Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre IV. L’épistolier témoin de son temps

L’incendie de Lyon dans la lettre 91 de Sénèque

Occasion d’une réflexion philosophique sur les villes et l’histoire

Élisabeth Gavoille

Texte intégral

  • 1 Sur les références au passé de Rome chez Sénèque, cf. Kühnen, 1962. Pour les anciens Stoïciens, la (...)
  • 2 Sur l’incendie de Rome, dû au hasard ou à la malignité du prince, cf. Annales 15, 38-44 (éd. P. Wu (...)
  • 3 Tacite, Annales 15, 40 (éd. cit., p. 167) : Sexto demum die, apud imas Esquilias finis incendio fa (...)
  • 4 Cf. Wuilleumier, 1953, p. 14.
  • 5 Grimal, 1991, p. 222. E. Albertini date la lettre 91 d’août (1923, p. 48).
  • 6 Op. cit., tableau chronologique des Lettres p. 451. M. Griffin la situe même fin juillet, juste à (...)
  • 7 La lettre 104 évoque la fin de l’été et le début de l’automne (atmosphère chaude et malsaine à Rom (...)

1Lorsque Sénèque évoque dans la lettre 91 à Lucilius l’incendie de Lyon, il ne s’agit pas d’un fait qui appartient déjà à l’histoire1, mais d’un événement tout récent. C’est précisément une telle référence à l’actualité qui fournit un repère chronologique essentiel pour les vingt livres de cette correspondance : l’incendie de Lyon est selon Tacite2 de peu postérieur à celui de Rome, qui fit rage du 19 au 27 juillet 643, mais on n’en connaît pas avec précision la date. Selon Pierre Wuilleumier, la catastrophe lyonnaise se produisit à l’automne 644. Pierre Grimal la remonte à mi-août5, voire début août6, en raison du rythme épistolaire soutenu et d’autres indications dans les lettres qui suivent7.

2Néanmoins cette circonstance d’actualité va fournir l’occasion d’une réflexion plus large sur l’histoire humaine et les cycles du temps, mais aussi sur la civilisation urbaine. L’événement est ainsi transmué en expérience philosophique. Sénèque part de considérations qui relèvent de la topique consolatoire, mais ce qu’il dit sur la mortalité des villes entre en résonance avec ses développements précédents sur la vanité des œuvres humaines, cités et pouvoirs.

Une lettre de consolation

  • 8 Sénèque, Lettres à Lucilius, éd. F. Préchac, CUF, t. 4, 1962, p. 43-50.
  • 9 Peut-être aussi Libéralis a-t-il perdu dans cette catastrophe une partie de sa fortune (cf. Griffi (...)

3Le cheminement de la lettre est le suivant8 : Sénèque commence par évoquer devant Lucilius l’affliction dans laquelle est plongé leur ami commun Aebutius Libéralis, natif de Lyon, affliction d’autant plus grande qu’il était très attaché à sa patrie, et que le malheur était inattendu (inopinatum malum), totalement destructeur en l’espace d’une seule nuit9. Sénèque s’associe en pensée à la stupeur et au chagrin qu’éprouve Libéralis (§ 1-3). De la compassion, il passe à une exhortation générale (§ 4-8) : il faut préparer notre esprit à tous les coups du sort, méditer sur la fragilité et le caractère transitoire de toutes choses, et envisager la fortune dans la globalité de ses effets. Le troisième mouvement de la lettre est constitué de multiples exemples montrant à quel point les créations humaines sont vouées à la destruction ; même les œuvres de la nature sont soumises à la loi du changement (§ 9-12). Suit un nouvel argument de consolation : parfois un dommage est l’occasion d’un beau renouvellement (§ 13-14). Puis Sénèque revient à l’exhortation : si des lois sont iniques, on peut protester ou s’échapper par la mort, mais soumettons-nous à la nécessité universelle de la mortalité et exerçons-nous à l’égalité d’humeur, aequanimitas (§ 15-18). Les plaintes humaines contre la mort relèvent de l’opinion ; l’indignation n’est légitime que contre l’injustice véritable, qui est toujours humaine ; donc soyons justes avec la mort en lui reconnaissant la possibilité de nous délivrer de tout pouvoir humain arbitraire (§ 19-20).

  • 10 Sur ces topoi, cf. Coccia 1959.

4On retrouve ici au moins trois des motifs topiques qui caractérisent le genre consolatoire10, comme le montre la comparaison avec les Consolations à Marcia et à Polybe :

  • 11 Sénèque, Consolations (Dialogues t. 3), éd. R. Waltz, CUF, 1923, respectivement p. 24 et 112.
  • 12 Polyb. 1, 1-3, éd. cit., p. 98-99.

51 – Tout ce qui est né est du même coup destiné à mourir (cf. Marc. 10, 5 et Polyb. 11, 411) ; au début de la Consolation à Polybe, Sénèque étend explicitement cette loi de la mortalité, cette inexorabilité de la mort aux collectivités humaines, avec des exemples de villes comme Carthage, Numance et Corinthe12.

  • 13 Éd. cit., p. 22.
  • 14 Cf. Lettres, 91, 3-4 (éd. cit., p. 44) : Inexspectata plus adgrauant : nouitas adicit calamitatibu (...)
  • 15 Cf. Hadot, 1969, p. 60-61. Cet exercice était présent dans l’enseignement d’Anaxagore, comme en té (...)

62 – Un malheur frappe durement lorsqu’il est soudain, moins cruellement lorsqu’il est prévu ; aussi faut-il s’entraîner en esprit à affronter le malheur et à se représenter la mort (cf. Marc. 9, 213). L’injonction apparaît à plusieurs reprises dans les Lettres à Lucilius14. Cet exercice spirituel qui consiste à praesumere animo ou, selon les termes de Cicéron dans les Tusculanes, en praemeditatio futurorum, a déjà une longue tradition15.

  • 16 Non est […] ista fatorum iniquitas, sed mentis humanae prauitas insatiabilis rerum omnium, quae in (...)

73 – L’indignation est due à une vision incomplète du monde (cf. Polyb. 11, 116).

  • 17 Sénèque, Consolations, éd. cit., p. 4 et 109.

84 – La mort libère l’homme des misères de la vie (cf. Marc. 19, 5-6 et Polyb. 9, 217).

  • 18 Pernot, 1993, t. 1, p. 190 n. 47 : notons toutefois que les exemples qu’il donne ne commencent qu’ (...)
  • 19 Cicéron, Lettres familières 4, 5, 4, éd. J. Beaujeu, CUF, t. 8, 1983, p. 46-47 : « De retour d’Asi (...)

9Le thème même de la disparition des villes est un topos de la rhétorique consolatoire, comme l’a signalé Laurent Pernot18. Ainsi, dans la correspondance de Cicéron, Servius Sulpicius Rufus, à l’annonce du décès de Tullia, propose-t-il à son ami une méditation sur la mort des cités, pour faire apparaître la perte d’un seul être comme peu de chose à l’échelle de l’histoire collective19.

10Dès la Consolation à Marcia, la première de ses œuvres qui nous soit parvenue, Sénèque compare la brièveté de la vie humaine à celle des villes, au regard de l’éternité ; nous ne sommes, dit-il, que des hôtes de passage (Marc. 21, 1) :

  • 20 Computa urbium saecula : uidebis quam non diu steterint etiam quae uetustate gloriantur. Omnia hum (...)

Dénombre les siècles des villes : tu verras combien peu longtemps sont restées debout même celles qui se glorifient de leur antiquité. Toutes les choses humaines sont brèves et caduques, et elles n’occupent guère de place dans l’infinité du temps.20

11À la toute fin de l’œuvre, la prosopopée de Crémutius Cordus, père de Marcia et grand-père du défunt, montre la fortune emportant non seulement les êtres, mais aussi des lieux (26, 6) :

  • 21 Nam, si tibi potest solacio esse desiderii tui commune fatum, nihil quo stat loco stabit, omnia st (...)

Car, si la destinée commune peut apporter une consolation à ton deuil, rien ne restera à sa place, mais tout sera renversé et entraîné par le cours du temps. Et ce n’est pas seulement des hommes (car quelle portion lui revient d’une puissance exercée par la fortune ?), mais des lieux, des contrées, des parties de l’univers qu’il se jouera.21

  • 22 Sur l’ekpyrosis, cf. Long, 1985 : en tant qu’organisme vivant pour les Stoïciens, le monde a une h (...)

12Ce passage évoque ensuite, conformément à la conception stoïcienne du temps, toutes sortes de cataclysmes périodiques, et notamment l’ekpyrosis, la conflagration universelle qui achève un cycle et renouvelle le monde22.

  • 23 Cicéron, La République 2, 3 (éd. E. Bréguet, CUF, t. 2, 1980, p. 8) : nostram rem publicam uobis e (...)
  • 24 Nam huic coloniae ab origine sua centesimus annus est <sextus>, aetas ne homini quidem extrema (éd (...)
  • 25 Sur la durée de vie dans l’Antiquité, voir Fontanille, 2004 : les témoignages de Pline l’Ancien et (...)

13La comparaison de la cité avec un organisme vivant est classique depuis la République de Platon. Cicéron, dans le De republica (au début du livre II, à propos du destin de Rome), donne explicitement au parallèle biologique une dimension temporelle : naissance, croissance, âge adulte, maturité23. Dans la lettre 91, Sénèque compare l’âge de Lyon à la durée d’une existence humaine, presque un saeculum (§ 14) : « Car la colonie depuis sa création ne compte que cent ans, âge qui même pour un homme n’est pas extrême24 ». La ville avait en effet été fondée par Lucius Munatius Plancus en 43 av. J.-C. ; c’est une durée, ajoute Sénèque, qui tient à peine dans la vie d’un vieillard (intra spatium humanae senectutis)25.

14Si la mortalité des cités apparaît déjà comme un motif consolatoire, un élément dans l’ensemble d’une consolation, la lettre 91 est toutefois originale en ce qu’elle est entièrement consacrée à la perte d’une ville comme d’un être cher, constituant par elle-même une consolation pour la catastrophe lyonnaise.

Incendie de lyon et incendie de rome

  • 26 Éd. cit., p. 47.
  • 27 Sur l’image de l’incendie employée comme comparant, cf. Armisen-Marchetti 1989, p. 118.
  • 28 Dans le livre III des Tusculanes, Cicéron refuse l’idée d’insensibilité et admet la faiblesse huma (...)

15Plus exactement, cette lettre de consolation peut être qualifiée d’indirecte, Sénèque résumant à l’intention de Lucilius les arguments qu’il destine à Libéralis (§ 13) : « Voilà donc, entre autres, les consolations (solacia) que je présente à notre Libéralis, qui est enflammé d’une sorte d’amour incroyable pour sa patrie »26. On notera ici le participe flagranti lui-même emprunté au vocabulaire de l’incendie, comme si le feu qui a détruit Lyon dévastait du même coup le cœur du Lyonnais. L’incendie est en même temps la réalité qu’on déplore et la représentation de la passion27, et cette image de la flamme pour désigner l’attachement à la ville natale, la « petite patrie », exprime une certaine empathie de la part de Sénèque. Si les anciens Stoïciens tels que Chrysippe et Cléanthe préconisaient un type sévère de consolation, consistant en un rappel rigoureux à la raison, l’épistolier semble ici suivre plutôt le modèle cicéronien des Tusculanes, qui propose de partager un peu la douleur pour gagner en persuasion28. Cet infléchissement dans la rhétorique consolatoire s’explique par différents motifs.

  • 29 Voir le témoignage de Tacite (Annales 16, 13, 3), cité supra note 2. R. Bedon a fait remarquer que (...)
  • 30 § 2 : Tot pulcherrima opera […] una nox strauit […] In hac una nox interfuit inter urbem maximam e (...)

16Dans aucune des lettres précédentes, il n’a été question de l’incendie de Rome, au sujet duquel circulent des rumeurs mettant en cause la personne même de Néron. La lettre 91 sur l’incendie de Lyon permet sans doute d’en parler de manière allusive. La compassion appuyée pour Libéralis peut traduire le choc ressenti par Sénèque lui-même lors de la catastrophe romaine, surtout si celle-ci a pour origine un crime du prince. De surcroît, Libéralis se trouve avoir été le dédicataire du De beneficiis dont la rédaction, si l’on suit la chronologie établie par Pierre Grimal, daterait des années 58-59, lorsque Néron recourait à toutes sortes de largesses comme moyen de gouverner et de faire oublier le meurtre d’Agrippine : la fausse générosité du prince, bien éloignée de la sagesse, révèle peut-être maintenant sa vraie nature, et le nom même de Libéralis se trouve au cœur de cette apparente contradiction entre la libéralité affichée par le prince au moment du De beneficiis, et sa cruauté incendiaire suspectée à l’égard de Rome. Ajoutons que Lyon, capitale de la Gaule et ville natale aussi de l’empereur Claude, pouvait être considérée, selon la célèbre formule d’Amable Audin, comme le « miroir de Rome dans les Gaules ». Sénèque a observé un silence prudent sur l’incendie de Rome mais, comme l’a bien montré Robert Bedon, la consolation destinée à Libéralis à propos du désastre lyonnais lui fournit une occasion d’évoquer de façon détournée le malheur qui a récemment dévasté Rome. La lettre 91 sur l’incendie de Lyon serait la réponse de Sénèque à l’événement romain. Il y a peut-être une allusion discrète à celui-ci, concernant la générosité qu’on peut attendre pour la reconstruction de Lyon (§ 14) : en effet les Lyonnais avaient envoyé immédiatement après l’incendie de Rome une contribution de quatre millions de sesterces, ce qui représentait un effort conséquent de la part d’une collectivité urbaine29. Peut-être aussi l’insistance sur l’unique nuit de destruction (una nox, dit-il à deux reprises30), derrière l’empathie affichée, suggère-t-elle par contraste l’insoutenable semaine romaine. Et la mention de l’unique colline qui protège Lyon (§ 10) peut contenir une allusion aux sept de Rome.

  • 31 Helv. 7, 5 (Consolations, éd. cit., p. 67) : à la suite d’épidémies ou de tremblements de terre, o (...)

17Mais surtout, dans son argumentation consolatoire, Sénèque dit que des villes entières peuvent ressurgir de leurs ruines. Auparavant, dans la Consolation à Helvia puis dans le De Beneficiis, il avait déjà invoqué cette capacité de l’homme à reconstruire31. Ici il écrit (§ 13) :

Cette patrie n’a peut-être été consumée que pour se relever en mieux. Souvent un dommage a fait place à une plus grande fortune : bien des choses ne sont tombées que pour se redresser plus haut encore.

  • 32 Le personnage, réputé pour ses persiflages à l’égard d’Auguste, apparaissait déjà dans le De ira ((...)

18Or à la suite il rapporte un mot de l’historien et rhéteur alexandrin Timagène qui détestait Rome, y ayant été amené captif32 :

  • 33 Lettre 91, 13, éd. cit. p. 47 : quae [sc. patria] fortasse consumpta est ut in melius excitaretur. (...)

Timagène, hostile à la prospérité de notre ville, disait que si les incendies de Rome lui causaient de la peine, c’était uniquement parce qu’il savait qu’il se dresserait de meilleurs édifices que ceux qui avaient brûlé.33

19Cet argument (les villes renaissent plus belles de leurs cendres) s’avère ambigu : Sénèque prendrait le masque de Timagène pour suggérer qu’il désapprouve les reconstructions fastueuses de Néron, sa « politique de la ville » ; d’ailleurs peut-être la citation de Timagène ne figure-t-elle pas dans la consolation destinée à Libéralis, mais est-elle rajoutée ici à l’adresse de Lucilius ? S’il s’agit de rapporter en discours indirect à Lucilius la consolation à Libéralis, pour commenter indirectement l’incendie de Rome, il y a des apartés à double entente.

  • 34 Pour la distinction entre destinataire et allocutaire, cf. Moeschler & Reboul, 1994, p. 326-327.

20Ces considérations pour Libéralis qu’il rapporte à Lucilius comportent donc aussi bien une dimension d’auto-persuasion, d’auto-exhortation. Derrière les deux destinataires (à qui s’adressent les actes de parole) : celui de la lettre, Lucilius, et « en pré-texte », celui de la consolation, Libéralis, il y a d’autres allocutaires (vers qui est dirigée l’énonciation, au-delà des destinataires immédiats) : Sénèque lui-même et ses contemporains, et plus largement tous les lecteurs à venir, qui sont invités à réfléchir sur les catastrophes et les aléas de l’histoire34.

Vie et mort des villes

  • 35 Éd. cit., p. 45.
  • 36 Cf. Roulleau, 1973 ; Delpeyroux, 1996, p. 121-128. Voir par ex. Lettre 101, 5 (à propos de la mort (...)
  • 37 Cf. Lettre 65, 11, éd. cit., t. 2, 19582, p. 109.
  • 38 Cf. De la Providence 5, 7 (éd. R. Waltz, CUF, Dialogues t. 4, 1927, p. 24-25) : « Les destins nous (...)

21Comme les individus, les collectivités humaines sont soumises au devenir : Nihil priuatim, nihil publice stabile est ; tam hominum quam urbium fata uoluuntur, « rien n’est stable ni dans les affaires privées ni dans les affaires publiques ; les destinées des hommes comme des villes sont toujours en révolution » (lettre 91, 735). Le verbe uoluo employé ici se rencontre régulièrement chez Sénèque pour exprimer par image le déroulement du temps et les retournements de la fortune, comme le mouvement circulaire des astres36. Il condense une conception de l’histoire comme déploiement de la fortuna dans le temps (nihil sine tempore potest fieri, selon la formule de la lettre 6537), et une idée de la fortuna comme puissance de changement incessant. Quant à ce que nous appelons « destin » (fatum), la doctrine stoïcienne le conçoit comme un enchaînement de causes qui peuvent certes échapper à notre compréhension, mais suivent un ordre nécessaire38.

  • 39 La mention de la catastrophe subie en 373 av. J.-C. par les villes d’Achaïe, notamment Hélikè et B (...)

22Comme auparavant dans la Consolation à Marcia, Sénèque dans la lettre 91 met en perspective le sort qui frappe les constructions humaines et les catastrophes naturelles. Après avoir invoqué des tremblements de terre comme ceux qui ont englouti à plusieurs reprises des cités achéennes ou Paphos39, il conclut (§ 11-12) :

  • 40 Lettre 91, 11 (éd. cit., p. 46-47) : Non tantum manu facta labuntur nec tantum humana arte atque i (...)

Non seulement ce qui est bâti par nos mains s’effondre et ce qui a été établi par l’art et l’industrie de l’homme est renversé en un jour : mais les cimes des monts s’effritent, des régions entières se sont affaissées, les flots ont recouvert des lieux depuis lesquels on n’apercevait même pas la mer. Une large coulée de feu a rongé les hauteurs qu’elle illuminait et a fait dévaler en contrebas des pics d’altitude qui jadis réconfortaient les navigateurs et offraient des points d’observation. Les œuvres de la nature elle-même sont maltraitées et de ce fait nous devons supporter sereinement la disparition des villes. Elles ne sont debout que pour tomber […]. Il serait trop long d’énumérer toutes les voies de la destruction. Mais il y a une chose que je sais : toutes les œuvres des mortels sont frappées de mortalité, nous vivons dans le périssable.40

  • 41 Lettres, éd. cit., t. 1, 1945, p. 31 et 154-155.
  • 42 Lettres, éd. cit., t. 3, 1958, p. 20-21.

23Bien d’autres œuvres de Sénèque évoquent la mort des cités, qui peut avoir de multiples causes – cataclysmes ou guerres. Dans les Lettres à Lucilius, la lettre 9 (§ 16) et la lettre 36 (§ 11) ont évoqué la dissolution périodique de toutes choses41. La lettre 71, surtout, a déjà insisté sur le caractère périssable des biens. Rien n’est exempt de changement, le monde est soumis à cette loi de périodicité : naître, croître, s’éteindre (§ 12 et suiv.) ; mais décomposition implique aussi recomposition, de manière cyclique, « dans cette œuvre où tourne l’art éternel du dieu qui règle toutes choses » (in hoc opere aeternam artem cuncta temperantis dei uerti)42. Les cités aussi, symboles de puissance, sont éphémères :

  • 43 Lettre 71, 15 (ibid., p. 21) : Omne humanum genus, quodque est quodque erit, morte damnatum est : (...)

L’humanité, présente et future, est condamnée à mourir. Toutes les villes qui exercent quelque part une domination ou dont s’enorgueillissent des empires étrangers, un jour on cherchera où fut leur place ; elles seront emportées par diverses sortes de mort.43

  • 44 Omnium istarum ciuitatium quas nunc magnificas ac nobiles audis, uestigia quoque tempus eradet (éd (...)

24À ce passage fait ici écho la formule : « de toutes ces cités dont on te dit la magnificence et le prestige, le temps balaiera jusqu’aux vestiges » (lettre 91, 10)44.

  • 45 Des Bienfaits 3, 37, 2 (éd. cit., t. 1, 1926, p. 96).
  • 46 La démarche cognitive des Questions naturelles (étudier les causes des phénomènes) est en effet pa (...)
  • 47 Questions Naturelles 3, 27, 2 (éd. cit., t. 1, 1929, p. 148) : Nihil difficile naturae est […] urb (...)
  • 48 Ibid. 6, 1, 14 (éd. cit., t. 2, p. 251).

25Les causes de destruction naturelles sont particulièrement étudiées par Sénèque. Le De beneficiis avait évoqué une éruption de l’Etna répandant l’incendie sur les villes45. Les Questions naturelles, œuvre dont la rédaction est contemporaine des Lettres et destinée au même Lucilius46, vont revenir à plusieurs reprises sur de tels désastres, pour montrer que rien n’est difficile à détruire pour la nature. Au livre III, à propos du déluge qui mettra fin à notre civilisation, Sénèque compare la fragilité de la ville à celle de la vie humaine : de même qu’il a fallu du temps et de la peine pour aider un être à se développer et qu’il suffit d’un instant pour le tuer, de même « les villes se constituent dans la durée, mais une heure les détruit47 ». Et au livre VI sur les tremblements de terre, Sénèque écrit : « Ce ne sont pas seulement les hommes, une pauvre chose qui naît éphémère et fragile, mais les villes, les côtes et les rivages, la mer elle-même qui sont asservis à la destinée » (in seruitutem fati)48.

  • 49 Ardée, ville rutule incendiée par Énée (cf. Virgile, Énéide 7, 412-413, éd. J. Perret, CUF, t. 2, (...)
  • 50 De la Colère 1, 2, 1 (éd. cit., p. 4).
  • 51 Ibid. 2, 9, 3 (éd. cit., p. 35).
  • 52 Ibid. 3, 2, 3 (éd. cit., p. 66).
  • 53 Des Bienfaits 3, 33, 3 (éd. cit., t. 1, p. 92).
  • 54 Ibid. 5, 16, 3 (éd. cit., t. 2, p. 21). Cet exemple de Rome ravagée par Sylla est repris dans le D (...)
  • 55 Des Bienfaits 3, 37, 1 (éd. cit., t. 1, p. 95).
  • 56 De la Colère 3, 19, 5 (éd. cit., p. 87).
  • 57 De la Clémence 1, 1, 2, éd. F.‑R. Chaumartin, CUF, 2005, p. 2-3.
  • 58 Ibid., 1, 25, 5 (éd. cit., p. 41).
  • 59 Ibid., 1, 26, 4 (éd. cit., p. 43).
  • 60 Les Troyennes v. 40 et suiv. (Tragédies, éd. F.-R. Chaumartin, CUF, 1999, t. 1, p. 72) : Hécube év (...)
  • 61 Thyeste v. 182-183 (éd. cit., t. 2, p. 118).
  • 62 94, 61 (éd. cit., t. 4, p. 83-84) : Multi inueniuntur qui ignem inferant urbibus, qui inexpugnabil (...)

26Une autre cause de destruction tient à la violence humaine. Si elle affleure seulement dans la lettre 91, à propos d’Ardée et de Rome (§ 16)49, elle a été souvent développée ailleurs par Sénèque. Le De ira compte les dévastations et incendies de villes par l’ennemi comme un effet parmi d’autres de la colère50, s’attarde sur la vision de villes entières en flammes, comme chez Lucain51, et sur l’image obsédante des torches de la guerre civile52. Le De beneficiis reprend cette thématique : les conquêtes romaines ont mis en ruines de très grandes cités53 ; les guerres civiles dévastent les villes par des combats et des tueries, comme Rome sous Sylla54 ; est exploitée enfin l’imagerie légendaire de Troie en cendres et d’Énée transportant son père au milieu des ruines55. Plus précisément, certaines œuvres antérieures présentent le sort des villes comme lié au pouvoir politique. Le De ira montre la colère du tyran se déchaînant sur des cités entières56. Le De clementia s’ouvre sur l’idée que leur existence est soumise au vouloir du prince : il dépend de lui, entre autres pouvoirs, de détruire ou d’élever des villes57. Plus loin, le feu qui dévore les maisons sert de comparant à la fureur du tyran, qui déchaîne contre lui les haines et les conspirations : ainsi doit-on démolir tout le quartier pour venir à bout de l’incendie58… Sénèque montre comment la cruauté du prince s’augmente d’elle-même et change d’échelle pour se satisfaire, jusqu’à l’extermination des populations, l’incendie des édifices et la transformation des villes en décombres59. Ces images de cités en flammes ou en ruines, détruites par la violence humaine, hantent l’œuvre tragique de Sénèque60 : ainsi Atrée dans sa fureur s’exhorte-t-il à brûler villes et campagnes61. Enfin, la lettre 94 dénoncera les prestiges de l’ambition dans des termes qui insistent sur la folie incendiaire des conquérants (le pluriel et la généralité du propos masquent peut-être quelque allusion à Néron) : « Il s’en trouve beaucoup pour mettre le feu à des villes, pour abattre des places imprenables pour des siècles et sûres pendant plusieurs générations… »62

Critique de la civilisation urbaine

27Dans l’œuvre de Sénèque, la lettre 91 constitue une sorte de point d’orgue à toute une réflexion sur la ville, aux résonances politiques mais plus largement morales.

  • 63 De la Colère 3, 33, 1 (éd. cit., p. 100).
  • 64 Des bienfaits 6, 3, 2 (éd. cit., p. 35-36).
  • 65 Lettre 74, 19 (éd. cit., t. 3, p. 43). Voir parallèlement Questions naturelles 3, praef. 10 (éd. c (...)
  • 66 Consolation à Marcia 22, 2 (éd. cit., p. 45) : luxuriosae urbis ; De la Tranquillité de l’âme 2, 1 (...)
  • 67 De la Tranquillité 12 (éd. cit., p. 96-98).
  • 68 Consolation à Helvia 6, 2 (éd. cit., p. 64-65).
  • 69 De la Constance du sage 12, 2, éd. cit. (Dialogues t. 4), p. 51.

28Pour Sénèque, l’histoire des villes est liée aux passions. Les cités attirent l’envie : le De ira incrimine la folie des richesses parmi les causes de leur destruction63. Le De beneficiis montre des villes ébranlées par la cupidité humaine, qui rougit également les mers de sang ; dans le même temps, le moraliste suggère une antithèse entre tant d’assauts pour conquérir des biens et toutes les armes que la fortune amasse par derrière contre les hommes64. Dans la Lettre 74, il invite précisément l’homme à faire de son âme une forteresse65. Création de l’homme, la ville exprime le goût du luxe, voire constitue un lieu de dépravation66 ; elle concentre les passions et les vices, excite une agitation stérile67. La Consolation à Helvia décrit un grouillement humain (frequentia, turba), surtout à Rome qui draine une multitude d’êtres mus par l’ambition, les obligations professionnelles, le goût des études ou des plaisirs et en particulier des spectacles68. Les villes sont l’œuvre de l’orgueil humain : dans le De constantia sapientis, Sénèque compare à des enfants s’amusant à construire des châteaux de sable, les hommes occupés à entasser des pierres pour bâtir des édifices voués à s’écrouler ou à brûler ; ils organisent ainsi leur propre péril69.

  • 70 De la Tranquillité 4, 4 (éd. cit., p. 82).
  • 71 Sur Stilpon, cf. Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, 2, 113 sq. (trad. M. (...)
  • 72 De la Constance 5, 6 (éd. cit., p. 42). L’anecdote est reprise dans la lettre 9, 18-19 (éd. cit., (...)

29Il ne faut donc pas s’attacher superstitieusement aux villes, qui ne sont que des créations éphémères. Le Stoïcien n’appartient pas à une cité, mais se sent en relation avec l’univers : nos non unius urbis moenibus clusimus, sed in totius orbis commercium emisimus (Sénèque joue ici sur la paronomase topique urbis/orbis)70. Le De constantia sapientis, pour montrer que le sage ne peut rien perdre, donne en exemple l’attitude du philosophe Stilpon (fin du ive siècle av. J.-C.), chef de l’école mégarique et maître de Zénon71 : lors de la prise de Mégare par Démétrius Poliorcète, Stilpon avait perdu sa femme et ses enfants mais, au milieu du pillage, des flammes et des décombres, il déclarait encore n’avoir subi aucun dommage72.

  • 73 Lettre 28, 1-2 (éd. cit., t. 1, p. 121-122) ; voir aussi lettre 104, 8 (éd. cit., t. 4 p. 159).
  • 74 94, 72 (éd. cit., t. 4, p. 87) : Si in medio urbium fremitu collocati sumus, stet ad latus monitor (...)

30Dans les Lettres à Lucilius, cette critique de la vie urbaine se fait plus insistante. La lettre 28 sur les voyages présente les villes comme objets de vaine curiosité et d’envie incessante du changement73. La lettre 31, qui est une exhortation à se détacher des biens matériels, met particulièrement en garde contre l’attraction qu’exercent les villes, avec l’exemple d’Ulysse résistant à la séduction des Sirènes. La lettre 50 dénonce dans le mode de vie citadin une incitation perpétuelle à la dépense. La suivante, à propos de l’amollissante Baïes, décrit l’homme de la ville comme relâché, voluptueux, alors que l’énergie morale exige de saines retraites. Si l’on est placé dans le tumulte mondain et exposé aux tentations urbaines, dira la lettre 94, alors il faut s’en tenir fermement aux préceptes philosophiques74. Et dans la lettre 104, Sénèque se réjouira de retrouver la santé à sa campagne de Nomentum, loin de l’atmosphère viciée de Rome et de ses relents de cuisine.

  • 75 Le jeu de répétition sur tecta et urbes à des fonctions différentes peut être défini comme polypto (...)
  • 76 Lettre 90, 43 (éd. cit., t. 4, p. 42) : Non habebant domos instar urbium ; cf. Des Bienfaits 7, 10 (...)
  • 77 Lettre 91, 14 (éd. cit., p. 48).

31La ville est au cœur de la réflexion sénéquienne sur la civilisation, surtout dans les dernières lettres à Lucilius. La longue lettre 90, qui précède justement celle sur l’incendie de Lyon, est consacrée aux rapports entre la sagesse et les arts et techniques. Sénèque y présente une vision oppressante de l’amoncellement urbain, d’un « échafaudage de toits surplombant des toits, de villes assises sur des villes » (has machinationes tectorum supra tecta surgentium et urbium urbes prementium, § 7) – ici la double concaténation verbale75 et la symétrie des participes soulignent la sensation d’entassement et la menace d’effondrement. À l’opposé des refuges naturels et des nuits à la belle étoile dont jouissaient les premiers hommes, qui « n’avaient pas de maisons spacieuses comme des villes »76, nos abris artificiels sont devenus autant de dangers pour nous, comme l’exprime efficacement la sententia du § 43 : nunc magna pars nostri metus tecta est. Le risque que les villes modernes font courir à leurs habitants est rappelé dans la lettre 91, qui évoque la nécessité d’une reconstruction plus sûre de Lyon (certiora) en raison de son affluence (frequentia)77.

  • 78 Lettre 91, 15 (p. 48) : Itaque formetur animus ad intellectum patientiamque sortis suae et sciat n (...)
  • 79 91, 6 (p. 45 : Quidquid longa series multis laboribus, multa deum indulgentia struxit, id unus die (...)

32L’anéantissement des villes illustre donc le caractère éphémère de la puissance humaine. Le monde n’étant qu’un ensemble de réalités entraînées dans le devenir, il faut accepter la loi du changement. Les cités sont comme des êtres vivants, elles n’échappent pas à cette condition universelle de la naissance, de la croissance et de la mort. Ces bouleversements n’épargnent pas davantage les États et ceux qui les gouvernent : « Ainsi, formons notre esprit à comprendre et à accepter son sort ; apprenons-lui qu’il n’est rien que n’ose la fortune, qu’elle a sur les empires les mêmes droits que sur ceux qui ont l’empire, qu’elle a contre les villes la même puissance que contre les hommes78 ». On notera, enveloppé au centre de la formule, le polyptote imperia/imperantis qui peut viser là encore le pouvoir néronien. Plus haut Sénèque avait déjà suggéré : « Tout ce qu’une longue suite des temps a érigé à force de travaux, de bienveillance des dieux, un seul jour le disperse et l’anéantit. C’est donner un trop long délai aux catastrophes que de parler d’un jour : une heure, un moment suffit à renverser des empires » (euertendis imperiis)79. Champ de déploiement de la fortuna, l’histoire démontre sans cesse la vanité des dominations.

33Si la comparaison de l’existence des villes avec la fragilité humaine est une constante chez Sénèque, la réflexion sur la vie urbaine va s’approfondissant, surtout dans les dernières lettres à Lucilius : la critique d’un luxe exaspéré vise alors la conception d’une civilisation toute d’artifice telle que la proposait Néron, et qui tiendrait dans la formule fameuse qu’on lui prête : qualis artifex pereo ! Dénoncer les faux arts a été la tâche de la lettre 90, pour proclamer la vérité et l’urgence du seul « art de vivre », la sagesse philosophique. Puis cette lettre 91 prend prétexte de l’incendie de Lyon pour redire le caractère périssable de toutes choses et des villes en particulier et, derrière la topique consolatoire, dénoncer l’idolâtrie de la civilisation urbaine et la fugacité des pouvoirs humains. La lettre suivante traitera du détachement par rapport aux biens extérieurs, de l’indifférence à cultiver à l’égard de la destruction du corps. Le philosophe, en s’exhortant à l’équanimité, se prépare à sa propre mort.

Notes

1 Sur les références au passé de Rome chez Sénèque, cf. Kühnen, 1962. Pour les anciens Stoïciens, la connaissance de l’histoire n’est pas nécessaire à l’acquisition de la vertu, mais elle est utile à la formation du citoyen (Chrysippe, Stoicorum Veterum Fragmenta 3, 739, éd. H. von Arnim, repr. 1964, p. 184). Le Moyen Portique va donner toute sa place à cette discipline : Panétius considérait que la beauté morale (honestum) comportait la recherche de la vérité et le désir de savoir (cf. Cicéron, Les Devoirs 1, 18, éd. M. Testard, CUF, t. 1, 1965, p. 113), et sa culture encyclopédique englobait l’histoire ; son disciple Posidonius fera même œuvre d’historien, continuant celle de Polybe. Sénèque proclame en théorie l’inutilité des connaissances au regard de la vertu (voir notamment la lettre 88 sur les « arts libéraux »), il n’en utilise pas moins beaucoup d’exemples historiques pour illustrer son enseignement et éclairer le présent.

2 Sur l’incendie de Rome, dû au hasard ou à la malignité du prince, cf. Annales 15, 38-44 (éd. P. Wuilleumier, CUF, t. 4, 1978, p. 165-172) ; la deuxième hypothèse est présentée aussi par Suétone, Néron 38 (Vie des douze Césars, éd. H. Ailloud, CUF, t. 2, 1957, p. 184186). Sur l’incendie de Lyon, cf. Annales 16, 13, 3 (éd. cit., p. 218) : « Le désastre de Lyon fut soulagé par le prince à hauteur de quatre millions de sesterces, pour leur permettre de relever les ruines de leur ville ; c’est la somme qu’avaient offerte les Lyonnais pour les malheurs de notre Ville. » Toutes les traductions proposées dans la présente contribution sont personnelles.

3 Tacite, Annales 15, 40 (éd. cit., p. 167) : Sexto demum die, apud imas Esquilias finis incendio factus… ; 41, 2 (p. 168) : XIIII Kal. Sextiles principium incendii huius ortum (le 19 juillet) ; Suétone, Néron 38, 4 (éd. cit., p. 185) : per sex dies septemque noctes ; mais Corpus Inscriptionum Latinarum 6, 826 (éd. W. Henzen, G. B. De Rossi, E. Bormann, Berlin, 1876, p. 839) : quando urbs per nouem dies/arsit Neronianis temporibus.

4 Cf. Wuilleumier, 1953, p. 14.

5 Grimal, 1991, p. 222. E. Albertini date la lettre 91 d’août (1923, p. 48).

6 Op. cit., tableau chronologique des Lettres p. 451. M. Griffin la situe même fin juillet, juste à la suite de l’incendie de Rome (1976, p. 400).

7 La lettre 104 évoque la fin de l’été et le début de l’automne (atmosphère chaude et malsaine à Rome, propice aux fièvres, et récoltes de raisin à la propriété de Nomentum) : P. Grimal la situe à la mi-septembre (p. 449-451) ; la lettre 122 parle de jours déjà courts (fin octobre ou début novembre).

8 Sénèque, Lettres à Lucilius, éd. F. Préchac, CUF, t. 4, 1962, p. 43-50.

9 Peut-être aussi Libéralis a-t-il perdu dans cette catastrophe une partie de sa fortune (cf. Griffin, 1976, p. 456).

10 Sur ces topoi, cf. Coccia 1959.

11 Sénèque, Consolations (Dialogues t. 3), éd. R. Waltz, CUF, 1923, respectivement p. 24 et 112.

12 Polyb. 1, 1-3, éd. cit., p. 98-99.

13 Éd. cit., p. 22.

14 Cf. Lettres, 91, 3-4 (éd. cit., p. 44) : Inexspectata plus adgrauant : nouitas adicit calamitatibus pondus, nec quisquam mortalium non magis quod miratus est, doluit. Ideo nihil nobis improuisum esse debet : in omnia praemittendus animus cogitandumque non quicquid solet, sed quicquid potest fieri ; 7-8 (éd. cit., p. 45-46) : Cogitanda ergo sunt omnia et animus aduersus ea quae possunt euenire […] in plenum cogitanda fortuna est. Voir aussi 99, 32 (p. 134) : in reliquom adhortarer, contra fortunam tolleres animos et omnia eius tela, non tamquam possent uenire, sed tamquam utique essent uentura, prospiceres. Et auparavant 78, 29 (t. 3, 1958, p. 80) : omnem fortunae licentiam in oculis habere, tamquam, quicquid potest facere, factura sit.

15 Cf. Hadot, 1969, p. 60-61. Cet exercice était présent dans l’enseignement d’Anaxagore, comme en témoignent les tragédies d’Euripide – voir le vers de Thésée que Cicéron traduit en précisant que le poète, par la bouche du héros, désigne comme « homme sage » son propre maître Anaxagore (Tusculanes 3, 29-30, éd. G. Fohlen, CUF, t. 2, 1960, p. 19-20). Il était pratiqué par les Pythagoriciens, au témoignage de Jamblique (cf. Fragmente der Vorsokratiker 58 D 6, éd. H. Diels & W. Kranz, Zürich-Berlin, Weidmann, t. 1, 1964, p. 471), et particulièrement développé par les Cyrénaïques (cf. Cicéron, Tusculanes 3, 28, 31 et 52, éd. cit. p. 19, 21 et 31-32), avant de prendre une importance centrale dans l’école stoïcienne (Tusculanes 4, 37, éd. cit., p. 72-73 : semper animo sic excubat, ut ei nihil improuisum accidere possit, nihil inopinatum).

16 Non est […] ista fatorum iniquitas, sed mentis humanae prauitas insatiabilis rerum omnium, quae indignatur inde excidere quo admissa est precario (éd. cit., p. 111).

17 Sénèque, Consolations, éd. cit., p. 4 et 109.

18 Pernot, 1993, t. 1, p. 190 n. 47 : notons toutefois que les exemples qu’il donne ne commencent qu’avec Sénèque (Polyb. 1, 2).

19 Cicéron, Lettres familières 4, 5, 4, éd. J. Beaujeu, CUF, t. 8, 1983, p. 46-47 : « De retour d’Asie, comme je naviguais d’Égine vers Mégare, je me mis à regarder tout autour de moi : derrière il y avait Égine, devant Mégare, à droite le Pirée, à gauche Corinthe, autant de villes qui à une certaine époque furent très florissantes, et aujourd’hui gisent devant nos yeux écroulées et ruinées. »

20 Computa urbium saecula : uidebis quam non diu steterint etiam quae uetustate gloriantur. Omnia humana breuia et caduca sunt et infiniti temporis nullam partem occupantia (éd. cit., p. 42-43).

21 Nam, si tibi potest solacio esse desiderii tui commune fatum, nihil quo stat loco stabit, omnia sternet abducetque secum uetustas. Nec hominibus solum (quota enim ista fortuitae potentiae portio est ?), sed locis, sed regionibus, sed mundi partibus ludet (éd. cit., p. 52).

22 Sur l’ekpyrosis, cf. Long, 1985 : en tant qu’organisme vivant pour les Stoïciens, le monde a une histoire et, considéré dans son ordonnancement actuel (diakosmêsis), il est périssable ; mais, comme univers ordonné selon la raison divine (kosmos), il est éternel.

23 Cicéron, La République 2, 3 (éd. E. Bréguet, CUF, t. 2, 1980, p. 8) : nostram rem publicam uobis et nascentem et crescentem et adultam et iam firmam atque robustam ostendero. Scipion oppose par là son propos à celui, abstrait, de Platon. Il s’agit en effet de réfléchir à la longévité de Rome (diuturnitas).

24 Nam huic coloniae ab origine sua centesimus annus est <sextus>, aetas ne homini quidem extrema (éd. cit., p. 48).

25 Sur la durée de vie dans l’Antiquité, voir Fontanille, 2004 : les témoignages de Pline l’Ancien et Phlégon de Tralles sur la longévité (jusqu’à 120 ans, voire plus) doivent être considérés sans scepticisme.

26 Éd. cit., p. 47.

27 Sur l’image de l’incendie employée comme comparant, cf. Armisen-Marchetti 1989, p. 118.

28 Dans le livre III des Tusculanes, Cicéron refuse l’idée d’insensibilité et admet la faiblesse humaine, à la suite de l’Académicien Crantor (§ 12 et 73). À propos des méthodes de consolation, il critique le rigorisme de Cléanthe (77) et de Chrysippe (79). De même que dans les plaidoiries il faut adapter son discours aux circonstances et aux personnes, de même « lorsqu’il s’agit d’adoucir le chagrin il faut voir quel traitement chacun est capable de recevoir » (éd. cit., p. 47).

29 Voir le témoignage de Tacite (Annales 16, 13, 3), cité supra note 2. R. Bedon a fait remarquer que Néron se contenta de renvoyer la même somme à Lyon, ce qui venant de l’empereur n’était en revanche qu’une somme modique, qui plus est débloquée des mois plus tard (1991, p. 48-49). Sur l’incendie de Rome, voir aussi Baudy, 1991.

30 § 2 : Tot pulcherrima opera […] una nox strauit […] In hac una nox interfuit inter urbem maximam et nullam (éd. cit., p. 43-44).

31 Helv. 7, 5 (Consolations, éd. cit., p. 67) : à la suite d’épidémies ou de tremblements de terre, on jette de nouvelles fondations ; Des Bienfaits 7, 31, 5 (éd. F. Préchac, CUF, t. 2, 1928, p. 108) : même là où des villes ont été englouties, nous n’en continuons pas moins à rebâtir en faisant confiance au même sol, car l’âme humaine est emplie d’une espérance tenace ; l’activité humaine et ses tentatives vouées au malheur sont toujours recommencées de bon cœur.

32 Le personnage, réputé pour ses persiflages à l’égard d’Auguste, apparaissait déjà dans le De ira (De la Colère 3, 23, 4-8, Dialogues t. 1, éd. A. Bourgery, CUF, 1922, p. 91-92). Horace aussi le mentionnait comme exemple de causticité (Épîtres 1, 19, 15, éd. F. Villeneuve, CUF, 1934, p. 126).

33 Lettre 91, 13, éd. cit. p. 47 : quae [sc. patria] fortasse consumpta est ut in melius excitaretur. Saepe maiori fortunae locum fecit iniuria : multa ceciderunt ut altius surgerent. Timagenes felicitati urbis inimicus aiebat Romae sibi incendia ob hoc unum dolori esse quod sciret meliora surrectura quam arsissent.

34 Pour la distinction entre destinataire et allocutaire, cf. Moeschler & Reboul, 1994, p. 326-327.

35 Éd. cit., p. 45.

36 Cf. Roulleau, 1973 ; Delpeyroux, 1996, p. 121-128. Voir par ex. Lettre 101, 5 (à propos de la mort de Cornélius Sénécion) : Omnia, mihi crede, etiam felicibus dubia sunt ; nihil sibi quisquam de futura debet promittere : id quoque quod tenetur per manus exit et ipsam quam premimus horam casus incidit. Voluitur tempus rata quidem lege, sed per obscurum… (Lettres, éd. cit., t. 4 p. 141).

37 Cf. Lettre 65, 11, éd. cit., t. 2, 19582, p. 109.

38 Cf. De la Providence 5, 7 (éd. R. Waltz, CUF, Dialogues t. 4, 1927, p. 24-25) : « Les destins nous mènent et le temps qu’il reste à chacun a été déterminé par la première heure de sa naissance. Une cause dépend d’une autre ; c’est un long enchaînement qui entraîne des faits particuliers et publics. S’il faut tout supporter courageusement, ce n’est pas, comme nous l’imaginons, parce que tout tombe par hasard (incidunt cuncta), mais parce que tout advient (ueniunt) […]. Éphémères, nous sommes atteints par des événements éphémères » (accipimus peritura perituri).

39 La mention de la catastrophe subie en 373 av. J.-C. par les villes d’Achaïe, notamment Hélikè et Bura (séisme suivi d’un raz-de-marée), est topique : cf. Aristote, Météorologiques 1, 6, 8 (éd. P. Louis, CUF, t. 1, 1982, p. 17) ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique 15, 48-49 (t. 10, éd. C. Vial, CUF, 1977, p. 60-62) ; Strabon, Géographie 8, 7, 2 (t. 5, éd. R. Baladié, CUF, 1978, p. 197-198) ; Pausanias, Description de la Grèce 7, 24, 6-12 et 25, 8 (éd. M. Casevitz, CUF, t. 7, 2000, p. 81-83 et 86) ; Lucrèce, De la nature 6, v. 585 et suiv. (éd. A. Ernout, CUF, t. 2, 19642, p. 124-125) ; Ovide, Métamorphoses 15, 293-295 (éd. G. Lafaye, CUF, t. 3, p. 19917, p. 130) ; Sénèque, Questions naturelles 6, 23, 4 et 25, 4 puis 32, 8 (éd. P. Oltramare, CUF, t. 2, 19612, p. 279, 282 et 291) ; Favorinos d’Arles, frg. 113 (Œuvres t. 3, éd. E. Amato, CUF, 2010, p. 359 et 396), etc. L’exemple de Paphos (Quotiens in se Paphus corruit ?) est présenté dans des termes identiques en Questions naturelles 6, 26, 4 (éd. cit., p. 283) : Sic Paphos non semel corruit ; on songe notamment au séisme de 15 av. J.-C., à la suite duquel Auguste avait apporté son aide aux habitants (cf. Dion Cassius, Histoire romaine 54, 23, 7, éd. J. W. Rich, The Augustan Settlement, Warminster, Aris & Phillips Ldt, 1990, p. 98).

40 Lettre 91, 11 (éd. cit., p. 46-47) : Non tantum manu facta labuntur nec tantum humana arte atque industria posita uertit dies : iuga montium diffluunt, totae desedere regiones, operta sunt fluctibus quae procul a conspectu maris stabant. Vasta uis ignium colles per quos relucebat, erosit et quondam altissimos uertices, solacia nauigantium ac speculas, ad humile deduxit. Ipsius naturae opera uexantur et ideo aequo animo ferre debemus urbium excidia. 12. Casurae stant […]. Enumerare omnes fatorum uias longum est. Hoc unum scio : omnia mortalium opera mortalitate damnata sunt, inter peritura uiuimus.

41 Lettres, éd. cit., t. 1, 1945, p. 31 et 154-155.

42 Lettres, éd. cit., t. 3, 1958, p. 20-21.

43 Lettre 71, 15 (ibid., p. 21) : Omne humanum genus, quodque est quodque erit, morte damnatum est : omnes, quae usquam rerum potiuntur urbes quaeque alienorum imperiorum magna sunt decora, ubi fuerint, aliquando quaeretur et uario exitii genere tollentur.

44 Omnium istarum ciuitatium quas nunc magnificas ac nobiles audis, uestigia quoque tempus eradet (éd. cit., p. 46).

45 Des Bienfaits 3, 37, 2 (éd. cit., t. 1, 1926, p. 96).

46 La démarche cognitive des Questions naturelles (étudier les causes des phénomènes) est en effet parallèle à la recherche éthique des Lettres (travailler sur soi), dans la mesure où la physique contribue au perfectionnement moral.

47 Questions Naturelles 3, 27, 2 (éd. cit., t. 1, 1929, p. 148) : Nihil difficile naturae est […] urbes constituit aetas, hora dissoluit ; momento fit cinis, diu silua.

48 Ibid. 6, 1, 14 (éd. cit., t. 2, p. 251).

49 Ardée, ville rutule incendiée par Énée (cf. Virgile, Énéide 7, 412-413, éd. J. Perret, CUF, t. 2, 19782, p. 98 : nunc magnum manet Ardea nomen/sed fortuna fuit ; Ovide, Métam. 14, v. 573 et suiv., éd. cit., p. 100), assiégée par Tarquin le Superbe, devenue colonie latine en 442, fut en partie détruite par les Samnites au ive siècle av. J.-C. ; Rome fut prise et incendiée par les Gaulois en 390.

50 De la Colère 1, 2, 1 (éd. cit., p. 4).

51 Ibid. 2, 9, 3 (éd. cit., p. 35).

52 Ibid. 3, 2, 3 (éd. cit., p. 66).

53 Des Bienfaits 3, 33, 3 (éd. cit., t. 1, p. 92).

54 Ibid. 5, 16, 3 (éd. cit., t. 2, p. 21). Cet exemple de Rome ravagée par Sylla est repris dans le De prouidentia 3, 7 (éd. cit., p. 17).

55 Des Bienfaits 3, 37, 1 (éd. cit., t. 1, p. 95).

56 De la Colère 3, 19, 5 (éd. cit., p. 87).

57 De la Clémence 1, 1, 2, éd. F.‑R. Chaumartin, CUF, 2005, p. 2-3.

58 Ibid., 1, 25, 5 (éd. cit., p. 41).

59 Ibid., 1, 26, 4 (éd. cit., p. 43).

60 Les Troyennes v. 40 et suiv. (Tragédies, éd. F.-R. Chaumartin, CUF, 1999, t. 1, p. 72) : Hécube évoque les ruines de Troie ; v. 230 (p. 79) : force destructrice de Pyrrhus ; Phèdre v. 561 (p. 225) : Hippolyte impute à la malfaisance des femmes la ruine de villes florissantes ; Agamemnon v. 589 et suiv. (t. 2, p. 82 sq.) : le séjour de l’Achéron affranchit des violences humaines, de la chute de tout un peuple et d’une ville en flammes ; etc.

61 Thyeste v. 182-183 (éd. cit., t. 2, p. 118).

62 94, 61 (éd. cit., t. 4, p. 83-84) : Multi inueniuntur qui ignem inferant urbibus, qui inexpugnabilia saeculis et per aliquot aetates tuta prosternant…

63 De la Colère 3, 33, 1 (éd. cit., p. 100).

64 Des bienfaits 6, 3, 2 (éd. cit., p. 35-36).

65 Lettre 74, 19 (éd. cit., t. 3, p. 43). Voir parallèlement Questions naturelles 3, praef. 10 (éd. cit., t. 1 p. 116) : les villes sont objets de domination, alors que ce qui importe est l’empire sur soi-même.

66 Consolation à Marcia 22, 2 (éd. cit., p. 45) : luxuriosae urbis ; De la Tranquillité de l’âme 2, 13 (Dialogues t. 4, éd. cit., p. 78) ; lettre 97, 8 (éd. cit., t. 4, p. 117) : licentia urbium.

67 De la Tranquillité 12 (éd. cit., p. 96-98).

68 Consolation à Helvia 6, 2 (éd. cit., p. 64-65).

69 De la Constance du sage 12, 2, éd. cit. (Dialogues t. 4), p. 51.

70 De la Tranquillité 4, 4 (éd. cit., p. 82).

71 Sur Stilpon, cf. Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, 2, 113 sq. (trad. M.-O. Goulet-Cazé, Le livre de poche, 1999, p. 324-325).

72 De la Constance 5, 6 (éd. cit., p. 42). L’anecdote est reprise dans la lettre 9, 18-19 (éd. cit., t. 1, 1945, p. 32), pour redire que le sage porte ses biens intacts en lui-même. Voir aussi Diogène Laërce 2, 115 (trad. cit., p. 327).

73 Lettre 28, 1-2 (éd. cit., t. 1, p. 121-122) ; voir aussi lettre 104, 8 (éd. cit., t. 4 p. 159).

74 94, 72 (éd. cit., t. 4, p. 87) : Si in medio urbium fremitu collocati sumus, stet ad latus monitor. Cf. Hercule furieux v. 159 sq. (éd. cit., t. 1, p. 16-17) : le chœur oppose la vie paisible des champs à l’atmosphère inquiète des villes, où règnent l’orgueil, l’inconstance de la faveur populaire et le tumulte des luttes politiques.

75 Le jeu de répétition sur tecta et urbes à des fonctions différentes peut être défini comme polyptote ou épanode – cf. « Le flot sur le flot se replie » (Hugo, « Napoléon II »). Dans son Dictionnaire de poétique et de rhétorique (PUF), H. Morier note que l’épanode convient particulièrement à la peinture de la turbulence et du désordre.

76 Lettre 90, 43 (éd. cit., t. 4, p. 42) : Non habebant domos instar urbium ; cf. Des Bienfaits 7, 10, 5 (éd. cit., t. 2, p. 88).

77 Lettre 91, 14 (éd. cit., p. 48).

78 Lettre 91, 15 (p. 48) : Itaque formetur animus ad intellectum patientiamque sortis suae et sciat nihil inausum esse fortunae, aduersus imperia illam idem habere iuris quod aduersus imperantis, aduersus urbes idem posse quod aduersus homines.

79 91, 6 (p. 45 : Quidquid longa series multis laboribus, multa deum indulgentia struxit, id unus dies spargit ac dissipat. Longam moram dedit malis properantibus qui diem dixit : hora momentunque temporis euertendis imperiis sufficit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search