Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre IV. L’épistolier témoin de son temps

Les Ides de mars dans la correspondance de Cicéron

François Guillaumont

Texte intégral

  • 1 Att. (= Ad Atticum) XIV, 4, 2, t. IX, p. 90 : Sed omnia licet concurrant, Idus Martiae consolantur (...)
  • 2 Voir Att. XIV, 6, 1, t. IX, p. 93 ; 12, 1, p. 101 ; 13, 3, p. 107 ; 14, 3, p. 110 ; 18, 4, p. 125  (...)

1À la lecture de ce titre, nos lecteurs auront compris que nous allons traiter, non pas de questions de calendrier, mais de la mort de César. Cette métonymie, qui consiste à désigner l’événement par sa date, revient régulièrement dans les lettres de Cicéron. Il écrit ainsi à Atticus le 10 avril 44 : « Mais, toutes ces menaces ont beau s’accumuler, les Ides de mars sont ma consolation. »1 On pourrait citer de nombreux autres exemples2.

  • 3 Sur la fin de la vie de Cicéron, voir Frisch, 1946 ; Gelzer, 1969 ; Bellincioni, 1974 ; Grimal, 19 (...)
  • 4 Att. XIV, 14, 2 (28 ou 29 avril 44), t. IX, p. 110 : Sublato enim tyranno tyrannida manere uideo. (...)

2Assassiné, lui aussi, le 7 décembre 43, Cicéron a survécu à César pendant presque 21 mois3. La correspondance postérieure aux Ides de mars s’étend sur une période d’environ 16 mois et demi (les dernières lettres conservées étant de la fin juillet 43). Les allusions à l’assassinat de César y sont nombreuses. Dans certains passages, Cicéron célèbre l’événement et exprime sa joie de voir Rome délivrée du dictateur. Cette joie n’est cependant pas sans mélange, car très vite Cicéron se rend compte que la mort de César n’a pas suffià restaurer le régime républicain. « Le tyran a été supprimé, mais la tyrannie demeure », écrit-il à Atticus4. Ce constat l’amène à faire un retour critique sur l’événement pour dénoncer les erreurs commises et expliquer ce qu’il aurait fallu faire. L’acte accompli n’en reste pas moins un exploit : Cicéron l’utilise ailleurs de façon parénétique pour pousser les Républicains à l’action et les encourager à poursuivre l’œuvre de libération. Ce sont ces trois aspects (la célébration de l’événement, son examen critique, son utilisation parénétique) que nous allons étudier successivement.

3Cicéron célèbre dans ses lettres l’acte accompli par Brutus, Cassius et leurs compagnons. Il n’hésite pas à dire que c’est le plus grand exploit de toute l’histoire de l’humanité ! Voici ce qu’il écrit à Décimus Brutus, l’un des conjurés :

  • 5 Fam. XI, 5, 1 (à D. Junius Brutus, 9 décembre 44, ou peu après), t. X, p. 126 : Qua re hortatione (...)

C’est pourquoi tu peux certes te passer d’encouragement, puisque, même lors de cet exploit que tu as accompli, le plus grand de mémoire d’homme, tu n’as pas éprouvé le besoin d’avoir quelqu’un pour t’encourager.5

  • 6 Att. XIV, 4, 2 (10 avril 44), t. IX, p. 90 : Nostri autem ἥρωες quod per ipsos confici potuit glor (...)
  • 7 Att. XIV, 6, 1, t. IX, p. 92 ; 11, 1, p. 100 ; XV, 12, 2, p. 187. Cf. Att. XIV, 12, 2, p. 102 : no (...)
  • 8 Att. XIV, 11, 1, t. IX, p. 100 : nostri illi non heroes sed di […] Cf. Att. XIV, 14, 3, p. 110 ; F (...)
  • 9 Att. XIV, 11, 1, t. IX, p. 100 ; Ad Br. I, 15, 4, t. XI, p. 161 ; II, 5, 1, t. X, p. 233.
  • 10 Att. XIV, 12, 2 (22 avril 44), t. IX, p. 102 : <Qui> quidem semper erunt clari, conscientia uero facti </Qui> (...)

4Les meurtriers de César sont des héros : « Nos héros ont accompli de la façon la plus glorieuse et la plus magnifique ce qu’ils ont pu accomplir par eux-mêmes. »6 Le mot heroes revient 4 fois (2 fois en grec et 2 fois en latin), toujours accompagné du possessif nostri : alliance de termes paradoxale, puisque heroes élève les conjurés sur le piédestal des demi-dieux, tandis que nostri les rapproche de Cicéron en rappelant les liens d’amitié qui l’unissent à la plupart d’entre eux7. Dans une lettre du 21 avril 44, Cicéron va plus loin encore en les qualifiant de dieux (di8). Ces héros se sont acquis une gloire immortelle : gloria sempiterna, diuina gloria, laus immortalis9. Cicéron souligne leur bonheur, bonheur qu’ils tirent de la simple conscience de leur acte : « Du moins, ils seront toujours célèbres, et même heureux grâce à la conscience de leur exploit. »10

  • 11 Att. XIV, 6, 2, t. IX, p. 93 ; 15, 2, p. 112 : nostris tyrannoctonis ; 21, 3, p. 129 ; XVI, 15, 3, (...)
  • 12 Voir par exemple Chamoux, 1963, p. 84, 91, 276, 403, 445.
  • 13 Hérodote, V, 55-56, éd. Legrand, CUF, t. V, 1946, p. 101-102 ; VI, 109 et 123, éd. cit., t. VI, 19 (...)
  • 14 Voir Démosthène, Contre Leptine 70 et 159, dans Plaidoyers politiques, éd. Navarre-Orsini, CUF, t. (...)
  • 15 Diodore, XVI, 14, 1, éd. Sherman, coll. Loeb, t. VII, 1980, p. 276.
  • 16 Pélopidas 34, 7, dans Vies, éd. Flacelière-Chambry, CUF, t. IV, 1966, p. 177 ; Aratos 16, 4, éd. c (...)

5Autre terme qualifiant les conjurés : celui de « tyrannoctones » (tyrannoctoni). Ce terme emprunté au grec apparaît 5 fois (2 fois accompagné de nostri11). Les historiens modernes l’emploient volontiers à propos des Athéniens Harmodios et Aristogiton, meurtriers d’Hipparque, le frère du tyran Hippias12. Cependant il n’apparaît pas dans les récits de l’événement que nous trouvons chez Hérodote, Thucydide, Aristote et Diodore13. Harmodios et Aristogiton ne sont pas pleinement des tyrannicides, puisqu’ils n’ont pas tué le tyran lui-même, mais son frère, et que leur acte n’a pas mis fin à la tyrannie. D’autre part, si la tradition démocratique athénienne les considérait comme des champions de la liberté14, une autre tradition, représentée notamment par Thucydide, voit dans leur acte l’effet d’une vengeance purement privée. En grec la première occurrence de τυϱαννοκτόνος se trouve chez Diodore de Sicile, contemporain de Cicéron, à propos des meurtriers d’Alexandre, tyran de Phères15. Plutarque emploie le terme et ses dérivés, mais jamais à propos d’Harmodios et Aristogiton16. Un passage des Mulierum uirtutes (256 F) montre qu’il ne suffit pas de tuer le tyran pour être dit « tyrannoctone » : il faut le tuer dans le but de rétablir la liberté.

  • 17 Att. XIV, 5, 2, t. IX, p. 92 ; 6, 2, p. 93 ; 9, 2, p. 97 ; 14, 2 et 4, p. 110-111 ; 17, 6, p. 121  (...)
  • 18 Voir Att. VII, 11, 1, t. V, p. 99 ; 20, 2, p. 129 ; VIII, 2, 4, p. 164 ; IX, 4, 2, p. 238 ; 13a, 4 (...)
  • 19 César est cependant traité de rex dans une lettre du 21 août 45 : Att. XIII, 37, 2, t. VIII, p. 22 (...)
  • 20 De officiis III, 32 ; cf. III, 19, éd. Testard, CUF, t. II, 1970, p. 86 et 79. En mai 44 Cicéron e (...)
  • 21 Turchetti, 2001, p. 155-156, 272, 302-303, 321, 465, 546 et 570.
  • 22 Platon, République VIII-IX ; Aristote, Politique V, 11 et 12.

6Cicéron, qui voit dans les conjurés des tyrannoctones, qualifie logiquement César de tyran17. Ce terme lui a déjà été appliqué dans les lettres de 49, au début de la guerre civile18. Il disparaît par la suite, sans doute parce que Cicéron, comme bon nombre de ses amis, a bénéficié de la clementia Caesaris19. Il est repris après les Ides de mars, ce qui est une façon de légitimer l’acte accompli. On notera cependant que les lettres de Cicéron ne donnent pas de justification théorique du tyrannicide. Celle-ci apparaît dans le De officiis, rédigé à l’automne 44 : le tyran, lisons-nous dans ce traité, s’est mis à l’écart de la communauté humaine ; le mettre à mort revient à couper un membre atteint par la gangrène, qui risquerait de nuire au reste du corps20. Dans la somme qu’il a consacrée à la tyrannie et au tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, Mario Turchetti souligne l’importance de ce texte pour la réflexion ultérieure sur le tyrannicide21. La pensée de Cicéron, dans ce domaine, a eu d’autant plus d’influence que Platon et Aristote, qui parlent longuement du tyran et de la tyrannie22, n’abordent pas la question du tyrannicide.

  • 23 Att. XIV, 14, 4, t. IX, p. 111 : Quid mihi attulerit ista domini mutatio praeter laetitiam quam oc (...)
  • 24 Voir Phil. (= Philippiques) II, 28 ; II, 88, éd. Boulanger-Wuilleumier, CUF, t. I, 1959, p. 103-10 (...)
  • 25 Voir Carcopino, 1947, t. 2, p. 32-37, et les textes cités par Gotter, 1996, p. 124.
  • 26 Alcée, fr. 332, éd. G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 1999, t. II, p. 144 : Νῦν χϱὴ μεθύσθην (...)

7Pour Cicéron lui-même, les Ides de mars sont une source de joie : « Que m’aura apporté ce changement de maître, écrit-il le 28 ou 29 avril 44, sinon la joie que j’ai ressentie en voyant de mes yeux la juste fin du tyran ? »23 Ce texte est l’un de ceux qui suggèrent que Cicéron était présent à la curie de Pompée, le jour des Ides de mars24. Les passages où Cicéron exprime sa joie ont parfois été jugés choquants25. Ils ne l’étaient sans doute pas aux yeux des Anciens. Cicéron connaissait probablement, comme Horace, le poème où Alcée donne libre cours à sa joie après le meurtre du tyran Myrsilos : « Maintenant il faut que chacun s’enivre et boive, puisque Myrsilos est mort. »26 Ce passage est le modèle du fameux Nunc est bibendum.

  • 27 Voir Att. XIV, 4, 2 (cité n. 1) ; 11, 1, t. IX, p. 100 ; 13, 3, p. 107.
  • 28 Att. XIV, 22, 2, t. IX, p. 131 : Itaque me Idus Martiae non tam consolantur quam antea.
  • 29 Att. XV, 4, 2, t. IX, p. 140 : Itaque stulta iam Iduum Martiarum est consolatio. Cf. § 3, p. 141 :(...)

8La joie de Cicéron est cependant de courte durée, puisque très vite il se rend compte que la mort de César n’a pas restauré le régime républicain. Les Ides de mars deviennent alors source de consolation27. Mais leur pouvoir de consolation diminue au fur et à mesure que les semaines passent et que la situation politique devient plus tendue. Le 14 mai, Cicéron écrit à Atticus : « C’est pourquoi les Ides de mars me consolent moins qu’auparavant. »28 Et, le 24 mai, il va jusqu’à lui écrire : « C’est pourquoi la consolation tirée des Ides de mars n’est plus qu’une sottise. »29

9Les Ides de mars n’ont donc pas apporté la libération escomptée. Cicéron s’interroge alors sur l’événement : les conjurés n’auraient-ils pas pu, n’auraientils pas dû agir autrement ? Dès le 19 avril, dans une lettre à Atticus, il revient sur le déroulement des faits dans les heures qui ont suivi la mort de César :

  • 30 Att. XIV, 10, 1, t. IX, p. 98 : Meministine <me> clamare illo ipso primo Capitolino die senatum in Cap</me> (...)

Te souviens-tu que lors de cette fameuse première journée au Capitole j’ai proclamé que les préteurs devaient convoquer le Sénat au Capitole ? Dieux immortels, quels travaux auraient pu être accomplis alors dans l’allégresse de tous les bons citoyens, et même des citoyens moyennement bons, et au désespoir des brigands ! Toi, tu mets en cause la fête de Liber ; qu’aurait-on pu faire ce jour-là ? Nous étions perdus déjà depuis longtemps.30

  • 31 Voir Plutarque, Antoine 14, 2, dans Vies, éd. cit., t. XIII, 1977, p. 111 ; Brutus 18, 7-14, éd. c (...)
  • 32 Voir Phil. I, 1-2 ; 23 ; 31-32 et II, 89-90, éd. cit., p. 54-55, 67, 71-72 et 137-138 ; Plutarque,(...)

10Après le meurtre de César, les conjurés s’étaient regroupés au Capitole, où ils furent rejoints par un certain nombre de leurs partisans, dont Cicéron31. Ce dernier estime que Brutus, préteur urbain, et Cassius, préteur pérégrin, auraient dû convoquer immédiatement le Sénat ; ils auraient pris ainsi les commandes de la respublica. Ils ne l’ont pas fait et ont laissé l’initiative au consul Antoine. Celui-ci a convoqué le Sénat au temple de Tellus le 17 mars, jour des Liberalia. Un compromis a alors été adopté : le Sénat a validé les mesures prises par César (les acta Caesaris), tout en accordant l’amnistie à ses meurtriers32. Sur le moment, Cicéron semble avoir approuvé et soutenu ce compromis. Quelques semaines plus tard, il en mesure le caractère funeste.

  • 33 Sur la fuite d’Antoine, voir Phil. II, 88-89, éd. cit., p. 137 ; Plutarque, Antoine 14, 1, éd. cit (...)
  • 34 Brutus 18, 3-6 ; 20, 1-2, éd. cit., p. 111-112 et 114 ; Antoine 13, 3, éd. cit., p. 111. Cf. Vellé (...)

11Brutus et Cassius ont donc eu tort de ne pas convoquer immédiatement le Sénat, en l’absence d’Antoine, au moment où celui-ci, terrorisé, se cachait33. Aux yeux de Cicéron, ils ont commis une autre faute, qui est de ne pas avoir éliminé ce même Antoine en même temps que César. Selon Plutarque, la plupart des conjurés souhaitaient faire périr Antoine, mais ce projet fut combattu par Brutus, qui persuada ses compagnons de n’exécuter que le seul César34.

  • 35 Att. XIV, 3, 2, t. IX, p. 90.

12Après les Ides de mars, Cicéron ne semble pas s’être méfié spécialement d’Antoine. Le 9 avril, il le dit plus préoccupé par ses dîners que par quelque mauvais dessein contre la République35. Mais, le 11 mai, il apprend par Balbus qu’Antoine s’est rendu en Campanie pour visiter les vétérans de César et s’assurer de leur appui. C’est donc une nouvelle tyrannie, appuyée sur les armes, qui se profile. Dès lors, l’idée qu’Antoine aurait dû être éliminé lui aussi se fait jour dans la correspondance avec Atticus :

  • 36 Att. XIV, 21, 3, t. IX, p. 129 : Acta enim illa res est animo uirili, consilio puerili. Quis enim (...)

En effet toute cette affaire a été conduite avec un courage d’homme, mais un jugement d’enfant. Car qui ne voyait qu’on laissait en place un héritier du trône ? Quoi de plus absurde ?
« Craindre ceci, mais concernant cela n’éprouver nulle crainte ! »36

  • 37 Att. XIV, 22, 2, t. IX, p. 131.
  • 38 Att. XV, 4, 2, t. IX, p. 140 : animis enim usi sumus uirilibus, consiliis, mihi crede, pueripueril (...)
  • 39 Fam. XII, 4, 1, t. X, p. 171 : Vellem Idibus Martiis me ad cenam inuitasses ; profecto reliquiarum (...)
  • 40 Grimal, 1986, p. 406 ; Macrobe, Saturnales II, 3, 13, éd. Willis, Bibl. Teubner, t. I, 1970, p. 14 (...)

13Le 14 mai, Cicéron parle, à mots couverts, du « grave défaut » (magnum mendum) que présentent les Ides de mars37. Le 24 mai, il écrit, toujours à Atticus : « Nous avons fait preuve d’un courage d’hommes, mais, croismoi, d’un jugement d’enfants ; car l’arbre a été coupé, mais non déraciné ; aussi tu vois comme il produit des rejetons. »38 L’année suivante, à l’époque des Philippiques, lorsqu’il sera pleinement engagé dans la lutte contre Antoine, Cicéron exprimera la même idée de façon toujours imagée, mais beaucoup plus brutale. Voici ce qu’il écrit à Cassius le 2 février 43 : « Je regrette qu’aux Ides de mars, tu ne m’aies pas invité à dîner ; en vérité, il n’y aurait pas eu de restes. Maintenant les restes que vous avez faits me tourmentent, moi plus que tous les autres. »39 À propos de ce passage, Pierre Grimal parle d’humour noir ; Macrobe, lui, parlait de seria mordacitas, d’« esprit mordant et sérieux40 ». La même formule est reprise, le même jour ou peu de temps après, dans une lettre écrite à un autre conjuré, C. Trébonius :

  • 41 Fam. X, 28, 1, t. X, p. 172 : Quam uellem ad illas pulcherrimas epulas me Idibus Martiis inuitasse (...)

Comme je regrette que tu ne m’aies pas invité à ce magnifique festin, le jour des Ides de mars ! Nous n’aurions pas de restes. Mais maintenant ces restes nous causent tant de tracas que votre bienfait divin envers la République est l’objet de quelques plaintes. Puisque c’est toi, homme excellent, qui as tiré à l’écart ce fléau et lui as donné de vivre encore aujourd’hui, de temps en temps, ce qui pour moi est presque une impiété, je m’irrite un peu contre toi ; en effet tu m’as laissé plus de tracas, à moi seul, qu’à tous les autres.41

  • 42 Plutarque, Brutus 17, 2, éd. cit., p. 110 ; Appien, II, 117, éd. cit., p. 442 ; Dion Cassius, 44, (...)

14Cicéron confirme ici, à l’avance, un détail donné par les historiens grecs Plutarque, Appien et Dion Cassius : le matin des Ides de mars, Trébonius avait retenu Antoine en dehors de la curie de Pompée, sous prétexte de l’entretenir d’une affaire importante. Il voulait ainsi l’empêcher de porter secours à César, ce qui aurait pu amener les conjurés à le tuer42.

15S’il éprouve parfois de l’irritation à l’égard de Trébonius, Cicéron sait bien que la volonté d’épargner Antoine venait en dernier ressort de M. Brutus. Mais pendant longtemps il semble avoir hésité à en faire ouvertement le reproche à son ami. Le 6 juin 44, il raconte à Atticus une rencontre qu’il vient d’avoir à Antium avec Brutus, Cassius et plusieurs de leurs proches.

  • 43 Att. XV, 11, 2, t. IX, p. 185 : cumque ingressus essem dicere quid oportuisset – nec uero quicquam (...)

Comme j’avais commencé à dire ce qu’il aurait fallu faire – rien de nouveau en vérité, mais ce que tout le monde répète chaque jour – sans aborder le thème selon lequel il aurait fallu frapper encore quelqu’un d’autre, mais en rappelant qu’on aurait dû convoquer le Sénat, entraîner plus vivement le peuple brûlant d’enthousiasme et prendre en charge la République dans son ensemble, ta chère amie s’écrie : « Mais je n’ai jamais entendu personne tenir pareils propos ! » Je parvins à me contenir.43

  • 44 Voir Cicero’s letters to Atticus, éd. D. R. Shackleton Bailey, vol. VI, Cambridge University Press (...)
  • 45 Voir Syme, 1967, p. 106.

16La chère amie d’Atticus est Servilia, la mère de Brutus. Celle-ci veut dire, sans doute, que jamais personne n’a osé critiquer ainsi son fils en sa présence44. Mais ce qui importe pour nous, c’est de noter que, devant Brutus, Cicéron évite de dire qu’Antoine aurait dû lui aussi être tué. Cela peut s’expliquer par les liens d’amitié véritable qui semblent avoir existé entre Antoine et Brutus45.

17Si l’on se fonde sur les lettres conservées, ce n’est qu’en avril 43 que Cicéron reproche directement à Brutus de ne pas avoir éliminé Antoine. C’est le moment de la guerre de Modène : les hostilités sont désormais ouvertes entre les troupes d’Antoine et les forces sénatoriales.

  • 46 Ad Br. II, 5, 1-2 (14 ou 16 avril 43), t. X, p. 233 : Voluntas mea, Brute, de summa re publica sem (...)

Ma volonté, Brutus, quant à l’intérêt supérieur de l’État a toujours été la même que la tienne, ma méthode dans certains cas (pas dans tous, en effet) est peut-être un peu plus violente. Tu sais qu’il m’a toujours paru bon que la République fût délivrée non seulement du roi mais de la royauté ; toi, tu as agi avec plus de douceur, en obtenant, il est vrai, une gloire immortelle. Mais ce qui eût été préférable, nous l’avons compris au prix d’une grande douleur, nous le comprenons au prix d’un grand danger. […] tu vois quel combat, quel grand combat se livre en ce moment même contre lui. Ce combat n’aurait certainement pas lieu si Antoine, alors, n’avait pas été épargné.46

  • 47 Voir Bellincioni, 1974, p. 253-262 ; Ortmann, 1988, p. 190-191, 286-290.
  • 48 Ad Br. I, 2a, 2 (17 [?] avril 1943), t. X, p. 240 : quod si clementes esse uolumus, numquam deerun (...)

18« Nous l’avons compris au prix d’une grande douleur » fait référence à l’année 44, où Antoine était présent à Rome, en tant que consul, et se comportait en maître. « Nous le comprenons au prix d’un grand danger » fait référence aux périls actuels de la guerre de Modène. Nous sommes loin ici de la brutalité qui s’affichait dans les lettres à Cassius et à Trébonius. Les précautions oratoires sont importantes : Cicéron rappelle à Brutus leur communauté d’idéal politique et la gloire immortelle que lui ont apportée les Ides de mars. L’idée qu’Antoine aurait dû être tué est présentée une première fois sans que son nom soit cité. Cicéron ne veut pas heurter de front son ami, mais l’amener à comprendre les inconvénients de sa politique de clémence : la vie d’Antoine a été épargnée, mais le certamen qui se livre va porter atteinte à d’autres vies. Il faut rappeler en effet qu’en mars 43 Brutus a capturé C. Antonius, le frère cadet d’Antoine, et Cicéron lui reproche de traiter son prisonnier avec beaucoup trop de douceur47 : « Si nous voulons être cléments, lui écrit-il, les guerres civiles ne disparaîtront jamais. »48

  • 49 Att. XIV, 12, 1 (22 avril 44), t. IX, p. 101 Ὢ πράξεως καλῆς μέν, ἀτελοῦς δέ…

19Les Ides de mars sont donc une « action belle, mais inachevée », comme on peut le lire, en grec, dans une lettre à Atticus49. Cependant, Cicéron ne désespère pas de voir rétablir un jour le régime républicain. À l’automne 44, il s’engagera lui-même résolument dans la lutte contre Antoine. Il compte également sur les conjurés des Ides de mars pour mener jusqu’à son terme l’œuvre de libération. Écrivant aux chefs républicains Brutus, Cassius ou D. Brutus, il s’appuie sur l’exploit déjà accompli pour les inciter à poursuivre leur action. C’est ce qu’on peut appeler l’utilisation « parénétique » des Ides de mars.

  • 50 Voir Att. XIV, 15, 2, t. IX, p. 112 ; 16, 2, p. 113 ; Fam. XII, 1, 1, t. IX, p. 115 ; IX, 14, p. 1 (...)
  • 51 Sur la lettre (perdue) à Brutus, voir Att. XIV, 17, 4, t. IX, p. 121. Sur la portée de ces lettres (...)

20Une première lettre d’encouragement à Cassius remonte au 3 mai 44. Quelques jours plus tôt, le consul Dolabella, qui est pourtant un Césarien, a fait abattre une colonne élevée sur le Forum en l’honneur de César ; il voulait ainsi mettre fin au culte qu’une partie du peuple de Rome rendait au dictateur et aux troubles que ce culte entraînait50. Cicéron pense qu’un rapprochement est possible entre d’anciens Césariens, comme Dolabella, et les chefs républicains. Il écrit donc à Brutus et à Cassius pour les encourager à poursuivre l’œuvre entreprise51. Seule la lettre à Cassius est conservée :

  • 52 Fam. XII, 1, 2, t. IX, p. 116 : Haec omnia uobis sunt expedienda nec hoc cogitandum, satis iam hab (...)

Vous devez mettre en ordre tout cela et ne pas considérer que la République a déjà suffisamment reçu de vous. Elle a reçu, il est vrai, plus qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit de souhaiter ; mais elle ne s’en contente pas et attend de vous de grandes choses, à la mesure de votre grandeur d’âme et de votre grand bienfait. Jusqu’à présent, grâce à vous, par la mort du tyran, elle a vengé les injustices qu’elle avait subies ; mais rien de plus. Lequel de ses ornements a-t-elle retrouvé ? le fait d’obéir à un mort qu’elle ne pouvait supporter vivant ? de nous voir défendre jusqu’aux notes manuscrites d’un homme dont nous aurions dû abolir les lois gravées sur bronze ? Mais, il est vrai, nous en avons décidé ainsi ; nous l’avons fait en nous pliant aux circonstances, qui ont le plus grand poids en politique ; mais certains abusent sans mesure ni gratitude de notre complaisance.52

  • 53 Voir Att. XIV, 12, 1, t. IX, p. 101 ; 13, 6, p. 108 ; 14, 2, p. 110.

21Cicéron dénonce ici les abus de pouvoir d’Antoine, qui fait passer pour des acta Caesaris de simples projets du dictateur, voire des mesures que celui-ci n’aurait jamais prises53. Il souligne d’autre part la grandeur du bienfait des tyrannicides, qui va au delà de ce que lui-même pouvait souhaiter. Mais ce bienfait, au lieu de libérer Cassius de toute dette envers la République, lui a conféré des obligations nouvelles. Une attente a été créée, qu’il a le devoir de combler.

  • 54 Voir Beaujeu, t. X, p. 111-116.

22Ici, l’encouragement a une portée générale. Parfois, le rappel des Ides de mars sert à appuyer une demande particulière. Le 9 décembre, ou peu après, Cicéron écrit à D. Brutus, qui gouverne alors la Gaule cisalpine. Le 2 juin, Antoine s’est fait attribuer cette province par un vote du peuple, alors qu’après les Ides de mars le Sénat lui avait attribué la Macédoine. À la fin de novembre, Antoine a quitté Rome en direction de la Cisalpine, dont il veut prendre le commandement. Il a avec lui une armée imposante. Cicéron exhorte D. Brutus à ne pas céder sa province à Antoine et à lui résister, au besoin par la force54.

  • 55 Fam. XI, 5, 2-3, t. X, p. 126-127 : Illud tamen breuiter significandum uidetur, populum Romanum om (...)

Cependant je crois devoir t’indiquer d’un mot ceci : le peuple romain attend tout de toi et place en toi tout son espoir de retrouver enfin la liberté. Si nuit et jour tu gardes à l’esprit, comme je sais bien que tu le fais, le grand exploit que tu as accompli, tu n’oublieras sûrement pas les grandes actions que maintenant encore tu dois accomplir. Si en effet cet individu, avec qui, il est vrai, j’ai toujours été ami, avant de me rendre compte qu’il faisait la guerre à la République non seulement ouvertement, mais avec plaisir, obtient une province, je vois bien qu’il ne reste aucun espoir de salut. C’est pourquoi, je t’en conjure par les mêmes prières que le Sénat et le peuple romain, délivre à jamais la République de la domination d’un roi, de façon que l’issue soit en accord avec le commencement ; c’est à toi que revient cette mission, ce rôle ; c’est de toi que la cité ou plutôt toutes les nations non seulement attendent, mais exigent cela.55

23Cicéron rappelle, une fois encore, la grandeur de l’exploit accompli. Les Ides de mars deviennent un objet de méditation, qu’il convient d’avoir présent à l’esprit jour et nuit. L’attente n’est plus seulement celle du peuple romain, mais celle de toutes les nations.

  • 56 Voir Bellincioni, 1974, p. 268-280 ; Ortmann, 1988, p. 504-507.
  • 57 Ad Br. I, 10, 4 (mi-juin 43 ; t. XI, p. 144) : Quam ob rem aduola, obsecro, atque eam rem publicam (...)
  • 58 Ad Br. I, 14, 2 (14 juillet 43), t. XI, p. 159 : Subueni igitur, per deos, idque quam primum, tibi (...)

24Autre demande précise : celle que Cicéron adresse à M. Brutus en juin et en juillet 43. Brutus est alors en Macédoine, avec des forces militaires importantes. En février, le Sénat lui a accordé les pleins pouvoirs en Grèce, Macédoine et Illyrie. À partir de la mi-juin, Cicéron le presse de se rendre en Italie avec ses légions56. En effet, il lui paraît seul capable de s’opposer à Antoine, qui a désormais l’appui de Lépide, gouverneur de la Gaule narbonnaise et de l’Espagne citérieure. Voici ce qu’il lui écrit : « Vole donc vers nous, je t’en supplie, et la République que tu as libérée par ton courage et ta grandeur d’âme plus que par les résultats, libère-la par l’issue finale ; tout le monde, d’un seul mouvement, accourra vers toi. »57 Et le mois suivant : « Viens donc à notre secours, par tous les dieux, et ce le plus tôt possible, et dis-toi bien qu’aux Ides de mars, où tu as arraché tes concitoyens à l’esclavage, tu n’as pas été plus utile à la patrie que tu ne le seras si tu viens promptement. »58

25Cicéron s’appuie de nouveau sur un rappel des Ides de mars : ce jour-là, d’une certaine manière, Rome a déjà été libérée. Si Brutus revient en Italie, il accomplira un exploit tout aussi grand, qui aboutira à la libération définitive.

  • 59 Porcia, fille de Caton, s’était suicidée en raison d’une maladie : voir Plutarque, Brutus 53, 6, é (...)
  • 60 Selon Beaujeu, t. VIII, p. 80 ; t. XI, p. 108, il ne s’agit pas de la première lettre écrite par B (...)

26Le dernier texte que nous allons citer est de nature très différente, puisqu’il s’agit d’une lettre de condoléances, ou de consolation, adressée à Brutus après la mort de son épouse Porcia59. Cicéron rappelle une lettre que Brutus lui avait écrite deux ans plus tôt, en avril 45, après la mort de Tullia60. Leur situation, explique-t-il, n’est pas exactement comparable :

  • 61 Ad Br. I, 9, 2 (fin juin 43 ?), t. XI, p. 147-148 : Ac mihi tum, Brute, officio solum erat et natu (...)

Alors, Brutus, je n’avais d’obligations qu’envers le devoir et la nature, toi maintenant tu en as envers le public et la scène, comme on dit ; en effet, puisque non seulement ton armée, mais tous les citoyens et presque tous les peuples ont les yeux tournés vers toi, il ne convient pas du tout que celui grâce auquel nous sommes plus forts, nous tous les autres, paraisse lui-même moralement affaibli. Ainsi tu as ressenti de la douleur, il est vrai (car tu as perdu un être qui n’avait pas son pareil sur la terre), et il faut souffrir lors d’une si grave blessure, de peur que cet état même, être privé de tout sentiment de douleur, ne soit plus déplorable que la douleur elle-même ; mais souffrir avec modération est utile pour tous les autres et pour toi nécessaire.61

27Sans les nommer, Cicéron fait allusion aux Ides de mars, qui ont fait que tous les citoyens romains et presque tous les peuples ont les yeux tournés vers Brutus. Les Ides de mars sont évoquées ici pour un encouragement de nature privée : elles doivent permettre à Brutus de comprendre qu’il a, plus qu’un autre, le devoir de faire face courageusement à son deuil.

28Nous avons distingué trois aspects dans la manière dont les lettres de Cicéron traitent les Ides de mars : la louange ou célébration, l’examen critique, l’utilisation parénétique. Ces trois aspects se succèdent-ils dans le temps, ou bien sont-ils présents simultanément ? En fait, il y a simultanéité plutôt que succession chronologique. Cicéron n’a jamais cessé de célébrer les Ides de mars, même s’il le fait un peu plus en avril-mai 44, dans les semaines qui suivent l’événement. Mais dès le 19 avril il jette un regard critique sur l’action des conjurés et dès le 3 mai le rappel du tyrannicide lui sert à exhorter C. Cassius.

29Cicéron évoque les Ides de mars d’une part dans les lettres à Atticus, d’autre part dans les messages qu’il adresse à plusieurs des conjurés : M. Brutus, Cassius, D. Brutus, Trébonius. La célébration de l’événement apparaît surtout dans les lettres à Atticus ; elle s’accompagne toujours d’un sentiment d’insatisfaction et de regret puisque, malgré l’exploit accompli et la mort du dictateur, Rome n’a pas pleinement retrouvé la liberté. C’est d’abord dans l’intimité des lettres à Atticus que Cicéron critique l’action des conjurés, avant que les critiques ne soient adressées directement à Cassius, à Trébonius et, en dernier lieu, à M. Brutus. Quant à la parénèse, elle concerne uniquement les chefs républicains, puisque Atticus, Épicurien et chevalier romain, s’est toujours tenu à l’écart de la politique active.

  • 62 Att. XV, 3, 2 (22 mai 44), t. IX, p. 138. Voir aussi XIV, 17, 6, t. IX, p. 121 ; XV, 4, 3, p. 141  (...)

30Nous savons par les lettres à Atticus que Cicéron avait pensé consacrer un ouvrage aux Ides de mars. Multa dicentur, multa scribentur a nobis, écrit-il à ce propos62 (« J’aurai beaucoup à dire, beaucoup à écrire »). Les nombreuses et riches allusions aux Ides de mars contenues dans la correspondance font qu’il n’y a pas lieu de trop regretter l’abandon de ce projet. C’est en tout cas ce que nous espérons avoir montré.

Notes

1 Att. (= Ad Atticum) XIV, 4, 2, t. IX, p. 90 : Sed omnia licet concurrant, Idus Martiae consolantur. Nous citons les lettres de Cicéron d’après l’édition L.-A. Constans, J. Bayet et J. Beaujeu, 11 t., Paris, Les Belles Lettres, 1934-1996, et donnons des traductions personnelles. Sur les Ides de mars, voir Étienne, 1973 ; Martin, 1988 ; id., 1994, p. 160-168 ; Canfora, 2001, p. 277-328.

2 Voir Att. XIV, 6, 1, t. IX, p. 93 ; 12, 1, p. 101 ; 13, 3, p. 107 ; 14, 3, p. 110 ; 18, 4, p. 125 ; 22, 2, p. 131 ; XV, 4, 2 et 3, p. 140-141 ; Fam. (= Ad Familiares) IX, 14, 5, t. IX, p. 118 ; cf. Ad Br. (= Ad M. Brutum) I, 17, 1, t. XI, p. 179. Nous ne retenons que les passages où l’expression a nettement valeur métonymique. Rappelons que la légende EID. MAR. figure sur une monnaie que Brutus fit frapper avant la bataille de Philippes (voir Crawford, 1974, p. 741).

3 Sur la fin de la vie de Cicéron, voir Frisch, 1946 ; Gelzer, 1969 ; Bellincioni, 1974 ; Grimal, 1986 ; Ortmann, 1988 ; Van der Blom, 2003, et plus généralement, sur l’histoire de la période, Syme, 1967 ; Rawson, 1994 ; Gotter, 1996.

4 Att. XIV, 14, 2 (28 ou 29 avril 44), t. IX, p. 110 : Sublato enim tyranno tyrannida manere uideo. Cf. Att. XIV, 9, 2, t. IX, p. 97 ; Fam. XII, 1, 1, t. IX, p. 115.

5 Fam. XI, 5, 1 (à D. Junius Brutus, 9 décembre 44, ou peu après), t. X, p. 126 : Qua re hortatione tu quidem non eges, si ne in illa quidem re quae a te gesta est post hominum memoriam maxima hortatorem desiderasti.

6 Att. XIV, 4, 2 (10 avril 44), t. IX, p. 90 : Nostri autem ἥρωες quod per ipsos confici potuit gloriosissime et magnificentissime confecerunt.

7 Att. XIV, 6, 1, t. IX, p. 92 ; 11, 1, p. 100 ; XV, 12, 2, p. 187. Cf. Att. XIV, 12, 2, p. 102 : nostri liberatores.

8 Att. XIV, 11, 1, t. IX, p. 100 : nostri illi non heroes sed di […] Cf. Att. XIV, 14, 3, p. 110 ; Fam. X, 28, 1, t. X, p. 172 ; Ad Br. I, 15, 4, t. XI, p. 161 ; II, 5, 2, t. X, p. 233.

9 Att. XIV, 11, 1, t. IX, p. 100 ; Ad Br. I, 15, 4, t. XI, p. 161 ; II, 5, 1, t. X, p. 233.

10 Att. XIV, 12, 2 (22 avril 44), t. IX, p. 102 : <Qui> quidem semper erunt clari, conscientia uero facti sui etiam beati. Cf. XIV, 5, 2, t. IX, p. 92.

11 Att. XIV, 6, 2, t. IX, p. 93 ; 15, 2, p. 112 : nostris tyrannoctonis ; 21, 3, p. 129 ; XVI, 15, 3, t. X, p. 103 ; Fam. XII, 22, 2, t. X, p. 48 : nostri tyrannoctoni. Cf. Appien, Guerres civiles II, 114, 121 et 127, éd. White, coll. Loeb, London, 1991, p. 436, 452 et 460 ; Suétone, Tibère 4, 1, dans Vies des douze Césars, éd. Ailloud, CUF, t. II, 1931, p. 6.

12 Voir par exemple Chamoux, 1963, p. 84, 91, 276, 403, 445.

13 Hérodote, V, 55-56, éd. Legrand, CUF, t. V, 1946, p. 101-102 ; VI, 109 et 123, éd. cit., t. VI, 1948, p. 108 et 115 ; Thucydide, I, 20, éd. Bodin-de Romilly, CUF, t. I, 1953, p. 13-14 ; VI, 53-59, éd. cit., t. IV, 1955, p. 39-44 ; Aristote, Constitution d’Athènes 18, éd. Mathieu-Haussoullier, CUF, 1930, p. 19-20 ; Diodore, X, 17, éd. Oldfather, coll. Loeb, t. IV, 1970, p. 78-80.

14 Voir Démosthène, Contre Leptine 70 et 159, dans Plaidoyers politiques, éd. Navarre-Orsini, CUF, t. I, 1957, p. 81 et 110. Dans cette perspective, ils peuvent être appelés tyrannoctones : voir Sénèque, De beneficiis VII, 15, 2, éd. Préchac, CUF, t. II, 1928, p. 92 ; Diogène Laërce, IX, 26, éd. Hicks, coll. Loeb, t. II, 1979, p. 436. Les Athéniens ont rapproché Brutus et Cassius d’Harmodios et Aristogiton en dressant leurs statues à côté de celles des meurtriers d’Hipparque : voir Dion Cassius, 47, 20, 4, éd. Foster-Cary, coll. Loeb, t. V, repr. 1989, p. 158.

15 Diodore, XVI, 14, 1, éd. Sherman, coll. Loeb, t. VII, 1980, p. 276.

16 Pélopidas 34, 7, dans Vies, éd. Flacelière-Chambry, CUF, t. IV, 1966, p. 177 ; Aratos 16, 4, éd. cit., t. XV, 1979, p. 87 ; Moralia 256 F, éd. Babbitt, coll. Loeb, t. III, 1989, p. 546 ; 1 126 E et 1 128 F, éd. Einarson-De Lacy, coll. Loeb, t. XIV, 1967, p. 306 et 328. Cf. Lucien, Le Tyrannicide, passim, éd. Harmon, coll. Loeb, t. V, 1972, p. 444-472.

17 Att. XIV, 5, 2, t. IX, p. 92 ; 6, 2, p. 93 ; 9, 2, p. 97 ; 14, 2 et 4, p. 110-111 ; 17, 6, p. 121 ; XV, 3, 2, p. 138 ; 20, 2, p. 195 ; XVI, 14, 1, t. X, p. 99 ; Fam. XII, 1, 2, t. IX, p. 116. Cf. Ad Br. I, 4a, 3, t. XI, p. 62 ; I, 16, 6, p. 185. Cicéron emploie aussi rex : Att. XIV, 11, 1, t. IX, p. 100 ; Fam. XII, 1, 1, t. IX, p. 115 ; etc.

18 Voir Att. VII, 11, 1, t. V, p. 99 ; 20, 2, p. 129 ; VIII, 2, 4, p. 164 ; IX, 4, 2, p. 238 ; 13a, 4, p. 287 ; X, 1, 3, t. VI, p. 27 ; 4, 2, p. 47 ; 8, 6, p. 72 ; 12a, 1, p. 102. Cf. VII, 12, 2, t. V, p. 104 : ϕαλαϱισμόν ; VIII, 16, 2, p. 221 : hic Pisistratus. En 49, Cicéron ne qualifie pas César de rex, mais il emploie regnum et regnare à propos de César comme de Pompée : Att. VII, 11, 1, t. V, p. 99 ; VIII, 11, 2, p. 200 ; IX, 7, 3, p. 260 ; 10, 7, p. 274 ; X, 7, 1, t. VI, p. 62 ; 8, 2 et 7, p. 70 et 73.

19 César est cependant traité de rex dans une lettre du 21 août 45 : Att. XIII, 37, 2, t. VIII, p. 227. Cf. Fam. VI, 19, 2 (du 27 ou 28 août 45), t. VIII, p. 234.

20 De officiis III, 32 ; cf. III, 19, éd. Testard, CUF, t. II, 1970, p. 86 et 79. En mai 44 Cicéron envisageait d’écrire un ouvrage où il aurait montré que César a été tué iure optimo : Att. XV, 3, 2, t. IX, p. 138. Voir n. 62.

21 Turchetti, 2001, p. 155-156, 272, 302-303, 321, 465, 546 et 570.

22 Platon, République VIII-IX ; Aristote, Politique V, 11 et 12.

23 Att. XIV, 14, 4, t. IX, p. 111 : Quid mihi attulerit ista domini mutatio praeter laetitiam quam oculis cepi iusto interitu tyranni ? Sur la joie ressentie alors par Cicéron, voir Att. XIV, 6, 1, t. IX, p. 92-93 ; 9, 2, p. 97 ; 10, 1, p. 98 ; 12, 1, p. 101 ; 13, 2, p. 107 ; 22, 2, p. 131. Le verbe gaudere apparaît aussi dans le billet de félicitations adressé à Basilus (Fam. VI, 15 ; t. XI, p. 193), souvent daté des Ides de mars (ainsi par Carcopino, 1947, t. II, p. 32-33 et 246 ; Canfora, 2001, p. 302). Mais cette datation nous semble à écarter, pour les raisons données notamment par Beaujeu, éd. cit., t. IX, p. 54.

24 Voir Phil. (= Philippiques) II, 28 ; II, 88, éd. Boulanger-Wuilleumier, CUF, t. I, 1959, p. 103-104 et 137 ; De diuinatione II, 23, éd. Giomini, Bibl. Teubner, Leipzig, 1975, p. 87. Sur la présence de Cicéron lors de l’assassinat de César, voir Gelzer, 1969, p. 325 ; Grimal, 1986, p. 375 ; Beaujeu, t. IX, p. 38. Contra, Carcopino, 1947, t. II, p. 31-32.

25 Voir Carcopino, 1947, t. 2, p. 32-37, et les textes cités par Gotter, 1996, p. 124.

26 Alcée, fr. 332, éd. G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 1999, t. II, p. 144 : Νῦν χϱὴ μεθύσθην καί τινα πϱὸς βίαν / πώνην, ἐπεὶ δὴ κάτθανε Μύϱσιλος. Sur le sens de l’expression πϱὸς βίαν πώνην (« boire par force »), voir Liberman, t. II, p. 144. Sur les honneurs accordés par les Grecs au tyrannicide, voir Cicéron, Pro Milone 80, éd. Boulanger, CUF, 1949, p. 124 ; Xénophon, Hiéron 4, 5, dans Scripta minora, éd. Marchant, coll. Loeb, 1993, p. 26 ; Aristote, Politique II, 7, 13, 1 267 a, éd. Aubonnet, CUF, t. I, 1960, p. 71 ; Polybe, II, 56, 15 ; 60, 2, éd. Pédech, CUF, t. II, 1970, p. 105 et 110.

27 Voir Att. XIV, 4, 2 (cité n. 1) ; 11, 1, t. IX, p. 100 ; 13, 3, p. 107.

28 Att. XIV, 22, 2, t. IX, p. 131 : Itaque me Idus Martiae non tam consolantur quam antea.

29 Att. XV, 4, 2, t. IX, p. 140 : Itaque stulta iam Iduum Martiarum est consolatio. Cf. § 3, p. 141 : me Idus Martiae non delectant.

30 Att. XIV, 10, 1, t. IX, p. 98 : Meministine <me> clamare illo ipso primo Capitolino die senatum in Capitolium a praetoribus uocandum ? Dii immortales, quae tum opera effici potuerunt laetantibus omnibus bonis, etiam sat bonis, fractis latronibus ! Liberalia tu accusas ; quid fieri tum potuit ? Iam pridem perieramus. Comparer Att. XIV, 14, 2, t. IX, p. 110.

31 Voir Plutarque, Antoine 14, 2, dans Vies, éd. cit., t. XIII, 1977, p. 111 ; Brutus 18, 7-14, éd. cit., t. XIV, 1978, p. 112-113 ; César 67, 3, éd. cit., t. IX, 1975, p. 219 ; Nicolas de Damas, 25, 94, éd. Malitz, Darmstadt, 2003, p. 70 ; Appien, II, 120, éd. cit., p. 448 ; Dion Cassius, 44, 21, 2, éd. cit., t. IV, p. 340. Sur la présence de Cicéron, voir Phil. II, 89, éd. cit., p. 137.

32 Voir Phil. I, 1-2 ; 23 ; 31-32 et II, 89-90, éd. cit., p. 54-55, 67, 71-72 et 137-138 ; Plutarque, Antoine 14, 3-4, éd. cit., p. 111 ; Brutus 19, 1, éd. cit., p. 113 ; César 67, 8-9, éd. cit., p. 219 ; Cicéron 42, 3, dans Vies, t. XII, 1976, p. 115 ; Appien, II, 126-136, éd. cit., p. 458-478 ; Dion Cassius, 44, 22-34, éd. cit., t. IV, p. 340-366.

33 Sur la fuite d’Antoine, voir Phil. II, 88-89, éd. cit., p. 137 ; Plutarque, Antoine 14, 1, éd. cit., p. 111 ; Brutus 18, 6, éd. cit., p. 112 ; César 67, 2, éd. cit., p. 219 ; Dion Cassius, 44, 22, 2, éd. cit., t. IV, p. 340.

34 Brutus 18, 3-6 ; 20, 1-2, éd. cit., p. 111-112 et 114 ; Antoine 13, 3, éd. cit., p. 111. Cf. Velléius Paterculus, 2, 58, 2, éd. Hellegouarc’h, CUF, 1982, t. II, p. 67 ; Appien, II, 114, éd. cit., p. 436.

35 Att. XIV, 3, 2, t. IX, p. 90.

36 Att. XIV, 21, 3, t. IX, p. 129 : Acta enim illa res est animo uirili, consilio puerili. Quis enim hoc non uidit, regni heredem relictum ? Quid autem absurdius ? « Hoc metuere, alterum in metu non ponere ! »

37 Att. XIV, 22, 2, t. IX, p. 131.

38 Att. XV, 4, 2, t. IX, p. 140 : animis enim usi sumus uirilibus, consiliis, mihi crede, pueripuerilibus ; excisa enim est arbor, non euulsa ; itaque quam fru[c] ticetur uides.

39 Fam. XII, 4, 1, t. X, p. 171 : Vellem Idibus Martiis me ad cenam inuitasses ; profecto reliquiarum nihil fuisset. Nunc me reliquiae uestrae exercent, et quidem praeter ceteros me. Voir aussi Fam. XII, 3, 1 (à Cassius, octobre 44), t. X, p. 49 ; Phil. II, 34 et 86, éd. cit., p. 107 et 136.

40 Grimal, 1986, p. 406 ; Macrobe, Saturnales II, 3, 13, éd. Willis, Bibl. Teubner, t. I, 1970, p. 142.

41 Fam. X, 28, 1, t. X, p. 172 : Quam uellem ad illas pulcherrimas epulas me Idibus Martiis inuitasses ! Reliquiarum nihil haberemus. At nunc cum iis tantum negoti est ut uestrum illud diuinum <in> rem publicam beneficium non nullam habeat querelam. Quod uero a te, uiro optimo, seductus est tuoque beneficio adhuc uiuit haec pestis, interdum, quod mihi uix fas est, tibi subirascor ; mihi enim negoti plus reliquisti uni quam praeter me omnibus.

42 Plutarque, Brutus 17, 2, éd. cit., p. 110 ; Appien, II, 117, éd. cit., p. 442 ; Dion Cassius, 44, 19, 1-2, éd. cit., t. IV, p. 336. Voir Phil. II, 34 et XIII, 22, éd. cit., t. I, p. 107 et t. II, p. 233. Plutarque, César 66, 4, éd. cit., p. 217, attribue par erreur ce rôle à D. Brutus.

43 Att. XV, 11, 2, t. IX, p. 185 : cumque ingressus essem dicere quid oportuisset – nec uero quicquam noui, sed ea quae cotidie omnes – nec tamen illum locum attingerem, quemquam praeterea oportuisse tangi, sed senatum uocare, populum ardentem studio uehementius incitare, totam suscipere rem publicam, exclamat tua familiaris : « hoc uero neminem umquam audiui ! » Ego repressi.

44 Voir Cicero’s letters to Atticus, éd. D. R. Shackleton Bailey, vol. VI, Cambridge University Press, 1967, p. 259.

45 Voir Syme, 1967, p. 106.

46 Ad Br. II, 5, 1-2 (14 ou 16 avril 43), t. X, p. 233 : Voluntas mea, Brute, de summa re publica semper eadem fuit quae tua, ratio quibusdam in rebus (non enim omnibus) paulo fortasse uehementior. Scis mihi semper placuisse non rege solum sed regno liberari rem publicam ; tu lenius, immortali omnino cum tua laude. Sed quid melius fuerit magno dolore sensimus, magno periculo sentimus. […] quocum uides hoc tempore ipso quod sit quantumque certamen. Id profecto nullum esset, nisi tum conseruatus esset Antonius. Voir aussi Ad Br. I, 15, 4, de juillet 43, t. XI, p. 161.

47 Voir Bellincioni, 1974, p. 253-262 ; Ortmann, 1988, p. 190-191, 286-290.

48 Ad Br. I, 2a, 2 (17 [?] avril 1943), t. X, p. 240 : quod si clementes esse uolumus, numquam deerunt bella ciuilia.

49 Att. XIV, 12, 1 (22 avril 44), t. IX, p. 101 Ὢ πράξεως καλῆς μέν, ἀτελοῦς δέ…

50 Voir Att. XIV, 15, 2, t. IX, p. 112 ; 16, 2, p. 113 ; Fam. XII, 1, 1, t. IX, p. 115 ; IX, 14, p. 116-119.

51 Sur la lettre (perdue) à Brutus, voir Att. XIV, 17, 4, t. IX, p. 121. Sur la portée de ces lettres, voir Beaujeu, t. IX, p. 69-70.

52 Fam. XII, 1, 2, t. IX, p. 116 : Haec omnia uobis sunt expedienda nec hoc cogitandum, satis iam habere rem p. a uobis. Habet illa quidem tantum quantum numquam mihi in mentem uenit optare ; sed contenta non est et pro magnitudine et animi et beneficii uestri a uobis magna desiderat. Adhuc ulta suas iniurias est per uos interitu tyranni ; nihil amplius. Ornamenta uero sua quae reciperauit ? an quod ei mortuo paret quem uiuum ferre non poterat ? cuius aera refigere debebamus, eius etiam chirographa defendimus ? At enim ita decreuimus ; fecimus id quidem temporibus cedentes, quae ualent in re p. plurimum ; sed immoderate quidam et ingrate nostra facilitate abutuntur. Voir Fam. XII, 2, 3, t. X, p. 46 ; 7, 2, p. 177 ; 8, 2, t. XI, p. 134, où, dans un but parénétique, Cicéron rappelle à Cassius la gloire qu’il s’est acquise.

53 Voir Att. XIV, 12, 1, t. IX, p. 101 ; 13, 6, p. 108 ; 14, 2, p. 110.

54 Voir Beaujeu, t. X, p. 111-116.

55 Fam. XI, 5, 2-3, t. X, p. 126-127 : Illud tamen breuiter significandum uidetur, populum Romanum omnia a te exspectare atque in te aliquando reciperandae libertatis omnem spem ponere. Tu si dies noctesque memineris, quod te facere certo scio, quantam rem gesseris, non obliuiscere profecto quantae tibi etiam nunc gerendae sint ; si enim iste prouinciam nactus erit, cui quidem ego semper amicus fui ante quam illum intellexi non modo aperte sed etiam libenter cum re publica bellum gerere, spem reliquam nullam uideo salutis. Quam ob rem te obsecro, iisdem precibus quibus senatus populusque Romanus, ut in perpetuum rem publicam dominatu regio liberes, ut principiis consentiant exitus ; tuum est hoc munus, tuae partes ; a te hoc ciuitas, uel omnes potius gentes non exspectant solum, sed etiam postulant. Voir aussi Fam. XI, 7, 2-3, t. X, p. 130-131 ; 8, 1, p. 146.

56 Voir Bellincioni, 1974, p. 268-280 ; Ortmann, 1988, p. 504-507.

57 Ad Br. I, 10, 4 (mi-juin 43 ; t. XI, p. 144) : Quam ob rem aduola, obsecro, atque eam rem publicam, quam uirtute atque animi magnitudine magis quam euentis rerum liberauisti, exitu libera ; omnis omnium concursus ad te futurus est.

58 Ad Br. I, 14, 2 (14 juillet 43), t. XI, p. 159 : Subueni igitur, per deos, idque quam primum, tibique persuade non te Idibus Martiis, quibus seruitutem a tuis ciuibus depulisti, plus profuisse patriae quam, si mature ueneris, profuturum.

59 Porcia, fille de Caton, s’était suicidée en raison d’une maladie : voir Plutarque, Brutus 53, 6, éd. cit., p. 151-152. Une tradition, que Plutarque (Brutus 53, 5, éd. cit., p. 151), faitremonter à Nicolas de Damas et Valère Maxime, racontait qu’elle s’était tuée après la défaite et la mort de Brutus, en avalant des charbons ardents.

60 Selon Beaujeu, t. VIII, p. 80 ; t. XI, p. 108, il ne s’agit pas de la première lettre écrite par Brutus (voir Att. XII, 13, 1 ; t. VIII, p. 35), mais de la seconde (voir Att. XII, 37, 1 et XIII, 6, 3 ; t. VIII, p. 89 et 151).

61 Ad Br. I, 9, 2 (fin juin 43 ?), t. XI, p. 147-148 : Ac mihi tum, Brute, officio solum erat et naturae, tibi nunc populo et scaenae, ut dicitur, seruiendum est ; nam cum in te non solum exercitus tui sed omnium ciuium ac paene gentium coniecti oculi sint, minime decet, propter quem fortiores ceteri sumus, eum ipsum animo debilitatum uideri. Quam ob rem accepisti tu quidem dolorem (id enim amisisti cui simile in terris nihil fuit), et est dolendum in tam graui uulnere, ne id ipsum, carere omni sensu doloris, sit miserius quam dolere ; sed ut modice, ceteris utile est, tibi necesse est.

62 Att. XV, 3, 2 (22 mai 44), t. IX, p. 138. Voir aussi XIV, 17, 6, t. IX, p. 121 ; XV, 4, 3, p. 141 ; 27, 2, p. 232 ; XVI, 2, 6, p. 251 ; XV, 13, 3, t. X, p. 83 ; Fam. XII, 16, 4, t. IX, p. 144. Voir plus haut n. 20.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search