Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre V. L’épistolier et sa propre histoire

À propos de certaines épîtres politiques de Dante

Sabrina Ferrara

Texte intégral

  • 1 Alighieri Dante, Convivio, éd. C. Vasoli et D. de Robertis, dans Alighieri Dante, Opere minori, vo (...)

1La diffusion de la scolastique avait déclenché la réflexion sur les structures étatiques en assignant à l’intellectuel chrétien une responsabilité civile active. Pour Dante, qui avait grandi dans cette société en plein essor, l’engagement dans la politique florentine paraissait dès lors inéluctable, voire primordial. C’est par l’intermédiaire de la politique que le poète s’ouvre donc à la société en y apportant le support éthique qu’il avait élaboré dans les « disputationi de li filosofanti »1 et qui lui fait conceptualiser un idéal politique fondé sur la justice et sur le bien supérieur de la cité, l’amenant ainsi à se faire le porte-parole d’une politique impériale et d’autonomie face au Saint-Siège. C’est justement l’opposition à la politique temporelle du pape et à ses ambitions envers Florence qui vaudra à Dante son exil, mais, en même temps, qui lui donnera l’occasion d’élaborer et de formuler sa pensée. Il le fera par le moyen qui lui était le plus naturel, la poésie, mais encore par des formes différentes, certaines plus normatives comme le traité scolastique (Convivio, Monarchia), ou d’autres plus ouvertes, comme les épîtres, lesquelles, sans doute favorisées par leur statut médiéval de document public, sont de véritables manifestes politiques.

2Il nous reste, aujourd’hui, treize épîtres en latin de Dante ; un groupe à part est constitué par les épîtres plus proprement politiques (I, V, VI, VII, XI) et représente la section la plus importante en extension et en nombre. Parmi celles-ci, la V, la VI et la VII forment un bloc unique et compact, à la fois par l’espace de temps dans lequel elles ont été composées (à partir de septembre-octobre 1310 jusqu’à avril 1311), et par l’occasion et l’objet qui étaient la descente d’Henri VII en Italie ; elles constituent les épîtres impériales. De la première, de 1304, jusqu’à la dernière, de 1314, les missives politiques retracent l’intense période vécue par le rédacteur tant au point de vue historique que personnel, et accompagnent la rédaction du poème de Dante ; une décennie entière marquée par les luttes civiles qui secouaient Florence, par le déplacement du pontificat à Avignon et par la dernière tentative impériale d’imposer son autorité sur la Péninsule. Nous nous proposons d’analyser certaines épîtres politiques, notamment les impériales et en particulier la V, tout en partant de la première, plus « florentine », mais indispensable pour suivre l’évolution de l’auteur.

Le parcours du guelfe blanc : de florence à « ailleurs », entre engagement et désengagement

  • 2 Alighieri Dante, Epistole, Egloghe, Questio de aqua et terra, dans Alighieri Dante, Opere minori, (...)
  • 3 Le recueil tel que nous le connaissons est l’œuvre de E. Pistelli, 1921, p. 381-415 (cf. n. 2).

3En 1301, Dante est condamné à l’exil, et commence pour lui la longue période de pérégrinations à travers l’Italie septentrionale avec des démarches, toujours vaines, pour rentrer à Florence. Encore tout plongé dans la tumultueuse vie citadine, c’est avec les autres guelfes blancs bannis que Dante partage ses premières années, essayant la voie des armes. Entre le 2 mars 1304, date à laquelle le cardinal Niccolò da Prato entre à Florence, et le 10 juin, jour où, en jetant l’interdit sur la ville, il la quitte, Dante écrit, au nom de l’Vniversitas partis Alborum et de leur capitaine général, la première des épîtres2 qui composent aujourd’hui son opus épistolaire3. Elle est donc adressée au domino Nicholao, évêque d’Ostie et de Velletri, légat pontifical, envoyé par Benoît XI à Florence pour tenter une réconciliation entre les Blancs et les Noirs.

  • 4 Epist. I, [2], 6, p. 524 : « [Car le fer aigu de nos vœux, comme il est légitime, décoché par le n (...)
  • 5 Epist. I, [1], 2, p. 522 : Preceptis salutaribus moniti et Apostolica pietate rogati, sacre vocis (...)
  • 6 Effectivement cette dissension, bien tangible, se concrétisera peu après, à la suite de la mission (...)
  • 7 Epist. I, [2], 5, p. 524 : Et ad quid aliud in civile bellum corruimus, quid aliud candida nostra (...)
  • 8 Epist. I, [3], 8, p. 524 : « nos filii devotissimi vobis et pacis amatores et iusti, exuti iam gla (...)

4Le pivot autour duquel s’organise le contenu de l’épître est naturellement Florence, objet tantôt d’amour, comme dans cette missive, tantôt de colère intransigeante (épître VI) de la part de Dante, dont la position apparaît ainsi pour le moins antinomique et double, quoique toujours constante dans son refus d’un quelconque compromis ou arrangement. Le salut de la ville toscane (patrie sanitatem), sa paix (pacem patrie), son repos qui « a été demandé, est demandé et sera demandé dans l’avenir » ([nostre intentionis cuspis legiptima] quietem solam et libertatem populi florentini petebat ; petit, atque petet in posterum4) sont au cœur de cette première missive de Dante. Le ton plutôt conciliateur et pacifique, qui semble singulièrement contraster avec les agissements précédents, assez belliqueux, des bannis blancs, commence en effet à laisser entrevoir les marques d’une allocution programmatique, et personnelle, de l’épistolier réel. Le retard même dans la rédaction de cette missive, qui est une réponse, retard pour lequel les destinateurs s’excusent5, peut, d’ailleurs, être justifié par le temps nécessaire pour trouver une tonalité de contenu et de style commune au rédacteur véritable et aux commanditaires, laissant donc la place pour imaginer une possible dissension de propos entre l’un et les autres6 ; dissensions qui peuvent fournir l’explication des accents généraux de la lettre, laquelle semble en effet être beaucoup plus proche des opinions du poète que de celles de ses compagnons. La conviction, particulièrement chère à Dante, que le problème des bannis florentins devait désormais être débattu et éventuellement résolu sur le terrain politico-diplomatique, et point militaire, marque l’épître. Cette conviction lui permet aussi d’analyser dans cette perspective, et de présenter à son destinataire, les raisons qui ont poussé les Blancs à prendre les armes7, raisons toujours tendues vers l’obtention de la paix et de la concorde ; de même que l’insistance sur la mansuétude et la bonne disposition des bannis envers la requête du cardinal sous-entendent un message qui, d’une part, veut mettre entre parenthèses les derniers événements militaires et, d’autre part, dévoile une volonté optative de la part du rédacteur de la réponse, et donc de Dante lui-même, de se voir déjà « dissocié » de certaines décisions de ses compagnons. L’épître commence ainsi à dessiner une déchirure qui voyait rangés les Blancs outranciers, insistant sur la nécessité de vouloir forcer le sort par les armes, contre les rares membres (parmi lesquels se trouvait le poète), qui suggéraient le chemin de la prudence, de l’obéissance et de l’accord8 ; déchirure qui pousse Dante vers un « ailleurs » qui n’est pas seulement physique ou géographique, mais surtout doctrinal.

Dimension locale et globale de l’histoire : de guelfe blanc à intellectuel politique

5Ce cheminement intellectuel et philosophique de Dante prend une tournure décisive lorsque, le 6 janvier 1309, Henri, comte de Luxembourg, est couronné roi d’Allemagne à Aix-la-Chapelle et désigné empereur du Saint Empire Romain Germanique. Le 15 août 1309, Henri manifeste sa volonté de se rendre en Italie et de restaurer l’autorité impériale sur les communes de l’Italie du Nord ; il doit attendre la préparation de son armée pour commencer son voyage le 1er octobre.

  • 9 Alighieri Dante, Monarchia, dans Alighieri Dante, Opere minori, vol. III, t. I, éd. P. V. Mengaldo (...)

6Depuis 1304 et l’épître écrite au nom des Blancs, Dante s’est beaucoup déplacé en Italie du Nord, et la confrontation avec des situations politiques différentes, mais aussi semblables, de division, de luttes intestines, de violences citadines, l’ont incité à rechercher une explication et une solution communes à lui et à l’humanité. À l’otium méditatif, qui voit l’élaboration de deux ouvrages jamais achevés, l’un philosophique (le Convivio) et l’autre linguistique (le De Vulgari Eloquentia), ainsi que la conclusion de l’Enfer et le début du Purgatoire, fait suite une période d’intense engagement civil. Ayant abandonné la poésie amoureuse de sa jeunesse et pris de la distance par rapport aussi à la politique florentine, le poète élève sa réflexion à des thèmes plus universels suscités par les événements qu’il est en train de vivre. En dernière instance, c’est surtout l’élection d’Henri qui, après des années d’inertie militante, alimente ses espoirs et qui lui permet de sortir de son aphasie publique et de prendre de nouveau sa plume pour soutenir l’entreprise impériale tout en organisant son credo politique amorcé, du moins en partie, dès l’Enfer, et qui se concrétise dans la rédaction du traité sur la Monarchia9 et des trois épîtres impériales. La rédaction épistolaire permet d’emblée au rédacteur d’assurer une intonation plus intime, dans laquelle il y a l’espace pour réprimander ou enseigner, mais aussi pour donner place à l’expression personnelle et pour véhiculer une image voulue de soi.

  • 10 Epist. VI, [1], 2-3, p. 550 : Eterni pia providentia Regis, qui dum celestia sua bonitate perpetua (...)

7Davantage manifeste de propagande qu’organisation systématique, les missives de Dante se construisent sur les présupposés élaborés dans les traités, repris de façon synthétique au début de l’épître VI aux Florentins10. Afin de récapituler les éléments propédeutiques à notre analyse, ses présupposés peuvent se résumer au principe, très médiéval, de la reductio ad unum. La matrice de l’argumentaire est la structure aristotélicienne des différents types de communauté humaine – la famille, le village, la ville –, auxquels Dante ajoute le royaume. Or, pour que toutes ces entités puissent garantir à l’entière communauté humaine une prospérité et une vie en paix, elles ont besoin d’un guide qui leur est supérieur, un monarque super partes, c’est-à-dire l’empereur. Si l’on poursuit ce raisonnement, la meilleure forme de gouvernement est l’Empire, qui est voulu par Dieu, et c’est le peuple romain qui, le premier, a assumé selon le bon droit la dignité de l’Empire sous lequel est né le Rédempteur. Cet argumentaire historique confirme et accorde une importance particulière à la théorie politique de Dante. La réflexion de celui-ci s’est élargie en englobant l’humanité entière ; et lui-même en tant qu’auctor, désormais détaché de l’histoire municipale florentine, à la recherche d’une explication de son propre destin d’exilé, qu’il trouve finalement dans le dévoiement du monde, conçoit pour soi une figure d’intellectuel global (théoricien d’une structure politique qui permettrait de pallier les maux de son époque), mais aussi, nous le verrons, une figure d’annonciateur prophétique.

8Les trois épîtres en ordre chronologique sont la V aux Princes et Seigneurs d’Italie, datée d’après le 1er septembre 1310, jour de l’émanation de la bulle papale Exultet in gloria citée, la VI aux Florentins, du 31 mars 1311, et la VII à Henri lui-même, du 17 avril 1311.

  • 11 Epist. V, 1, p. 540 : « À tout et à chacun des rois d’Italie et des sénateurs de la sainte ville e (...)
  • 12 Ibid. : « l’humble italien Dante Alagier, florentin et exilé contre mérite […] demande qu’ils fass (...)
  • 13 Cf. Epist. V, [1], 3, 4, p. 540 ; [5], 15, 17, p. 544 ; ou encore dans l’épître à Henri VII, Epist (...)
  • 14 Alighieri Dante, De Vulgari Eloquentia, éd. P. V. Mengaldo, dans Alighieri Dante, Opere minori, vo (...)
  • 15 De Vulgari Eloquentia, 1, viii, 6, p. 68.

9La première de ces épîtres constitue un document rare, dans lequel Dante élabore son idée impériale et donne corps à la figure de l’empereur. Elle est officiellement adressée à universis et singulis Ytalie Regibus et Senatoribus alme Vrbis nec non Ducibus Marchionibus Comitibus atque Populis11 (inscriptio) de la part de l’humilis ytalus Dantes Alagherii florentinus et exul inmeritus qui orat pacem12 (intitulatio). Et si en effet le destinateur est bien le poète dans son individualité, au cours de la missive ce sera le nos qui jaillira, laissant apparaître l’identification, désormais constitutive pour Dante, avec la collectivité humaine, dont il se fait le porte-parole13. D’emblée donc on se retrouve avec une connotation que, avec un anachronisme, nous pouvons définir comme « nationale », car le polyptote constitué par le nom Ytalia et l’adjectif ytalus spécifie en effet les destinataires et le destinateur de l’épître. Le paralogisme, admissible exclusivement dans le registre stylistique, doit cependant laisser la place à la réalité historique de l’« Italia », que Dante identifie à une entité géographique14, souvent linguistique15, et parfois à une communauté d’us et coutumes. Cette dernière acception mérite que l’on s’y arrête. Dante dit dans le De Vulgari Eloquentia 1, xvi, 3-4, p. 128 :

  • 16 « en tant que nous agissons comme hommes latins, nous avons certains signes très simples dans les (...)

in quantum ut homines latini agimus, quedam habemus simplicissima signa et morum et habituum et locutionis, quibus latine actiones ponderantur et mensurantur. Que quidem nobilissima sunt earum que Latinorum sunt actiones, hec nullius civitatis Ytalie propria sunt.16

  • 17 Convivio, IV, xiii, 13, p. 684 : « i Latini e dalla parte di Po e dalla parte di Tevere ! ». Enfer (...)
  • 18 Convivio, IV, xxviii, 8, p. 866-867 : « lo nobilissimo nostro latino Guido montefeltrano ».

10La variatio « latinus » de l’adjectif ytalus, seule occurrence dans les œuvres de Dante, tant en latin qu’en vulgaire, ne se cantonne point dans ce cas à un simple souci stylistique, mais elle recèle une charge sémantique de nature aussi bien ethnique qu’historique. L’adjectif latini, qui avec un maximum d’extension sémique indique en général les « Italiens », est en effet beaucoup plus connoté, renvoyant aux héritiers directs de l’antique Rome, selon un usage que l’on retrouve dans les œuvres en vulgaire17 ayant une valeur morale positive18. D’autre part, pour Dante la distinction entre la notion de latinité/italianité et celle de régionalisme est très claire puisqu’il fait dire dans le Purgatoire à Omberto Aldobrandeschi : « Io fui latino e nato d’un gran Tosco » (XI, 58) ; et si lui-même affirme dans le De Vulgari Eloquentia, I, xviii, 5, p. 138 :

  • 19 « Car bien qu’une cour, prise au sens de cour assemblée, comme la cour du roi d’Allemagne, n’exist (...)

Nam licet curia, secundum quod unita accipitur, ut curia regis Alamannie, in Ytalia non sit, membra tamen eius non desunt ; et sicut membra illius uno Principe uniuntur, sic membra huius gratioso lumine rationis unita sunt. Quare falsum esset dicere curia carere Ytalos, quanquam Principe careamus, quoniam curiam habemus, licet corporaliter sit dispersa.19

  • 20 La notion d’« Italie » revient toujours dans l’épître V ([2], 5, p. 540-542 : Letare iam nunc mise (...)

11Ce qui nous ramène aux gouvernants des différentes composantes, c’est-à-dire aux rois, aux ducs, aux marquis, aux comtes, aux peuples de l’Italie et aux sénateurs romains, bref aux destinataires de notre épître V. L’« Italie » a bien une place dans la représentation historique que Dante a de son temps, même si ce n’est pas en tant que réalité étatique nationale contemporaine20. L’histoire fournit encore une fois l’argumentaire décisif de la réflexion de Dante, cette fois sous la forme de la verticale historique réunissant dans le cadre géographique italien les Romains, les rois et les ducs, dont le tissu existentiel est fourni par le sacrifice suprême du Christ sous l’Empire romain.

  • 21 Cf. Monarchia III, iv, 15, p. 452.

12Or, une fois décelés les éléments qui caractérisent l’« Italie », ce que Dante fait, comme souvent, de façon codée et intertextuelle, reste la nécessité urgente, actuelle, de soutenir l’entreprise impériale. Car si le monde est égaré et si les peuples sont en guerre constante, c’est parce qu’ils manquent des deux remedia21, de guides, tant temporel, à cause de la vacance impériale, que religieux, à cause des visées politiques des papes, qui abdiquent ainsi leur mission spirituelle.

  • 22 Epist. VI, [1], 3, p. 550 : « puisqu’on voit le monde se fourvoyer quand le trône d’Auguste est vi (...)

[…] Solio augustali vacante, totus orbis exorbitat, quod nauclerus et remiges in navicula Petri dormitant et quod Ytalia misera, sola, privatis arbitriis derelicta omnique publico moderamine destituta, quanta ventorum fluentorumve concussione feratur verba non caperent sed et vix Ytali infelices lacrimis metiuntur22

13affirme Dante, établissant ainsi une puissante jonction entre l’absence d’un empereur, le fourvoiement de l’Église et la misère de l’Italie.

  • 23 Epist. V, [4], 11, p. 542 ; [5], 16-17, p. 544 ; [7], 22, p. 546.
  • 24 Epist. V, [2], 5, p. 540-542.
  • 25 Virgile, Énéide IV, 118-119, CUF, 1961, p. 114 : [...] ubi primos crastinus ortus/Extulerit Titan (...)
  • 26 Epist. V, [10], 29, p. 548 : Non igitur ambuletis sicut et gentes ambulant in vanitate sensus tene (...)
  • 27 Epist. VI, [3], 12, p. 554 : « Ô compagnons d’accord pour vous perdre, aveugles d’une étrange conv (...)

14Dès le début de l’épître V, Henri, sur lequel reposent tous les espoirs encore possibles, reçoit les appellations canoniques d’un empereur : sublimis aquila, novus agricola Romanorum, pastor, principem romanum23, même s’il est nommé de façon claire dans le paragraphe 5 (clementissimus Henricus, divus et Augustus et Cesar24), avec, comme décor, une toile de fond qui est celle de la lumière et du jour naissant dans un jeu subtil d’allusions et de métaphores. L’épître est rédigée au futur, témoignant ainsi de la venue « prochaine », à la fin octobre, de l’empereur désigné et, à la fois, de la disposition auctoriale du rédacteur qui prend les habits d’annonciateur vaticinant. L’empereur, indiqué comme le Titan […] pacificus qui apportera en Italie la paix par le rétablissement de la justice, est d’emblée annoncé par cette image virgilienne de soleil rayonnant25 et s’oppose aux ténèbres de l’injustice dans lesquelles vivent les hommes. Le discours fortement allégorique s’organise, à ce moment de l’épître, autour de la métaphore Soleil= Empereur et Ténèbres= absence de l’Empereur, absence, dès lors, d’un pouvoir temporel qui risque d’être englobé par le pouvoir spirituel de l’Église en envenimant plus encore la lutte entre la Papauté et l’Empire qui ne donne pas des signes d’affaiblissement. C’est seulement à la fin de l’épître que l’obscurité devient, par glissement métaphorique, l’ignorance des desseins divins26. Grâce à la citation initiale d’un passage de l’épître de Paul aux Éphésiens, Dante établit une analogie entre la cécité des païens et celle des hommes de son époque, qu’il exhorte à ouvrir les yeux de l’esprit (aperite oculos mentis vestre) et à reconnaître le nouveau roi que Dieu leur a choisi. L’image de la cécité sera d’ailleurs réitérée dans la très violente épître aux scélérats Florentins, où celle-ci est provoquée par leur cupidité, qui les empêche de voir et donc de reconnaître l’empereur (o mira cupidine obcecati ; Nec advertitis dominantem cupidinem, quia ceci estis) et d’évaluer la vérité (A, Tuscorum vanissimi, tam natura quam vitio insensati ! Quam in noctis tenebris malesane mentis pedes oberrent […] nec perpenditis nec figuratis ignari27).

  • 28 Epist. VI, [2], 8, p. 552 : « pourquoi imitant les Babyloniens, abandonnez-vous le pieux empire et (...)

15Car la présence d’un empereur, guide de l’humanité, répond à un dessein transcendant et providentiel, argumentation déjà développée dans le Convivio, IV, 4, et centrale dans la Monarchia, I, ii. La non-obéissance aux lois divines provoque le désordre dans lequel le monde verse, et l’attitude méprisante envers le seul souverain temporel établi par Dieu fait naître le désir d’un éclatement du pouvoir en une multitude de nouveaux royaumes dans une sorte d’expansio ad plurimum (tanquam alteri Babilonii, pium deserentes imperium nova regna temptatis, ut alia sit Florentina civilitas, alia sit Romana28). Et si l’Empire est voulu par Dieu, l’empereur est sacré autant que son pouvoir, ce que Dante affirmera avec force dans l’épître VI aux Florentins (pium imperium).

  • 29 Epist. V, [1], 4, p. 540 ; [2], 6, p. 542 ; [5], 16, 17, p. 544 ; [10], 28, p. 548.
  • 30 Epist. VII, [2], 10, p. 564.
  • 31 Epist. V, [5], 17, p. 544 : « Celui d’où jaillissent, comme deux veines d’eau nées d’un même point (...)
  • 32 Cf. Monarchia, III, xi, 10-11, p. 484-486 et Monarchia, III, xii, 3, p. 486-488.

16C’est aussi grâce aux nombreuses citations bibliques émaillant l’épître V – Henri est un nouveau Moïse (Moysen alium) qui libérera son peuple de l’oppression, il est le vigneron propriétaire de la vigne impériale, le novus agricola Romanorum et l’hectoreus pastor – ainsi qu’à l’analogie entre l’empereur Titan […] pacificus et le Christ lux nostra29, que s’opère la sacralisation de la figure impériale ; sacralisation qui sera confirmée dans l’épître à Henri du 17 avril, avec son assimilation à l’agneau de Dieu30. Henri n’est pas seulement comparé au Christ, dans cette métaphore filée de lumière ; mais, en tant que successeur du Christ, il reçoit son pouvoir directement de Dieu (a quo velut a puncto biffurcatur Petri Cesarisque potestas31), n’étant ainsi sujet à aucun intermédiaire32. De la sorte, Dante réaffirme encore une fois sa position nette dans la controverse qui opposait les deux pouvoirs. Chacun des deux a pleine juridiction dans son domaine, car ils dérivent tous les deux de Dieu, et aucun d’eux ne doit interférer avec l’autre. Cependant, certainement dans le souci de ménager un pouvoir, celui du pape, encore favorable à ce moment à l’entreprise d’Henri, Dante peut affirmer :

  • 33 Epist. V, [10], 30, p. 548 : « Il est celui que Pierre, vicaire de Dieu, nous semond d’honorer ; c (...)

Hic est quem Petrus, Dei vicarius, honorificare nos momonet : quem Clemens, nunc Petri successor, luce Apostolice benedictionis illuminat ; ut ubi radius spiritualis non sufficit, ibi splendor minoris luminaris illustret.33

17Si pour la constitution de l’image de sacralisation du pouvoir impérial Dante s’est servi essentiellement des images bibliques, il n’a pas négligé non plus les échos qui lui venaient d’une même action sacralisante, « de propagande » païenne cette fois, émanant de la chancellerie de Frédéric II, dont les documents furent probablement connus de lui. Celle-ci, en assimilant l’empereur souabe à Justinien, le grand législateur, et à Auguste, le pacificateur, s’approprie l’image de Sol iustitiae élaborée par la curie impériale de Grégoire VII, sur la base de l’identification de cette image avec le Christ, en la « romanisant ».

  • 34 Epist. VI, [4], 15-16, p. 554-556.

18En même temps le langage, enthousiaste et imprégné de citations des Écritures, montre bien le rôle que Dante s’est octroyé de Baptiste prophétisant un avenir funeste pour ces esclaves de la cupidité que sont les Florentins34. Le discours s’organise en effet autour des éléments cardinaux d’une allocution prémonitoire :

  • 35 Epist. VI, [4], 17, p. 556 : « Et si mon esprit inspiré ne s’abuse pas, présageant à signes véridi (...)

Et si presaga mens mea non fallitur, sic signis veridicis sicut inexpugnabilibus argumentis instructa prenuntians, urbem diutino merore confectam in manus alienorum tradi finaliter, plurima vestri parte seu nece seu captivitate deperdita, perpessuri exilium pauci cum fletu cernetis.35

  • 36 Epist. V, [8], 25, p. 546 : « Dans nos œuvres, en effet, ce n’est pas toujours nous qui ouvrons, a (...)

19Dans cette perspective, le poète devient l’instrument de la parole de Dieu et il applique à la perfection l’axiome déjà évoqué dans l’épître V : Non etenim semper nos agimus, quin interdum utensilia Dei sumus36. Dante ne se présente pas comme source de ce qu’il dit, mais comme instrument décryptant une vérité qui n’est pas formulée comme subjective, plutôt comme s’imposant d’elle-même.

20L’histoire, romaine, biblique ou conçue par la chancellerie impériale ou encore par le poète florentin, se révèle la preuve définitive de la validité de cette nouvelle théorie politique et de l’action qui en découle. Or, la réalité politique et le caractère hésitant du principal intéressé déçoivent Dante, désormais idéologue et partisan impérial résolu.

  • 37 Epist. VII, [5], 18, p. 568 : « à l’heure où se couchera le soleil encore à son lever » (Pézard, p (...)
  • 38 Epist. VII, [2], 10, p. 564 : Tunc exultavit in te spiritus meus, cum tacitus dixi mecum : « Ecce (...)
  • 39 Epist. VII, [4], 16, p. 566.

21Néanmoins, comme nous l’avons déjà remarqué, il utilise les mêmes allégories dans l’épître à Henri lui-même. Or, le climat a changé, l’empereur hésite au Nord de la Péninsule embourbé dans la révolte des villes lombardes, et Dante est gagné par le doute ; l’assurance n’y est plus et la tonalité devient enflammée. Et si l’image du soleil est reprise à propos de l’héritage qu’Henri léguera à son fils (post diei orientis occasum), le Titan preoptatus exoriens, le sol noster est désormais associé à la crainte de le voir s’arrêter et même reculer, menaçant le monde de nouvelles ténèbres (aut morari iam creditur aut retrocedere supputatur37). Les facultés christologiques de l’empereur sont entérinées38 ainsi que le rôle messianique de Baptiste et la charge de conseiller que Dante s’octroie. Comme Curion incitait César à franchir le Rubicon et Mercure blâmait Énée pour ses tergiversations, comme les prophètes semonçaient les rois d’Israël pour leurs péchés39, de même Dante exhorte Henri à ne pas s’attarder, mais, nouveau David, à abattre ce moderne Goliath qu’est Florence pour délivrer l’Italie-Israël et pour offrir aux exilés babyloniens la réintégration dans la cité en tant que cives et respirantes in pacem. L’épilogue de l’épître VII réaffirme ainsi deux points essentiels et constants : le premier, qui n’est pas une nouveauté, mais qui conclut l’argumentaire sur la notion de paix amorcée dans l’épître I, débouche sur la certitude de la nécessité de la concorde pour que les cités et les citoyens puissent s’exprimer. Et si dans l’épître I cet apaisement semblait découler de la volonté même des Florentins, avec les limites que l’on a tracées, dans les épîtres impériales cette volonté s’avérant absente, c’est à l’empereur qu’échoit la fonction de l’imposer. En second lieu, l’apologie de l’Empire et la ferme conviction de sa nécessité politique ne nient en rien l’évidence tout aussi ferme des entités communales que Dante ne nie point, du moment où son aspiration majeure est justement celle d’être réintégré à Florence en tant que citoyen, ni de l’Italie avec les limites précisées. Cependant, face aux luttes internes et externes qu’elles se livrent, la seule possibilité pour les cités d’exister paisiblement réside à l’intérieur de la structure impériale.

22L’évolution de la pensée politique de Dante démontre donc le rôle crucial de l’argumentaire historique, seul capable, selon la logique de son époque, de justifier des innovations théoriques, concrétisées par une nouvelle idée de l’Empire. Dante a une vision très précise de la réalité historique dans laquelle il vit, et qui le met à l’abri, semble-t-il, d’une simple caractérisation comme passéiste. Au contraire, son élaboration est prodromique de la modernité politique. L’Empire a sa place dans une réalité constituée par les cités et les royaumes qui sont bien intégrés dans le modèle élaboré par Dante. D’une grande modernité aussi est la division des deux pouvoirs, fût-elle dans la conception strictement spirituelle de l’époque. C’est une vision politique qui, bien qu’elle n’ait pas été confirmée par la suite des événements, n’en était pas moins concevable.

23Ainsi donc, ces missives, attestations de la difficulté des contingences historiques, témoignaient, pareillement, tant de la mobilisation totale du poète florentin, qui met sa pensée au service de l’action militante, que de son évolution existentielle et auctoriale. À la recherche constante d’un nouveau statut intellectuel et civil dont l’exil l’a privé, Dante passe du rôle « engagé » de guelfe blanc au désengagement de la « compagnia malvagia e scempia » pour, finalement, se forger un nouvel engagement, cette fois en tant que représentant de l’humanité et prophète.

Notes

1 Alighieri Dante, Convivio, éd. C. Vasoli et D. de Robertis, dans Alighieri Dante, Opere minori, vol. V, t. I/2, Milano-Napoli, Ricciardi, 1988 ; « disputations des philosophants » : cf. Convivio II, xii, 7, p. 205-210. La traduction des passages de Dante est d’A. Pézard, Alighieri Dante, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1965.

2 Alighieri Dante, Epistole, Egloghe, Questio de aqua et terra, dans Alighieri Dante, Opere minori, vol. III, t. II, éd. A. Frugoni, G. Brugnoli, E. Cecchini et F. Mazzoni, Milano-Napoli, Ricciardi, 1989, indiqué désormais par l’abréviation Epist. Voir aussi Pistelli E., Epistole, dans Alighieri Dante, Le opere di Dante : testo critico della Società Dantesca italiana, éd. M. Barbi, E. G. Parodi, F. Pellegrini, E. Pistelli, Firenze, 1921, p. 381-415 ; Alighieri Dante, Monarchia. Epistole politiche, intr. F. Mazzoni, Torino, Eri, 1966.

3 Le recueil tel que nous le connaissons est l’œuvre de E. Pistelli, 1921, p. 381-415 (cf. n. 2).

4 Epist. I, [2], 6, p. 524 : « [Car le fer aigu de nos vœux, comme il est légitime, décoché par le nerf que nous bandions] ne visait, ne vise et ne visera dorénavant qu’au repos et à la liberté du peuple florentin » ; en plus de l’espoir que l’envoyé papal puisse « baigner de reposante paix et concorde cette Florence si longtemps tourmentée » (illam diu exagitatam Florentiam sopore tranquillitatis et pacis irrigare [4], 9, p. 526 ; trad. Pézard, [éd. cit., n. 1], p. 745).

5 Epist. I, [1], 2, p. 522 : Preceptis salutaribus moniti et Apostolica pietate rogati, sacre vocis contextui, quem misistis post cara nobis consilia, respondemus. Et si negligentie sontes aut ignavie censeremur ob iniuriam tarditatis, citra iudicium discretio sancta vestra preponderet (« Avertis par vos salutaires leçons et requis par la piété apostolique, nous répondons au message de votre sainte voix, lequel vous avez envoyé à la suite de conseils qui nous sont chers. Et fussions-nous tenus pour coupables de négligence ou lâcheté de cœur à cause d’un retard injurieux, votre saint discernement ferait pencher la balance en deçà de toute condamnation », Pézard, p. 743-744).

6 Effectivement cette dissension, bien tangible, se concrétisera peu après, à la suite de la mission de Niccolò, lorsque Dante s’éloignera de « la compagnia malvagia e scempia » (Paradis XVII, 61-69, p. 764). Pour la Comédie nous avons suivi l’édition suivante : Alighieri Dante, La Divina Commedia, éd. Scartezzini et Vandelli, Milano, Hoepli, 2006 (1re éd. 1989).

7 Epist. I, [2], 5, p. 524 : Et ad quid aliud in civile bellum corruimus, quid aliud candida nostra signa petebant, et ad quid aliud enses et tela nostra rubebant, nisi ut qui civilia iura temeraria voluptate truncaverant et iugo pie legis colla submitterent et ad pacem patrie cogerentur ? (« Et pour quelle autre cause nous sommes-nous jetés dans la guerre civile ? Que cherchaient d’autre nos blanches bannières ? Au nom de quoi d’autre rougeoyaient nos épées et nos traits ? Sinon que tous ceux-là qui prenaient une joie enragée à détruire les droits de la cité, missent enfin leur col sous le joug de la loi d’amour, contraints à la paix de la patrie », trad. Pézard, p. 744-745, modifiée pour le passage ad quid aliud enses […] rubebant).

8 Epist. I, [3], 8, p. 524 : « nos filii devotissimi vobis et pacis amatores et iusti, exuti iam gladiis, arbitrio vestro spontanea et sincera voluntate subimus (« vos fils très dévots et amants de paix et justice, déposant nos glaives désormais, nous nous soumettons d’un libre et sincère vouloir à votre bon plaisir », Pézard, p. 745) ; [4], 9, p. 526 : qui velut a patrie caritate nunquam destitimus, sic de preceptorum vestrorum limitibus nunquam exorbitare intendimus, sed semper tam debite quam devote quibuscunque vestris obedire mandatis (« car de même que jamais ne s’est relâché notre amour de la patrie, de même nous entendons ne jamais nous dévoyer hors des bornes de vos préceptes, ains toujours obéir à vos commandements quels qu’ils soient, aussi dévotement comme il se doit », Pézard, p. 745-746).

9 Alighieri Dante, Monarchia, dans Alighieri Dante, Opere minori, vol. III, t. I, éd. P. V. Mengaldo et B. Nardi, Milano-Napoli, Ricciardi, 1996 (1re éd. 1979). Voir aussi Alighieri Dante, Monarchia. Epistole politiche, intr. F. Mazzoni, Torino, Eri, 1966 ; Alighieri Dante, Monarchia, éd. P. Shaw, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Alighieri Dante, Monarchia : Lateinisch-Deutsch Studienausgabe, trad. et comm. R. Imbach et C. Flüeler, Stuttgart, 1989 ; Dante’s « Monarchia », trad. et comm. R. Kay, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1998. La date de composition du traité est très controversée : trois principaux postulats ont été avancés. Bruno Nardi (B. Nardi, 1967, p. 256-257, en particulier p. 215-175 et 276-310) penche pour une hypothèse « haute » (1307-1308). À une hypothèse « intermédiaire », et contemporaine de la dernière année de l’expédition d’Henri (1312-1313 environ), se conforment les opinions de Michele Maccarrone et de Gustavo Vinay (Maccarrone, 1955, p. 5-142 ; Vinay, 1962). Pier Giorgio Ricci, en premier, propose, au contraire, une datation « basse » (1317-1318) qui coïncide avec la controverse qui a éclaté entre Jean XXII et les vicaires nommés par Henri et déclarés déchus par le pape, Passerino Bonaccolsi et Cangrande della Scala (Alighieri Dante, Monarchia, éd. P. G. Ricci, Milano, Mondadori, 1965 ; Ricci P. G., s. v. « Monarchia », 1984 (1re éd. 1979), p. 993-1004, notamment p. 1001). Les savants qui se sont occupés de la problématique au cours de ces cinquante dernières années ont presque tous penché pour cette solution « basse » (cf. Mazzoni, 1966 ; Imbach, 1989 ; Shaw, 1995 ; Kay, 1998 ; Padoan, 1999 ; Cassell, 2004). Pour notre part, nous sommes convaincu que la Monarchie naît du climat d’espoir que l’élection d’Henri VII et sa décision d’entreprendre une expédition italienne avaient suscité et de la volonté du poète florentin de trouver une solution pacifique et équilibrée aux controverses des deux pouvoirs. Dans cette perspective nous considérons comme tout à fait plausible une datation dans la période qui précède immédiatement l’expédition (1309) ou au cours de ses premières années (1310-1311) ; dans tous les cas plus proche de la conception des épîtres V, VI, VII.

10 Epist. VI, [1], 2-3, p. 550 : Eterni pia providentia Regis, qui dum celestia sua bonitate perpetuat, infera nostra despiciendo non deserit, sacrosancto Romanorum Imperio res humanas disposuit gubernandas, ut sub tanti serenitate presidii genus mortale quiesceret, et ubique, natura poscente, civiliter degeretur. Hoc etsi divinis comprobatur elogiis, hoc etsi solius podio rationis innixa contestatur antiquitas, non leviter tamen veritati applaudit (« La miséricordieuse providence du Roi éternel qui, tout en donnant, par sa bonté, l’être perpétuel aux choses célestes, n’abandonne point notre vie d’ici-bas qu’il ne saurait mépriser, disposa que les affaires humaines seraient gouvernées par le sacro-saint empire des Romains, pour que sous la sérénité d’une si haute garde le genre humain fût en repos et qu’en tous lieux, selon ce que requiert nature, l’on vécût civilement. Cela certes est prouvé par la parole divine, et certes l’antiquité l’atteste d’accord avec icelle en se fondant sur les assises de la seule raison : cependant les faits applaudissent non faiblement à cette vérité », Pézard, p. 759-760).

11 Epist. V, 1, p. 540 : « À tout et à chacun des rois d’Italie et des sénateurs de la sainte ville et mêmement aux ducs, marquis, comtes et peuples » (Pézard, p. 752).

12 Ibid. : « l’humble italien Dante Alagier, florentin et exilé contre mérite […] demande qu’ils fassent paix » (Pézard, p. 752).

13 Cf. Epist. V, [1], 3, 4, p. 540 ; [5], 15, 17, p. 544 ; ou encore dans l’épître à Henri VII, Epist. VII, [1], 4, 5, p. 562 ; [2], 9, p. 564.

14 Alighieri Dante, De Vulgari Eloquentia, éd. P. V. Mengaldo, dans Alighieri Dante, Opere minori, vol. III, t. I, Milano-Napoli, Ricciardi, 1995 ; cf. De Vulgari Eloquentia 1, x, 5, p. 88.

15 De Vulgari Eloquentia, 1, viii, 6, p. 68.

16 « en tant que nous agissons comme hommes latins, nous avons certains signes très simples dans les us et coutumes et les formes du langage, selon quoi sont pesées et mesurées les actions italiennes. Et justement dans ce que nous appelons actions italiennes, les signes les plus nobles ne sont le propre d’aucune cité d’Italie, mais ils sont communs à toutes » (Pézard, p. 586).

17 Convivio, IV, xiii, 13, p. 684 : « i Latini e dalla parte di Po e dalla parte di Tevere ! ». Enfer, XXII, 65, p. 178 : « Lo duca dunque : « “Or dì : de li altri rii/conosci tu alcun che sia latino/sotto la pece ?” », cf. aussi Enfer, XXVII, 27, p. 221, 33, p. 222 ; XXVIII, 71, p. 233 ; XXIX, 88, p. 243, 91, p. 244 ; Purgatoire, VII, 16, p. 355 ; XI, 58, p. 394 ; XIII, 92, p. 413.

18 Convivio, IV, xxviii, 8, p. 866-867 : « lo nobilissimo nostro latino Guido montefeltrano ».

19 « Car bien qu’une cour, prise au sens de cour assemblée, comme la cour du roi d’Allemagne, n’existe pas en Italie, les membres d’une cour, néanmoins, ne font pas faute ; et de même les membres de celle-là sont assemblés par un même prince, de même les membres de celle-ci sont assemblés par la grâce d’une lumière de raison. Adonc, il serait infidèle de dire que les Italiens ont faute de cour royale, encore que nous ayons faute de roi ; car la cour, nous l’avons, bien qu’en son corps elle soit éparse » (Pézard, p. 589).

20 La notion d’« Italie » revient toujours dans l’épître V ([2], 5, p. 540-542 : Letare iam nunc miseranda Ytalia etiam Saracenis (« Réjouis-toi désormais, Italie, naguère digne d’être plainte par les Sarrasins mêmes », Pézard, p. 753) ou encore dans l’épître VI [1], 3, p. 550 : Ytalia misera, sola, privatis arbitriis derelicta omnique publico moderamine destituta (« et la misérable Italie alors, laissée seule aux prises avec les arbitraires privés, dépourvue de toute gouverne publique », Pézard, p. 760), où son déplorable état est attribué à l’arrogance et à la cupidité de Florence, contre laquelle est lancée l’invective.

21 Cf. Monarchia III, iv, 15, p. 452.

22 Epist. VI, [1], 3, p. 550 : « puisqu’on voit le monde se fourvoyer quand le trône d’Auguste est vide ; et sommeiller le nocher et les rameurs dans la nacelle de Pierre ; et la misérable Italie alors, laissée seule aux prises avec les arbitraires privés, dépourvue de toute gouverne publique, est par les flots et le vent frappée de tels assauts, que de longs contes n’en viendraient pas à bout ; et c’est tout juste si, à force de larmes, les malheureux Italiens peuvent mesurer leur malheur » (Pézard, p. 760).

23 Epist. V, [4], 11, p. 542 ; [5], 16-17, p. 544 ; [7], 22, p. 546.

24 Epist. V, [2], 5, p. 540-542.

25 Virgile, Énéide IV, 118-119, CUF, 1961, p. 114 : [...] ubi primos crastinus ortus/Extulerit Titan radiisque retexerit orbem, « dès que le Soleil se lèvera/et que ses rayons dégageront l’univers de son voile d’ombre ». Cf. Epist. VII, [1], 5, p. 562-654.

26 Epist. V, [10], 29, p. 548 : Non igitur ambuletis sicut et gentes ambulant in vanitate sensus tenebris obscurati ; sed aperite oculos mentis vestre, ac videte quoniam regem nobis celi ac terre Dominus ordinavit (« Adonc ne cheminez point comme les gentils cheminent dans la vanité de leurs sens aveuglés par les ténèbres ; mais ouvrez les yeux de votre esprit, et comprenez qu’un roi est le destin qu’ordonna pour nous le Seigneur du ciel et de la terre », Pézard, p. 759).

27 Epist. VI, [3], 12, p. 554 : « Ô compagnons d’accord pour vous perdre, aveugles d’une étrange convoitise » (Pézard, p. 762) ; [5], 22, p. 558 : « Et parce que vous êtes aveugles, vous ne prenez point garde à la toute-puissante convoitise » (Pézard, p. 765) ; ibid., 21, p. 556 : « Ha, les plus vains de tous les Toscans, insensés par nature et non moins insensés par vice ! Vous ne percevez pas, gent ignare, vous n’imaginez même pas dans les ténèbres de votre nuit à quel point se fourvoie votre esprit […] » (Pézard, p. 764).

28 Epist. VI, [2], 8, p. 552 : « pourquoi imitant les Babyloniens, abandonnez-vous le pieux empire et tentez-vous de bâtir de nouveaux règnes, comme si le vivre civil de Rome était une chose, et celui de Florence une autre ? » (Pézard, p. 761).

29 Epist. V, [1], 4, p. 540 ; [2], 6, p. 542 ; [5], 16, 17, p. 544 ; [10], 28, p. 548.

30 Epist. VII, [2], 10, p. 564.

31 Epist. V, [5], 17, p. 544 : « Celui d’où jaillissent, comme deux veines d’eau nées d’un même point, la puissance de Pierre et la puissance de César ».

32 Cf. Monarchia, III, xi, 10-11, p. 484-486 et Monarchia, III, xii, 3, p. 486-488.

33 Epist. V, [10], 30, p. 548 : « Il est celui que Pierre, vicaire de Dieu, nous semond d’honorer ; celui que Clément, présentement successeur de Pierre, éclaire des lumières de son apostolique bénédiction, en sorte que là où le rayonnement spirituel n’entre point assez, le rayonnement du flambeau vienne apporter sa clarté » (Pézard, p. 759).

34 Epist. VI, [4], 15-16, p. 554-556.

35 Epist. VI, [4], 17, p. 556 : « Et si mon esprit inspiré ne s’abuse pas, présageant à signes véridiques et arguments irréfutables ce que machine déjà l’avenir, vous verrez à travers vos larmes la ville, brisée par un long deuil, passer finalement aux mains des étrangères, la plupart d’entre vous exterminés par le massacre ou l’emprisonnement » (Pézard, p. 763).

36 Epist. V, [8], 25, p. 546 : « Dans nos œuvres, en effet, ce n’est pas toujours nous qui ouvrons, ains plus d’un coup sommes-nous les outils de Dieu » (Pézard, p. 758).

37 Epist. VII, [5], 18, p. 568 : « à l’heure où se couchera le soleil encore à son lever » (Pézard, p. 770) ; [1], 5, p. 562-564 : « et comme au ciel se lève le Titan désiré » (Pézard, p. 767) ; [2], 7, p. 564 : « [notre soleil] déjà semble s’attarder, voire […] reculer » (Pézard, p. 768).

38 Epist. VII, [2], 10, p. 564 : Tunc exultavit in te spiritus meus, cum tacitus dixi mecum : « Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccata mundi » (« Alors exulta mon esprit dans la joie de ta présence, et silencieux je m’écriai en moi-même : “Voici l’agneau du Seigneur, voici celui qui ôte les péchés du monde” », Pézard, p. 768). Rappelons que le Christ avait été salué de cette formule par Jean-Baptiste. Deux textes des Évangiles sont ici mis à contribution (Luca, I, 47 et Iohannes, I, 29) ; pour l’image de l’agnus Dei, cf. Marietti, 2003, p. 435-444 et en particulier p. 442-444.

39 Epist. VII, [4], 16, p. 566.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search