Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre II. Genre épistolaire et genre historique

De l’actualité à l’histoire : Cornélius Népos et la correspondance de Cicéron

Jacques-Emmanuel Bernard

Texte intégral

  • 1 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 16, 3, éd. A.-M. Guillemin, CUF, 1923, p. 163.

1Sur la valeur historique que les Anciens pouvaient accorder aux lettres de leurs contemporains, au-delà de leur nature strictement circonstancielle, Cornélius Népos (100 av. J.-C. ? 14 av. J.-C.) offre un témoignage capital. Contemporain de Cicéron et d’Atticus, dont il fut l’ami et le biographe, auteur d’une œuvre abondante qui épousait différents genres de l’historiographie (chroniques, biographies, livres d’exempla), Cornélius Népos put lire dans les archives privées d’Atticus les seize livres de lettres écrites par Cicéron depuis son consulat jusqu’à la fin et adressées à Atticus, lettres qui témoignent, dit-il, de l’union intime et affectueuse entre les deux hommes, supérieure même à celle que l’orateur eut pour son propre frère1. Dans une démarche où l’on voit clairement comment la lettre cesse d’être un texte privé pour devenir un document d’histoire, il écrit :

  • 2 Ibid., 16, 3-4, p. 164 : Quae qui legat, non multum desideret historiam contextam eorum temporum. S (...)

En les lisant, on n’éprouve plus un besoin très vif d’une histoire suivie de ces temps passés (historiam contextam eorum temporum). Car on y trouve sur les rivalités des grands, les fautes des chefs, les révolutions de l’Etat, des détails complets (omnia perscripta sunt) qui ne laissent rien dans l’ombre et on en vient à se dire que la prévoyance peut être une véritable divination. En effet Cicéron, outre qu’il a prédit des événements survenus de son vivant, a encore rendu sur ceux qui se réalisent actuellement des oracles dignes d’un prophète2.

2Cette analyse des lettres, bien connue, est d’autant plus intéressante qu’elle émane d’un homme qui recourt à la documentation épistolaire dans ses propres ouvrages, y compris quand il parle de ses contemporains. Mais la valeur historique des lettres cicéroniennes, pour ne rien dire de leur caractère prophétique, vrai ou supposé, ne va pourtant pas sans difficulté, car elles n’en demeurent pas moins des textes de circonstance, rédigés au fil d’une actualité politique mouvementée, dans le flot de l’action, dont la publication devait nécessairement donner lieu à des controverses sur le passé, en particulier à propos de Pompée et des Républicains. La difficulté du jugement de Cornélius Népos, comme nous le verrons, vient surtout du rapprochement qu’il opère entre la correspondance, marquée par la discontinuité, aussi bien temporelle que formelle, et la notion d’historia contexta, au cœur de son analyse.

La correspondance de Cicéron : histoire, rhétorique et prophétie

  • 3 Narducci E., 1983, p. 19-21.
  • 4 Geiger J., 1985, p. 264. Voir Von Albrecht M., 1997, p. 477 : « No doubt, Nepos was the first to re (...)

3Le jugement de Cornélius Népos, dans la Vie d’Atticus publiée entre 35 et 33 av. J.-C., est la plus ancienne mention des Lettres à Atticus3. Il est souvent cité dans les manuels de littérature parce qu’il représente le premier et le plus clair témoignage sur la valeur historique de la Correspondance cicéronienne4. De surcroît, c’est dans l’une des rares lettres où il est question de Cornélius Népos que Cicéron a évoqué la possibilité d’une publication de sa Correspondance :

  • 5 Vie d’Atticus 16, 5, 5 (9 juillet 44), dans Cicéron, Correspondance, éd. L. A. Constans et alii, CU (...)

J’attends la lettre de Népos. Il est si impatient d’avoir mes œuvres, alors que celles dont je suis le plus fier ne méritent pas, à ses yeux, d’être lues ? […] Il n’existe pas de recueil de mes lettres ; Tiron en détient environ soixante-dix, et il y en a certaines à t’emprunter. Il me faut les examiner de près, les corriger ; alors seulement elles seront publiées.5

  • 6 Voir en dernier lieu Beard M., 2002, p. 103-144.
  • 7 Ross Taylor L., 1964, p. 678-681.

4Dans ce passage, Cicéron fait sans doute référence à une discussion qu’ils ont eue sur la valeur de leurs ouvrages respectifs. Népos devait se montrer peu intéressé par les ouvrages philosophiques de Cicéron et l’on sait par ailleurs qu’il regrettait que l’Arpinate ne se fût pas adonné à l’histoire, où il eût excellé. Sans reprendre la question complexe de la publication des lettres de Cicéron, qui a fait couler beaucoup d’encre, on peut rappeler que, parmi les éditeurs possibles des lettres à Atticus, figure Népos, au côté de Tiron et d’Atticus lui-même6. L’historienne Lily Ross Taylor suggérait de corriger cupidus meorum (« avide de mes ouvrages ») en cupidus mearum (« avide de mes lettres »), confortant ainsi sa thèse que le biographe fût aussi l’éditeur des lettres7. Quoi qu’il en soit, le passage atteste l’intérêt que pouvaient prendre Cornélius Népos et ses contemporains à la lecture des lettres, du vivant de Cicéron.

  • 8 Geiger J., 1985 (2), p. 95 ; Stem R., 2005, p. 115.
  • 9 Geiger J., ibid., p. 108-110 ; Stem R., 2005, p. 129.
  • 10 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 20, 1, p. 166.
  • 11 Fragmenta 1 et 2, dans Cornélius Népos, Œuvres, 1970, Paris, p. 169-171.
  • 12 Suétone, Vie de César 55, dans Suétone, Vies des douze Césars, éd. H. Ailloud, CUF, 1931, p. 39.

5Cornélius Népos fut le premier, à Rome, à écrire sur ses contemporains8. On sait qu’outre la biographie d’Atticus, il écrivit celles de Lucullus et de Cicéron qui n’ont pas été conservées. Pour écrire ses Vies, il a eu recours à ses souvenirs, aux ouvrages historiques de son temps, comme l’histoire du consulat de Cicéron par Atticus, aux discours, mais aussi aux lettres, dont l’utilisation est attestée dans la Vie d’Atticus9. Ainsi, pour évoquer l’amitié entre Atticus et Octave, il se fonde sur les lettres qu’ils ont échangées : lors de ses absences de Rome, Octave écrivait à Atticus ce qu’il faisait ou ce qu’il lisait, en quel endroit il se trouvait et pour combien de temps10. On doit encore à Népos la conservation d’extraits de lettres de Cornélie, la mère des Gracques, qui figurent dans les Fragmenta11. Le recours aux lettres comme source primaire de documentation se retrouvera chez un autre biographe, Suétone, qui, dans la Vie de César, cite justement un fragment d’une lettre de Cicéron à Cornélius Népos pour évoquer les qualités oratoires de César : la lettre sert ici à authentifier l’éloge de César que l’on lit dans le Brutus12. Il est donc remarquable que Cornélius Népos, auteur de biographies, genre littéraire qui fait une large part à la reconstruction narrative, s’efface devant la correspondance de Cicéron, jugée suffisamment riche pour connaître l’époque où elle se situe, comme si l’histoire se faisait par les documents seuls, publiés tels quels, comme le pensait naguère en France l’école positiviste.

6Mieux encore, il attribue à ces lettres une valeur divinatoire, assimilant Cicéron à un uates. Cicéron lui avait ouvert la voie sur ce point. La correspondance présente, en effet, de nombreux énoncés qui vont dans ce sens, comme celui-ci :

  • 13 Cicéron, Lettres à Atticus 8, 11, 3 (27 février 49), CUF, t. V, p. 200 : Voluisti enim me quid de h (...)

Tu voulais, nettement exprimé, mon sentiment sur nos maux. Je prophétise donc, mon cher Atticus, non comme cette devineresse à qui personne n’a cru, mais en découvrant l’avenir par conjecture : « Car déjà sur la vaste mer… »13

7À cette prédiction de février 49, semble répondre, parmi d’autres, moins de deux ans plus tard, le commentaire qu’il fait sur la mort de Pompée dans une lettre datée du 27 novembre 48 :

  • 14 Ibid., 11, 6, 5 (27 novembre 48), CUF, t. VI, p. 170-171 : De Pompei exitu mihi dubium numquam fuit (...)

Sur la fin de Pompée, je n’ai jamais conçu aucun doute ; car tous les rois et tous les peuples étaient si profondément persuadés du caractère désespéré de sa situation que, où qu’il se rendît, je prévoyais l’issue.14

  • 15 Ibid., 2, 11, 1 (21 ou 22 avril 59), CUF, t. I, p. 235-236 : […] litterae tuae non solum quid Romae (...)

8Cette aptitude à prévoir l’avenir est aussi attribuée à Atticus dans la correspondance cicéronienne : « Tes lettres me donnaient des nouvelles non seulement de la ville, mais de la situation politique, et ne se bornaient pas à ce qui arrivait, mais annonçaient ce qui arriverait »15. Inversement, Cicéron reproche à M. Caelius Rufus, chargé de l’informer de la situation à Rome lors de son gouvernement de Cilicie, de se contenter d’écrire dans ses lettres ce qu’il peut connaître par d’autres personnes ou par la rumeur publique :

  • 16 Cicéron, Ad familiares 2, 8, 1 (6 juillet 51), CUF, t. III, p. 237 : […] ego nec praeterita nec pra (...)

Ce que je veux connaître par toi, lui écrit-il, ce n’est ni ce qui s’est passé, ni ce qui se passe, mais ce qui se passera : car voilà ce qu’on attend d’un homme qui sait voir loin devant lui, et je veux que tes lettres, en me révélant le plan sur lequel se bâtit l’avenir politique, me permettent de savoir ce que sera l’édifice.16

  • 17 Guillaumont F., 2002, p. 115.
  • 18 Jenkinson E. M., 1973, p. 714 : « Such imprecision and exaggeration are irritating in the extreme »
  • 19 Cizek E., 1995, p. 90.
  • 20 Carcopino J., 1947, t. II, p. 351.

9De tels énoncés font écho aux discussions philosophiques sur la possibilité de prévoir l’avenir de manière rationnelle, telles qu’elles seront récapitulées dans le De diuinatione, où il oppose la certa ratio à la mantique 17. Mais considérée à l’aune de la réalité historique, la mention des capacités divinatoires de Cicéron que l’on lit chez Cornélius Népos a paru à de nombreux commentateurs relever moins de la philosophie politique ou religieuse que de la rhétorique de l’éloge, exagérée et apologétique18. « Cicéron était-il un véritable prophète, comme le présente Népos ?, s’interroge très sérieusement l’historien Eugen Cizek. On ne le dirait pas19 ». Sa réponse en forme de litote contraste avec le jugement abrupt sur l’aveuglement chronique de Cicéron porté naguère par Jérôme Carcopino. Ce dernier voyait dans le passage de Népos une opération publicitaire destinée à créer un courant de curiosité favorable à la publication des lettres à l’instigation d’Atticus. C’est ni plus ni moins « un prière d’insérer »20.

  • 21 Ibid.

Rien ne manque, écrit-il, à ce morceau de bravoure : il place l’œuvre à paraître sous le signe de l’amitié ; il humilie devant elle les histoires les plus vastes et les mieux célébrées ; il en souligne la brûlante actualité […]21

10Quelque excessif qu’il puisse paraître, le point de vue de l’historien a le mérite de rappeler la situation ambiguë de Cornélius Népos, ami, correspondant et biographe d’Atticus et de Cicéron, et de souligner la complexité des rapports entre actualité et histoire à propos d’un corpus épistolaire essentiellement constitué de lettres à caractère politique.

La publication des lettres : actualité et polémique

  • 22 Jenkinson E. M., 1973, p. 715.
  • 23 Ibid., p. 715. Sur la lettre de Pompée, voir Syme R., 1964, p. 162-164.
  • 24 Ammien-Marcellin, Histoire XXVI, I, 2, CUF, t. V, éd. M.-A. Marié, 1984, p. 57. Voir Geiger J., 198 (...)

11Il ne fait nul doute que Népos avait pour sa part conscience des risques encourus par les auteurs qui s’intéressent à l’histoire contemporaine22. Ami du poète Catulle, il n’exerce pas lui-même de charges politiques connues, fréquente les divers cercles mondains de l’aristocratie romaine, ceux de César, de Cicéron, de Varron, tout en se tenant prudemment à l’écart des rivalités et des luttes factieuses pour l’exercice du pouvoir. Ses incursions dans l’histoire contemporaine n’ont pas le caractère polémique que l’on trouve par exemple dans les ouvrages du sénateur Salluste, dont on voit dans les fragments conservés des Historiae qu’il n’hésite pas à réécrire de manière caricaturale, grâce aux artifices de la rhétorique historiographique, des documents authentiques, comme la lettre envoyée par Pompée au Sénat au cours de la guerre contre Sertorius, où l’on voit le général faire preuve de duplicité, d’arrogance et de mensonge, avec un langage qui relève plus de l’intrigue politique que du rapport militaire23. Ammien Marcellin, dans un passage de son Histoire, se réfère à une lettre de Cicéron à Cornélius Népos où l’orateur lui parlait de la crainte des écrivains d’autrefois d’exposer de leur vivant ce qu’ils savaient des diverses affaires de leur temps24. Ammien Marcellin cite cette lettre pour expliquer qu’après avoir exposé lui-même les événements du passé jusqu’aux confins de l’époque qu’embrassent ses propres souvenirs, celle de l’empereur Julien, il aurait sans doute convenu de se retirer d’un champ trop connu pour esquiver les risques qui menacent la vérité.

12Cornélius Népos ne pouvait ignorer que la diffusion des lettres cicéroniennes provoquerait de vives controverses, parce qu’elles se référaient à une époque trop récente pour être lues avec la distanciation critique nécessaire. Sans avoir besoin d’admettre la thèse de Carcopino, selon laquelle les lettres ont été publiées en 30, à l’instigation d’Octave, pour nuire à la mémoire de Cicéron, et discréditer les Pompéiens, force est de reconnaître le poids idéologique que pouvaient avoir ces lettres, même publiées à une date plus tardive, peut-être à l’époque de Sénèque. Elles rappelaient les soubresauts du conflit, les tractations entre les protagonistes et la propagande à laquelle ils s’étaient livrés pour obtenir les ralliements.

  • 25 Voir Cicéron, Lettres à Atticus 9, 10, 6, CUF, t. V, p. 274.
  • 26 Carcopino J., 1947, t. II, p. 95.

13On pouvait y lire les lettres où Cicéron manifeste son incompréhension de la stratégie suivie par Pompée après le déclenchement de la guerre civile, l’accusant de lâcheté et de trahison, se faisant involontairement l’écho de la propagande des Césariens qui opposaient, après Corfinium et la reddition de L. Ahenobarbus, la clémence de César, graciant ses ennemis, à l’attitude de Pompée, abandonnant ses amis. À la veille de Pharsale, Pompée est dépeint dans les lettres comme un Sylla qui rêve de vengeance et de proscription25. Pour Carcopino, de telles « lettres accusatrices », ainsi qu’il les qualifie, offraient une « garantie paradoxale de véracité » aux critiques que le parti d’Octave formulait à l’encontre des Républicains26.

  • 27 Cicéron, Lettres Atticus 8, 12 B, CUF, t. V, p. 152-153 ; 8, 12 C, p. 159-161 ; 8, 12 D, p. 165-166
  • 28 Carcopino J., 1947, t. II, p. 101.
  • 29 Rambaud M., 1952, p. 355.

14Mais à ces lettres, on peut opposer celles dont la publication a contribué à contrecarrer la propagande de César contre Pompée. C’est le cas des lettres envoyées par Pompée à L. Ahenobarbus avant l’encerclement de Corfinium, que Cicéron a annexées à une lettre destinée à Atticus27. Elles montrent, comme le reconnaît Carcopino lui-même, le sang-froid du général et la netteté de ses décisions28. La publication de ces lettres avait pour conséquence, sinon pour but, de rectifier la déformation historique du Bellum Ciuile de César, où les trois lettres originales de Pompée sont réduites à une seule, en un résumé infidèle qui omet les considérants stratégiques et donne l’impression, tendancieuse comme l’a montré M. Rambaud, que Pompée fuyait ni plus ni moins le danger29.

15Ces lectures contradictoires du corpus cicéronien montrent que l’authenticité des lettres ne suffit pas pour rétablir la vérité historique. Elles sont parfois prises de manière isolée pour une confrontation ponctuelle avec la réécriture qui en est faite a posteriori, comme c’est le cas avec les Commentaires de César. Mais si on les prend comme un tout, elles véhiculent de la guerre civile et des ses protagonistes une image qui évolue sans cesse et n’est pas exempte d’incohérences. C’est pourquoi l’analogie établie par Népos entre le corpus des lettres cicéroniennes et les ouvrages qui reconstituent l’histoire suivie des événements repose sur une ambiguïté qu’il faut maintenant évoquer.

Discontinuité épistolaire et historia contexta

  • 30 Voir en particulier le De imperio Cn. Pompei 27-50, éd. A. Boulanger, CUF, 1973, p. 171-183. Faute (...)

16Un corpus tel que la Correspondance de Cicéron, constitué de 954 lettres qui s’échelonnent de 68 à 43, soit 25 ans, ne présente pas la continuité, formelle, factuelle, temporelle, que l’on peut trouver dans une historia contexta où les événements sont replacés et analysés dans leur contexte, exposés d’une manière cohérente avec un fil narratif qui permet une forme de distance critique. Sur le seul plan linguistique, la lettre favorise l’implication affective du locuteur dans l’énonciation de sa parole en raison du caractère émotionnellement plus libre de son exercice. Moins soumise à contrôle que ne l’étaient les discours, les lettres offrent une plus grande diversité de réalisations linguistiques, allant du style soutenu au sermo cotidianus de la conversation familière, spontanée, entre proches. Mises bout à bout, les lettres offrent un tableau impressionniste des événements et des acteurs, soumis aux fluctuations de l’histoire et aux affects des correspondants, offrant des portraits bigarrés des contemporains de Cicéron, tels que celui de Pompée, dépeint tour à tour comme un grand homme et une nullité stratégique, un excellent citoyen et un tyran avide de régner, au gré des circonstances politiques. La persona épistolaire qui en ressort contraste singulièrement avec la cohérence des portraits encomiastiques que l’on trouve dans les discours ou les traités30.

  • 31 Voir Cicéron, Lettres à Atticus 7, 11, CUF, t. V, p. 99-101.
  • 32 Ibid., 9, 4, 1, t. V, p. 237.
  • 33 Voir en particulier Lettre à Atticus 9, 9 (17 mars 49), ibid., p. 264-269.
  • 34 Ibid., 9, 4, 2, p. 238.
  • 35 Ibid., 9, 6, 4, p. 256 : Mene non primum cum Pompeio, qualicumque consilio usust […].
  • 36 Ibid., 9, 6, 5, p. 257 : Tuas nunc epistulas a primo lego.

17Il est frappant de voir Cicéron lui-même recourir dans ses lettres au raisonnement in utramque partem pour savoir où il en est de ses relations avec Pompée. Au cours de l’année 49, dans le choix crucial qu’il doit faire entre César et Pompée, Cicéron replace son dilemme dans le cadre plus général d’une réflexion sur les lois historiques, il passe en revue les lettres d’Atticus ou les siennes propres pour les réexaminer méthodiquement et motiver ses choix, confirmer ou infirmer le bien-fondé de ses opinions, renouant avec la dialectique de l’utile et de l’honestum31. Ses lettres sont alors un mélange de passion et de distance critique. Pour ne pas s’abandonner entièrement au chagrin, écrit-il à Atticus, il s’est proposé des sortes de thèses, qui sont à la fois politiques et appropriées aux circonstances32. Il passe donc sa relation ancienne et tumultueuse avec Pompée, telle qu’il l’a évoquée dans ses lettres, au crible de sa dialectique au cours du mois tragique de mars 4933. Doit-il rester en Italie aux mains de César ou rejoindre Pompée qui risque de s’ériger lui-même en tyran s’il remporte la victoire34 ? Il écrit ainsi : « N’avoir pas été tout aussitôt aux côtés de Pompée, quelles qu’aient été ses mesures ! »35 Et il poursuit dans la même lettre : « Voici que je relis tes lettres depuis le début. »36 Ce travail de Cicéron sur lui-même, à partir de ses propres archives, est le témoignage le plus éloquent de la complexité inhérente à des lettres qui reflètent l’état provisoire et aléatoire des relations interpersonnelles et les dilemmes générés par les crises. Ce travail de retour sur soi, d’évaluation du passé récent à partir des lettres échangées ou annexées, dément la linéarité sous-tendue dans le concept d’historia contexta.

  • 37 Veyne P., 1996, p. 14-15.
  • 38 Voir Bourdé G. et Martin H., 1997, p. 348.

18Le point de vue de Cornélius Népos, selon lequel ces lettres pourraient se substituer aux ouvrages d’histoire suivie, parce que « tout y est écrit en détail » (omnia perscripta sunt), paraît même contradictoire dans les termes. Toute histoire suivie suppose une sélection de la matière documentaire. Plus celle-ci est abondante, plus le travail devient difficile à réaliser parce que l’on est confronté à l’émiettement des données. On connaît les analyses classiques de Paul Veyne sur la rétrodiction et la proximité entre l’histoire et le roman37. L’histoire est contrainte de trier, simplifier, organiser sa matière historique, parce qu’elle est du côté de la diégèse et non de la mimésis : l’histoire est un roman vrai. Chacun pratique son découpage de la matière historique, tantôt thématique, tantôt chronologique, et la cohérence qui ressort est celle du texte historique qui en résulte (cette fameuse historia contexta), non celle du réel, dont a vu, dans le cas de Cicéron, qu’il lui échappe en partie38.

19Le corpus cicéronien, par sa densité, ses contradictions internes, son éparpillement, son éclatement formel, stylistique, etc., montre qu’on ne peut facilement passer du statut circonstanciel de la lettre à son statut documentaire. Je citerai ici la réflexion que fait un historien de métier dans un article consacré au proconsulat de Cicéron en Cilicie et à la question du danger parthique :

  • 39 Engels D., 2008, p. 43-44.

Paradoxalement, ce ne sont pas les sources qui nous manquent : bien au contraire, c’est l’abondance et la complexité de la source historique que constitue la correspondance de Cicéron qui pose le problème principal au résumé de l’essentiel de ses dires […]. Si l’on considère le caractère exemplaire de Cicéron pour beaucoup de politiciens romains de son temps, il n’est guère étonnant que le résultat d’un dépouillement complet de ses nombreux écrits ne nous apprenne rien de valable sur les Parthes eux-mêmes, mais nous reflète seulement, tel un miroir, les préoccupations journalières d’un politicien égoïste, manquant de perspectives, emprisonné dans le carcan d’une civilisation vieillissante et, bien que bon administrateur et théoricien, d’une valeur guerrière qui n’aurait point fait honneur aux vieux généraux romains des guerres samnites et puniques des ive et iiie siècles.39

  • 40 Carcopino J., 1947.
  • 41 Boës J., 1990, p. 337.

20La réflexion de l’historien, y compris quand elle confond histoire et morale, rappelle que le corpus permet en réalité une infinité de reconstructions et de lectures possibles, à la fois par la richesse de son contenu et par ses lacunes. Il suffit pour s’en convaincre de lire les travaux d’histoire qui font de la correspondance de Cicéron leur principale source. Outre que certaines lettres posent toujours des problèmes non résolus, d’onomastique par exemple, le corpus peut être utilisé dans des sens contradictoires selon la thèse que l’on cherche à démontrer. L’exemple le plus célèbre est encore une fois Carcopino, qui brosse un portrait polémique de la personnalité de Cicéron à partir d’une lecture brillante et forcée de sa documentation, d’où il retire des éléments de caractérisation de ce type40 : « sybaritisme de millionnaire » (I, 87), veulerie (I, 101), mollesse et luxe (I, 125), sensualité (I, 129), gourmandise (I, 130) beuverie (I, 132), « indulgence aux péchés de la chair » (I, 138), sournoises polissonneries (I, 142), penchant à la galanterie (I, 142), douilletterie (I, 209), muflerie (I, 241), aboulie chronique (396), rodomontades (409), naïveté d’un gribouille et couardise(419), cruauté (II, 32) sadisme (II, 33), joie sauvage, inhumaine (II, 41)… Voilà l’Arpinate « fantoche apeuré » (I, 342), traînant ses victimes sur la claie (II, 45), se repaissant des trépas (II, 48), voué à un « éternel opprobre » (II, 33)… Pour paraphraser en sens contraire l’expression de Paul Veyne, on peut dire que l’historien a élaboré ici un roman, mais un roman faux. À cet ouvrage controversé et daté, on pourrait sans doute opposer des travaux qui surinterprètent les lettres dans un sens apologétique, comme telle monographie contemporaine qui conclut son étude sur ces mots : « Sans la publication de la Correspondance, il aurait été impossible d’apprécier dans sa visée la plus haute l’humanisme cicéronien. »41

  • 42 Cornélius Népos, Vie de Pélopidas 1, dans Cornélius Népos, Œuvres, éd. A.-M. Guillemin, CUF, 1923, (...)
  • 43 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 7, p. 154 : […] ipsum Pompeium non offendit […] Attici autem quies t (...)

21Le corpus est si volumineux que l’on risque donc de ne retenir que ce que l’on souhaite pour les besoins de la cause et d’omettre ce qui contrevient à la thèse défendue. La pratique personnelle de Cornélius Népos offre une bonne illustration de la sélection opérée dans la reconstitution historiographique, d’autant plus évidente qu’il a eu soin de distinguer, dans les préliminaires de la Vie de Pélopidas, la biographie de l’histoire. La biographie ne saurait donner trop de détails parce qu’elle ne se confond pas avec l’histoire d’une époque, mais doit trouver un équilibre entre l’excès et l’insuffisance de l’information42. Sa Vie d’Atticus donne une image de son héros éloignée de celle qui ressort de la correspondance cicéronienne. Il minimise le rôle politique joué par Atticus et idéalise sa neutralité dans les guerres civiles en la mettant au compte de son sens de la diplomatie et de l’urbanité. Atticus y est un homme de haute culture, épris d’histoire, désintéressé, supérieur à la fortune, maître de ses succès comme de ses malheurs. Grâce à ses qualités, il a su traverser la guerre civile sans heurter personne et s’adapter à chaque fois aux circonstances. Ainsi écrit-il : « Pompée ne put lui en vouloir […] l’abstention d’Atticus plut tant à César […] »43 Les lettres de Cicéron montrent pourtant son rôle décisif dans la vie politique de son temps ; il conseille Cicéron, prend position, mais sans perdre de vue ses propres intérêts, économiques et gentilices, comme le montre son succès dans les affaires.

  • 44 Ibid., p. 154.
  • 45 Lettres à Atticus 11, 6 (27 novembre 48), 2, CUF, t. VI, p. 169 : numquam enim de te ipso nisi crud (...)
  • 46 Ibid., 8, 9, 2, CUF, t. VI, p. 22 : Quanto autem ferocius ille causae suae confidet, cum uos, cum u (...)
  • 47 Voir Lindsay H., 1998, p. 335-336.
  • 48 Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, XXVIII, 4, éd. R. Marache, CUF, 1989, p. 175 : […] Nepotem studio am (...)

22Contrairement à ce qu’écrit Népos, cette abstention fut loin de faire l’unanimité44. Nous savons par des lettres de Cicéron que sa prudence lui fut reprochée dans le camp de Pompée : « Sur ton compte personnel, il n’y a jamais eu que les idées les plus féroces » lui écrit-il en novembre 4845. Et les deux amis ont été au bord de la rupture lorsqu’Atticus lui reprocha d’avoir écrit à César une lettre imprudente qui pouvait être interprétée dans un sens trop bienveillant. Cicéron le renvoie à sa propre attitude opportuniste en lui écrivant dans une lettre cinglante : « Combien plus audacieusement [César] aura confiance dans sa cause quand il vous aura vus, vous et vos pareils, non seulement vous presser devant lui mais le féliciter le visage tout joyeux ! »46 Les principes moraux et rhétoriques auxquels obéit Népos contribuent à déréaliser la figure historique d’Atticus, en contradiction avec l’information contenue dans le corpus cicéronien47. La sous-utilisation des sources primaires aboutit aussi à des erreurs de chronologie, comme celle qu’Aulu-Gelle a repérée dans la Vie de Cicéron, où le Pro Roscio est antidaté. L’auteur des Nuits attiques suggère que Népos a pu « être entraîné par l’ardeur de l’affection et de l’amitié et a supprimé quatre ans pour augmenter l’admiration de façon que Cicéron paraisse avoir prononcé le brillant discours pour Roscius étant tout jeune homme »48.

23La propre pratique de Népos montre que l’analogie qu’il établit entre la correspondance cicéronienne et l’historia contexta, la première se substituant à la seconde, est un trompe-l’œil parce que, comme l’écrivait Henri-Irénée Marrou,

  • 49 Marrou H.-I., 1975, p. 56.

l’historien n’est pas un simple ouvrier attaché à la transformation d’une matière première, ni la méthode historique une machine-outil dans laquelle on introduirait comme par un entonnoir du document brut et d’où sortirait un fin tissu de connaissance.49

  • 50 Bayet J., 1949, p. 537.
  • 51 Wistrand M., 1979., p. vi (abstract).

24En raison de sa discontinuité et de son état lacunaire, la correspondance de Cicéron doit être contextualisée, mise en série, donner lieu à de multiples confrontations, internes et externes au corpus, pour tenter d’en évaluer l’exacte portée, conformément aux principes épistémologiques exposés par Marrou ou Veyne, et qui valent pour les littéraires comme pour les historiens. Jean Bayet, éditeur de la Correspondance dans la Collection des Universités de France, mettait en garde contre la surévaluation de la source épistolaire pour la connaissance de la personnalité de Cicéron : « Le traiter en homme de chair et de sang que nous pouvons fréquenter, dont nous épions à travers des mots spontanés les réactions secrètes, comme nous y invite cette prodigieuse Correspondance, qui est la vie même ? Quelle illusion ! »50 Cette discontinuité est rappelée encore par un autre historien, Magnus Wistrand, dans la présentation méthodologique de la monographie où il a étudié l’imperium proconsulaire de Cicéron à partir des lettres envoyées depuis la Cilicie : « The investigation is based on a close philological examination of Cicero’s correspondence during 51-47 B. C. The reliability of the Letters as historical sources varies considerably and a great number of passages are textually, linguistically and historically discussed and interpreted. »51

25Au jugement enthousiaste de Cornélius Népos, il faut donc opposer la prudence des Modernes, telle qu’elle est récapitulée par un éminent spécialiste de la République, Claude Nicolet, précisément dans un manuel d’histoire romaine :

  • 52 Nicolet C, 1979, p. 17.

On doit prendre conscience d’un fait essentiel : notre connaissance de l’histoire romaine de la république tardive dépend pour une part prépondérante de l’oeuvre conservée de Cicéron […], phénomène à la fois historique (rôle et personnalité de Cicéron) et culturel, qu’il faudrait, pour l’heuristique, cerner de très près : comment s’explique la survie de cette œuvre, comment gauchit-elle notre vision des hommes et des mentalités, etc. ? Il faut distinguer dans cette oeuvre les Discours judiciaires et (ou) politiques (et le rapport du texte transmis au discours prononcé), les Traités de rhétorique, les ouvrages philosophiques (en particulier de philosophie politique) et la Correspondance, document unique en son genre.52

26Cornélius Népos a donc le mérite, aux yeux des Modernes, d’être le premier à avoir pris conscience de la valeur historique de la Correspondance de Cicéron, mais, paradoxalement, en insistant sur son caractère exceptionnel, il souligne tout autant la fragilité de cette source documentaire que sa richesse.

Notes

1 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 16, 3, éd. A.-M. Guillemin, CUF, 1923, p. 163.

2 Ibid., 16, 3-4, p. 164 : Quae qui legat, non multum desideret historiam contextam eorum temporum. Sic enim omnia de studiis principum, uitiis ducum, mutationibus rei publicae perscripta sunt ut nihil in eis non appareat et facile existimari possit prudentiam quodam modo esse diuinationem. Non enim Cicero ea solum quae uiuo se acciderunt futura praedixit, sed etiam quae nunc usu ueniunt, cecinit ut uates.

3 Narducci E., 1983, p. 19-21.

4 Geiger J., 1985, p. 264. Voir Von Albrecht M., 1997, p. 477 : « No doubt, Nepos was the first to recognize the historical value of Cicero’s Letters to Atticus […] ».

5 Vie d’Atticus 16, 5, 5 (9 juillet 44), dans Cicéron, Correspondance, éd. L. A. Constans et alii, CUF, t. IX, 1934-1996, p. 242 : Nepotis epistulam expecto. Cupidus ille meorum, qui ea quibus maxime « γανριῶ » [a]legenda non putet ? […] Mearum epistularum nulla est πρoΘεσπίζω ; sed habet Tiro instar septuaginta, et quidem sunt a te quaedam sumendae. Eas ego oportet perspiciam, corrigam ; tum denique edentur.

6 Voir en dernier lieu Beard M., 2002, p. 103-144.

7 Ross Taylor L., 1964, p. 678-681.

8 Geiger J., 1985 (2), p. 95 ; Stem R., 2005, p. 115.

9 Geiger J., ibid., p. 108-110 ; Stem R., 2005, p. 129.

10 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 20, 1, p. 166.

11 Fragmenta 1 et 2, dans Cornélius Népos, Œuvres, 1970, Paris, p. 169-171.

12 Suétone, Vie de César 55, dans Suétone, Vies des douze Césars, éd. H. Ailloud, CUF, 1931, p. 39.

13 Cicéron, Lettres à Atticus 8, 11, 3 (27 février 49), CUF, t. V, p. 200 : Voluisti enim me quid de his malis sentirem ostendere πρoΘεσπίζω igitur, noster Attice, non <h>ariolans ut illa cui nemo credidit, sed coniectura prospiciens : Iamque mari magno […].

14 Ibid., 11, 6, 5 (27 novembre 48), CUF, t. VI, p. 170-171 : De Pompei exitu mihi dubium numquam fuit ; tanta enim desperatio rerum eius omnium regum et populorum animos occuparat ut, quocumque uenisset, hoc putarem futurum.

15 Ibid., 2, 11, 1 (21 ou 22 avril 59), CUF, t. I, p. 235-236 : […] litterae tuae non solum quid Romae sed etiam quid in re p., neque solum quid fieret uerum etiam quid futurum esset indicabant.

16 Cicéron, Ad familiares 2, 8, 1 (6 juillet 51), CUF, t. III, p. 237 : […] ego nec praeterita nec praesentia abs te, sed ut ab homine longe in posterum prospiciente futura exspecto, ut, ex tuis litteris cum formam rei publicae uiderim, quale aedificium futurum sit scire possim.

17 Guillaumont F., 2002, p. 115.

18 Jenkinson E. M., 1973, p. 714 : « Such imprecision and exaggeration are irritating in the extreme ».

19 Cizek E., 1995, p. 90.

20 Carcopino J., 1947, t. II, p. 351.

21 Ibid.

22 Jenkinson E. M., 1973, p. 715.

23 Ibid., p. 715. Sur la lettre de Pompée, voir Syme R., 1964, p. 162-164.

24 Ammien-Marcellin, Histoire XXVI, I, 2, CUF, t. V, éd. M.-A. Marié, 1984, p. 57. Voir Geiger J., 1985, p. 266.

25 Voir Cicéron, Lettres à Atticus 9, 10, 6, CUF, t. V, p. 274.

26 Carcopino J., 1947, t. II, p. 95.

27 Cicéron, Lettres Atticus 8, 12 B, CUF, t. V, p. 152-153 ; 8, 12 C, p. 159-161 ; 8, 12 D, p. 165-166.

28 Carcopino J., 1947, t. II, p. 101.

29 Rambaud M., 1952, p. 355.

30 Voir en particulier le De imperio Cn. Pompei 27-50, éd. A. Boulanger, CUF, 1973, p. 171-183. Faute de percevoir la discontinuité et la relativité inhérentes à la pratique épistolaire, certains commentateurs ont pu s’étonner que la réaction de Cicéron à la mort de Pompée, dans sa Lettre à Atticus 11, 6, 5 (27 novembre 48, t. VI, p. 170-171 : non possum eius casum non dolere ; hominem enim integrum et castum et grauem cognoui) paraisse manquer de grandeur et de déférence. La nécrologie, qui tient en une seule phrase exprimée dans une litote, a paru bien sommaire : voir par ex. Holliday V. L., 1969, p. 74. Mais il faut tenir compte de la situation désespérée où se trouve Cicéron, réduit à n’exprimer qu’un jugement moral, au demeurant élogieux, sur l’homme plutôt que sur son rôle militaire et politique.

31 Voir Cicéron, Lettres à Atticus 7, 11, CUF, t. V, p. 99-101.

32 Ibid., 9, 4, 1, t. V, p. 237.

33 Voir en particulier Lettre à Atticus 9, 9 (17 mars 49), ibid., p. 264-269.

34 Ibid., 9, 4, 2, p. 238.

35 Ibid., 9, 6, 4, p. 256 : Mene non primum cum Pompeio, qualicumque consilio usust […].

36 Ibid., 9, 6, 5, p. 257 : Tuas nunc epistulas a primo lego.

37 Veyne P., 1996, p. 14-15.

38 Voir Bourdé G. et Martin H., 1997, p. 348.

39 Engels D., 2008, p. 43-44.

40 Carcopino J., 1947.

41 Boës J., 1990, p. 337.

42 Cornélius Népos, Vie de Pélopidas 1, dans Cornélius Népos, Œuvres, éd. A.-M. Guillemin, CUF, 1923, p. 95.

43 Cornélius Népos, Vie d’Atticus 7, p. 154 : […] ipsum Pompeium non offendit […] Attici autem quies tanto opere Caesari fuit grata […].

44 Ibid., p. 154.

45 Lettres à Atticus 11, 6 (27 novembre 48), 2, CUF, t. VI, p. 169 : numquam enim de te ipso nisi crudelissime cogitatum est.

46 Ibid., 8, 9, 2, CUF, t. VI, p. 22 : Quanto autem ferocius ille causae suae confidet, cum uos, cum uestri similis non modo frequentis sed laeto uultu gratulantis uiderit !

47 Voir Lindsay H., 1998, p. 335-336.

48 Aulu-Gelle, Nuits Attiques XV, XXVIII, 4, éd. R. Marache, CUF, 1989, p. 175 : […] Nepotem studio amoris et amicitiae adductum amplificandae admirationis gratia quadriennium suppressisse ut M. Cicero orationem florentem dixisse pro Roscio admodum adulescens uideretur. (trad. R. Marache).

49 Marrou H.-I., 1975, p. 56.

50 Bayet J., 1949, p. 537.

51 Wistrand M., 1979., p. vi (abstract).

52 Nicolet C, 1979, p. 17.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search