricidarum.

  • 48 Phil. XIII, 40. Le terme de lanista est appliqué par Cicéron à Clodius en Att. 1, 16, 3, datée de (...)

27En reprenant systématiquement à son compte la phraséologie de son correspondant, Plancus reproduit avec plus ou moins d’habileté la persona polémique de Cicéron telle qu’elle apparaît dès la deuxième Philippique. À son tour, Cicéron fait les frais de cette uituperatio qu’il a orchestrée, dans la lettre d’Antoine à Hirtius et Octave, où il est traité de « laniste », subissant le même type d’appellation infamante qu’il avait utilisée contre Antoine, traité constamment de gladiator48. En ce sens, l’on peut parler de Philippiques épistolaires, même si l’on reste dans un contexte privé : la uituperatio y a pour but de renforcer le lien entre les deux correspondants, de conforter leur connivence ou leur accord, au détriment d’une tierce personne.

  • 49 Voir Tusc. III, 7.
  • 50 Biville F., 2003, p. 27-28.

28Qu’en est-il des lettres échangées par des correspondants qui sont en conflit l’un avec l’autre ? Dans la mesure où l’écriture épistolaire est fortement marquée par la subjectivité du locuteur, se faisant l’écho de ses jugements de valeur et de ses réactions affectives, le risque existe d’une parole incontrôlée, irrationnelle, en proie à ce trouble des passions que la langue latine désigne par le terme de perturbatio, assimilant les mouvements de l’âme aux maladies49. Les lettres peuvent devenir le lieu de l’expression exacerbée des états d’âme. Sur le plan linguistique, cela se traduit par un lexique fortement connoté en valeurs axiologiques positives et négatives, par le recours fréquent aux métaphores, aux diminutifs, aux adverbes d’énonciation, aux énoncés exclamatifs, aux interjections50.

  • 51 Att. 11, 7, 8 : in tuis litteris quae me mordeant ; Fam. 3, 11, 5 : stomachosiores litterae ; Q. f (...)
  • 52 Fragment 33 dans Cugusi P., 1979, p. 255. L’ensemble des lettres ou fragments de lettres d’Antoine (...)
  • 53 Phil. XIII, 35 et 45.

29Cet aspect des lettres se laisse assez bien voir dans les métaphores cicéroniennes qui évoquent des lettres « mordantes », « aigres », « pleines d’humeur bilieuse »51. Ce sont précisément des reproches que Cicéron fait à ses correspondants, quand ils lui manifestent de l’arrogance, de l’aigreur, de la dureté, voire de la haine. De tels exemples d’invective épistolaire ne manquent pas dans les lettres qui nous sont parvenues de l’Antiquité romaine. Comment ne pas songer à celles d’Antoine pour lesquelles nous avons les témoignages de Suétone et de Tacite, qui parlent de contumelia (Suétone, Diuus Augustus, VII, 3), de probra et d’acerbitas (Tacite, Annales, IV, 34), de lettres écrites amarissime (Suétone, Diuus Augustus, LXX, 1). Les fragments qui ont été conservés donnent une bonne idée de cette acrimonie, par exemple dans l’échange avec Octave après leur rupture, lorsqu’il évoque de manière particulièrement crue leurs relations respectives avec Cléopâtre et les matrones romaines52. Nous nous contenterons de rappeler le caractère menaçant et agressif de la lettre étrillée par Cicéron dans la treizième Philippique, où Antoine reproche à ses correspondants d’avoir corrompu les vétérans par des flatteries et des cadeaux empoisonnés et leur écrit qu’il goûte d’avance, en cas de défaite, la joie de leurs supplices53.

  • 54 Sur l’opposition entre grauitas et comitas, voir Hellegouarc’h J., 1963, p. 215-217 ; sur leur équ (...)
  • 55 Att. 11, 15, 2 : acerbissime scripsit ; Att. 11, 16, 4 : acerbissime scripsisse ; Att. 14, 17, 3 :(...)
  • 56 Att. 6, 1, 7 et Att. 6, 3, 7.
  • 57 Att. 10, 12, 3 : asperius scripsi ; Att. 10, 16, 1 : asperius… scribere solebam ; Att. 11, 13, 2 :(...)
  • 58 Att. 8, 5, 1 : uehementem epistulam ; Att. 11, 7, 2 : uehementius erat scriptum.
  • 59 Att. 3, 10 : tam uehementer obiurgas ; Att. 13, 6, 3 : [epistula] obiurgatoria ; Att. 4, 16, 9 : o (...)
  • 60 Fam. 11, 3, 1 : litteras […] contumeliosas, minaces ; Att., 13, 38, 1 : epistula […] cuius est pri (...)
  • 61 Att. 10, 8, 10 : odiosas litteras ; Att. 11, 22, 1 : illius in me odium et genus hoc litterarum.
  • 62 De off. I, 89 et I, 137.
  • 63 Fam. 10, 6, 3 : scripsi paulo seuerius.
  • 64 Martin P.-M., 2009, p. 55, a souligné le contraste entre la correspondance de Cicéron et Antoine, (...)

30Cicéron, pour sa part, se montre toujours soucieux de ne pas nuire directement à la relation interpersonnelle avec ses correspondants. Il n’y a pas vraiment dans le corpus cicéronien de lettres que l’on puisse qualifier de polémiques, du moins de transgressives. Cicéron veille à respecter l’équilibre sociodiscursif qui est au cœur de sa pratique épistolaire, oscillant entre deux pôles interactionnels, la grauitas d’un côté, la comitas de l’autre54. L’excès de grauitas se traduit dans la Correspondance par des termes qui en soulignent le caractère blessant : acerbitas55, adrogantia56, asperitas57, uehementia58, obiurgatio59, contumelia60, odium61. Non maîtrisé, cet emportement contrevient au modèle éthique du uir bonus théorisé par l’Arpinate. Ce vocabulaire qui sert à désigner les manifestations les plus agressives de la seueritas va à l’encontre de l’éthique de la colère qui sera développée dans le De officiis62. La lettre envoyée par Cicéron à Plancus le soir même de la treizième Philippique est sévère, comme l’indique Cicéron lui-même63, mais ne transgresse pas la frontière de la seueritas. De même, on ne saurait trouver aucun mot qui relève de la uehementia ou de l’acerbitas dans la correspondance avec Lépide. Il atténue son injonction la plus ferme, celle de ne se mêler d’aucune négociation en précisant qu’il s’agit de son avis (meo iudicio), comme pour respecter au moins dans les formes les prérogatives et le propre jugement de Lépide. Cette attitude est constante chez Cicéron, y compris dans les lettres courtoises qu’il échange avec Marc Antoine et Dolabella, quelques semaines avant leur rupture définitive, quand le premier aura commencé le siège de Decimus Brutus à Modène et le second fait exécuter Trébonius64. Mais une fois qu’ils ont commis un crime que Cicéron qualifie de parricide, ils se sont exclus de la société des hommes ; il faut les combattre par la force, tant militaire que verbale, selon ce que Cicéron écrit dans le De officiis :

  • 65 De off. I, 34 : Atque in re publica maxime conseruanda sunt iura belli. Nam cum sint duo genera de (...)

En ce qui concerne l’État, il faut avant tout respecter les lois de la guerre. Il existe en effet deux manières de trancher un différend, l’une par la discussion, l’autre par la force ; la première est propre à l’homme, la seconde aux bêtes ; et il faut recourir à cette dernière, s’il n’est pas possible d’employer la précédente.65

  • 66 Sur l’indignatio, voir le De inuentione I, 100. Sur la monstruosité politique, voir Lévy C., 1999.

31Il est logique que l’elocutio cicéronienne se fasse l’écho de cette animalisation de ses adversaires, par le recours à l’image dégradante de la belua, la bête immonde, incarnant le monstrum politique, exclu des cercles de la sociabilité humaine, suscitant l’indignatio, but avoué des Philippiques où Cicéron tente de faire naître la plus vive hostilité contre Antoine et la plus grande aversion envers son comportement66.

  • 67 Sur la uituperatio dans la pratique oratoire de Cicéron, voir Achard G., 1981, p. 187-355.

32Nous dirons pour conclure que les affects peuvent engendrer des mouvements passionnels tels que la colère, mais aux yeux de Cicéron ils n’ont leur place que s’ils sont régulés par la rhétorique, aboutissant alors à l’invective et au blâme, la uituperatio, dans le cadre d’une éloquence dont les règles et les usages sont dûment codifiés par la tradition et conformes aux valeurs de la Cité, dans l’intérêt même de la République67. Dans cette période de crise, la sociabilité épistolaire chez Cicéron contraste singulièrement avec sa polémique oratoire, telle qu’elle se manifeste à l’encontre d’Antoine dans les Philippiques. Pour l’orateur, la lettre est un moyen de persuasion, elle peut être une arme de combat, mais elle n’est jamais le lieu de l’indignatio et de l’invective à l’encontre des correspondants auxquels il s’adresse. La lettre n’est pas chez lui le substitut d’une altercatio ou d’une uituperatio, mais demeure bien le dialogue à distance, la conversation entre personnes séparées, et à ce titre elle implique toujours une éthique du comportement et de la communication fondée sur un juste équilibre entre la comitas et la grauitas ; elle ne s’exclut jamais de la sociabilité, sous peine de se contredire elle-même. C’est justement parce qu’il dénie à Antoine toute forme de morale et de civisme, que Cicéron a refusé de faire partie de la délégation du Sénat chargée de le rencontrer et qu’il a exhorté Plancus et Lépide à refuser avec lui toute forme de dialogue.

Bibliographie

Bibliographie

Achard G., 1981, Pratique rhétorique et idéologie politique dans les discours « optimates » de Cicéron, Leiden.

Allély A., 2004, Lépide le triumvir, Bordeaux.

Baratin M., 2003, « La polémique et les traités de rhétorique dans l’Antiquité romaine », dans G. Declercq, M. Murat, J. Dangel (éd.), La parole polémique, Paris, p. 255-262.

Bernard J.-E., 2013, La sociabilité épistolaire chez Cicéron, coll. « Babeliana », no 16, éditions Honoré Champion, Paris.

Biville F., 2003a, « Échos de voix romaines dans la Correspondance de Cicéron. Réflexions sur l’oralité », dans A. Garcea (éd.), Colloquia absentium. Studi sulla communicazione epistolare in Cicerone, Turin, p. 13-45.

Bornecque H., 1898, La prose métrique dans la Correspondance de Cicéron, Paris.

Canfora L., 2001 (trad. fr.) Jules César. Le dictateur démocrate, Paris.

Cugusi P., 1979, Epistolographi Latini minores, vol. II Aetatem Ciceronianam et Augusteam amplectens (1-Testimonia et Fragmenta ; 2-Commentarium criticum), Turin (= Corpus scriptorum latinorum paravianum).

Declercq G., 2003, « Rhétorique et polémique », dans G. Declercq, M. Murat, J. Dangel (éd.), La parole polémique, Paris, p. 17-21.

Hellegouarc’h J., 1963, Le vocabulaire des relations et des partis politiques sous la République, Paris.

Lévy C., 1992, Cicero Academicus. Recherches sur les Académiques et sur la philosophie cicéronienne, Rome.

Lévy C., 1999, « Rhétorique et philosophie : la monstruosité politique chez Cicéron », Revue des Études Latines, 76, p. 139-157.

Martin P.-M., « Un exemple parfait de haine politique : Cicéron et Antoine », dans M. Deleplace (éd.), Le discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité, Lille, 2009, p. 49-62.

Michel A., 1975, « Cicéron entre Démosthène et Shakespeare : l’esthétique des Philippiques » dans Ciceroniana, Hommages à K. Kumaniecki, Leiden, p. 167-180.

Stroh W., 2010 (trad. fr.), La puissance du discours. Une petite histoire de la rhétorique dans la Grèce antique et à Rome, Paris.

Syme R., 1967 (trad. fr.), La Révolution romaine, Paris.

Wuilleumier P., 1959, Cicéron. Philippiques I à IV, CUF, Paris.

Notes

1 Syme R., 1967, p. 147 et p. 149.

2 Fam. 12, 22, 1 (à Q. Cornificius, peu après le 4 octobre 44) : Nos hic cum homine gladiatore omnium nequissimo, collega nostro, Antonio, bellum gerimus, sed non pari condicione, contra arma uerbis.

3 Fam. 11, 9, 1 (29 avril 43).

4 Phil. VII, 8 : etsi erit uel acerbum auditu uel incredibile a M. Cicerone esse dictum […] ego, ille […] pacis semper laudator, semper auctor, pacem cum M. Antonio esse nolo.

5 Voir par exemple Michel A., 1975, p. 177 : « Mais il faut dire aussi que Cicéron ne songe pas seulement à réveiller en ses auditeurs l’esprit de rigueur ; c’est aussi à la haine qu’il s’adresse, à sa propre haine. Et cela même confère à ses discours d’autres formes de grandeur » ; dans une perspective moins esthétique, on lira avec intérêt Martin P.-M., 2009 ; voir en dernier lieu Stroh W., 2010, p. 345.

6 Declercq G., 2003, p. 17.

7 Baratin M., 2003, p. 256.

8 Fam. 9, 21, 1 (année 46, 45 ou 44, à L. Papirius Paetus) : Quid enim simile habet epistula aut iudicio aut contioni ?

9 De orat. II, 271 : sic profecto se res habet, nullum ut sit uitae tempus, in quo non deceat leporem humanitatemque uersari (trad. É. Courbaud modifiée).

10 Stroh W., 2010, p. 345.

11 Wuilleumier P., 1959, p. 218.

12 Phil. XIII, 22.

13 Sur l’alliance de la philosophie et de la rhétorique dans les Philippiques, voir Michel A., 1975.

14 Phil. XIII, 1-7.

15 Phil. XIII, 6. Nous suivons ici Martin P.-M., 2009, p. 59.

16 Phil. XIII, 21 : cum hoc, M. Lepide, pax esse quae potest ?

17 Phil. XIII, 14.

18 Phil. XIII, 13 : Atque etiam hoc M. Lepido prouidendum est, ne quid adrogantius quam eius mores ferunt facere uideatur.

19 Phil. XIII, 17 : quis eodem sanior ? Pour l’éloge de Lépide, voir ibidem, 7-8. La cinquième Philippique contenait déjà un éloge des vertus républicaines de Lépide, voir § 40-41.

20 Phil. XIII, 43 : Id agis, ut Lepidum aut impium aut insanum existimari uelis. Nihil agis – quamquam adfirmare de altero difficile est-de Lepido praesertim, quem ego metuam numquam, bene sperabo, dum licebit.

21 Fam. 10, 6, 1 (20 mars 43).

22 Phil. XIII, 16.

23 Phil. XIII, 44 : [Plancus] cuius memorabilis ac diuina uirtus lucem adfert rei publicae.

24 Le degré de polémique de la première Philippique a fait l’objet d’appréciations divergentes : Stroh W., 2010, p. 335, ne comprend pas « pourquoi de nombreux exégètes voient dans ce discours réfléchi et de bonne volonté, une manifestation de colère de Cicéron ou une déclaration de guerre à peine voilée ». Il vaut pourtant la peine de relire le texte du discours avec l’acuité de Martin P.-M., 2009, p. 56-57, pour se convaincre que « la première Philippique contient […] bien une menace de mort contre Antoine ».

25 Fam. 10, 27, 1 (20 mars 43).

26 Fam. 2, 4, 1 (vers le milieu de 53, à Curion) : seuerum et graue.

27 Inst. orat. IX, 4, 19 : est igitur ante omnia oratio alia uincta atque contexta, soluta alia, qualis in sermone <et> epistulis, nisi cum aliquid supra naturam suam tractant, ut de philosophia, de re publica similibusque (trad. J. Cousin).

28 Sur la contentio, voir dans ce volume la contribution de Laurent Gavoille.

29 Voir Bornecque H., 1898, p. 59. Pour les lettres semi-officielles voir Bernard J.-E., 2013, p. 119.

30 Att. 1, 16, 9 (juin ou juillet 61) : Clodium praesentem fregi in senatu cum oratione perpetua plenissima grauitatis tum altercatione huiusmodi ; ex qua licet pauca degustes ; nam cetera non possunt habere eandem uim neque uenustatem remoto illo studio contentionis quem ἀγῶνα uos appellatis.

31 Phil. XIII, 1 : Sed hoc primum uidendum est, patres conscripti, cum omnibusne pax esse possit an sit aliquod bellum inexpiabile, in quo pactio pacis lex sit seruitutis.

32 Fam. 10, 27, 1 : Pacis inter ciuis conciliandae te cupidum esse laetor ; etiam si a seruitute seiungis, consules et rei publicae dignitati tuae ; sin ista pax perditum hominem in possessionem impotentissimi dominatus restitutura est, hoc animo scito omnis sanos ut mortem seruitutem anteponant.

33 Fam. 10, 6, 1 : pacis enim auctor eras, cum collega tuus, uir clarissimus, a foedissimis latronibus obsideretur ; qui aut positis armis pacem petere debent, aut, si pugnantes eam postulant, uictoria pax, non pactione, parienda est.

34 Fam. 10, 27, 1.

35 Fam. 10, 6, 1.

36 Fam. 10, 6, 3.

37 Phil. XIII, 6 : Quid Sapientia ? […] parendum est enim atque id optimum iudicandum quod sit sapientissime constitutum. 14 : Omniane bonis uiris quae facere possunt facienda sunt […] ?

38 Fam. 10, 27, 2 : Itaque sapientius meo quidem iudicio facies, si te in istam pacificationem non interponeres, quae neque senatui neque populo nec cuiquam bono probatur.

39 Phil. XIII, 2 ; Fam. 10, 27, 2.

40 Phil. XIII, 14 ; Fam. 10, 27, 2.

41 Elles ont été jugées en ce sens par les historiens. Voir Syme R., 1967, p. 169-170 : « à l’égard de Lépide, il se montra cassant et impérieux […]. Lépide n’oublia pas cette insulte à sa dignitas » ; voir également Allély A., 2004, p. 98 : « une extrême sécheresse ».

42 Pour Clodius, voir par exemple l’analyse de Achard G., 1981, p. 268-269, qui compare les discours à la virulence des indignations dans la correspondance.

43 De orat. II, 206 : amor, odium, iracundia, inuidia, misericordia, spes, laetitia, timor, molestia.

44 Canfora L., 2001, p. 44 et p. 303.

45 Ad Br. 2, 2, 1 (11 avril 43) : Lepidi […] leuitatem et inconstantiam animumque semper inimicum rei publicae iam credo tibi ex tuorum litteris esse perspectum.

46 Allély A., 2004, p. 99.

47 Voir ci-dessus, note 2.

48 Phil. XIII, 40. Le terme de lanista est appliqué par Cicéron à Clodius en Att. 1, 16, 3, datée de juin ou de juillet 61, où il relate le procès fait à Clodius après le scandale du sacrilège de la fête de la Bonne Déesse.

49 Voir Tusc. III, 7.

50 Biville F., 2003, p. 27-28.

51 Att. 11, 7, 8 : in tuis litteris quae me mordeant ; Fam. 3, 11, 5 : stomachosiores litterae ; Q. fr. 3, 6, 1 : [epistula]… quae plena stomachi et querelarum est.

52 Fragment 33 dans Cugusi P., 1979, p. 255. L’ensemble des lettres ou fragments de lettres d’Antoine qui ont été conservés est répertorié ibidem, p. 236-268. Antoine reçoit à son tour de ses adversaires des lettres d’une brutalité rigide, voir Martin P.-M., 2009, p. 55.

53 Phil. XIII, 35 et 45.

54 Sur l’opposition entre grauitas et comitas, voir Hellegouarc’h J., 1963, p. 215-217 ; sur leur équilibre dans la correspondance, voir Bernard J.-E., 2013, p. 226-246.

55 Att. 11, 15, 2 : acerbissime scripsit ; Att. 11, 16, 4 : acerbissime scripsisse ; Att. 14, 17, 3 : acerbissimas litteras.

56 Att. 6, 1, 7 et Att. 6, 3, 7.

57 Att. 10, 12, 3 : asperius scripsi ; Att. 10, 16, 1 : asperius… scribere solebam ; Att. 11, 13, 2 : Quintus mihi per litteras satis facit multo asperioribus uerbis quam cum grauissime accusabat (« Quintus s’est excusé par lettre avec des termes beaucoup plus mordants que ceux avec lesquels il accusait très gravement »).

58 Att. 8, 5, 1 : uehementem epistulam ; Att. 11, 7, 2 : uehementius erat scriptum.

59 Att. 3, 10 : tam uehementer obiurgas ; Att. 13, 6, 3 : [epistula] obiurgatoria ; Att. 4, 16, 9 : obiurgari.

60 Fam. 11, 3, 1 : litteras […] contumeliosas, minaces ; Att., 13, 38, 1 : epistula […] cuius est principium non sine maxima contumelia.

61 Att. 10, 8, 10 : odiosas litteras ; Att. 11, 22, 1 : illius in me odium et genus hoc litterarum.

62 De off. I, 89 et I, 137.

63 Fam. 10, 6, 3 : scripsi paulo seuerius.

64 Martin P.-M., 2009, p. 55, a souligné le contraste entre la correspondance de Cicéron et Antoine, « chef-d’œuvre de langue de bois politique », et les jugements sur Antoine dans la correspondance privée. Voir le relevé des occurrences dans J.-E. Bernard, 2013, p. 422-425.

65 De off. I, 34 : Atque in re publica maxime conseruanda sunt iura belli. Nam cum sint duo genera decertandi, unum per disceptationem, alterum per uim, cumque illud proprium sit hominis, hoc beluarum, confugiendum est ad posterius si uti non licet superiore.

66 Sur l’indignatio, voir le De inuentione I, 100. Sur la monstruosité politique, voir Lévy C., 1999.

67 Sur la uituperatio dans la pratique oratoire de Cicéron, voir Achard G., 1981, p. 187-355.

Auteur

Université du Sud-Toulon-Var/laboratoire Babel

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540