Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre III. La présence du passé dans l’épistolaire

Lettres fictives, histoire réelle, l’exemple d’Alciphron

Michel Casevitz

Texte intégral

  • 1 Costa C. D. N., Greek fictional Letters, Oxford University Press, Oxford, 2001. Autres éditions d’ (...)
  • 2 A.-M. Ozanam, op. cit., n. 1.
  • 3 Casevitz, 2002

1Les lettres fictives sont légion dans la littérature grecque tardive, comme on peut s’en rendre compte dans l’ouvrage de C. Costa1, qui publie le texte et la traduction de treize auteurs, dont Alciphron est le plus représenté : 29 lettres en sont présentées, alors qu’on ne compte que 8 lettres de Philostrate, 4 lettres d’Élien, 4 de Chion d’Héraclée, 3 d’Aristainète, 2 d’Anacharsis, 2 d’Hippocrate, 1 de Diogène, 1 d’Eschine (à Xanthippe, veuve de Socrate), 1 d’Euripide et 1 de Thémistocle, soit au total 59 lettres. Ce sont les lettres d’Alciphron dont je voudrais réexaminer le rapport à l’histoire, après avoir rappelé l’intérêt de l’œuvre de cet auteur, dont la collection La Roue à Livres a publié une traduction2 et dont j’avais déjà parlé à propos de l’onomastique3.

2Notons au préalable que certaines lettres du recueil de Costa sont censées avoir été rédigées par des personnages historiques, c’est-à-dire qui ont joué par ailleurs un rôle mémorable dans l’histoire, événementielle ou intellectuelle, tels Diogène, Socrate, Eschine, Euripide, Thémistocle, Hippocrate ou encore Anacharsis ou Cratès, les autres lettres étant parvenues sous le nom d’écrivains (Élien, Alciphron, Philostrate, Aristainète, Chion).

3Le corpus d’Alciphron comprend 122 lettres fictives, et nous avions essayé déjà de trouver un peu de réalisme dans le nom des correspondants (quelques notations se trouvent aussi dans l’introduction de l’Alciphron procuré par Anne-Marie Ozanam). Nous voudrions maintenant voir si, outre le réalisme social souvent étudié, on ne trouve pas dans le monde décrit et reflété par ces lettres des éléments d’insertion historique.

  • 4 Cf. Der kleine Pauly, sv « Lamia 3 ».
  • 5 Athénée, Les Deipnosophistes 13, 577 c, éd. G. Kaibel, Teubner, t. 3, Leipzig, 1966, p. 272 ; Plut (...)
  • 6 Plutarque, ibid.
  • 7 Cf. Der kleine Pauly, sv « Lamia 2 ».
  • 8 Cf. Strabon, Géographie 8, 6, 20, éd. et trad. R. Baladié, CUF, t. 5, 1978, p. 183.
  • 9 Cf. Athénée, Les Deipnosophistes 13, 579 d-581 c, 585 a-b, éd. cit., n. 5, p. 277-281 et 289.
  • 10 On trouvera les fragments de ce Comique dans le recueil de R. Kassel et C. Austin, Poetae Comici G (...)
  • 11 Inscriptions Grecques II2 10321 et 2325, 63, cf. Strabon, Géographie 12, 3, 11, éd. et trad. F. La (...)

4Des noms propres de correspondants appartiennent à l’histoire, c’est connu : ainsi, dans le livre IV (lettres de coutisanes), Lamia et Phryné, amantes la première de Démétrios Poliorcète, la seconde de Praxitèle et d’Hypéride, ainsi que Léontion, amante d’Épicure selon Diogène Laërce ; pour Lamia, dans la lettre IV, 16 adressée à Démétrios4, elle est connue par plusieurs auteurs5 : joueuse d’aulos, elle fut amante de Démétrios (336-282) depuis 306. Le banquet dont parle la lettre est évoqué par Plutarque6. Le nom de Démétrios nous permet d’ancrer dans l’histoire cette lettre. Mais Lamia est à peine un personnage historique : une hétaïre de ce nom7 fut l’amante de Thémistocle, et si l’on sait que sur l’Acrocorinthe il y avait le temple d’Aphrodite dont une des épiclèses est Lamia, protectrice des hiérodules8, Lamia est une figure à la fois historique et légendaire. Dans cette lettre IV, 16, Lamia-Alciphron mentionne l’hétaïre Gnathaina : « Je me dis […] Est-ce à toi qu’il compare l’hétaïre Gnathaina ? ». Gnathaina9 fut l’amante du Comique Diphilos de Sinope10. Ce poète figure dans des inscriptions attiques11, et il est souvent cité par Athénée (indépendamment de ses relations avec Gnathaina).

  • 12 Démosthène, Contre Aphobos I, II et III, dans Démosthène, Plaidoyers civils, t. 1, éd. et trad. L. (...)

5Dans la même lettre IV, 16, Lamia parle de la maison de Thèrippidion (neutre valant féminin, texte des mss θηριδππδίον, qui ne peut être transcrit « Thèrippidiôn », comme le fait A.-M. Ozanam), ou plutôt de Thèrippidès (correction de Bergler adoptée par Schepers, mais non dans la collection Loeb, d’où dérivent quelques éditions de poche, en Italie, en Espagne), où elle va organiser le repas de fête d’Aphrodite. Ce nom « Thèrippidès » est connu surtout par Démosthène, puisque c’était l’un de ses trois tuteurs, avec Dèmophon et Aphobos, que l’orateur a ensuite attaqué12 dans une δίκη ἐπιτροὰἣς en 364/3. Thèripppidès était ami d’enfance du père de Démosthène. L’orateur a dû aussi composer des plaidoyers contre lui (et contre Dèmophon, et contre aussi Onètor, deux discours conservés). Donc c’est la maison de Thèrippidès (ou bien celle de madame Thèrippidion, qui serait une parente de Thèrippidès ?)

6Démétrios (337-283), – fils d’Antigone le Borgne –, qui a rétabli la démocratie athénienne contre Cassandre en 307, n’est pas de la même génération que Démosthène, dont les procès contre ses tuteurs datent de 363. Il faut donc supposer, si l’on veut établir une cohérence historique, que ce Thèrippidès est le fils ou, mieux pour les coutumes onomastiques, le petit-fils du tuteur de l’orateur. À moins qu’il ne s’agisse seulement d’une simple localisation de la maison ayant appartenu à Thèrippidès. Car ce n’est pas parce qu’il y lettre fictive qu’il faut nécessairement supposer un temps fictif ou distendu : je crois à la cohérence historique dans la fiction.

  • 13 Athénée, Les Deipnosophistes 13, 593, éd. cit., n. 5, p. 307 ; Diogène Laërce, Vie, doctrines et s (...)
  • 14 Selon Cicéron, De natura deorum 1, 93, éd. W. Ax, Teubner, Stuttgart, 1933, p. 36.
  • 15 Ville de Lydie, en Turquie aujourd’hui, proche de l’actuelle Lepsaki.

7Cette cohérence, je la retrouve dans la lettre suivante (IV, 17), de Léontion (« Petite lionne ») à Lamia ; elle se plaint d’Épicure, son amant philosophe qui manifeste sa jalousie contre son amant de cœur Timarchos. Il y a beaucoup de sourire dans cette lettre. Léontion (vers 300-250), courtisane philosophe (ou bien philosophe courtisane) fut, selon plusieurs sources13, une des élèves d’Épicure (342-271), et elle écrivit un traité en 3 livres contre Théophraste14. Elle eut pour amants ou compagnons un disciple d’Épicure, Métrodore de Lampsaque15 (321-277), et aussi l’élégiaque Hermésianax de Colophon (circa 300 – circa 250).

  • 16 Trad. d’A. M. Ozanam.
  • 17 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres 10, 5, éd. cit., n. 14, p. 2 (...)

8Ces personnages sont dans l’Histoire. Deux faits cependant notables : à propos d’Épicure, qui est mort à 71 ans, Léontion se plaint : « Non, par Aphrodite, même si c’était Adonis [et il a déjà presque quatre-vingts ans !], je ne supporterais pas ce pouilleux, cet éternel malade, tout enveloppé de toisons brutes en guise de lainages […] »16 On peut penser que Léontion ressent tellement l’âge avancé du philosophe qu’elle l’augmente encore : c’est du grossissement à la mesure de l’énervement… Le deuxième fait est plus curieux. Selon Léontion, Épicure tenait un certain Pythoclès « pour une sorte d’Alcibiade » : selon Diogène Laërce17, c’était un jeune homme aimé par Épicure ; il n’y a donc pas à s’étonner qu’il soit ici mentionné. Mais plus loin dans la lettre, Léontion a besoin d’un conseil de Lamia : « Tu connais Timarchos, ce beau garçon de Képhisia ? Je ne nie pas que j’aie des rapports intimes avec ce jeune homme depuis longtemps… » Ce Timarchos porte un nom banal, bien attesté dans l’histoire et la littérature (cf. le Contre Timarque d’Eschine, et des homonymes chez Plutarque, Athénée, etc.). Mais il me semble qu’ici ce nom est une allusion au frère de Métrodore, Timocrate (la commutation d’un second terme en-archos et en-cratès n’est pas étonnante : qu’on songe à monarchia et à dèmocratia) ; au demeurant, on sait que ce Timocrate a été d’abord comme son frère disciple d’Épicure et qu’il l’a quitté avant d’écrire de violents traités anti-épicuriens. Ce Timarchos, qui fâche Épicure par sa proximité avec Léontion, ressemble à Timocrate, qui fâcha fort le philosophe, mais pour des motifs plus nobles. Et c’est Timocrate qui à la fin de la lettre est mentionné : Léontion rappelle qu’elle a souvent « pris à part Épicure pour lui dire : “Que fais-tu Épicure ? Ne sais-tu pas que Timocrate, frère de Mètrodore, tourne ton attitude en ridicule dans les assemblées, les théâtres et auprès des autres sophistes ?” […] » Sont aussi désignés d’autres épicuriens, Hermarchos et Polyainos, le premier ayant succédé au maître à la tête de l’école philosophique.

9En tout cas, ces lettres fictives ont pour référence le monde athénien et épicurien de la fin du ive siècle et de la première partie du IIIe : il y a une certaine vraisemblance historique, pour rendre ces lettres crédibles, même si la période n’est pas cernée précisément.

  • 18 Cf. Athénée, Les Deipnosophistes 13, 50, 586c et 68, 595d, éd. G. Kaibel, Teubner, t. 3, Leipzig, (...)
  • 19 Horace, Odes I, 19, 5-8, éd. et trad. F. Villeneuve, CUF, 1946, p. 31.
  • 20 Pline l’Ancien, Histoires Naturelles VII, 30, 111, éd. et trad. R. Schilling, CUF, t. 7, 1977, p.  (...)

10Dans les autres lettres du livre IV (lettres de courtisanes), l’histoire est souvent invoquée pour donner de la vraisemblance, de la crédibilité à la fiction : ainsi dans la lettre 18, de Ménandre (né aux alentours de 343 et mort vers 292 av. J.-C.) à Glycéra, la Suave, courtisane connue elle aussi, une des nombreuses maîtresses du Comique qui donna son nom à plusieurs de ses héroïnes. Elle fut aussi aimée du Comique Philémon, et fut aussi la maîtresse d’Harpale18. Et sa beauté, la sienne ou celle d’une homonyme, est aussi chantée par Horace19. La période est antérieure à celle des deux lettres précédentes. Ménandre dit à Glycéra avoir reçu une lettre du roi Ptolémée (Sôter : 367-283), le fondateur de la Bibliothèque d’Alexandrie dans le Museion, l’invitant en Égypte à sa cour – ce que Pline l’Ancien indique aussi20 – en même temps que Philémon. Ptolémée n’apparaît que dans la lettre 18 et dans la réponse de Glycéra (lettre 19). Dans la lettre 18, Ménandre-Alciphron profite de cette invitation, qu’il refuse, laissant à Philémon le soin de l’honorer, pour opposer au régime établi par le Lagide la démocratie athénienne, à tout ce que l’Égypte pourrait offrir, la beauté des sites et des fêtes athéniennes et de toute la Grèce. Ainsi, encore une fois, on voit que les Lettres d’Alciphron tirent parti, avec un regard rétrospectif, de l’histoire, surtout littéraire, sans en être le garant, en confirmant les divers témoignages, littéraires ou épigraphiques.

  • 21 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres 5, 36, trad. R. Genaille, pa (...)
  • 22 Anthologie Palatine VII, 72, éd. P. Waltz, trad. A.-M. Desrousseaux, A. Dain, P. Camelot et É. Des (...)

11La réponse de Glycéra confirme ce sentiment : y sont évoqués « nos amis » Théophraste et Épicure ; selon Diogène Laërce21, 5, 36, Ménandre avait été pupille de Théophraste. Il y a aussi une épigramme funéraire22, qui serait de Ménandre, adressée à Épicure (né le même jour, que lui) qu’il remercie d’avoir sauvé Athènes de la superstition :

  • 23 Voir l’apparat procuré par R. Waltz, ibid. : Nεοκλειδὰν Both : -κλείδα codd. || ῥνρσαθ’ PLAN. : -α (...)
  • 24 Je traduirais plutôt ainsi, pour plus d’exactitude : « […] l’un de l’imbécillité, l’autre de la ca (...)

ΜΕΝΑΝΛΡΟϒ ΚΩΜΙΚΟϒ
χαῖϱε, Νεοκλειδᾶν γένος, ὧν ὁ µὲν ὑµῶν
πατϱίδα δουλοσύνας ῥύσαθ᾿, ὁ δ᾽ ἀφροσύνας.23
« Salut, double lignée d’un Néoclès, vous qui sauvâtes votre patrie, l’un de la servitude, l’autre de l’hébétude ».24

  • 25 Trad. de la CUF.

12Et Glycéra parle aussi de « Ptolémée et de son Dionysos (qui n’est pas ami de la démocratie, comme tu sais)25 »

13Voici une partie de cette lettre 19 adressée par Glycéra-Alciphron à Ménandre : ᾭστε πειρῶ µᾶλλον, ἐµὴ ϕιλóτης, θᾶσσον εἰς ἄστυ παραγενέσθαι, ὅπως εἴ γε µεταβουλεύσαιο - πεϱὶ τῆς πϱὸς βασιλέα ἀϕίξεως, ἔχῃ εὐτϱεπισµένα τὰ δϱάµατα -καὶ ἐξ αὐτῶν ἃ µάλιστa ὀνῆσαι δύναται Πτολεµαῖον καὶ τὸν αὐτοῦ Διόνυσον, οὐ δηµοκϱατικόν, ὡς οἶσθα, εἴτε Θαΐδα εἴτε Μισούµενον εἴτε Θϱασυλέοντα εἴτε κτλ.

  • 26 Trad. A.-M. Ozanam, op. cit., p. 168.

14« Tâche plutôt, mon amour, de venir au plus vite me rejoindre en ville. Si tu changes d’avis à propos de ton voyage chez le roi, il faut que tu aies tes pièces toutes prêtes, celles qui sont le plus susceptibles de plaire à Ptolémée et à son Dionysos (qui n’est pas ami de la démocratie, comme tu sais) : thaïs, l’homme haï ou le Fanfaron, etc. »26

  • 27 Op. cit., note ad loc.
  • 28 Plutarque, Vie d’Alexandre 2-3, éd. et trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, t. 9, 1975, p. 30-3 (...)

15Les commentateurs ont soit essayé soit négligé d’expliquer ce Dionysos : si A.-M. Ozanam imite de Conrart le silence prudent, Costa27 écrit : « si αὐτοῦ est juste [car Schepers indique que Hercher, dans son édition de 1873, a corrigé en σαντοῦ, dont on ne voit pas l’avantage, mais tous les manuscrits ont bien αὐτοῦ], le Dionysos de Ptolémée est son goût pour les pièces, ce qui n’est pas un appel populaire aux masses. » Je me demande s’il n’y a pas là allusion à la légende rapportée par Plutarque28 à propos de la naissance d’Alexandre répandue par Olympias (elle aurait enfanté Alexandre après avoir couché avec Dionysos qui avait l’apparence d’un serpent et lui aurait révélé le secret de sa naissance au moment où il partait pour son expédition) : le Lagide aurait vénéré Dionysos comme son ancien maïtre et Dionysos, étant patron du théâtre, serait révéré de façon monarchique, non démocratique.

16J’arrête là cette petite étude portant sur quelques lettres des courtisanes, comme échantillons d’une étude à amplifier sur les rapports entre l’histoire et Alciphron un auteur qui s’est soucié d’ancrer ses fictions dans l’histoire, dans le temps, même distendu.

Notes

1 Costa C. D. N., Greek fictional Letters, Oxford University Press, Oxford, 2001. Autres éditions d’Alciphron : Alciphronis rhetoris epistularum libri IV, éd. M.-A. Schepers Leipzig, 1905 ; The letters of Alciphron, Aelian and Philostratus, trad. anglaise A. R. Benner et F. H. Forbes, Londres – Cambridge (Mass.), 1949 ; Alcifrone, Lettere di parasiti e di cortigiane, éd et trad. des deux derniers livres E. Avezzù, Venise, 1985, 2e éd., 1992 ; Hetärenbriefe des Alkiphron, éd et trad. P. Hansmann, Francfort, 1989 ; Traductions seules : Teofrasto Caracteres, Alcifrón Cartas de Pescadores, Campesinos, parasitos y Cortesanas, intr. et trad. E. Ruiz Garcia, Madrid, 1988 ; Alciphron, Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres, trad. A.-M. Ozanam, Paris, 1999.

2 A.-M. Ozanam, op. cit., n. 1.

3 Casevitz, 2002

4 Cf. Der kleine Pauly, sv « Lamia 3 ».

5 Athénée, Les Deipnosophistes 13, 577 c, éd. G. Kaibel, Teubner, t. 3, Leipzig, 1966, p. 272 ; Plutarque, Vie de Démétrios 27, éd. et trad. R. Flacelière et E. Chambry, CUF, t. 13, p. 47 ; Élien le Sophiste, Histoire Variée 13, 8-9, trad. et comm. A. Lukinovich et A.-F. Morand, Paris, La Roue à Livres, Les Belles Lettres, 1991, p. 142.

6 Plutarque, ibid.

7 Cf. Der kleine Pauly, sv « Lamia 2 ».

8 Cf. Strabon, Géographie 8, 6, 20, éd. et trad. R. Baladié, CUF, t. 5, 1978, p. 183.

9 Cf. Athénée, Les Deipnosophistes 13, 579 d-581 c, 585 a-b, éd. cit., n. 5, p. 277-281 et 289.

10 On trouvera les fragments de ce Comique dans le recueil de R. Kassel et C. Austin, Poetae Comici Graeci, de Gruyter, Berlin-New York, t. 5, 1986, p. 47-123.

11 Inscriptions Grecques II2 10321 et 2325, 63, cf. Strabon, Géographie 12, 3, 11, éd. et trad. F. Lasserre, CUF, t. 9, 1981, p. 74.

12 Démosthène, Contre Aphobos I, II et III, dans Démosthène, Plaidoyers civils, t. 1, éd. et trad. L. Gernet, CUF, 1954.

13 Athénée, Les Deipnosophistes 13, 593, éd. cit., n. 5, p. 307 ; Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres 10, 5-7, 23, etc., trad. R. Genaille, Paris, éd. Garnier, t. 2, p. 200 et 206.

14 Selon Cicéron, De natura deorum 1, 93, éd. W. Ax, Teubner, Stuttgart, 1933, p. 36.

15 Ville de Lydie, en Turquie aujourd’hui, proche de l’actuelle Lepsaki.

16 Trad. d’A. M. Ozanam.

17 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres 10, 5, éd. cit., n. 14, p. 200.

18 Cf. Athénée, Les Deipnosophistes 13, 50, 586c et 68, 595d, éd. G. Kaibel, Teubner, t. 3, Leipzig, 1966, p. 291-292 et 312. Glycéra est également nommée à propos de Ménandre : ibid. 13, 66, 594d, p. 310.

19 Horace, Odes I, 19, 5-8, éd. et trad. F. Villeneuve, CUF, 1946, p. 31.

20 Pline l’Ancien, Histoires Naturelles VII, 30, 111, éd. et trad. R. Schilling, CUF, t. 7, 1977, p. 79.

21 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres 5, 36, trad. R. Genaille, paris, éd. Garnier, p. 217.

22 Anthologie Palatine VII, 72, éd. P. Waltz, trad. A.-M. Desrousseaux, A. Dain, P. Camelot et É. Des Places, CUF, t. 4, 1960, p. 86.

23 Voir l’apparat procuré par R. Waltz, ibid. : Nεοκλειδὰν Both : -κλείδα codd. || ῥνρσαθ’ PLAN. : -ατ∆ P.

24 Je traduirais plutôt ainsi, pour plus d’exactitude : « […] l’un de l’imbécillité, l’autre de la captivité ».

25 Trad. de la CUF.

26 Trad. A.-M. Ozanam, op. cit., p. 168.

27 Op. cit., note ad loc.

28 Plutarque, Vie d’Alexandre 2-3, éd. et trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, t. 9, 1975, p. 30-33.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search