Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre II. Genre épistolaire et genre historique

Frustrations politiques et revendications utopiques dans les lettres de l’Histoire Auguste

Agnès Molinier Arbo

Texte intégral

  • 1 Elles représentent un peu plus de la moitié des documents produits par le recueil.
  • 2 À côté de quelques épîtres publiques et privées mises sous le nom de rois (Valeriani duo 1, 1-5 ; 3 (...)
  • 3 Seules les acclamations sénatoriales sur lesquelles s’achève la biographie de Commode sont suscepti (...)

1Il pourrait de prime abord sembler oiseux de s’interroger sur l’intérêt historique du corpus de quatre-vingt-quatre lettres1 produit par l’Histoire Auguste car, comme la plupart sont des missives ou des circulaires officielles attribuées à des entités institutionnelles ou à des personnages investis de charges publiques – le principal épistolier et destinataire des litterae est l’empereur2 –, elles constituent une sorte de degré zéro de l’histoire et ne valent en principe que par leur contenu. Il ne faut cependant pas oublier que la plupart des pièces d’archives insérées dans ce recueil de biographies d’Hadrien à Carus, Carin et Numérien représentent un élément primordial de la mystification à laquelle se livre l’écrivain : elles sont entre autres là pour accréditer la thèse que l’œuvre est le fruit du travail de six historiens crédibles ayant vécu au tournant des iiie et ive siècles. On sait depuis longtemps qu’il n’en est rien : l’ouvrage a certainement été rédigé un siècle plus tard par un unique auteur anonyme, qui a forgé lui-même pratiquement tous les documents qu’il cite3. Il n’est pas sûr qu’il faille pour autant leur dénier toute valeur historique : nous allons tenter dans cette étude de montrer à quels points de vue le témoignage de certaines lettres du recueil est exploitable par l’historien.

  • 4 Aurel. 8, 1, Paschoud, 1996, p. 21 : Inueni nuper in Ulpia Bibliotheca inter linteos libros epistul (...)
  • 5 Ibid., 9, 1, éd. cit., p. 21 : Eiusdem Valeriani alia est epistula, quae laudes illius continet. Qu (...)
  • 6 Ant. Diad. 9, 2. Le nom de cet historien sans doute inventé par l’auteur lui a vraisemblablement ét (...)
  • 7 Gord. tr. 14, 7.
  • 8 En Aurel., 8, 1, éd. cit., p. 21, il précise par exemple comment il a choisi de citer une lettre de (...)
  • 9 Clod. Alb. 14, 6.
  • 10 Voir par exemple Tyr. trig. 18, 5, Chastagnol, 1994, p. 890-891 [début d’une lettre de Valérien] : (...)

2Les epistulae invoquées par l’Histoire Auguste se présentent comme d’authentiques pièces d’archives : leur citateur prétend par exemple avoir découvert certaines d’entre elles dans les précieux Libri Lintei, les Livres de Lin conservés dans la Bibliothèque Ulpienne4 ou encore dans les scrinia praefecturae urbanae, c’est-à-dire les archives de la préfecture urbaine5. D’autres épîtres sont censées avoir été empruntées à de prétendues bonnes sources, comme le mystérieux Lollius Urbicus, contemporain de Macrin et auteur d’une Histoire de son temps6 et Cordus, fantomatique biographe des oubliés de l’histoire, qu’ils aient été usurpateurs, co-empereurs éphémères ou Césars7. L’auteur affirme la plupart du temps les avoir transcrites dans leur état original, sans se permettre aucune retouche8 et s’offre même parfois le plaisir de retracer (en vrai philologue !) l’histoire de leur transmission9. Son souci affiché du détail transparaît encore dans la minutie avec laquelle il reporte généralement les noms, qualités et fonctions des rédacteurs comme des destinataires des lettres10.

  • 11 Sur la fides historica volontiers invoquée par l’auteur pour justifier ses citations, lire Burian, (...)
  • 12 L’échange de lettres entre Marc Aurèle et Faustine, qui occupe plus de deux chapitres de la Vie d’A (...)
  • 13 La copie de la lettre adressée par Septime Sévère au Sénat (Clod. Alb. 12, 6-12) après la répressio (...)
  • 14 Auid. Cass. 5, 5-8 ; 5, 9-11 ; Pesc. Nig. 3, 12 ; 4, 1-3 ; 4, 4 ; Clod. Alb. 10, 6-8 ; 10, 10-12 ; (...)
  • 15 L’auteur compare même une fois (Prob. 6, 4-5 ; Paschoud, 2002, p. 22) la valeur des autorités qu’il (...)
  • 16 Voir Aurel. 17, 1, Paschoud, 1996, p. 29 : Extat epistula quam ego, ut soleo, fidei causa, immo ut (...)

3Le but qu’il déclare poursuivre par ses citations est bien entendu la fides historica, le respect scrupuleux de la vérité historique11. Les lettres sont dans l’œuvre appelées à discuter et à éclaircir quelque point douteux12 ou à authentifier le jugement porté sur tel ou tel personnage, surtout le prince13. Le recueil possède notamment une longue série d’epistulae-iudicia14 attribuées à des figures considérées comme des autorités15 et qui, fonctionnant un peu comme des certificats de moralité, sont là pour confirmer les appréciations de l’écrivain. La présence de tels documents dans l’œuvre ferait de son auteur – c’est lui qui l’affirme – l’émule des scriptores annalium qui se seraient avant lui attachés à produire ce genre de textes16.

  • 17 La démonstration en a été depuis longtemps faite ; même les quelques informations que L. Homo, 1926 (...)
  • 18 Comme l’a entre autres depuis plus d’un siècle établi l’étude de Czwalina, 1870.
  • 19 Aurel. 2, 1-2.
  • 20 Auid. Cass. 1, 6-2, 8 ; 5, 5-8 ; 5, 8-11 ; 10, 1-10 ; 11, 2-8 ; 9, 7 ; 9, 11-12 ; 12, 2-10 ; 14, 2- (...)

4Mais même un lecteur particulièrement naïf pourrait s’étonner du décalage existant entre les objectifs ambitieux assignés à ces lettres et le vide ou la futilité quasi-permanents de leur contenu. Celui-ci reprend globalement des données déjà fournies ailleurs dans le recueil ; les quelques informations originales qu’on croit y trouver s’avèrent toutes à l’examen ou anachroniques, ou inventées17. Les constantes lexicales et stylistiques existant entre elles permettent sans aucun doute possible d’établir qu’il s’agit de faux attribuables au seul écrivain anonyme de l’Histoire Auguste18. Celui-ci, qui, au début de la Vie d’Aurélien, fait l’apologie du mensonge en histoire19 ne se soucie d’ailleurs guère de vraiment donner le change, et l’on discerne assez bien ses motivations. Ses litterae viennent d’abord étoffer des biographies un peu maigres : dans la première partie du recueil, la mieux informée, elles sont surtout présentes dans les Vitae de co-empereurs, de Césars et d’usurpateurs20, à propos desquels le matériau historique devait être relativement rare.

  • 21 Aurel. 30, 3.
  • 22 Aurel. 27, 6, Paschoud, 1996, p. 39 : Hanc epistulam Nicomachus se transtulisse in Graecum ex lingu (...)
  • 23 Cf. Marcus Antoninus 23, 7 ; 29, 5.
  • 24 Cf. Auid. Cass. 9, 6-11, 7.
  • 25 Les réminiscences cicéroniennes sont particulièrement nombreuses dans les lettres : voir den Hengst (...)
  • 26 Val. d. 1, 1-3, 3.
  • 27 VI, 1-23.
  • 28 Clod. Alb. 12, 5-12.
  • 29 Ibid., 12, 12, Chastagnol, 1994, p. 392-393 : Maior fuit, dolor, quod illum pro litterato laudandum (...)
  • 30 Ant. Diad. 8, 5-8.
  • 31 Ibid., 8, 3.
  • 32 Ibid., 8, 7 (= Énéide. IV, 272-276).

5Mais si ces litterae se multiplient dans la deuxième moitié de l’œuvre, c’est aussi parce que l’auteur y a plus librement lâché la bride à sa fantaisie littéraire : l’insertion de lettres composées par l’écrivain était un procédé auquel des prédécesseurs réputés plus sérieux que le biographe avaient couramment recouru. Ajoutons que les Romains du Bas-Empire prisaient beaucoup les pseudo-documents et les romans historiques. L’Histoire Auguste produit par exemple deux épîtres échangées par la légendaire reine d’Orient Zénobie et l’empereur Aurélien, en précisant que la lettre de la première, inspirée par le néo-platonicien Longin21, aurait été de son temps traduite du syrien en grec par un personnage au nom significatif, Nicomaque22. Et, déjà au début du recueil, non contente d’évoquer des lettres de Marc Aurèle qui circulaient peut-être encore à son époque23, elle invente des pages que se seraient adressées Marc Aurèle et Faustine et qui, au-delà du grave argument censé les avoir motivées (la rébellion d’Avidius Cassius) sont emplies de détails intimistes sur leur vie de famille24. Les epistulae ad familiares qu’il composait donnaient à l’auteur l’occasion d’écrire à la manière d’un Cicéron25, d’un Pline le Jeune ou d’un Fronton. Plus généralement, la rédaction de lettres lui permettait d’imiter des historiens désormais classiques ou revenus à la mode à la fin du IVe siècle, tels Tite-Live ou Salluste : même s’il s’agit d’un topos, il n’est pas impossible que l’idée des messages de rois barbares expédiés à Sapor au début de la Vie des deux Valériens26 soit venue à l’auteur à partir de la missive envoyée, dans les fragments des Histoires de Salluste27, par Mithridate au roi Arsace. Car ces pseudo-citations sont avant tout l’occasion de clins d’œil littéraires : on a du mal à prendre au sérieux, en dépit de son ton menaçant, la lettre que Septime Sévère aurait adressée au Sénat après l’élimination de Clodius Albinus28, car elle s’achève par une charge contre les comptines de vieille femme et les contes milésiens puniques d’un concitoyen de Clodius Albinus, Apulée29. Une autre missive30, de prime abord elle aussi plutôt sinistre, car l’auteur veut par elle démontrer la cruauté native du jeune Antonin Diadumène31, se perd dans des vers de l’Énéide de Virgile32.

  • 33 L’expression est de Chausson, 2007, p. 258.
  • 34 Gord. tr. 24, 1-25, 4.
  • 35 Sur ce point, lire par exemple Chastagnol, 1994, p. CLXIII-CLXIV.
  • 36 Clod. Alb. 14, 1-8.
  • 37 Voir Chausson, 2007, p. 189-254.

6Les lettres du recueil, où l’histoire paraît souvent traitée comme un sujet littéraire, constituent donc avant tout un lieu d’expression privilégié de la fantaisie bien connue de l’écrivain. Mais il n’y a pas que cela : l’œuvre, avec tous ses procédés de mystification, a été avec raison définie comme un « brûlot satirique »33 dirigé contre la dynastie théodosienne et des personnalités en vue contemporaines. Les litterae représentent aussi pour l’auteur un moyen commode de faire dans son texte, masqué, des interventions polémiques tournées vers l’histoire de son temps. Citons par exemple les deux lettres échangées, dans la Vie des Gordiens, par le jeune Gordien III et son préfet du prétoire Misithée34, qui contiennent des allusions à peine voilées aux pouvoirs exorbitants dont disposaient les eunuques vendeurs de fumée à la cour d’Honorius et d’Arcadius35. On pense encore à la charge violente de Clodius Albinus, dans une missive adressée à son gendre, contre les collaborateurs cupides dont s’entoure un Marc Aurèle trop occupé à philosopher36. La corruption des administrateurs impériaux et, notamment, des gouverneurs de province, semble avoir pris des proportions intolérables à l’époque de Théodose et de ses descendants. Or, le premier, pour promouvoir la dynastie qu’il prétendait fonder, s’était certainement attaché à établir des liens de filiation entre celle-ci et les prestigieux Antonins37.

  • 38 Voir Johne, 1976, passim.
  • 39 Auid. Cass. 12, 2-10 ; Clod. Alb. 12, 6-12 ; Op. Macr. 7, 2-9 ; Max. d. 13, 2 ; 15, 6-9 ; 16, 2 ; G (...)
  • 40 Auid. Cass. 12, 2-10.
  • 41 Sur ce point, consulter par exemple Chastagnol, 1960, p. 120.
  • 42 Cf. Aurel. 20, 8, Paschoud, 1996, p. 32. Sur les charges financières pesant sur l’aristocratie séna (...)

7La « tendance sénatoriale »38 de l’Histoire Auguste est également bien connue : notre corpus contient une assez volumineuse correspondance du Sénat39. Celle-ci est surtout destinée à rappeler les privilèges intangibles des Patres et à exprimer leurs revendications : après la répression de la révolte d’Avidius Cassius, Marc Aurèle prie par exemple dans un message les membres de la Curie de ne pas condamner à mort leurs pairs complices d’Avidius Cassius, qu’il leur revenait de juger40 ; il fait par là écho aux préoccupations des sénateurs du IVe siècle, qui n’avaient plus qu’au civil le droit d’être jugés par leurs pairs et dont les rangs avaient été récemment éclaircis par une justice impériale expéditive41. Les empereurs étaient en outre à l’époque du biographe enclins à imposer aux membres de l’Assemblée des contributions fiscales extraordinaires : peut-être est-ce à cette situation que le biographe fait ironiquement allusion quand il fait dire à Aurélien que la caisse du Sénat est un peu trop pleine à son goût42.

  • 43 Cf. Auid. Cass. 12, 2-10 ; Clod. Alb. 12, 6-12 ; Op. Macr. 7, 2-9 ; Max. d. 13, 2 ; 16, 2 ; Gord. t (...)
  • 44 Cf. M. Ant. 14, 7.
  • 45 Claud. 7, 2-5.
  • 46 Septimius Seuerus 9, 1 et 3 ; Max. d. 12, 6 ; 13, 1 ; Prob. 15, 1-6.
  • 47 Hadr. 6, 1 ; Op. Macr. 5, 9 et 6, 4.
  • 48 Gord. tr. 5, 3 (Gordien est nommé proconsul d’Afrique) ; Aurel. 13, 4 (Valérien demande au Sénat de (...)
  • 49 Op. Macr. 6, 6-7 ; Gord. tr. 27, 5-8 ; Tyr. trig. 12, 16-17 ; Car. Carin. Num. 6, 3.
  • 50 Aurel. 31, 4.
  • 51 Gord. tr. 5, 3.

8L’ensemble vise avant tout à réaffirmer le rôle politique que les sénateurs, dans l’esprit du biographe, étaient traditionnellement appelés à jouer. Celui-ci n’avait sous l’Empire jamais cessé de diminuer : depuis le IIIe siècle, alors que les membres de l’ordre étaient pour leur part cantonnés aux charges civiles, le principat, auquel on pouvait désormais accéder uniquement à partir de la hiérarchie de l’armée, avait un caractère militaire de plus en plus prononcé. Comme la correspondance du Sénat dans l’Histoire Auguste est majoritairement composée de documents appelés par l’écrivain epistulae ou litterae, mais qui sont plus exactement des orationes écrites43, envoyées à l’Assemblée par un prince qui n’assistait plus guère à ses séances, elle atteste que, dans les faits, celle-ci était écartée du centre du pouvoir. Mais là n’est peut-être pas la conclusion à laquelle l’écrivain voudrait voir arriver le lecteur : certaines lettres ont manifestement pour but de mettre en scène un empereur plein d’égards pour le Sénat, soucieux de l’informer de ses déplacements44, de l’avancée de ses campagnes militaires45 et de ses victoires46, et conscient de ses domaines réservés : il l’y prie par exemple de décerner l’apothéose à son prédécesseur47, de désigner ou d’investir certains magistrats48, d’accorder des honneurs à un homme qu’il lui recommande49, ou encore le remercie des distinctions honorifiques prodiguées à lui50 ou à l’un de ses amis51.

  • 52 Hadr. 6, 2 ; Op. Macr. 6, 5 ; Car., Carin. Num. 5, 2.
  • 53 Sur la crise de 238 et la « révolution », ou la « réaction » sénatoriale dont elle fut marquée, con (...)
  • 54 Voir Haegemans, 2010, p. 138-139.
  • 55 Ibid., p. 131-195.
  • 56 Max. d. 8, 1, Chastagnol, 1994, p. 658-659 : Occiso Alexandro Maximinus primum e corpore militari e (...)
  • 57 Max. d. 16, 2, Chastagnol, 1994, p. 666-669.

9On l’y voit surtout s’excuser, au début de son règne, de ne pas avoir attendu l’aval des Patres pour assumer les titres impériaux52. Si, à l’époque du biographe, la Curie n’investissait plus les empereurs, cette prérogative, toute formelle qu’elle eût été, avait été la plus importante de la Haute Assemblée. Or, à partir de ce problème de l’investiture du prince, l’auteur se livre dans le recueil à plusieurs extrapolations épistolaires destinées à éclairer d’une lumière partisane et à développer les caractéristiques de deux moments du IIIe siècle où la désignation de l’empereur avait paru échapper à l’armée et l’Empire prendre une couleur plus sénatoriale. Commençons par la lettre dont il illustre son récit de l’usurpation en 238, sous le règne de Maximin le Thrace, du proconsul d’Afrique Gordien53. Le mouvement, soutenu par les notables locaux, manquait d’assises militaires54 et fut rapidement étouffé55. Cela n’empêche pas l’auteur de longuement s’y intéresser, car la rébellion, à la tête de laquelle se trouvait un membre éminent de l’ordre sénatorial, avait suscité l’enthousiasme de la Curie, décrite comme hostile à un Maximin devenu Auguste uniquement à partir du monde des soldats, sans être sénateur, et sans même un décret de l’Assemblée56. Et voici le message, que, selon l’Histoire Auguste, Gordien aurait envoyé au Sénat aussitôt après son avènement pour l’informer de sa nouvelle dignité57 :

Inuitum me, patres conscripti, iuuenes, quibus Africa tuenda commissa est, ad imperium uocarunt. Sed intuitu uestri necessitatem libens sustineo. Vestrum est aestimare, quid uelitis. Nam ego usque ad senatus iudicium incertus et uarius fluctuabo. (« C’est à mon corps défendant, pères conscrits, que les jeunes hommes auxquels la défense de l’Afrique a été confiée m’ont appelé à l’empire, mais, par égard pour vous, je suis prêt à assumer de bon cœur cette lourde tâche. À vous d’exprimer ce que voulez ; pour ma part, je demeurerai indécis et irrésolu jusqu’à la décision du Sénat. »)

  • 58 Selon Hérodien VII, 6, 3-4 (éd. C. R. Whittaker, Herodian. Books V-VIII, Cambridge [Ma]-London, Loe (...)
  • 59 On a beaucoup discuté à propos de ces iuuenes chargés de protéger l’Afrique : se reporter à l’utile (...)

10Le prince y refuse de se considérer empereur sans l’aval du Sénat et suspend son élévation au iudicium de celui-ci. Une source contemporaine, l’historien grec Hérodien, confirme que Gordien s’empressa d’envoyer une lettre à la Haute Assemblée immédiatement après sa proclamation. Mais, s’il ne la cite pas, il nous en apprend suffisamment sur son contenu pour nous faire comprendre que celle produite par l’Histoire Auguste est entièrement inventée58 : à l’en croire, en effet, le nouvel empereur a plutôt placé ses pairs devant le fait accompli, tout en promettant de gouverner avec moins de brutalité et d’injustice que Maximin. L’auteur va ici manifestement plus loin en représentant un Gordien désigné non par l’armée, mais par les iuuenes quibus Africa tuenda commissa est (c’est-à-dire par de jeunes notables réunis en milices locales59), et qui paraît véritablement faire dépendre son élévation du iudicium sénatorial.

  • 60 Max. Balb. 17, 2 et 8, Chastagnol, 1994, p. 772-775.

11Peut-être cherchait-il par là, pour rendre la période plus exemplaire, à étendre à ce prince sénateur un trait qui avait été plutôt celui des Augustes Maxime et Balbin : ceux-ci, qui reprirent le flambeau de la lutte contre Maximin après la mort de Gordien, avaient réellement été choisis par l’Assemblée elle-même parmi les consulaires. Dans une lettre de félicitations envoyée par un consul du nom de Claudius Julianus (personnage totalement inventé) aux nouveaux empereurs, l’écrivain, sous couvert de prouver que Maxime s’appelait Pupien, célèbre cette innovation60 :

Puppieno et Balbino Augustis Claudius Iulianus. Cum primum Iouis Op. M. et deorum immortalium senatusque iudicio et consensu generis humani suscepisse uos rem publicam a nefarii latronis scelere seruandam regendamque Romanis legibus, domini sanctissimi et inuictissimi Augusti, quamquam nondum ex diuinis litteris, sed tamen ex s. c., quod ad me u. c. Celsus Aelianus collega transmiserat, conperissem : gratulatus sum urbi Romae, cuius ad salutem estis electi, gratulatus senatui, cuius pro iudicio, quod in uos habuit, reddidistis pristinam dignitatem […]. Di praestant praestabuntque hanc orbi Romano felicitatem. Nam cum ad uos respicio, nihil aliud optare possum, quam quod apud deos dicitur uictor Carthaginis precatus, ut scilicet in eo statu rem publicam seruarent, in quo tunc esset, quod nullus melior inueniretur. Ita ego precor, ut in eo statu uobis rem publicam seruent, in quo eam uos adhuc nutantem collocaritis. (« Claudius Julianus aux Augustes Pupien et Balbin. Dès que j’ai appris que, par la volonté de Jupiter Très Bon Très Grand, des dieux immortels et du Sénat et avec l’assentiment du genre humain, vous avez assumé la direction de l’État pour l’arracher à la scélératesse du brigand immonde et le gouverner selon les lois romaines, ô seigneurs très vénérables et empereurs invincibles, et bien que je n’en aie pas eu encore connaissance par votre message sacré mais seulement le sénatus-consulte que m’a transmis mon collègue le clarissime Celsius Aelianus, j’ai adressé mes félicitations à la ville de Rome, pour le salut de laquelle vous avez été élus ; j’ai également félicité le Sénat, dont vous avez restauré l’antique dignité en récompense de la décision qu’il a prise à votre égard […] Puissent les dieux maintenir – et ils la maintiendront – cette félicité dans le monde romain ! Car quand je vous considère, je ne puis rien souhaiter d’autre que ce que demanda, dit-on, aux dieux le vainqueur de Carthage, à savoir qu’ils conservent la république dans son état d’alors, puisqu’il ne pouvait s’en trouver de meilleur. Je prie donc pour qu’ils vous conservent l’État dans la situation où vous l’avez établi en mettant fin à sa faiblesse antérieure. »)

  • 61 Car. Carin. Num. 2, 1-3, 1.

12Ici réapparaît le motif du iudicium du Sénat, présenté comme le mode idéal de choix des empereurs. Et l’Assemblée aurait été, selon l’épistolier, à son tour récompensée de sa décision par une restauration de son antique dignité. On comprend mal de quelle dignitas il est ici question, car la Curie n’a disposé, tout au long de l’histoire de l’Empire, qu’exceptionnellement du pouvoir de désigner elle-même le prince. Sans doute Claudius Julianus veut-il ici signifier que, par l’élection d’un collège d’empereurs, le Sénat a jusqu’à un certain point retrouvé la place centrale qui était la sienne dans la vie politique romaine sous la République : l’allusion au mot qu’aurait eu Scipion Émilien après la destruction de Carthage renvoie en tout cas à cette période de l’histoire romaine, considérée par l’écrivain dans la préface de Vie de Carus, Carin et Numérien comme la plus heureuse de toutes61.

  • 62 Aurel. 41, 1-2, Paschoud, 1996, p. 51.

13L’idée d’une restauration de l’antique dignité d’un Sénat investi de la tâche de désigner les empereurs est développée avec une plus grande audace à la fin du recueil, à propos des événements des années 275-276. Selon l’auteur, après l’assassinat d’Aurélien, l’armée aurait, contrairement à son habitude, renoncé à nommer elle-même l’empereur et s’en serait remise à la Curie. L’écrivain ne résiste alors pas au plaisir de décrire par une lettre cette soumission inhabituelle des soldats aux Patres et à leur iudicium62 :

Felices ac fortes exercitus senatui populoque Romano. Aurelianus imperator noster per fraudem unius hominis et per errorem bonorum ac malorum interemptus est. 2. Hunc inter deos referte, sancti et <uenerabiles> domini patres conscripti, et de uobis aliquem, sed dignum uestro iudicio, principem mittite ; nos enim de his, qui uel errarunt [qui] uel male fecerunt imperare nobis neminem patimur. (« Les armées fortunées et vaillantes au Sénat et au Peuple romains. Notre empereur Aurélien a succombé aux machinations d’un seul individu et à l’aveuglement des bons comme des méchants. Mettez-le au nombre des dieux, nobles et vénérables seigneurs, Pères conscrits, et envoyez-nous comme prince l’un des vôtres, mais qui soit digne de votre estime ; pour notre part, en effet, nous n’admettons pas que l’un de ceux qui se sont laissé guider ou par l’erreur, ou par le mal, devienne empereur. »)

  • 63 Tac. 2, 3-6.
  • 64 Ibid., 2, 1-2, Paschoud, 1996, p. 233 : quod rarum et difficile fuit, senatus populusque Romanus pe (...)

14L’écrivain qualifie ici avec délices les sénateurs de domini, titre qui était normalement au Bas-Empire l’apanage du prince. Il ne se fait néanmoins guère d’illusions sur ce respect sans précédent des milites à l’égard de la Haute Assemblée. Au début de la Vie de Tacite, il explique que les sénateurs, qui savaient que les soldats n’avaient guère l’habitude de laisser à d’autres l’initiative du choix du prince, n’osèrent pas accéder à la requête et renvoyèrent la décision à l’armée, qui, de nouveau, s’en remit à l’Assemblée63. Il s’attarde alors sur l’assaut de politesses auquel se seraient pendant six mois livré ces deux entités normalement méfiantes l’une à l’égard de l’autre : durant ce que l’auteur appelle un interregnum, le senatus, le populus et l’exercitus auraient, sans l’intervention d’aucun princeps, vécu dans une parfaite harmonie64.

  • 65 Ibid., 3, 3-7.
  • 66 Ibid., 3, 2-7, 4.
  • 67 Ibid., 4, 1-4.
  • 68 Cf. par exemple Ibid., 5, 1, Paschoud, 1996, p. 236 : [le Sénat à Tacite] Imperatorem te, non milit (...)

15Cependant, de l’aveu même de l’auteur, cette étrange République du Sénat, du Peuple et de l’Armée ne pouvait durer, car elle aurait été incapable, sans l’aide d’un chef pour guider les troupes romaines, de contenir les Barbares qui menaçaient les frontières65. Un consul au nom certainement inventé mais pour nous significatif, Velius Cornificius Gordianus/Gordien, prit sur lui, au cours d’une séance de l’Assemblée dont le biographe se plaît à nous rapporter tous les détails66, de presser les Pères de nommer un nouvel empereur. Le choix de tous se porta sur le plus vénérable d’entre eux, Tacite, qui exerçait les fonctions de Prince du Sénat67. L’auteur célèbre l’avènement de ce vieil homme, sénateur élu par ses pairs, issu non de l’armée mais de la société civile68, et qui, parce qu’il avait été promu iudicio senatus, était vraiment le prince du Sénat.

  • 69 Lire en particulier Syme, 1971, p. 238-240. D’autres hypothèses ont, il est vrai, été émises sur se (...)
  • 70 Tac. 12, 1, Paschoud, 1996, p. 243 : in antiquum redisse rem publicam ac senatum principes legere, (...)
  • 71 Ibid., 19, 1-5, ibid., p. 249-250.

16Bien entendu, il s’agit d’une reconstruction historique a posteriori : la vacance du pouvoir ne dura sans doute pas plus de deux mois. Et, à supposer que les sénateurs aient réellement joué un rôle décisif dans la nomination de Tacite, celui-ci était vraisemblablement, comme tous les empereurs qui le précédèrent et ceux qui l’ont suivi, un militaire69. L’écrivain ne s’en laisse pas moins déborder par l’enthousiasme et, au milieu de la Vie de Tacite, interrompt son récit pour s’écrier que la République a été restaurée dans son état antérieur, puisque le Sénat élit les princes, mieux, est devenu lui-même prince70. Et en appendice de la biographie, il cite une série d’epistulae priuatae et publicae destinées à illustrer la joie des Patres ayant recouvré toutes leurs prérogatives et à développer les implications du nouvel ordre instauré grâce à l’avènement de Tacite. Voici d’abord deux épîtres envoyées par deux sénateurs, respectivement à leur père et à leur oncle, pour les inciter à retrouver le chemin de la Curie, maintenant que celle-ci a récupéré ses potestates71 :

‘Autronio Iusto patri Autronius Tiberianus salutem. Nunc te, pater sancte, interesse decuit senatui amplissimo, nunc sententiam dicere, cum tantum auctoritas amplissimi ordinis creuerit ut reuersae in antiquum statum rei publicae nos principes demus, nos faciamus imperatores, nos denique nuncupemus Augustos. Fac igitur ut conualescas, curiae interfuturus antiquae.’ […] Item alia : ‘’Claudius Sapilianus Cereio Maeciano patruo salutem. Optinuimus, pater sancte, quod semper optauimus : in antiquum statum senatus reuertit ; nos principes facimus, nostri ordinis sunt potestates. Gratias exercitui Romano et uere Romano : reddidit nobis quam semper habuimus potestatem. Abice Baianos Puteolanosque secessus, da te Vrbi, da te curiae : floret Roma, floret tota res publica ; imperatores damus, principes facimus ; possumus et prohibere qui coepimus facere. Dictum sapienti sat est’. (« ‘Autronius Tiberianus salue son père Autronius Justus. C’est maintenant, vénéré père, qu’il t’eût fallu être présent au très honorable Sénat, maintenant qu’il t’eût fallu exprimer ton point de vue, puisque l’autorité du très honorable ordre s’est accrue à tel point que c’est nous qui donnons des princes à l’État qui a recouvré ses anciennes institutions, nous créons des empereurs, nous enfin qui conférons le nom d’Auguste. Fais donc en sorte de guérir, pour être présent dans une curie à la manière de jadis.’[…] De même une autre : ‘’Claudius Sapilianus salue son oncle paternel Céreius Maecianus. Nous avons obtenu, vénéré père, ce que nous avons toujours appelé de nos vœux : le Sénat a recouvré son ancien statut ; c’est nous qui créons des princes, c’est de notre ordre que relèvent les autorités. Rendons grâce à l’armée romaine – oui, vraiment romaine ! Elle nous a rendu un pouvoir qui nous a toujours appartenu. Renonce aux retraites de Baïes et de Pouzzoles, consacre-toi à la Ville, consacre-toi à la Curie ! Rome est florissante, l’État tout entier est florissant ; nous désignons des empereurs, nous créons des princes, nous pouvons aussi nous opposer, nous qui avons commencé à nommer. À bon entendeur, salut !’) »

17Comme plus haut à propos de la pristina dignitas du Sénat, on ne saisit pas bien à quel antiquus status Reipublicae ni à quelles potestates font allusion nos deux épistoliers ; car si la tonalité générale du texte évoque le régime républicain, il est absurde que la pierre angulaire de la restauration de celui-ci en soit le prince, fût-il choisi par la Haute Assemblée. On a l’impression que l’auteur, adaptant l’idéal républicain au seul régime qu’il ait jamais connu, le principat, trace les contours d’un utopique Empire du Sénat.

  • 72 Ibid., 18, 1-6, ibid., p. 248-249.

18Le contenu des epistulae publicae adressées par l’Assemblée, après l’élection de Tacite, aux curies de grandes villes provinciales, est plus surprenant encore72 :

Epistulae publicae : ‘Senatus amplissimus curiae Carthaginensi salutem dicit. Quod bonum, faustum, felix, salutareque sit rei publicae orbique Romano, dandi ius imperii, appellandi principis, nuncupandi Augusti ad nos reuertit. Ad nos igitur referte quae magna sunt […] In quo quidem etiam uestram in antiquum statum redisse credimus dignitatem, si quidem primus hic ordo est qui recipiendo uim suam ius suum ceteris seruat.’ Alia epistula : ‘Senatus amplissimus curiae Treuirorum. Vt estis liberi et semper fuistis laetari uos credimus. Creandi principis iudicium ad senatum rediit […] Eodem modo scriptum est Antiochensibus, Aquileiensibus, Mediolanensibus, Alexandrinis, Thessalonicensibus, Corinthiis et Atheniensibus.’ (« Lettres officielles : ‘Le très honorable Sénat salue la Curie de Carthage. Que cela soit un présage favorable, de bon augure, heureux et salutaire pour l’État et le monde romains ! Le droit d’offrir le pouvoir suprême, de désigner le prince, de conférer le nom d’Auguste nous a été rendu. Référez-vous-en donc à nous pour les affaires importantes […]. Nous croyons certes qu’en cela votre prestige aussi a recouvré son ancien lustre, puisqu’aussi bien notre ordre est le plus éminent, et que, en retrouvant son pouvoir, il sauvegarde le pouvoir de tous les autres.’ Autre lettre : ‘Le très honorable Sénat à la Curie de Trèves. Nous pensons que vous vous réjouissez, puisque vous êtes libres et que l’avez toujours été. La décision de désigner le prince a été rendue au Sénat […]’ On écrivit dans les mêmes termes aux curies d’Antioche, d’Aquilée, de Milan, d’Alexandrie, de Thessalonique, de Corinthe et d’Athènes). »

  • 73 On retrouve cette vision idéale de l’Empire jusque chez Cassiodore : cf. Lepelley, 1996, p. 71-83.

19Le Sénat y exalte à nouveau la restauration de ses pouvoirs grâce au droit qu’il aurait recouvré de nommer le prince et invite les provinces à traiter directement avec lui, comme s’il était, comme autrefois, leur interlocuteur privilégié. Le monde romain est ici décrit comme une hiérarchie de Curies en-dessous de celle de Rome, qualifiée de primus ordo qui, en récupérant son pouvoir, serait garant du ius et de la libertas des curiae minores provinciales. On voit ici se profiler une vision très classique de l’Empire, constitué d’un agrégat de cités régies par leurs assemblées, considérées comme des répliques du Sénat à la grandeur duquel elles participent73. Le biographe esquisse avec délectation les caractéristiques d’un principat sénatorial idéal dont le pivot serait un empereur élu par le Sénat parmi les membres du Sénat et qui, prenant ses distances avec une armée trop hégémonique, aurait, à travers les cités provinciales, des assises entièrement civiles.

  • 74 Breuiarium 9, 2, 1, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, CUF, 1999, p. 115.
  • 75 De Caesaribus 27 et 36, 1, éd. et trad. M. Festy, CUF, 1999, p. 33 et 38.
  • 76 Sur cette Histoire Impériale disparue dont on postule l’existence essentiellement à partir des épit (...)
  • 77 Voir Paschoud, 1996, p. 321.
  • 78 Dictum sapenti sat est vient de Persa 79 : cf. den Hengst, 1991, p. 163.

20Sans doute n’a-t-il pas complètement inventé les lectures partisanes qu’il propose des règnes éphémères de Gordien et de Tacite, puisque l’on en trouve des traces chez Eutrope74 et Aurelius Victor75, eux-mêmes tributaires de la Kaisergeschichte perdue d’A. Enmann76 dont descend sans doute aussi l’Histoire Auguste. Il est néanmoins à craindre que tout cela ne soit, pour lui, encore et toujours, que littérature : dans toutes ces lettres, il exagère et pousse avec humour jusqu’à l’utopie l’interprétation extrêmement flatteuse pour l’ordo amplissimus donnée par sa source de ces deux moments du IIIe siècle. On a par exemple souligné que le gentilice commun au rédacteur et au destinataire de la première epistula priuata ressemblait beaucoup à celui d’un poète tardo-impérial bien connu, Ausonius77. Et l’on ne peut que sourire de la rodomontade finale du second épistolier, qui déclare de façon vaguement menaçante et avec un vers de Plaute passé en proverbe78 : possumus et prohibere, qui coepimus facere. Dictum sapienti sat est. Le qualificatif Romanus et uere Romanus appliqué à l’exercitus prend également une certaine saveur si l’on songe que la barbarisation de l’armée s’était accélérée sous la dynastie théodosienne. On soupçonne encore que les deux vénérables sénateurs qui avaient renoncé à prendre le chemin d’une Curie désormais sans pouvoir ne devaient pas couler des jours trop amers dans les riches villégiatures de Baïes et de Pouzzoles…

  • 79 On les a entre autres rapprochées de l’ordo urbium nobilium d’Ausone : cf. Chastagnol, 1980, p. 58- (...)
  • 80 Voir notamment Johne, 1976, p. 156-176.
  • 81 Hadr. 13, 1-2 ; 6 ; 19, 1-2 ; 20, 4 ; M. Ant. 27, 1 ; Sept. Seu. 3, 7 ; Gallieni duo 11, 3-5 ; Aure (...)
  • 82 Hadr. 14, 1 ; M. Ant. 25, 8-12 ; Au. Cass. 7, 8 ; 11, 1 ; Sept. Seu. 9, 4 ; Caracalla 1, 7 ; Alexan (...)
  • 83 Hadr. 11, 1 ; M. Ant. 26, 3 ; Al. Seu. 28, 7 ; Trig. tyr. 22, 1-14 ; Quadr. tyr 3, 1.
  • 84 Max. d. 33, 1 ; Gord. tr. 11, 5.
  • 85 Cf. Max. d. 33, 1 ; Max. Balb. 11, 2 ; 16, 6.
  • 86 Gord. tr., 5, 5 ; 9, 4 ; 17, 2.
  • 87 Ibid., 9, 4.
  • 88 Cette anecdote mettant en scène Scipion Émilien est rapportée par Valère Maxime, IV, 1, 10 : cf. Ch (...)

21Mais c’est surtout le choix des villes à qui ont été envoyées les epistulae publicae qui a beaucoup intrigué79. Comme Byzance/ Constantinople, siège du second Sénat créé par Constantin, y brille par son absence et que certaines d’entre elles (Trèves, Antioche et Milan) avaient été à un moment ou à un autre depuis la fin du IIIe siècle résidences impériales, on en a déduit que cette liste de métropoles placées en-dessous de Rome était l’expression de la jalousie de l’antique capitale à l’égard de cités auxquelles étaient allées depuis la fin du IIIe siècle les préférences du prince80. Nous voudrions quant à nous faire remarquer que la plupart d’entre elles apparaissent à des degrés divers, dans l’imaginaire du biographe, comme des symboles d’indépendance par rapport au pouvoir impérial : Athènes, patrie de Platon et objet du respect de nombreux princes81, Trèves, ici décrite, pour des raisons qui nous échappent, comme ayant toujours été libre, Antioche82 et Alexandrie83, cités séditieuses par excellence dans l’Histoire Auguste, et surtout Carthage et Aquilée, que le biographe définit à plusieurs reprises comme toutes dévouées au Sénat84 parce que l’une permit l’usurpation de Gordien tandis que l’autre résista héroïquement à Maximin85. Carthage est en outre dans l’œuvre intimement liée à l’aura républicano-sénatoriale de Gordien, que l’auteur, à cause du surnom d’Africanus qui lui fut décerné, compare aux Scipions86 et fait même descendre de cette illustre famille87, ou encore à celle de Maxime et Balbin : Claudius Julianus, dans sa lettre de félicitations à ces derniers, n’affirmait-il pas qu’il souhaitait, comme jadis le vainqueur de Carthage, voir les dieux conserver la République dans son état actuel, car il ne pouvait y en avoir de meilleur88 ?

  • 89 Chastagnol, 1980, p. 59.
  • 90 Tacite, Histoires I, 40, 1, éd. et trad. P. Wuilleumier et H. Le Bonniec, Paris, les Belles Lettres (...)
  • 91 Tac. 15, 2.
  • 92 Ibid., Paschoud, 1996, p. 246 : postea tamen senatui reddat imperium et antiquis legibus uiuat, ips (...)
  • 93 Ibid., 15, 4, p. 246.
  • 94 La contio où l’usurpateur Clodius Albinus, autre enfant chéri du Sénat, développait lui aussi – ave (...)
  • 95 Cf. Prob. 11, 1-4, Paschoud, 2002, p. 27-28 : Oratio Probi prima ad senatum : ‘Recte atque ordine, (...)
  • 96 Cf. Ibid., Dans une autre lettre (Prob., 15, 1-6, Paschoud, 2002, p. 32-33), l’empereur, décrivant (...)
  • 97 Prob. 24, 2, Paschoud, 2002, p. 42 : sane quod praeterire non potui, cum imago Probi in Veronensi s (...)
  • 98 Traduction de Paschoud, 2002, p. 42.
  • 99 À propos des Gordiens, l’auteur (Gord. tr. 32, 4, Chastagnol, 1994, p. 740-741) déclare : Familiae (...)
  • 100 Max. Balb. 16, 1, Chastagnol, 1994, p. 772-773 : Domus Balbini etiam nunc Romae ostenditur in Carin (...)
  • 101 Si F. Paschoud, 1996, p. 305, est tenté de penser que celle-ci n’existe que dans l’imagination de l (...)
  • 102 Histoire 27, 11, éd. et trad. M.-A. Marié, CUF, 1984, p. 137-139.
  • 103 Cette notice constitue d’ailleurs un des arguments forts d’H. Dessau, 1889, p. 355, pour dater l’Hi (...)

22Et si l’on ajoute pour finir que l’idée des deux cités qui n’entrent dans aucune catégorie, Thessalonique et Corinthe, est peut-être venue à l’auteur, selon l’hypothèse d’A. Chastagnol89, à partir des célèbres Épîtres de saint Paul qu’il semble avoir connues, on comprend que l’auteur tourne ici en dérision les illusions de l’aristocratie sénatoriale qui, à la fin du IVe siècle, s’appuyait sur une vision partisane de certains moments singuliers de l’histoire du IIIe siècle pour réaffirmer la prééminence naturelle de leur ordre dans l’État. On se demande même si ses motivations ne sont pas plus mesquines : les mots qu’il emploie pour décrire l’expectative dans laquelle se trouve le vieux Gordien suspendu au iudicium du Sénat rappellent singulièrement la phrase par laquelle Tacite décrit l’ignorance et l’attente dans lesquelles se trouvait, peu avant d’être assassiné, un autre prince tout à la fois chéri du Sénat mais sans recours face à l’armée, le vieux Galba90. Quant à l’Auguste Tacite, le biographe rapporte à son propos une absurde prophétie millénariste émise par des haruspices : ceux-ci auraient prédit que dans mille ans naîtrait parmi les descendants de cet empereur un homme qui, après avoir imposé le joug de Rome à la terre entière91, « restituerait le pouvoir suprême (imperium) au Sénat et vivrait selon les antiques lois, devant lui-même atteindre cent vingt ans et mourir sans héritier »92. L’écrivain, qui a sans doute inventé de toutes pièces ce passage, ironise alors longuement sur la non magna urbanitas haruspicum93, qui renvoient à mille années l’accomplissement d’une fallacieuse prédiction et la réalisation d’une vaine espérance, l’empire du Sénat94. Un autre figure paradoxale de l’Histoire Auguste, Probus, l’empereur-soldat antimilitariste qui suspend lui aussi dans une lettre son élévation au iudicium du Sénat95 et décerne avec respect à ses membres les titres de principes mundi et de Vestra Clementia96, a lui aussi droit dans sa biographie à une prophétie des haruspices, qui auraient annoncé que les descendants de Probus brilleraient d’un grand éclat au Sénat et occuperaient les charges les plus élevées dans l’État97. Et l’auteur d’ajouter alors : « Jusqu’à aujourd’hui cependant, nous n’en avons vu aucun, mais il apparaît que ces descendants ont devant eux l’éternité, et non une limite fixée. »98 Il avait auparavant eu l’occasion d’évoquer les descendants encore vivants de son temps des Gordiens99 et de Balbin100. Si nous ignorons tout de la postérité au IVe siècle de ces derniers comme de celle de Tacite101, les héritiers de Probus nous sont en revanche bien connus : il s’agit de la famille chrétienne des Anicii-Probi, parmi lesquels Petronius Probus, objet des attaques d’Ammien Marcellin102, fut consul en 371, tandis que ses deux fils, Probinus et Olybrius, exercèrent conjointement la même magistrature en 395103. On comprend ici que le biographe, plus que de rêver à un utopique Empire du Sénat, attaque des personnalités sénatoriales en vue qui, se glorifiant d’un arbre généalogique qui comptait au moins un héros du Sénat, prétendaient peut-être par leur action personnelle redonner quelque lustre à l’Assemblée.

23Que pouvons-nous dire, pour finir, de l’intérêt historique du corpus de lettres proposées par l’Histoire Auguste ? Elles ne nous apportent guère d’éléments originaux sur la grande histoire des iie, iiie, et même ive siècles, car les allusions contemporaines qu’elles contiennent sont cryptées et soumises aux interprétations souvent divergentes des commentateurs. Mais elles nous en apprennent en revanche assez long sur une autre forme d’histoire, plus ténue, et qui d’ordinaire ne passe pas les siècles, celle d’un ordre – le Sénat – qui, tout en ayant au cours de l’Empire vu son rôle politique décliner inexorablement, continuait à dominer socialement et économiquement et, fort de son prestige intact, prétendait encore occuper une place qu’il avait définitivement perdue. L’humour perceptible dans certaines lettres insérées dans le récit des règnes de Gordien I, de Maxime et Balbin, de Tacite ou de Probus nous amène à soupçonner que le biographe y exalte moins une restauration momentanée des antiques pouvoirs de la Curie qu’il ne se moque de l’orgueil nobiliaire et des prétentions des descendants contemporains (réels ou prétendus) de ces princes.

Notes

1 Elles représentent un peu plus de la moitié des documents produits par le recueil.

2 À côté de quelques épîtres publiques et privées mises sous le nom de rois (Valeriani duo 1, 1-5 ; 3, 1-3), des armées romaines (Aurelianus 41, 1-2), du Sénat (Maximini duo 15, 5-9 ; Tacitus 18, 1-6), de particuliers en vue (Clodius Albinus 4, 6-7 ; Tac. 19, 1-5) ou d’administrateurs impériaux (Carus Carinus Numerianus 8, 5-7), le rédacteur principal du corpus est l’empereur, qu’il corresponde avec ses proches (Auidius Cassius 1, 6-2, 8 ; 9, 6-10, 10 ; 11, 2-7 ; 14, 1-8 ; Antoninus Diadumenus 7, 1-7 ; 8, 4-8 ; 9, 1 ; Max. d. 29, 2-4 ; Gordiani tres 14, 7-8 ; 24, 2-5 ; 25, 1-7 ; Aurel. 38, 2-4 ; Probus 4, 1-2 ; Quadrigae tyrannorum 8, 1-10 ; 12, 7), le Sénat (Hadrianus 6, 1-4 ; Auid. Cass. 12, 1-10 ; Clod. Alb. 12, 5-14 ; Opilius Macrinus 6, 2-9 ; Ant. Diad. 2, 7 ; Max. d. 13, 2 ; Gord. tr. 5, 1 ; 27, 4-8 ; Tyranni triginta 12, 16-18 ; 30, 4-11 ; Claudius 7, 1-5 ; Aurel. 20, 4-8 ; 31, 4 ; Tac. 9, 1-6 ; Prob. 7, 3-5 ; 11, 1-5 ; 13, 1 ; 15, 1-7 ; Car. Carin. Num. 5, 1-2 ; 6, 2-3), des magistrats (Maximus et Balbinus 17, 1-18, 2), des collaborateurs (Max. d. 29, 6 ; Auid. Cass. 5, 5-7 ; 5, 8, 11 ; Pescennius Niger 3, 9-12 ; 4, 1-4 ; Clod. Alb. 2, 2-5 ; 7, 2-6 ; 10, 4-8 ; 10, 10-12 ; 14, 4, 5 ; Gord. tr. 13, 2 ; Tyr. trig. 3, 9-11 ; 9, 6-9 ; 10, 10-12 ; 18, 5-10 ; Claud. 8, 4-9, 2 ; 14, 2-14 ; 15, 1-4 ; 16, 1-3 ; 17, 2-7 ; Aurel. 8, 2-4 ; 9, 2-7 ; 11, 1-9 ; 12, 1-4 ; 17, 24 ; 23, 4-5 ; 26, 2-5 ; 47, 2-4 ; Prob. 4, 3-5 ; 5, 5-8 ; 6, 2-4 ; Quadr. tyr. 15, 6-8 ; Car. Carin. Num. 4, 5-7) ou encore des rois (Aurel. 26, 7, 9 ; 27, 2-5 ; Prob. 17, 5). Nous citons toujours le texte et la traduction de l’Histoire Auguste d’après la CUF pour les biographies déjà parues : Paschoud F., Histoire Auguste. Vies d’Aurélien et de Tacite, Paris, CUF, 1996 ; Id., Histoire Auguste. Vies de Probus, Firmus, Saturnin, Proculus et Bonose, Carus, Carin et Numérien, Paris, CUF, 2002. Sinon, nous suivons André Chastagnol, Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles, Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1994. Dans les notes, les noms des empereurs ne sont donnés sous forme complète que dans la 1re occurrence.

3 Seules les acclamations sénatoriales sur lesquelles s’achève la biographie de Commode sont susceptibles d’être authentiques : lire notamment Chastagnol, 1994, p. CXX.

4 Aurel. 8, 1, Paschoud, 1996, p. 21 : Inueni nuper in Ulpia Bibliotheca inter linteos libros epistulam diui Valeriani de Aureliano scriptam. (« J’ai découvert récemment, dans la Bibliothèque Ulpienne, parmi les livres de lin, une lettre rédigée par le divin Valérien concernant l’empereur Aurélien. ») La bibliothèque Ulpienne et les Livres de Lin sont des sources de documentation particulièrement appréciées par l’Histoire Auguste. La célèbre Bibliothèque Ulpienne était à l’origine située sur le Forum de Trajan, mais les affirmations du recueil la concernant sont pour le moins suspectes. Les Livres de Lin, déjà évoqués par Tite-Live (Ab Vrbe condita IV, 7, 12, éd. J. Bayet et trad. G. Baillet, CUF, t. 4, 1954, p. 15) servaient à l’époque du biographe de support aux Livres Sibyllins ; mais, là encore, les données fournies par le biographe à propos de cette source ne sont que des élucubrations : cf. Paschoud, 1996, p. 67.

5 Ibid., 9, 1, éd. cit., p. 21 : Eiusdem Valeriani alia est epistula, quae laudes illius continet. Quam ego ex scriniis praefecturae urbanae protuli. (« Il existe une autre lettre du même Valérien qui renferme l’éloge d’Aurélien ; je l’ai personnellement tirée des archives de la préfecture de la Ville. »)

6 Ant. Diad. 9, 2. Le nom de cet historien sans doute inventé par l’auteur lui a vraisemblablement été inspiré par le souvenir d’un célèbre général contemporain d’Antonin : Chastagnol, 1994, p. CX.

7 Gord. tr. 14, 7.

8 En Aurel., 8, 1, éd. cit., p. 21, il précise par exemple comment il a choisi de citer une lettre de Valérien tirée des Livres de Lin : ad uerbum, ut decebat inserui. (« comme il convient, je la cite mot pour mot. »)

9 Clod. Alb. 14, 6.

10 Voir par exemple Tyr. trig. 18, 5, Chastagnol, 1994, p. 890-891 [début d’une lettre de Valérien] : Valerianus Ragonio Claro praefecto Illyrici et Galliarum (« Valérien à Ragonius Clarus, préfet d’Illyricum et des Gaules ») ; Claud. 14, 2, ibid., p. 946-947 : [introduction à une autre lettre de Valérien] Epistola Valeriani ad Zosimionem, procuratorem Syriae (« Lettre de Valérien à Zosimion, procurateur de Syrie ») ; Aurel. 8, 2, Paschoud, 1996, p. 21 : [début d’une autre lettre de Valérien] Valerianus Augustus Antonino Gallo consuli (« Valérien Auguste au consul Antoninus Gallus ») ; 9, 2, ibid., p. 21 : [Id.] Valerianus Augustus Ceionio Albino praefecto Vrbi (« Valérien Auguste à Ceionius Albinus, préfet de la Ville) ; 12, 1, ibid., p. 25 : [Id.] Valerianus Augustus Aelio Xifidio praefecto aerarii (« Valérien Auguste à Aelius Xifidius, préfet du trésor ») ; 26, 7, ibid., p. 38 : [début d’une lettre d’Aurélien] Aurelianus imperator Romani orbis et receptor Orientis Zenobiae ceterisque quos societas tenet bellica (« Aurélien, empereur du monde romain, redevenu maître de l’Orient, à Zénobie et à tous les autres membres de son alliance militaire ») ; 47, 2, ibid., p. 56 : [Id.] Aurelianus Augustus Flauio Arabiano praefecto annonae (« Aurélien Auguste à Flavius Arabianus, préfet de l’annone ») ; Car. Carin. Num. 4, 6, Paschoud, 2002, p. 308 : [début d’une lettre de Carus] Marcus Aurelius Carus, pro consule Ciliciae, Iunio legato suo (« Marcus Aurelius Carus, proconsul de Cilicie, à son légat Junius »), etc.

11 Sur la fides historica volontiers invoquée par l’auteur pour justifier ses citations, lire Burian, 1977, p. 285-298.

12 L’échange de lettres entre Marc Aurèle et Faustine, qui occupe plus de deux chapitres de la Vie d’Avidius Cassius (9, 7-11, 8) est par exemple destiné à prouver que l’épouse d’Avidius Cassius n’avait jamais été, contrairement à ce qu’avait insinué la malveillance contemporaine, complice du rebelle.

13 La copie de la lettre adressée par Septime Sévère au Sénat (Clod. Alb. 12, 6-12) après la répression de la révolte de Clodius Albinus sert ainsi à faire ressortir la haine que ce dernier aurait éprouvée à l’égard de l’ordre et la sévérité avec laquelle il sévit ensuite contre les partisans de ses compétiteurs, comme l’attestent l’introduction et le bilan de la citation ; cf. Clod. Alb. 12, 5, Chastagnol, 1994, p. 390-391 : Extat epistola Seueri, quae ostendit animum suum, missa ad senatum, cuius hoc exemplum est… (« Il existe une lettre adressée par Sévère au Sénat, qui montre bien son état d’esprit, et dont voici une copie… ») ; 12, 1, ibid., p. 392-393) : hinc apparet, quanta seueritate factionem uel Pescennianam uel Clodianam uindicauerit. (« On voit par là avec quelle dureté il sévit contre les partisans de Pescennius et de Clodius »). Voir par exemple encore Tyr. trig. 9, 6-9.

14 Auid. Cass. 5, 5-8 ; 5, 9-11 ; Pesc. Nig. 3, 12 ; 4, 1-3 ; 4, 4 ; Clod. Alb. 10, 6-8 ; 10, 10-12 ; 14, 4-5 ; Max. d. 29, 2-4 ; Gord. tr. 5, 3 ; 27, 5-8 ; Tyr. trig. 3, 9-11 ; 10, 10-12 ; 12, 16-18 ; 18, 11 ; 30, 5-11 ; Claud. 14, 2-14 ; 15, 1-4 ; 16, 1-3 ; Aurel. 8, 2-4 ; 9, 2-7 ; 11, 1-9 ; 12, 1-2 ; 17, 2-4 ; 23, 4-5 ; 26, 2-5 ; Prob. 4, 1-2 ; 4, 3-7 ; 5, 5-8 ; 6, 2-3 ; 7, 3-4 ; Car. Carin. Num. 2-3. Sur les epistulaeiudicia, voir Homo, 1926, 1, p. 191.

15 L’auteur compare même une fois (Prob. 6, 4-5 ; Paschoud, 2002, p. 22) la valeur des autorités qu’il cite : Non magnum fortassis iudicium Gallieni esse uideatur, principis mollioris, sed, quod negari non potest, ne dissolutus quidem quispiam se nisi in eius fidem tradit cuius sibi uirtutes aestimat profuturas. Sed esto, Gallieni epistula sequestretur, quid Aureliani iudicium ? (« Le témoignage de Gallien, prince très veule, pourrait peut-être sembler n’avoir guère de poids ; il est cependant incontestable que même un individu dépravé ne met sa confiance que dans quelqu’un dont il pense que les qualités lui seront utiles. Mais soit, éliminons la lettre de Gallien ; que dire du point de vue d’Aurélien ? »)

16 Voir Aurel. 17, 1, Paschoud, 1996, p. 29 : Extat epistula quam ego, ut soleo, fidei causa, immo ut alios annalium scriptores fecisse uideo, inserendam putaui. (« Il subsiste une lettre que, pour ma part, selon mon habitude, ou plutôt selon la pratique que je vois qu’ont suivie d’autres auteurs d’annales, j’ai jugé nécessaire de citer. »)

17 La démonstration en a été depuis longtemps faite ; même les quelques informations que L. Homo, 1926, 1, passim ; 1926, 2, p. 31, estimait pouvoir en tirer se sont à l’examen avérées dénuées de tout intérêt historique : sur ce point, lire par exemple la commode synthèse de Chastagnol, 1994, p. CXVIII-CXXI.

18 Comme l’a entre autres depuis plus d’un siècle établi l’étude de Czwalina, 1870.

19 Aurel. 2, 1-2.

20 Auid. Cass. 1, 6-2, 8 ; 5, 5-8 ; 5, 8-11 ; 10, 1-10 ; 11, 2-8 ; 9, 7 ; 9, 11-12 ; 12, 2-10 ; 14, 2-8 ; Pesc. Nig. 3, 9-12 ; 4, 1-3 ; 4, 4 ; Clod. Alb. 2, 2-5 ; 7, 3-6 ; 4, 6-7 ; 10, 6-8 ; 10, 10-12 ; 12, 6-12 ; 14, 4-5 ; Op. Macr. 7, 2-9 ; Ant. Diad. 7, 2-7 ; 8, 5-8 ; 9, 1.

21 Aurel. 30, 3.

22 Aurel. 27, 6, Paschoud, 1996, p. 39 : Hanc epistulam Nicomachus se transtulisse in Graecum ex lingua Syrorum dicit ab ipsa Zenobia dictatam. (« Cette lettre, Nicomaque déclare l’avoir traduite en grec de la langue syriaque telle que Zénobie l’a dictée en personne. »)

23 Cf. Marcus Antoninus 23, 7 ; 29, 5.

24 Cf. Auid. Cass. 9, 6-11, 7.

25 Les réminiscences cicéroniennes sont particulièrement nombreuses dans les lettres : voir den Hengst, 1990, p. 163-164.

26 Val. d. 1, 1-3, 3.

27 VI, 1-23.

28 Clod. Alb. 12, 5-12.

29 Ibid., 12, 12, Chastagnol, 1994, p. 392-393 : Maior fuit, dolor, quod illum pro litterato laudandum plerique duxistis, cum ille neniis quibusdam anilibus occupatus inter Milesias Punicas Apulei sui et ludicra litteraria consenesceret. (« J’ai été plus affligé encore de voir la plupart d’entre vous penser qu’il fallait louer ses talents littéraires, alors qu’il ne s’occupe que de sornettes pour grand-mères et vieillit au milieu des contes milésiens puniques de son cher Apulée et autres futilités littéraires. »)

30 Ant. Diad. 8, 5-8.

31 Ibid., 8, 3.

32 Ibid., 8, 7 (= Énéide. IV, 272-276).

33 L’expression est de Chausson, 2007, p. 258.

34 Gord. tr. 24, 1-25, 4.

35 Sur ce point, lire par exemple Chastagnol, 1994, p. CLXIII-CLXIV.

36 Clod. Alb. 14, 1-8.

37 Voir Chausson, 2007, p. 189-254.

38 Voir Johne, 1976, passim.

39 Auid. Cass. 12, 2-10 ; Clod. Alb. 12, 6-12 ; Op. Macr. 7, 2-9 ; Max. d. 13, 2 ; 15, 6-9 ; 16, 2 ; Gord. tr. 5, 3 ; 27, 5-8 ; Tyr. trig. 12, 16-18 ; 30, 5-11 ; Claud. 7, 2-5 ; Aurel. 20, 5-8 ; 31, 4 ; 41, 1-2 ; Tac. 18, 2-19, 5 ; Prob. 11, 1-4 ; 15, 1-7 ; Car. Carin. Num. 5, 2 ; 6, 2-3.

40 Auid. Cass. 12, 2-10.

41 Sur ce point, consulter par exemple Chastagnol, 1960, p. 120.

42 Cf. Aurel. 20, 8, Paschoud, 1996, p. 32. Sur les charges financières pesant sur l’aristocratie sénatoriale romaine à la fin du IVe siècle, lire Chastagnol, 1992, p. 276-307.

43 Cf. Auid. Cass. 12, 2-10 ; Clod. Alb. 12, 6-12 ; Op. Macr. 7, 2-9 ; Max. d. 13, 2 ; 16, 2 ; Gord. tr. 5, 3 ; 27, 5-8 ; Tyr. trig. 12, 16-18 ; 30, 5-11 ; Claud. 7, 2-5 ; Aurel. 20, 5-8 ; 31, 4 ; Prob. 11, 1-4 ; 15, 1-7 ; Car. Carin. Num. 5, 2 ; 6, 2-3. Il s’agit de discours que l’empereur devait normalement prononcer en personne devant les Patres, mais que, à partir du IIIe siècle, comme il n’était la plupart du temps pas à Rome, il mandait sous formes de lettres lues au Sénat par son questeur ou un consul : lire par exemple Chastagnol, 1960, p. 68-69. Il était plutôt exceptionnel que ce dernier magistrat lise les missives sénatoriales en séance, mais c’est un rôle que lui attribue volontiers l’Histoire Auguste : voir Max. d. 16, 1.

44 Cf. M. Ant. 14, 7.

45 Claud. 7, 2-5.

46 Septimius Seuerus 9, 1 et 3 ; Max. d. 12, 6 ; 13, 1 ; Prob. 15, 1-6.

47 Hadr. 6, 1 ; Op. Macr. 5, 9 et 6, 4.

48 Gord. tr. 5, 3 (Gordien est nommé proconsul d’Afrique) ; Aurel. 13, 4 (Valérien demande au Sénat de remettre le bâton d’ivoire et les faisceaux à un nouveau consul).

49 Op. Macr. 6, 6-7 ; Gord. tr. 27, 5-8 ; Tyr. trig. 12, 16-17 ; Car. Carin. Num. 6, 3.

50 Aurel. 31, 4.

51 Gord. tr. 5, 3.

52 Hadr. 6, 2 ; Op. Macr. 6, 5 ; Car., Carin. Num. 5, 2.

53 Sur la crise de 238 et la « révolution », ou la « réaction » sénatoriale dont elle fut marquée, consulter par exemple la synthèse de Loriot, 1975, p. 696-700 et 702-724 et, en dernier lieu, Haegemans, 2010.

54 Voir Haegemans, 2010, p. 138-139.

55 Ibid., p. 131-195.

56 Max. d. 8, 1, Chastagnol, 1994, p. 658-659 : Occiso Alexandro Maximinus primum e corpore militari et nondum senator sine decreto senatus Augustus ab exercitu appellatus est (« Après le meurtre d’Alexandre, Maximin fut acclamé Auguste par l’armée : c’était la première fois qu’on appelait ainsi au pouvoir un homme sorti du monde militaire et pas encore sénateur, sans même un décret du Sénat. »)

57 Max. d. 16, 2, Chastagnol, 1994, p. 666-669.

58 Selon Hérodien VII, 6, 3-4 (éd. C. R. Whittaker, Herodian. Books V-VIII, Cambridge [Ma]-London, Loeb Classical Library, Harvard University Press, 1970, p. 193), il s’attachait surtout à condamner la brutalité de Maximin et à promettre un gouvernement plus clément et qui réparerait les injustices commises.

59 On a beaucoup discuté à propos de ces iuuenes chargés de protéger l’Afrique : se reporter à l’utile mise au point de Haegemans, 2010, p. 136-138.

60 Max. Balb. 17, 2 et 8, Chastagnol, 1994, p. 772-775.

61 Car. Carin. Num. 2, 1-3, 1.

62 Aurel. 41, 1-2, Paschoud, 1996, p. 51.

63 Tac. 2, 3-6.

64 Ibid., 2, 1-2, Paschoud, 1996, p. 233 : quod rarum et difficile fuit, senatus populusque Romanus perpessus est ut imperatorem per sex menses, dum bonus quaeritur, res publica non haberet. Quae illa concordia militum, quanta populo quies, quam grauis senatus auctoritas fuit ! Nullus usquam tyrannus emersit, sub iudicio senatus et militum populique Romani totus orbis est temperatus ; non illi principem quemquam, ut recte facerent, non tribuniciam potestatem formidabant, sed – quod est in uita optimum – se timebant (« Situation rare et délicate, le Sénat et le peuple romains ont souffert que, pendant six mois, l’État fût privé d’empereur cependant qu’on recherchait un bon candidat. Quelle fut l’unanimité parmi les soldats, combien grand le calme dans le peuple, combien grave l’autorité du Sénat ! Aucun usurpateur ne surgit où que ce fût, le monde entier fut maintenu en harmonie sous l’autorité du Sénat, des soldats et du peuple romain ; ce n’était pas la crainte de quelque prince, pas celle de la puissance tribunicienne, qui les maintenait dans le droit chemin, mais – c’est la meilleure règle de vie ! – le fait qu’ils se redoutaient eux-mêmes. »)

65 Ibid., 3, 3-7.

66 Ibid., 3, 2-7, 4.

67 Ibid., 4, 1-4.

68 Cf. par exemple Ibid., 5, 1, Paschoud, 1996, p. 236 : [le Sénat à Tacite] Imperatorem te, non militem facimus. (« C’est empereur, non soldat, que nous te nommons. ») Voir Neri, 2002, p. 373-396.

69 Lire en particulier Syme, 1971, p. 238-240. D’autres hypothèses ont, il est vrai, été émises sur ses origines : cf. Christol, 1986, p. 183-184 ; Chastagnol, 1994, p. 1030-1031.

70 Tac. 12, 1, Paschoud, 1996, p. 243 : in antiquum redisse rem publicam ac senatum principes legere, immo ipsum senatum principem factum.

71 Ibid., 19, 1-5, ibid., p. 249-250.

72 Ibid., 18, 1-6, ibid., p. 248-249.

73 On retrouve cette vision idéale de l’Empire jusque chez Cassiodore : cf. Lepelley, 1996, p. 71-83.

74 Breuiarium 9, 2, 1, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, CUF, 1999, p. 115.

75 De Caesaribus 27 et 36, 1, éd. et trad. M. Festy, CUF, 1999, p. 33 et 38.

76 Sur cette Histoire Impériale disparue dont on postule l’existence essentiellement à partir des épitomateurs Aurelius Victor et Eutrope, lire Enmann, 1884, p. 337-501.

77 Voir Paschoud, 1996, p. 321.

78 Dictum sapenti sat est vient de Persa 79 : cf. den Hengst, 1991, p. 163.

79 On les a entre autres rapprochées de l’ordo urbium nobilium d’Ausone : cf. Chastagnol, 1980, p. 58-59 ; Paschoud, 1996, p. 318.

80 Voir notamment Johne, 1976, p. 156-176.

81 Hadr. 13, 1-2 ; 6 ; 19, 1-2 ; 20, 4 ; M. Ant. 27, 1 ; Sept. Seu. 3, 7 ; Gallieni duo 11, 3-5 ; Aurel. 3, 4 ; 39, 4.

82 Hadr. 14, 1 ; M. Ant. 25, 8-12 ; Au. Cass. 7, 8 ; 11, 1 ; Sept. Seu. 9, 4 ; Caracalla 1, 7 ; Alexander Seuerus 28, 7.

83 Hadr. 11, 1 ; M. Ant. 26, 3 ; Al. Seu. 28, 7 ; Trig. tyr. 22, 1-14 ; Quadr. tyr 3, 1.

84 Max. d. 33, 1 ; Gord. tr. 11, 5.

85 Cf. Max. d. 33, 1 ; Max. Balb. 11, 2 ; 16, 6.

86 Gord. tr., 5, 5 ; 9, 4 ; 17, 2.

87 Ibid., 9, 4.

88 Cette anecdote mettant en scène Scipion Émilien est rapportée par Valère Maxime, IV, 1, 10 : cf. Chastagnol, 1994, p. 774, n. 5.

89 Chastagnol, 1980, p. 59.

90 Tacite, Histoires I, 40, 1, éd. et trad. P. Wuilleumier et H. Le Bonniec, Paris, les Belles Lettres, 1987, p. 37 : agebatur huc illuc Galba uario turbae fluctuantis impulsu (« Galba était ballotté de-ci de-là, au gré des remous d’une foule houleuse). Dans la Vie des trois Gordiens 7, 1, Chastagnol, 1994, p. 710-711, l’auteur déplore d’ailleurs avec un certain humour la fin imméritée de Gordien : sed boni mores nihil ei profuerunt. Hac enim uita uenerabilis, cum Platone semper, cum Aristotele, cum Tullio, cum Vergilio ceterisque ueteribus agens alium quam merebatur exitum passus est. (« Mais ses vertus ne lui servirent en rien, car cette vie si respectable, passée toujours en compagnie de Platon, de Cicéron, de Virgile et de tous les autres sages d’autrefois, eut une fin différente de celle qu’il méritait. »)

91 Tac. 15, 2.

92 Ibid., Paschoud, 1996, p. 246 : postea tamen senatui reddat imperium et antiquis legibus uiuat, ipse uicturus annis centum uiginti et sine herede moriturus.

93 Ibid., 15, 4, p. 246.

94 La contio où l’usurpateur Clodius Albinus, autre enfant chéri du Sénat, développait lui aussi – avec il est vrai une connotation encore plus nettement républicaine – le thème de l’imperium du Sénat, chute de même (Clod. Alb. 13, 10, Chastagnol, 1994, p. 394-395) brutalement sur cette promesse du général à ses soldats : eritis enim ipsi senatores ! (« car vous aussi, vous serez sénateurs ! »)

95 Cf. Prob. 11, 1-4, Paschoud, 2002, p. 27-28 : Oratio Probi prima ad senatum : ‘Recte atque ordine, patres conscripti, proximo superiore anno factum est, ut uestra Clementia orbi terrarum principem daret, et quidem de uobis, qui et estis mundi principes, et semper fuistis, et in uestris posteris eritis. Atque utinam id etiam Florianus expectare uoluisset nec uelut hereditarium sibi uendicasset imperium, uel illum uel alium quempiam maiestas uestra fecisset. Nunc quoniam ille imperium adripuit, nobis a militibus delatum est nomen Augustum, uindicatum quin etiam in illum a prudentioribus militibus quod fuerat usurpatum, quaeso, ut de meis meritis <iudicetis>, facturus quidquid iusserit uestra Clementia.’ (« Premier message de Probus au Sénat : ‘Il était conforme aux règles et au bon ordre, Pères conscrits, que, l’an passé, Vos Clémences aient donné un prince à la terre, et qui plus est un prince choisi en votre sein, vous qui êtes les princes du monde, et l’avez toujours été et le serez dans vos descendants. Et si seulement Florien avait aussi voulu attendre votre choix, et n’avait pas revendiqué l’Empire comme un bien qui lui serait échu en héritage, Vos Majestés l’eussent désigné, lui ou bien un autre. Mais puisqu’en réalité il s’est emparé du pouvoir suprême, que le nom d’Auguste nous a été conféré par les soldats, que, bien plus, les soldats les plus avisés ont tiré vengeance de son usurpation, je vous prie de juger de mes mérites, et je ferai tout ce que Vos Clémences m’auront ordonné.’ »)

96 Cf. Ibid., Dans une autre lettre (Prob., 15, 1-6, Paschoud, 2002, p. 32-33), l’empereur, décrivant les succès remportés en Gaule, met littéralement à leurs pieds ses victoires, récompense du iudicium dont ils ont fait preuve en le désignant : ago diis immortalibus gratias, patres conscripti, quia uestra in me iudicia conprobarunt. Subacta est omnis qua tenditur late Germania, nouem reges gentium diuersarum ad meos pedes, immo ad uestros supplices stratique iacuerunt. Omnes iam barbari uobis arant, uobis iam seruiunt et contra interiores gentes militant. Supplicationes igitur uestro more decernite. Nam et quadringenta milia hostium caesa sunt, et sedecim milia armatorum nobis oblata, et septuaginta urbes nobilissimae a captiuitate hostium uindicatae et omnes penitus Galliae liberatae. Coronas quas mihi obtulerunt Galliae ciuitates aureas uestrae, patres conscripti, Clementiae dedicaui ; eas Ioui Optimo Maximo ceterisque dis deabusque immortalibus uestris manibus consecrate. Praeda omnis recepta est, capta etiam alia, et quidem maior quam fuerat ante direpta. Arantur Gallicana rura barbaris bubus, et iuga Germanica captiua praebent nostris colla cultoribus, pascuntur ad nostrorum alimoniam gentium pecora diuersarum, equinum pecus nostro iam fecundatur equitatui, frumento barbarico plena sunt horrea. Quid plura ? Illis sola relinquimus sola, nos eorum omnia possidemus. (« Je rends grâces aux dieux immortels, Pères conscrits, car ils ont confirmé votre jugement à mon égard. La Germanie dans toute sa vaste étendue a été soumise, neuf rois de divers peuples se sont jetés à mes pieds, ou plutôt aux vôtres, suppliants et prosternés. Désormais tous les Barbares labourent pour vous, désormais ils sont à votre service et luttent contre les tribus de l’intérieur. Décrétez donc des supplications selon votre coutume : en effet, d’une part quatre cent mille ennemis ont été taillés en pièces, d’autre part seize mille soldats nous ont été fournis ; en outre soixante-dix villes très renommées ont été délivrées de l’occupation ennemie, et enfin toutes les provinces de Gaule entièrement libérées. Les couronnes d’or que toutes les cités de Gaule sont venues m’offrir, je les ai dédiées, Pères conscrits, à Vos Clémences. Consacrez-les de vos mains à Jupiter Très Bon Très Grand et à tous les autres dieux et déesses immortels. Tout le butin a été repris, nous nous sommes aussi emparés de butin supplémentaire, et même en plus grande quantité que celui qui avait été auparavant emporté. Les campagnes de Gaule sont labourées par des bœufs barbares, et des jougs germains offrent de captives encolures à nos cultivateurs, le petit bétail de divers peuples paît pour nous nourrir, les juments de leurs troupeaux sont désormais saillies pour remonter notre cavalerie, les greniers sont pleins de blé barbare. Qu’ajouter ? Nous ne leur avons laissé que leur seul sol, nous sommes propriétaires de tous leurs biens. »)

97 Prob. 24, 2, Paschoud, 2002, p. 42 : sane quod praeterire non potui, cum imago Probi in Veronensi sita fulmine icta esset ita ut eius praetexta colores mutaret, haruspices responderunt huius familiae posteros tantae in senatu claritudinis fore ut omnes summis honoribus fungerentur. (« Il y a un détail que je n’aurais assurément pu passer sous silence : une statue de Probus dressée à Vérone ayant été frappée par la foudre de telle manière que sa prétexte changea de couleur, les haruspices répondirent que les descendants de cette famille jouiraient au Sénat d’une telle notoriété qu’ils assumeraient toutes les fonctions les plus élevées. »)

98 Traduction de Paschoud, 2002, p. 42.

99 À propos des Gordiens, l’auteur (Gord. tr. 32, 4, Chastagnol, 1994, p. 740-741) déclare : Familiae Gordiani hoc senatus decreuit, ut a tutelis atque a legationibus et a publicis necessitatibus, nisi si uellent, posteri eius semper uacarent. (« Le Sénat accorda à la famille de Gordien que ses descendants soient désormais toujours exemptés de la tutelle, des ambassades et des services publics, à moins qu’ils ne renoncent d’eux-mêmes à profiter de ce privilège. »)

100 Max. Balb. 16, 1, Chastagnol, 1994, p. 772-773 : Domus Balbini etiam nunc Romae ostenditur in Carinis, magna et potens et ab eius familia huc usque possessa. (« La maison de Balbin est encore visible de nos jours à Rome, vaste et cossue et toujours en possession de sa famille. »)

101 Si F. Paschoud, 1996, p. 305, est tenté de penser que celle-ci n’existe que dans l’imagination de l’auteur, W. Hartke, 1951, p. 276-277, n. 3, y voit une pique lancée à une grande famille des années 390 qui aurait prétendu compter dans ses ancêtres à la fois l’historien Tacite et l’empereur du même nom.

102 Histoire 27, 11, éd. et trad. M.-A. Marié, CUF, 1984, p. 137-139.

103 Cette notice constitue d’ailleurs un des arguments forts d’H. Dessau, 1889, p. 355, pour dater l’Histoire Auguste de l’extrême fin du IVe siècle. Voir également Syme, 1983, p. 165-166.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search