Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre II. Genre épistolaire et genre historique

Épître XXXI de Paulin de Nole et Chronique de Sulpice Sévère

Tiphaine Moreau

Texte intégral

  • 1 Seignobos, 1901, p 2-5.
  • 2 Rufin d’Aquilée vers 400 (Histoire Ecclésiastique X-XI), Socrate de Constantinople vers 439-443 (H (...)
  • 3 Borgehammar, 1991 ; Drijvers, 1992.
  • 4 Le premier à associer Hélène à la Croix est Ambroise de Milan dans le De Obitu Theodosii 40-45, pr (...)
  • 5 Sulpice Sévère, Chronique II, XXXIII-XXXIV, 1, trad G de Senneville-Grave, SC 441, 1999.

1Il n’y a jamais eu l’histoire, mais toujours des histoires, faites par des historiens, gouvernés consciemment ou non par leur vie, leur milieu ou leur temps. Charles Seignobos remarquait à cet égard : « Il n’y a donc pas de faits historiques par leur nature : il n’y a de faits historiques que par position1 ». Ainsi, s’interroger sur le sens de l’histoire dans les sources a posteriori apporte autant à l’histoire elle-même, comme connaissance de notre passé, qu’à l’épistémologie de l’histoire. Les sources épistolaires constituent un vaste corpus, dont l’intérêt est que, par sa nature, il apporte un regard différent sur le sens de l’histoire chez nos ancêtres. L’examen de l’épître XXXI de Paulin de Nole à Sulpice Sévère permet d’apporter une réflexion à la lumière d’un exemple précis. Vers 403, Paulin adresse une lettre à son ami, dans laquelle il développe longuement le récit de la découverte du gibet du Christ au ive siècle par l’impératrice Hélène, mère de Constantin. Raconter l’invention de la Vraie Croix semble de prime abord l’apanage des historiens ecclésiastiques2. Les Histoires Ecclésiastiques sont les sources les plus nombreuses, les plus riches, les plus à même de nous renseigner sur la découverte de la Vraie Croix, bien qu’appelant toutes à l’examen de la critique3. Or, la découverte de l’instrument de la Passion n’intéresse pas que l’histoire de l’Église. D’un point de vue chronologique, les premières sources qui nous sont parvenues ne sont pas des Histoires Ecclésiastiques4. L’épître de Paulin de Nole, écrite vers 403, est un support original. Elle se place dans un échange de lettres entre 395 et 404, transportées par l’intermédiaire du messager Victor (XXXI, 1). Or, la lettre appelle une réponse du locuteur à l’interlocuteur, sinon par écrit, du moins dans les actes. De Sévère, nous n’avons conservé aucun retour. Néanmoins, nous savons que Sévère a reçu la lettre de son ami, car il en a emprunté et reformulé les éléments historiques pour les intégrer à sa Chronique5. La réponse indirecte de Sévère à Paulin est donc la fécondation de la lettre, par la récupération de son contenu ; c’est-à-dire le passage de l’espace limité, singulier et subjectif de la lettre, à l’espace collectif, et au discours voulu neutre et efficace de la Chronique. Une confrontation des deux sources permet d’identifier un sens de l’histoire différent dans les deux cas.

L’utilisation de l’histoire, de la lettre à la chronique

L’invention de la Vraie Croix dans l’épître

2Sévère reprend dans un ordre rigoureux les informations de son ami. Une mise en parallèle des deux sources permet de constater la ressemblance des deux discours.

Paulinus Nolanus, Epistula XXXI

Sulpice Sévère, Chronique XXXIII-XXXV

3 _ Nam Hadrianus imperator existimans se fidem Christianam loci injuria peremturum, in loco passionis simulacrum Jovis consecravit ; et Bethlehem Adonitis fano profanata est : ut quasi radix et fundamentum Ecclesiae tolleretur, si in iis locis idola colerentur, in quibus Christus natus est ut pateretur, passus est ut resurgeret, surrexit ut regnaret judicatus ut judicaret.

XXXIII, 1 _ Namque tum Constantius rerum potiebatur, qui Primus omnium Romanorum principum christianus fuit. […] 2 _ Tum siquidem Hierosolyma, horrens ruinis, frequentissimis ac magnificentissimis ecclesiis adornata. Namque Helena, mater principis Constantini, quae Augusta cum filio conregnabat, cum Hierosolymam agnoscere concupisset, reperta ibi idola ac templa protriuit, mox usa regni uiribus basilicas in loco Dominicae passionis et resurrectionis et ascensionis constituit.

4 _ Mirum vero inter haec quod in basilica Ascensionis locus ille tantum de quo in nube susceptus ascendit, captivam in sua carne ducens captivitatem nostram, ita sacratus divinis vestigiis dicitur, ut numquam tegi marmore aut paviri receperit, semper excussis solo respuente, quae manus adornandi studio tentavit apponere. Itaque in toto basilicae spatio solus in sui cespitis specie virens permanet ; et impressam diviorum pedum venerationem calcati Deo pulveris perspicua simul et attigua venerantibus arena conservat, ut vere dici possit adoravimus ubi steterunt pedes ejus.

3 _ Illud mirum, quod locus ille, in quo postremum institerant diuina uestigia, cum in caelum Dominus nube sublatus, continuari pauimento cum reliqua stratorum parte non potuit. Siquidem quaecumque applicabantur, insolens humana suscipere terra respueret, excussis in ora apponentium saepe marmoribus. Quin etiam calcati Deo pulueris adeo perenne documentum est, ut uestiga impressa cernantur, et cum cotidie confluentium fides certatim Domino calcata diripiat, damnum tamen arena non sentiat, et eandem adhuc sui speciem, uelut impressis signata uestigiis, terra custodit.

_ Tum omnium una de loco testificationis confirmata, jussit illico, urgente sine dubio conceptae revelationis instinctu, in ipsum locum operam fossionis accingi ; parataque mox pariter et militari manu, brevi laborem istius molitionis hausit ; et contra spem omnium, sed secundum ipsius tantum reginae fidem, alta egestione reseratis terrae sinibus, abditae crucis arcana patuerunt.
_ Sed cum tres pariter cruces, ut quondam fixae Domino et latronibus steterant, repertae fuissent ; gratulatio repertatum coepit anxia dubitatione confundi, justo piorum metu, ne forsitan aut pro cruce Domini patibulum latronis abjiciendo violarent.

XXXIV, 1 _ […] Mox pretium fidei et laboris tres pariter cruces, sicut olim Domino ac latronibus duobus fixae fuerant, reperiuntur. 2 _ Hic vero maior dinoscendi patibuli, quo Dominus pependerat, difficultas omnius animos mentesque turbauerat, ne errore mortalium forsitan pro cruce Domini latronis patibulum consecrarent. Capiunt deinde consilium, ut aliquem recens mortuum crucibus admouerent.

  • 6 Fabre, 1949 ; Brochet, 1906, p 106-109.
  • 7 Therasia a épousé Paulin vers 389 : « Therasia », Prosoprography of the Later Roman Empire, t I, é (...)
  • 8 Mélanie l’ancienne (c 340-c 410) : ibid, « Melania 1 » ; p 592-593 Elle revient de Jérusalem à Rom (...)

3Les lettres de Paulin s’insèrent dans le cadre de « l’amitié chrétienne6 ». Cette amitié est d’essence particulière. Dans l’esprit de Paulin, elle est le fruit de la charité du Tout Puissant (III, 1). Dans une lettre, par exemple, Paulin développe sur la grâce de l’amitié qui le lie à Sévère (XI, 3-4). Celle-ci dépasse toutes les autres car Dieu lui a donné son agrément. Au total, nous avons conservé treize lettres de Paulin à Sévère. Le motif de l’épître XXXI est particulier. Il s’agit de l’envoi d’une relique pour la dédicace d’une basilique que Sévère a fait édifier à Primuliacum en Aquitaine (XXXI, 1). Paulin est un grand admirateur de Sévère pour sa vie en parfaite conformité avec les attentes du Seigneur (XI, 5-12). En outre, l’auteur d’une Vie de Saint Martin de Tours doit être saint lui-même. Pour cela, et même si Paulin désespère de revoir son ami un jour (XVII, 1), Sévère mérite de recevoir la Relique primordiale pour la consécration de sa basilique. Plutôt que la relique d’un saint, Paulin offre à Sévère un segment de la Vraie Croix. L’évêque de Nole a reçu la relique de son épouse Therasia7, qui la tient elle-même de Mélanie8, pèlerine de Jérusalem à qui l’évêque en a fait don (XXXI, 1). Force est de constater que le récit de l’invention se transmet par la Croix elle-même, c’est-à-dire en réseau et à partir de Jérusalem.

4L’envoi d’une parcelle de la Croix à Sévère fournit à Paulin une occasion de développer longuement les circonstances de la découverte de celle-ci (XXXI, 3-6). Nous la devons, écrit Paulin, à l’impératrice Hélène, mère de l’empereur Constantin, qui a fait détruire à Jérusalem les temples et les idoles sur les lieux de la Passion, de la Résurrection et de l’Ascension pour y faire édifier des basiliques. De plus, des fouilles sont organisées afin de découvrir le gibet du Christ dissimulé par la main des juifs. Trois croix sont trouvées dans le sol de Jérusalem. Or, seule la Vraie Croix mérite l’adoration. Pour la différencier des deux autres, qui sont celles des deux larrons, le Bois doit recevoir une probation par le miracle. Le cadavre d’un homme mort est mis en contact avec les trois croix. Sa résurrection permet d’identifier la Vraie Croix. Dans la troisième et dernière étape de la lettre de Paulin, la boucle se referme sur des exhortations (XXX1, 6). Il engage son ami à s’identifier à celui qu’il désigne comme le premier des chrétiens, c’est-à-dire le bon larron, qui a cru sans avoir vu ; c’est-à-dire le premier à avoir atteint le Royaume.

5La lettre XXXI, par sa composition, n’est pas étrangère à l’épistolaire de Paulin. Elle s’adresse à un ami, on y trouve des exhortations et un exposé clair sur la foi. Une large place est réservée aux sentiments et aux affects. Toutefois, il est permis de s’interroger sur l’intervention de l’histoire dans l’exposé de Paulin, car elle est la colonne, le point d’appui de son discours.

La lettre comme source pour l’histoire

  • 9 L’hypothèse d’un ajout postérieur des informations après 403 par Sévère lui-même est vraisemblable (...)
  • 10 Sulpice Sévère, Chronique, praef, I.
  • 11 A quo tempore (XXXIII, 1) ; Exinde (XXXIII, 2) ; Hoc temporum (XXXIII, 2) ; Hic vero (XXXIV, 2) ; (...)

6Sévère a jugé que cette histoire était digne d’intégrer sa Chronique. Il en reprend strictement les éléments (XXXIII-XXXIV, 1). D’ailleurs, il ne consulte pas d’autres sources pour nourrir le récit de l’invention. Même Eusèbe, que l’on sait être le plus consulté par Sévère, n’est pas cité ici ; d’abord parce qu’Eusèbe écarte le personnage d’Hélène de la Relique, y compris dans la Vita Constantini. Ainsi, l’intégralité des informations données par Sévère provient de l’épître XXXI de Paulin. De plus, l’ordre est sensiblement le même dans la narration. Mais la chronique adopte un style abrégé, résumé ; les phrases sont plus courtes, plus concises, épurées. Paulin, de son côté, se laisse aller à des emportements ou des digressions sur la Croix et sur la médiation à laquelle la Relique l’appelle (XXXI, 1-3). Le passage de l’épître à la chronique se fait donc par un filtre très étroit. La chronique étant un récit historique et chronologique, Sévère privilégie la donnée chronologique. Pour cela, il replace artificiellement le récit de l’invention dans le temps, c’est-à-dire immédiatement après avoir précisé que le monde était libéré des persécutions, et que cela se passe « sous un empereur chrétien » (II, XXXIII, 1). Rien n’est dit sur l’œuvre de Constantin, sa conversion ou sa politique religieuse, que Sévère introduit déjà le récit de la découverte. Il faut croire qu’il s’agit pour lui de l’événement fondamental du principat constantinien, ou qu’il a procédé à l’ajout des informations après avoir reçu la lettre de Paulin9. Sévère doit satisfaire les exigences de la chronique. En effet, dans sa préface il annonce ses engagements : « L’histoire rapportée par les Saintes Écritures depuis la création du monde, j’ai entrepris de la ressaisir de façon concise et en précisant la datation, d’en donner un récit abrégé jusqu’à nos jours. »10 L’exigence de la chronologie des faits est une préoccupation pour Sévère qui va être lu et qui doit être cru. D’où la multiplication des références temporelles ou locutions de temps, parfois sur de courts passages11.

  • 12 Ep XXXI, 4.
  • 13 Crux domini reperta (XXXIV, 1) ; Mox pretium fidei et laboris tres pariter cruces, reperiuntur (XX (...)
  • 14 Fabre, 1949, p 55 ; Pietri, 1963, p 17.

7Sévère reprend aussi un passage unique de Paulin, que l’on ne trouve pas par ailleurs. La lettre raconte que le lieu présumé de l’Ascension du Seigneur n’a jamais pu recevoir le pavement d’une basilique car le marbre en était constamment rejeté12. Sévère ajoute le terme documentum (II, XXXIII, 3) pour justifier l’authenticité du lieu, révélant ainsi ses préoccupations d’historien. La preuve ou la démonstration ne sont pas une préoccupation de Paulin. Sévère cherche en outre à adopter le ton de la neutralité, de l’objectivité. Il se dissimule derrière des tournures impersonnelles et passives et masque aussi de cette manière les imprécisions concernant les faits ou leur chronologie13. Paulin, au contraire, ne se dissimule pas ; le type d’énonciation est aux antipodes de celui de Sévère. Il laisse sa plume exprimer ses émotions : me miserum ! (XXXI, 4), dit-il face à l’erreur des impies durant les siècles passés. Paulin recourt aussi aux périphrases, il décline ses idées sur de très longues phrases, ne cherchant pas à enseigner, mais à éveiller son ami par des images comme celle de la crux in materia insensata (XXXI, 6). Cette croix de matière insensée, impalpable, correspond au signe que l’évêque applique sur le front des fidèles afin d’éviter que le bois de la Vraie Croix ne s’effrite par le contact des pèlerins. Paulin est un poète. Il connaît le domaine du sensible ; sa plume est active sur la foi. Pour autant, il n’est pas un théologien comme ont pu l’être ses contemporains, Augustin en particulier. Il ne s’engage ni dans les débats, ni dans l’histoire14. Si Paulin raconte l’histoire de l’invention de la Croix à son ami, c’est pour l’exhorter, l’engager dans une foi intangible, sans réserve. Il faudra que Sévère regarde la croix sans que sa foi soit étouffée par les yeux charnels qui la servent (XXXI, 1).

À quoi sert l’histoire ?

L’histoire pour la foi chez Paulin

  • 15 Trout, 1999, p 79-89 ; Conybeare, 2000, p 60.
  • 16 De Vogüé, 1997, p 168.
  • 17 Paulin de Nole, ep XXXI, 3 : « Mais parce que la foi semble le réclamer, je ne crois pas hors de p (...)

8Les lettres de Paulin sont habituellement centrées sur la vie chrétienne et l’amitié. L’origine et le but de ses lettres sont d’atteindre le Seigneur, si bien qu’on a pu dire qu’il vivait pour le Christ15. En quoi l’épître considérée serait-elle différente ? Il est patent que l’histoire devient ici un moyen, ou un support, pour parler du Christ et de la foi. D’ailleurs, dans l’épître XXVIII, Paulin affirme que l’histoire ne l’intéresse pas (XXVIII, 5). L’histoire est pour lui au service de la foi, non de la connaissance (XXXI, 3). Dans tous les cas, son discours vise à transmettre un message spirituel, même quand celui-ci ne s’adresse pas à des clercs16. Il est cependant nécessaire de connaître cette histoire pour prouver que la Relique est authentique : Sed quia idipsum fides videtur postulare, non alienum puto, quia cognitu dignum est, enarrare specialem post tempora passionis historiam revelatae et inventae crucis17. Paulin est conservateur de la mémoire. Il veut s’assurer que ses contemporains aient foi en l’authenticité de la Relique, comme ils doivent conserver la foi dans le Christ. C’est le souvenir de la Croix et de sa découverte qui font vivre le Christ. On comprend donc son désarroi au début de la lettre quand il évoque la mort du Seigneur (XXXI, 1-2). Les incrédules nient l’authenticité du bois comme ils ont nié le Christ. Paulin veut réparer cette erreur en fixant l’histoire dans la mémoire et par écrit. Ainsi, il participe à sa manière à la mémoire du sacré, qui se développe au ive siècle autour des reliques de saints et de lieux bibliques. Car le souci de Paulin est la fides (XXXI, 1 ; 2 ; 3 ; 5 ; 6). C’est le leitmotiv qui rythme son discours, représentant la confiance qui le lie à Sévère, autant que la foi à laquelle il invite son ami. De même, s’adressant à son ami Pammachius, Paulin le prie de ne pas perdre la foi devant la disparition d’un être cher. Sa lettre de consolation devient un prétexte pour soutenir la foi de son ami (XIII). Dans une autre lettre, destinée à Aper, il félicite son ami pour sa foi et le dirige vers la sagesse paulinienne (XXXVIII). Ainsi, l’histoire supporte un témoignage sur la vérité de la foi.

9L’histoire peut aussi avoir une valeur exemplaire. La Croix, comme le christianisme, a été dissimulée par la main des impies. Les juifs l’ont ensevelie, tandis que les païens ont édifié un temple sur le lieu de la Passion (XXXI, 3). Pendant des siècles, le christianisme a été persécuté comme la Croix qui permet d’atteindre le salut. Paulin propose une vision métaphorique de la Croix. Car c’est la foi d’Hélène qui a triomphé des juifs, qui voulaient dissimuler le bois salvateur. C’est encore la foi qui a triomphé des païens et de leurs temples construits sur les lieux sacrés. Et c’est enfin la foi qui permet le triomphe de la Croix. L’invention prend les apparences d’une métaphore avec Paulin. Ce qu’il suggère à Sévère de comprendre derrière le triomphe de la Croix, c’est le triomphe du christianisme lui-même. S’adressant par ailleurs à Aper, Paulin affirme que le prince des Ténèbres est chassé du cœur des hommes par la foi (XXXVIII, 4). L’épître devient didactique, elle se fait direction spirituelle. C’est pourquoi Paulin invite Sévère à s’identifier aux héros du christianisme, aux athlètes de la foi : le bon larron qui a cru en premier, les apôtres qui ont répandu l’Évangile, Hélène et Constantin qui ont permis le culte chrétien et celui de la Croix (XXXI, 4 ; 6). Paulin est lui-même continuateur de Paul, qu’il cite fréquemment (XXXI, 2 ; Paul, Rom. 8, 17). Comme ce dernier, il doit supporter d’être haï de tous et de proclamer sa foi (XXXVIII, 2-3).

10L’épître XXXI est étonnante à bien des égards. Jamais Paulin n’a développé de récit historique aussi long. Contrairement à ses lettres habituelles, il ne s’épanche pas sur l’amitié, ne prend pas de nouvelles et n’en donne pas. Sa lettre s’adresse à tous, dans un ton oratoire et un style plus large qu’à son habitude.

L’histoire dans l’histoire de Sévère

  • 18 Van Andel, 1976, p 7-26.

11Les lignes que Sévère écarte de sa Chronique sont justement celles qui concernent la foi et l’amitié. Elles n’ont pas leur place dans un récit historique. Rien n’est dit non plus sur le culte de la Croix, régulé et dirigé par l’évêque de Jérusalem, et dont parle longuement Paulin à la fin de l’épître (XXXI, 6). Pour Sévère, inutile de s’attarder sur le rite ; ce qui compte, c’est l’événement, l’histoire que doit connaître la postérité. La connaissance du passé répond objectivement à l’attente du futur et de la fin des temps. En effet, Sévère a largement consulté l’Ancien Testament pour la rédaction de sa chronique, faisant naître chez lui des préoccupations eschatologiques18. Sévère précise que l’invention de la Croix intervient dans une période de paix, avant que l’Antéchrist ne revienne persécuter le monde (II, XXXIII, 2). La narration de Sévère est inquiète et pessimiste malgré une apparente neutralité. Chez Paulin au contraire, le récit est empreint d’émotion dans la méditation mystique de la Croix.

12Un même récit historique prend donc un sens différent chez Paulin et Sévère. Le chroniqueur laisse comprendre que le monde doit s’attendre à la fin et que celle-ci annonce le temps du salut pour le peuple élu (I, VII, 1). La destruction du temple païen, au moment des fouilles pour retrouver la Croix, n’est pas sans rappeler la destruction du temple de Jérusalem et la victoire des martyrs (II, XXX). Sévère détourne le récit de Paulin pour éduquer ses lecteurs, qu’ils soient de confessions différentes, lettrés ou ignorants (praef., 2). Les impies, juifs et païens, sont dans l’erreur et le risque est de voir les chrétiens se détourner de leur croyance, alors que la fin du siècle approche : « En effet, des voix inspirées ont clairement annoncé que le monde devait endurer dix plaies : aussi comme il y en a déjà eu neuf, celle qui reste sera la dernière » (II, XXXIII, 2). Il apparaît que Sévère a compris le sens métaphorique de l’histoire pour Paulin. La Croix dans son triomphe représente celui du Christ, mais dans une préoccupation eschatologique chez Sévère. L’intersection de leurs discours n’est pas la simple reformulation des faits. Ils partagent tous deux le rejet des impies et l’exaltation de la vie chrétienne parfaite, de l’ascétisme. En outre, dans la chronique comme dans l’épître, le triomphe de la Croix est l’image de celui du Christ et du peuple élu. Mais Sévère va plus loin que son ami car il est, comme saint Paul trois siècles plus tôt, dans l’attente de la parousie.

13En somme, pour Sévère, les données fondamentales sont le temps et la preuve ; pour Paulin ce sont la foi et l’amitié. Malgré la forte similitude des propos, leurs raisonnements sont divergents. Sévère laisse comprendre que l’histoire de la Croix préfigure le retour du Christ et l’achèvement des impies. La lettre, par ailleurs, remplit une double fonction. Elle transmet un message bilatéral, dans un lien personnel, et elle fait connaître l’histoire au service d’un exposé de la foi. L’histoire est un faire-valoir des intentions de Paulin, qui s’éclairent pleinement au terme de sa lettre. Il s’agit de transmettre des préceptes, une morale et un raisonnement qui seront reçus dans le cadre bienveillant de l’amitié. La lettre incite, conseille, oblige, récompense aussi puisqu’elle éclaire sur le mystère de la Croix et en offre une parcelle. La condition préalable est que la foi de Sévère soit sans obstacle. Au total, Paulin semble dire à l’instar de Jésus : « Qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi » (Mat. 10, 38).

Notes

1 Seignobos, 1901, p 2-5.

2 Rufin d’Aquilée vers 400 (Histoire Ecclésiastique X-XI), Socrate de Constantinople vers 439-443 (Histoire Ecclésiastique I, 17), Sozomène autour de 443-444 (Histoire Ecclésiastique II, 1-2) et Théodoret de Cyr en 440 (Histoire Ecclésiastique I, 18) donnent le nom d’Hélène dans le récit de l’invention.

3 Borgehammar, 1991 ; Drijvers, 1992.

4 Le premier à associer Hélène à la Croix est Ambroise de Milan dans le De Obitu Theodosii 40-45, prononcé en 395 pour Théodose : CSEL 73, éd Faller, 1955.

5 Sulpice Sévère, Chronique II, XXXIII-XXXIV, 1, trad G de Senneville-Grave, SC 441, 1999.

6 Fabre, 1949 ; Brochet, 1906, p 106-109.

7 Therasia a épousé Paulin vers 389 : « Therasia », Prosoprography of the Later Roman Empire, t I, éd A H Jones, J R Martindale et J Moris, Cambridge, 1971, p 909.

8 Mélanie l’ancienne (c 340-c 410) : ibid, « Melania 1 » ; p 592-593 Elle revient de Jérusalem à Rome vers 400, à l’âge de 60 ans (Palladius, Histoire lausiaque 54 et Paulin de Nole, ep XXIX, 12-13, Patrologia Latina 61, col 161-363).

9 L’hypothèse d’un ajout postérieur des informations après 403 par Sévère lui-même est vraisemblable Le problème de la chronologie des faits l’incite à placer artificiellement la découverte après la conversion de Constantin et à tort avant le début de la crise arienne Ghislaine de Senneville-Grave, op cit, p 13, ne doute pas que ce fragment ait été rajouté au moment où Sévère rédige la dernière partie de sa chronique, soit vers 403.

10 Sulpice Sévère, Chronique, praef, I.

11 A quo tempore (XXXIII, 1) ; Exinde (XXXIII, 2) ; Hoc temporum (XXXIII, 2) ; Hic vero (XXXIV, 2) ; Mox (XXXIV, 1).

12 Ep XXXI, 4.

13 Crux domini reperta (XXXIV, 1) ; Mox pretium fidei et laboris tres pariter cruces, reperiuntur (XXXIV, 1).

14 Fabre, 1949, p 55 ; Pietri, 1963, p 17.

15 Trout, 1999, p 79-89 ; Conybeare, 2000, p 60.

16 De Vogüé, 1997, p 168.

17 Paulin de Nole, ep XXXI, 3 : « Mais parce que la foi semble le réclamer, je ne crois pas hors de propos, car la chose mérite d’être connue, de raconter d’un bout à l’autre l’histoire particulière de la découverte et de l’invention de la Croix après le temps de la Passion En effet si on l’ignore, il est aisé de comprendre la difficulté qu’il y a à admettre que ce bois est bien celui de la croix du Seigneur ».

18 Van Andel, 1976, p 7-26.

Auteur

Université de Brest

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search