Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre IV. L’épistolier témoin de son temps

L’histoire dans la Correspondance de Paul Claudel avec les ecclésiastiques

Dominique Millet-Gérard

Texte intégral

  • 1 Lettre à Claudel du chanoine Cristiani, du 7 mars 1943. I, p. 426 (voir note suivante).

L’histoire vraie est celle que Dieu écrit dans les âmes1

  • 2 Le Sacrement du monde et l’Intention de Gloire. Correspondance de Paul Claudel avec les ecclésiast (...)
  • 3 Nous nous expliquons dans la préface de ce choix qui nous semble mieux respecter l’échange individ (...)
  • 4 Sur cette variété de correspondants de Claudel, voir Millet-Gérard, 2008, p. 359-378.

1L’édition que nous avons procurée de la Correspondance de Paul Claudel avec les ecclésiastiques de son temps2 présente des lettres reçues ou envoyées par le poète du 9 janvier 1904 au 18 février 1955 ; c’est un demi-siècle, riche en événements, qui se déroule devant les yeux du lecteur, dans un effet kaléidoscopique lié au choix de l’ordre alphabétique plutôt que chronologique3. Si on les resitue dans leur linéarité, on voit apparaître la crise des Inventaires, la Première Guerre mondiale, la crise de l’Action française, la guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale, qui affectent de diverses manières l’histoire de l’Église, préoccupation constante de nos épistoliers qui représentent tout l’empan du clergé, des simples curés de campagne avides de se procurer la nourriture poétique et spirituelle claudélienne, aux prélats et même au Souverain Pontife, en la personne de Pie XII4. Nous examinerons dans un premier temps la succession des événements profanes, puis nous pencherons sur une tranche d’histoire de l’Église, pour enfin considérer la conception providentialiste de l’histoire que Claudel partage avec ses pieux correspondants.

L’histoire des hommes

  • 5 Lettre à Claudel du P. Féret, op, du 29 novembre 1936, éd. cit., n. 2, II/1, p. 83.

… ces historiens pour lesquels vous êtes si sévère5

2Un certain nombre de lettres sont un témoignage concret sur la Guerre de 14-18, que présentent encore des éclairages plus inattendus et indirects. Un dominicain, le Fr. Rousseaux, remercie le poète en avril 1916 pour l’envoi de deux livres :

  • 6 F. Vincent-Marie Rousseaux, op, à Claudel, 16 avril 1916.

Nous sommes à quinze mètres des boches, enfouis dans une ville vaste de quelques pieds dans toutes ses dimensions. Les balles éclatent dans les sacs et les obus passent en geignant longuement, mais nos âmes s’abandonnent à vos chants.6

  • 7 Lettre de Claudel à Mgr Péchenard du 27 septembre 1917, II/1, p. 615-616.

3La poésie, néanmoins, ne saurait faire totalement oublier l’horreur de la dévastation. Originaire de l’Aisne, Claudel est bouleversé, depuis le Brésil où il se trouve en mission diplomatique, par les nouvelles qui lui parviennent de son diocèse de naissance. Il écrit à l’évêque de Soissons, Mgr Péchenard, pour l’inciter à demander l’aide du cardinal archevêque de Rio de Janeiro, et l’associer à une « œuvre de secours aux Églises dévastées des régions envahies » dont l’initiative revenait à Henry Cochin7. Mais son expérience extrême-orientale nous permet également d’avoir un écho beaucoup plus original de la guerre vue de la lointaine Chine, par un prêtre des Missions étrangères qui analyse, depuis Hongkong, la situation en 1915 :

  • 8 Lettre du P. Léon Robert, 5 février 1915, II/1, p. 664-665.

Encore à cette heure les Allemands d’Extrême-Orient croient à la victoire finale de leurs armées, alors que du côté des Alliés, il ne paraît y avoir aucun doute sur l’écrasement définitif de l’Allemagne.
Simple question de temps. Mais, combien de temps faudra-t-il pour amener l’Allemagne à se déclarer vaincue. Ici encore, les opinions en Extrême-Orient sont très partagées : les uns prétendent que la guerre sera finie avec le printemps de cette année, d’autres pensent qu’elle se poursuivra jusqu’à la fin de cette année ou même jusque dans les 6 premiers mois de 1916.
Tout ce que nous lisons des horreurs commises par les Allemands est vraiment épouvantable, et si l’on ne grossit pas le tableau, les Teutons ne méritent plus qu’on les mette au rang des nations civilisées. Chose extraordinaire, les Chinois sont encore remplis de sympathies pour les Allemands, et même à cette heure la Presse de Canton est très hostile à la France et à l’Angleterre par suite de la bêtise des Anglais, et aussi, disons-le, du peu de savoir-faire de nos propres diplomates. Je sais de source très certaine que les Allemands ont acheté la Presse chinoise c’est-à-dire qu’ils ont subventionné les principaux journaux de Canton, de Shangaï et de Pékin. À Pékin, les trois principaux journaux chinois sont entre leurs mains. Or, vous connaissez les Chinois : il eût été facile de faire cette besogne sans dépenser beaucoup plus d’argent que les Allemands, car le Chinois, après tout, ne cherche que quelques gros sous et s’occupe bien peu d’un idéal quelconque. Il eût fallu se rendre maître de la Presse, et les Français, ainsi que les Anglais, avaient un moyen facile de le faire. Même à cette heure on laisse circuler ici à Hongkong même, comme d’ailleurs à Shangaï aussi, les journaux chinois colportant les plus grosses sottises contre les Français et les Anglais. Il serait bien simple pourtant de faire arrêter ces journaux en les confisquant à la poste même pour les empêcher de se répandre et ce serait là la première chose à faire dans les temps actuels.8

4L’après-guerre fait surgir des questions diplomatiques touchant l’Église dont Claudel, ministre plénipotentiaire à la légation française au Danemark, s’occupe de façon confidentielle. Il recourt pour cela à son ami l’abbé Daniel Fontaine, dernier confesseur de Huysmans (auprès duquel l’a introduit Louis Massignon), ancien curé des chiffonniers de Clichy et alors aumônier de l’hôpital des Quinze-Vingts – mais aussi fort bien introduit auprès des autorités romaines :

  • 9 II/1, p. 99-100. – Le « visiteur hollandais » est Mgr Arnold Diepen (1860-1943), évêque de Hertoge (...)

légation de la république française en danemark
Copenhague, le 15 Juillet 1920
Cher Monsieur le Curé Je viens aujourd’hui vous parler d’une affaire « diploma tique ».
Vous savez que le catholicisme a été pour ainsi dire ramené au Danemark par les Sœurs Françaises de S. Joseph de Chambéry qui y possèdent aujourd’hui une foule d’établissements florissants.
Or profitant des mauvaises dispositions de l’Évêque actuel (allemand) et d’un visiteur Hollandais, on monte aujourd’hui une espèce de complot pour chasser les Sœurs Françaises et pour les déposséder au profit des Allemandes !
Vous trouverez tous les détails dans la note ci-jointe. Y aurait-il moyen, par les connaissances que vous avez à Rome, de détourner de nos sœurs le coup qui les menace ?
Ce coup qui serait une mauvaise action serait d’ailleurs une sottise car – 1. on mécontenterait gravement la Famille Royale dont un membre la princesse Margrethe, fille de la Princesse Marie d’Orléans, a fait son éducation chez nos sœurs. – 2. À la suite des affaires du Slesvig on voit d’un très mauvais œil au Danemark tout ce qui est allemand et favorise l’influence allemande.
J’ai écrit par les voies officielles, mais je sais que les voies officielles ne sont pas toujours les meilleures. J’aimerais faire parler par quelqu’un qui ait l’oreille du Vatican, par ex. la Direction du Séminaire Français.
D’autre part une intrigue est montée pour faire donner à l’Évêque Allemand un coadjuteur et successeur éventuel également Allemand. Nous voudrions détourner le coup et faire choisir pour évêque futur le P. Flynn, lazariste et Irlandais, tout dévoué à la France et aux œuvres françaises. J’ai également écrit à Paris pour appuyer cette candidature. Mais comment est-on disposé à Rome à notre égard, je l’ignore.
Pardon, cher Monsieur le Curé, de vous importuner de ces affaires, quand les vôtres sont déjà si accablantes.
Priez pour moi.
P. Claudel9

  • 10 Sur cette question, voir la correspondance avec le P. de Tonquédec, II/2, p. 743 sq., mais aussi, (...)

5Quelques années plus tard, c’est la crise de l’Action française (condamnée par le Vatican le 29 décembre 1926) qui agite les esprits. Claudel, on le sait, avait déjà eu maille à partir avec Maurras et se réjouira de cette issue, au grand dam du Père de Tonquédec, illustre jésuite admirateur de son œuvre, mais n’hésitant pas à le tancer sur ses positions politiques10 ; Claudel se verra appuyé par un prêtre français qui lui donne le point de vue des États-Unis :

  • 11 Lettre à Claudel de l’abbé A. Lugan, 15 avril 1927, II/1, p. 234-235. Le livre de l’abbé Lugan est (...)

Le mal que nous ont fait à l’étranger et surtout aux États-Unis les aveugles doctrinaires de l’A. F. par eux-mêmes et plus encore par leurs amis avérés ou camouflés est incalculable et peut-être irréparable. Dans un livre récent sur les États-Unis j’ai consacré quelques pages à cette question.
Depuis 1908 je suis sur la brèche pour combattre cette secte qui a fait au catholicisme français un mal encore plus profond qu’à la France au dehors. On s’en est enfin aperçu mais bien tard. Pour moi j’ai écrit à Rome qu’une génération était perdue et qu’il fallait faire la part du feu.
Je prends la liberté de signaler que malheureusement pas mal des professeurs de français qui sont dans l’Université américaine et des Conférenciers transportent dans leur cours les excentricités de L’Action française, ce qui peut les rendre sympathiques à quelques snobs américains mais pas à la masse de ce peuple.11

6La guerre d’Espagne sèmera à son tour la zizanie dans les rangs catholiques. Claudel n’hésite pas à prendre le contrepied des « intellectuels » catholiques de l’époque, Maritain, Mauriac, Bernanos, en se rangeant du côté de l’Église espagnole martyrisée. Il s’en explique, avec la violence de la ferveur, à un ami de Maritain, l’abbé Bars, lui fournissant des informations qu’il retranscrit tout aussi patiemment à l’intention du dominicain le P. Maydieu, directeur de la revue La Vie intellectuelle :

  • 12 Lettre de Claudel à l’abbé Bars du 1er septembre 1937, II/1, p. 38-39. Citation de II Cor. 11, 29.

Il est impossible de lire les abominations dont se sont rendus coupables les rouges sans avoir le cœur rempli d’horreur et d’indignation. 16 000 prêtres, 300 000 laïcs massacrés dans des conditions atroces, toutes les églises brûlées, le culte interdit, les religieuses violées, les otages de Bilbao égorgés par les traîtres basques. Il est impossible à un chrétien de ne pas ressentir tous ces crimes dans son âme et dans sa chair. Quis scandalizatur et non uror ? dit S. Paul. Devant cet épouvantable scandale a-t-on entendu s’élever la voix de Maritain et de ses amis, à l’exemple de ce qu’ont fait les catholiques américains au moment de la persécution mexicaine ? Pas un mot.12

7L’explication de cette attitude, que nos contemporains tendent à reprocher vivement à Claudel, réside dans sa lucidité sur le régime communiste qu’il est un des rares écrivains de cette époque à condamner sans ombre de complaisance :

  • 13 Lettre à l’abbé Mary du 23 mai 1931, II/1, p. 275. Cf. Ap. 20, 7 et Éz. 38-39. Voir aussi, à propo (...)

Je ne sais si vous êtes renseigné en France sur ce qui se passe en Russie, comme nous le sommes en Amérique. C’est effrayant. Voilà un peuple de 140 millions d’habitants d’où la religion a été presque entièrement extirpée, où la haine de Dieu est devenue le sentiment national, où les premiers mots que les petits enfants sont enseignés à former sont des blasphèmes ! N’est-ce pas la réalisation de l’Apocalypse ? On songe à ce Gog mystérieux d’Ézéchiel dont le domaine au dire des commentateurs est précisément la Scythie. – Et autour de la Russie tous ces peuples profondément malheureux, mécontents, irrités les uns contre les autres. Jamais le monde n’a vu une situation aussi effrayante ! et combien de gens ne se doutent pas de l’abîme prêt à s’ouvrir sous leurs pas !13

  • 14 Lettre de Claudel au P. Varillon du 5 décembre 1941, II/2, p. 782.
  • 15 Lettre de l’abbé Mainguy d’avril ou mai 1946, II/1, p. 237.

8Inversement, la Seconde Guerre verra Claudel intervenir vigoureusement contre le clergé collaborateur. En témoigne une lettre au P. Varillon, sj, qui fustige le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, et lui oppose la conduite héroïque de celui de Malines, le cardinal van Roey14. Ce sont aussi, parallèles aux lettres des tranchées, celles, émouvantes, des camps où l’œuvre de Claudel, lue et parfois jouée par les prisonniers, leur permet « de garder la tension d’âme nécessaire pour tenir15 », mais également les réponses de Claudel, ses encouragements, notamment, d’un enthousiasme qui peut nous paraître paradoxal, aux jeunes séminaristes qui lui demandent son soutien moral :

  • 16 Lettre au frère Jean Mambrino du 22 mai 1944, II/1, p. 251.

Quelle belle entrée dans la vie religieuse que ce noviciat de la souffrance, du travail, de la captivité et de l’Humanité sous sa forme la plus douloureuse et la plus brutale ! On se croirait aux premiers temps du christianisme.16

9Cet irrépressible optimisme aura néanmoins des occasions de se tempérer, notamment lorsqu’après la guerre Claudel méditera sur la situation de l’Église. De fait, l’histoire de cette dernière est aux yeux du poète indissociable de l’histoire profane, qu’elle devrait édifier par son exemple. Force est de constater que ce n’est pas le cas et que le jugement claudélien sur l’évolution de l’Église au xxe siècle est loin d’être bienveillant.

Claude lépistolier et l’histoire de l’église au xxe siècle

  • 17 Lettre à Claudel de l’abbé Louis Blanchet, du 27 juin 1937, II/1, p. 45.

En un mot nous ne voulons pas refaire une France qui va à la messe, mais une France pour qui toute la vie soit une messe.17

  • 18 Figaro littéraire, 3 avril 1954.

10L’enthousiasme de Claudel au moment de la Libération va rapidement se ternir avec l’épisode des prêtres-ouvriers. Qu’il s’agisse d’un article paru dans la presse18 ou de réponses personnelles à des ecclésiastiques engagés dans cette expérience, le point de vue de Claudel ne saurait envisager le sacerdoce – dont la porte lui fut refusée en 1900 – que dans une perspective théologique et sacramentelle, qui interdit toute réduction à un simple office social :

  • 19 Lettre du Vendredi Saint (16 avril) 1954 au P. Liégé, II/1, p. 208. L’abbé Jean-Émile Anizan (1853 (...)

[…] Je ne crois pas que le prêtre puisse faire du bien en cessant d’être prêtre, mais en l’étant aussi complètement et intensément que possible. Il y a autre chose à faire que d’aller travailler en usine, comme le prouve l’exemple de l’abbé Anizan et de bien d’autres. […] Le prêtre est le chef de ces bataillons qui pénètrent partout. C’est l’esprit de l’Église qui travaille toujours de haut en bas.19

11Autre offensive de Claudel contre les effets du modernisme dans l’Église de France, dans le domaine intellectuel cette fois : ses prises de position répétées contre l’exégèse d’inspiration historico-critique, héritée de la science protestante allemande du xixe siècle. S’il se fait des amis parmi de nombreux prêtres qui déplorent la sécheresse de l’enseignement qui leur est dispensé dans les séminaires d’entre-deux-guerres, il n’hésite pas à ferrailler contre de grands maîtres de l’exégèse contemporaine, comme le dominicain le P. Féret :

  • 20 Lettre au P. Féret, op, du 2 décembre 1936, II/1, p. 89-90. Voir à ce sujet Millet-Gérard, 2009.

J’aime mieux mon Dieu que les hommes et j’en apprendrai plus en l’écoutant, sous le contrôle de l’Église, qu’en compulsant tous les manuels et en ayant au fond de mon cœur cette détestable petite arrière-pensée qu’après tout ce n’est pas Dieu qui parle mais un scripteur plus ou moins conscient ou abusé […]. Aujourd’hui à force d’insister sur l’importance des scripteurs, on oublie que Dieu seul, l’Esprit Saint, est l’auteur véritable de tout l’ensemble, et que si nous voulons comprendre ce qu’il veut dire, c’est Lui seul que nous devons consulter, c’est Lui seul qui nous éclaire, d’une manière souvent étonnante, par un système incessant de reports et de suggestions d’un livre à l’autre.20

  • 21 Lettre à l’abbé Jean Massin du 15 août 1946 ; II/1, p. 345-346.

12D’ailleurs, précieux témoignage sur l’époque, Claudel reçoit beaucoup de lettres de prêtres désorientés, sentant la tentation du monde se faire de plus en plus forte à l’intérieur même de l’Église et n’osant s’en confier à leur directeur spirituel ou supérieur hiérarchique. Claudel joue alors le rôle de père spirituel, les tançant ou les rassurant. Mais ces confidences sont aussi pour lui l’occasion d’une réflexion continue sur la crise latente de l’Église et les éventuelles solutions à y apporter. Il dénonce l’« état de torpeur et de médiocrité de l’Église21 » qui a succédé à l’élan spirituel né dans les tranchées, la solitude des prêtres, la raideur de la hiérarchie ou, inversement, les actes d’indiscipline qui commencent à se multiplier :

  • 22 Lettre à un prêtre non identifié de fin 1944, II/2, p. 833-835.

Depuis cinquante ans je fréquente les églises à peu près à toutes les heures de la journée. Pourquoi est-il si rare de voir un prêtre en prière ? […] son besoin de la compagnie de l’habitant du tabernacle ne me paraît pas excessif. Il préfère rester chez lui ou dans la sacristie. […] Aucune réponse, pas une oreille prévenante et charitable pour vous écouter, rien que cette lampe rouge qui brûle. La porte de la sacristie infranchissable, et derrière, des gens pressés, défiants, ennuyés qu’on les dérange de leurs conversations, de leurs écritures. […] Une église est un engin de pêche, une souricière tendue aux âmes. Que diriez-vous d’un pêcheur qui ne se soucierait pas de ses filets ?22

  • 23 Lettre à l’abbé Daniel Busato, 25 mai 1949, I, p. 49.
  • 24 Voir Claudel – Fontaine, Correspondance, éd. F. Morlot, Les Belles Lettres, 1978, p. 130-132.
  • 25 Voir « La Messe à l’envers », Le Figaro littéraire, 29 janvier 1955, repris dans Supplément aux Œu (...)
  • 26 Lettre de l’abbé Chaussade du 1er février 1955, I, p. 354.

13Claudel ne manque pas d’idées pour améliorer une situation inquiétante : d’abord respiritualiser l’enseignement, par l’abandon des « méthodes pseudo-scientifiques23 » et le retour à l’exégèse typologique, telle qu’elle était pratiquée par les Pères de l’Église. On se doit de constater que Claudel a eu dans ce domaine un rôle précurseur, utilisant et vantant l’exégèse patristique avant qu’elle ne fût remise en vigueur avec la création de la collection « Sources chrétiennes » en 1942. Il préconise en outre, s’inspirant des réflexions de Dom Gréa sur la vie canoniale que lui a découvertes l’abbé Fontaine24, une vie en commun des clercs selon la règle évangélique. Il s’oppose farouchement, et ce jusqu’à son dernier souffle, aux modifications liturgiques auxquelles se livrent certains prêtres dès les années 50, y voyant, avec ses correspondants, « une inversion du dogme principal selon lequel Dieu est premier25 », et une dangereuse manifestation de « l’idol[âtri]e de la facilité, de l’opportunisme, de la démagogie de la prédominance de l’“Ethos” sur le “Logos” (la pire idole de notre temps26) ».

14Claudel aura-t-il parlé dans le désert ? Beaucoup de jeunes ecclésiastiques, certes, le remercient chaleureusement de sa présence tonique à leurs côtés, par ses livres et ses lettres :

  • 27 Lettre de l’abbé Louis Blanchet, 27 juin 1937, II/1, p. 45-46.

Vous avez devancé nos rêves d’Apôtres. La chrétienté que nous voulons réaliser vit déjà dans vos livres. Car ce n’est pas un christianisme morcelé réduit à des préceptes de morale, à une hygiène sociale que nous voulons prêcher et restaurer, mais un christianisme intégral aussi absolu, aussi dogmatique que celui que saint Paul annonçait aux païens d’Asie mineure […] C’est autour de cette idée de christianisme intégral que je vous ai recruté quelques amis.27

  • 28 Lettre du chanoine Cristiani du 24 janvier 1945, I, p 430. Nous n’avons trouvé aucune confirmation (...)

15et pourtant son action sera entravée. Si l’on en croit le chanoine Cristiani, bien renseigné, une belle occasion de lui laisser toute latitude d’exprimer et d’appliquer ses idées aurait été manquée : en janvier 1945, le bruit aurait couru qu’il serait pressenti comme ambassadeur de France près le Saint-Siège28. Comme on le sait, c’est Maritain qui obtint le poste. La face de l’Église eût été changée…

Histoire, prophétie, providence

  • 29 Lettre à Claudel du P. Féret, op, du 29 novembre 1936, II/1, p. 83-84.

Vos plus belles pages sont peut-être encore celles où, avec ce réalisme de perception qui est votre don et que plus d’un historien qui vous lit doit vous envier, vous entrez dans la peau de tel prophète ou personnage de la Révélation et parlez comme il devait parler, en prolongeant au besoin son message.29

  • 30 Voir sur l’attitude très semblable de Léon Bloy l’excellent chapitre (III) de Gaëlle Guyot, 2003.

16La conception claudélienne de l’histoire, telle qu’elle apparaît dans son œuvre en général et dans cette correspondance en particulier, s’oppose vigoureusement au modèle historiographique de la troisième République30. C’est tout d’abord l’horreur du culte des « grands hommes » et du modèle plutarquien que Claudel, dans d’itératives diatribes, reproche… aux jésuites d’avoir répandu dans l’enseignement des humanités :

  • 31 Lettre au P. Louis Barjon, sj, du 19 avril 1941, I, p. 101. De même au P. Blanchet, sj, le 3 novem (...)

Je n’ai que respect et admiration pour votre Compagnie et spécialement pour son œuvre missionnaire dont je suis fier d’avoir été en Chine le coopérateur. Oserai-je dire que je m’écarte de ses idées en ce qui concerne l’éducation des enfants ? […] cette morale forcée, théâtrale, tout entière fondée sur l’orgueil et dont Camille nous donne une exagération grotesque. Les crimes et l’épouvantable sottise des scélérats de la Révolution française sont en grande partie le résultat de l’éducation qu’ils avaient reçue. Ces coquins suintent Plutarque et les conciones par tous les pores. Pendant ce temps la splendide et douce poésie, la magnifique catéchèse de l’Église est oubliée.31

17L’histoire, aux yeux de Claudel, ne saurait obéir ni à un déterminisme des événements, ni à une téléologie politique. Elle est avant tout régie par la Providence, dont les desseins se révèlent après coup aux hommes, qu’il s’agisse des grands mouvements de l’histoire ou de faits apparemment anecdotiques. Ainsi Claudel explose-t-il de joie lorsqu’il apprend la découverte des manuscrits de Qumrân :

  • 32 Lettre au P. Brunot, sci, du 13 janvier 1949, I, p. 305.

Quelle splendide ! quelle étonnante découverte, où il est impossible de ne pas voir la main de la Divine Providence, à un moment où les Antiochus Épiphane de la critique cherchent à évacuer l’Ancien Testament de ses promesses Messianiques !32

  • 33 Paul Claudel interroge l’Apocalypse, Gallimard, 1952, et L’Évangile d’Isaïe, Gallimard, 1951.
  • 34 Il ne cache pas, ailleurs, son admiration pour la lignée issue de Joseph de Maistre : voir la lett (...)

18Dans ses commentaires bibliques, notamment celui sur l’Apocalypse écrit pendant la Seconde Guerre mondiale et celui sur Isaïe rédigé quelques années plus tard33, Claudel pratique à grande échelle cette lecture providentialiste des événements34, et rencontre l’assentiment des clercs qui le lisent :

  • 35 Lettre du P. M. Gillet, op, du 28 avril 1951, II/1, p. 150 (à propos de L’Évangile d’Isaïe).

[…] on ne peut aller vite à travers ces pages si drues, si riches de textes et d’interprétations « prophétiques ». Et c’est bien un Prophète qui commente un autre Prophète sur le plan universel de la Providence à travers les siècles.35

19De cette conception de l’histoire sous le regard et entre les mains de Dieu nous donnerons une longue description, manifestement partagée par Claudel. Elle est due au chanoine Cristiani, déjà cité, docteur de la Grégorienne et professeur aux facultés catholiques de Lyon :

  • 36 Lettre du chanoine Cristiani du 7 mars 1943, I, p. 426-429. Citations de Luc 1, 38 ; Rom. 2, 14 ; (...)

Je suis professeur d’histoire depuis plus de 30 ans. Je m’efforce de vivre ce verset : annos æternos in mente habui (Ps. 76, 6). L’histoire vraie est celle que Dieu écrit dans les âmes. Ce n’est donc ni l’histoire-batailles, ni l’histoire des ventres, que nous appelons histoire économique, mais l’histoire des esprits. Ici-bas ne s’accomplit qu’une préparation. L’œuvre de Dieu est la construction de la Jérusalem céleste. La terre est le lieu des carrières de marbre, porphyre, albâtre, granit, grès ou pierres plus ordinaires, que le divin sculpteur entend façonner pour son Temple immense et éternel. Mais la pierre est vivante. Elle doit collaborer avec le sculpteur. Seules les pierres qui auront dit : oui, seront admises dans la cathédrale immortelle. Le Fiat mihi secundum verbum tuum est l’un des mots essentiels de la création. Toute pierre qui dit non est rejetée, réprouvée, repoussée dans ce chaos que nous appelons l’enfer. […] Pour nous aider à dire ce oui essentiel, l’architecte prodigieux a daigné nous dévoiler ses plans, nous indiquer les conditions de travail dans les chantiers, les grandes lignes de la coopération qu’il attend de nous. Nous appelons Bible ce règlement divin. Lire et relire le règlement, nous en pénétrer, y chercher notre voie, y trouver les lois de la foi, de l’espérance, de l’amour, y allumer notre âme, c’est l’ouvre de toute la vie. Ceux qui n’ont pas la Bible proprement dite, ont reçu des Bibles de remplacement : la nature, la conscience. Saint Paul dit : Ipsi sibi sunt Lex ! Ils sont leur Bible à eux-mêmes. Les sages de toute race et de tout pays seront admis sans doute dans la cité sainte ou dans une annexe également glorieuse. La prière, la méditation, la communion au Christ dans les sacrements qui distribuent les trésors de sa passion, la patience dans le travail de polissage par les épreuves, tels sont les procédés de sculpture. […]
Ce que nos historiens appellent l’histoire, n’est que l’ouverture et la fermeture des carrières nouvelles ou usées : cela a l’air de successives entreprises de démolition ; la Providence, qui excelle dans l’utilisation du mal, y emploie, comme en ce moment, toutes les passions des hommes. Les empires tombent. D’autres s’élèvent. Le démon, tous les démons sont déchaînés. Quand l’humanité se retire de Dieu, Dieu se retire du monde et le vrai sage, c’est-à-dire le saint, se retire en Dieu. Le chaos s’étend. Mais ce n’est qu’une apparence passagère. Le travail de construction de la sainte Sion ne chôme jamais. Les plus belles statues se font peut-être aux heures les plus troublées. Comme on comprend bien la divine parole du Maître : Nesciunt quid faciunt ! Les grands d’ici-bas s’imaginent mener le jeu, travailler pour des buts qu’ils nomment leurs buts de guerre. Ils travaillent pour la Cité céleste, sans s’en douter. Il n’y a que cela qui donne un sens à leurs violences anarchiques. Un Staline et tant d’autres qu’il est inutile de nommer, Nabuchodonosors de notre temps, Attilas si fiers de leur puissance de destruction, ne sont que des instruments. Les prophètes les voyaient ainsi. Pour ceux qui aiment Dieu, tout coopère au bien : omnia cooperantur in bonum. - Toutes les nuits, entre minuit et deux heures du matin - Nocte quæramus Deum, - Propheta sicut præcipit, - je passe deux heures à dire oui à cette gloire éblouissante, à prier pour l’avènement du RÈGNE : Adveniat REGNUM TUUM !36.

  • 37 C’est ainsi que Claudel qualifiait ses œuvres, y compris son théâtre et ses proses exégetiques.

20La correspondance de Claudel avec les ecclésiastiques nous apparaît, du point de vue de la présence de l’histoire, comme un très intéressant contrepoint de sa correspondance diplomatique. La nature de ses correspondants rend sa plume beaucoup plus libre d’exprimer sa pensée profonde. C’est l’envers du décor, le lieu où le marionnettiste est à l’œuvre et dévoile ses ficelles. Parfaitement cohérente avec l’ensemble des « poëmes37 », sa conception « baroque » de l’histoire s’y épanouit loin de toute théorie, dans un constant va-et-vient entre l’histoire qui se fait au jour le jour et sa réverbération dans l’Écriture, lieu du scintillement des desseins et vérités cachés, tabernacle du sens qui ne se révélera dans sa totalité que lorsque le livre de l’histoire, lui, se sera refermé.

Notes

1 Lettre à Claudel du chanoine Cristiani, du 7 mars 1943. I, p. 426 (voir note suivante).

2 Le Sacrement du monde et l’Intention de Gloire. Correspondance de Paul Claudel avec les ecclésiastiques de son temps, éd. D. Millet-Gérard, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque des correspondances », vol. I, 2005 ; vol. II/1 et II/2, 2008. Pour des raisons évidentes de place, nous supprimons ici la plupart des notes dont sont accompagnées les lettres dans l’édition. Autres éditions utilisées dans cette étude : Claudel P., L’Évangile d’Isaïe, Paris, Gallimard, 1951 ; id., Paul Claudel interroge l’Apocalypse, Paris, Gallimard, 1962 ; Millet-Gérard D., « Une lettre inédite de Claudel au Père de Tonquédec, sj : la question de la “tradition” », dans Lettre et Critique. Actes du colloque de Brest, PU Brest, 2003, p. 279-308 ; Correspondance Paul Claudel – André Suarès, éd. R. Mallet, Paris, Gallimard, 1951 ; Correspondance Paul Claudel – abbé Fontaine, éd. F. Morlot, « Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté », Paris, Les Belles Lettres, 1978.

3 Nous nous expliquons dans la préface de ce choix qui nous semble mieux respecter l’échange individuel et personnel entre correspondants.

4 Sur cette variété de correspondants de Claudel, voir Millet-Gérard, 2008, p. 359-378.

5 Lettre à Claudel du P. Féret, op, du 29 novembre 1936, éd. cit., n. 2, II/1, p. 83.

6 F. Vincent-Marie Rousseaux, op, à Claudel, 16 avril 1916.

7 Lettre de Claudel à Mgr Péchenard du 27 septembre 1917, II/1, p. 615-616.

8 Lettre du P. Léon Robert, 5 février 1915, II/1, p. 664-665.

9 II/1, p. 99-100. – Le « visiteur hollandais » est Mgr Arnold Diepen (1860-1943), évêque de Hertogenbosch (= Bois-le-Duc, Pays-Bas) depuis décembre 1919 ; le directeur du séminaire français de Rome est le P. Henri Le Floch, cssp, à qui Claudel écrira sur le même sujet (Lettre du 16 février 1921).

10 Sur cette question, voir la correspondance avec le P. de Tonquédec, II/2, p. 743 sq., mais aussi, auparavant, la très intéressante lettre à André Suarès du 10 février 1911 (où sont évoqués les Inventaires), Correspondance Claudel-Suarès, Gallimard, 1951, p. 159-160, et Flood, 1991.

11 Lettre à Claudel de l’abbé A. Lugan, 15 avril 1927, II/1, p. 234-235. Le livre de l’abbé Lugan est intitulé : L’Esprit public aux États-Unis après la guerre (Paris, Éditions des meilleurs livres, 1926).

12 Lettre de Claudel à l’abbé Bars du 1er septembre 1937, II/1, p. 38-39. Citation de II Cor. 11, 29.

13 Lettre à l’abbé Mary du 23 mai 1931, II/1, p. 275. Cf. Ap. 20, 7 et Éz. 38-39. Voir aussi, à propos de la propagande bolchévique en Chine, la lettre de l’abbé Vetch du 25 janvier 1926, II/2, p. 811.

14 Lettre de Claudel au P. Varillon du 5 décembre 1941, II/2, p. 782.

15 Lettre de l’abbé Mainguy d’avril ou mai 1946, II/1, p. 237.

16 Lettre au frère Jean Mambrino du 22 mai 1944, II/1, p. 251.

17 Lettre à Claudel de l’abbé Louis Blanchet, du 27 juin 1937, II/1, p. 45.

18 Figaro littéraire, 3 avril 1954.

19 Lettre du Vendredi Saint (16 avril) 1954 au P. Liégé, II/1, p. 208. L’abbé Jean-Émile Anizan (1853-1928), que Claudel a connu après sa conversion, est le fondateur des Fils de la Charité. Il dirigeait un patronage dans le XXe arrondissement de Paris.

20 Lettre au P. Féret, op, du 2 décembre 1936, II/1, p. 89-90. Voir à ce sujet Millet-Gérard, 2009.

21 Lettre à l’abbé Jean Massin du 15 août 1946 ; II/1, p. 345-346.

22 Lettre à un prêtre non identifié de fin 1944, II/2, p. 833-835.

23 Lettre à l’abbé Daniel Busato, 25 mai 1949, I, p. 49.

24 Voir Claudel – Fontaine, Correspondance, éd. F. Morlot, Les Belles Lettres, 1978, p. 130-132.

25 Voir « La Messe à l’envers », Le Figaro littéraire, 29 janvier 1955, repris dans Supplément aux Œuvres complètes, I, L’Âge d’homme, 1990, p. 294-295, et les nombreuses lettres de remerciements que cet article valut à Claudel.

26 Lettre de l’abbé Chaussade du 1er février 1955, I, p. 354.

27 Lettre de l’abbé Louis Blanchet, 27 juin 1937, II/1, p. 45-46.

28 Lettre du chanoine Cristiani du 24 janvier 1945, I, p 430. Nous n’avons trouvé aucune confirmation de cette présomption. Elle n’est pas invraisemblable. Claudel n’avait pas que des amis au Vatican. Voir à ce sujet la correspondance avec Mgr Maglione, et Millet-Gérard, 1999, p. 210 sq.

29 Lettre à Claudel du P. Féret, op, du 29 novembre 1936, II/1, p. 83-84.

30 Voir sur l’attitude très semblable de Léon Bloy l’excellent chapitre (III) de Gaëlle Guyot, 2003.

31 Lettre au P. Louis Barjon, sj, du 19 avril 1941, I, p. 101. De même au P. Blanchet, sj, le 3 novembre 1940, I, p. 180 : « sine affectione, absque fœdere, sine misericordia (Rom. 1, 29-31). Tout le portrait des grands hommes de Plutarque et de ceux de la Révolution française – et des petits hommes d’aujourd’hui. »

32 Lettre au P. Brunot, sci, du 13 janvier 1949, I, p. 305.

33 Paul Claudel interroge l’Apocalypse, Gallimard, 1952, et L’Évangile d’Isaïe, Gallimard, 1951.

34 Il ne cache pas, ailleurs, son admiration pour la lignée issue de Joseph de Maistre : voir la lettre à l’abbé Roffat du 14 septembre 1945, II/2, p. 711-712.

35 Lettre du P. M. Gillet, op, du 28 avril 1951, II/1, p. 150 (à propos de L’Évangile d’Isaïe).

36 Lettre du chanoine Cristiani du 7 mars 1943, I, p. 426-429. Citations de Luc 1, 38 ; Rom. 2, 14 ; Luc 23, 34 ; Rom. 8, 28 ; Hymne Primo die du dimanche à matines.

37 C’est ainsi que Claudel qualifiait ses œuvres, y compris son théâtre et ses proses exégetiques.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search