Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et polémiques dans l’épistolaire

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Conflits politiques

Vrbem tu relinquas ? L’objection polémique de Cicéron à Pompée dans la lettre Att. VII, 11, 3

Jean-Pierre De Giorgio et Émilia Ndiaye

Texte intégral

  • 1 C’est la datation proposée par Bayet Jean, Cicéron, Correspondance, tome V, Paris, Les Belles Lettr (...)
  • 2 P. Torrens souligne l’absence de véritables sources historiques précises, les sources d’Appien étan (...)
  • 3 « Que penses-tu de la décision de Pompée ? Je veux dire, le fait qu’il ait abandonné Rome » (Att. V (...)
  • 4 Att. VII, 11, 3 : « Pour moi, je n’en vois pas la raison » (trad. J. Bayet).
  • 5 Att. VII, 3, 4 ; 7, 5-7 ; 12, 3 ; 13a, 1-2 ; 20, 2 ; 21, 2 ; 22, 2 ; 23, 1…
  • 6 Voir Grimal Pierre, Cicéron, Paris, Fayard, 1986, p. 296.

1Vrbem tu relinquas ?, « Toi, tu abandonnerais Rome ? » : telle est la question que Cicéron pose à son ami Atticus, dans la lettre 301 (VII, 11, 3) envoyée d’Antium ou de Terracine, le 19 ou 20 janvier 491. L’hésitation sur le lieu d’expédition comme sur la date est révélatrice de la confusion du moment, tant à Rome et dans l’esprit de Cicéron que dans la connaissance exacte de la chronologie2. Le tu de cette interrogation s’adresse au destinataire Atticus, mais l’objection vise la décision de Pompée de quitter Rome, rappelée à la ligne précédente (avec un subjonctif présent significatif, comme on le verra) : quale tibi consilium Pompei uidetur ? hoc quaero, quod Vrbem reliquerit3. Cicéron se sent dans une impasse, Ego enim ἀπορῶ4 : il ne sait plus que penser sur le plan politique. À propos de la situation à Rome, comme le montrent les questions qui précèdent et qui suivent, dans cette lettre comme dans d’autres5, et à propos de la décision de Pompée qui le concerne directement dans la mesure où sa propre attitude en dépend6.

2Jean Bayet commente ainsi cette lettre dans la notice de l’édition des Belles Lettres :

  • 7 Cicéron…, op. cit., p. 91-92.

L’hypersensibilité de Cicéron se décharge bien dans cette curieuse lettre CCCI, où César, comme principal responsable des événements, est violemment pris à partie (et la peur y est bien pour quelque chose…), où l’abandon de Rome prête à des effets si rhétoriques, mais où les excès littéraires se corrigent immédiatement par des notations proches de la réalité et qui, honnêtement, contredisent les impressions premières de l’orateur.7

3Nous nous intéresserons aux « effets si rhétoriques », qui se trouvent au paragraphe 3 où Cicéron imagine un court dialogue polémique entre Pompée et lui, avec trois objections aux arguments du général justifiant son abandon de l’Vrbs.

Per Fortunas ! quale tibi consilium Pompei uidetur ? hoc quaero, quod Vrbem reliquerit. Ego enim ἀπορῶ. Tum nihil absurdius. Vrbem tu relinquas ? ergo idem, si Galli uenirent ? « Non est, inquit, in parietibus res publica ». At in aris et focis. « Fecit Themistocles ». Fluctum enim totius barbariae ferre urbs una non poterat. At idem Pericles non fecit annum ferre post quinquagesimum, cum praeter moenia nihil teneret ; nostri olim urbe reliqua capta arcem tamen retinuerunt.

  • 8 Allusion au sac de Rome par les Gaulois en 390, et plus bas à l’épisode des oies du Capitole.
  • 9 Allusion à l’évacuation d’Athènes sur instruction de Thémistocle, en 480, après la défaite des Ther (...)
  • 10 Allusion à la stratégie de Périclès, au début de la guerre du Péloponnèse, d’un repli à l’intérieur (...)

À tout hasard, que penses-tu de la décision de Pompée ? je veux dire, le fait qu’il ait abandonné Rome. Pour moi, je n’en vois pas la raison ; et puis rien de plus mal à propos. Toi, tu abandonnerais Rome ? On le ferait donc si les Gaulois revenaient8 ? « La République ne se trouve pas, dit-il, dans les bâtiments ». Non, mais dans les autels et les foyers. « Thémistocle l’a fait ». C’est qu’à elle seule la ville ne pouvait soutenir le flot de tous les barbares9. Mais Périclès ne l’a pas fait, environ 50 ans plus tard, alors qu’il n’avait plus aucune position en dehors des Longs Murs10 ; et les nôtres, autrefois, quand tout le reste de la ville était au pouvoir de l’ennemi, ont tenu toutefois la citadelle.

  • 11 Appien, BC II, 37 et 50 ; Dion Cassius, XLI, 18.
  • 12 Att. VII, 3, 5 : quid fiet cum erit dictum « Dic, M. Tullli » – σύντομα : « Cn. Pompeio adsentior »(...)

4Il s’agira donc de déterminer quelle est la part de rhétorique épistolaire dans ce court échange polémique, s’il est un « excès littéraire ». Les propos que Cicéron rapporte sont-ils fictifs et littéraires ou ont-ils été proférés réellement lors d’une séance au Sénat ? D’autres références font état de l’argument de Pompée11, mais ses objections à la décision de Pompée, les a-t-il faites viva voce à l’intéressé ou se met-il en scène, comme il l’a fait dans le formulaire sénatorial de la lettre VII, 3, par anticipation12 ? Autrement dit : quel est le statut de cet échange polémique rapporté dans la lettre : séquence informative (comme c’est le cas au début de la lettre avec la défection de Labienus) ou réécriture afin d’alimenter l’exercice du consilium ?

Lettre d’indignation, lettre d’information

5La lettre à Atticus VII, 11 se présente comme une évaluation des choix de César, puis de ceux de Pompée. Entre ces deux stratégies contradictoires, Cicéron pose le problème de son positionnement sous forme de questionnement ouvert. Pourtant, au moment où il écrit, il a sans doute déjà quitté Rome et, en un sens, accepté la stratégie de Pompée. Mais l’action ne l’empêche pas de poser une nouvelle fois par écrit les termes de la délibération, comme s’il fallait recommencer un débat public pourtant tranché et, par l’écriture, dans un cadre privé, se réapproprier subjectivement la décision collective.

  • 13 Att. VII, 11, 1.
  • 14 Att., VII, 11,1 (trad. J. Bayet). Cf. Euripide, Phéniciennes, 506.
  • 15 Gaillard Jacques, « Ad Atticum VII, 11 : Cicero deliberans », dans Zehnacker Hubert et Hentz Gustav (...)

6La lettre commence par manifester l’indignation de l’épistolier, qui compare César à Hannibal13. Vient ensuite une liste des actions illégales de César, qui se termine par une gnomè euripidienne : « Tout pour la tyrannie, divinité suprême »14. L’actualité est lue à travers l’histoire et la tragédie, elle est envisagée sous son angle juridique, puis moral. Platon est, quant à lui, évoqué de manière allusive, semble-t-il, avec l’expression « ombre du beau » (umbra τοῦκαλοῦ), dès le début de la lettre. Comme le note Jacques Gaillard15 :

Cicéron s’en tient aux principes : il n’évalue pas les dangers concrets, le poids matériel des événements, il ressent avant tout leur signification dans le cadre d’une problématique générale, celle des devoirs et des fautes.

7Mais il faut ajouter qu’il refuse, ce faisant, d’accepter les circonstances telles qu’elles sont et de s’y plier. En démasquant les deux imperatores, César et Pompée, Cicéron pose le problème de son propre rôle.

  • 16 Att. VII, 11, 1.
  • 17 Att. VII, 11, 2.
  • 18 Att. VII, 11, 2.

8La lettre se poursuit par la tentation du désengagement vers un otium ensoleillé auprès d’Atticus16, mais Cicéron proclame qu’il préférerait mourir mille fois plutôt que d’accepter la tyrannie ou même de l’imaginer. Atticus intervient alors de manière fictive pour lui demander ce qui se passerait s’il acceptait la « tyrannie » césarienne : quid si tu uelis ?17. Étrange question, qui laisse à l’épistolier la possibilité d’envisager qu’il pourrait, malgré tout, accepter la pire des circonstances, le règne de César, qu’il est libre de le faire (age, quis est cui uelle non liceat ?18). Cicéron répond ainsi qu’on ne peut radicalement exclure cette tentation.

  • 19 Att. VII, 11, 3.
  • 20 Ce type d’exempla se retrouve tout au long des lettres de cette période : Socrate et les Trente tyr (...)

9La missive aborde ensuite la stratégie de Pompée19. À la question Vrbem tu relinquas ?, qui semble adressée à la fois à Atticus et à Pompée, le Pompée imaginé par Cicéron répond que la République n’est pas dans ses murs : non est, inquit, in parietibus. Thémistocle est alors évoqué pour son choix d’avoir abandonné le Pirée ; la figure de Périclès lui est immédiatement opposée par Cicéron, qui semble répliquer directement : lui, n’abandonna pas Athènes face à l’ennemi, pour mieux la défendre. Après ces deux exempla Graeca, l’épistolier évoque l’invasion des Gaulois en 390, auxquels César est assimilé indirectement20. Si Périclès a fait un meilleur choix que Thémistocle, c’est parce qu’il a agi de la même manière que les Romains face aux Gaulois, en 390 : nostri olim Vrbe reliqua capta, arcem tamen retinuerunt. L’exemple romain a toute son importance : « les nôtres » n’ont pas quitté l’Vrbs quand elle était menacée. Cicéron défend ainsi l’idée qu’on ne peut quitter Rome, alors qu’il est lui-même parti…

10L’objection de Pompée, qui apparaît ici comme une parole relayée, permet à l’épistolier-orateur de progresser dans l’argumentation : la réfutation, à coups d’exempla, lui donne raison, il est vainqueur d’un échange polémique dont il contrôle désormais tout, ce qui ne fut peut-être pas le cas devant les sénateurs. Or, s’il s’agit bien d’une réécriture, il restera à évaluer son statut dans le discours épistolaire.

Participation de Cicéron aux séances du Sénat (décembre 50-janvier 49)

11Le passage qui nous intéresse peut-il être le reflet d’un échange réel entre Cicéron et Pompée ?

  • 21 Il est inutile de rappeler la dimension apologétique de l’ouvrage, depuis Rambaud Michel, L’art de (...)
  • 22 Sur la difficulté d’établir ses sources, voir Hinard François, dans Goukowsky P. (trad.) et Hinard (...)
  • 23 Voir Hinard François, « Appien et la logique de la crise », dans Rome, la dernière République, Recu (...)

12Cette lettre fait partie des documents qui nous permettent d’établir la chronologie de ce moment particulièrement important, puisqu’il s’agit des débuts de la guerre civile entre César et Pompée. Un seul autre document est contemporain des faits : le récit fait par César lui-même dans le livre I du Bellum Ciuile21. Les autres sources sont plus tardives : le Bellum ciuile de Lucain, la Vie de César de Suétone et les écrits de trois historiens de langue grecque, les Vies de César, de Cicéron et de Pompée par Plutarque, le livre II des Guerres civiles dans l’Histoire romaine d’Appien22 et les livres 39 à 41 de celle de Dion Cassius. Le recoupement de toutes ces sources permet d’établir la chronologie générale des faits, mais avec des limites pour les semaines entre la fin décembre 50 et le mois de janvier 49. César n’est pas à Rome, Cicéron n’y arrive que le 4 janvier, et nous ne possédons pas de lettres de Cicéron entre le 28 décembre 50 et le 12 janvier 49. Aucun témoignage direct n’est donc à notre disposition concernant ces quelques jours décisifs, et les historiens plus tardifs ne donnent pas la chronologie précise des événements23. Autre élément qui rend la situation plus obscure : ni Cicéron ni Pompée ne sont autorisés à entrer dans l’Vrbs, car ils sont promagistrats revêtus de l’imperium. Les séances du Sénat se déroulent donc sans eux, excepté celles qui ont lieu extra urbem.

  • 24 Marc. 10 : erat enim obscuritas quaedam. Voir Fabre Paul, César, La Guerre civile, t. I, Paris, Les (...)
  • 25 Cf. Jerphagnon L., Histoire…, op. cit., p. 145, 158, 161-163.
  • 26 Bonnefond Marianne, « Quorum et prise de décision dans le Sénat romain aux deux derniers siècles de (...)

13La complexité de la situation au point de vue légal et institutionnel est reconnue par tous les historiens modernes, et Cicéron lui-même parle d’une « certaine obscurité » en ce temps de la guerre civile24. Même si le pouvoir réel du Sénat est mis à mal depuis la dictature de Sylla25 et le consulat unique de Pompée en 52, et qu’il vote sous influence, les chefs cherchent « à couvrir leurs actes de la sanction officielle du Sénat26 », ce qui explique la fréquence de ses réunions durant ces quelques semaines de décembre et janvier.

  • 27 Jal P., La guerre civile à Rome, Paris, PUF, 1963, p. 220.
  • 28 Bordet M., Précis…, op. cit., p. 137 : César, BC I, 5, 5 : suis lenissimis postulatis, « à ces dema (...)
  • 29 Bayet J., Cicéron…, op. cit., p. 83 : Fam. XVI, 11, 2 : minacis ad senatum et acerbas litteras mise (...)
  • 30 Cf. César, BC I, 2, 8. Sur l’analyse de cette séance et des manœuvres qui s’y font, voir Bonnefond- (...)
  • 31 Fam. XVI, 11, 2 ; César, BC I, 5, 3.
  • 32 Pour la contestation juridique du veto, voir Walter Gérard, Historiens romains, historiens de la Ré (...)
  • 33 Walter G., Historiens romains…, op. cit., p. 299, note ad loc.
  • 34 Plutarque, Caton le Jeune, 52, 2-3 ; cf. Pailler Jean-Marie & Binot Cyril, dans Hartog François (di (...)
  • 35 Sur la datation des lettres et des déplacements de Cicéron, voir Bayet J., Cicéron…, op. cit., p. 8 (...)

14Par un vote du 1er décembre 50, le Sénat invite les deux proconsuls à déposer leurs pouvoirs simultanément, mais le consul Claudius Marcellus, opposé à César, le fait annuler le lendemain, en annonçant que César a franchi les Alpes avec ses légions, et il remet à Pompée le commandement des troupes disponibles en Italie. Curion apporte au Sénat le 1er janvier 49 une lettre de César, qui se trouve à Ravenne. Cette « lettre-tract » selon Paul Jal27, qualifiée par Marcel Bordet de « message conciliant », en écho aux termes de César28, et par Jean Bayet, qui, lui, fait écho aux qualificatifs de Cicéron29, de « lettre amère et hautaine », réclame la fin conjointe des proconsulats de Pompée et de César30. Le 7 janvier, le Sénat, par sénatus-consulte ultime, débloque l’intercession tribunicienne, vote la destitution de César et son remplacement par Domitius Ahenobarbus. Les jours suivants, il charge les consuls, les préteurs, les tribuns de la plèbe et les proconsuls de veiller au salut de la République31, et Pompée de lever 30 000 hommes. Dans la nuit du 11 au 12 janvier, César, qui conteste la légalité du sénatus-consulte ultime comme violant les prérogatives tribuniciennes32, franchit le Rubicon et occupe Ariminum. Gérard Walter considère que « la nouvelle du passage du Rubicon dut parvenir à Rome le 15 janvier33 », Jean-Marie Pailler situe également à cette date la séance du Sénat convoquée à la suite de la nouvelle34. Le 17 janvier Pompée fait décider l’abandon de Rome, le départ des consuls et du Sénat vers la Campanie. Lui-même part dès le soir, suivi par Cicéron avant le jour du 18 janvier35. C’est alors que reprend la correspondance de Cicéron à Atticus, avec la lettre VII, 10, datée du 18 janvier, et c’est la lettre suivante qui contient l’objection que nous avons choisi d’analyser.

15Au cours des séances du Sénat dans cette période, Cicéron a-t-il pu effectivement interpeller Pompée ?

  • 36 M. Bonnefond-Coudry considère même qu’il ne s’agit que d’une séance « qui s’étend du 1er au 7 janvi (...)
  • 37 Voir Ead., tableau p. 43, établi d’après Dion Cassius, XLI, 1, 1, Appien, BC II, 32, César, BC I, 1 (...)
  • 38 César, BC I, 5, 4 ; cf. Fabre P., César, op. cit. p. 6, note 3 : il faut retrancher les 3 et 4 janv (...)
  • 39 César, BC I, 5, 4 : le texte n’indique pas où a eu lieu cette séance mais précise que les suivantes (...)
  • 40 Voir César, BC I, 5, 3.
  • 41 César, BC I, 6, 1 ; Dion Cassius, XLI, 3.
  • 42 Att. IX, 10, 2 et 4 ; César, BC I, 1, 4 ; Appien, BC II, 37.
  • 43 Bonnefond-Coudry M., Le Sénat…, op. cit., p. 213. Cf. Att., IX, 17, 1 ; César, BC. I, 10, 1.

16On imagine facilement l’atmosphère tendue de toutes ces séances, décrite par les uns et les autres. Celle du 7 janvier est emblématique : les hommes de Pompée entourent le lieu de réunion, faisant physiquement pression sur les sénateurs. Celles dont les dates sont attestées de façon sûre sont peu nombreuses36 : séance du 1er janvier à la curie, au cours de laquelle est lue la lettre de César37 ; réunion avec Pompée le soir même, et séances houleuses du Sénat les 2, 5 et 6 janvier, ce qui fait un total de quatre38. Le 7 janvier39, vote du sénatus-consulte ultime40 ; plusieurs séances ont lieu ensuite extra urbem41, pour que Pompée puisse y assister, et le 17 janvier42 est décidée l’évacuation de Rome. La séance suivante se tient à Capoue, le 25 janvier ( ?)43.

  • 44 Att. V, 20, 3-5, et Plutarque, Cic. 36, 6.
  • 45 Il y trouve une soixantaine de lettres d’Atticus, auxquelles il répond en bloc le 25 (cf. Att. VII, (...)
  • 46 Att. VII, 4.
  • 47 Fam. VIII, 11, 1-2 ; voir Bonnefond M., « Quorum et prise de décision… », art. cit., p. 138.
  • 48 Voir son échange aigre-doux avec Caton sur ce sujet : Fam. XV, 5 et 6. Le vote semble avoir eu lieu (...)

17Cicéron vient d’achever son proconsulat en Cilicie, où il a accompli une rapide campagne victorieuse contre les Parthes, à la suite de laquelle ses soldats l’acclament comme imperator44. Il débarque à Brindes le 24 novembre 5045, est dans sa villa de Pompéi le 10 décembre, y reçoit la visite de Pompée46, et, après un détour par Formies, parvient à Rome le 4 janvier. Mais il reste aux portes de l’Vrbs, encore revêtu de l’imperium : une supplicatio lui a été accordée dès le 17 décembre47, alors qu’il espère le vote du triomphe48.

  • 49 Att. VII, 11, 5.

18Il n’assiste donc pas à la séance du 1er janvier, où est lue la lettre de César ; dès le 5 il est présent à Rome mais ne peut assister aux séances qui, jusqu’au 7 janvier, se tiennent intra pomerium ; en revanche il peut être présent aux réunions suivantes qui ont lieu extra urbem, jusqu’à son départ de Rome avec les autres sénateurs, le 18 à l’aube, pour rejoindre Capoue, zone qui lui a été attribuée49 – mais il ne s’y rend pas, préférant s’arrêter dans sa villa de Formies.

  • 50 Bonnefond-Coudry M., Le Sénat…, op. cit., p. 629.
  • 51 Plutarque, Cic. 37,1, Cés. 31, 1-2, Pomp. 59, 5.
  • 52 Freyburger M.-L. et alii, Dion Cassius…, op. cit., 41, 1, 4, p. 48, note 4.
  • 53 Appien, BC II, 36.
  • 54 Voir aussi supra les autres occurrences de cet argument par l’histoire.

19Concernant les interventions dont l’attestation est sûre, on peut faire la même remarque que pour les dates. Ne sont mentionnés, entre le 1er et le 7 janvier, à propos du sénatus-consulte ultime, que sept intervenants, Lentulus (consul), Scipion, M. Marcellus, Calidius, Rufus, Caelius et Caton ; et quatre dans les séances de mi-janvier concernant la marche sur Rome de César : Tullus, Favonius, Caton et Cicéron50. César ne fait aucune mention de Cicéron. Plutarque est très vague sur ses lettres et démarches, qui semblent avoir lieu en dehors des réunions du Sénat51. Dion Cassius, dans le livre XLI, ne dit « rien des efforts de Cicéron, le grand absent de ce livre, pour convaincre le Sénat de s’accorder avec César52 ». La seule intervention de Cicéron qui soit rapportée l’est par Appien, elle concerne l’envoi de négociateurs à César dans la séance qui a lieu à la nouvelle du franchissement du Rubicon, soit au plus tôt le 14 ou 15 janvier53. Puis le récit évoque la séance du 17 janvier, et la nuit du 17 au 18 janvier, sans mention de Cicéron mais nous retrouvons, dans la bouche de Pompée, le même argument que dans la lettre à Atticus54 :

  • 55 Cet argument est similaire à celui de Nicias, devant ses soldats en 413, avant la dernière bataille (...)

Comme les consuls s’opposaient absolument à tout cela [l’envoi de négociateurs à César], Favonius, reprenant ironiquement la formule prononcée autrefois par Pompée, l’invita à frapper la terre du pied et à en faire surgir des armées ; à quoi celui-ci répliqua : « Vous les aurez, si vous me suivez et si vous ne craignez pas d’abandonner Rome, et l’Italie après Rome, s’il le faut. » Car, selon lui, ce n’étaient ni les bourgs, ni les maisons qui constituaient la force et la liberté pour des hommes, mais les hommes, où qu’ils puissent se trouver, qui les détenaient en eux-mêmes, et en se défendant, ils récupéreraient leurs maisons55 (II, 37).

  • 56 Cicéron et son drame politique, Paris, Fayard, 1961, p. 282.
  • 57 Plutarque, Pomp. 59, 5-6, Cés. 31, 1-2, Cic. 37, 1.
  • 58 Appien les situe même quelques jours plus tôt (BC II, 36).

20S’il faut envisager la réalité d’un échange public entre Cicéron et Pompée, ce serait donc au cours de cette séance du 17 janvier que Cicéron aurait pu prononcer son objection à Pompée. Maffio Maffii parle d’« une dernière entrevue » avant leur départ56 : il s’appuie sans doute sur Plutarque57 où il est question de négociations menées par Cicéron, écoutées par Pompée mais qui n’aboutirent pas. Celles-ci ont dû avoir lieu avant le 1758, on ne voit pas très bien à quel moment une rencontre aurait pu se tenir avant le départ. À moins que Maffio Maffii ne fasse référence à la lettre à Atticus dont nous parlons, auquel cas cet échange aurait eu lieu non pas dans le cadre officiel du Sénat, mais lors d’une éventuelle rencontre privée.

21Rien ne peut donc être établi de manière certaine ; et si rien n’interdit de supposer une entrevue privée entre les deux hommes, la réalité d’un tel échange reste indécidable…

  • 59 Il attribue à Brutus et à Cassius, après leur départ de l’Italie en 44, le même argument : ubicumqu (...)
  • 60 Att. X, 8, 4 et 7, Ad Brut. I, 16, 8 (de Macédoine, juillet 43) : iudicabo Romam ubique liberum ess (...)
  • 61 La guerre civile…, op. cit., p. 17, p. 57-59, et, sur la définition précise de la guerre civile, p. (...)
  • 62 Id., p. 6, 355, 402-406, et, pour Cicéron plus particulièrement, p. 403.
  • 63 Att. IX, 7, 7 : nec enim de alia re nunc ulla scribi potest.
  • 64 Jal P., La guerre civile…, op. cit., p. 75-81, et, sur l’importance de ces discours comme arme de p (...)

22Revenons aux arguments de Pompée tels qu’ils sont rapportés dans le troisième paragraphe de la lettre avec leurs exempla Graeca. Ils sont également présents, ensemble ou séparément, chez Thucydide, Velleius Paterculus59 (source d’Appien) et dans d’autres lettres de Cicéron60. Paul Jal a bien montré que le bellum ciuile était devenu un « sujet historicolittéraire61 - », une préoccupation toujours présente dans l’esprit des Romains62. De son propre aveu, l’actualité du sujet monopolise l’attention de l’épistolier63 et le succès des ouvrages sur ce thème est avéré, avec leur part de « discours fictifs et artificiels64 ».

  • 65 Id.., p. 270-272.
  • 66 Voir Cicéron, Orat. 125-126.
  • 67 Fam. XVI, 12, 2.

23S’était ainsi créé un topos littéraire, qui, à l’époque impériale, deviendra même un « simple thème de déclamation65 ». La réplique attribuée à Pompée, Non est in parietibus respublica, pourrait relever d’une des sententiae conseillées à l’orateur dans les exercices préparatoires et comme figure de l’amplificatio66. Et le fait que Cicéron écrive à Tiron, de Capoue, le 27 janvier 49 : nihil attinet disputari, « il ne sert à rien d’en discuter »67, montre bien que la décision d’abandonner Rome est désormais entérinée, qu’elle ne fait plus l’objet d’une réelle discussion. L’échange avec Pompée est déjà un exercice d’école.

De la polémique avec Pompée au conflit entre l’honestvm et l’vtile

  • 68 Michel Alain, Rhétorique et philosophie chez Cicéron. Essai sur les fondements philosophiques de l’ (...)
  • 69 Att. VII, 11, 2.

24Comme le note Alain Michel68, Cicéron retrouve dans cette polémique avec Pompée (qu’elle soit imaginaire ou non) les méthodes des rhéteurs et les techniques de l’avocat qu’il est. L’épistolier le reconnaît lui-même au beau milieu de la missive qui nous occupe : ἐνσχολάζω, « je fais des exercices d’école »69. Ce principe s’étend d’ailleurs à l’ensemble de la lettre, qui ressemble à un travail préparatoire avant un procès.

  • 70 Le tour agitur (qui peut aussi, toutefois, relever du langage courant) est souvent employé chez les (...)
  • 71 Patillon Michel, Eléments de rhétorique classique, Paris, A. Colin, 2005, p. 127.
  • 72 Le système d’Hermagoras est connu grâce aux textes ultérieurs. Voir la reconstitution très claire p (...)
  • 73 Voir Hermogène, Les états de cause, 37, 15 sq. = Patillon Michel, Hermogène, l’art rhétorique, Pari (...)
  • 74 Voir Hermogène, Les états de cause, 38, 20 sq. = Patillon M., Hermogène…, op. cit., p. 163. Exemple (...)
  • 75 Att. VII, 11, 1.
  • 76 Exemple de définition chez Hermogène, Les états de cause, 37 = Patillon M., Hermogène…, op. cit., p (...)
  • 77 « L’état de cause pragmatique a pour division : le légal, le juste, l’opportun, le possible, l’hono (...)

25D’emblée, celle-ci s’ouvre en effet sur deux questions : quid est hoc aut quid agitur ? Or la seconde rappelle les formulations qui engagent à examiner un point de droit ou de débat politique70. Toute la missive est de fait structurée comme une enquête juridique où seraient examinés les états de cause, « l’algèbre de la controverse »71 ; ils indiquent à l’orateur la position qu’il doit prendre face à l’acte envisagé et lui fournissent un schéma stratégique défensif ou offensif. Suivant un modèle qui rappelle le système d’Hermagoras72 et dont on retrouve des traces dans le De inuentione, Cicéron s’exerce ici sur des points de débat à examiner, comme s’il préparait un discours public. Concernant César, le problème qui est posé est de déterminer le degré du crime commis lors du franchissement du Rubicon ; c’est une question de qualification. Il s’agit de savoir à quel domaine appartient le fait, s’il est juste ou opportun ou un de leurs contraires73. Le César reconstruit dans la lettre a recours à un argument fondé sur la compensation74 : son acte relève du droit à la dignitas et donc de l’honestum, autrement dit, c’est pour sauver son rang et son honneur qu’il n’a pas obtempéré à la décision du Sénat (atque ait omnia facere se dignitatis causa75). Cicéron lui oppose le point de définition76 : marcher sur Rome est un acte de tyran, comme le suggère le vers d’Euripide mentionné plus haut. Concernant Pompée, il faut évaluer l’opportunité de quitter Rome : il s’agit là d’une question relevant de l’état de cause pragmatique, qui pose le problème de l’utilité ou de l’opportunité du fait77. Pompée répond par la stratégie de la compensation, en assumant son acte, présenté comme finalement utile : il agit dans l’intérêt de la République, et, puisqu’elle n’est pas dans ses murs physiques, il n’y a pas fuite ni crime d’abandon de l’État.

26À ce substrat rhétorique s’ajoute peut-être déjà l’esquisse d’une réflexion philosophique de l’orateur. On voit poindre dans l’écriture de cette lettre le fameux conflit entre l’honestum et l’utile développé dans la troisième partie du dernier ouvrage philosophique de Cicéron, le De officiis. L’épistolier a recours ici à des codes du débat public pour aborder également un conflit d’ordre éthique. De fait, s’il cherche à évaluer le comportement des deux imperatores, c’est pour mieux juger de l’impact que pourrait avoir son propre positionnement. Le conflit entre l’honestum et l’utile engage aussi un débat entre soi et soi.

Conclusion

  • 78 Sur l’usage des techniques du débat public dans un cadre, voir Auvray-Assayas Clara, « La polémique (...)
  • 79 Bernard J.-E., La sociabilité épistolaire chez Cicéron, Paris, Champion, 2013, p. 217 sq.
  • 80 Att. IX, 4, 3 : « grâce à ces controverses, je m’exerce et je débats le pour et le contre, tantôt e (...)
  • 81 Off. I, 107-118. Voir De Giorgio J.-P. et Ndiaye E., « Figurer l’exil : Cicéron entre Histoire et h (...)
  • 82 Att. IX, 8.

27On entrevoit alors quel sens il est possible de donner à ces exercices d’école et à cette pratique de la contentio, parole de débat, dans le cadre privé d’une correspondance avec Atticus78. S’il semble nécessaire pour Cicéron de réécrire ces échanges polémiques, quand la décision de Pompée est prise, c’est que le conflit auquel il se heurte est d’abord un conflit de soi à soi. Le substrat rhétorique, voire philosophique, à partir duquel il rédige sa missive est peut-être une manière, comme le suggère Jacques-Emmanuel Bernard79, de canaliser les affects, d’informer l’émotion que peut susciter l’indécision ou, plus exactement, le fait d’avoir mal choisi (Cicéron n’est déjà plus à Rome). Il joue le rôle de filtre dans une société qui tolère mal les manifestations excessives et incontrôlées de l’émotion. La reformulation des argumentations, l’usage des codes de l’éloquence et du conflit publics dans l’espace de l’écriture privée, le fondement philosophique sur lequel il semble s’appuyer permettent de donner une forme rationnelle et distanciée80 au consilium, à l’examen du positionnement. Dans ce processus, le regard d’Atticus est fondamental : il faut montrer à son destinataire, dont on attend la probatio, comment on sait accorder sa persona (le rôle que l’on joue dans la cité) aux tempora, les circonstances que l’on n’a pas choisies, comme cela est suggéré dans le De officiis81. En représentant des échanges polémiques qui n’eurent peut-être jamais lieu, cette lettre signale déjà comment l’épistolier fait de l’écriture un moyen de résoudre la question des choix inconciliables auxquels il est confronté. Il s’agit, dans l’expérience du conflit imaginaire ou réélaboré, de s’exercer soi-même pour ne pas se retrouver sans préparation, imparatus, quand viendront les moments difficiles82, en l’occurrence, le temps de la guerre.

Notes

1 C’est la datation proposée par Bayet Jean, Cicéron, Correspondance, tome V, Paris, Les Belles Lettres, 1964, ad loc. Shackleton-Bailey David R., Cicero’s letters to Atticus, vol. IV (Books VII, 10-X), Cambridge, Cambridge University Press, 1968, date du 21 janvier sans certitude. Deux lettres manquent entre le 18 et le 22.

2 P. Torrens souligne l’absence de véritables sources historiques précises, les sources d’Appien étant perdues pour nous, ainsi que les limites de la correspondance de Cicéron : cf. « Notice », dans Goukowsky Paul (trad.) et Torrens Philippe (annot.), Appien, Histoire romaine, t. X, livre XV, Guerres civiles, livre III, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. xvii, note 71.

3 « Que penses-tu de la décision de Pompée ? Je veux dire, le fait qu’il ait abandonné Rome » (Att. VII, 11, 3).

4 Att. VII, 11, 3 : « Pour moi, je n’en vois pas la raison » (trad. J. Bayet).

5 Att. VII, 3, 4 ; 7, 5-7 ; 12, 3 ; 13a, 1-2 ; 20, 2 ; 21, 2 ; 22, 2 ; 23, 1…

6 Voir Grimal Pierre, Cicéron, Paris, Fayard, 1986, p. 296.

7 Cicéron…, op. cit., p. 91-92.

8 Allusion au sac de Rome par les Gaulois en 390, et plus bas à l’épisode des oies du Capitole.

9 Allusion à l’évacuation d’Athènes sur instruction de Thémistocle, en 480, après la défaite des Thermopyles, cf. Hérodote, VIII, 41. Appien met le même argument dans la bouche de Pompée en BC II, 50.

10 Allusion à la stratégie de Périclès, au début de la guerre du Péloponnèse, d’un repli à l’intérieur des Longs Murs, cf. Thucydide, II, 14.

11 Appien, BC II, 37 et 50 ; Dion Cassius, XLI, 18.

12 Att. VII, 3, 5 : quid fiet cum erit dictum « Dic, M. Tullli » – σύντομα : « Cn. Pompeio adsentior » (« Et quand on demandera : “Ton avis, Marcus Tullius ?”– En bref : “Celui de Pompée” ») ; voir aussi Att. VII, 1, 4 (avec une réponse différente) ; VII, 5, 5 et 7, 7.

13 Att. VII, 11, 1.

14 Att., VII, 11,1 (trad. J. Bayet). Cf. Euripide, Phéniciennes, 506.

15 Gaillard Jacques, « Ad Atticum VII, 11 : Cicero deliberans », dans Zehnacker Hubert et Hentz Gustave (éd.), Hommages à Robert Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 297-301 (p. 297).

16 Att. VII, 11, 1.

17 Att. VII, 11, 2.

18 Att. VII, 11, 2.

19 Att. VII, 11, 3.

20 Ce type d’exempla se retrouve tout au long des lettres de cette période : Socrate et les Trente tyrans sont évoqués en Att. VIII, 2, 4 ; Thrasybule en Att. VIII, 3, 6 ; Phalaris en Att. VII, 12, 2 ; L. Marcius Philippus sous la tyrannie de Cinna, L. Valerius Flaccus et Q. Mucius Scaevola en Att. VIII, 3, 6 ; Pisistrate (pour désigner Pompée) en Att. VIII, 16, 2 ; Sylla en Att. IX, 15, 2 ; X, 7, 1.

21 Il est inutile de rappeler la dimension apologétique de l’ouvrage, depuis Rambaud Michel, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, Les Belles Lettres, 1966. Velleius Paterculus, (Histoire Romaine, 2, 48-50) est trop synthétique pour apporter des informations utiles à notre propos.

22 Sur la difficulté d’établir ses sources, voir Hinard François, dans Goukowsky P. (trad.) et Hinard F. (annot.), Appien, Histoire Romaine, livre 13, Guerres civiles, livre 1, CUF, 2008, p. cciv-ccxxxi.

23 Voir Hinard François, « Appien et la logique de la crise », dans Rome, la dernière République, Recueil d’articles de F. Hinard, textes réunis et présentés par Bertrand E., Bordeaux, De Boccard, 2011, p. 263, et « Dion Cassius et les institutions de la République romaine », ibid., p. 274-275, 281-283.

24 Marc. 10 : erat enim obscuritas quaedam. Voir Fabre Paul, César, La Guerre civile, t. I, Paris, Les Belles Lettres, 1936, p. viii et note 2. Voir aussi Carcopino Jérôme, Jules César, Paris, PUF, 1968, p. 841 ; Bordet Marcel, Précis d’histoire romaine, Paris, A. Colin, 1969, p. 136 ; Shackleton Bailey David R., Cicero, London, Duckworth, 1971, p. 134-135 ; Jerphagnon Lucien, Histoire de la Rome antique, Les armes et les mots, Paris, Hachette, 2002 (1987), p. 163 ; Cels Saint-Hilaire Janine, La République romaine, 133-44 av. J.-C., Paris, A. Colin, 2005, p. 165-166.

25 Cf. Jerphagnon L., Histoire…, op. cit., p. 145, 158, 161-163.

26 Bonnefond Marianne, « Quorum et prise de décision dans le Sénat romain aux deux derniers siècles de la République », dans Nicolet Claude (dir.), Du pouvoir dans l’Antiquité : mots et réalités, Genève, Droz, 1990, p. 135-138. Le Sénat conserve tout son prestige aux yeux des Romains, comme en témoigne la panique qui suit le départ des sénateurs, cf. Cicéron, Att. VII, 11, 4 et Phil. 2, 22, 54.

27 Jal P., La guerre civile à Rome, Paris, PUF, 1963, p. 220.

28 Bordet M., Précis…, op. cit., p. 137 : César, BC I, 5, 5 : suis lenissimis postulatis, « à ces demandes si modérées ».

29 Bayet J., Cicéron…, op. cit., p. 83 : Fam. XVI, 11, 2 : minacis ad senatum et acerbas litteras miserat, « il avait envoyé une lettre menaçante envers le Sénat et remplie d’amertume ».

30 Cf. César, BC I, 2, 8. Sur l’analyse de cette séance et des manœuvres qui s’y font, voir Bonnefond-Coudry Marianne, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, Rome, E.F.R., 1989, p. 587-589 et 721-722.

31 Fam. XVI, 11, 2 ; César, BC I, 5, 3.

32 Pour la contestation juridique du veto, voir Walter Gérard, Historiens romains, historiens de la République, t. II, César, Paris, Gallimard, 1968, p. 291, note ad loc.

33 Walter G., Historiens romains…, op. cit., p. 299, note ad loc.

34 Plutarque, Caton le Jeune, 52, 2-3 ; cf. Pailler Jean-Marie & Binot Cyril, dans Hartog François (dir.), Plutarque, Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001, p. 1431, note 253.

35 Sur la datation des lettres et des déplacements de Cicéron, voir Bayet J., Cicéron…, op. cit., p. 86-87. Selon Plutarque, Cic., 37, 2, Cicéron n’accompagne pas Pompée : J.-M. Pailler. et C. Binot soulignent son « tiraillement politique et personnel » (Plutarque…, op. cit., p. 1610, note 265).

36 M. Bonnefond-Coudry considère même qu’il ne s’agit que d’une séance « qui s’étend du 1er au 7 janvier » (Le Sénat…, op. cit., p. 769).

37 Voir Ead., tableau p. 43, établi d’après Dion Cassius, XLI, 1, 1, Appien, BC II, 32, César, BC I, 1, 1 (qui précise que Pompée est aux portes de Rome, I, 2, 1) et Cicéron, Phil. 2, 51.

38 César, BC I, 5, 4 ; cf. Fabre P., César, op. cit. p. 6, note 3 : il faut retrancher les 3 et 4 janvier, jours comitiaux, voir Bonnefond-Coudry M., Le Sénat…, op. cit., p. 232.

39 César, BC I, 5, 4 : le texte n’indique pas où a eu lieu cette séance mais précise que les suivantes, elles, se tiennent hors de Rome (cf. BC I, 6, 1), d’où on peut inférer que celle-ci a lieu dans l’Vrbs.

40 Voir César, BC I, 5, 3.

41 César, BC I, 6, 1 ; Dion Cassius, XLI, 3.

42 Att. IX, 10, 2 et 4 ; César, BC I, 1, 4 ; Appien, BC II, 37.

43 Bonnefond-Coudry M., Le Sénat…, op. cit., p. 213. Cf. Att., IX, 17, 1 ; César, BC. I, 10, 1.

44 Att. V, 20, 3-5, et Plutarque, Cic. 36, 6.

45 Il y trouve une soixantaine de lettres d’Atticus, auxquelles il répond en bloc le 25 (cf. Att. VII, 2).

46 Att. VII, 4.

47 Fam. VIII, 11, 1-2 ; voir Bonnefond M., « Quorum et prise de décision… », art. cit., p. 138.

48 Voir son échange aigre-doux avec Caton sur ce sujet : Fam. XV, 5 et 6. Le vote semble avoir eu lieu (Plutarque, Cic. 37), sans qu’on en sache la date exacte, et Cicéron y renoncera : voir Freyburger Marie-Laure (trad.), Hinard François & Cordier Pierre (annot.), Dion Cassius, Histoire romaine, livre 41 et 42, CUF, 2002, p. xxx, note 15.

49 Att. VII, 11, 5.

50 Bonnefond-Coudry M., Le Sénat…, op. cit., p. 629.

51 Plutarque, Cic. 37,1, Cés. 31, 1-2, Pomp. 59, 5.

52 Freyburger M.-L. et alii, Dion Cassius…, op. cit., 41, 1, 4, p. 48, note 4.

53 Appien, BC II, 36.

54 Voir aussi supra les autres occurrences de cet argument par l’histoire.

55 Cet argument est similaire à celui de Nicias, devant ses soldats en 413, avant la dernière bataille du siège de Syracuse dans l’expédition en Sicile (415-413), cf. Thucydide, VII, 77, 4 et 7.

56 Cicéron et son drame politique, Paris, Fayard, 1961, p. 282.

57 Plutarque, Pomp. 59, 5-6, Cés. 31, 1-2, Cic. 37, 1.

58 Appien les situe même quelques jours plus tôt (BC II, 36).

59 Il attribue à Brutus et à Cassius, après leur départ de l’Italie en 44, le même argument : ubicumque ipsi essent, praetextentes esse rempublicam, « prétextant que partout où ils étaient, eux, était l’État » (II, 62, 3).

60 Att. X, 8, 4 et 7, Ad Brut. I, 16, 8 (de Macédoine, juillet 43) : iudicabo Romam ubique liberum esse licebit, « tout pays me sera Rome où je pourrai être libre ». Également en Att. IX, 10, 3, (18 mars 49), mais avec une autre utilisation, faisant allusion au suicide de l’Athénien après son exil.

61 La guerre civile…, op. cit., p. 17, p. 57-59, et, sur la définition précise de la guerre civile, p. 7-9 et 19-41.

62 Id., p. 6, 355, 402-406, et, pour Cicéron plus particulièrement, p. 403.

63 Att. IX, 7, 7 : nec enim de alia re nunc ulla scribi potest.

64 Jal P., La guerre civile…, op. cit., p. 75-81, et, sur l’importance de ces discours comme arme de propagande, p. 212-215 ; cf. p. 202-205, pour le projet de Cicéron d’écrire, dans cette veine, des anecdota anti-césariens.

65 Id.., p. 270-272.

66 Voir Cicéron, Orat. 125-126.

67 Fam. XVI, 12, 2.

68 Michel Alain, Rhétorique et philosophie chez Cicéron. Essai sur les fondements philosophiques de l’art de persuader, Paris, PUF, 1960, p. 585. L’analyse des exercices de rhétorique employés dans la Correspondance est développée p. 585-596.

69 Att. VII, 11, 2.

70 Le tour agitur (qui peut aussi, toutefois, relever du langage courant) est souvent employé chez les orateurs ou les avocats pour qualifier le point du débat ou la question de droit qui est en jeu. Cf. Cicéron, Inu., I, 11, 16 (dans le cadre de l’examen des états de cause) : quaeritur aut omnino aliquid de commutatione aut infirmatione actionis agitur.

71 Patillon Michel, Eléments de rhétorique classique, Paris, A. Colin, 2005, p. 127.

72 Le système d’Hermagoras est connu grâce aux textes ultérieurs. Voir la reconstitution très claire proposée par Desbordes Françoise, La rhétorique antique : l’art de persuader, Paris, Hachette, 1996, p. 92-94.

73 Voir Hermogène, Les états de cause, 37, 15 sq. = Patillon Michel, Hermogène, l’art rhétorique, Paris, L’Âge d’Homme, 1997, p. 162.

74 Voir Hermogène, Les états de cause, 38, 20 sq. = Patillon M., Hermogène…, op. cit., p. 163. Exemple de compensation chez Hermogène, mentionné par M. Patillon : « Un général, lors d’un siège, était d’avis de faire une sortie et de livrer bataille, mais cet avis n’a pas triomphé. Il ouvre quand même une brèche dans les remparts, la sortie a lieu et débouche sur une victoire. Il doit répondre de sa faute et oppose qu’il a agi dans l’intérêt de la ville » (Hermogène, op. cit., p. 60).

75 Att. VII, 11, 1.

76 Exemple de définition chez Hermogène, Les états de cause, 37 = Patillon M., Hermogène…, op. cit., p. 162.

77 « L’état de cause pragmatique a pour division : le légal, le juste, l’opportun, le possible, l’honorable, le résultat futur » (Hermogène, Les états de cause, 76, 4-5, cité par Patillon M., Hermogène…, op. cit., p. 64).

78 Sur l’usage des techniques du débat public dans un cadre, voir Auvray-Assayas Clara, « La polémique dans les dialogues philosophiques de Cicéron », dans Declercq Gilles, Murat Michel et Dangel Jacqueline (dir.), La Parole polémique, Paris, Champion, 2003, p. 47-56. L’auteur souligne qu’il y a, chez Cicéron, la volonté de donner une dimension politique et une légitimité au débat avec soi-même ou entre amici, loin du modèle des écoles de philosophes où dominent des codes privés.

79 Bernard J.-E., La sociabilité épistolaire chez Cicéron, Paris, Champion, 2013, p. 217 sq.

80 Att. IX, 4, 3 : « grâce à ces controverses, je m’exerce et je débats le pour et le contre, tantôt en grec, tantôt en latin : cela me soulage de mes chagrins […] ». Les exercices d’école ont vocation à atténuer les affects.

81 Off. I, 107-118. Voir De Giorgio J.-P. et Ndiaye E., « Figurer l’exil : Cicéron entre Histoire et histoire personnelle », dans Guillaumont François et Laurence Patrick (dir.), La présence de l’histoire dans l’épistolaire, Tours, PUFR, 2012, p. 385-402.

82 Att. IX, 8.

Auteurs

Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand II/CELIS

Université d’Orléans/POLEN

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540