Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre IV. L’épistolier témoin de son temps

Juste Lipse et l’évolution politique aux Pays-Bas du Nord après 1584

Jeanine De Landtsheer

Texte intégral

1La correspondance de Juste Lipse (1547-1606) nous offre un exemple intéressant du thème développé dans ce livre, tant par la tradition du texte que par le contenu des lettres. En guise d’introduction, je voudrais présenter ces deux aspects en général, pour analyser ensuite de plus près un cas spécifique, une lettre strictement privée, où notre humaniste se prononce sur l’évolution politique aux Pays-Bas du Nord suite à l’assassinat de Guillaume d’Orange, dit le Taciturne. Pour terminer, je voudrais montrer brièvement comment les idées exprimées dans la lettre analysée ne cessent de jouer un rôle dans les écrits ultérieurs de l’humaniste.

La tradition du texte

  • 1 Iusti Lipsi Epistolae (ILE), éd. A. Gerlo, M. A. Nauwelaerts, H. D. L. Vervliet et al., Bruxelles, (...)
  • 2 Voir Gerlo, Vervliet, 1968. Pour une liste de lettres découvertes depuis lors, voir Deneire, 2007, (...)
  • 3 L’editio princeps, avec seulement une centaine de pages d’annotations, pour la plupart des leçons (...)

2Quoique la correspondance de Lipse1, dans la forme où elle nous est parvenue, soit loin d’être complète, nous disposons tout de même de quelque 4500 lettres, soit des lettres écrites par l’humaniste, soit des lettres qui lui ont été adressées, et on continue d’en découvrir de nouvelles2. Pendant que son pays natal était ravagé par les conflits politico-religieux, Lipse s’était réfugié au Pays-Bas du Nord, où il enseignait le latin et l’histoire ancienne à l’université de Leyde, entre mars 1578 et mars 1591. Dans ce milieu universitaire, il trouva un cadre paisible et stimulant pour la publication de toute une série de livres, à commencer par une édition révisée des œuvres complètes de Tacite, complétée quelques mois plus tard par un commentaire abondant aux Annales (15813). Sa réputation croissante d’humaniste prodigieux et ses activités pédagogiques et administratives au sein de l’université permettaient d’établir un vaste réseau de correspondants à travers l’Europe chrétienne. Marchant dans les traces d’auteurs anciens et de ses prédecesseurs humanistes et encouragé par ses amis et collègues, Lipse décida de publier une sélection de ses lettres. La première Centuria – car il les rangeait par centaines – est une des premières publications de Franciscus Raphelengius, le gendre et successeur de Plantin à Leyde, au début de l’année 1586. Quatre ans plus tard, Lipse profita de la publication d’une deuxième Centuria pour ré-éditer la première, remplaçant une vingtaine de lettres qu’on lui avait adressées par d’autres, qu’il avait écrites lui-même. Dans le nouvel Avis au lecteur il expliquait :

  • 4 Voir Epistolarum Centuriae duae. Quarum prior innovata, altera nova, Leyde, F. Raphelengius, 1590, (...)

Profluunt mihi [epistolae] ex liquido quodam canali aperti pectoris, et ut animus aut corpus meum est cum scribo, ita illae. Languent enim illae, excitantur; dolent, gaudent; calent, frigent mecum. Affectus animi corporisque mei in hac tabella. Ingenii mei, adfectus, iudicii, imo et vitae non vana imago istic.4

« Mes lettres coulent d’une veine ruisselant de mon cœur ouvert et elles sont l’image de mon esprit ou de mon corps quand j’écris : langoureuses ou excitées, tristes ou gaies, dégageant avec moi la chaleur ou le froid. On retrouve les sentiments de mon âme et de mon corps sur ce bout de papier. Elles offrent l’image bien nette de mon caractère, de mes sentiments, de mes opinions, de ma vie même. »

3Selon Lipse, une lettre était donc strictement réservée aux yeux des deux correspondants. Par conséquent, il jugeait qu’il n’avait pas le droit de publier, à l’insu même de l’auteur, ce que celui-ci avait destiné uniquement à ses propres yeux.

  • 5 Il s’agit d’Adam (van) Leemput de Utrecht († 1598), qui avait commencé ses études de droit à Leyde (...)
  • 6 Toutes les nouvelles centuries furent publiées par Johannes Moretus à Anvers. La troisième, de 160 (...)
  • 7 Génèse des Centuriae de Lipse : De Landtsheer, 1998 et Papy, 2001.

4Entre-temps, suite à l’assassinat de Guillaume le Taciturne par Balthasar Gerards (survenu à Delft, le 10 juillet 1584), la scène politique et religieuse aux Pays-Bas du Nord était complètement bouleversée (je reviendrai sur ce point). Lipse, qui était resté catholique, voyait avec appréhension la tolérance religieuse, dont les Hollandais se vantaient, se dissoudre rapidement et les querelles entre des factions calvinistes s’aggraver. Ne se sentant plus à l’aise dans ce climat d’intolérance croissante, il décida de rentrer dans son pays natal, où la situation s’était stabilisée sous le gouvernement d’Alexandre Farnèse. Après un séjour prolongé aux eaux de Spa et à Liège, où il attendait jusqu’à ce que son retour fût approuvé par les autorités politiques et ecclésiastiques du Sud, il obtint la chaire d’histoire anciennne et de latin à l’Université de Louvain. Entretemps, il gardait soigneusement des centaines de lettres qu’il recevait. Qui plus est, dès son arrivée à Spa, il chargea un compagnon de route5 de copier une centaine de lettres qu’il écrit au bout de quelques mois pour annoncer son départ de Leyde à ses amis et collègues, partout en Europe. Lorsque ce secrétaire le quitta pour terminer ses études à Wurtzbourg, Lipse se chargea lui-même de ce travail, jusqu’au moment où il fut installé à Louvain et put de nouveau engager une série d’étudiants-secrétaires successifs pour copier sa correspondance (ce faisant, ils apprenaient en même temps davantage sur l’art d’écrire des lettres). Entre-temps, ses lecteurs impatients réclamaient la publication de nouvelles Centuriae. Les services ininterrompus de ces amanuenses lui offraient l’embarras du choix. Cependant, Lipse attendit encore jusqu’à 1601 avant de publier une troisième Centuria, suivie un an plus tard par cinq autres6. Il préparait encore deux cents lettres de plus, qu’il confia à son exécuteur testamentaire, l’Anversois Johannes Woverius, un de ses anciens étudiants, en vue d’une publication posthume7.

  • 8 Dans le cas de Petrarque, il s’agit même d’une correspondance largement fictive : voir Enenkel, 20 (...)
  • 9 Voir Halkin, 1983 et Jardine, 1993. Une étude approfondie de cette correspondance est annoncée par (...)
  • 10 Voir IJsewijn, 1985, p. 183-191.

5Même si Lipse ne publiait qu’une sélection de sa correspondance, il conservait une grande partie des cahiers que ses secrétaires avaient remplis avec tant de zèle. Au milieu du xviie siècle, le fils de son exécuteur testamentaire vendit au poète et diplomate hollandais, Constantin Huygens, toute la collection de manuscrits et livres annotés. Quelques générations plus tard, les héritiers du petit-fils de celui-ci mirent aux enchères ce « musée lipsien », comme Huygens appelait ses acquisitions. Petrus Burmannus, le futur bibliothécaire de l’université de Leyde, réussit à acquérir ce trésor pour son institution. Les lettres s’y trouvent toujours, classées en deux fois vingt-quatre dossiers, celles écrites par Lipse lui-même dans le ms. Lips. 3 et celles qu’il avait reçues dans le ms. Lips. 4. Tout compte fait, notre humaniste n’a donc même pas publié un quart de toute la correspondance que nous connaissons, une situation qui contraste nettement avec celle d’autres humanistes-épistoliers comme Pétrarque8, Érasme9, ou Marc-Antoine Muret10 qui, eux, avaient rigoureusement sélectionné, aménagé et retouché la partie de leur correspondance qu’ils publiaient, la transformant en une espèce d’autoportrait.

Le contenu des lettres

6La correspondance de Lipse nous offre donc un témoignage souvent beaucoup plus direct, plus authentique, plus candide, des pensées et des opinions de Lipse et de ses correspondants. Si les écrivains se montraient d’habitude assez prudents, voire même réticents, à s’ouvrir dans leur correspondance, par peur de voir leurs lettres interceptées, copiées et diffusées à leur insu, ou même interprétées comme des éléments incriminants par des personnes malintentionnées, ces précautions ne s’appliquent pas à une partie assez large de la correspondance de Juste Lipse. La raison en est que ses lettres étaient souvent confiées à des messagers entièrement fiables : des amis mutuels ou des serviteurs dévoués. En ce qui concerne cet aspect, on ne peut sous-estimer le rôle crucial qu’a joué l’Officine Plantinienne. Les correspondants vivant dans des régions lointaines préparaient leurs lettres quelques semaines avant la foire du livre semi-annuelle de Francfort et, faute d’y aller eux-mêmes, les confiaient à des amis, des libraires ou des imprimeurs qui faisaient le voyage. Dans la ville sur le Main, les lettres, souvent accompagnées de petits cadeaux ou d’un livre récemment paru, étaient confiées aux soins des représentants de l’Officina Plantiniana. Quant aux anciens Pays-Bas, les messagers ordinaires au service de Plantin et de ses beaux-fils prenaient soin du courrier lipsien entre Anvers et Louvain ou Leyde. Pendant plusieurs années, c’était une dame catholique, Christine, qui faisait la navette entre Leyde et Anvers. Les liens entre Anvers et Louvain étaient assurés par deux frères et une dame, qui s’occupaient de la livraison de livres imprimés aux libraires et, en même temps, prenaient soin de la correspondance lipsienne ou des feuilles d’épreuves à corriger ou corrigées par lui.

  • 11 Une copie certifiée conforme du catalogue rédigé immédiatement après la mort de Lipse est conservé (...)
  • 12 Citation d’une lettre du 29 décembre 1602, conservée à Anvers, Musée Plantin-Moretus, Arch. 86, p. (...)
  • 13 Voir Luykx, 1964, p. 231-247.

7Tout cela explique pourquoi Lipse pouvait souvent s’exprimer ouvertement et sans ambages, même à propos d’affaires politiques ou militaires. En tout cas, malgré sa réputation d’érudit, il n’était pas du tout un rat de bibliothèque ou un homme de cabinet. Sa correspondance abondante avec des savants, mais aussi avec un nombre considérable d’hommes politiques et de diplomates, nous offre un témoignage de son intérêt profond et sincère pour ce qui se passait ailleurs, jusqu’aux quatre coins de l’Europe. Il invitait ses collègues à ne pas se limiter dans leurs lettres à des discussions philologiques ou à des nouvelles du monde humaniste, mais à le tenir au courant des événements politiques et militaires se déroulant dans leur région, sans toutefois se risquer à des sujets ou des commentaires trop délicats, pour le cas où la lettre passerait par plusieurs mains ou par un messager officiel. À son tour, il leur offrait son point de vue sur les affaires des Pays-Bas. Cet intérêt pour ce qui se passait dans le vaste monde se révèle aussi dans le catalogue de sa bibliothèque où, mis à part les auteurs anciens qui ne pouvaient pas manquer dans une bibliothèque d’humaniste, on retrouve un grand nombre de livres d’histoire et de politique d’une époque presque contemporaine11. Qui plus est, dans la correspondance avec Johannes Moretus, le gendre et successeur de Plantin à Anvers, nous lisons à plusieurs reprises que Lipse avait, à partir de 1597, souscrit à ce qu’il appelle toujours « les Gazettes », souscription qu’il partageait avec un riche marchand anversois. Elle lui coûtait 14 florins, qu’il payait volontiers car, comme il écrit un moment donné à Moretus, « Cest ung passetemps de lecture que ie me laisseraij couster cela. »12 Il s’agissait ici des précurseurs de nos hebdomadaires, qui offraient des comptes rendus des événements principaux rapportés de toute l’Europe et publiés dans les grandes villes13.

  • 14 Lors d’une expédition pareille deux ans plus tard, dirigée par Guillaume Barentsz, la flotte fut s (...)

8Bref, cette abondance de correspondance non-censurée, échangée entre amis fiables qui n’avaient aucune intention de la publier sous la forme où nous la lisons dans les manuscrits, nous offre une vraie mine d’informations directes concernant des événements historiques, des rumeurs qui circulaient, et les réactions à ce propos de personnes intelligentes et conscientes. Il suffit de feuilleter un des volumes de l’édition moderne des Iusti Lipsi Epistolae, pour en trouver plusieurs dizaines de cas. Ne citons ici, à titre d’exemple, qu’une suite de trois lettres que Paulus Odenbornius adressa à Juste Lipse de Riga en 1591, 1593 et 1594, pleines d’informations actuelles sur la situation en Pologne : le correspondant raconte qu’en Pologne il y avait eu des querelles religieuses entre catholiques et protestants, qui oubliaient pourtant leurs différends quand il y avait des Juifs à persécuter. Ses lettres nous donnent aussi une esquisse du conflit grandissant entre la Pologne et la Suède, le pays natal du roi polonais, Sigismond Wasa III ; elles touchent aussi la Moscovie, annonçant, par exemple, l’avènement d’Ivan le Terrible. Odenbornius n’oubliait pas non plus la petite histoire : la première lettre annonce le mariage du roi avec Anne d’Autriche, la deuxième l’accouchement prochain de la nouvelle reine, tandis que la troisième lettre contient la triste nouvelle que l’enfant n’avait vécu que quelques mois. Donnons un autre exemple : au mois de novembre 1595, Franciscus Raphelengius, le jeune, fils de l’imprimeur, offre un récit assez détaillé d’une expédition entreprise en 1594 sous l’égide des États Généraux des Pays-Bas du Nord et quelques commerçants en quête d’un passage vers la Chine à travers l’Océan Arctique14. Un dernier exemple : pendant la seconde moitié de 1601, la correspondance avec Johannes Moretus et son fils Balthasar présente un récit très fidèle du siège que l’archiduc Albert d’Autriche venait de mettre devant la ville d’Ostende, défendue par des garnisons hollandaise et anglaise, siège que l’archiduc espérait pouvoir terminer assez vite, mais qui allait traîner jusqu’en septembre 1604.

Un cas particulier : l’organisation politique aux pays-bas du nord après la mort de guillaume le taciturne

  • 15 Voir notamment Parker, 1990 et le site internet De Bello Belgico, http://dutchrevolt.leiden.edu.

9Penchons-nous maintenant sur une longue lettre, où Lipse s’exprime sincèrement et le cœur ouvert sur l’organisation politique aux Pays-Bas du Nord après l’assassinat de Guillaume le Taciturne († 10 juillet 1584). Le décès inattendu du Prince d’Orange, que l’on avait souvent nommé pater patriae, avait complètement bouleversé le pays. Son fils, Maurice de Nassau, était encore étudiant à l’université de Leyde (il avait à peine dix-sept ans), où il suivait entre autres cours ceux de Lipse. Il lui manquait évidemment l’autorité, aussi bien que l’expérience, de son père pour tenir en bride les États et s’imposer comme gouverneur du pays. Les États Généraux décidèrent donc d’excercer le pouvoir en accordant beaucoup d’autorité aux États provinciaux pour les problèmes particuliers. Leurs députés devraient se rencontrer régulièrement à La Haye, pour discuter des affaires concernant l’ensemble du pays, par exemple la politique étrangère, les campagnes militaires, les questions financières ou la politique commerciale nationale, etc. La situation devint plus critique quand, un an après la mort du Taciturne, Alexandre Farnèse réussit à s’emparer d’Anvers après un long siège, le 17 août 1585. Non seulement les protestants avaient perdu un bastion essentiel au Sud ; il était aussi à craindre que l’armée espagnole n’allât continuer son avance victorieuse vers le Nord. Les États Généraux se lancèrent donc dans une diplomatie fébrile pour solliciter le soutien militaire et financier de la France et de l’Angleterre15.

  • 16 Elle est conservée à Leyde, Bibl. univ., ms. Lips. 3 (1), no 13.
  • 17 Elle n’a été publiée qu’en 1649, incorporée dans un petit volume rassemblant la correspondance des (...)

10Plusieurs lettres des années 1585-1586 indiquent que Lipse observait cette évolution avec beaucoup d’appréhension et de méfiance. Le témoignage le plus net à ce propos se lit dans une longue lettre du 28 juin 1585, à peine quelques semaines avant la chute d’Anvers. Elle est adressée à un ancien étudiant, Théodore Leeuwius, qui, à ce moment-là, occupait le poste de conseiller à la Haute Cour judiciaire de Hollande à La Haye. La lettre originale est conservée dans la bibliothèque universitaire de Leyde, parmi les papiers de Juste Lipse. Elle est écrite par un secrétaire, d’une main assez nette et régulière16. Après la formule d’adieu, Lipse a gribouillé quelques phrases, insistant sur une discrétion absolue : Hanc epistolam uni tibi libere scriptam ab uno te velim legi (« J’ai écrit cette lettre seulement pour toi, le coeur ouvert, et je voudrais qu’elle ne soit lue que par toi. »17)

11Apparemment, Leeuwius s’était plaint, dans une lettre aujourd’hui perdue, de l’état déplorable du gouvernement, et Lipse en profite pour s’épancher : De repub[lica] querela et solicitudo tua non sine causa. Heu quo illa statu ! (« Ta plainte et tes soucis à propos de la situation politique ne sont pas sans cause. Hélas, dans quel état nous trouvons-nous ! »). Instantanément, il met le doigt sur la plaie en évoquant la mort de Guillaume d’Orange qui a mis fin à la fameuse liberté de religion : Fallor aut profecto labitur hoc libertatis atrium, imo ruit utique post deiectam grandem illam columnam, quae sola fulciebat (« Si je ne me trompe pas, ce temple de liberté est vraiment chancelant ; même plus, il est en train de s’écrouler à toute force, maintenant que cette colonne magnifique, son unique support, a été abattue. ») Lipse commence par fulminer contre le gouvernement, avant d’attaquer l’armée. Il ne croit pas que les États vont se tenir fermes.

  • 18 Voir ILE II, 85 06 28 LE, l. 12-15.

Status isti sistant aut firment? Mihi non videtur. Non certe cum oculos mentemque flexi ad singulos qui in consessu. E quibus alii boni, sed imperiti; pars magna mala, lucri cupida et suae, non publicae rei. Itaque multi isti Sinones facile imponunt pauculis illis Priamis et Troiam hanc produnt hosti.18

« Si l’on regarde et considère les représentants individuels des provinces, il y a bien quelques hommes honnêtes, mais qui manquent d’expérience. La plupart d’entre eux sont méchants, avides de gain, et ne considèrent que leur propre avantage au lieu du bien commun. Autrement dit, c’est une multitude de Sinon qui peuvent aisément s’imposer à cette pauvre minorité de Priam pour livrer notre Troie à l’ennemi. »

12Et Lipse continue à tempêter contre l’opportunisme qu’il aperçoit partout parmi les politiciens :

  • 19 Ibid., l. 16-22.

Nosti ipse eorum ingenia et mores et quam unum hoc curent, ut per publicam hanc tempestatem sarcinulas suas salvas habeant, imo auctas. Hi sunt vultures patriae, hirudines aerarii, qui adflixere rem pub[licam] istam et adfligent quam diu locus iis in puppi. Victoriam spectare eos aut meliorem statum? Imo tumultum, noctem, turbas, e quibus creverunt et per quae vivunt. Redeant enim et revolvantur ipsi iterum ad suas tenebras, si sol aliquis illucescat firmae bonaeque gubernationis. Ut blattae et stelliones lucem fugiunt, sic quietem rapones isti.19

« Tu connais toi-même leur nature et leurs mœurs, à quel point ils ne se soucient que d’une seule chose, comment, pendant ces troubles politiques, sauvegarder leurs poches ou, qui plus est, les remplir. Ils sont les vautours de la patrie, les sangsues du trésor public, eux qui ont frappé notre pays et le frapperont aussi longtemps qu’ils ont une main au gouvernail. Loin de regarder la victoire ou l’amélioration de la situation, ils préfèrent le désordre, la nuit, les troubles qui leur ont permis de s’élever et de quoi ils se nourrissent. Si seulement le soleil, d’une ferme et honnête autorité, se mettait à briller, ils reviendraient sur leurs pas et se retireraient dans leur ténèbres. Tout comme les blattes et les lézards, qui fuient la lumière, ces êtres rapaces abhorrent la tranquilité. »

13Dans la seconde partie de sa lettre, Lipse tourne son attention vers l’armée ; ici, son point de vue est coloré par une perception plus générale, ne se bornant pas à la milice des Pays-Bas du Nord, et soulignant une fois de plus l’importance de supérieurs capables. Son jugement impitoyable est amplifié par le style : une succession harcelante de bouts de phrases brèves, de questions rhétoriques, binaires ou ternaires, bien symétriques, souvent antithétiques et soulignées d’anaphores ou d’asyndètes et d’homéotéleutes. Il vaut la peine de citer le passage en entier :

  • 20 Ibid., l. 24-35.

Milites vide: sine disciplina reperies, sine ordine, manibus rapaces, pedibus fugaces et in quibus linea nulla aut color militum, nisi quod avidi praeda, sed eius ipsius tamen incruentae. Adde quod tyrones, quod subitarii, quod e faece collecti, in quibus nihil aut virium aut animorum. Iam ipsi duces quid? Temerarii, caeci, properi, ut unam illis provisionem cautionemque hanc iures, nihil provide agere, nihil caute. Nec miremur. Tyrocinium enim vix militiae suae posuerunt, vis ducant? Parere nunquam ipsi didicerunt, vis imperent? Vitiis luxuque diffluunt, vis castigent? Sine peritia autem, imperio, coercitione, quae potest esse felix militia? Aut quem alium successum, quam hunc cottidianum exspectes, dissipationis, fugae, caedis? Canes enim ecce ab illa parte et leones prodeunt; a nobis lepores aliquot galeati, quos hinnuleus ducit aut cervus.20

  • 21 Le chien doit être considéré comme un modèle de courage et de fidélité. Lipse, on le sait, aimait (...)

« Regarde maintenant les miliciens : ils manquent totalement de discipline et d’ordre ; ils ont les mains rapaces et les pieds fugaces, ne respectant aucune ligne ou couleur de régiment, sauf qu’ils sont tous avides de butin, quoique sans verser une goutte de leur sang. De plus, il s’agit d’un troupeau de recrues, levées à l’improviste, ramassées dans la boue, qui manquent de toute force et de tout esprit. Que dire de leurs supérieurs ? Une bande d’irréfléchis, d’aveugles, d’impatients, à qui tu n’attribuerais qu’une seule preuve de prévoyance et de précaution, celle d’agir sans aucune prudence ni circonspection. Rien d’étonnant, car ils viennent seulement de terminer leur apprentissage militaire ; comment veux-tu qu’ils prennent une initiative ? Ils n’ont jamais appris à obéir, comment veux-tu qu’ils donnent des ordres ? Ils se dissolvent dans une vie de vice et de luxe ; comment veux-tu qu’ils réprimandent ? Une armée sans expérience, sans autorité, sans contrainte, comment peut-elle prospérer ou obtenir d’autres résultats que ceux d’aujourd’hui : dissipation, fuite, meurtre ? Voilà nos adversaires conduits par des chiens21 et des lions qui avancent ; nos soldats, par contre, sont menés par une bande de levrauts casqués avec un faon ou un cerf à leur tête. »

14Lipse ne voit pas de solution facile pour sortir de cette impasse, car :

  • 22 ILE II, 85 06 28 LE, l. 35-39.

Haec mala sunt, mi Leeuwi, longo usu innexa iam huic statui, imo innata. Nec tolli ea facile possunt, nisi ut tollas ipsum. Itaque vident et culpant omnes, nemo emendat, quia revera evertenda haec forma reipub[licae] est, non convertenda. Confusio ista consiliorum tollenda, poluarciva removenda et caput salutis nostrae ponendum in capite uno. Sed illud quoque unde expedimus? Deus viderit. Ego haereo. In nobis enim quis ea auctoritate, prudentia, fide?22

« Il s’agit de maux qui, par un long usage, sont étroitement liés avec le pays, qui sont même innés et qu’il est difficile d’enlever sans plonger le pays même en désarroi. Tout le monde regarde la situation et fait des reproches, mais il n’y a personne qui corrige parce que vraiment, cette forme d’état doit être bouleversée, non réorientée ; cette confusion de conseils doit être enlevée ; cette polyarchie doit être écartée et il nous faut poser le chef de notre salut entre les mains d’un seul chef. Mais où le trouver ? Peut-être que Dieu le sait ; moi en tout cas, je ne m’en sors pas. Car qui chez nous possède cette autorité, cette prudence, cette assurance ? »

15Trouver l’autorité, la prudence et l’assurance nécessaire à l’étranger, n’est pas facile non plus :

  • 23 Ibid., l. 42-46.

Gallus nos lactavit et sprevit. Angla, quantumvis benigne polliceatur, vereor ut praebeat se totam. Mulier est. Schottum habet in latere, insidias in sinu nec velle eam omnia, scio, nec audere, nec posse. Regnum ipsum eius uber ac florens, sed breve tamen et arctum et, quod impetu validum esse non negem, nescio an firmum ad longum bellum.23

  • 24 Le 2 janvier 1585, la France et l’Espagne avaient signé le Traité de Joinville pour soutenir la ca (...)

« Le roi de France, Henri III a leurré et rejeté les Hollandais24, tandis que la reine d’Angleterre est pleine de belles promesses qu’elle ne tiendra probablement pas. Ce n’est qu’une femme ; elle a les Écossais qui mordent ses hanches et des embuscades au sein de son propre pays. Son propre règne est prospère et florissant, mais limité et coincé, et bien que vigoureux par son élan, je doute qu’il puisse résister à une guerre prolongée. »

16Qui plus est, les problèmes ont été aggravés par l’inertie et les hésitations de leur compatriotes, qui ont à peine tendu la main ou la voix pour obtenir de l’aide, quoique l’eau leur monte aux lèvres. Et si, finalement, ils ont demandé du soutien, ils ont posé nombre de conditions, comme s’ils préféraient s’en passer. Il y en a, en effet, qui n’en veulent pas :

  • 25 Ibid., l. 50-56.

An ignota Regi illi aut Reginae interna nostra vulnera sentis? Ambitionem acrem et avaritiam quorundam? Qui, ut dracones, circumplexi aureum hunc Hesperidum hortum incumbunt adeo eum non deserturi, ut perire patriam a stirpe malint quam imperium sibi aut praedam a parte? Tamen ad Anglam, inquies, eunt prompte. Mihi crede, non ut illa plane pleneque imperet, sed ut per eam ipsi. Arborem, inquam, hederae istae quaerunt, cui annixa et innexa nequitia eorum serpat.25

« Est-ce que tu penses vraiment que le roi ou la reine n’ont pas aperçu nos plaies internes ? L’ambition ardente et l’avarice de certains qui, comme des dragons, ont embrassé ce jardin doré des Hespérides et s’y couchent, tellement obstinés à ne pas le quitter qu’ils préfèrent voir la patrie anéantie jusqu’aux racines plutôt que de perdre eux-mêmes une graine d’autorité ou de profit ? Tu me diras : “Mais ils sont bien prêts de se tourner vers l’Angleterre.” Crois-moi, ils ne le feront pas pour qu’elle détienne la totalité du pouvoir, mais pour qu’ils deviennent les maîtres eux-mêmes, grâce à elle. Ce lierre, je te dis, cherche un arbre afin d’y attacher et entrelacer sa perversité. »

  • 26 À ce sujet, voir De Landtsheer, 2011.

17Malgré le pessimisme de Lipse, l’alliance franco-espagnole en faveur des catholiques amena Élisabeth Ire à se rapprocher des provinces s’insurgeant contre l’autorité légitime du roi d’Espagne. Deux mois après cette lettre, le Traité de Sans-Pareil fut conclu le 20 août 1585 : la reine Élisabeth obtint une participation politique (deux sièges au Conseil d’État) et quelques ports stratégiques au bord de l’Escaut et de la Mer du Nord – Ostende, Flessingue avec le fort Rammekens, et La Brielle – en gage des 5 000 soldats qu’elle avait envoyés. Elle délégua son favori, Robert Dudley, comte de Leicester, comme son représentant, ce qui s’avéra être un mauvais choix, car son comportement autoritaire et son inflexibilité religieuse semèrent le désordre et risquèrent de faire la discorde au sein des Sept Provinces mêmes. Un an plus tard, déjà, Leicester fut rappelé en Angleterre. Les États allaient suivre leur propre orientation politique, plus indépendante des Anglais, quoique toujours avec leur soutien militaire. C’était précisément ce choix résolu pour un pouvoir partagé entre plusieurs personnes qui fut l’une des principales raisons pour lesquelles Lipse quitta Leyde et rentra dans son pays natal quelques années plus tard, en 159126.

Reflets de la lettre en voyée à leeuwius (ile ii, 85 06 28 le) dans les écrits ultérieurs de juste lipse

  • 27 Politicorum sive civilis doctrinae libri VI, Leyde, F. Raphelengius, 1589. Pour une édition récent (...)
  • 28 Voir Politica II, ch. 2 : Imperium hoc autem triplex : principatus, optimatum, et populi status, d (...)
  • 29 Politica II, chap. 2 : Sed quae ex his optima ? Diu hoc in lite. Quam solvit et non solvit idem il (...)
  • 30 Lipse y reprend les idées du Politica, chapitre par chapitre, les illustrant par toute une série d (...)

18La méfiance et la répugnance qu’inspirait à Lipse le système politique tel qu’il était en train de se développer après la mort du Taciturne résonnent dans son Politica, paru en mi-1589, mais commencé déjà fin 158627. Cette œuvre, qui s’inscrit dans la tradition des miroirs de princes, a eu une influence considérable sur la pensée politique du xviie siècle. La première moitié de l’ouvrage est un plaidoyer en faveur de la monarchie absolue. Après avoir observé que toute société, pour pouvoir exister et prospérer, a besoin d’une forme d’autorité (imperium), Lipse distingue trois régimes politiques : la monarchie, l’aristocratie et la démocratie, que l’on retrouve toujours soit sous une forme pure, soit sous une forme mixte28. Selon un mot de Tacite, il est plus facile de faire l’éloge d’une république que d’en fonder une, et si une république est créée, elle a toujours la vie courte. Notre humaniste, par contre, choisit résolument la monarchie qui, sans doute aucun, est la forme la plus ancienne (tous les peuples anciens ont obéi à un roi et « roi » était aussi le premier titre qu’on donnait à un chef d’État), celle qui convient le mieux à la nature (on la retrouve chez la plupart des créatures et des êtres humains) et à la raison (de même qu’il y a un seul capitaine sur un navire). Un pouvoir partagé entre plusieurs personnes est une source de troubles. Pouvoir et unanimité s’accordent mal ensemble ; attribuer le pouvoir à un seul homme est une garantie pour la paix29. Pour Lipse, ces arguments offrent la preuve convaincante de la supériorité de la monarchie. Les vertus qu’il va ensuite attribuer à son prince modèle, aussi bien comme individu que comme chef d’État, sont le pendant positif des reproches faits aux représentants des États dans la lettre adressée à Leeuwius. Le même point de vue sera élaboré une quinzaine d’années plus tard dans le Monita et exempla politica, paru à Anvers chez Johannes Moretus en 1605, supplément pratique des théories développées dans les deux premiers livres du Politica30.

  • 31 Voir à ce sujet De Landtsheer, 2001, p. 101-122.
  • 32 Ibid., p. 116-119, avec des références bibliographiques complémentaires. Maurice suivait d’ailleur (...)

19La critique de l’armée, qui constitue la deuxième partie de notre lettre à ILE II, 85 06 28 LE, est prudemment évitée dans le cinquième livre du Politica, qui est consacré à l’organisation et surtout à la discipline de la milice. Plus tard, Lipse va élaborer cette nécessité absolue d’une armée bien organisée et surtout bien disciplinée dans son De militia Romana (Anvers, Veuve Plantin et Johannes Moretus, 1595-1596), où il suit l’opinion, bien répandue à l’époque, selon laquelle, pour vaincre les troupes du Sultan, et notamment les janissaires (que l’on considérait comme les héritiers, et même les descendants des soldats d’Alexandre le Grand), les armées de l’Ouest devraient suivre l’exemple des légions romaines, qui avaient finalement remporté la victoire sur les successeurs d’Alexandre31. Le cinquième livre du De militia (sur la discipline militaire) est presque aussi long que l’ensemble des quatre premiers livres, où Lipse traitait successivement du recrutement des soldats, de l’incorporation et de l’organisation des troupes, de l’équipement et des formations de combat des Romains. Bien que dédié au prince héritier d’Espagne, le futur Philippe III, Lipse s’adresse à quiconque est responsable de la levée ou du commandemant d’une armée. Signalons, à ce propos, que les États Généraux ont immédiatement acheté un exemplaire du De militia pour en faire cadeau à Maurice, le fils de Guillaume le Taciturne, qui était devenu le commandant en chef des armées à partir de 1591 et qui, dès lors, se penchait sur des réformes militaires, inspirées par les grands stratèges romains32.

  • 33 Elle est connue sous le nom de Sendt-brief (lettre missive) de Juste Lipse. Voir l’édition moderne (...)
  • 34 En dehors des traductions en néerlandais, allemand et espagnol, il est aussi question dans la corr (...)

20En dernier lieu, il faut analyser ici de plus près une autre lettre intéressante, datée du 2 janvier 1595, et adressée à un dignitaire espagnol de la cour de Bruxelles, qui avait sollicité l’opinion de Lipse à propos de la politique extérieure que, selon lui, le roi d’Espagne devrait suivre envers ses ennemis33. Lipse se rendait bien compte que sa réponse allait circuler, non seulement à la cour de Bruxelles, mais, par l’entremise des ambassadeurs étrangers, dans celles des pays voisins. Notre humaniste ne s’est pas trompé sur le succès de sa lettre, qui a en effet été réimprimée à maintes reprises et a été traduite dans plusieurs langues vernaculaires34. Même après la mort de son auteur, elle fut plusieurs fois rééditée à l’occasion du début et de la fin de la Trêve de Douze Ans (1609-1621) conclue entre les archiducs Albert et Isabeau et les Provinces du Nord. Juste Lipse avait lui-même retravaillé cette lettre à deux reprises : la première fois en 1596, car entre-temps Henri IV avait, malgré les prédictions de Lipse, déclaré la guerre à l’Espagne ; la deuxième fois, en 1604, lors des négociations entamées entre la France, l’Espagne et l’Angleterre après l’avènement de Jacques Ier comme roi d’Angleterre et d’Irlande le 24 mars 1603. Mais ce fut surtout la première version qui a été répandue.

21Tandis que, dans la lettre à Leeuwius, la France et de l’Angleterre ne jouaient qu’un rôle secondaire, comme alliés éventuels des Pays-Bas du Nord dans leur révolte contre le roi d’Espagne, Lipse fait maintenant une distinction entre « ennemis extérieurs » (à savoir les Français et les Anglais) et « ennemis intérieurs ou plutôt rebelles » (c’est-à-dire les Sept Provinces dont les habitants étaient, d’un point de vue strictement légitime, toujours les sujets du roi d’Espagne). Quoique convaincu que Philippe II puisse vaincre ces ennemis au bout d’un certain temps, Lipse, qui abominait les troubles et les guerres, suggère d’entamer des négociations de paix, d’autant plus que les souverains chrétiens doivent absolument unir leur forces pour combattre l’ennemi commun, le Turc. Il commence son plaidoyer en soulignant la nécessité

  • 35 ILE VIII, 95 01 02 S, l. 18-19.

[…] disciplinam, quoniam revera sine ea (fiant et dicantur omnia) bellum nullum feliciter satis aut fortiter et[iam] geretur. […] Sed opus isto legum et severitatis quodam vinculo est quod constringat et vires et viros istos utiles reipublicae reddat. Diffluunt alioquin per lasciviam, per libidinem, per ferociam, nec aliud in ista militari turba, quam rapinae aut seditiones.35

« […] d’une discipline militaire, car peu importe ce qui se passe ou que l’on dise, sans elle il est impossible de se battre en brave ou d’être couronné de succès. Sans cette chaîne de lois et de sévérité qui les lient et les rendent utiles pour l’état, les forces et les hommes se dissiperont dans la débauche, la licence et la violence, et le seul résultat des troupes militaires sera saccages et révoltes. »

22Les idées déjà expliquées à Leeuwius sont donc reprises, mais cette fois-ci appliquées à l’armée espagnole. Lipse en est convaincu :

  • 36 Ibid., l. 30-36.

Si cum utroque, Batavi ponunt animos et aut sponte, aut vi venient sub leges; si cum altero, et[iam] idem fiet, volo dictum cum altera, id est Angla. Illa in manu opida duo Zelandiae atque Hollandiae h[abe]t, aditus haud dubie et claustra maris et terrae. Non nimis abhorrere eam a pace ego arbitror, quia mulier est, quia aerarium iam imminutum (non enim eae opes quae putantur), quia populo invito bellum est qui commercia et libertatem mallet.36

  • 37 Dans le Politica, II, 3 et, par conséquence, dans le Monita et exempla politica, on retrouve cette (...)

« Une fois la paix signée avec les Français et les Anglais, les provinces rebelles baisseront les bras et se livreront aux lois, de gré ou de force. Même si seulement les Anglais se réconcilient, ils ne continueront pas la révolte. Quoique Élisabeth exerce le pouvoir sur deux villes en Zélande et Hollande, elle ne répugnera pas à la paix : ce n’est qu’une femme,37 le trésor d’État est presque épuisé (car elle n’a pas les ressources que l’on lui croit) et son peuple, rejetant la guerre, préfère un commerce florissant et libre. »

23Toujours selon Lipse, Henri IV préfère lui aussi la paix, car il n’est qu’au début de son règne, avec un pouvoir vacillant et des pairs qui ne s’entendaient pas ou qui se méfiaient.

24Quant aux Provinces du Nord, Lipse doit avouer que, malgré ses prédictions négatives d’une dizaine d’années plus tôt, elles ont le vent en poupe.

  • 38 ILE VIII, 95 01 02 S, l. 53-56.

Loca valida omnia h [ab] ent, tota sibi opportuna : militem exercitatum et satis bonum, victoriis animosum ; ordinem aliquem in aerario et tota gubernatione, quamdiu bellum et metus est, haud facile solvendum.38

« Le pays prospère, tout est à leur avantage : leurs forces militaires sont bien entraînées et assez compétentes, encouragées par les victoires ; leurs ressources financières et dans tout le gouvernement sont assez bien organisées, une structure qui ne se déstabilisera pas facilement tant qu’il y aura la guerre et la crainte. »

25Néanmoins, notre humaniste reste persuadé que leur système de polyarchie est condamné parce que leur unanimité, qui est le fondament de leur succès, n’est que de courte durée. Le roi Philippe doit œuvrer pour que les provinces du Nord tombent en désaccord. S’il réussit à leur faire accepter un armistice, le sentiment d’unité devant l’ennemi commun, l’Espagne, perdra vite sa raison d’être ; les provinces deviendront des concurrents, elles épuiseront leurs moyens financiers et seront bien contentes de retourner aux bras accueillants du roi et à la vraie foi.

  • 39 Ibid., l. 63-68.

Ca[uss]am inter ipsos dissidiis damus. Mihi crede, h[abe]nt odia, factiones et sua vulnera, sed occuluntur et omnia impendente magno isto metu, qui aequaliter tangit omnes. Remitte paullum, ad ingenia et vitia sua redibunt. Ut boves instante lupo coeunt, capita et cornua iungunt, abeunte quisque sibi pascit, sic Batavi isti nostri, quos ambitio fortasse valde non tangit, magis avaritia et amor quaestus.39

« Ils ont leurs haines, leurs factions et leur vulnérabilité, croyez-moi, mais qui toutes sont dissimulées par cette grande peur menaçante, qui les touche tous au même degré. Au moindre relâchement, ils retourneront tous à leur propre nature et leurs vices. Tels que les bœufs serrent les rangs vis-à-vis d’un loup menaçant, les têtes et les cornes jointes, mais broutent individuellement dès que celui-ci part, de même nos Hollandais, qui ne sont pas tant emportés par l’ambition que par l’avarice et l’amour du gain. »

26L’histoire a prouvé que Juste Lipse avait sous-estimé l’esprit de cohésion, la détermination et l’instinct commercial des Provinces du Nord, et qu’il avait tort d’abominer le système démocratique qu’elles avaient établi. Bien sûr, la République en formation a connu ses problèmes : le début du xviie siècle a révélé de graves différends religieux entre remontrants (les calvinistes stricts de Franciscus Gommarus) et contre-remontrants (les calvinistes plus libéraux de Jacobus Arminius), et la Trêve de Douze Ans n’a qu’aggravé le conflit politique entre Maurice de Nassau, le commandant en chef des armées, qui voulait poursuivre la guerre contre l’Espagne, et Johan van Oldenbarnevelt, le Grand Pensionnaire, qui favorisait la paix (ce conflit culmina avec l’exécution de ce dernier). Vers la moitié du xviie siècle, la République des Provinces-Unies était devenue, avec l’Angleterre, une force redoutable, maîtresse des océans et d’un vaste empire commercial, aussi bien à l’Est qu’a l’Ouest, et elle éclipsait dans tous les aspects ses compatriotes de jadis, restés sous le joug espagnol.

Notes

1 Iusti Lipsi Epistolae (ILE), éd. A. Gerlo, M. A. Nauwelaerts, H. D. L. Vervliet et al., Bruxelles, Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, 1978 : Pars II : 1584-1587, éd. M. A. Nauwelaerts, avec la collaboration de S. Sué, ibid., 1983 ; Pars V : 1592, éd. J. De Landtsheer, J. Kluyskens, ibid., 1991 ; Pars XIII : 1600, éd. J. Papy, ibid., 2000 ; Pars XV : 1602, éd. J. De Landtsheer, Brussels, ibid. [à paraître]

2 Voir Gerlo, Vervliet, 1968. Pour une liste de lettres découvertes depuis lors, voir Deneire, 2007, p. 11, n. 2. Entre-temps, cette liste de lettres inconnues a pu être élargie de plusieurs nouvelles découvertes : Id., 2010, n. 13.

3 L’editio princeps, avec seulement une centaine de pages d’annotations, pour la plupart des leçons variantes, parut chez Christophe Plantin à Anvers en 1574 ; l’édition révisée et un commentaire exhaustif presque aussi volumineux, tant philologique qu’historique, des Annales y parurent en 1581. Une troisième édition reprit le Liber commentarius ad Annales de 1581 et ajouta une nouvelle partie beaucoup plus limitée avec des annotations aux Historiae et aux Opera minora (Leyde, C. Plantin, 1585).

4 Voir Epistolarum Centuriae duae. Quarum prior innovata, altera nova, Leyde, F. Raphelengius, 1590, fo * 3ro-vo. Toutes les traductions sont miennes.

5 Il s’agit d’Adam (van) Leemput de Utrecht († 1598), qui avait commencé ses études de droit à Leyde : voir ILE V, 92 01 18, introduction.

6 Toutes les nouvelles centuries furent publiées par Johannes Moretus à Anvers. La troisième, de 1601, fut intitulée Centuria ad Italos et Hispanos à partir de la ré-impression de 1604.

7 Génèse des Centuriae de Lipse : De Landtsheer, 1998 et Papy, 2001.

8 Dans le cas de Petrarque, il s’agit même d’une correspondance largement fictive : voir Enenkel, 2008, surtout chap. 2 (« Francesco Petrarca : Autobiographie in Briefen »), p. 40-78, et Id., 2002, p. 367-384.

9 Voir Halkin, 1983 et Jardine, 1993. Une étude approfondie de cette correspondance est annoncée par Christine Bénévent. En attendant, on trouvera un aperçu clair des aspects matériels de cette correspondance dans Heesakkers, 2005, p. 29-60.

10 Voir IJsewijn, 1985, p. 183-191.

11 Une copie certifiée conforme du catalogue rédigé immédiatement après la mort de Lipse est conservée à Leyde, Bibliothèque universitaire (ms. Lips. 59). Je suis en train d’en préparer l’édition en collaboration avec Marcus de Schepper.

12 Citation d’une lettre du 29 décembre 1602, conservée à Anvers, Musée Plantin-Moretus, Arch. 86, p. 603-606. Pour une édition moderne, voir Gerlo-Vervliet-Vertessen, 1967, p. 179-180, n. 150 ; ILE XV, 02 12 29.

13 Voir Luykx, 1964, p. 231-247.

14 Lors d’une expédition pareille deux ans plus tard, dirigée par Guillaume Barentsz, la flotte fut surprise par le gel soudain, et elle dut passer l’hiver à Nova Zembla.

15 Voir notamment Parker, 1990 et le site internet De Bello Belgico, http://dutchrevolt.leiden.edu.

16 Elle est conservée à Leyde, Bibl. univ., ms. Lips. 3 (1), no 13.

17 Elle n’a été publiée qu’en 1649, incorporée dans un petit volume rassemblant la correspondance des deux amis, Iusti Lipsi ad Theodorum Leeuwium epistolae, Leyde, 1649, p. 73-81, n. 25 et une seconde fois par Petrus Burmannus, Sylloges epistolarum, Leyde, S. Luchtmans, 1725-1727, t. 1, p. 39-41, n. 37. Voir maintenant l’édition moderne et annotée, ILE II, 85 06 28 LE.

18 Voir ILE II, 85 06 28 LE, l. 12-15.

19 Ibid., l. 16-22.

20 Ibid., l. 24-35.

21 Le chien doit être considéré comme un modèle de courage et de fidélité. Lipse, on le sait, aimait les chiens. Leurs vertus sont exposées dans une longue lettre adressée à ses contubernales (un groupe de jeunes étudiants logés chez lui), ILE XIII, [00] 00 00 ; voir aussi Papy, 1999, p. 167-198.

22 ILE II, 85 06 28 LE, l. 35-39.

23 Ibid., l. 42-46.

24 Le 2 janvier 1585, la France et l’Espagne avaient signé le Traité de Joinville pour soutenir la cause catholique contre les huguenots et la popularité croissante d’Henri de Navarre. Henri de Guise avait négocié ce pacte pour les Français. Philippe II, de son côté, craignait qu’une influence huguenote trop grande n’aboutît à une alliance protestante entre la France et l’Angleterre, et à l’isolement de son pays.

25 Ibid., l. 50-56.

26 À ce sujet, voir De Landtsheer, 2011.

27 Politicorum sive civilis doctrinae libri VI, Leyde, F. Raphelengius, 1589. Pour une édition récente du Politica avec introduction et une traduction anglaise, voir Waszink, 2004.

28 Voir Politica II, ch. 2 : Imperium hoc autem triplex : principatus, optimatum, et populi status, déclaration qu’il confirme par une citation de Tacite (Annales IV, chap. 33, 1) : Nam cunctas nationes et urbes populus aut primores aut singuli regunt (voir Waszink, ibid., p. 196).

29 Politica II, chap. 2 : Sed quae ex his optima ? Diu hoc in lite. Quam solvit et non solvit idem ille noster [= Tacite, suite du passage cité note précédente]. Ego si non verius, clarius rem aperio et praefero palam principatum. Movent me ista : quod ille vetustissimus [confirmé par Aristote, Cicéron, Salluste et Justin] ; addo quod ad naturam aptissimus […, confirmé par Salluste] ; idem secundum rationem maxime [confirmé par Tacite]. Plures, quid mihi adfers ? Turbas [confirmé par Tacite].

30 Lipse y reprend les idées du Politica, chapitre par chapitre, les illustrant par toute une série d’exemples historiques, soit positifs (exempla), soit négatifs (monita).

31 Voir à ce sujet De Landtsheer, 2001, p. 101-122.

32 Ibid., p. 116-119, avec des références bibliographiques complémentaires. Maurice suivait d’ailleurs l’exemple de son cousin et beau-frère Guillaume-Louis, gouverneur de la Frise.

33 Elle est connue sous le nom de Sendt-brief (lettre missive) de Juste Lipse. Voir l’édition moderne et annotée par J. De Landtsheer, ILE VIII, 95 01 02 S. Voir aussi Mout, 2007, p. 141-162. Quoique la lettre soit adressée à un certain Francisco de San Víctores de la Portilla, celui-ci ne fut qu’un intermédiaire. Le vrai destinataire n’est pas connu.

34 En dehors des traductions en néerlandais, allemand et espagnol, il est aussi question dans la correspondance d’une traduction française qui circulait déjà dans l’été de 1595. On n’en a, malheureusement, pas trouvé de traces : voir ILE VIII, lettre du 6 septembre 1595, adressée à Cornelis Aerssens, greffier des États Généraux à La Haye. Pieter Bor, un contemporain de Juste Lipse, dans son Oorsprongk, begin, en vervolgh der Nederlandsche oorlogen, 6 vol., Amsterdam, 1621, cite une traduction néerlandaise et ajoute que l’ambassadeur des Pays-Bas du Nord en avait présenté le contenu à la reine Élisabeth.

35 ILE VIII, 95 01 02 S, l. 18-19.

36 Ibid., l. 30-36.

37 Dans le Politica, II, 3 et, par conséquence, dans le Monita et exempla politica, on retrouve cette même opinion dédaigneuse d’une femme au pouvoir.

38 ILE VIII, 95 01 02 S, l. 53-56.

39 Ibid., l. 63-68.

Auteur

Université de Leuven

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540