Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre III. La présence du passé dans l’épistolaire

La Correspondance de Jérôme, une autre Chronique ?

Benoît Jeanjean

Texte intégral

  • 1 La récente traduction commentée que nous avons donnée, Bertrand Lançon et moi-même, de la partie p (...)
  • 2 Cf. Vita Malchi, 1, dans Jérôme, Trois vies de moines, Paul, Malchus, Hilarion, éd. A. De Vogüe, P (...)

1Que Jérôme soit compté au nombre des historiographes antiques est une évidence pour quiconque a lu sa Chronique, traduction et prolongement de la Chronique d’Eusèbe de Césarée1. Cependant, le caractère concis et fragmenté des notices qui la composent, l’absence apparente de liens de causalité entre ces notices, les omissions importantes – parfois volontaires – et les raccourcis qu’on y décèle, tendent à la reléguer aux marges de la véritable histoire et à la faire négliger par les historiens un peu pressés. Paradoxalement, ceux-ci accordent parfois davantage d’attention à la Correspondance de Jérôme comme source majeure pour l’histoire et la connaissance de la seconde moitié du ive et du début du ve siècles. Cette attention particulière est certes justifiée, puisque l’itinéraire personnel de Jérôme, ses relations avec le milieu aristocratique chrétien de la ville de Rome, sa situation originale de latin implanté dans l’Orient hellénisé, son commerce épistolaire avec des correspondants espagnols, gaulois, italiens, africains, égyptiens, en font un témoin particulièrement intéressant de son temps. Pourtant, force est de reconnaître que la visée première de cette Correspondance n’est pas historique et que Jérôme, qui avait un moment envisagé d’écrire une histoire de l’Église, « depuis la venue du Sauveur jusqu’à notre époque2 », distingue nettement le genre épistolaire de celui de la chronique ou de l’histoire. Ses Lettres, même si elles se font l’écho d’une époque et d’un milieu, ne sont donc pas l’œuvre d’un historien, mais d’un moine et d’un exégète, promoteur enthousiaste de la vie ascétique et des études bibliques. Toutefois, il est indéniable que son expérience d’historiographe, acquise dès le début de sa carrière littéraire, influence sensiblement son écriture et que certaines allusions à des événements du passé qui émaillent ses lettres doivent autant à sa formation de lettré, à l’école du grammaticus et du rhetor, qu’à son goût pour l’histoire. Le premier indice de ce goût est à chercher dans les diverses mentions d’historiens qui se rencontrent tout au long de la Correspondance et dont nous rendrons compte dans un premier temps. Le second indice est constitué par les multiples apparitions de la matière historique tout au long des lettres : leur relevé et leur classification pourraient permettre de distinguer ce qui ressort du lieu commun rhétorique et ce qui est spécifique à Jérôme et à son art d’épistolier, mais une telle approche dépasserait le cadre de cette étude. L’exemple d’une lettre, particulièrement riche en éléments de nature historique, nous aidera déjà à apprécier la diversité de la matière historique dans la Correspondance. Nous le compléterons par l’étude d’un élément historique particulier et de son traitement à travers l’ensemble de la Correspondance. Ces deux approches successives et complémentaires nous feront prendre la mesure des différences entre écriture épistolaire et écriture historiographique.

  • 3 Cf. Epist. 10, 3, CUF, t. 1, p. 29. Pour l’ensemble des citations tirées de la correspondance de J (...)
  • 4 Voir Jérôme, Chronique, op. cit., intr., p. 50-52.
  • 5 Cf. Epist. 70, 2, CUF, t. 3, p. 209 : Quod autem quaeris in calce epistulae cur in opusculis nostr (...)
  • 6 Cf. Ibid., 4, p. 213 : Extant et Iulii Africani libri qui temporum scripsit historias […] ; qui om (...)

2Intéressons-nous, tout d’abord, aux différents historiens qui apparaissent dans la Correspondance. Le premier à être explicitement mentionné est un historien récent, presque contemporain, puisqu’il s’agit d’Aurélius Victor. Dans la Lettre 10, en effet, Jérôme demande à Paul de Concordia de bien vouloir lui faire parvenir l’Histoire de ce dernier, en même temps que les lettres du schismatique Novatien3. Cette demande destinée à l’instruire sur les persécuteurs semble correspondre à ses préoccupations à l’heure où il commence à travailler sur la Chronique d’Eusèbe, sans qu’aucune influence directe du De Caesaribus d’Aurélius Victor n’y soit directement décelable4. Ce travail l’a peut-être également amené à connaître, ne serait-ce qu’indirectement, les Chronographies, en langue grecque, de Julius Africanus, auxquelles il fait allusion dans la Lettre 70 où il démontre à Magnus, orateur de la ville de Rome, qu’un auteur chrétien peut, sans « polluer la blancheur de l’Église par les souillures des païens », « emprunter des exemples à la littérature profane »5. Julius Africanus y figure dans une liste impressionnante d’auteurs ecclésiastiques grecs qui, « tous ont si copieusement farci leurs ouvrages des doctrines et maximes des philosophes, qu’on ne sait ce que l’on doit admirer surtout chez eux, l’érudition profane ou la science des Écritures »6.

3La mention d’historiens des iiie et ive siècles de notre ère est rare, cependant, dans la Correspondance, et se limite aux deux que nous venons de signaler. En revanche, Jérôme mentionne à plusieurs reprises les grandes figures de l’historiographie antique que sont Hérodote et Thucydide pour les grecs, et Salluste et Tite-Live pour les latins. Ceux-ci sont même, selon la Lettre 58 à Paulin de Nole, les modèles à suivre pour quiconque désire se lancer dans le métier d’historien :

  • 7 Epist. 58, 5, CUF, t. 3, p. 79 : poetae aemulentur Homerum, Vergilium, Menandrum, Terentium ; hist (...)

Que les poètes cherchent à égaler Homère, Virgile, Ménandre, Térence, les historiens Thucydide, Salluste, Hérodote, Tite-Live, les orateurs Lysias, les Gracques, Démosthène, Cicéron, et, pour en venir à notre religion, qu’évêques et prêtres aient pour exemples les apôtres et les hommes apostoliques.7

  • 8 Cf. Quintilien, Institution oratoire 10, 1, 101, éd. J. Cousin, CUF, t. 6, Paris, Les Belles Lettr (...)
  • 9 Voir Jeanjean, 2010.
  • 10 Epist. 60, 16, CUF, t. 3, p. 107 : Neque enim historiam proposui scribere, sed nostras breuiter fl (...)
  • 11 Lors du iie Colloque International de Patristique d’expression française qui s’est tenu à Tours en (...)

4Outre le contexte comparatif entre les différents modèles à suivre selon les différents genres littéraires choisis, il importe ici de noter la volonté de Jérôme de faire alterner un modèle grec avec un modèle latin. Cela l’amène à associer, dans l’ordre de sa présentation, Thucydide à Salluste et Hérodote à Tite-Live et à reprendre implicitement à son compte le rapprochement de ces quatre historiens par Quintilien, qui les réunissait déjà par paires8. On retrouve la même association des deux premiers, à la prose plus nerveuse et moins coulante que les seconds, dans la Lettre 60, adressée à Héliodore et présentant l’éloge funèbre de Népotien. Développant le lieu commun de la mort qui épargne au défunt la vue des malheurs d’une époque troublée, Jérôme présente la mort des empereurs qui, jusqu’à Valentinien II, ont succédé à Constantin, puis évoque les innombrables incursions barbares qui ont mis non seulement l’Occident, mais même l’Orient jusque-là épargné, à feu et à sang. Devant l’impossibilité de dire l’ampleur et l’intensité de la douleur provoquée par l’évocation des malheurs de l’époque, Jérôme recourt non seulement à des vers de Virgile, comme j’ai eu l’occasion de le montrer il y a deux ans9, mais il invoque aussi l’impuissance fictive des deux historiens les plus aptes pourtant à faire le tableau d’une telle désolation : « De fait, je ne me suis pas proposé d’écrire l’histoire, mais de déplorer brièvement nos misères. D’ailleurs, pour développer ces événements comme ils le mérite, même Thucydide et Salluste seraient muets ! »10 Le rapprochement des deux historiens n’a pas lieu de surprendre ici, car ils ont la réputation de présenter tous deux une vision pessimiste de l’Histoire qui cadre bien avec le contexte de déploration de la lettre. Ce qui est plus révélateur du rapport de Jérôme à l’Histoire, en revanche, c’est l’affirmation du but qu’il poursuit. La vaste matière historique qu’il brasse n’a pas vocation à instruire le lecteur du déroulement précis des événements, ni de leur enchaînement, mais avant tout à l’émouvoir et à lui faire sentir la fragilité de l’humaine condition. La confrontation du traitement de la mort des empereurs dans cette lettre avec les notices correspondantes de la Chronique montre bien toute la différence qui distingue les deux entreprises, comme j’ai pu l’exposer voici plus de dix ans11. Je ne m’y attarde donc pas.

  • 12 Dans l’esprit de Jérôme il s’agit de Rufin d’Aquilée. Voir, en particulier, l’Apologie contre Rufi (...)

5Si Thucydide n’apparaît plus ailleurs dans la Correspondance, ce n’est pas le cas de Salluste, auquel Jérôme emprunte mainte formulation, sans toujours le préciser. Mais il s’agit, la plupart du temps, de clins d’œil littéraires qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’Histoire. Je n’en relèverai qu’une qui se trouve à la fin de la Lettre 70, à Magnus, que nous avons déjà citée. Elle est plutôt sibylline et les commentateurs peinent à l’expliquer de façon satisfaisante. Au terme de la lettre, en effet, Jérôme signale à son correspondant qu’il soupçonne, derrière lui, la présence d’un commanditaire qui le pousse à lui poser la question embarrassante de son utilisation des auteurs profanes. Voici les termes par lesquels il désigne ce commanditaire supposé12 :

  • 13 Epist. 70, 6, CUF, t. 3, p. 214-215 : Quamquam ego illud magis rear quod semper dictanti uenit in (...)

En réalité, je penserais plus volontiers – et cette idée me vient à l’esprit tandis que je dicte – que, personnellement, tu n’ignores pas l’usage qui a été de tout temps en vigueur parmi les savants ; mais par ton canal, la question m’est posée par un autre, qui d’aventure, par amour des Histoires de Salluste, pourrait recevoir le surnom de Calpurnius Lanarius.13

  • 14 Cf. Jérôme, Lettres, CUF, t. IV, 1953, p. 215, n. 1. Labourt signale Lucius Bestia Calpurnius, le (...)
  • 15 Le marqueur chronologique de l’anecdote du De officiis 3, XVI-66 (éd. et trad. M. Testard, CUF, t. (...)

6L’identité du personnage ne nous est malheureusement pas connue, du fait de la disparition de la plus grande partie des Histoires de Salluste. Des deux suggestions proposées par Jérôme Labourt, l’éditeur des Lettres dans la collection Budé, la première n’est pas convaincante et la seconde n’est qu’une conjecture vraisemblable, mais impossible à étayer14. Le seul Calpurnius Lanarius dont nous ayons conservé une trace dans la littérature latine se rencontre chez Cicéron, au livre trois du De officiis. Il s’agit de l’acheteur d’un immeuble dont l’ancien propriétaire lui a caché un vice. Comme l’épisode rapporté par Cicéron peut se situer une dizaine d’années environ avant le meurtre de Salinator par un certain Calpurnius Lanarius, rien n’empêche de voir un seul et même homme derrière les deux épisodes15.

  • 16 Epist. 77, 8, CUF, t. 4, p. 48 : Hanc gentem Herodotus refert, sub Dario, rege Medorum, uiginti an (...)
  • 17 Sur la lecture d’Hérodote par Jérôme, voir Courcelle, 1948, p. 67-69.
  • 18 Cf. Hérodote, Histoires I, 105-106, éd. et trad. P. E. Legrand, CUF, t. 1, 1964, p. 130-132.
  • 19 Courcelle attribue l’erreur de datation de Jérôme à l’approximation d’une citation de mémoire, mai (...)

7Quant à Hérodote, il se présente une seconde fois sous la plume de l’épistolier, dans la Lettre 77, adressée à Océanus. Après y avoir évoqué un déferlement des Huns sur la Palestine en 395, Jérôme rappelle que l’historien grec rapporte que « sous Darius, roi des Mèdes, cette même nation avait, vingt ans durant, tenu l’Orient captif, exigeant des Égyptiens et des Éthiopiens eux-mêmes un tribut annuel »16. À la différence de Thucydide qu’il nomme à titre d’illustration, sans rien citer de ses écrits, Jérôme semble bien avoir lu Hérodote auquel il emprunte ici son information17. Celle-ci est issue du premier livre de l’Enquête, où l’historien grec rapporte comment le peuple Scythe occupa pendant près de vingt-huit ans le Moyen-Orient18. Jérôme se trompe cependant sur la date, puisqu’il fixe au règne de Darius un événement antérieur de près d’un siècle et qu’Hérodote place sous le règne du roi des Mèdes Cyaxare19.

  • 20 Epist. 18A, 9, CUF, t. 1, p. 64 ; 22, 35, ibid., p. 152 ; 29, 7, t. 2, p. 30 ; 37, 2, ibid., p. 66 (...)
  • 21 Epist. 22, 35, CUF, t. 1, p. 152 : Tales Philo, Platonici sermonis imitator, tales Iosephus, Graec (...)

8Le relevé des historiens de langue grecque cités par Jérôme ne serait pas complet si l’on omettait l’historien juif Flavius Josèphe, qui apparaît à douze reprises dans dix lettres différentes. Comme il serait trop long de présenter l’ensemble de ces douze occurrences20, je ne signalerai que celle qui se trouve au chapitre 35 de la Lettre 22, à Eustochium, et qui conclut la présentation de la vie des moines cénobites : « C’est ainsi que Philon, l’imitateur du langage de Platon, et Josèphe, le Tite-Live grec, dans sa deuxième histoire de la captivité des Juifs, décrivent les Ésséniens. »21 Josèphe succède ici à Hérodote comme équivalent grec à l’éloquence livienne. Une sorte de généalogie des historiens au style ample et périodique se met ainsi en place : la manière d’Hérodote se retrouve sous la plume de Tite-Live, qui trouve ensuite un imitateur en la personne de Josèphe. L’utilisation par Jérôme des œuvres historiques de ce dernier n’a d’ailleurs rien d’étonnant, puisque celles-ci lui fournissaient, en grec, les informations les plus directement accessibles sur l’histoire ancienne et récente du peuple juif, informations dont il avait besoin pour ses travaux exégétiques.

  • 22 Epist. 60, 12, CUF, t. 3, p. 101 : Nobilem uirum Quintum Fabium miratur antiquitas, qui etiam Roma (...)

9Le dernier historien à être cité par Jérôme dans ses Lettres est l’annaliste latin Fabius Pictor ; mais, curieusement, ce ne sont pas ses qualités d’historien qui sont mises en avant, mais ses qualités de peintre : « L’antiquité admire l’illustre Quintus Fabius, qui est certes un historien romain, mais qui s’est fait un nom plutôt par la peinture que par les lettres. »22

  • 23 Celui-ci n’apparaît qu’une seule fois chez Ambroise (Epist. 34, 2, éd. O. Faller, CSEL 82, 1, p. 2 (...)

10Le panorama des historiens cités par Jérôme dans sa Correspondance témoigne d’une connaissance éclectique des historiens tant grecs que latins. S’il a parfois le souci d’étayer ses affirmations en recourant à l’autorité des historiens reconnus, comme c’est le cas pour l’information d’Hérodote sur les Huns ou celle de Flavius Josèphe sur les Ésséniens, le plus souvent il ne les mentionne qu’à titre d’illustration ou de modèle, dans le cadre d’un jeu littéraire et rhétorique. Mais en cela déjà, il se distingue de ses contemporains Ambroise et Augustin, dont les correspondances ne mentionnent explicitement aucun des grands historiens du passé, à l’exception du seul Flavius Josèphe23.

  • 24 Voir, à ce propos, la nouvelle classification des Lettres proposée récemment par A. Cain, The Lett (...)

11Venons-en à présent à la matière historique présente dans les Lettres de Jérôme. Tout lecteur des lettres est frappé par leur extrême diversité de forme et par la variété des sujets qui y sont abordés24. Le même constat peut être fait à propos des différents modes de présence de la matière historique dans les lettres. Un rapide relevé de cette matière dans la Lettre 108, adressée à Eustochium au printemps 404 et présentant l’éloge funèbre de Paula, nous en convaincra.

12Comme tout éloge funèbre, la lettre se doit d’évoquer en premier lieu, ne serait-ce que sous forme de prétérition, les ancêtres glorieux de la défunte. Jérôme s’y emploie et, remontant d’un côté à deux grandes figures de la République romaine et de l’autre à un héros de la guerre de Troie, mêle ainsi histoire grecque et histoire latine :

  • 25 Epist. 108, 3, CUF, t. 5, p. 160-161 : Alii altius repetant et ab incunabulis eius ipsisque, ut it (...)

À d’autres de remonter plus haut, à son berceau et, si je puis dire, à ses joujoux ; qu’ils mentionnent sa mère Blésilla et son père Rogatus, dont l’une descend des Scipions et des Gracques ; l’autre, à travers tous les pays grecs, passe jusqu’à ce jour, et par sa généalogie, et par sa richesse, et par sa noblesse, pour tirer son origine du sang d’Agamemnon, qui détruisit Troie après un siège de dix ans.25

  • 26 De la même façon, au chapitre suivant, Jérôme évoque la généalogie tout aussi mythologique du mari (...)

13Je laisse de côté le crédit que l’on est en droit d’accorder ou non à une telle généalogie, reposant autant sur l’histoire que sur le mythe et la propagande aristocratique26, pour ne retenir que le tressage des deux traditions différentes, destinées à inscrire Paula dans l’Histoire.

14Poursuivant notre lecture de la lettre, nous arrivons, un peu plus loin, à l’évocation des circonstances de la rencontre entre Paula et les évêques orientaux Épiphane de Salamine et Paulin d’Antioche :

  • 27 Epist. 108, 6, ibid., p. 163 : Cumque Orientis et Occidentis episcopos ob quasdam ecclesiarum diss (...)

Comme des évêques de l’Orient et de l’Occident, à propos de certaines dissensions survenues dans les églises, avaient été convoqués par des lettres impériales, elle vit ces hommes admirables et pontifes du Christ : Paulin, évêque de la ville d’Antioche, et Épiphane, évêque de Salamine de Chypre, qu’on appelle à présent Constantia. Elle donna même l’hospitalité à Épiphane ; Paulin demeura dans une autre maison, mais grâce à sa bonté, il fut traité comme son hôte personnel.27

15Devenant ainsi l’hôtesse de l’évêque de Salamine, Paula se voit mêlée au concile de Rome de 382 et c’est, à travers elle, tout un épisode de l’histoire ecclésiastique contemporaine, en lien avec la crise arienne, qui se présente à nous. Ce concile fut aussi pour Jérôme l’occasion de venir à Rome en compagnie des deux évêques susdits et de rencontrer, sans doute par leur intermédiaire, la noble Paula. Son entente spirituelle avec elle fut si profonde que, trois ans plus tard, elle le suivit pour s’installer en Terre Sainte et y fonder, sous sa direction, un monastère de femmes.

  • 28 Ibid., 7, p. 164 : Delata ad insulam Pontias, quam clarissimae memoriae quondam feminarum sub Domi (...)
  • 29 Ibid., 9, p. 167 : ingressa est Hierosolymam, urbem τριώνυµ ου, Iebus, Salem, Ierusalem, quae ab A (...)

16La Lettre 108 présente alors l’itinéraire suivi par Paula pour gagner la Palestine et s’arrête sur différentes étapes. Son passage dans les îles de la mer Tyrrhénienne permet à Jérôme d’évoquer l’île de Pontia (aujourd’hui Ponza) « qu’ennoblit jadis l’exil de Flavia Domitilla, la plus illustre des femmes, sous le règne de Domitien, pour avoir confessé la religion chrétienne »28. De nouveau, c’est un élément d’histoire ecclésiastique qui est mentionné ici, mais qui, cette fois, concerne le passé et mêle l’histoire de l’Église à celle de l’Empire Romain. Lorsque Jérôme, deux chapitres plus loin, rapporte l’arrivée de Paula à Jérusalem, on trouve un nouvel élément de l’histoire ecclésiastique ancienne : « Elle fit son entrée à Hierosolyma, la ville aux trois noms, Jébus, Salem, Jérusalem ; ville que par la suite Aelius Hadrien releva de ses ruines et de ses cendres pour en faire Aelia. »29 La mention de la très romaine Aelia Capitolina, édifiée en 135 à la suite de la défaite de Bar Kochba, à l’emplacement de Jérusalem, ressortit avant tout à l’histoire romaine, mais elle rejoint aussi l’histoire ecclésiastique, dans la mesure où, dans une perspective eschatologique chrétienne, le sort du peuple juif est lié à celui de l’Église.

  • 30 Ibid., 13, p. 174 : Atque inde deuertens, uidit […] et Sebasten, id est Samariam, quae in honorem (...)
  • 31 Ibid., p. 173 : Quid narrem Silo in qua altare dirutum hodieque monstratur et raptum Sabinarum a R (...)
  • 32 Voir Juges 21, 15-25.

17On retrouve une remarque analogue, mêlant également histoire sainte et histoire romaine, à propos de la ville de Sébaste, où Paula visite les tombeaux des prophètes Élisée, Abdias et Jean-Baptiste : « Partant de là elle visita […] Sébaste, c’est-à-dire Samarie qui, en l’honneur d’Auguste, reçut d’Hérode le nom d’Augusta, mais en langue grecque. »30 Une dernière allusion à l’histoire romaine se rencontre au même chapitre, à l’occasion d’une nouvelle étape de la visite de la Terre Sainte par Paula. Évoquant la ville de Silo, une prétérition permet à Jérôme de rappeler l’épisode final du livre des Juges et de lier celui-ci à un célèbre épisode des premiers temps de Rome : « À quoi bon évoquer Silo, où aujourd’hui encore on montre les ruines de l’autel et où la tribu de Benjamin devança l’enlèvement des Sabines par Romulus ? »31 L’épisode romain est bien connu, mais Jérôme tient à signaler qu’il n’est qu’une répétition de l’épisode biblique qui voit les hommes de la tribu de Benjamin enlever les filles de Silo, à l’occasion d’une fête, pour en faire leurs épouses32. Il ne s’agit pas, bien sûr, de montrer que l’histoire romaine ne serait qu’une pâle imitation de l’histoire biblique, mais de relativiser la geste héroïque des premiers romains en la mettant en parallèle avec une autre histoire qui la précède et la dépasse. Une fois encore, nous assistons au tressage de différentes traditions historiques. Cette démarche, particulièrement nette dans le récit du pèlerinage de Paula en Terre Sainte, procède, avec les moyens propres au genre épistolaire à visée laudative, d’une intention similaire à celle qu’on voit se déployer dans les synchronismes qui caractérisent la Chronique d’Eusèbe-Jérôme : montrer que tous les fils de l’histoire convergent vers une seule et unique Histoire, celle du Salut.

  • 33 Cf. Epist. 108, 33, CUF, t. 5, p. 201.

18Cependant, la logique de l’itinéraire de Paula n’est pas historique, mais géographique, et se contente de rapprocher des événements similaires sans marqueur chronologique précis. La fin de la Lettre rompt subitement avec cette approche pour ainsi dire intemporelle et totalisante de l’histoire et rejoint brutalement la réalité du temps humain qui s’écoule inexorablement. En effet Jérôme tient à transmettre le souvenir de Paula aux générations futures, afin de conjurer sa disparition et de rendre hommage au degré élevé de vertu auquel elle est parvenue. Pour ce faire, il lui taille un tombeau littéraire en même temps qu’il la porte en terre, et l’épitaphe qu’il fait graver dans la pierre, il la reproduit au terme de sa lettre. Pour imiter Mallarmé et son Tombeau d’Edgar Poe, on serait tenté de dire : « Telle qu’en elle-même enfin l’épistolier la change ». Jérôme, lui, conscient du legs qu’il fait à la postérité, place son épitaphe sous le signe du poète Horace et du célèbre Exegi monumentum aere perennius de l’Ode 3, 3033. Mais, plus encore que les deux séries de vers qu’il recopie après les avoir fait graver, l’une comme titulus au dessus du tombeau, l’autre sur les portes de la grotte funéraire, ce sont les indications sur lesquelles il clôt sa lettre qui manifestent le mieux la perspective historique dans laquelle il se place :

  • 34 Ibid., 34, p. 201 : Dormiuit sancta et beata Paula, septimo Kalendas Februarias, tertia sabbati, p (...)

La sainte et bienheureuse Paula s’est endormie le VII des calendes de février, un mardi, après le coucher du soleil. Elle a été ensevelie le cinquième jour des mêmes calendes, sous le consulat d’Honorius Auguste, pour la sixième fois, et d’Aristénète. Elle a vécu dans le saint propos cinq ans à Rome, vingt ans à Bethléem. Le total de sa vie a rempli cinquante-six ans, huit mois et vingt et un jours.34

19Une telle précision ne se rencontre jamais dans les autres éloges funèbres de Jérôme. Même Marcella, autre grande dame romaine à laquelle il a pourtant consacré un éloge vibrant, n’a droit à aucun décompte de sa vie terrestre. On pourra dire que la proximité de Jérôme avec celle qui fut sa compagne spirituelle autant que sa protectrice permet qu’il ait connu et sa date de naissance et le jour exact de sa mort. Elle est en effet la seule, parmi ceux dont il a composé l’éloge funèbre, à qui il ait fermé les yeux. Mais je vois une autre raison à ces précisions de dates et de durée : ayant achevé une longue lettre dans laquelle il s’évertue à montrer le caractère exemplaire du renoncement au monde de Paula et de son engagement ascétique, il veut l’inscrire dans l’Histoire. Voilà pourquoi il adapte pour elle le modèle que lui fournit la Chronique avec les notices qui y suivent le décès de chaque empereur. Celles-ci présentent en effet une récapitulation systématique de la durée du règne qui vient de s’achever, et jouent le rôle de marqueur chronologique en assurant une continuité dans le cours du temps et en distinguant chaque règne de ceux qui l’entourent. Si Jérôme traite Paula en impératrice, c’est parce qu’à ses yeux elle a marqué son temps de son empreinte.

20Notre parcours à travers la Lettre 108 s’achève sur un double constat. D’une part, Jérôme emprunte ses exemples et ses informations historiques à des sources multiples : depuis les récits historico-légendaires des Grecs et des Romains – avec la mention de la guerre de Troie et l’enlèvement des Sabines –, jusqu’à l’histoire ecclésiastique contemporaine dont il peut être le témoin direct – comme pour le concile de Rome de 382 –, en passant par l’histoire biblique – avec le rapt des filles de Silo par la tribu de Benjamin –, par l’histoire romaine ancienne – avec l’hommage rendu à Auguste par Hérode qui change le nom de Samarie en Sébaste, ou avec la construction d’Aelia Capitolina par Hadrien. D’autre part, Jérôme n’établit pas de frontière entre ces différents niveaux de l’histoire et les tresse volontiers ensemble, dans une perspective historique qui dépasse les particularismes nationaux au profit d’une dimension universelle et ecclésiastique. Toutefois, en dehors de la notice nécrologique finale de la Lettre, dont nous avons relevé le caractère historiographique, il faut bien reconnaître que la matière historique n’y apparaît que de façon très fragmentaire et que sa visée est plus morale et illustrative que proprement historique.

21Cette présence constante, quoique disparate et diversifiée, de la matière historique dans la Lettre 108 se retrouve dans l’ensemble de la Correspondance de Jérôme. Mais on y rencontre aussi des éléments qui se présentent de façon récurrente dans plusieurs lettres. L’étude de l’un d’entre eux nous montrera si Jérôme lui applique toujours le même traitement et si celui-ci est de nature historique ou non. Parmi les épisodes les plus marquants de l’histoire romaine antérieure à l’avènement du Christ, la deuxième guerre punique occupe une place de choix, et nous ne serons pas surpris de trouver, dans plusieurs lettres de Jérôme, des allusions à la campagne d’Hannibal en Italie. Il y en a six en tout ; mais leur statut varie considérablement d’une lettre à l’autre. Ainsi, certaines présentent les événements passés en relation avec les événements contemporains, cherchant ainsi dans l’histoire ancienne des points de référence et de comparaison avec le présent, quand d’autres se servent de ces événements et de leurs acteurs de façon métaphorique ou figurative.

22La plus célèbre des allusions à la série de victoires d’Hannibal au commencement de la seconde guerre punique se trouve dans la Lettre 123, à la veuve Hédybia, où Jérôme évoque le premier siège de Rome par Alaric en 408. Hannibal y est cité aux côtés du Gaulois Brennus et de l’Épirote Pyrrhus, comme précurseur d’Alaric ; mais le parallèle fait apparaître le caractère inédit de la situation qui voit l’Empire dépossédé de lui-même et Rome en passe d’être prise :

  • 35 Epist. 123, 16, CUF, t. 7, p. 93 : Hannibal, de Hispaniae finibus orta tempestas, cum uastasset It (...)

Hannibal, cet ouragan qui avait pris naissance en Espagne, après qu’il eut dévasté l’Italie, vit Rome, mais n’osa pas l’assiéger. Pyrrhus fut retenu par un tel respect pour le nom romain, qu’après avoir ravagé tout le voisinage, il s’éloigne sans oser regarder en vainqueur la ville qu’il savait être la cité des rois.35

  • 36 Ibid. : Nunc ut omnia prospero fine eueniant, praeter nostra quae amisimus, non habemus quod uicti (...)

23Si Jérôme s’empresse alors de rappeler l’issue heureuse, pour Rome, de ces deux épisodes de l’histoire, c’est pour mieux faire ressortir, par contraste, le péril inouï de la situation présente : « Maintenant, pour que tout se termine heureusement, nous n’avons rien à enlever aux ennemis vaincus, sinon nos propres provinces que nous avons perdues. »36 L’intention manifeste de dramatiser l’événement présent en le comparant aux événements du passé, montre que Jérôme se sert ici de la matière historique dans une perspective rhétorique qui n’est plus historique ; mais il est clair qu’il prend cette matière dans sa dimension pleinement descriptive et, pour ainsi dire, au sens propre.

24Ce n’est pas le cas pour les autres mentions des événements ou des acteurs de la deuxième guerre punique qui se rencontrent dans la Correspondance. Le sens figuré apparaît de façon particulièrement nette dans la Lettre 147, adressée au diacre Sabinus à une date inconnue. La figure d’Hannibal y est totalement extraite de son contexte historique. Dans cette lettre, Jérôme s’en prend avec une profonde indignation à un diacre prévaricateur qui profite de son statut pour séduire religieuses et femmes mariées. Voici en quels termes il présente le jeune homme fuyant la colère d’un mari dont il vient de séduire la femme :

  • 37 Epist. 147, 11, CUF, t. 8, p. 131 : […] tam libere et insane agis ut, absente marito, uxorem te pu (...)

Tu te conduis avec une liberté si folle qu’en l’absence du mari, on croirait que c’est une épouse que tu possèdes, non une adultère. Tandis qu’on s’empare de cette femme, tu t’échappes par certains chemins détournés, tu entres à Rome en secret, tu te caches au milieu de brigands du Samnium ; dès qu’on annonce le mari, que tu regardais comme un nouvel Hannibal descendu des Alpes, tu confies ta sécurité à un bateau. Si rapide était la fuite que tu estimais la tempête plus sûre que la terre.37

25Force est ici de constater qu’Hannibal est vidé de sa substance historique pour devenir simple figure de la colère et de la dévastation.

  • 38 Epist. 105, 3, CUF, t. 101-102 : […] ne si me frequenter ad rescribendum inpuleris, illius recorde (...)

26Nous retrouvons une nouvelle fois Hannibal en figure, non plus de la dévastation, mais de l’ardeur belliqueuse et juvénile dans la Lettre 105 adressée à Augustin en 403. Jérôme, qu’importunent les questions d’Augustin à propos de son commentaire de l’Épître aux Galates de Paul et sur sa traduction de la Bible à partir de l’hébreu, refuse d’entrer en débat avec le jeune évêque, qu’il soupçonne de vouloir obtenir une gloire bien vaine en polémiquant avec le vieil homme qu’il est, lui, devenu. Voici comment il tente de l’en dissuader : « Prends garde, si tu me pousses fréquemment à écrire, qu’il me souvienne de l’histoire fameuse d’Hannibal et de sa fougue de jeune homme, que Quintus Maximus, par sa patience finit par briser. »38 L’avertissement prend appui sur une allusion historique, certes, mais les personnages n’y apparaissent plus que comme des rôles de théâtre : le jeune homme plein d’ardeur et le vieillard plein de sagesse et de retenue. L’utilisation qui en est faite est donc essentiellement rhétorique.

  • 39 Jérôme évoque une seconde fois la tactique – de Fabius « Cunctator » – dans la lettre 77, 2 où il (...)
  • 40 Epist. 7, 1, CUF, t. 1, p. 21 : […] sic gauisus sum ut illum diem Romanae felicitatis quo primum M (...)

27Les lecteurs de Tite-Live savent que, si Quintus Fabius Maximus « Cunctator », à force de temporiser et de refuser le combat, a usé l’ardeur combative d’Hannibal39, c’est à Marcus Claudius Marcellus qu’est revenu le mérite de la première vraie victoire sur le Carthaginois à la bataille de Nole. Jérôme évoque celle-ci à deux reprises, mais, une nouvelle fois, de façon figurée. Dans la Lettre 7, tout d’abord, dans laquelle il manifeste à ses correspondants Chromace, Jovinus et Eusèbe, la joie qu’il a éprouvée en recevant une lettre d’eux : « J’ai été si heureux que j’ai surpassé le bonheur des Romains en ce jour fameux où, au combat de Nole, Marcellus, pour la première fois après le désastre de Cannes, terrassa les fiers bataillons d’Hannibal. »40 L’évocation de la bataille de Nole ne sert ici qu’à montrer, sous une forme hyperbolique et héroïque, la joie née du contraste entre l’absence de nouvelles – comparée à la bataille de Cannes – et la réception de la lettre – comparée à l’annonce de la victoire de Nole. On ne saurait céder davantage aux sirènes de la rhétorique. Accordons à Jérôme l’excuse de la jeunesse pour cette utilisation de l’histoire qui sent encore les bancs de l’école !

28Une telle excuse n’est plus possible, près de quarante ans plus tard, lorsqu’il se sert une nouvelle fois de la victoire de Marcellus sur Hannibal pour exprimer la joie immense qui s’est emparée du monde à l’annonce de la consécration de la jeune Démétriade, issue de la plus haute noblesse de Rome et qui renonça au mariage pour adopter la vie ascétique des vierges chrétiennes. L’événement se situe en 414, alors que Rome a subi, quatre ans auparavant, le siège et le pillage :

  • 41 Epist. 130, 6, CUF, t. 7, p. 172 : Tunc lugubres uestes Italia mutauit et semiruta urbis Romae moe (...)

Alors l’Italie quitta ses habits de deuil. Les remparts de Rome à demi ruinés recouvrèrent en partie leur splendeur d’autrefois ; Dieu, pensait-on, se montrait propice dans la transformation parfaite de leur compatriote. On aurait cru effacée l’oppression des Goths et que ce ramassis de déserteurs et d’esclaves avait été frappé par la foudre lancée par le Seigneur du haut du ciel. Après La Trébie, Trasimène et Cannes, où furent massacrés tant de milliers de soldats romains, quand pour la première fois Marcellus remporta la victoire près de Nole, le redressement du peuple romain ne fut pas aussi beau.41

29À la différence de la Lettre 7, où Jérôme illustrait une simple joie personnelle en recourant à la victoire de Nole, cette dernière manifeste ici une joie collective, voire universelle. Il y a dans ce mouvement triomphant de la Lettre à Démétriade comme un goût de revanche vis-à-vis du pessimisme de la Lettre 123, qui déplorait les raids barbares à travers l’Empire et le siège de Rome par les Wisigoths. Mais cette revanche, qui prend la dimension d’un relèvement, voire d’une renaissance de Rome, repose sur un paradoxe : la décision personnelle d’une jeune femme de renoncer au mariage prend une dimension universelle et contribue au redressement de l’Empire. Une telle lecture des événements, reposant sur la comparaison avec des événements du passé dont l’éclat est soudain dévalorisé au regard de la gloire présente, fait bien ressortir la vision proprement chrétienne de l’Histoire par Jérôme. La conversion de Démétriade à la vie ascétique est interprétée comme un signe de la clémence de Dieu envers l’Empire, signe annonciateur de la fin des malheurs qui viennent de s’abattre sur Rome. La référence à la victoire de Marcellus n’est plus alors qu’un faire-valoir dans le mouvement rhétorique qui fait basculer l’histoire des hommes dans l’histoire sainte.

30Le relevé des historiens mentionnés dans les Lettres de Jérôme nous permet d’affirmer que ce dernier manifeste, en tant qu’épistolier, un goût plus prononcé pour l’historiographie que ses contemporains Ambroise et Augustin, même si l’usage qu’il fait de ces historiens est, dans l’ensemble, plus ornemental et rhétorique que proprement historique. Cette constatation est confirmée par le double parcours que nous avons mené en recherchant, d’une part, les différents éléments empruntés à l’histoire au sein de la Lettre 108, et en observant, d’autre part, les différents traitements des allusions à la seconde guerre punique à travers l’ensemble de la Correspondance. De fait, nous avons vu que, quelque diversifiée qu’elle soit, la matière historique n’est jamais prise pour elle-même dans les Lettres de Jérôme, mais qu’elle y joue le rôle illustratif d’exempla, de point de comparaison ou de figuration. En cela, Jérôme se montre fidèle aux leçons de Cicéron, qui voit en premier lieu dans l’histoire un instrument pour l’orateur. Ses lettres revêtent ainsi la dimension de discours écrits qui permettent à l’épistolier-orateur de conseiller, d’exhorter, de consoler ou de blâmer son correspondant malgré l’absence. Mais Jérôme y fait aussi œuvre d’historien dans la mesure où il mêle à l’envi histoire profane et histoire ecclésiastique pour les fondre en une histoire sacrée. Ses lettres, plus encore que ses œuvres exégétiques, manifestent combien sa vision de l’histoire humaine est influencée par sa compréhension de l’histoire biblique, notamment dans sa présentation des invasions barbares, rendues possibles non seulement par les divisions politiques qui fragilisent un Empire à deux têtes, mais surtout par le péché des habitants de cet Empire. Dans ces lettres, enfin, comme nous l’avons vu de manière exemplaire avec la notice nécrologique de Paula, Jérôme fait aussi œuvre d’historien en transmettant à la postérité le souvenir et le portrait de ses correspondants, qu’il s’agisse d’hommes et de femmes de haute vertu… ou de voyous dévergondés comme le diacre Sabinianus !

Notes

1 La récente traduction commentée que nous avons donnée, Bertrand Lançon et moi-même, de la partie proprement hiéronymienne de celle-ci, ne laisse aucun doute sur la qualité de la démarche historique de son auteur : voir Jérôme, Chronique, Continuation de la Chronique d’Eusèbe, années 326-378, trad., n. et comm. B. Jeanjean et B. Lançon, Presses Universitaires de Rennes, 2004 (intr., p. 26-30).

2 Cf. Vita Malchi, 1, dans Jérôme, Trois vies de moines, Paul, Malchus, Hilarion, éd. A. De Vogüe, P. Leclerc, E.-M. Morales, SC 508, Paris, 2007, p. 186.

3 Cf. Epist. 10, 3, CUF, t. 1, p. 29. Pour l’ensemble des citations tirées de la correspondance de Jérôme, nous renvoyons à l’édition des Lettres par Jérôme Labourt, Paris, CUF, 1949-1963, à laquelle nous empruntons, à quelques retouches près, les traductions.

4 Voir Jérôme, Chronique, op. cit., intr., p. 50-52.

5 Cf. Epist. 70, 2, CUF, t. 3, p. 209 : Quod autem quaeris in calce epistulae cur in opusculis nostris saecularium litterarum interdum ponamus exempla, et candorem ecclesiae ethnicorum sordibus polluamus, breuiter responsum habeto (« Pour ce que tu me demandes, à la fin de ta lettre, à savoir pourquoi dans nos ouvrages nous présentons parfois des exemples tirés de la littérature profane et pourquoi nous souillons la blancheur de l’Église par les ordures des païens, je te réponds brièvement »).

6 Cf. Ibid., 4, p. 213 : Extant et Iulii Africani libri qui temporum scripsit historias […] ; qui omnes in tantum philosophorum doctrinis atque sententiis suos refuserunt libros, ut nescias quid in illis primum admirari debeas, eruditionem saeculi an scientiam scripturarum.

7 Epist. 58, 5, CUF, t. 3, p. 79 : poetae aemulentur Homerum, Vergilium, Menandrum, Terentium ; historici Thucydidem, Sallustium, Herodotum, Liuium ; oratores Lysiam, Gracchos, Demosthenem, Tullium ; et ut ad nostra ueniamus, episcopi et presbyteri habeant in exemplum apostolos et apostolicos uiros.

8 Cf. Quintilien, Institution oratoire 10, 1, 101, éd. J. Cousin, CUF, t. 6, Paris, Les Belles Lettres, 1979, p. 98.

9 Voir Jeanjean, 2010.

10 Epist. 60, 16, CUF, t. 3, p. 107 : Neque enim historiam proposui scribere, sed nostras breuiter flere miserias. Alioquin ad haec merito explicanda, et Thucydides et Sallustius muti sunt.

11 Lors du iie Colloque International de Patristique d’expression française qui s’est tenu à Tours en septembre 2000 : voir Jeanjean, 2002.

12 Dans l’esprit de Jérôme il s’agit de Rufin d’Aquilée. Voir, en particulier, l’Apologie contre Rufin, I, 30, où la même référence à Salluste se retrouve pour désigner Rufin : Nimirum iste est sallustianus Calpurnius qui nobis per Magnum oratorem non magnam mouerat quaestionem (éd. et trad. P. Lardet, SC 303, 1983, p. 82).

13 Epist. 70, 6, CUF, t. 3, p. 214-215 : Quamquam ego illud magis rear quod semper dictanti uenit in mentem, non te ignorare quod semper doctis uiris usurpatum est, sed per te mihi proponi ab alio quaestionem qui forsitan propter amorem Historiarum Sallustii Calpurnius cognomento Lanarius sit.

14 Cf. Jérôme, Lettres, CUF, t. IV, 1953, p. 215, n. 1. Labourt signale Lucius Bestia Calpurnius, le consul de 111 av. J.-C. qui se laissa acheter par le roi numide Jugurtha. Mais il n’est jamais nommé « Lanarius ». Quant à Calpurnius Lanarius, assassin du marianiste Julius Salinator, en 81 av. J.-C. d’après Plutarque (Vie de Sertorius 7, 3, dans Vies, CUF, t. 8, éd. et trad. R. Flacelière et E. Chambry, 1973, p. 19), ce pourrait bien être le personnage des Histoires de Salluste évoqué par Jérôme, vu que ces Histoires portaient sur la période immédiatement postérieure à l’abdication de Sylla et que la guerre contre Sertorius (80-72) se situe précisément à cette époque.

15 Le marqueur chronologique de l’anecdote du De officiis 3, XVI-66 (éd. et trad. M. Testard, CUF, t. 2, p. 104-105) est donné par le fait que dans le différend opposant P. Calpurnius Lanarius au vendeur, l’arbitrage fut rendu par M. Porcius Caton, le père de Caton d’Utique, qui mourut en 91 av. J.-C. L’intérêt de l’anecdote, pour l’allusion de Jérôme, vient du fait que, dans la vente, le vendeur fait écran entre les augures et l’acheteur. Ce dernier n’apprend qu’après la vente l’obligation faite par les augures d’abattre la partie de l’immeuble qui empêchait la prise des auspices depuis le Capitole. Il se situe donc, vis-à-vis d’eux, dans une position analogue à celle de Rufin vis-à-vis de Jérôme. Ce dernier, comme les augures qui exigent du nouvel acheteur qu’il exécute l’ordonnance adressée au premier propriétaire, destine à Rufin la réponse qu’il adresse d’abord à Magnus, le premier destinataire de la lettre. Le parallèle est crédible, mais il reste à savoir si les Histoires de Salluste faisaient, elles aussi, allusion à cette vente contestée pour vice de forme. En l’absence de tout autre élément, nous en sommes réduits à de simples conjectures.

16 Epist. 77, 8, CUF, t. 4, p. 48 : Hanc gentem Herodotus refert, sub Dario, rege Medorum, uiginti annis orientem tenuisse captiuum et ab Aegyptiis atque Aethiopibus annuum exegisse uectigal.

17 Sur la lecture d’Hérodote par Jérôme, voir Courcelle, 1948, p. 67-69.

18 Cf. Hérodote, Histoires I, 105-106, éd. et trad. P. E. Legrand, CUF, t. 1, 1964, p. 130-132.

19 Courcelle attribue l’erreur de datation de Jérôme à l’approximation d’une citation de mémoire, mais son attribution de l’invasion des Scythes au règne de Darius s’explique d’autant plus facilement que Darius a lui-même mené une campagne contre les Scythes et que, d’après Hérodote (Histoires IV, 1, CUF, t. 4, 1960, p. 47), celle-ci s’inscrit dans le souvenir de l’invasion du siècle précédent. Jérôme a donc très vraisemblablement combiné les deux événements.

20 Epist. 18A, 9, CUF, t. 1, p. 64 ; 22, 35, ibid., p. 152 ; 29, 7, t. 2, p. 30 ; 37, 2, ibid., p. 66 ; 46, 4, ibid., p. 104 ; 64, 10, 11, 15, t. 3, p. 126, 127, 130 ; 70, 3, ibid., p. 212 ; 71, 5, t. 4, p. 12 ; 73, 7, ibid., p. 24 ; 120, 8, t. 6, p. 139. Utilisation de Josèphe par Jérôme : Courcelle, 1948, p. 71-73.

21 Epist. 22, 35, CUF, t. 1, p. 152 : Tales Philo, Platonici sermonis imitator, tales Iosephus, Graecus Liuius, in secunda Iudaicae captiuitatis historia Essenos refert.

22 Epist. 60, 12, CUF, t. 3, p. 101 : Nobilem uirum Quintum Fabium miratur antiquitas, qui etiam Romanae scriptor historiae est, sed magis ex pictura quam litteris nomen inuenit.

23 Celui-ci n’apparaît qu’une seule fois chez Ambroise (Epist. 34, 2, éd. O. Faller, CSEL 82, 1, p. 232, l. 8) et pas davantage chez Augustin (Epist. 199, 9, 30, PL 33, c. 916). Comme on le voit, on est loin des douze occurrences de la Correspondance de Jérôme.

24 Voir, à ce propos, la nouvelle classification des Lettres proposée récemment par A. Cain, The Letters of Jerome, Oxford University Press, 2009, Appendix I, p. 207-219.

25 Epist. 108, 3, CUF, t. 5, p. 160-161 : Alii altius repetant et ab incunabulis eius ipsisque, ut ita dicam, crepundiis matrem Blesillam et Rogatum proferant patrem, quorum altera Scipionum Gracchorumque progenies est, alter per omnes Graecias usque hodie et stemmatibus et diuitiis ac nobilitate Agamemnonis fertur sanguinem trahere, qui decennali Troiam obsidione deleuit.

26 De la même façon, au chapitre suivant, Jérôme évoque la généalogie tout aussi mythologique du mari de Paula, Toxotius, « issu du sang illustre d’Énée et des Jules » (cf. Epist. 108, 4, ibid., p. 162).

27 Epist. 108, 6, ibid., p. 163 : Cumque Orientis et Occidentis episcopos ob quasdam ecclesiarum dissensiones Romam imperiales litterae contraxissent, uidit admirabiles uiros Christique pontifices, Paulinum Antiochenae urbis episcopum, Epiphanium Salaminae Cypri, quae nunc Constantia dicitur ; quorum Epiphanium etiam hospitem habuit, Paulinum in aliena manentem domu, quasi proprium humanitate possedit.

28 Ibid., 7, p. 164 : Delata ad insulam Pontias, quam clarissimae memoriae quondam feminarum sub Domitiano principe pro confessionne nominis christiani Flauiae Domitillae nobilitauit exilium.

29 Ibid., 9, p. 167 : ingressa est Hierosolymam, urbem τριώνυµ ου, Iebus, Salem, Ierusalem, quae ab Aelio postea Hadriano de ruinis et cineribus ciuitatis in Aeliam suscitata est.

30 Ibid., 13, p. 174 : Atque inde deuertens, uidit […] et Sebasten, id est Samariam, quae in honorem Augusti ab Herode Graeco sermone Augusta est nominata.

31 Ibid., p. 173 : Quid narrem Silo in qua altare dirutum hodieque monstratur et raptum Sabinarum a Romulo tribus Beniamitica praecucurrit ?

32 Voir Juges 21, 15-25.

33 Cf. Epist. 108, 33, CUF, t. 5, p. 201.

34 Ibid., 34, p. 201 : Dormiuit sancta et beata Paula, septimo Kalendas Februarias, tertia sabbati, post solis occubitum. Sepulta est quinto Kalendarum earundem, Honorio Augusto sexies et Aristaeneto consulibus. Vixit in sancto proposito Romae annis quinque, Bethleem annis uiginti. Omne uitae tempus inpleuit annis quinquaginta sex, mensibus octo, diebus uiginti uno.

35 Epist. 123, 16, CUF, t. 7, p. 93 : Hannibal, de Hispaniae finibus orta tempestas, cum uastasset Italiam, uidit urbem, nec ausus est obsidere. Pyrrhum tanta tenuit Romani nominis reuerentia, ut deletis omnibus, e propinquo recederet loco, nec auderet uictor aspicere quam regum didicerat ciuitatem.

36 Ibid. : Nunc ut omnia prospero fine eueniant, praeter nostra quae amisimus, non habemus quod uictis hostibus auferamus.

37 Epist. 147, 11, CUF, t. 8, p. 131 : […] tam libere et insane agis ut, absente marito, uxorem te putes habere, non adulteram. Inde per quosdam cuniculos dum illa teneretur erumpis. Romam occultus ingrederis, latitas inter Samnitas latrones et ad primum mariti nuntium quod nouus tibi ex Alpibus Hannibal descendisset, nauigio te credis in tuto. Tanta fugae celeritas fuit ut tempestatem terra duceres tutiorem.

38 Epist. 105, 3, CUF, t. 101-102 : […] ne si me frequenter ad rescribendum inpuleris, illius recorder historiae, quod Hannibalem iuueniliter exsultantem, Q. Maximus patientia sua fregerit.

39 Jérôme évoque une seconde fois la tactique – de Fabius « Cunctator » – dans la lettre 77, 2 où il fait l’élogue funèbre de Fabiola. Il y réprend une vers de Virgile (Énéide 6, 846) à la gloire de ce glorieux Fabiola : « Un autre, peut-être, en souvenir de l’École, mettrait en lumière ce Quintus Maximus, qui seul, en temporisant, a rétabli nos affaires, et la race entière des Fabius (Alius forsitan scholae memor Q. Maximum, Vnum qui nobis cunctando restituit rem, et totam Fabiorum gentem proferret in medium) » (CUF, t. 4, p. 41).

40 Epist. 7, 1, CUF, t. 1, p. 21 : […] sic gauisus sum ut illum diem Romanae felicitatis quo primum Marcelli apud Nolam proelio post Cannensem pugnam superba Hannibalis agmina conciderunt ego uicerim.

41 Epist. 130, 6, CUF, t. 7, p. 172 : Tunc lugubres uestes Italia mutauit et semiruta urbis Romae moenia pristinum ex parte recepere fulgorem, propitium sibi aestimantes Deum in alumnae conuersione perfecta. Putares extinctam Gothorum manum et conluuiem perfugarum atque seruorum Domini desuper intonantis fulmine concidisse. Nunc sic post Trebiam, Trasimennum et Cannas in quibus locis Romanorum exercituum caesa sunt milia, Marcelli primum apud Nolam proelio se populus Romanus erexit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search