Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre III. La présence du passé dans l’épistolaire

Les exemples historiques dans les Lettres à Lucilius

Isabelle Cogitore

Texte intégral

  • 1 Voir les interrogations de Armisen, 1995, p. 151-167, en partic. p. 163.
  • 2 Rejetant une position quelque peu provocatrice de Préchac, 1935, p. 361-370 et 1940, p. 247-253, q (...)
  • 3 Voir par exemple la riche contribution de Corbeill, 2007, p. 69-82.

1Si on mettait en série les constatations sur l’absence de tel ou tel type d’ouvre chez les auteurs antiques, sans même qu’il soit question des œuvres perdues, on s’apercevrait peut-être que l’absence de l’historiographie chez un auteur est une de celles qui nous touche le plus. Pas d’histoire écrite par Cicéron, dont on sait pourtant les opinions en la matière, grâce entre autres à la lettre à Lucceius ; pas non plus d’histoire écrite par Sénèque, alors même que son œuvre considérable présente une rare variété, allant des traités au théâtre, et que la conjonction de la réflexion philosophique et de l’écriture dramatique pourrait, presque naturellement, mener à l’historiographie. Sénèque, en outre, affirme prendre plaisir à la lecture de l’histoire, en qui il voit « une source d’exempla ou à l’occasion une source de considérations nourrissant la réflexion morale »1. Le lien entre morale et histoire est sans aucun doute le point central de la conception que Sénèque a pu avoir de l’histoire et informe, comme on le verra, l’ensemble des exemples historiques qu’il inclut dans ses Lettres ; je m’en tiendrai à cette ligne d’interprétation2, conforme à l’importance que le passé, sous toutes ses formes, revêt pour les Romains, au point d’être une composante de leur mentalité même3.

  • 4 Ainsi Mayer, 1991, p. 141-169, en particulier p. 143-146 ; voir aussi Thomas, 2002.
  • 5 Mais, comme le note Martin, 2003, p. 155-168, il faut reconnaître l’existence de certaines variant (...)
  • 6 Voir par exemple Isnardi Parente, 2000 et Inwood, 2008.

2Le recours aux exempla est le moyen le plus constant par lequel l’histoire se fraye une place dans des œuvres non historiographiques, comme si le renvoi à une culture commune suffisait à créer la dimension historique4. Véritable ciment des mentalités, l’exemplum unit tous les Romains – enfin, l’élite… – dans une même célébration des héros qui ont donné à Rome une identité5. Nous examinerons ici les exemples qui présentent des personnages de l’histoire de Rome, en écartant ceux qui sont pris dans le monde grec, plus rares et dont la portée est plus nettement philosophique, comme Socrate ou Alexandre6. Dans les Lettres à Lucilius, ces exempla sont nombreux, souvent bien connus et bien analysés. Je voudrais ici, en partant d’une mise au point sur les périodes et personnages représentés dans les exemples historiques, m’attacher au mode d’insertion des exemples dans les lettres, afin de faire ressortir l’importance de ce fonctionnement.

Périodes et personnages représentés

3Devant la masse que représentent les lettres de Sénèque, il n’est guère possible que de procéder par sondage dans le cadre de cette rapide étude, quitte à laisser à d’autres le soin de développer la voie empruntée ici. J’ai donc regroupé les exemples les plus fréquents et les plus importants selon la période chronologique à laquelle ils se rattachent.

Rome archaïque

4Les exemples pris dans les premiers temps de Rome sont rares, et aucun, il faut le souligner, n’appartient à l’époque royale. Le plus ancien est celui d’Horatius Coclès, qui se situe aux tout premiers temps de la République, comme celui de Mucius Scaevola ; on y ajoutera ceux des 306 Fabii (ve siècle av. J.-C.) et de Decius Mus (ive siècle av. J.-C.).

  • 7 Voir Roller, 2004 et Briquel, 2007, p. 58-89.
  • 8 Dans les Lettres à Lucilius (citées ici dans l’édition CUF, éd F. Préchac et trad H. Noblot, 1947- (...)
  • 9 Epist. 24,5, t 1, p. 103 : « Il se tint en spectateur, voyant sa main droite fondre dans le feu de (...)

5Ces quatre « personnages » ont bien plus en commun que le fait d’appartenir aux siècles les plus reculés de la République : tous contribuent à façonner une mythologie politique romaine, qui se fonde sur le dévouement total à la patrie, éventuellement jusqu’à la mort. Tel est en effet le dénominateur commun de ces quatre exemples : Coclès bloquant seul l’accès au pont Sublicius pour que les Romains aient le temps de se mettre à l’abri après l’avoir abattu7 ; Mucius Scaevola allant trouver, seul, l’Étrusque Porsenna qui assiège Rome et montrant son courage en mettant sa propre main dans le feu ; les Fabii levant une armée à frais privés pour lutter contre Véies ; Decius consacrant sa personne aux dieux infernaux pour apporter à Rome le succès au combat8. Tous ces héros font passer Rome avant leurs biens, avant leur famille, avant leur vie, comme le montre l’opposition systématique entre leur individualité (y compris dans le cas des Fabii compris comme un groupe uniforme) et la cité : Horatius Cocles solus impleuit pontis angustias, ou encore : do tibi Fabios totum rei publicae bellum in unam transferentes domum. Ces exemples font partie de la mythologie commune à tous les Romains, telle qu’on la voit aussi bien chez Tite-Live que chez Valère Maxime, ce dernier étant par nature la compilation de ces exempla. Sénèque pour sa part n’a pas besoin de les développer, sauf quand il veut jouer sur les images, comme pour Scaevola : spectator destillantis in hostili foculo dexterae stetit nec ante remouit nudis ossibus fluentem manum quam ignis illi ab hoste subductus est9. Il s’appuie simplement sur un fond de connaissance commun avec son lecteur, et plus largement avec son public.

  • 10 Ce qui est bien visible chez Tite-Live dans le livre 2, aussi bien par les exemples de Tarquin Col (...)

6Nous avons bien conscience d’être là à la limite de ce qu’on peut appeler l’exemple historique : il s’agit plutôt d’exemples de mythologie politique, mais le fait qu’ils soient insérés dans un tissu historique, si légendaire soit-il, leur confère valeur d’exemple historique, dans la mesure où ils transmettent une leçon. Et cette leçon est d’une cohérence totale : les débuts de la République sont les temps du dévouement à l’État10. L’absence de la période royale est peut-être alors à comprendre comme le signe d’une conviction profonde : la monarchie n’est pas le lieu des qualités individuelles, tandis qu’au contraire la République ouvre à l’homme une plus belle carrière dans les qualités morales et vers l’héroïsme.

La République

  • 11 Epist. 98, 13, t 4, p. 123 : paupertatem et se dignam et Capitolio iudicauit ; Epist. 120, 19, t 5 (...)
  • 12 Epist. 24, 4, t 1, p. 102-103 et 67,7, t 2, p. 138.
  • 13 Epist. 79, 14, t 3, p. 85.

7Il faut ensuite parcourir un assez long laps de temps et aller jusqu’à la fin du iie siècle av. J.-C. pour retrouver une période regroupant plusieurs personnages historiques. On croise en effet au fil des lettres des références à Scipion Émilien, Laelius, Q. Tubero et P. Rutilius, qui sont, comme on sait, les principaux interlocuteurs du De re publica de Cicéron, et représentent l’essence même de ce siècle dans la vision cicéronienne, marquée par une culture grecque forte et par la présence du Moyen Portique. Élèves de Panétius, ils symbolisent des vertus stoïciennes, clairement définies : Q. Aelius Tubero est le représentant de la pauvreté choisie et revendiquée comme une ascèse, « digne de lui et du Capitole »11 ; P. Rutilius Rufus est l’exemple du courage dans l’adversité, puisqu’il endure un exil immérité12, alors qu’il est un parangon d’innocence et de vertu : Rutili innocentia ac uirtus lateret, nisi accepisset iniuriam13. Scipion et Laelius, souvent cités pour l’amitié qui les lie, sont aussi des symboles de valeur morale ; ainsi Sénèque les présente-t-il comme des adversaires des vices humains, tout comme Caton :

  • 14 Epist. 25, 6, t 1, p. 113 : « Quand tu auras déjà assez avancé pour avoir du respect pour toi-même (...)

Cum iam profeceris tantum ut sit tibi etiam tui reuerentia, licebit dimittas paedagogum: interim aliquorum te auctoritate custodi - aut Cato ille sit aut Scipio aut Laelius aut alius cuius interuentu perditi quoque homines uitia supprimerent.14

8De cet ensemble de personnages ressort l’idée que l’important n’a pas été leur action, militaire ou politique, mais bien l’ambiance philosophique qu’ils ont contribué à créer, telle qu’elle ressort du dialogue cicéronien. J’en veux pour preuve le fait que leurs noms sont souvent cités par Sénèque en association à deux ou trois, dans un effet de liste et de globalisation ; les particularités de chacun, ses liens de famille avec tel autre membre du groupe, sont passés sous silence. Le nom seul des personnages sert l’idée de Sénèque et on peut dire que, ce faisant, il se situe dans la lignée de Cicéron et que ce sont presque plus les personnages cicéroniens que les personnages historiques qu’il cite.

  • 15 Epist. 94, 64, t 4, p. 85 : « Tantôt il se lançait contre l’Espagne et les armées de Sertorius, ta (...)

9Or, il est frappant de constater que les exemples historiques pris dans la période cicéronienne sont situés précisément dans les années qui vont de 55 à la mort de Cicéron, c’est-à-dire celles qui voient la rédaction du De re publica, puis les événements tournant autour de la guerre civile. On y croise alors les grands hommes qui ont provoqué la chute de la République : Pompée, Crassus, César, mais aussi, en remontant plus haut, Marius et Sylla ; quand ces noms sont réunis, ils jalonnent une réflexion sur la puissance, voire sur l’absurdité des conquêtes, comme en 94, 64, où l’exemple d’Alexandre en proie à sa folie conquérante et destructrice, furor aliena uastandi, fait place à Pompée et son « amour insensé d’une trompeuse grandeur », insanus amor magnitudinis falsae, à César et son ambition immodérée, gloria et ambitio et nullus supra ceteros eminendi modus, à Marius conduisant ses armées, mais conduit par son ambition. Autant de noms, autant d’exemples de volonté de puissance démesurée ; c’est à peine si les exemples ont besoin d’être développés et quand ils le sont, il suffit de quelques mots qui rappellent au lecteur ce qu’il sait déjà : Modo in Hispaniam et Sertoriana arma, modo ad colligandos piratas ac maria pacanda uadebat : hae praetexebantur causae ad continuandam potentiam, pour Pompée15 ; ou Marius cum Teutonos Cimbrosque concideret, cum Iugurtham per Africae deserta sequeretur. Quand les noms de ces grands hommes s’égrènent en une liste, c’est pour mieux rendre l’idée de puissance, et d’une puissance prompte à s’écrouler puisque sujette à renouvellement. Peut-on alors vraiment parler d’exemple historique ?

  • 16 L’image de Caton a fait l’objet de nombreuses études, dont on trouvera les références dans Cogitor (...)
  • 17 Epist. 24, 6, t 1, p. 113.
  • 18 Epist. 67, 7, t 2, p. 138.
  • 19 Epist. 82, 12, t 3, p. 105.
  • 20 Epist. 82, 12, t 3, p. 105 : Hic est enim Brutus qui, cum periturus mortis moras quaereret, ad exo (...)
  • 21 Epist. 83, 25, t 3, p. 117-118 : M Antonium, magnum uirum et ingeni nobilis, quae alia res perdidi (...)

10La notion même est à remettre en cause si on considère les passages dans lesquels apparaît Caton d’Utique. La figure de Caton est ambiguë et a subi une évolution au cours des siècles qui ont suivi sa mort, le projetant vers une sorte de panthéon des valeurs morales, aux dépens mêmes de la réalité16. Dans les lettres de Sénèque, Caton est pour ainsi dire réduit à une idée forte, la mort stoïcienne, choisie délibérément parce que méprisée, seule liberté qui reste au sage. Presque tous les exemples mettant en scène Caton tournent autour de la mort : Quidni ego narrem ultima illa nocte Platonis librum legentem posito ad caput gladio17 ? Catonis scissum manu sua uulnus18 ; mors enim illa quae in Catone gloriosa est19. La méditation de la mort est centrale dans les Lettres, et il est donc logique de retrouver si souvent la figure de Caton, dé-réalisée à force d’être investie de valeurs morales. Sa mort est celle de la libertas, mais elle est aussi un chemin vers la liberté du sage : tel est le message délivré par Sénèque. Il est donc clair que l’exemple de Caton a une visée morale bien plus qu’historique ; la dimension historique est pour ainsi dire gommée, effacée par cette valeur morale. Semblablement les personnages de la guerre civile qui apparaissent dans les Lettres sont réduits à exprimer un sentiment, une valeur : D. Brutus fuyant la mort au prix d’une indignité20, Antoine perdu par amour et ivrognerie, c’est-à-dire par manque de mesure21.

11Les années qui vont de la montée du pouvoir des imperatores à la poursuite des Césaricides, voire à Actium, voient ainsi des personnages revêtir des habits monochromes et devenir les exemples de tel ou tel vice, du moins dans l’utilisation qu’en fait Sénèque.

Les contemporains de Sénèque

12Mais comment comprendre alors les exemples que Sénèque puise dans le passé proche, voire dans la période contemporaine ? Peut-on parler d’exemples historiques, dès lors que l’épreuve du temps n’a pas eu lieu ? Pour nous, certes, les passages concernant Caligula ou tel ou tel contemporain de Sénèque sont des exemples historiquement situés, mais pour le philosophe et son lecteur, qu’en était-il ? Répondre à cette question nous donnera la clé de toute la réflexion sur la valeur des exemples historiques.

13Un passage concernant Pacuvius, légat de Tibère en Syrie, et qui vécut dans la pensée constante de la mort, est révélateur :

  • 22 Epist 12, 8, t 1, p. 42 (trad H. Noblot).

Pacuvius s’était installé en Syrie comme par prescription. Après avoir présidé aux libations et célébré en son honneur un de ces repas funèbres restés fameux, il se faisait porter de la table du festin dans sa chambre à coucher au milieu des battements de mains de ses mignons, tandis que l’on psalmodiait en grec aux accents de la musique : « Il a vécu ! Il a vécu ! » Cet homme ne passa pas un jour sans procéder à ses funérailles.22

14L’implantation chronologique est sans importance, contrairement à l’idée qu’illustre l’exemple : la pensée de la mort doit être constante. Ce n’est donc pas l’aspect historique ou non qui compte, dans le choix des exemples, mais le point moral, la pensée constante de la mort qui amène cette mise en scène d’un banquet funèbre. En ce sens, Sénèque procède très exactement comme Valère Maxime, rangeant les exemples de « faits et dits mémorables » selon un ordre qui répond à des impératifs moraux ; il n’est pour cela que de voir les titres des chapitres de livres chez lui. Ainsi Mucius Scaevola apparaît dans le chapitre de patientia, assumant la fonction qu’on lui voit assumer aussi chez Sénèque. On pourrait aussi développer ce point en considérant les controverses et suasoires transmises par Sénèque le père. On voit ainsi se dessiner les contours d’un monde moral propre aux Romains, qui n’utilise les exemples historiques que dans une visée illustrative et morale, pour l’édification et non pour la réflexion.

15Jusque là, rien que de très connu, et connu de tous, dans la mesure même où longtemps l’histoire n’a été enseignée que pour sa valeur de magistra uitae. Mais une réflexion sur le mode d’emploi des exemples est plus novatrice.

Insertion de l’exemple historique dans les lettres

16Il est clair en effet que les exemples historiques introduisent un changement de ton dans la lettre et se détachent du cours des idées, amenant une rupture dans le flux des pensées et créant un sursaut d’attention. Telle est la raison pour laquelle ils sont facilement repérables, dès l’ouverture.

Ouverture

  • 23 Epist. 82, 20, t 3, p. 108.

17Le premier marqueur et le plus évident est la mention de noms propres, très vite apportée dans le cours du texte, comme on peut le voir dans la lettre 82. Cette lettre, qui est centrée sur l’affirmation que la mort, comme la pauvreté ou l’exil, fait partie des indifférents, se développe d’abord par une réflexion abstraite, puis par le biais du récit de la mort de D. Brutus, ignominieuse, et de celle de Caton, grandiose, avant de reprendre des réflexions générales ; c’est alors que Sénèque adopte un ton plus vigoureux, prend position dans ce qui semble avoir été des querelles entre philosophes et affirme le besoin de franchise : pro ueritate simplicius agendum est, contra metum fortius23. Il passe dès lors à un développement plus concret, lié à une situation militaire, qui au départ est générale : comment faire une exhortation, au moment d’emmener au combat une armée qui bravera la mort pour les femmes et les enfants, in aciem educturus exercitum pro coniugibus ac liberis mortem obiturum quomodo exhortabitur ? Mais bien que générale, cette situation constitue une articulation dans la lettre, un changement de ton et de point de vue. Alors apparaissent les noms propres de l’exemple historique :

  • 24 Epist. 82, 20-21, t 3, p. 108-109 : « Je te donne l’exemple des Fabii déplaçant tout le poids de l (...)

Do tibi Fabios totum rei publicae bellum in unam transferentes domum. Laconas tibi ostendo in ipsis Thermopylarum angustiis positos: nec uictoriam sperant nec reditum; ille locus illis sepulchrum futurus est. (21) Quemadmodum exhortaris ut totius gentis ruinam obiectis corporibus excipiant et uita potius quam loco cedant? Dices «quod malum est, gloriosum non est; mors gloriosa est; mors ergo non malum»? O efficacem contionem! Quis post hanc dubitet se infestis ingerere mucronibus et stans mori? At ille Leonidas quam fortiter illos adlocutus est! «Sic», inquit «conmilitones, prandete tamquam apud inferos cenaturi.» Non in ore creuit cibus, non haesit in faucibus, non elapsus est manibus: alacres et ad prandium illi promiserunt et ad cenam.24

  • 25 Tite-Live, Histoire Romaine II, 49-50, éd J. Bayet et trad G. Baillet, CUF, t 2, 1962, p. 75-78.

18Le premier nom, celui des Fabii, se suffit presque à soi seul, tant le thème des 306 Fabii lors de la bataille contre Véies est connu25 ; la belle opposition totum… bellum/unam domum résume la geste grandiose et n’appelle pas à de plus longs développements : le nom suffit à appuyer la démonstration.

19Pour les Spartiates aux Thermopyles, Sénèque développe davantage, non que le sujet soit moins connu, mais parce qu’il se prêtait bien à un effet de variation, grâce à la citation de bribes de discours (rappelons que la question posée est de savoir comment exhorter à mourir…) et surtout grâce à l’ironie cruelle o efficacem contionem ! Les trois noms propres cités constituent une sorte de « mise au point » photographique, un centrage progressif sur la figure de Léonidas.

20Ainsi les exemples historiques, mis en lumière par la formulation du nom, vont-ils dans le même sens que le changement de ton noté plus haut dans la lettre : les noms propres lancent la lettre sur cette piste.

21Parfois une formule introductive, comme celle que nous avons vue, do tibi, signale un exemplum, parfois celui-ci s’installe dans le texte sans aucune annonce ; c’est alors clairement la fonction des noms propres que de signaler ce nouveau souffle :

  • 26 Epist. 120, 5-6, t 5, p. 67 : « La nature ordonne d’accentuer les louanges, mais il n’est personne (...)

Natura iubet augere laudanda, nemo non gloriam ultra uerum tulit; ex his ergo speciem ingentis boni traximus. 6. Fabricius Pyrrhi regis aurum reppulit maiusque regno iudicauit regias opes posse contemnere. Idem medico Pyrrhi promittente uenenum se regi daturum monuit Pyrrhum caueret insidias. Eiusdem animi fuit auro non uinci, ueneno non uincere.26

  • 27 Epist. 120, 7, t 5, p. 68.

22Après une phrase générale, proche par certains aspects de la maxime, l’exemple s’ouvre sur deux noms propres et se développe en deux temps, deux moments dans lesquels la constance de Fabricius lui fait adopter deux attitudes différentes en apparence, l’une qui semble hostile au roi, l’autre qui est protectrice. Ces deux temps sont repris et développés pour culminer dans une déclaration attribuée à Fabricius et qui explicite cette constance : Viue, inquit, beneficio meo, Pyrrhe, et gaude quod adhuc dolebas, Fabricium non posse corrumpi. L’exemple se clôt alors sans réelle conclusion, et Sénèque enchaîne avec l’exemple d’Horatius Coclès, lui aussi sans introduction, simplement signalé par le nom propre en tête de la phrase qui est aussi un résumé : Horatius Cocles solus impleuit pontis angustias27.

23La mention rapide du nom, dès les premiers mots de l’exemplum historique, suffit à indiquer au lecteur le changement de ton, à provoquer un sursaut, un renouveau de l’attention. La présence des noms fonctionne comme un appel à la mémoire du lecteur, pour qu’il ait présents à l’esprit les points sur lesquels Sénèque va appuyer sa démonstration.

  • 28 Epist. 104, 29, t 4, p. 166.
  • 29 Sur les interlocuteurs, voir Griffin, 1968, p. 373-375 ; Mazzoli, 1989.

24L’exemplum contient aussi, fréquemment, un élément qui ravive le lien avec Lucilius, ou plus largement, avec le lecteur. En effet, devant varier ses effets au cours de sa lettre, Sénèque cherche à provoquer chez lui un sursaut d’attention : l’usage du pronom de la deuxième personne, comme dans la lettre 82 citée plus haut, do tibi, tibi ostendo, introduit cette nouvelle forme du dialogue épistolaire. Ailleurs, l’auteur aura recours à un impératif, comme avec une nuance musicale sforzando : Vis alterum exemplum ? accipe hunc M. Catonem recentiorem, cum quo et infestius fortuna egit et pertinacius28. Comme il est bien connu, l’interlocuteur à qui s’adresse Sénèque n’est Lucilius que dans une certaine mesure, puisque, au-delà de l’individu, s’exprime une éthique fondamentalement universelle ; toujours est-il que ces appels à un « tu » continuent à fonctionner et à faire entrer le lecteur dans le texte29.

Corps de l’exemplum

25Une fois l’exemplum ainsi signalé au lecteur dont on ravive l’attention, le développement est souvent bref, au point de ne comporter guère plus d’éléments que le nom propre et le point qui est le sujet de la démonstration, comme dans la lettre qui concerne le fait que les personnages les plus célèbres pouvaient rougir de manière inattendue :

  • 30 Epist. 11, 4, t 1, p. 37 : « Sylla était particulièrement violent, quand le sang lui était monté a (...)

Sulla tunc erat uiolentissimus cum faciem eius sanguis inuaserat. Nihil erat mollius ore Pompei; numquam non coram pluribus rubuit, utique in contionibus. Fabianum, cum in senatum testis esset inductus, erubuisse memini, et hic illum mire pudor decuit.30

26En quelques lignes, trois personnages apparaissent, dans trois situations différentes, mais réunis par la manifestation physique de leur état. Brièveté des exemples, absence ou brièveté des commentaires : tout semble se limiter à une illustration de la démonstration.

  • 31 Epist. 4, 7, t 1, p. 11 : « La décision sur la vie de Pompée, ce sont un enfant et un eunuque qui (...)

27Même démarche dans un exemple qui réunit quatre personnages, Pompée, Crassus, Lepidus qui tenta de tuer Caligula, et Caligula lui-même : De Pompei capite pupillus et spado tulere sententiam, de Crasso crudelis et insolens Parthus ; Gaius Caesar iussit Lepidum Dextro tribuno praebere ceruicem, ipse Chaereae praestitit31. Les exemples sont à peine plus développés qu’une liste de noms, et ce qui est ajouté à cette liste sert à pousser le lecteur à tirer déjà la leçon ; ici la qualification pupillus et spado pour désigner les assassins de Pompée, celle de « cruel et insolent » pour le Parthe qui tua Crassus, n’ont d’autre but que de montrer le décalage entre assassin et victime, et donc l’extrême fragilité de la vie humaine.

  • 32 Epist. 24, 4, t 1, p. 103.

28Dans d’autres exemples, la brièveté contribue à faire ressortir les points communs entre plusieurs situations, comme le fait d’endurer un malheur (répétition de tulit) et de le faire d’une certaine manière (adverbes fortiter, libenter) : Damnationem suam Rutilius sic tulit tamquam nihil illi molestum aliud esset quam quod male iudicaretur. Exilium Metellus fortiter tulit, Rutilius etiam libenter32.

  • 33 Ibid.

29La concision de la plupart des exemples n’empêche cependant pas Sénèque de rechercher les images, puisque son but est toujours de marquer les esprits. Cela est particulièrement clair dans le cas de Mucius Scaevola, dont l’histoire était suffisamment connue de tous les Romains pour que Sénèque n’ait pas besoin de s’y attarder ; Mucius ignibus manum imposuit33 est le cœur de la référence historique, et ces quelques mots suffisent pour qu’on situe l’épisode. Mais ensuite la lettre développe les images que cet épisode suggère :

  • 34 Ibid.

Vides hominem non eruditum nec ullis praeceptis contra mortem aut dolorem subornatum, militari tantum robore instructum, poenas a se irriti conatus exigentem; spectator destillantis in hostili foculo dexterae stetit nec ante remouit nudis ossibus fluentem manum quam ignis illi ab hoste subductus est.34

  • 35 Même chose en 66, 51, t 2, p. 134.
  • 36 Voir Armisen Marchetti, 1989 et Solimano, 1991.

30L’hypotypose amenée par le verbe uides, qui trouve une sorte d’écho dramatique dans l’état de Mucius spectateur de sa propre expérience, ainsi que les images de la main qui fond (destillantis, fluentem) viennent renforcer l’effet de l’épisode, dans un mouvement qui est cher à Sénèque35. La concision n’empêche pas les images, qui gagnent même à la brièveté36.

31Un autre point intéressant est la présence, parfois, de paroles, qui contribuent à donner une dimension rhétorique plus nette au passage, comme à propos d’Horatius Coclès :

  • 37 Epist. 120, 7, t 5, p. 67-68 : « Horatius Coclès, à lui seul, bloqua les accès du pont et ordonna (...)

Horatius Cocles solus impleuit pontis angustias adimique a tergo sibi reditum, dummodo iter hosti auferretur, iussit et tam diu prementibus restitit donec reuulsa ingenti ruina tigna sonuerunt. Postquam respexit et extra periculum esse patriam periculo suo sensit, ‘ueniat, si quis uult’ inquit ‘sic euntem sequi’ iecitque se in praeceps et non minus sollicitus in illo rapido alueo fluminis ut armatus quam ut saluus exiret, retento armorum uictricium decore tam tutus redit quam si ponte uenisset.37

  • 38 Selon Tite-Live, Histoire Romaine 10, éd cit., n. 25, p. 16, les paroles de Coclès, avant de se je (...)
  • 39 Cela vaut aussi pour les exemples philosophiques, certains comportant de véritables chries : Alexa (...)

32L’exemple est relativement développé, puisque Sénèque prend le temps de rappeler les circonstances, les précautions prises par Coclès, et le met en scène, se retournant avant de lancer des paroles pleines de fierté, « Que vienne celui qui voudrait me suivre là où je vais ! » lorsqu’il se jette dans le Tibre. Ces mots, que nulle autre source ne transmet38, ont toutes les chances d’avoir été inventés par Sénèque pour mieux dramatiser le moment. Dès lors, on voit que l’exemple historique est surtout là pour permettre la mise en scène de la pensée, que ce soit pour l’illustrer ou pour en amener une formulation claire et marquante39.

Fin de l’exemplum et enchaînement

33Les paroles, quand il y en a, marquent la fin de l’exemple, souvent en un sommet ; mais souvent aussi Sénèque se sert de ces paroles pour rebondir sur sa démonstration, parfois en reprenant très exactement les mots énoncés. Ainsi, un passage de méditation sur la mort joue sur une scène où Caligula se trouve face à un convoi de détenus :

  • 40 Epist. 77, 18, t 3, p. 70-71 : « Tu crains la mort : mais comment la méprises-tu en banquetant de (...)

Mortem times: at quomodo illam media boletatione contemnis! Viuere uis: scis enim? Mori times: quid porro? ista uita non mors est? C. Caesar, cum illum transeuntem per Latinam uiam unus ex custodiarum agmine demissa usque in pectus uetere barba rogaret mortem, «nunc enim» inquit «uiuis?» Hoc istis respondendum est quibus succursura mors est: «mori times: nunc enim uiuis?»40

34Le refrain « tu crains la mort », base de cette réflexion, s’entrelace avec la question provocatrice « car maintenant tu es en vie ? », posée une première fois par Caligula, puis reprise par le philosophe pour amener son lecteur à la conclusion que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Plus que l’exemple en lui-même, simple situation qui peut être inventée de toutes pièces, ce sont les paroles qui portent la leçon. La fin de l’exemple n’est donc pas tout à fait nette car les paroles reprises après la fin de l’anecdote, si elles font partie de la démonstration morale, restent malgré tout liées à lui.

35D’autres exempla se terminent de manière plus nette, mettant encore davantage en relief la leçon morale, éventuellement par un moyen rhétorique puissant, comme le recours à une opposition terme à terme ou un chiasme. Après la fin d’un exemple historique, le philosophe reprend la main, en recourant aux mêmes moyens que ceux utilisés pour ouvrir l’exemple, c’est-à-dire en se tournant de nouveau vers son destinataire. Par un impératif, ou l’emploi d’un adjectif verbal, il tire la leçon de l’exemple utilisé :

  • 41 Epist. 51, 5-6, t 2, p. 38 ; et aussi 4,7, t 1, p. 12 : Noli huic tranquillitati confidere : momen (...)

indurandus est animus et a blandimentis uoluptatum procul abstrahendus. Una Hannibalem hiberna soluerunt et indomitum illum niuibus atque Alpibus uirum eneruauerunt fomenta Campaniae: armis uicit, uitiis uictus est. 6. Nobis quoque militandum est, et quidem genere militiae quo numquam quies, numquam otium datur: debellandae sunt in primis uoluptates, quae, ut uides, saeua quoque ad se ingenia rapuerunt.41

36L’exemple est enchâssé entre des adjectifs verbaux, indurandus et abstrahendus/militandum est, les premiers annonçant pour ainsi dire le thème de l’exemple, et ceux qui interviennent après lui servant à appliquer la leçon à un cas précis, celui du lecteur, avec qui Sénèque se déclare solidaire, par le pronom nobis (à moins qu’il ne faille conclure à une affirmation de portée généralisante, comme le passif impersonnel peut nous y pousser). Cette démarche est très nette à propos de Caton d’Utique, dont la fermeté est plusieurs fois louée ; un passage, qui reprend au style indirect ses paroles, comporte ensuite une série de phrases commençant par uides, destinées à pousser Lucilius à tirer les bonnes conclusions :

  • 42 Epist. 104, 32-33, t 4, p. 167-168.

ait se, si Caesar uicerit, moriturum, si Pompeius, exulaturum. Quid habebat quod timeret qui ipse sibi et uicto et uictori constituerat quae constituta esse ab hostibus iratissimis poterant? Perit itaque ex decreto suo. 33. Vides posse homines laborem pati: per medias Africae solitudines pedes duxit exercitum. Vides posse tolerari sitim: in collibus arentibus sine ullis inpedimentis uicti exercitus reliquias trahens inopiam umoris loricatus tulit et, quotiens aquae fuerat occasio, nouissimus bibit. Vides honorem et notam posse contemni : eodem quo repulsus est die in comitio pila lusit. Vides posse non timeri potentiam superiorum: et Pompeium et Caesarem, quorum nemo alterum offendere audebat nisi ut alterum demereretur, simul prouocauit. Vides tam mortem posse contemni quam exilium: et exilium sibi indixit et mortem et interim bellum.42

37Quoique long, ce passage est représentatif d’un mode opératoire propre à ces lettres : l’exemple concernant Caton était long, et la citation commence après, ce qui n’est pas courant, mais la leçon qui en est tirée, d’abord exprimée par la question quid habebat quod timeret, est ensuite développée par les cinq propositions commençant par uides, que complète le récit des exploits de Caton dans le désert africain. L’anecdote historique est donc utilisée à plein comme outil de réflexion ; toutes les propositions commençant par uides sont juxtaposées, comme autant de moments dans la réflexion ; elles ne sont pas reliées les unes aux autres, mais constituent les conclusions auxquelles amène la réflexion fondée sur l’histoire.

38La façon dont la suite de la lettre s’enchaîne sur l’exemple permet de bien saisir la fonction de ce dernier. Sénèque demande à son lecteur de déplacer son regard de l’exemple historique à sa situation propre, à la question qui est celle que concerne la lettre. On comprend bien dès lors que l’exemple historique sert à faire un pas de côté pour mieux revenir au sujet, ce que marque nettement aussi la présence de l’adverbe nunc dans certains cas, comme à propos du désastre de Varus, associé au retour de la deuxième personne du singulier :

  • 43 Epist. 47, 10, t 2, p. 19.

Variana clade multos splendidissime natos, senatorium per militiam auspicantes gradum, fortuna depressit: alium ex illis pastorem, alium custodem casae fecit. Contemne nunc eius fortunae hominem in quam transire dum contemnis potes.43

39Les exemples historiques utilisés par Sénèque se « ferment » donc aussi nettement qu’ils ont commencé, et leur place dans la lettre est clairement circonscrite. On peut ainsi dire qu’ils constituent un matériau pratique pour la construction de la pensée qui, chez Sénèque, procède volontiers par bonds, sans lien ; l’exemple historique représente un de ces bonds, et le philosophe en tire ensuite les conclusions qui lui permettent de revenir à sa démonstration centrale.

La lettre 108, en guise de conclusion

  • 44 Epist. 108, 1, t 4, p. 177.
  • 45 Epist. 103, 3 et 13, p. 177 et 181.
  • 46 Epist. 108, 17, p. 182.
  • 47 Epist. 108, 24, p. 185.
  • 48 Epist. 108, 29, p. 186.

40On peut trouver dans la lettre 108 l’explication la plus claire de cette attitude de Sénèque envers l’histoire et ses leçons. Cette longue lettre répond à une question de Lucilius sur la valeur de l’enseignement, dans le cadre de ce qu’on peut appeler la philosophie morale, totam moralem philosophiae partem44. Après avoir rappelé ses souvenirs de leçons de maîtres comme Attale45 et ses réflexions sur sa propre attitude envers les enseignements reçus, passant de la fougue imitatrice de la jeunesse à une pratique plus mesurée46, le philosophe s’interroge sur le but de toute éducation47. Il fait partir sa démonstration d’une citation de Virgile, fugit inreparabile tempus, et montre que le futur grammaticus y étudiera l’emploi du verbe fugit, là où le philosophe en tirera une leçon sur la valeur du temps qui passe. Il affirme au passage : non est quod mireris ex eadem materia suis quemque studiis apta colligere48 : « rien d’étonnant à ce que chacun tire du même sujet ce qui convient à ses études ». La démonstration ne lui semblant peut-être pas assez claire, il détaille en suite une sorte de mise en scène :

  • 49 Epist. 108, 30-32, p. 187.

Cum Ciceronis librum de re publica prendit hinc philologus aliquis, hinc grammaticus, hinc philosophiae deditus, alius alio curam suam mittit. Philosophus admiratur contra iustitiam dici tam multa potuisse. Cum ad hanc eandem lectionem philologus accessit, hoc subnotat: duos Romanos reges esse quorum alter patrem non habet, alter matrem. Nam de Serui matre dubitatur; Anci pater nullus, Numae nepos dicitur. 31. Praeterea notat eum quem nos dictatorem dicimus et in historiis ita nominari legimus apud antiquos «magistrum populi» uocatum. Hodieque id extat in auguralibus libris, et testimonium est quod qui ab illo nominatur ‘magister equitum’ est. Aeque notat Romulum perisse solis defectione; prouocationem ad populum etiam a regibus fuisse; id ita in pontificalibus libris aliqui putant et Fenestella. 32. Eosdem libros cum grammaticus explicuit, primum uerba ex «pse»-reapse dici a Cicerone, id est re ipsa-in commentarium refert.49

41Outre le fait que la mise en scène s’articule autour du De re publica, dont nous avons montré l’importance pour le choix des exemples, on peut analyser les trois personnages utilisés ici : philologus, grammaticus, philosophiae deditus. Le philosophe est celui dont l’attitude est la moins longuement peinte ; le philologus et le grammaticus se voient en revanche davantage décrits (le passage continue d’ailleurs au-delà de la citation). Or, celui que Sénèque désigne par le nom de philologus est un « savant », qui s’intéresse à ce que nous, modernes, appellerions l’histoire : réflexions sur les rois de Rome et leur origine familiale ; sur le titre de dictateur et de maître de cavalerie ; sur les archives des pontifes, etc. Sénèque, qui est, on l’aura compris, le philosophe par excellence de cette anecdote inventée, affirme ne pas vouloir adopter les attitudes du philologus ou du grammaticus, et écarte donc toute réflexion de type historique ou littéraire ; en se rapportant au but poursuivi par l’éducation, il réaffirme la prédominance de la valeur morale :

  • 50 Epist. 108, 35, p. 188-189.

illud admoneo, auditionem philosophorum lectionemque ad propositum beatae uitae trahendam, non ut uerba prisca aut ficta captemus et translationes improbas figurasque dicendi, sed ut profutura praecepta et magnificas uoces et animosas quae mox in rem transferantur. Sic ista ediscamus ut quae fuerint uerba sint opera.50

42Ainsi, malgré le plaisir qu’on le voit prendre aux réflexions historiques ou grammaticales, plaisir qui se note par exemple ici à la relative longueur des passages concernant ces deux types de personnages, mais aussi à la fréquence des exemples historiques dans les Lettres, Sénèque revendique le droit d’utiliser l’histoire pour former les esprits (et là, on pense par exemple aux exemples de Coclès, de Mucius Scaevola, ou plus encore, de Caton), et même mieux encore, celui d’utiliser les paroles pour amener des actions vertueuses. On retrouve ainsi, nettement, une attitude qui est aussi celle de Valère Maxime par exemple : la force des paroles mène à la vie heureuse. Cette force des paroles est visible à deux niveaux dans les exemples historiques, comme nous avons tenté de le montrer ici : à un premier niveau par l’inclusion de paroles marquantes dans les exemples, à un autre niveau par l’utilisation même des exemples historiques, insérés dans le tissu épistolaire, pour renforcer le poids des leçons de philosophie qu’elles contiennent.

43L’exemple historique est, pour Sénèque, un lieu de parole, contenant des paroles et facilitant par lui-même la parole, celle-ci menant aux actions vertueuses. Ainsi est-il bien clair que, sur ce point, la frontière entre histoire et morale est ténue, voire inexistante, tout comme la frontière entre histoire et rhétorique.

Notes

1 Voir les interrogations de Armisen, 1995, p. 151-167, en partic. p. 163.

2 Rejetant une position quelque peu provocatrice de Préchac, 1935, p. 361-370 et 1940, p. 247-253, qui supposait un mépris de Sénèque envers l’histoire, visible dans les erreurs qu’il commet à propos de Cinna dans le De clementia ; mais lui-même nuance fortement cette position en reconnaissant l’importance des erreurs commises par la tradition manuscrite plus que par l’auteur.

3 Voir par exemple la riche contribution de Corbeill, 2007, p. 69-82.

4 Ainsi Mayer, 1991, p. 141-169, en particulier p. 143-146 ; voir aussi Thomas, 2002.

5 Mais, comme le note Martin, 2003, p. 155-168, il faut reconnaître l’existence de certaines variantes, comme dans le traitement par les Populares de la référence au mos maiorum.

6 Voir par exemple Isnardi Parente, 2000 et Inwood, 2008.

7 Voir Roller, 2004 et Briquel, 2007, p. 58-89.

8 Dans les Lettres à Lucilius (citées ici dans l’édition CUF, éd F. Préchac et trad H. Noblot, 1947-1964 ; dans cet article, traductions personnelles sauf mention contraire), Horatius Coclès : Epist. 120, 7, éd cit., t 5, p. 67 ; Mucius Scaevola : Epist. 24, 5, t 1, p. 102-103 et 66, 51-53, t 2, p. 133-135 ; les Fabii : Epist. 82, 20, t 3, p. 108 ; Decius Mus : Epist. 67, 9, t 2, p. 138.

9 Epist. 24,5, t 1, p. 103 : « Il se tint en spectateur, voyant sa main droite fondre dans le feu de l’ennemi et ne retira pas sa main, qui fondait au point qu’on voyait les os à nu, avant que l’ennemi n’éloigne de lui les flammes ».

10 Ce qui est bien visible chez Tite-Live dans le livre 2, aussi bien par les exemples de Tarquin Collatin acceptant d’être écarté du consulat à cause de son nom royal, que par celui de Brutus ordonnant la mise à mort de ses propres fils, qui ont conjuré pour le retour de la monarchie : les personnes s’effacent devant la grandeur de l’État.

11 Epist. 98, 13, t 4, p. 123 : paupertatem et se dignam et Capitolio iudicauit ; Epist. 120, 19, t 5, p. 72, aux côtés de Fabricius.

12 Epist. 24, 4, t 1, p. 102-103 et 67,7, t 2, p. 138.

13 Epist. 79, 14, t 3, p. 85.

14 Epist. 25, 6, t 1, p. 113 : « Quand tu auras déjà assez avancé pour avoir du respect pour toi-même, tu pourras renvoyer le maître : en attendant, place-toi sous la garde d’une autre autorité, soit le grand Caton, soit Scipion ou Laelius ou quelqu’un d’autre par l’intermédiaire de qui les hommes, même les pires, mettraient fin à leurs vices ».

15 Epist. 94, 64, t 4, p. 85 : « Tantôt il se lançait contre l’Espagne et les armées de Sertorius, tantôt il traquait les pirates et pacifiait les mers : tels étaient les motifs qui servaient de prétextes à sa volonté de prolonger sa puissance. »

16 L’image de Caton a fait l’objet de nombreuses études, dont on trouvera les références dans Cogitore, 2010 ; voir aussi Roller, 2001, p. 104-107 et von Albrecht, 2004, p. 58-59.

17 Epist. 24, 6, t 1, p. 113.

18 Epist. 67, 7, t 2, p. 138.

19 Epist. 82, 12, t 3, p. 105.

20 Epist. 82, 12, t 3, p. 105 : Hic est enim Brutus qui, cum periturus mortis moras quaereret, ad exonerandum uentrem secessit et euocatus ad mortem iussusque praebere ceruicem, « praebebo », inquit « ita uiuam ». Quae dementia est fugere cum retro ire non possis ! « Praebebo », inquit « ita uiuam ». Paene adiecit « uel sub Antonio ». O hominem dignum qui uitae dederetur !

21 Epist. 83, 25, t 3, p. 117-118 : M Antonium, magnum uirum et ingeni nobilis, quae alia res perdidit et in externos mores ac uitia non Romana traiecit quam ebrietas nec minor uino Cleopatrae amor ? Haec illum res hostem rei publicae, haec hostibus suis inparem reddidit ; haec crudelem fecit, cum capita principum ciuitatis cenanti referrentur, cum inter apparatissimas epulas luxusque regales ora ac manus proscriptorum recognosceret, cum uino grauis sitiret tamen sanguinem Intolerabile erat quod ebrius fiebat cum haec faceret : quanto intolerabilius quod haec in ipsa ebrietate faciebat !

22 Epist 12, 8, t 1, p. 42 (trad H. Noblot).

23 Epist. 82, 20, t 3, p. 108.

24 Epist. 82, 20-21, t 3, p. 108-109 : « Je te donne l’exemple des Fabii déplaçant tout le poids de la guerre sur leur seule famille Je te montre les Spartiates campés au cœur des gorges des Thermopyles : ils n’espèrent ni victoire ni retour Ce lieu sera leur tombeau Comment les exhorteras-tu à faire un rempart de leur corps contre la ruine de tout un peuple, à quitter la vie plutôt que de quitter le terrain ? Tu diras : « Ce qui est un mal n’est pas glorieux ; la mort est glorieuse ; donc la mort n’est pas un mal » ? Quel discours efficace ! Après cela, qui hésitera à se jeter sur les poignards ennemis et à mourir debout ? Mais comme Léonidas a su les exhorter courageusement ! « Déjeunez, camarades, comme des gens qui vont dîner aux enfers. » La nourriture ne gonfla pas dans leur bouche, elle ne se coinça pas dans leur gorge, elle ne leur tomba pas des mains : « avec allégresse ils promirent d’aller déjeuner, avec allégresse d’aller dîner. »

25 Tite-Live, Histoire Romaine II, 49-50, éd J. Bayet et trad G. Baillet, CUF, t 2, 1962, p. 75-78.

26 Epist. 120, 5-6, t 5, p. 67 : « La nature ordonne d’accentuer les louanges, mais il n’est personne qui n’exagérât sa gloire en dépassant la vérité ; c’est de là que nous avons tiré l’idée de la grandeur du Bien Fabricius repoussa l’or du roi Pyrrhus et accorda plus de prix à la possibilité de mépriser les richesses royales qu’au trône lui-même Le même homme, comme le médecin de Pyrrhus promettait de donner du poison au roi, avertit Pyrrhus de se méfier des traîtrises C’était le propre d’une même âme, de ne pas se laisser vaincre par l’or, et de refuser de vaincre par le poison. »

27 Epist. 120, 7, t 5, p. 68.

28 Epist. 104, 29, t 4, p. 166.

29 Sur les interlocuteurs, voir Griffin, 1968, p. 373-375 ; Mazzoli, 1989.

30 Epist. 11, 4, t 1, p. 37 : « Sylla était particulièrement violent, quand le sang lui était monté au visage Rien n’était plus affable que le visage de Pompée ; jamais il ne manqua de rougir en présence de témoins, et surtout lors des assemblées populaires Je me souviens que Fabianus avait rougi quand il avait été introduit au sénat comme témoin, et cette pudeur lui seyait de manière incroyable ».

31 Epist. 4, 7, t 1, p. 11 : « La décision sur la vie de Pompée, ce sont un enfant et un eunuque qui l’ont prise, pour Crassus, un Parthe cruel et insolent ; Caius César ordonna à Lepidus de tendre le cou au tribun Dexter, et lui-même s’exposa au coup de Chaerea ».

32 Epist. 24, 4, t 1, p. 103.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Même chose en 66, 51, t 2, p. 134.

36 Voir Armisen Marchetti, 1989 et Solimano, 1991.

37 Epist. 120, 7, t 5, p. 67-68 : « Horatius Coclès, à lui seul, bloqua les accès du pont et ordonna qu’on lui coupât toute retraite, pourvu qu’on empêchât toute progression de l’ennemi ; et il résista longtemps aux poussées jusqu’à ce que le tablier du pont, arraché dans une destruction totale, résonnât en tombant Après avoir regardé en arrière et vu que, grâce au risque pris, sa patrie était sauve, il dit : « Que vienne celui qui veut me suivre où je vais ! » et il se jeta tête la première dans le fleuve, non moins préoccupé de sortir de l’eau armé que d’en sortir vivant ; il sortit de l’eau indemne, en ayant préservé tout l’honneur des armes victorieuses, tout comme s’il était venu par le pont. »

38 Selon Tite-Live, Histoire Romaine 10, éd cit., n. 25, p. 16, les paroles de Coclès, avant de se jeter dans le fleuve, sont : Tiberine pater, inquit, te, sancte, precor, haec arma et hunc militem propitio flumine accipias.

39 Cela vaut aussi pour les exemples philosophiques, certains comportant de véritables chries : Alexander cuidam ciuitati partem agrorum et dimidium rerum omnium promittenti ‘eo’ inquit ‘proposito in Asiam ueni, ut non id acciperem quod dedissetis, sed ut id haberetis quod reliquissem’ Epist. 53, 10, t 2, p. 52).

40 Epist. 77, 18, t 3, p. 70-71 : « Tu crains la mort : mais comment la méprises-tu en banquetant de champignons ! Tu veux vivre : ah bon, tu sais ce qu’est la vie ? Tu as peur de mourir : et alors ? Ta vie n’est-elle pas une mort ? Caligula passait un jour sur la Via Latina ; sorti d’un cortège de prisonniers, un vieil homme, à la barbe descendant jusque sur la poitrine, lui demanda la mort ; “Ah bon, répondit-il, parce que, là, tu es vivant ?” Voici ce qu’il faut répondre à ceux qui prennent la mort pour un secours : “Tu as peur de mourir ; te crois-tu donc vivant ?” ».

41 Epist. 51, 5-6, t 2, p. 38 ; et aussi 4,7, t 1, p. 12 : Noli huic tranquillitati confidere : momento mare euertitur ; eodem die ubi luserunt nauigia sorbentur.

42 Epist. 104, 32-33, t 4, p. 167-168.

43 Epist. 47, 10, t 2, p. 19.

44 Epist. 108, 1, t 4, p. 177.

45 Epist. 103, 3 et 13, p. 177 et 181.

46 Epist. 108, 17, p. 182.

47 Epist. 108, 24, p. 185.

48 Epist. 108, 29, p. 186.

49 Epist. 108, 30-32, p. 187.

50 Epist. 108, 35, p. 188-189.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search