Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre II. Genre épistolaire et genre historique

Lettre amicale, lettre officielle et histoire : les frontières génériques chez Fronton

Pascale Fleury

Texte intégral

  • 1 Une note liminaire : nous ne possédons que des fragments de la prose frontonienne en dehors de la (...)

1On le sait, la relation qu’entretient Fronton avec le passé est ambiguë : il recommande en tant que professeur de rhétorique un archaïsme lexical, ce qui tendrait à laisser croire que sa perspective sur le présent est négative et sa vision du passé laudative. En d’autres lieux, nous avons eu l’occasion de montrer qu’il fallait être plus nuancée dans notre lecture. On nous permettra ici de résumer les avancées faites, d’analyser ensuite un passage qui évoque la différence entre les lettres et l’écriture de l’histoire, et d’émettre une hypothèse sur les frontières génériques établies par Fronton entre la lettre quotidienne, la lettre officielle et l’histoire1.

La perspective frontonienne sur l’historiographie : un rappel

2Les analyses ont montré que le cloisonnement générique entre histoire et rhétorique chez Fronton est plus étanche que chez les autres rhéteurs et orateurs antérieurs et contemporains. En effet, il ne reprend pas la théorie cicéronienne de l’histoire comme champ subalterne de la rhétorique. Sa perspective sur l’histoire peut être décelée dans les passages du corpus où le professeur établit son canon d’auteurs à imiter. Pour illustrer notre propos, nous ne prendrons qu’un seul exemple, celui du De eloquentia I, qui est le plus révélateur :

  • 2 De eloquentia, I, 1, dans Fronton. Correspondance, éd. et trad. P. Fleury, Paris, Les Belles Lettr (...)

In poetis <aut>em quis ignorat, ut gracilis sit Lucilius, Albucius aridus, sublimis Lucretius, mediocris Pacuuius, inaequalis Accius, Ennius multiformis ?
Historiam quoque scripsere Sallustius structe, Pictor incondite, Claudius lepide, Antias inuenuste, Seisenna longinque, uerbis Cato multiiugis, Coeliussingulis.
Contionatur autem Cato infeste, Gracchus turbulente, Tullius gloriose ;
iam in iudiciis saeuit idem Cato, triumphat Cicero, tumultuatur Gracchus, Caluus rixatur.2

  • 3 Cf. Fleury, 2005.

3Le passage montre bien une division en trois catégories : la poésie, l’histoire et l’éloquence. L’histoire, prise en étau entre la rhétorique et la poésie, ne semble participer ni à l’une ni à l’autre : indépendante des deux autres modes, elle se tient en marge, dans un rôle ambigu, que Fronton ne se charge pas ici d’éclaircir. Nous sommes d’accord avec R. Poignault (2003) que l’approche de Fronton, dans les constructions de canons, comme c’est le cas ici, est essentiellement stylistique ; mais ces canons révèlent une distinction qui se concrétise dans les lettres à caractère historiographique, dans la façon dont Fronton traite différemment des thèmes abordés dans le reste de la correspondance. L’analyse de la manière frontonienne dans les trois lettres à contenu historique montre que l’auteur dévie de sa pratique normale et elle incite à statuer qu’il a une perspective différente sur l’historiographie et la rhétorique3.

4Ces lettres à contenu historique sont au nombre de trois et concernent toutes la guerre menée contre les Parthes par Verus : le De bello Parthico, adressé à Marc Aurèle, tente de consoler le prince de la première défaite romaine en Arménie (bataille d’Élégea en 161) ; les Principia historiae célèbrent la fin de la guerre et les exploits du général avant son retour en Italie, tandis que l’Ad Verum II, reprend le même sujet que les Principia historiae, mais s’adresse au coempereur lui-même.

  • 4 Principia historiae 20, éd. cit., n. 2, p. 339 ; Ad Verum II, 23, ibid., p. 215. Division assez co (...)
  • 5 Principia historiae 11 et 13, éd. cit., p. 333-335 ; Ad Verum II, 19-20, éd. cit., p. 213.
  • 6 Principia historiae 3, éd. cit., p. 327 ; Ad Verum II, 15-17, éd. cit., p. 207-213.
  • 7 Ad Verum II, 22, éd. cit., p. 215, mais également 2 (ibid. p. 203) et 8-12 (ibid., p. 203-207).
  • 8 La lettre évoque l’éloquence des lettres de Verus (§ 21, ibid., p. 339), mais seulement de façon a (...)
  • 9 Principia historiae 11, éd. cit., p. 331 : Lucio Parthis aut dilectu noui tirones sumendi fuerunt (...)
  • 10 Dans le corpus, les correspondants utilisent peu l’exemplum historique : Marc Aurèle et Verus valo (...)

5La comparaison entre les deux dernières lettres, Principia historiae et Ad Verum II, montre une différence d’approche selon que le professeur revêt le rôle de mémorialiste ou de maître de rhétorique. En effet, il existe visiblement, entre les Principia historiae et l’Ad Verum II, une parenté dans les sujets abordés, qui sont d’ailleurs des lieux communs fréquents tant dans l’historiographie que dans la littérature panégyrique : actions en temps de paix et en temps de guerre4, débauche des troupes5, nécessité de l’adéquation entre les paroles et les actes6. On remarque cependant que l’une, l’Ad Verum II, se concentre uniquement sur l’éloge de l’éloquence, indispensable à toutes les autres disciplines7, tandis que l’autre, les Principia historiae, insiste sur les qualités militaires de Verus, négligeant à toute fin pratique ses talents oratoires8. La rhétorique est à tel point oubliée dans les Principia historiae qu’Hadrien y est même critiqué pour son abondance de parole, qu’il a choisie, affirme Fronton, au détriment d’une action vigoureuse et de la discipline militaire9. Les mêmes sujets sont donc traités de manière différente selon qu’ils entrent dans un contexte d’éloge historique (Principia historiae) ou rhétorique (Ad Verum II), dans un contexte de lettre historiographique ou de lettre amicale. La différence de traitement se voit également dans le choix des exempla : en effet, les exemples historiques choisis dans les Principia historiae et dans le De bello Parthico leur sont particuliers ; partout ailleurs sous le calame de Fronton10, les exempla servent à montrer l’importance de la rhétorique dans la vie en société et dans l’exercice du pouvoir, alors que, dans les lettres à contenu historique, ils servent essentiellement à expliquer la grandeur de l’Empire romain.

  • 11 Par ex. Salluste, Catilina LI, 25, éd. et trad. A. Ernout, CUF, Paris, 1946, p. 106 ; Jugurtha I, (...)
  • 12 Cf. Fleury, 2002, et 2006a, p. 261-267.

6À l’appui de notre hypothèse, on peut également souligner la différence entre le traitement du concept de Fortune dans le De bello Parthico et dans la conception rhétorique de l’auteur : dans la lettre à contenu historique, la Fortune a tous les traits topiques de l’arétè historiographique11 ; elle est à l’origine de la grandeur de Rome, qu’elle a endurcie par ses aléas. Ailleurs dans les lettres de Fronton, la Fortune s’oppose à la Raison et elle est à l’origine de la rhétorique, qui elle-même s’oppose à la philosophie : c’est un calque de la hiérarchie stoïcienne du monde pour montrer la nécessité de la rhétorique dans la vie humaine12.

  • 13 Sur l’historiographie contemporaine, cf. Jannacone, 1961 ; Bowie, 1970 ; Zecchini, 1983. Sur l’uti (...)

7La teneur et la manière des lettres à caractère historique tendent à montrer que l’orateur développe une vision évolutive et positive de l’histoire, qui aboutit à une perception élogieuse du présent. Ainsi, la comparaison qu’il établit dans les Principia historiae entre Verus et Trajan, comparaison qui tourne à l’avantage de Lucius Verus, révèle une perspective historique qui ignore le concept de décadence, si présent chez les historiens latins, notamment chez Salluste, grand modèle de Fronton pour le lexique et la tournure. Il semble dès lors que Fronton développe deux attitudes par rapport au passé : lorsqu’il est question de lexique et de rhétorique, l’orateur déplore la corruption de l’époque contemporaine, admire l’antiquité des mots et la saveur ancienne de l’expression ; lorsqu’il est question d’histoire, l’auteur considère que les actions antiques ne sont pas meilleures que les actions contemporaines, que le présent vaut le passé, voire le supplante. Qu’est-ce qui peut bien expliquer ce changement de perspective ? Pour répondre à cette question, il est évident qu’il faut invoquer les conditions d’écriture de l’histoire sous l’Empire et la transformation des perspectives apportée par la Seconde Sophistique grecque13 ; il est également loisible d’expliquer ce changement par le rôle particulier que joue Fronton à la cour impériale, c’est-à-dire par son expérience politique ; mais il est également nécessaire d’invoquer ici la différence de genres et l’influence du cadre épistolaire.

La lettre de verus

8Pour mieux comprendre l’influence de l’épistolaire sur l’écriture de l’histoire chez Fronton, un passage, assez long, où l’auteur évoque les différences existant entre les deux genres, doit être cité in extenso :

  • 14 Ad Verum II, 15-16, éd. cit., p. 207-211 : « Il existe encore des lettres dans les deux langues, e (...)

Ex<s>tant epistulae utraque lingua partim ab ipsis ducibus conscriptae, partim a scriptoribus historiarum uel annalium compositae, ut illa Thucydidi nobilissima Niciae ducis epistula ex Sicilia missa ; item apud C. Sallustium ad Arsacen regem Mithridatis auxilium inplorantis litterae criminosae et Cn. Pompei ad senatum de stipendio litterae graues et Adherbalis apud Cirtam art<e o>bsessi inuidiosae litterae ; uerum omnes, uti res postulat, breues nec ullam rerum gestarum expeditionem continentes. In hunc autem modum, quo scripsisti tu, extant Catuli litterae, quibus res a se iac<turi>s a<tque d>amni<s> sane gestas, at lauro merendas ; ue<rum> turgent elate <p>rolata teneris prope <u>erbis. Historia tamen potius splendide perscribenda ; si ad senatum scriberetur, etiam caute. Pater Tullios iubilatus Consiliorum suarum si in formam epistulae contulisset (necessario breuius et expeditius et densius et, quod interdum res poscit, inornatius), scripsisset melius. Tuae litterae et eloquentes sunt ut oratoris, strenuae ut ducis, graues ut ad senatum, ut de re militari non redundantes. Nam neque inuitant ad memorata seria neque ad formularia Liuiana neque ad Titii Ausgonis pusillas et decoras <uoces>, sed ad illa destillata responsa, in quibus peritia breuitatis ad obscuritatem coartatis membris fuit etiam imperator […]14

  • 15 VII 11-15, trad. J. Romilly, Laffont, Paris, 1990, p. 554-556.
  • 16 Histoires IV, 67, éd. P. McGushin, Clarendon Press, Oxford, 1994, p. 47-51 ; II, 82, éd. P. McGush (...)
  • 17 Cf. van den Hout, 1949, p. 37-39 ; c’est peut-être la lettre à Nicias de Thucydide qui est visée p (...)

9Dans l’Ad Verum II, Fronton loue l’éloquence dont a fait preuve Verus en écrivant sa lettre au Sénat pour demander que l’on octroie à son frère le titre Armeniacus ; il va donc de soi que les comparaisons établies sont toujours faites à l’avantage de la prose du coempereur. On peut cependant remarquer qu’au début du passage les lettres issues d’ouvrages historiques (Thucydide et Salluste) sont rejetées comme modèles, puisqu’elles sont trop brèves, comme le demandaient les circonstances, uti res postulat. Or, la simple lecture des lettres présentes chez Thucydide15 et Salluste16, et mentionnées par Fronton, révèlent qu’elles ne sont pas à proprement parler brèves17. Cela conforte cependant notre hypothèse que Fronton est en train de définir un type particulier d’histoire et de lettre.

  • 18 Epistolographi Latini minores 1, 127, 1, éd. P. Cugusi, Turin, tome 1, Paravia, 1970, p. 114-115. (...)
  • 19 Splendidus semble le qualificatif le plus utilisé par Fronton pour parler du genre historique : cf (...)

10Comparée aux lettres présentes dans l’historiographie, celle de Verus est plus narrative et donc, en quelque sorte, plus historique. Le modèle le plus proche, selon Fronton, est l’œuvre épistolaire, historiographique et autobiographique de Catulus18, qui est comparée à l’histoire non-épisto laire, où l’on exige plus d’éclat (potius splendide19), et aux lettres officielles, qui demandent plus de prudence (caute). À l’autre extrême du spectre se situe l’œuvre autobiographique de Cicéron, s’il faut croire que celui-ci et son De consulatu suo se cachent derrière les Consilia du Pater Tullios ; dans ce cas, l’auteur aurait dû écrire sous forme de lettre son histoire pour qu’elle gagne en brièveté.

  • 20 Rhétorique à Herennius IV, 15, éd. G. Achard, CUF, Paris, 1989, p. 143.
  • 21 Institutions oratoires XII, 10, 73, éd. J. Cousin, CUF, t. 7, Paris, 1980, p. 134 : turgescere.
  • 22 Cicéron, De optimo genere, 10, éd. A. Yon, CUF, Paris, 1964, p. 113 ; Quintilien, Institutions ora (...)
  • 23 Brutus 274, éd. cit. (n. 18), p. 272.
  • 24 L’expression se trouve également chez Pétrone, Satiricon, 118, éd. A. Ernout, CUF, Paris, 1982, p. (...)

11Nous sommes donc devant une recherche d’équilibre, mais pour un type de lettres et un type d’historiographie particuliers : en effet, même si nous n’avons aucune idée de la forme réelle des œuvres de Verus, de Catulus et de Cicéron, les remarques de Fronton font penser que l’orateur prend ses modèles dans des lettres narratives avec des sujets autobiographiques et qu’il veut donner des conseils pour ce type particulier de littérature. Dans ce cas, dit-il, les lettres devraient être de la même nature que l’ouvrage de Catulus (ue<rum> turgent elate <p>rolata teneris prope <u>erbis). Que signifie exactement ce passage ? Dans un contexte rhétorique, turgere est peu utilisé, mais semble toujours négatif : c’est l’enflure d’un style trop élevé chez l’auteur de la Rhétorique à Herennius20 et chez Quintilien21 ; cependant, elate, aussi peu utilisé, est toujours positif22 ; dans tous les cas cependant, les deux termes sont utilisés pour parler du style élevé. Quant à tenera uerba, l’expression est encore une fois peu utilisée chez les théoriciens de la rhétorique et dans la littérature latine en général, mais une utilisation par Cicéron23 est notoire : elle sert à qualifier les périodes de Marcus Calidius, incarnation de la suauitas dans l’histoire cicéronienne des orateurs24. La description de la prose de Catulus chez Fronton est donc en essence positive, mais elle met l’accent sur la manière émotive de cet acte épistolaire, qui s’approche par son style élevé de la splendeur de l’histoire, tout en dépassant la narration sèche de la lettre officielle par un ajout de sentiments.

Une obscurité amicale ?

  • 25 La même chose pourrait être dite pour Titius Ausgon, si l’on croit que l’on peut modifier le texte (...)
  • 26 Démétrios, Du style 226 et 229, éd. cit., n. 17, p. 64 et 65 ; Julius Victor, De epistolis, 18-19, (...)

12Par ailleurs, la description que fait Fronton de la lettre de Verus et des réponses qu’elle inspire confirme l’hypothèse d’une recherche d’équilibre : la lettre de Verus est éloquente (eloquentes), énergique (strenuae), grave (graues), sans superflu (non redundantes) ; elle n’est ni trop sérieuse (ad memorata seria), ni trop ample (ad formularia Liuiana), ni trop travaillée (pusillas et decoras <uoces>) ; elle n’est pas brève, mais la formulation en est dense (ad illa destillata responsa, in quibus peritia breuitatis ad obscuritatem coartatis membris fuit…). On remarquera ici deux choses : d’une part, la lettre de Verus est comparée à l’œuvre livienne, ce qui confirme que, dans l’esprit de l’orateur, la lettre au Sénat était en quelque façon proche du genre historiographique25 ; d’autre part, les remarques de Fronton en viennent à une étrange valorisation de l’obscurité, généralement décriée par les théoriciens de la lettre26. À quoi peut correspondre l’obscurité de la lettre de Verus ?

  • 27 Sur la notion d’obscurité dans l’Antiquité, cf. Kustas, 1973, particulièrement p. 63-79.
  • 28 Topiques 130a 2 ; 139b 34, éd. J. Brunschwig, CUF, t. 2, Paris, 2007, p. 6 et 43 ; Rhétorique III, (...)
  • 29 Philodème, Art rhétorique, I, 156, c. 13 à I, 159 c. 17, trad. H. Hubbell, Connecticut Academy of (...)
  • 30 Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques VII, 24, 10-13 ; 33, 1, éd. G. Aujac, CUF, tome 4, Par (...)
  • 31 Ibid. VII, 50-51, éd. cit., p. 76.
  • 32 Ibid. VII, 24, 11, avait déjà souligné que l’étrangeté du style de Thucydide contribuait au pathét (...)
  • 33 Pseudo-Démétrios, Du style 100-101, éd. cit., n. 17, p. 32 ; 253-254, ibid, p. 71.

13L’obscurité « positive », pourrait-on dire, n’est pas étrangère à la théorisation rhétorique27. Chez Aristote, c’est une qualité du style essentiellement négative, qui est due à la verbosité et à l’excès, même s’il considère comme positive l’obscurité apparente des métaphores28. Philodème traite également de l’obscurité, qui peut être intentionnelle (la complication est voulue pour masquer le manque de connaissances) ou non (l’ignorance du sujet ou de la langue explique l’inintelligibilité du propos) : dans l’un et l’autre cas, elle est condamnée29. Denys d’Halicarnasse considère Thucydide comme le premier représentant du style obscur et le déplore30, mais remarque que, parfois, l’obscurité même garantit la postérité des œuvres31. Mais c’est sans doute chez les auteurs qui valorisent le pathétique que l’obscurité trouve son traitement le plus positif32. Ainsi, le Pseudo-Démétrios considère que l’obscurité peut contribuer à créer la terreur et à donner de la force au discours33.

14L’obscurité des lettres de Verus est créée par la brièveté et ne semble pas être associée à la véhémence ou à la terreur ; la véhémence et la haine des lettres de Pompée et d’Adherbal sont d’ailleurs refusées comme modèles pour la lettre de Verus. Nous aimerions émettre l’hypothèse que l’obscurité chez Fronton, comme chez ses devanciers, est un moyen de créer le pathos. Cette obscurité émotive serait en partie justifiée par le sujet de la lettre, la persuasion pudique d’un frère vainqueur sur un frère empereur, qui exigeait une certaine part de persuasion émotive, en partie demandée par la forme épistolaire de l’ouvrage de Verus.

15Pour Fronton, l’histoire autobiographique doit donc, comme nous l’avons vu, tenir le milieu entre la grande histoire et la prose utilitaire, et faire preuve de qualités plus émotives que narratives ; il est fort à parier que l’émotivité préconisée découle en grande partie du genre épistolaire. En effet, comme dans beaucoup de corpus épistolaires de l’Antiquité, les lettres de Fronton possèdent comme thème central l’amitié ; elles sont toutefois sans doute encore plus fortement habitées par des démonstrations d’émotions fortes, qui révèlent bien sûr un réel sentiment, mais qui se projettent bien souvent dans un jeu rhétorique, qui peut emplir l’ensemble de la lettre ; c’est le cas notamment dans l’Ad Marcum I, 3, où le professeur, charmé par une lettre amicale de Marc Aurèle, et voulant donner une réponse en adéquation, développe une méditation rhétorique sur la source de l’amitié. On pourrait également citer les échanges épistolaires entre Appien et Fronton, où un don d’esclaves de l’historien à l’orateur devient le prétexte d’une suasoire, dont le sujet est les devoirs de l’ami. Or, si nous observons les Principia historiae, la lettre la plus historique de notre corpus, nous nous rendons compte immédiatement du parti différent que prend l’orateur : le sentiment amical y est complètement absent, voire décrié dans une note marginale : « L’amant peut garder le silence en toute impunité et en toute liberté. Et d’ailleurs tous les autres mortels de nos jours mentent ; tandis que les mensonges des écrivains leur gagnent un blâme et un souvenir, tout aussi éternels ». La différence d’approche dans les lettres semble suggérer qu’il existe dans le corpus frontonien une réelle distinction entre les différents genres et que, même si tous ses écrits conservés se présentent sous la forme de lettre, tous n’ont pas et ne devraient pas avoir toutes les caractéristiques de l’épistolaire. Cette perspective expliquerait la différence faite par Fronton dans l’Ad Verum II, entre la lettre officielle, le genre historique et la lettre autobiographique de Verus, dont le professeur souligne l’obscurité, qui convient à la situation et à l’émotion.

Notes

1 Une note liminaire : nous ne possédons que des fragments de la prose frontonienne en dehors de la correspondance, d’où la difficulté de bien saisir les influences de la forme sur le fond, et d’où la prudence qui doit être la nôtre dans nos conclusions. Astarita (1997) a tenté de situer historiquement les fragments de discours qui nous sont parvenus, mais les données sont trop minces pour établir un réel portrait de la prose frontonienne en dehors du cadre épistolaire.

2 De eloquentia, I, 1, dans Fronton. Correspondance, éd. et trad. P. Fleury, Paris, Les Belles Lettres, coll. Fragments, 2006, p. 220-221 : « Mais qui ignore que chez les poètes Lucilius est sobre, Albucius simple, Lucrèce sublime, Pacuvius moyen, Accius inégal, Ennius varié ? / Que Salluste écrivit l’histoire d’une manière structurée, Pictor sans soin, Claudius agréablement, Antias sans grâce, Sisenna longuement, Caton en multipliant les termes, Coelius en les réduisant ? / Pour haranguer, Caton fit dans le sauvage, Gracchus dans le séditieux, Cicéron dans le glorieux ; / D’autre part, dans les procès, le même Caton enrage, Cicéron triomphe, Gracchus se soulève, Calvus querelle ».

3 Cf. Fleury, 2005.

4 Principia historiae 20, éd. cit., n. 2, p. 339 ; Ad Verum II, 23, ibid., p. 215. Division assez courante dans l’ensemble du corpus panégyrique, par exemple Pline, Panégyrique 32-33, éd. M. Dury, CUF, Paris, 1959, p. 122-124 ; Ælius Aristide, Panathénaïque 75 et 349, trad. A. Behr, Brill, tome 1, Leiden, 1986, p. 20 et 70.

5 Principia historiae 11 et 13, éd. cit., p. 333-335 ; Ad Verum II, 19-20, éd. cit., p. 213.

6 Principia historiae 3, éd. cit., p. 327 ; Ad Verum II, 15-17, éd. cit., p. 207-213.

7 Ad Verum II, 22, éd. cit., p. 215, mais également 2 (ibid. p. 203) et 8-12 (ibid., p. 203-207).

8 La lettre évoque l’éloquence des lettres de Verus (§ 21, ibid., p. 339), mais seulement de façon allusive.

9 Principia historiae 11, éd. cit., p. 331 : Lucio Parthis aut dilectu noui tirones sumendi fuerunt aut fracti aspera legitima militia tenendi militibus tristi et molli militia corruptis. Namque post imperatorem Traianum disciplina propemodum expertes erant Hadriano principe circumeundis et facunde appellandis exercitibus satis inpigro, sed summa fugiente bellorum […] Exercitus in Asia se pro scutis atque gladiis salibus sub pellibus delectare : « Pour la guerre parthique, puisque les soldats étaient corrompus par un service morne et mou, Lucius devait soit choisir de nouvelles recrues en levant des troupes, soit retenir des hommes que l’âpreté du service régulier avait brisés. Car, après l’empereur Trajan, ils furent à peu près privés de discipline : le prince Hadrien fut assez actif pour visiter les troupes et s’adresser à elles avec faconde, mais fuyait par tous les moyens les guerres […] L’armée en Asie se réjouissait sous les tentes de ses saillies au lieu de se réjouir du bouclier et du glaive. »

10 Dans le corpus, les correspondants utilisent peu l’exemplum historique : Marc Aurèle et Verus valorisent plutôt les allusions mythologiques. Sur l’utilisation des différentes formes d’arguments figurés dans le corpus, cf. Fleury, 2006b.

11 Par ex. Salluste, Catilina LI, 25, éd. et trad. A. Ernout, CUF, Paris, 1946, p. 106 ; Jugurtha I, 3-4, éd. cit., p. 130 ; Appien, Bellum ciuile II, 14, 97, trad. H. White, Loeb, t. 3, Cambrdige, 1958, p. 406. D’ailleurs, Appien, historien particulièrement proche de Fronton, explique de la même manière la grandeur de l’Empire romain par sa capacité à trouver l’équilibre entre vertu et fortune. Cf. Appien, Histoire romaine 11, trad. H. White, Loeb, Cambridge, 1958, p. 17. Pour la proximité de Fronton et d’Appien, cf. Additamentum epistularum 4 et 5 (trad. cit., p. 381 sqq.).

12 Cf. Fleury, 2002, et 2006a, p. 261-267.

13 Sur l’historiographie contemporaine, cf. Jannacone, 1961 ; Bowie, 1970 ; Zecchini, 1983. Sur l’utilisation des figures historiques dans la déclamation, cf., entre autres, Swain, 1996, p. 92-96 ; Whitmarsh, 2005, p. 66-70 ; Webb, 2006. Cf. aussi notre résumé : Fleury, 2010.

14 Ad Verum II, 15-16, éd. cit., p. 207-211 : « Il existe encore des lettres dans les deux langues, en partie rédigées par des généraux, en partie composées par des historiens ou des annalistes, comme chez Thucydide, la très célèbre lettre envoyée de Sicile par le général Nicias ; de même chez Salluste, la lettre accusatrice de Mithridate implorant l’aide du roi Arsace, la lettre véhémente de Cn. Pompée adressée au Sénat à propos de la solde et la lettre haineuse d’Adherbal, assiégé à Cirta ; mais vraiment elles sont toutes brèves, comme le voulaient les circonstances, et sans aucune présentation des faits. Mais pour ta manière d’écrire, existe la lettre de Catulus, par laquelle il présenta les actions qu’il avait réellement accomplies, avec ses échecs et ses torts, mais dignes du laurier ; à dire vrai tout cela s’enfle, présenté noblement, dans des mots presque tendres. Cependant l’histoire devrait plutôt être écrite avec éclat, et, si l’on écrit au Sénat, avec de la prudence aussi. Le vénérable Tullios, s’il avait transféré sous forme de lettres le vacarme de ses Délibérations, aurait mieux écrit (nécessairement avec plus de concision, plus d’émondage, plus de densité et, comme l’imposent parfois les circonstances, avec moins d’ornementation). Ta lettre est à la fois éloquente comme celle d’un orateur, énergique comme celle d’un chef, grave comme celle qu’on adresse au Sénat et sans superflu comme celle qui traite des affaires militaires. Car elle n’invite ni aux rappels sérieux, ni aux formulations liviennes, ni aux minuscules sentences ornées de Titius Ausgon, mais à des réponses distillées dans lesquelles, avec ses membres de phrases condensés jusqu’à l’obscurité par la science de la brièveté, même un empereur fut […] ».

15 VII 11-15, trad. J. Romilly, Laffont, Paris, 1990, p. 554-556.

16 Histoires IV, 67, éd. P. McGushin, Clarendon Press, Oxford, 1994, p. 47-51 ; II, 82, éd. P. McGushin, Clarendon Press, Oxford, 1992, p. 58-60 ; Jugurtha XXIV, éd. cit., p. 159-160.

17 Cf. van den Hout, 1949, p. 37-39 ; c’est peut-être la lettre à Nicias de Thucydide qui est visée par le Pseudo-Démétrios, Du style 228, éd. P. Chiron, CUF, Paris, 1993, p. 64, qui critique la longueur des lettres de l’historien. Les lettres citées par Fronton ont toutes en commun d’être des demandes d’aide d’un général en campagne ou d’un allié assiégé. Or, ce sujet n’est pas évoqué par Fronton dans le cas de Verus : seule la demande d’honneurs est présente dans l’Ad Verum II.

18 Epistolographi Latini minores 1, 127, 1, éd. P. Cugusi, Turin, tome 1, Paravia, 1970, p. 114-115. On sait que Q. Lutatius Catulus, consul en 102 av. J.-C., écrivit une histoire de ses campagnes germaniques, mais nous ne possédons pas d’autres mentions d’une lettre. L’hypothèse la plus commune veut que celle mentionnée par Fronton soit sa missive au Sénat alors qu’il était toujours en campagne. Jordan, 1872, soutenait, à juste titre semble-t-il, que la lettre de Catulus ne faisait qu’un avec l’œuvre historique que Catulus avait composée sur son consulat ; cette hypothèse est contestée par Peter, 1914, p. CCLXIV-CCLXV, et par Bardon, 1950, p. 151, mais suivie par Brock, 1911, p. 75 et Portalupi, 1980, p. 22 n. 50. Le témoignage le plus consistant sur Catulus se trouve chez Cicéron. En effet, en plus de jouer un rôle important dans le De oratore, Catulus fait partie de la revue des orateurs dans le Brutus : multae litterae, summa non uitae solum atque naturae, sed orationis etiam comitas, incorrupta quaedam Latini sermonis integritas, quae perspici cum ex orationibus eius potest, tum facillime ex eo libro, quem de consulatu et de rebus gestis suis conscriptum molli et Xenophontio genere sermonis misit ad A. Furium poetam, familiarem suum (Brutus 132, éd. J. Martha, CUF, Paris, 1931, p. 46-47 : « Il avait beaucoup de lettres, une douceur non seulement dans sa vie et son caractère, mais aussi dans ses discours, une sorte de correction pure de la langue latine, qu’on peut observer aussi facilement dans ses discours que dans son livre Sur son consulat et ses actions, écrit dans le style doux de Xénophon, livre qu’il envoya au poète A. Furius, son familier »). Comme on le voit, la mention de l’ouvrage de Catulus chez Cicéron ne s’oppose pas à une œuvre historique sous forme épistolaire ou, à tout le moins, à une dédicace du Liber de consulatu et de rebus gestis suis au poète Furius sous forme de lettre (misit ad Furium).

19 Splendidus semble le qualificatif le plus utilisé par Fronton pour parler du genre historique : cf. Fleury, 2006a, p. 189-191.

20 Rhétorique à Herennius IV, 15, éd. G. Achard, CUF, Paris, 1989, p. 143.

21 Institutions oratoires XII, 10, 73, éd. J. Cousin, CUF, t. 7, Paris, 1980, p. 134 : turgescere.

22 Cicéron, De optimo genere, 10, éd. A. Yon, CUF, Paris, 1964, p. 113 ; Quintilien, Institutions oratoire I, 10, 24, éd. J. Cousin, CUF, t. 1, Paris, 1975, p. 137.

23 Brutus 274, éd. cit. (n. 18), p. 272.

24 L’expression se trouve également chez Pétrone, Satiricon, 118, éd. A. Ernout, CUF, Paris, 1982, p. 133, mais pour parler de poésie.

25 La même chose pourrait être dite pour Titius Ausgon, si l’on croit que l’on peut modifier le texte par Asinius Pollion, mais rien n’est moins sûr. Sur les différentes hypothèses et conjectures à propos de ce Titius Ausgon, cf. van den Hout, 2009, p. 300.

26 Démétrios, Du style 226 et 229, éd. cit., n. 17, p. 64 et 65 ; Julius Victor, De epistolis, 18-19, éd. R. Giomini, Teubner, Leipzig, 1980, p. 105. Dans le corpus frontonien lui-même, l’obscurité est l’un des reproches de Fronton aux dialecticiens : « Ainsi tu verras que les rhéteurs sont méprisés et sans honneurs, tandis que les dialecticiens sont respectés et honorés de toutes les charges, parce que dans leurs raisonnements réside toujours quelque obscurité et complication (quod in eorum rationibus semper obscuri aliquid et tortuosi sit), et de là vient que le disciple s’accroche toujours aux paroles du maître et devient son esclave ; enchaîné, il est maintenu par des entraves perpétuelles » (De eloquentia IV, 10, trad. cit., p. 245). Fronton critique également un édit de Marc Aurèle pour ses circonvolutions inadaptées au langage officiel (De orationibus 13, trad. cit., p. 259).

27 Sur la notion d’obscurité dans l’Antiquité, cf. Kustas, 1973, particulièrement p. 63-79.

28 Topiques 130a 2 ; 139b 34, éd. J. Brunschwig, CUF, t. 2, Paris, 2007, p. 6 et 43 ; Rhétorique III, 1406a 33, trad. P. Chiron, Flammarion, Paris, p. 441.

29 Philodème, Art rhétorique, I, 156, c. 13 à I, 159 c. 17, trad. H. Hubbell, Connecticut Academy of Arts and Sciences, New Haven, 1920, p. 296-297.

30 Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques VII, 24, 10-13 ; 33, 1, éd. G. Aujac, CUF, tome 4, Paris, 1991, p. 76-77, p. 91 et passim.

31 Ibid. VII, 50-51, éd. cit., p. 76.

32 Ibid. VII, 24, 11, avait déjà souligné que l’étrangeté du style de Thucydide contribuait au pathétique du récit, mais refusait la brièveté allant jusqu’à l’obscurité (ibid. VII, 24, 10).

33 Pseudo-Démétrios, Du style 100-101, éd. cit., n. 17, p. 32 ; 253-254, ibid, p. 71.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search