Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et polémiques dans l’épistolaire

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre II. Conflits personnels

Procédés et modalités de l’écriture polémique dans une lettre de Grégoire de Nysse

Marlène Kanaan

Texte intégral

  • 1 Grégoire fut envoyé en mission dans la province d’Arabie par le concile de Constantinople en 381 e (...)
  • 2 Patrologia Graeca (PG), t. 45, col. 247-1122. Grégoire a écrit avant 381 quatre traités contre Eun (...)
  • 3 PG, ibid. col. 1124-1278.
  • 4 Grégoire a été dépossédé de son siège par un concile homéen convoqué par Démosthène. Les circonsta (...)
  • 5 Grégoire de Nysse, PG, t. 46, col. 999-1108. Grégoire de Nysse, Lettres, introduction, texte criti (...)

1Grand théologien spéculatif et mystique, Grégoire, évêque de Nysse en Cappadoce, a contribué activement aux grands débats dogmatiques qui ont secoué l’Église au ive siècle. Il est aussi intervenu dans plusieurs affaires ecclésiastiques1. Mais si les interventions et les luttes de ce défenseur acharné de la foi trinitaire contre les hérésies nous sont connues par ses célèbres écrits de controverse, notamment le Contre Eunome2, composé entre 380-383, et la Réfutation de l’Ἀπόδειξις d’Apollinaire3, en 387, leurs conséquences4 ont largement débordé le cadre de ses livres de théologie dogmatique, pour traverser une autre partie de l’œuvre, à savoir les Lettres5. Échangées avec certaines personnes de son entourage, les lettres de Grégoire de Nysse ne sont pas polémiques au sens propre du terme, car elles ne sont pas adressées à des hérésiarques et ne s’engagent pas dans des conflits doctrinaux. Toutefois, sans renoncer aux allures et au ton du débat agressif, certaines évoquent des incidents de sa vie et nous le montrent aux prises avec les aspects les plus concrets de sa charge épiscopale, dévoilant pour ainsi dire ses rapports avec la société et avec les autres églises.

  • 6 Voir Cassin Matthieu, « “Plumer Isocrate” : usage polémique du vocabulaire comique chez Grégoire d (...)

2Il est vrai que les affaires ecclésiastiques et la réflexion théologique se prêtent bien aux polémiques, et que la mise à contribution du très répandu genre épistolaire aux différents conflits et controverses qui ont ébranlé l’Église à travers les siècles n’est pas un phénomène nouveau. Déjà plusieurs épistoliers antiques attestent bien ce fait. Cependant, les modalités et les types de procédés de l’écriture polémique chez les écrivains chrétiens varient d’un auteur à un autre, selon la formation et l’éducation des protagonistes. Quels sont alors les procédés utilisés par Grégoire de Nysse dans ses lettres pour réfuter, combattre, voire déconsidérer ses adversaires, si le recours à la satire et aux pamphlets de la comédie ancienne caractérise par exemple son Contre Eunome6 ? À quel type de vocabulaire, d’arguments ou de mode de persuasion sa collection de lettres recourt-elle ? Quels sont les sujets et les thèmes de prédilection des polémiques épistolaires du Nysséen ? L’explication de l’Écriture constitue-t-elle l’enjeu majeur des polémiques ou bien l’Écriture est-elle, en elle-même, source et outil du débat ? Qui sont les destinataires de ces lettres et quel est leur niveau intellectuel, sachant qu’une lettre, contrairement aux autres genres littéraires, a un destinataire précis, et par suite, échappe au flou d’un public composé d’invisibles lecteurs ?

  • 7 Grégoire a adressé deux lettres au célèbre rhéteur : Lettres 13 et 14. Il parle avec enthousiasme (...)
  • 8 Voir sur ce point l’article de Canévet Mariette, « Grégoire de Nysse », Dictionnaire de spirituali (...)
  • 9 Grégoire de Nazianze, Epistolæ, PG, t. 37, col. 41.
  • 10 Aubineau Michel, Grégoire de Nysse, Traité de la Virginité, Paris, 1966, SC 119, p. 61-65.
  • 11 Maraval P., Grégoire de Nysse, Lettres, op. cit.
  • 12 Ibid., p. 43.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 14. Il existe quelques fragments de lettres en grec et en syriaque attribués à Grégoire  (...)
  • 15 Maraval P., op. cit., p. 43.

3Afin de répondre à toutes ces interrogations, il convient de rappeler que Grégoire fut un fin lettré. Formé en Cappadoce, tout comme son frère aîné Basile, et disciple de Libanios7, il jouissait d’une ample maîtrise de la philosophie8, de la culture classique profane et de la rhétorique qu’il avait d’ailleurs enseignée pour un temps avant d’embrasser la carrière ecclésiastique. Passé maître dans les arcanes du langage, il fut plus d’une fois appelé à Constantinople pour prononcer les grandes oraisons funèbres et autres discours d’apparat. On rapporte d’ailleurs que le Nysséen fut critiqué par son ami Grégoire de Nazianze, qui lui reprochait de préférer le nom de rhéteur à celui de chrétien9. Michel Aubineau et Pierre Maraval, éditeurs respectivement du Traité de la Virginité10 et des Lettres11, insistent, dans leurs introductions aux textes critiques des deux œuvres, sur « le goût très vif [de Grégoire] pour la rhétorique, et jusque dans ses artifices12 ». Maraval souligne particulièrement l’impact de cette formation sur sa correspondance, soutenant la probabilité que les lettres publiées en corpus aient été choisies par l’évêque ou par ses éditeurs anciens, justement en fonction de leur éclat littéraire13. D’ailleurs, toutes ces lettres, bien qu’elles ne soient pas très importantes en nombre, vingt-huit rédigées de sa main, plus deux qui lui sont adressées14, sont des œuvres à classer dans la littérature épistolaire. Parmi elles, certaines sont conformes au genre et cherchent à « établir un dialogue familier et individuel entre deux personnes séparées dans l’espace15 », tandis que d’autres sont de courtes missives ou de très longs écrits s’apparentant plutôt à de petits traités. La tradition manuscrite confirme que plusieurs lettres de Grégoire de Nysse ont été transmises comme des œuvres indépendantes et que quelques-unes d’entre elles ont des « allures de plaidoyer », l’évêque s’y défendant contre les attaques suscitées par son action ou ses prises de position. Ce type de lettres se situe donc dans le sillage de la controverse et contribue à la réfutation de certaines pratiques ou conduites, rendant ainsi compte de quelques conflits qui ont opposé l’auteur à certains personnages. Ainsi la première lettre adressée à l’évêque Flavien, dans laquelle Grégoire se plaint auprès de cet évêque de son métropolitain Helladios, et à laquelle je consacrerai cette étude.

Présentation de la lettre

  • 16 Cette lettre fut transmise dans les manuscrits des lettres de Grégoire de Nazianze. Voir à ce suje (...)
  • 17 Maraval P., op. cit., p. 82-104.
  • 18 Voir Devresse Robert, Le patriarcat d’Antioche depuis la paix de l’Église jusqu’à la conquête Arab (...)
  • 19 Cette attribution est contestée : cf. Honigmann Ernest, « Le concile de Constantinople de 394 et l (...)
  • 20 Les relations tendues entre Grégoire de Nysse et le métropolite de Césarée sont connues au vie siè (...)

4Pour bien comprendre cette première lettre16 du corpus épistolaire de Grégoire de Nysse et saisir ses procédés et modalités de polémique, il convient avant toute chose de la situer. Elle est adressée à Φλαβιανῷ ἐπισκόπῳ17. On pourrait, de prime abord, penser que ce Flavien n’est autre que le patriarche d’Antioche18, successeur de Mélèce, que Grégoire avait rencontré en 378 lors du concile d’Antioche qui réunissait les évêques du parti nicéen exilés par Valens. Mais cette attribution, bien qu’elle soit fort possible, demeure incertaine19. Il n’empêche que ce Flavien est un évêque de haut rang, à qui cette lettre fait part de l’animosité d’Helladios, métropolite de Césarée, lors d’une visite que lui a rendue notre auteur20.

  • 21 Sozomène, Histoire ecclésiastique, VII, 9, 6, (p. 312, 15-23). Lire aussi attentivement la lettre (...)
  • 22 Cette nomination est en exécution du 3e canon du concile décidé par l’empereur par la loi du 30 ju (...)
  • 23 10 et 18.
  • 24 Lettre I, 14, p. 92.
  • 25 Helladios, dit la lettre, accuse Grégoire de « multiples offenses ». On aurait aimé avoir la versi (...)

5Rédigée quelque temps après le premier concile de Constantinople en 381, durant lequel Grégoire joua un rôle important, la lettre se situe dans la lignée de l’édit impérial de Théodose, qui mentionnait quelques évêques avec lesquels il convenait d’être en communion21 pour être considéré comme orthodoxe22. Or, le nom de Grégoire figurait à côté de ceux d’Helladios, métropolite de la province, et d’Otréios, évêque de Mélitène dans la petite Arménie, à qui notre auteur a adressé aussi deux lettres23. Mais il semble que la nomination du prélat de Nysse – modeste bourgade de Cappadoce relevant de la prestigieuse ville de Césarée – à une grande mission ecclésiastique aux côtés du métropolitain ne pouvait que porter les germes des conflits à venir. D’ailleurs, la lettre nous montre clairement que, suite à cette nomination, les rapports de Grégoire et d’Helladios se sont fortement tendus. Quels sont alors les faits concrets qui sont à l’origine du conflit ? S’agit-il d’une simple difficulté relationnelle, d’un problème de hiérarchie ecclésiastique, ou bien les deux hommes ne s’appréciaient-ils guère ? Il faut admettre que la lecture de la lettre ne nous fournit pas une réponse claire. Grégoire demeure muet sur les causes du conflit. Pris au piège de sa sensibilité, il se contente, après avoir raconté longuement une visite où il a été humilié par l’évêque, de l’accuser d’arrogance, d’insolence et d’orgueil24. Certes, la relation entre les deux hommes n’est pas fondée sur l’amitié. Elle est exigée par la raison ecclésiastique. Mais là n’est pas le propos, semble-t-il, bien que, d’après la lettre, le fait de se considérer comme l’égal du métropolitain, et d’empiéter en quelque sorte sur ses prérogatives, soit apparemment la cause du conflit25. Cette étude s’intéresse plutôt aux outils et aux pratiques de la polémique et, par conséquent, porte essentiellement sur les procédés d’écriture et les méthodes d’argumentation auxquels Grégoire, l’expert en l’art de présenter et d’exploiter les idées, eut recours pour évoquer ce conflit, se justifier et déconsidérer son adversaire.

Remarques formelles

  • 26 Lettre I, 1, p. 82.
  • 27 Ibid. 5, p. 84.
  • 28 Ibid. 35, p. 104.
  • 29 Ibid. 3, p. 84.

6Et tout d’abord, il est fort utile de faire quelques remarques d’ordre formel concernant cette lettre, afin d’en saisir les enjeux. En effet, sa lecture nous permet de constater qu’elle ne respecte pas les règles de l’épistolographie classique, telle que la pratiquait par exemple un saint Paul, un Cicéron ou un Sénèque, quelques siècles auparavant. Elle commence par une brusque entrée en matière et son en-tête ne porte aucune indication de lieu et de date, ni aucune formule de salutation. Aussi sa fin ne comporte-t-elle pas une formule de souhait de bonne santé ou un bref adieu. En guise d’en-tête, elle se contente d’un simple intitulé : Φλαβιανῷ ἐπισκόπῳ, et d’une interpellation : ὦ ἄνθρωπε τοῦ θεοῦ26 ou de la précision : Διὸ καὶ πρòς τὴν σὴν ἐπέστειλα θεοσέβειαν27, dans le corps du texte, qui prend en compte la position sociale et ecclésiastique du destinataire. La lettre antique n’étant pas un holographe, puisque dictée à un secrétaire, cet intitulé pourrait être dû à un copiste soucieux de clarté, qui a cherché à simplifier la salutation. Quant à sa fin, elle est signifiée par cette phrase : Ὅπως δ’ἂν γένοιτο τοῦτο, θεῷ μελήσει28. Ne se réclamant donc d’aucune civilité, à moins que cela ne soit intentionnel, cette première lettre du Nysséen commence, comme il a été dit, sans autre préambule. L’auteur se plaint et expose aussitôt à son destinataire ce qu’il appelle une τραγῳδία29, abstraction faite de toute péritextualité, mais moyennant une efficacité du verbe et un choix de figures de style très significatif, afin de jouer sur l’émotion de celui qui l’accueille. Notons que si cette lettre utilise, par endroits, le genre oratoire démonstratif, qui a recours à une stratégie donnant toujours le premier rôle aux affects, son ton demeure vif et se rapproche de l’oral. L’auteur entre parfois dans le jeu du pseudo-dialogue avec le destinataire, selon l’usage antique de la correspondance. Toutefois la lecture de cette lettre n’est pas aisée, en raison d’un style parfois complexe.

Procédés de l’écriture polémique dans la première lettre de Grégoire de Nysse

  • 30 Aristote distingue trois genres de discours qui s’adaptent au public visé : le judiciaire, le déli (...)

7Quels sont alors les registres et les procédés de l’écriture polémique utilisés par Grégoire de Nysse dans cette lettre ? Il est clair que sa visée est avant tout informative et justificative. L’auteur cherche à mettre l’évêque Flavien au courant de ses conflits avec Helladios et à se justifier. Mais cette lettre vise aussi à dénoncer et à disqualifier l’adversaire. Pour ce faire, elle a recours à une panoplie de procédés rhétoriques correspondant aux genres judiciaire, délibératif et épidictique30, dont le principal registre repose sur la volonté d’emporter d’avance l’adhésion du destinataire, de le mettre du côté de l’expéditeur, afin de le convaincre de la justesse de sa version des faits concernant la conduite du métropolite. Prenant à partie le destinataire, l’auteur l’informe et, en même temps, argumente, afin de se justifier. Sa lettre prend ainsi une allure polémique qui fait une large place aux sentiments et à la passion. Pour mieux saisir les enjeux de cette stratégie polémique du Nysséen, voici un résumé du contenu de la lettre.

  • 31 Lettre I, 13, p. 92.

8Tout d’abord, Grégoire se confie à l’évêque Flavien et lui raconte les malveillances dont il est victime de la part de son métropolite. Ce dernier clame partout que l’évêque de Nysse est pour lui la cause des maux les plus grands. Grégoire décide donc de faire face. Ayant appris qu’Helladios était malade, il se rend dans un district montagneux, au lieu où l’évêque célébrait des fêtes de martyrs. Après avoir parcouru à grand-peine et pendant de longues heures le trajet qui l’en sépare, Grégoire arrive enfin à l’endroit de l’assemblée. Sitôt arrivé, il est surpris de voir Helladios s’éclipser et se retirer dans sa maison. Il le fait alors informer de son arrivée. Mais la réponse du métropolite tarde à venir et Grégoire doit l’attendre longtemps dehors, malgré une forte chaleur et la fatigue consécutive au voyage, s’offrant en spectacle aux gens qui le montrent du doigt. Après avoir longtemps attendu, le Nysséen est enfin introduit auprès de l’évêque qui ne lui adresse aucune parole bienveillante, faisant fi de la plus élémentaire politesse. Grégoire parle du silence profond qui enveloppa la rencontre, un silence qu’il compare à un séjour aux enfers (τὴν ἡσυχίαν ἐκείνην τῆς ἐν ᾅδου διαγωγῆς ἐποιούμην εἰκόνα)31. Humilié et indigné par la conduite arrogante de son métropolite, le Nysséen prend son mal en patience, rompt lui-même le silence et adresse des paroles obligeantes à son interlocuteur. C’est alors que ce dernier lui explique, en peu de mots, qu’il lui en veut en raison de multiples offenses. Réagissant à cette accusation, qu’il considère comme injuste, Grégoire tente de s’expliquer. Irrité, Helladios lui coupe la parole et le congédie, considérant sa compagnie à table comme un sacrilège et une souillure. Il le renvoie, sans égard pour sa fatigue, le contraignant à reprendre le long trajet du retour. C’est ainsi que le métropolite clôt le conflit.

  • 32 Ibid. 28-35, p. 102-104.

9Outragé par cette conduite, Grégoire s’adonne à une série de critiques virulentes doublées de multiples interrogations pour stigmatiser ce comportement hautain, affirmant avec force à son destinataire qu’il n’est en rien inférieur à son métropolite, ni sur le plan humain, ni social, ni ecclésiastique, puisque le concile les a mis à égalité32. À la fin de la lettre, il va même jusqu’à attaquer directement la personne d’Helladios, qu’il s’efforce de dépeindre comme la figure de l’anti-évêque, l’accusant d’accroître sa richesse par des moyens douteux, et surtout de manquer à l’esprit de l’Évangile. À l’évidence, Grégoire rédige cette lettre pour montrer qu’il ne supporte pas l’outrage fait à un homme libre, conscient de son rang social et ecclésiastique.

10Quelles sont alors les techniques d’écriture mises au service de cette lettre située à la confluence de la polémique par personne interposée et du plaidoyer ? Et comment l’épistolier a-t-il plaidé sa cause et condamné la conduite insolente de son métropolitain ? Disons d’abord que cette lettre est écrite en réaction à une parole et à une conduite adverses. Elle se veut un dévoilement de la vérité masquée de l’autre, une mise en relief de la vanité de sa personne et une disqualification de son éthos moyennant un ensemble de procédés techniques de la rhétorique ancienne et un usage fort intéressant de l’Écriture, maniée comme un outil de polémique et une arme de défense.

Techniques rhétoriques de l’écriture

  • 33 Ibid. 13, p. 92.
  • 34 Ibid. 19, p. 96.
  • 35 Ibid. 12, p. 90.
  • 36 Ibid.

11Il est évident que les comparaisons, les descriptions, les métaphores33, les emphases, les hyperboles34, les paronomases35 et l’ironie36, ainsi qu’un grand nombre d’effets lexicaux, caractérisent cette lettre du Nysséen et donnent de l’éclat à son style. Cependant, l’usage de ces nombreux ornements littéraires et stylistiques, que l’on peut attendre d’un rhéteur rompu à l’art d’écrire, ne vise pas seulement, dans le cadre de cette lettre, à agrémenter le texte. Conjugués à sa manière de convaincre son destinataire et à sa stratégie persuasive, ces nombreux ornements de style ont certes pour base un raisonnement. Mais, contrairement à la logique, ils ont aussi pour rôle de toucher et d’émouvoir le destinataire tout en attaquant l’adversaire. Aussi contribuent-ils à marquer le niveau social de l’expéditeur, dont le bon maniement de la langue témoignerait de son appartenance à une élite cultivée et par conséquent donnerait de la crédibilité à son discours par opposition à celui de son adversaire, au cas où sa version des faits parviendrait au destinataire.

  • 37 Lettre I, 1, p. 82.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid. 35, p. 104.

12Vu sous cet angle, le niveau de l’écriture et de la langue chez Grégoire de Nysse devient lui-même, et par bien des aspects, un précieux outil de polémique : niveau raffiné et soigné, il se situe par rapport à un passé culturel prestigieux et est influencé par les procédés éristiques de la seconde sophistique. Cela dit, l’abondance des descriptions, des comparaisons, des métaphores et de l’amplification, ainsi que de plusieurs autres figures de style, sert la cause de l’épistolier et joue sur le quadruple front de l’information, de l’attaque, de la défense et de l’émotion, dès la première phrase de la lettre. D’ailleurs, les thèmes des comparaisons servent à exprimer aussi bien les sentiments de l’auteur que la situation qu’il dénonce, comme par exemple dans l’exorde, lorsqu’il compare la malveillance de son métropolite (ἐν τοῖς τὸ ἄδικον), qui va croissant contre lui (ἀπροφάσιστον)37, à « une flamme qui dévore le voisinage » (τὸν τῶν γειτόνων ἐμπρησμόν) ; ou lorsqu’il utilise les figures du feu, de la flamme et de l’incendie (τὴν φλόγα), avec leur lot de ravages et de destruction, pour évoquer les conséquences de cette malveillance38. Ou encore lorsqu’il compare l’orgueil et l’arrogance d’Helladios à une maladie (νόσον), voire une enflure (τύφον) qui doit être crevée ou résorbée39 avant que le mal ne se propage ; ou enfin lorsqu’il assimile le silence de son accueil au séjour aux enfers.

  • 40 Ibid. 12, p. 90
  • 41 Ibid. 19, p. 96.
  • 42 Ibid. 17, p. 94.
  • 43 Ibid. 19, p. 96.

13Mais si ces différentes figures de style servent à exprimer les sentiments et à amplifier les défauts de l’adversaire, d’autres figures servent à l’attaquer et à le déconsidérer. Par exemple, pour railler son métropolite, Grégoire use de l’ironie, lorsqu’il compare la maison où il habite à un temple, et la chambre où il se trouve au Saint des Saints40. Il le raille encore en disant qu’il s’en faut de peu pour que son orgueil et sa masse d’arrogance ne soient à l’étroit dans les hauteurs des cieux41, et, quand il évoque son origine sociale en se demandant : τῷ πόθεν καταβεβηκότι ὁ ποῦ κείμενος ; il fait clairement allusion à la cuisse de Jupiter42 ! Il use aussi de l’hyperbole43, lorsqu’il exprime l’indignation que lui cause la conduite d’Helladios.

  • 44 Ibid. 3, p. 84.
  • 45 Ibid. 28-33, p. 102-104.

14Parmi les procédés d’écriture, il faudrait également souligner l’importance de la question rhétorique. Son but est d’éveiller l’attention du destinataire et de le pousser à réfléchir dans le cadre du registre délibératif, même si le Nysséen apporte lui-même, quelques lignes plus bas, une réponse aux diverses questions, conformément à ce genre du discours défini par Aristote dans la Rhétorique. C’est ainsi qu’à l’issue d’un premier développement, évoquant, en guise d’exorde, l’hostilité et la haine de son évêque – argument récurrent de sa lettre –, il demande, en une formule stéréotypée : Τί οὖν ἐστιν ὃ λέγω ;44. L’interrogation dans l’exorde est l’une des caractéristiques de cette lettre. Il en va de même de l’épilogue qui use, tout à la fois, d’un vocabulaire combatif et dépréciatif et d’un lexique de l’émotion, afin de signifier la surprise et l’indignation. C’est le cas, par exemple, du passage qui, à la fin de la lettre, exprime l’indignation du Nysséen devant l’outrage qu’il a subi45. Ajoutons enfin que la tonalité et le rythme de la lettre, du point de vue de la polémique, sont particulièrement efficaces puisqu’ils restituent la fiction d’un dialogue vivant avec le destinataire.

L’Écriture comme arme polémique

15Un autre procédé de l’écriture polémique mobilise dans cette lettre l’attention du lecteur. Il s’agit de l’usage de l’Écriture comme arme de combat et de défense. En effet, une lecture rapide de cette lettre nous montre clairement que le Nysséen relie le matériau biblique à l’écriture polémique et s’en sert pour accuser l’ennemi, le railler et le mettre en position de faiblesse. C’est pourquoi, il a recours à de nombreuses allusions et citations scripturaires pour emporter l’adhésion de son destinataire, abstraction faite de la force de ses démonstrations ou de son activité persuasive. Au point que l’Écriture, cette autorité reconnue par tous, devient son critère, voire son garant de vérité devant son destinataire.

  • 46 Voir Grelier Hélène, « L’Écriture, un ressort polémique dans le discours de controverse doctrinale (...)
  • 47 Ibid.

16Récemment, Hélène Grelier a remarquablement analysé la façon dont Grégoire de Nysse utilise l’Écriture dans un texte polémique rédigé contre Apollinaire de Laodicée, Antirrheticus adversus Apollinarium46. Elle met en relief, en plus des techniques rhétoriques traditionnelles, le recours chez les polémistes chrétiens, en l’occurrence chez le Nysséen, à cet instrument qui leur est propre, à savoir l’Écriture. H. Grelier précise que l’Écriture dans le cadre de la controverse doctrinale a un statut complexe. Remarquant qu’elle est « à la fois l’objet sur lequel porte le combat et l’arme même du combat », elle souligne « du point de vue de l’énonciation » son apparition dans le texte « sous la forme d’un discours cité » ou évoqué. En ce sens, l’Écriture se situe pour H. Grelier « à la confluence de l’actif et du passif : elle est passive, car elle n’apparaît que citée par un auteur, et active, car elle peut influer sur le discours qui l’accueille ». Et c’est donc à titre de « discours second, enchâssé, qu’elle est utilisée comme arme polémique »47.

17Évidemment, dans cette lettre de Grégoire de Nysse, l’Écriture n’est pas l’objet du débat. Cependant, le Nysséen la manie non seulement comme une arme d’attaque et de défense, mais aussi comme un support de son activité démonstrative. En effet, l’Écriture apparaît ici de deux manières différentes : citée clairement et distinctement dans le texte de la lettre, ou insérée sans démarquage précis. Sous ces deux formes, elle a un poids très fort dans le procès argumentatif, si bien que la confusion de la voix de Grégoire avec celle de la Bible devient une arme redoutable.

  • 48 III Maccabées 2, 2.
  • 49 Jean 1, 18.
  • 50 Jean 1, 1.
  • 51 Philippiens 2, 6.
  • 52 Matthieu 26, 6.
  • 53 Lettre I, 16, p. 94.

18Maniée ainsi, elle sert parfaitement la cause de celui qui l’utilise. Par exemple, Grégoire n’hésite pas à citer plusieurs passages bibliques ou à y faire allusion, quand il dénonce l’orgueil et l’insolence de son métropolite ou quand il pense à son humiliation lors du silence qui a suivi son entrée chez lui. Il recourt à l’Écriture dans un parallèle poussé à l’extrême entre la conduite de son évêque à son égard et celle du Christ. C’est ainsi qu’il évoque deux épisodes bibliques où le Christ, « le maître de toute création »48, « le Fils unique qui est dans le sein du Père »49, celui qui « est au commencement »50, celui qui est « dans la forme de Dieu »51, celui qui « ne s’est pas humilié seulement en venant habiter par la chair dans la nature humaine », reçoit Judas qui le livre en l’embrassant. Le second épisode évoqué est celui de l’entrée de Jésus dans la maison de Simon le lépreux52. Grégoire l’utilise pour blâmer comme un manque de charité le fait de ne l’avoir pas embrassé lorsqu’il est venu chez lui : τὸ μὴ φιληθῆναι παρ’αὐτοῦ ὡς ἀφιλάνθρωπον ὀνειδίζει53. Or, cette évocation des deux épisodes de la vie du Christ et des deux figures de Judas et de Simon le lépreux donne une image négative de l’éthos de son adversaire, dans la mesure où Helladios, contrairement au Christ, n’a même pas daigné considérer Grégoire comme un Judas ou un lépreux, dérogeant ainsi à l’enseignement du maître ! Ainsi, cette évocation ne dénonce pas seulement la conduite d’Helladios, elle déplace aussi le centre de gravité du conflit avec lui. Désormais, le conflit ne se situe plus entre deux personnes ordinaires, mais entre l’évêque de Césarée et l’enseignement de l’Écriture ! Finalement, on peut dire que cette allusion aux figures bibliques – le Christ, Judas et Simon le lépreux –, dans la construction de la lettre et du point de vue de la stratégie de l’écriture, qui vise la persuasion du destinataire, a une efficacité comparable, voire supérieure, aux nombreuses critiques formulées contre le métropolite.

19L’usage de l’Écriture comme stratégie de polémique sert donc la cause du Nysséen et contribue à creuser l’écart entre Helladios et l’enseignement de l’Église. De par son intégration dans le raisonnement spéculatif de l’épistolier, l’Écriture contribue aussi bien à attaquer l’adversaire qu’à donner un aspect crédible à sa version des faits.

  • 54 Ibid. 20, p. 96-98.

20On peut noter un dernier point dans ce contexte : la surenchère de Grégoire dans l’amplification de son humiliation, ainsi que l’exagération de sa critique de l’attitude arrogante de son évêque. En effet, le Nysséen ne se contente pas de dénoncer l’insolence et l’orgueil du métropolite, mais il s’efforce également, et toujours par le truchement de la référence scripturaire, de mettre en relief son attitude humble. Pour ce faire, à l’instar de saint Paul qu’il cite dans le corps de la lettre, il évoque l’affrontement en lui-même des deux pensées, celle qui s’irrite de l’outrage et celle qui tente de calmer ce qui le bouleverse54. Mais, contrairement à son adversaire, il tient à montrer qu’il sait dominer extérieurement ses sentiments violents et se montrer patient et humble, même lors de sa rencontre pénible avec Helladios. C’est ainsi qu’il avoue, lorsque la tendance la meilleure l’a emporté, qu’il est tout comme Helladios

  • 55 I Pierre 1, 18-19.
  • 56 Lettre I, 18, p. 96.

esclave du péché et [qu’] il a également besoin de celui qui l’enlève, celui qui par son propre sang, nous a affranchis55 de la mort et des péchés, qui nous a rachetés.56

21Mais il reconnaît que le Christ, malgré sa divinité et l’injustice de notre espèce, n’a manifesté, par opposition à Helladios, aucune arrogance à l’endroit de ceux qui ont été rachetés :

  • 57 Ibid.

Ἄλλος ἐστίν ὁ τῷ ἰδίῳ αἵματι τοῦ θανάτου καὶ τῶν ἁμαρτιῶν ἡμᾶς λυτρωσάμενος, ὃς καὶ ἐξηγόρασεν ἡμᾶς καὶ ὑπερφανίαν τινὰ κατὰ τῶν ἐξαγορασθέντων οὐκ ἐπεδείξατο.57

22Ainsi donc, Grégoire envisage l’Écriture comme la référence par excellence de sa lettre et de sa conduite. Ce faisant, il ignore par endroits la ligne de démarcation entre les énoncés bibliques et le texte de sa missive, brouillant les frontières entre son propre point de vue et l’Écriture. En ce sens, l’Écriture devient la voix tranchante dans le conflit et se mue en outil polémique de premier ordre.

23On peut donc conclure de tout ceci que l’enjeu de l’écriture polémique, dans cette lettre de Grégoire de Nysse, est assez complexe. Sa manière d’écrire n’est point spontanée et ne jaillit pas directement du cœur. Elle obéit en revanche à des stratégies concertées, celles de la rhétorique classique s’appuyant sur un bon usage de l’Écriture.

Notes

1 Grégoire fut envoyé en mission dans la province d’Arabie par le concile de Constantinople en 381 en vue de rétablir l’ordre. Cette mission fut suivie par une autre à Jérusalem à la demande des προεστῶτες des saintes églises de la ville.

2 Patrologia Graeca (PG), t. 45, col. 247-1122. Grégoire a écrit avant 381 quatre traités contre Eunome afin de réfuter les Livres 1 et 2 de l’ὑπὲρ τῆς ἀπολογίας ἀπολογία. Il rédigea ensuite un texte divisé en 10 livres dans lequel il répond à une nouvelle attaque de son adversaire. Lorsqu’en 383 Eunome soumit à l’empereur Théodose sa profession de foi, Grégoire en écrivit une Réfutation.

3 PG, ibid. col. 1124-1278.

4 Grégoire a été dépossédé de son siège par un concile homéen convoqué par Démosthène. Les circonstances de cette déposition nous sont connues par des lettres de Basile.

5 Grégoire de Nysse, PG, t. 46, col. 999-1108. Grégoire de Nysse, Lettres, introduction, texte critique, traduction, notes et index par Pierre Maraval, Paris, Cerf, coll. « Sources Chrétiennes » (SC), no 363, 1990. Le renvoi aux lettres de Grégoire de Nysse se fait d’après cette édition.

6 Voir Cassin Matthieu, « “Plumer Isocrate” : usage polémique du vocabulaire comique chez Grégoire de Nysse », Revue des Études Grecques, 121, 2, 2008, p. 783-796.

7 Grégoire a adressé deux lettres au célèbre rhéteur : Lettres 13 et 14. Il parle avec enthousiasme de la réception d’une réponse de Libanios à sa missive.

8 Voir sur ce point l’article de Canévet Mariette, « Grégoire de Nysse », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. Doctrine et histoire, t. 6, Paris, Beauchesne, 1967, col. 979-984.

9 Grégoire de Nazianze, Epistolæ, PG, t. 37, col. 41.

10 Aubineau Michel, Grégoire de Nysse, Traité de la Virginité, Paris, 1966, SC 119, p. 61-65.

11 Maraval P., Grégoire de Nysse, Lettres, op. cit.

12 Ibid., p. 43.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 14. Il existe quelques fragments de lettres en grec et en syriaque attribués à Grégoire ; voir à ce sujet Breydy Michel, « Vestiges méconnus des Pères Cappadociens en syriaque, lettre de Grégoire de Nysse au moine Philippe », Parole de l’Orient, vol. 12 (1984-1985), Université du Saint Esprit-Kaslik, Liban, p. 239-251 ; il existe aussi une version latine d’une lettre d’authenticité discutée. Voir La Lettre au moine Philippe (en latin). Les fragments grecs sont connus par des citations de Jean Damascène dans son traité contre les Jacobites.

15 Maraval P., op. cit., p. 43.

16 Cette lettre fut transmise dans les manuscrits des lettres de Grégoire de Nazianze. Voir à ce sujet Gallay Paul, Les manuscrits des Lettres de Grégoire de Nazianze, Paris, Les Belles Lettres, Collection d’Études Anciennes, 1957.

17 Maraval P., op. cit., p. 82-104.

18 Voir Devresse Robert, Le patriarcat d’Antioche depuis la paix de l’Église jusqu’à la conquête Arabe, Paris, Le Coffre Gabalda, 1945.

19 Cette attribution est contestée : cf. Honigmann Ernest, « Le concile de Constantinople de 394 et les auteurs du “Syntagma des XIV titres” », Trois mémoires posthumes d’histoire et de géographie de l’Orient chrétien. Subsidia hagiographica, numéro 35, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1961, p. 34.

20 Les relations tendues entre Grégoire de Nysse et le métropolite de Césarée sont connues au vie siècle par Sévère d’Antioche, qui les invoque pour justifier ses propres conflits avec quelques évêques. Voir The Sixth Book of the Select Letters of Severus Patriarch of Antioch in the Syriac Version of Athanasius of Nisibis, edition and translation by Brooks Ernest Walter, London, William & Norgate, 1903, vol. II, 2, p. 205.

21 Sozomène, Histoire ecclésiastique, VII, 9, 6, (p. 312, 15-23). Lire aussi attentivement la lettre p. 102.

22 Cette nomination est en exécution du 3e canon du concile décidé par l’empereur par la loi du 30 juillet 381, Code théodosien, XVI, I, 3.

23 10 et 18.

24 Lettre I, 14, p. 92.

25 Helladios, dit la lettre, accuse Grégoire de « multiples offenses ». On aurait aimé avoir la version des faits par la bouche même du métropolite.

26 Lettre I, 1, p. 82.

27 Ibid. 5, p. 84.

28 Ibid. 35, p. 104.

29 Ibid. 3, p. 84.

30 Aristote distingue trois genres de discours qui s’adaptent au public visé : le judiciaire, le délibératif et l’épidictique. À chaque genre correspond une série de techniques et un temps particulier : le passé pour le discours judiciaire, puisque c’est sur des faits accomplis que porte l’accusation ou la défense ; le futur pour le délibératif, dans la mesure où l’on envisage les conséquences et les enjeux futurs de la décision qui fait l’objet du débat ; enfin le présent pour louer ou blâmer les actes passés ou présents d’une personne. Aussi le judiciaire a-t-il comme moyens l’enthymème, le délibératif l’exemple et l’épidictique l’amplification.

31 Lettre I, 13, p. 92.

32 Ibid. 28-35, p. 102-104.

33 Ibid. 13, p. 92.

34 Ibid. 19, p. 96.

35 Ibid. 12, p. 90.

36 Ibid.

37 Lettre I, 1, p. 82.

38 Ibid.

39 Ibid. 35, p. 104.

40 Ibid. 12, p. 90

41 Ibid. 19, p. 96.

42 Ibid. 17, p. 94.

43 Ibid. 19, p. 96.

44 Ibid. 3, p. 84.

45 Ibid. 28-33, p. 102-104.

46 Voir Grelier Hélène, « L’Écriture, un ressort polémique dans le discours de controverse doctrinale », dans Polémique et rhétorique, de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Luce Albert et Loïc Nicolas, éd. De Boeck Supérieur, 2010, p. 135-151.

47 Ibid.

48 III Maccabées 2, 2.

49 Jean 1, 18.

50 Jean 1, 1.

51 Philippiens 2, 6.

52 Matthieu 26, 6.

53 Lettre I, 16, p. 94.

54 Ibid. 20, p. 96-98.

55 I Pierre 1, 18-19.

56 Lettre I, 18, p. 96.

57 Ibid.

Auteur

Institut de Théologie saint Jean Damascène, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Balamand - Liban

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540