Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre V. L’épistolier et sa propre histoire

Préoccupations familiales et stratégies dynastiques dans la correspondance d’Auguste

Ida Gilda Mastrorosa

Texte intégral

  • 1 Éditions modernes de la correspondance d’Auguste : Malcovati H. éd., Imperatoris Caesaris Augusti o (...)

1Parmi les nombreuses interventions épistolaires d’Auguste transmises de façon plus ou moins fragmentaire ou, en tout cas, attestées par différentes sources de la tradition ancienne, autant littéraires qu’épigraphiques, outre les documents à des fins plus clairement institutionnelles, classés dans les éditions modernes1 comme epistulae ad res publicas pertinentes, figurent les epistulae ad res privatas pertinentes.

2Les premières, adressées à partir de la moitié des années cinquante à des personnages comme Cicéron, Sextus Pompée, Marc Antoine ou encore à des concitoyens, à l’armée, aux habitants de diverses communautés jusqu’au sénat, sont très utiles pour mettre en évidence de multiples aspects de la ligne adoptée par Octavien-Auguste, pendant une longue période, sur des questions de caractère public. Les secondes, envoyées à des membres de sa famille, des amis, des représentants de la culture comme Virgile, Horace, Mécène et Atticus, outre des indications de type varié sur la quotidienneté des relations et des intérêts d’Auguste, offrent des données significatives pour reconstruire ses actes dans un contexte qui paraît souvent dépasser le domaine privé.

  • 2 Pour l’analyse et l’évaluation de l’épistolaire d’Auguste, outre Bourne, 1918, parmi les jugements (...)

3Analysées par la critique à plusieurs reprises, encore récemment2, les epistulae ad res privatas pertinentes ont été fréquemment considérées comme des documents utiles pour dégager, soit les usages d’Auguste sur le plan linguistique et stylistique en tant qu’écrivain, soit un portrait plus net du père et du mari. Cette approche reflète en partie les facteurs d’intérêt qui ont guidé les sources dans la sélection des extraits qui peuvent être transmis ou cités dans des contextes de type varié, mais qui, en général, appartiennent au genre biographique, antiquaire ou grammatical. De leur nature – il faut le souligner – dépendent évidemment, sur le plan général, soit la structure du corpus épistolaire d’Auguste reconstruit dans les éditions dont nous disposons actuellement, soit les contenus attestés, plus spécifiquement, dans les missives de caractère prétendument privé.

  • 3 Cf. Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, 7, 3, éd. et trad. R. Marache, Paris, CUF, 1989, t. III, p. 155  (...)
  • 4 Cf. Suétone, Auguste 71, 4, dans Suétone, Vies des douze Césars, éd. et trad. H. Ailloud, Paris, CU (...)

4Au-delà des limites imposées par l’action de filtre exercée par les sources anciennes, il faut tout d’abord tenir compte des problèmes liés à la possibilité de postuler avec certitude l’existence d’une anthologie épistolaire, de type privé par ses contenus et ses destinataires, à caractère plus ou moins officiel, et d’en imaginer l’articulation. Bien que le témoignage offert par Aulu-Gelle dans un passage du XVe livre des Nuits Attiques, où il soutient avoir lu le livre des épîtres du diuus Augustus écrites à son neveu Gaius3, permette de supposer à la fois la conservation d’un corpus de missives privées publié plus ou moins partiellement et la subdivision en fonction des destinataires, la consistance originaire effective reste aujourd’hui difficilement évaluable – vu aussi que Suétone, bien qu’il constitue l’une des sources les plus riches de références aux lettres d’Auguste de type privé et qu’il affirme, dans certains cas, avoir consulté les autographes4, ne fournit aucune information sur leur assemblage en un recueil unitaire.

  • 5 Cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle XIII, 26, 83, éd. et trad. A. Ernout, Paris, CUF, 1956, p. 4 (...)

5En essayant de concilier de telles données incertaines et de tenir compte aussi de sources ultérieures qui attestent l’accès de visu aux originaux, comme Pline l’Ancien et Quintilien5, on a enregistré diverses solutions interprétatives, si bien que certains spécialistes ont émis l’hypothèse d’une publication advenue en entier de tout le corpus épistolaire d’Auguste de contenu privé, alors que d’autres ont soutenu que Suétone, grâce à ses fonctions de chancellerie à la cour impériale du temps d’Hadrien, avait pu confronter les textes des lettres d’Auguste publiées et en circulation avec ceux des lettres qu’il avait trouvées dans les archives impériales.

  • 6 Sur la signification attribuée par les spécialistes modernes à cette formule, analysée dans de nomb (...)

6Malgré la difficulté de tirer définitivement au clair les problèmes d’édition de la correspondance privée du prince et d’en préfigurer les contenus d’ensemble au-delà des limites imposées par les critères de sélection choisis par les Anciens selon leurs fins et leurs intérêts thématiques, la valeur documentaire des lettres d’Auguste demeure indéniable, non seulement du point de vue strictement biographique, mais surtout – à mon avis – dans une perspective historico-institutionnelle. Ainsi certaines d’entre elles, au-delà de leur classification comme epistulae ad res publicas ou ad res privatas pertinentes, méritent-elles d’être réexaminées en même temps que les documents de nature épistolaire comme les codicilli, à savoir des billets et libelli des notes officielles : l’intention est de vérifier si, avec les suggestions et les conseils donnés par le prince à différents membres de sa famille, certainement utiles pour mieux comprendre le caractère et l’émotivité du plus célèbre pater familias de l’époque, on peut saisir les échos de préoccupations et de stratégies de nature dynastique. Autrement dit, il s’agit de comprendre si, au-delà de la chronique de moments de la vie familiale quotidienne, des lettres écrites selon la tradition par le prince émergent des traces d’une attention spéciale et croissante envers les comportements des membres de la domus Augusta6, dictée non seulement par des raisons affectives, mais surtout par les exigences de succession présentées de façon souvent partielle et peu objective par les sources de l’historiographie contemporaine ou immédiatement postérieure.

  • 7 Cf. Suétone, Auguste 64, 3, éd. cit., p. 114.
  • 8 Cf. Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, 7, 3, éd. cit., p. 156 : Deos autem oro ut mihi quantucumque sup (...)

7En suivant l’ordre chronologique, signalons tout de suite quelques épîtres utiles pour saisir le lien particulier qui unissait Auguste à ses petitsenfants, nés du mariage célébré en 21 av. J.-C. entre sa fille Julie et Agrippa, à savoir Gaius et Lucius, adoptés tous les deux par le prince dès leur plus tendre enfance, en 17 av. J.-C., d’après les informations tirées des Res gestae 14, 1 et d’un passage de la Vie du prince par Suétone7. Auguste était plus particulièrement lié au premier des deux, auquel conduit explicitement le témoignage transmis par le passage déjà évoqué du XVe livre des Nuits Attiques d’Aulu-Gelle. D’après ce dernier, le 23 septembre de l’an 1 ap. J.-C., date résultant de l’indication du jour et du mois placée en tête du document et de la référence dans le texte au 64e anniversaire du prince, Auguste aurait écrit à Gaius, alors engagé dans une opération militaire en Orient contre les Parthes, une lettre inspirée non seulement par des sentiments affectueux, mais encore par le souhait de pouvoir vivre pendant les années à venir dans un État très bien géré, de voir ses petits-fils agir avec succès et prendre sa place dans la gestion des institutions8. Au-delà du ton familier utilisé par le souverain désormais âgé, il faut souligner le ton préoccupé et l’investiture politique présents dans les affirmations finales, dont l’importance ne peut être pleinement saisie que si l’on tient compte, d’une part, des reconnaissances déjà accordées à Gaius les années précédentes et, d’autre part, du cadre politique global durant le quinquennat précédant immédiatement l’an I av. J.-C., au cours duquel sur les possibilités de succession du prince et de son frère, appuyées chaleureusement par Auguste, dut peser, outre les manifestations de désaccord de leur beau-père Tibère, la menace de complots ourdis avec la contribution de leur mère Julie.

  • 9 Cf. Res gestae 14, 1, dans Res gestae diui Augusti, Hauts faits du divin Auguste, éd. et trad. J. S (...)
  • 10 Cf. Tacite, Annales I, 3, 2, dans Tacite, Annales, livres I-III, éd. et trad. P. Wuilleumier, rév. (...)
  • 11 Voir Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 35, 4, dans Dionis Cassii Cocceiani Historia romana, éd. I (...)

8Quant au premier aspect, rappelons que l’ascension de Gaius avait déjà commencé en 6 av. J.-C. quand, d’après un témoignage tiré des Res gestae9, le jeune homme, âgé de 15 ans à peine, avait été désigné, selon la volonté du Sénat, pour la charge de consul à exercer un quinquennat plus tard. De la même manière, le même honneur avait été concédé en 2 av. J.-C. à son frère Lucius, qui, cependant, à la différence de Gaius devenu effectivement consul en 1 av. J.-C., ne put pas accéder au consulat pour cause de décès en 2 ap. J.-C. La consolidation de la position des deux jeunes gens sur la scène publique avec leurs deductiones in forum, respectivement de l’an 5 et de l’an 2 av. J.-C., patronnées par le Sénat selon l’information publique officielle, mais probablement voulues avec détermination par leur grand-père (comme il émerge d’un passage du Ier livre des Annales de Tacite, qui en souligne les manèges pour la désignation au consulat10), ne dut pas être accueillie de bon gré par leur beau-père, Tibère. Ce dernier, fils du premier lit de Livie, avait, en 11 av. J.-C., épousé la mère de Gaius et Lucius, Julie, après la mort de son deuxième mari Agrippa en mars de l’année précédente11.

  • 12 Cf. Velleius Paterculus II, 99, 1, dans Velleius Paterculus, Histoire romaine, t. II, Livre II, éd. (...)

9Bien qu’on lui eût conféré de nombreux honneurs dès son jeune âge, comme le remarquent Velleius Paterculus et Tacite12, et qu’en 6 av. J.-C.

  • 13 Cf. Suétone, Auguste 27, 10, éd. cit., p. 85, et en général Res gestae 6, 2, éd. cit., p. 8.
  • 14 On peut confronter Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 99, 2, éd. cit., p. 104 (mira quadam e (...)
  • 15 Cf. Tacite, Annales I, 4, 5, éd. cit., p. 8.

10Auguste l’eût choisi comme adjoint à la tribunicia potestas pour un quinquennat13, Tibère préféra se transférer la même année à Rhodes, où il resta jusqu’en 2 ap. J.-C. Quant aux raisons d’une telle retraite dans la vie privée, le choix en aurait été officiellement dicté par le désir de ne pas gêner l’ascension politique de ses deux beaux-fils, et surtout de ne pas rivaliser avec Gaius, selon la tradition recueillie très positivement par Velleius et plus synthétiquement par Suétone14. Nous apprenons toutefois par Tacite que ce fut une période passée parmi les ressentiments, l’hypocrisie et la préoccupation de devoir ensuite se soumettre au caractère impérieux de sa mère et d’obéir à deux adulescentuli capables alors de peser sur l’État et ensuite de le ruiner (seruiendum feminae duobusque insuper adulescentibus qui rem publicam interim premant quandoque distrahant15).

  • 16 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 100, 3-5, éd. cit., p. 105-106.
  • 17 Sur cet épisode, outre Pani, 1979, p. 40 s., Raaflaub et Samons II, 1990, p. 428-430, ainsi que Pan (...)
  • 18 Cf. Dion Cassius, Histoire romaine LV, 10, 12-14, éd. cit., p. 179.
  • 19 Cf. Suétone, Auguste 65, 4, éd. cit., p. 115.
  • 20 Cf. Macrobe, Saturnales II, 5, 6 dans Ambrosii Theodosii Macrobii Saturnalia, éd. I. Willis, Lipsia (...)
  • 21 Sur la fin de Julie, cf. Tacite, Annales, I, 53, 1, éd. cit., p. 48-49 ; Suétone, Auguste 65, 6-7, (...)
  • 22 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 100, 4, éd. cit., p. 105 ; Tacite, Annales I, 10, 4, (...)

11Bien au-delà de la désapprobation de Tibère, Auguste dut cependant juger plus sérieusement menacés ses projets de succession en faveur de ses petits-fils en 2 av. J.-C. si – comme on l’estime aujourd’hui – derrière l’amplification sensationnelle du scandale qui impliqua sa fille Julie, accusée d’adultère avec divers personnages de rang consulaire16, il y avait la nécessité de réprimer un complot de nature politique17. Profondément irrité par le comportement de Julie, comme il ressort plus tard aussi de Dion Cassius18, Auguste fit en sorte de la dénoncer en envoyant au Sénat par un questeur une note officielle mentionnée par Suétone19, c’est-à-dire un libellus qui, élément significatif de la correspondance du prince, conservé évidemment à la chancellerie impériale, montre sa détermination rigoureuse à poursuivre publiquement la conduite immorale de sa fille. Ayant déjà censuré en privé ses agissements par des interventions de type épistolaire20 adressées directement à elle ou à ceux qui la fréquentaient, tel l’orateur Lucius Vinicius, blâmé pour lui avoir irrespectueusement rendu visite en personne à Baïes, en l’an 2 av. J.-C., Auguste préféra choisir une voie plus drastique en infligeant la relegatio à Julie, envoyée d’abord à l’île de Pandateria, puis transférée à Rhegium21. L’épisode valut en outre l’exil à plusieurs de ses amants, de rang consulaire, et causa en particulier la fin sanglante de l’un d’entre eux, Iullus Antonius, mort par suicide selon Velleius Paterculus, ou assassiné en punition de l’adultère selon Tacite et Dion Cassius. D’après ce dernier, l’homme, fils du triumvir Marc Antoine, aurait en réalité été condamné car on le soupçonnait d’avoir noué une relation avec Julie afin de renverser la monarchie22. Face à un tel témoignage, il est plausible que derrière toute cette affaire se cache un mobile politique, à savoir non seulement le besoin d’Auguste de frapper publiquement l’immoralité de sa fille, mais encore celui de réprimer les intentions de ceux qui, avec elle, étaient supposés constituer une factio désireuse d’instaurer un nouveau modèle autocratique d’inspiration populaire et de type oriental, contre les projets de succession déjà conçus par le prince.

  • 23 Cf. Tacite, Annales I, 3, 2, éd. cit., p. 6 (voir supra n. 10).

12Dans le climat de rupture et de suspicion qui dut s’instaurer à la suite des faits de l’an 2 av. J.-C., nous estimons que le souhait d’Auguste, formulé à la fin de sa lettre de l’an I ap. J.-C., reflète l’espoir de ne pas devoir assister prochainement à d’ultérieurs attentats à la stabilité de la res publica et de la voir définitivement confiée à Gaius et Lucius, qui venaient de se distinguer dans des initiatives de caractère militaire. Notons, à ce propos, qu’une lettre privée semble nous offrir les traces de stratégies dynastiques de la part d’un souverain probablement contraint les années précédentes à dissimuler en partie ses propres plans, vu ce que nous lisons dans le passage déjà évoqué du 1er livre des Annales de Tacite23 selon lequel, avant même que Gaius et Lucius ne déposent la toge prétexte des adolescents, Auguste avait ardemment désiré qu’ils reçoivent le titre de principes iuuentutis et soient destinés au consulat, tout en prétendant le contraire. Nous trouvons la confirmation de ce dernier fait dans la version officielle des Res gestae 14, où l’on préfère (certainement pas par hasard) attribuer au Sénat et au Peuple Romain – comme nous l’avons vu – la décision de désigner respectivement en 6 et en 2 av. J.-C. les deux jeunes gens au consulat pour le quinquennat suivant.

  • 24 Cf. Suétone, De uiris illustribus, frg. 107, dans C. Suetonii Tranquilli praeter Caesarum libros re (...)

13Dans le contexte politique agité par les menaces récentes surgies en 2 av. J.-C., nous pouvons ranger une autre lettre adressée de façon vague ad filium, selon la référence d’un passage attribué au De uiris illustribus de Suétone, ensuite repris par Isidore de Séville, qui en rapporte le contenu24. D’un tel document, probablement destiné, non pas à Tibère, désigné en général dans les sources comme priuignus, mais plutôt à l’un des deux petits-fils adoptés comme filii avec l’ex-gendre et aussi fils de Livie, et plus vraisemblablement adressé au bien-aimé Gaius, nous apprenons qu’Auguste aurait exhorté son interlocuteur à se tenir informé secrètement, avec son frère, des événements en cours, en suggérant en particulier le recours à un langage chiffré.

  • 25 Voir Suétone, Auguste 88, 3, éd. cit., p. 134, et Dion Cassius, Histoire romaine LI, 3, 7, éd. cit. (...)
  • 26 Cf. Corpus Inscriptionum Latinarum XI, 1421 = Inscriptiones Latinae Selectae 140 = Inscriptiones It (...)

14Malgré les incertitudes de classement chronologique des éditeurs et des spécialistes, il semble vraisemblable que le princeps, habitué à utiliser une écriture chiffrée d’après les témoignages tirés de Suétone et Dion Cassius25, ait invité son petit-fils Gaius à se montrer plus prudent dans ses communications avec lui, surtout à la suite des récents événements suspects. Je n’exclurais pas que cette lettre puisse remonter à la période qui suit la mort de son frère Lucius, survenue en 2 ap. J.-C., et surtout, plus spécifiquement, qu’elle soit attribuable aux deux années suivantes, évidemment avant la mort de Gaius lui-même. Celle-ci survint à Lymira, en Syrie, le 21 février de l’an IV ap. J.-C. selon la documentation épigraphique, à la suite des blessures dues à une chute, comme il ressort de la reconstruction postérieure de Dion Cassius26.

  • 27 Voir Suétone, Auguste 93, 2, éd. cit., p. 137 ; Orose, Histoires (contre les Païens) VII, 3, 5, éd. (...)
  • 28 Voir Suétone, Auguste 76, 4, éd. cit., p. 126.
  • 29 Cf. Quintilien, Institution oratoire I, 6, 19, éd. cit., p. 110.

15Outre les espoirs et les préoccupations pour l’avenir du jeune Gaius, probablement reflétés par l’invitation d’Auguste à être prudent dans sa correspondance avec lui – invitation qu’on peut lire dans la lettre adressée ad filium en 2 av. J.-C. citée ci-dessus –, d’ultérieures attestations de nature épistolaire permettent de comprendre avec quel intérêt l’empereur suivait les initiatives de son petit-fils en évaluant sa conduite sous plusieurs aspects. Significative à ce propos est une information rapportée par Suétone, reprise ensuite par Orose27, d’après laquelle le prince aurait exprimé une appréciation enthousiaste du choix de Gaius de ne pas s’arrêter pour prier au temple de Jérusalem à l’occasion de son passage en Judée. Considéré par certains comme d’origine épistolaire, à partir d’une confrontation avec d’ultérieurs fragments épistolaires rapportés par la source du même passage, ce témoignage – au-delà de la possibilité d’assigner avec certitude son origine à une missive – fait apparaître à l’égard du culte hébraïque une attitude critique proche de celle d’une autre lettre attribuée à Auguste par Suétone28. Dans cette dernière, adressée à Tibère, le prince fait ironiquement profession d’observance de la pratique hébraïque du jeûne le samedi. Outre la possibilité d’y voir des indications anti-hébraïques, il n’y a aucun doute que l’éloge décerné à Gaius pour s’être soustrait aux pratiques cultuelles dans le temple de Jérusalem manifeste la volonté d’Auguste d’exprimer son soutien à ses choix. Également utile pour saisir l’intérêt et l’attention réservés à Gaius est ce que nous lisons dans un passage de Quintilien29 à propos de l’invitation à s’exprimer de la meilleure manière, en évitant des formes linguistiques affectées, de la part du prince à l’adresse de son petit-fils préféré.

  • 30 Pour cet aspect, cf. par exemple Tacite, Dialogue des orateurs 28, 4-5, éd. et trad. H. Goelzer et (...)
  • 31 Cf. Suétone, Auguste 64, 5, éd. cit., p. 115 : Nepotes et litteras et notare aliaque rudimenta per (...)
  • 32 Cf. Suétone, Auguste 86, 6, éd. cit., p. 133.
  • 33 Cf. Suétone, Caligula 8, 9, dans Suétone, Vies des douze Césars, t. II, éd. cit. (voir supra n. 11) (...)
  • 34 Voir Sénèque le Père, Controverses IX, 4, 17 ; 19 ; 20, dans The Elder Seneca Declamations, éd. M. (...)

16Nous ne sommes pas à même d’établir si, derrière de tels conseils, outre le besoin générique de s’occuper personnellement de l’éducation des rejetons de sa famille – besoin cultivé au sein de la tradition aristocratique typiquement conforme à la coutume romaine30, mais avec une participation émotive à juste titre soulignée par Suétone31 –, il y avait le besoin particulier de veiller personnellement à la formation culturelle des jeunes descendants de la branche julienne de la famille en tant que candidats préférés pour la succession dans les stratégies dynastiques d’Auguste. De ce point de vue apparaissent aussi significatifs deux autres témoignages que l’on peut tirer des biographies suétoniennes au sujet de deux lettres adressées par le prince à la sœur de Gaius et de Lucius, sa petite-fille Agrippine. De la première32, nous déduisons qu’Auguste suggérait aussi à sa petite-fille, troisième enfant de Julie et d’Agrippa, de s’efforcer d’écrire et de parler de manière non pédante. Dans la deuxième33, nous découvrons par contre la charge que le souverain a confiée en mai 14 ap. J.-C. à trois personnages afin qu’ils escortent son arrière-petit-fils Gaius, fils d’Agrippine et de Germanicus, jusqu’au campement de son père en garnison sur le Rhin. Au sujet de cette ultime missive, qui nous offre une donnée, certes modeste, sur l’attachement de l’arrière-grand-père pour le futur empereur Caligula, il me semble significatif que, parmi les trois accompagnateurs mentionnés, avec un certain Talarius et un esclave, médecin de toute confiance pour qui Auguste aurait écrit une autre lettre à Germanicus en l’invitant à le retenir s’il le désirait, il y avait aussi Asilius, probablement identifiable au rhéteur évoqué dans un passage de Sénèque le Père34 et dont la présence, selon le prince, aurait sans doute évité à son arrière-petit-fils l’interruption des études durant son séjour loin de Rome.

  • 35 Cf. Suétone, Claude 4, 1-8, dans Suétone, Vies des douze Césars, t. II, éd. cit., p. 113-114 : Habe (...)

17De l’intérêt manifesté par Auguste pour l’éducation et la manière de s’exprimer de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants jusqu’à l’année de sa mort, en 14 ap. J.-C. – intérêt auquel se réfère la deuxième missive envoyée à Agrippine – nous trouvons des traces dans quelques lettres adressées à la même période à sa femme Livie pour lui exprimer son jugement sur Tiberius Claudius Drusus, son petit-fils à elle, à savoir le futur empereur Claude. À ce propos, instructive est une épître conservée dans la biographie de Claude par Suétone35 : d’après elle, environ en 12 ap. J.-C., Auguste aurait tenté de sauvegarder l’image du jeune homme qui, rappelons-le, en tant que fils du fils de Livie, Drusus, descendait aussi par le côté maternel d’Antonia, la fille d’Octavie, sœur du prince – de ce fait, il était le petit-neveu direct de ce dernier. S’adressant par lettre à sa femme Livie (grand-mère du jeune homme alors âgé de 22 ans), Auguste lui suggérait très pragmatiquement de s’assurer définitivement de ses conditions physiques et mentales de façon à ne pas en empêcher, s’il était sain, l’avancement dans le cursus honorum déjà concédé à son frère Germanicus ; dans le cas contraire il devait être soustrait aux offenses et aux railleries nuisibles pour lui et sa famille au cas où il aurait été reconnu infirme. Au-delà du souhait, exprimé ouvertement à la fin de la lettre, de résoudre définitivement la question sur le plan général, on peut déduire du passage transmis par Suétone que son intervention voulait offrir une réponse claire à certaines questions spécifiques de la part de Livie et, en particulier, accorder à Claude de participer à certaines cérémonies religieuses à condition qu’il n’attirât pas l’attention ou ne suscitât pas la dérision, alors qu’Auguste interdisait sa présence au premier rang au pulvinar du Cirque Maxime, au Mont Albain et à Rome lors des Feriae Latinae.

  • 36 Cf. Suétone, Claude 4, 11, éd. cit., p. 115.
  • 37 Cf. ibid. 4, 10, p. 114.
  • 38 Cf. ibid. 41, 1, p. 145.
  • 39 Sur son lien avec Octavien cf. Dion Cassius, Histoire romaine LII, 36, 4, éd. cit., p. 72 ; ibid. L (...)

18Que la réponse du prince ait été inspirée par une prudence apte à préserver l’image du petit-fils de sa femme, qui était aussi son petit-neveu, donc un membre non marginal de la domus Augusta, et non par une hostilité personnelle envers le jeune Claude, on peut le déduire de deux missives ultérieures rapportées par Suétone, toujours dans la biographie dédiée à celui-ci. D’après la première, le prince se serait empressé de communiquer à Livie la bonne surprise provoquée par une excellente performance déclamatoire du jeune homme, habituellement incapable de s’exprimer clairement36. Quant à la deuxième, on y constate la disponibilité d’Auguste à recevoir Claude à déjeuner en l’absence de sa grand-mère afin d’éviter qu’il ne reste seul avec Sulpicius et Athénodore, à la place desquels le prince souhaitait quelqu’un de plus compétent qui puisse enseigner à Claude à bouger et à marcher correctement37. Quoiqu’apparemment poussé par le besoin d’indiquer des compagnies plus efficaces pour aider le jeune homme à affronter ses handicaps et sa démarche incertaine, la suggestion laisse entrevoir le jugement somme toute guère positif d’Auguste à l’égard de deux personnages clefs de la culture de l’époque. Cet aspect notable nous fait nous demander s’il n’est pas né aussi de la volonté de ne pas encourager des prétentions culturelles discutables de la part de Claude, étant donné que – selon Suétone38 – Sulpicius initia le jeune homme à la composition d’œuvres historiographiques, suggérées d’abord par Tite-Live, et qu’Athénodore fut maître de doctrines philosophiques, un maître qu’Auguste lui-même fréquenta dans sa jeunesse39. Malgré cela, les lettres adressées à Livie au sujet de Claude nous permettent de comprendre que les préoccupations du prince, qui découlaient des conditions de santé du jeune homme, étaient à bien des égards de nature pratique ; au-delà des appréciations sur certaines de ses qualités et vertus que l’on peut tirer des missives, aucun doute que l’intérêt principal du souverain était de suggérer à sa femme d’éviter une surexposition publique de Claude : presque une invitation à prendre garde que sa fragilité ne soit un objet de risée, ce derrière quoi s’entrevoit la crainte que ses défauts physiques, par ailleurs largement attestés par l’historiographie contemporaine, puissent causer une atteinte à l’image de la domus Augusta.

  • 40 Cf. Suétone, Tibère 21, 6-10, éd. cit., p. 19-21.
  • 41 Cf. Tacite, Annales I, 10, 7, éd. cit., p. 15.
  • 42 Cf. Suétone, Tibère 21, 6 ; 9-10, éd. cit., p. 19-21 : Ex quibus in exemplum pauca hinc inde subiec (...)

19De toute autre teneur, mais également dictées par des raisons pratiques liées aux stratégies dynastiques, apparaissent les préoccupations qu’Auguste avait nourries peu de temps auparavant envers un autre membre de sa famille, à savoir Tibère, préoccupations dont nous informe un passage d’une des lettres que – d’après Suétone – il aurait envoyée à son beau-fils. Incluse dans une anthologie d’extraits épistolaires40 conçue expressément pour répondre à ceux qui avaient souligné le jugement négatif du prince à l’égard de Tibère, en le tenant même pour capable de le désigner comme son successeur à seule fin d’être regretté après sa mort, c’est-à-dire pour répondre à une tradition dont nous trouvons des traces aussi chez Tacite41, la missive contient des expressions d’affectueuse sollicitude pour la santé de celui qui est ouvertement considéré comme désigné pour assumer le commandement de l’empire42.

  • 43 Cf. Suétone, Tibère 51, 3-4, éd. cit., p. 40 : At illa commota ueteres quosdam ad se Augusti codici (...)
  • 44 À propos de ce personnage, son adoption par Auguste en 4 ap. J.-C., son abdicatio en 6 ap. J.-C., e (...)

20Il s’agit de déclarations à comprendre en relation avec le changement du cadre politique après le retour de Tibère de Rhodes quand, suite aux soupçons que son beau-fils Gaius alimentait envers lui, entre médisances et craintes évoquées par Suétone43, s’était ouverte pour lui une nouvelle phase d’ascension qui avait commencé avec la seconde concession de la tribunicia potestas à la demande d’Auguste et avait finalement été favorisée par la disparition du tout dernier des petits-enfants du prince, Agrippa Postumus44. Face à de tels événements, qui servent probablement de toile de fond à la lettre, les préoccupations exprimées par Auguste pour la santé de son beau-fils nous offrent un indice sur les bonnes relations existant en général entre les deux hommes, comme le veut Suétone, mais surtout un indice du fait que la position de Tibère dans le cadre dynastique avait définitivement pris un bon tournant, en vérité différent de celui sur lequel nous documentent d’autres passages de la correspondance d’Auguste. À ce propos, on doit rappeler l’existence de codicilli, à savoir des billets qui contenaient des jugements négatifs sur le caractère intolérant de son beau-fils, dont (ce n’est pas un hasard), après la montée au trône de Tibère, sa mère aurait revendiqué la possession en menaçant de les rendre publics. Bien qu’ils ne soient pas datables, ils peuvent être situés dans le climat décrit par Tacite selon lequel, au moment de demander au Sénat pour Tibère la tribunicia potestas, en 4 ap. J.-C., Auguste aurait tenu un discours élogieux, mais non dépourvu de pointes, qui en réalité l’accusaient.

  • 45 Sur ce sujet, voir surtout Hurlet, 1997b, p. 417 s., qui a efficacement mis au point les mécanismes (...)

21En conclusion, la présence de témoignages attestant des positions et des attitudes diverses, précisément à l’égard de Tibère, nous offre un élément ultérieur utile pour comprendre que, dans les interventions épistolaires d’Auguste, étaient conservées des traces de modifications et d’alternances continues des projets de succession45, avec lesquels le prince tentait d’assurer avec ténacité la continuité de sa domus – en fait, les traces d’une histoire correspondant peut-être mieux à la complexité des faits, et plus authentique que celle transmise par la version officielle des Res gestae ou suggérée par l’historiographie d’opposition ; une histoire qui, pour ses implications de caractère dynastique, dépasse le domaine privé de la correspondance qui en conserve la mémoire, et dont nous pouvons apprécier la capacité documentaire vitale.

Notes

1 Éditions modernes de la correspondance d’Auguste : Malcovati H. éd., Imperatoris Caesaris Augusti operum fragmenta, Torino, 19695, p. 6-50 (epistulae) et 51-53 (codicilli ; libelli) ; De Biasi L. et Ferrero A.-M. éd., Gli atti compiuti e i frammenti delle opere di Cesare Augusto Imperatore, Torino, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 2003, p. 243-349 (epistulae), 351-355 (codicilli), 357-367 (libelli).

2 Pour l’analyse et l’évaluation de l’épistolaire d’Auguste, outre Bourne, 1918, parmi les jugements et les interventions plus récentes, cf. Bardon, 19682, p. 33-46 ; Cugusi, 1983, p. 179-181 ; Giordano, 2000 ; De Biasi et Ferrero, 2003, p. 30-45.

3 Cf. Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, 7, 3, éd. et trad. R. Marache, Paris, CUF, 1989, t. III, p. 155 :… cum librum epistularum diui Augusti, quas ad Gaium nepotem suum scripsit, legeremus…

4 Cf. Suétone, Auguste 71, 4, dans Suétone, Vies des douze Césars, éd. et trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 1967 (1re éd. 1931), t. I, p. 121-122 ; cf. aussi Auguste 87, 3, ibid., p. 134.

5 Cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle XIII, 26, 83, éd. et trad. A. Ernout, Paris, CUF, 1956, p. 45 ; Quintilien, Institution oratoire I, 7, 22, éd. et trad. J. Cousin, Paris, CUF, 1975, t. I, p. 121.

6 Sur la signification attribuée par les spécialistes modernes à cette formule, analysée dans de nombreuses contributions de M. Corbier (cf. surtout Corbier, 1994 et 1995, p. 190), on doit voir les discussions et mises au point de Hurlet, 1997 b, p. 415-538, et Moreau, 2005.

7 Cf. Suétone, Auguste 64, 3, éd. cit., p. 114.

8 Cf. Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, 7, 3, éd. cit., p. 156 : Deos autem oro ut mihi quantucumque superest temporis, id saluis nobis traducere liceat in statu reipublicae felicissimo ἀνδραγαθούντων ὑµῶν καὶ διαδεχοµ ένων stationem meam ; à propos de la formule attestée dans ce passage, voir Köstermann, 1932, et Béranger, 1973.

9 Cf. Res gestae 14, 1, dans Res gestae diui Augusti, Hauts faits du divin Auguste, éd. et trad. J. Scheid, Paris, CUF, 2007, p. 12 : Filios meos, quos iuuenes mihi eripuit fortuna, Gaium et Lucium Caesares, honoris mei causa, senatus populusque Romanus annum quintum et decimum agentis consules designauit, ut eum magistratum inirent post quinquennium ; voir aussi Suétone, Auguste 64, 2, éd. cit., p. 114.

10 Cf. Tacite, Annales I, 3, 2, dans Tacite, Annales, livres I-III, éd. et trad. P. Wuilleumier, rév. J. Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1990, p. 6 : Nam genitos Agrippa Gaium ac Lucium in familiam Caesarum induxerat, necdum posita puerili praetexta, principes iuuentutis appellari, destinari consules specie recusantis flagrantissime cupiuerat.

11 Voir Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 35, 4, dans Dionis Cassii Cocceiani Historia romana, éd. I. Melber, Leipzig, Teubner, 1928, t. III, p. 160 ; sur les fiançailles peu de temps après avec Tibère, cf. ibid., LIV, 31, 1-2, éd. cit., p. 155, et aussi Suétone, Auguste 63, 3, éd. cit., p. 114 ; Suétone, Tibère 7, 3, dans Suétone, Vies des douze Césars, éd. et trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 19805, t. II, p. 8.

12 Cf. Velleius Paterculus II, 99, 1, dans Velleius Paterculus, Histoire romaine, t. II, Livre II, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982, p. 104 ; Tacite, Annales I, 4, 4, éd. cit., p. 8.

13 Cf. Suétone, Auguste 27, 10, éd. cit., p. 85, et en général Res gestae 6, 2, éd. cit., p. 8.

14 On peut confronter Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 99, 2, éd. cit., p. 104 (mira quadam et incredibili atque inenarrabili pietate, cuius causae mox detectae sunt, cum C. Caesar sumpsisset iam uirilem togam, Lucius item maturus esset uir, is, ne fulgor suus orientium iuuenum obstaret initiis, dissimulata causa consilii sui, commeatum ab socero atque eodem uitrico adquiescendi a continuatione laborum petiit) avec Suétone, Tibère 11, 8, éd. cit., p. 12 (Transacto autem tribuniciae potestatis tempore, confessus tandem, nihil aliud secessu deuitasse se quam aemulationis cum C. Lucioque suspicionem...) Sur cet épisode, voir la récente analyse des diverses interprétations dans Lyasse, 2008, p. 43-51.

15 Cf. Tacite, Annales I, 4, 5, éd. cit., p. 8.

16 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 100, 3-5, éd. cit., p. 105-106.

17 Sur cet épisode, outre Pani, 1979, p. 40 s., Raaflaub et Samons II, 1990, p. 428-430, ainsi que Pani, 1991, p. 224, voir parmi les contributions plus récentes l’étude de Cogitore, 2002, p. 168-169.

18 Cf. Dion Cassius, Histoire romaine LV, 10, 12-14, éd. cit., p. 179.

19 Cf. Suétone, Auguste 65, 4, éd. cit., p. 115.

20 Cf. Macrobe, Saturnales II, 5, 6 dans Ambrosii Theodosii Macrobii Saturnalia, éd. I. Willis, Lipsiae, Teubner, 1994, p. 150 ; Suétone, Auguste 64, 4, éd. cit., p. 114-115.

21 Sur la fin de Julie, cf. Tacite, Annales, I, 53, 1, éd. cit., p. 48-49 ; Suétone, Auguste 65, 6-7, éd. cit., p. 116 ; Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 100, 5, éd. cit., p. 106 ; Dion Cassius, Histoire romaine LV, 10, 14, éd. cit., p. 179 ; voir Linderski, 1988.

22 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 100, 4, éd. cit., p. 105 ; Tacite, Annales I, 10, 4, éd. cit., p. 14 ; Annales IV, 44, 3, dans Tacite, Annales, livres IV-VI, éd. et trad. P. Wuilleumier et H. Le Bonniec, Paris, CUF, 1990, p. 44 ; Dion Cassius, Histoire romaine LV, 10, 15, éd. cit., p. 180 ; à propos du rôle de Iullus, voir aussi Sénèque, De la brièveté de la vie 4, 6 dans Sénèque, Dialogues, éd. et trad. A. Bourgery, Paris, CUF, 1923, t. II, p. 53 ; prosopographie de ce personnage : Prosopographia Imperii Romani 2 éd., I, A, 800, p. 153s.

23 Cf. Tacite, Annales I, 3, 2, éd. cit., p. 6 (voir supra n. 10).

24 Cf. Suétone, De uiris illustribus, frg. 107, dans C. Suetonii Tranquilli praeter Caesarum libros reliquiae, éd. A. Reifferscheid, Leipzig, Teubner, 1860, réimpr. Hildesheim-New York, Olms, 1971, p. 137 : Caesar quoque Augustus ad filium : ‘ Quoniam – inquit – innumerabilia incidunt assidue quae scribi ad alterutrum oporteat et esse secreta, habeamus inter nos notas si uis tales, ut cum aliquid notis scribendum erit pro unaquaque littera scribamus sequentem hoc modo : pro a b, pro b c et deinceps eadem ratione ceteras ; pro x autem littera redeundum erit ad duplex a’. (= Isidore, Origines I, 24).

25 Voir Suétone, Auguste 88, 3, éd. cit., p. 134, et Dion Cassius, Histoire romaine LI, 3, 7, éd. cit., p. 5.

26 Cf. Corpus Inscriptionum Latinarum XI, 1421 = Inscriptiones Latinae Selectae 140 = Inscriptiones Italiae VII, 1, n. 7, l. 25 ; 29, et Dion Cassius, Histoire romaine, LV, 10a, 8-9, éd. cit., p. 183 ; voir aussi Suétone, Auguste 65, 2, éd. cit., p. 115.

27 Voir Suétone, Auguste 93, 2, éd. cit., p. 137 ; Orose, Histoires (contre les Païens) VII, 3, 5, éd. et trad. M.-P. Arnaud-Lindet, Paris, CUF, t. III, 1991, p. 21.

28 Voir Suétone, Auguste 76, 4, éd. cit., p. 126.

29 Cf. Quintilien, Institution oratoire I, 6, 19, éd. cit., p. 110.

30 Pour cet aspect, cf. par exemple Tacite, Dialogue des orateurs 28, 4-5, éd. et trad. H. Goelzer et H. Bornecque, Paris, CUF, 1985, p. 55-56.

31 Cf. Suétone, Auguste 64, 5, éd. cit., p. 115 : Nepotes et litteras et notare aliaque rudimenta per se plerumque docuit, ac nihil aeque elaborauit quam ut imitarentur chirographum suum.

32 Cf. Suétone, Auguste 86, 6, éd. cit., p. 133.

33 Cf. Suétone, Caligula 8, 9, dans Suétone, Vies des douze Césars, t. II, éd. cit. (voir supra n. 11), p. 66.

34 Voir Sénèque le Père, Controverses IX, 4, 17 ; 19 ; 20, dans The Elder Seneca Declamations, éd. M. Winterbottom, Cambridge-London, Harvard Univ. Press – Heinemann, 1974, t. II, p. 298, 302 ; Suasoires II, 12, ibid., p. 520, et, à propos de ce personnage, l’analyse des sources par Echavarren, 2007, p. 75-77.

35 Cf. Suétone, Claude 4, 1-8, dans Suétone, Vies des douze Césars, t. II, éd. cit., p. 113-114 : Habes nostras, mea Liuia, sententias, quibus placet semel de tota re aliquid constitui, ne semper inter spem et metum fluctuemur ; sur la place de Claude dans la domus Augusta, voir surtout Hurlet, 1997 a.

36 Cf. Suétone, Claude 4, 11, éd. cit., p. 115.

37 Cf. ibid. 4, 10, p. 114.

38 Cf. ibid. 41, 1, p. 145.

39 Sur son lien avec Octavien cf. Dion Cassius, Histoire romaine LII, 36, 4, éd. cit., p. 72 ; ibid. LVI, 43, 1-2, p. 254 ; voir en outre Plutarque, Publicola 17, 8 dans Plutarque, Vies, éd. et trad. R. Flacelière, É. Chambry, M. Juneaux, Paris, CUF, 1961, t. II, p. 78-79 ; Zosime, Histoire nouvelle I, 6, 2, dans Zosime, Histoire nouvelle, Livres I et II, éd. et trad. F. Paschoud, Paris, CUF, 1971, t. I, p. 13 ; voir aussi Grimal, 1945 et 1946.

40 Cf. Suétone, Tibère 21, 6-10, éd. cit., p. 19-21.

41 Cf. Tacite, Annales I, 10, 7, éd. cit., p. 15.

42 Cf. Suétone, Tibère 21, 6 ; 9-10, éd. cit., p. 19-21 : Ex quibus in exemplum pauca hinc inde subieci :…‘Attenuatum te esse continuatione laborum cum audio et lego, di me perdant nisi cohorrescit corpus meum ; teque oro ut parcas tibi, ne si te languere audierimus, et ego et mater tua expiremus et summa imperi sui populus R. periclitetur’. ‘Nihil interest ualeam ipse necne, si tu non ualebis’. ‘Deos obsecro, ut te nobis conseruent et ualere nunc et semper patiantur, si non P. R. perosi sunt’.

43 Cf. Suétone, Tibère 51, 3-4, éd. cit., p. 40 : At illa commota ueteres quosdam ad se Augusti codicillos de acerbitate et intolerantia morum eius e sacrario protulit atque recitauit. Hos et custoditos tam diu et exprobratos tam infeste adeo grauiter tulit, ut quidam putent inter causas secessus hanc ei uel praecipuam fuisse ; sur les rapports entre les deux hommes et la signification de ce passage, voir entre autres critiques Fraschetti, 1994, p. 130-131.

44 À propos de ce personnage, son adoption par Auguste en 4 ap. J.-C., son abdicatio en 6 ap. J.-C., et sa mort, il y a une riche bibliographie : parmi les contributions plus récentes, voir le status quaestionis et la discussion dans Cogitore, 2002, p. 179-181, et Lyasse, 2008, p. 51-60.

45 Sur ce sujet, voir surtout Hurlet, 1997b, p. 417 s., qui a efficacement mis au point les mécanismes utilisés par Auguste pour piloter la succession dynastique après sa mort.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search