Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre III. La présence du passé dans l’épistolaire

Lettres fictives, histoire réelle, l’exemple d’Alciphron

Michel Casevitz

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les lettres fictives sont légion dans la littérature grecque tardive, comme on peut s’en rendre compte dans l’ouvrage de C. Costa1, qui publie le texte et la traduction de treize auteurs, dont Alciphron est le plus représenté : 29 lettres en sont présentées, alors qu’on ne compte que 8 lettres de Philostrate, 4 lettres d’Élien, 4 de Chion d’Héraclée, 3 d’Aristainète, 2 d’Anacharsis, 2 d’Hippocrate, 1 de Diogène, 1 d’Eschine (à Xanthippe, veuve de Socrate), 1 d’Euripide et 1 de Thémistocle, soit au total 59 lettres. Ce sont les lettres d’Alciphron dont je voudrais réexaminer le rapport à l’histoire, après avoir rappelé l’intérêt de l’œuvre de cet auteur, dont la collection La Roue à Livres a publié une traduction2 et dont j’avais déjà parlé à propos de l’onomastique3.

Notons au préalable que certaines lettres du recueil de Costa sont censées avoir été rédigées par des personnages historiques, c’est-à-dire qui ont joué par ailleurs un rôle mémorable dans l’histoire, événementielle ou i...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search