Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre II. Genre épistolaire et genre historique

Se taire sur l’histoire

Beat Näf

Texte intégral

Correspondance, histoire et historiographie

  • 1 Pour l’arrière-plan de cette petite esquisse sur les lignes de développement d’un topos de l’épist (...)

1Par définition, la correspondance appartient à l’histoire, puisque chaque lettre, d’une manière ou d’une autre, contient un témoignage sur l’époque à laquelle elle appartient. Il est évident que les lettres peuvent avoir valeur de documents historiques et même constituer une source essentielle de l’historiographie1.

2Mais il y a une difficulté : au sens strict, l’histoire n’existe pas en tant que telle, elle n’est que le mode que prend le déroulement du temps. Une constatation analogue se fait pour l’historiographie. L’historiographie évolue sans cesse – elle est ce qu’elle est devenue. Dans l’Antiquité, elle ne s’est jamais constituée en discipline autonome : elle était intégrée à l’art des rhéteurs et des grammairiens, voire à celui des poètes, tels Homère ou Virgile. Il existe pourtant dans l’Antiquité des historiens, un style historique, une forme de composition et une méthode pour la recherche et la présentation des résultats. Dès l’invention de l’histoire par les Grecs, dès les Histoires d’Hérodote, on donne dans les textes historiques des réflexions sur la méthode, on utilise certaines techniques pour le traitement des sources, on exige l’impartialité, on a des conceptions qui guident le choix des thèmes ou imprègnent l’image du cours de l’histoire.

3L’Antiquité a développé des notions claires de ce que sont l’histoire et l’historiographie. Depuis Hérodote, le discours historique est un récit fait de récits, un logos fait de logoi. L’historien a dû rechercher ses sources, les analyser et les classer thématiquement. Il utilise les travaux de ses précurseurs. Une grande importance est accordée au style littéraire, qui doit surpasser celui des textes que l’on consulte pour se faire une idée de l’histoire. Sur le style, des théoriciens comme Cicéron, Denys d’Halicarnasse, Quintilien ou Lucien de Samosate ont donné beaucoup de conseils. Face aux tendances à l’amplification rhétorique et à l’utilisation de techniques de la littérature, on recherche un style qui soit le simple véhicule des faits relatés impartialement.

4L’historiographie acquiert rapidement une certaine autorité. Les reproches parfois adressés aux historiens, accusés d’être des menteurs ou des affabulateurs, ne suffisent pas à entamer la conviction que l’ouvrage historique est l’équivalent de l’histoire elle-même. Les textes relatant l’histoire de manière impartiale ont leur place parmi les fondements de l’éducation et de la culture, et c’est l’orateur qui peut s’en faire le meilleur interprète, comme le montre ce passage célèbre de Cicéron :

  • 2 Historia uero testis temporum, lux ueritatis, uita memoria, magistra uitae, nuntia uetustatis, qua (...)

L’histoire enfin, témoin des siècles, flambeau de la vérité, âme du souvenir, école de la vie, interprète du passé, quelle voix, sinon celle de l’orateur, peut la rendre immortelle ?2

  • 3 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 4, 7, 4, Diodorus of Sicily, II, with an English trans (...)

5L’art oratoire est au cœur de la science et de l’enseignement supérieur dans l’Antiquité, dont il influence toute la culture. L’historiographie et la rhétorique forment deux domaines différents, et cela bien que l’histoire ne soit pas une discipline en soi. Mais les Anciens ont toujours respecté les lois du travail de l’historien et sa figure sociale. Ils ont su que l’histoire rend service à la société. Le travail de la pure recherche historique du passé ne suffit pas pour remplir ce service. L’histoire déploie ses effets sociaux avec la force de la rhétorique et de la poésie. La muse Clio, comme son nom le suggère, procure la gloire par l’éloge de la poésie, écrit Diodore de Sicile3.

6Pour cette raison, on a souvent préféré se taire sur l’histoire, on n’a pas entrepris le travail difficile de la recherche d’une reconstruction équitable des faits, on ne s’est pas consacré à l’élaboration équilibrée d’une présentation historique et on a utilisé une rhétorique et un style plus libres que ceux de l’historiographie. Il y a silence sur l’histoire dans la mesure où l’on recourt à un style non historique : ce peut être un style plus libre, qui invente, qui laisse couverte la complexité des faits et des processus, qui est plus agréable, qui entretient ou qui décerne des louanges. Mais même en se taisant dans ce sens sur l’histoire – c’est-à-dire en ne livrant pas un texte strictement historiographique – on espérait dire ou écrire quelque chose digne de l’intérêt des historiens, et recevoir la gloire que peuvent procurer l’histoire et l’historiographie. On voulait s’immortaliser, on adorait l’espoir de passer à la postérité.

Se taire sur l’histoire – histoire du motif

  • 4 Thucydide, La guerre du Péloponnèse, 2, 35, 2, éd. et trad. J. de Romilly, t. II, CUF, Paris, 1967 (...)
  • 5 Salluste, Catilina, 3, 3, éd. et trad. A. Ernout, CUF, Paris, 1967, p. 57.
  • 6 Cicéron, Ad Familiares, 5, 12, Correspondance, t. II, éd. et trad. L.-A. Constans, CUF, Paris, 197 (...)
  • 7 Ardeo cupiditate incredibili neque, ut ego arbitror, reprendenda, nomen ut nostrum scriptis inlust (...)

7Le motif se rencontre pour la première fois chez Thucydide, dans l’oraison funèbre prononcée par Périclès4 : On ne peut pas tout dire – il est difficile de parler comme il convient. Repris aussi par Salluste5, le motif a été rendu célèbre par Cicéron. En 56, après une période d’inquiétude, passant quelque temps dans sa villa d’Antium, il écrit une lettre à son ami Luccéius6, qu’il prie d’écrire une histoire de son consulat et des événements qui ont suivi jusqu’à son retour d’exil : « Je brûle d’une envie extraordinaire, et qui, je pense, n’a rien de blâmable, de voir mon nom illustré et rendu célèbre par tes écrits. »7 Cicéron fournira les documents, et si Luccéius n’est pas disposé à se charger de ce travail, il écrira lui-même :

  • 8 Quod si a te non impetro, hoc est, si qua te res impedierit (neque enim fas esse arbitror quicquam (...)

Si tu ne m’accordes pas ce que je demande, c’est-à-dire si tu as quelque empêchement (car je considère comme moralement impossible qu’une prière venant de moi soit par toi rejetée) je serai peut-être forcé de faire ce que plus d’un, souvent, blâme : j’écrirai ma propre histoire, à l’exemple d’ailleurs de bien des personnages, et non des moindres.8

  • 9 Cicéron, Traité des lois (De legibus), 1, 5 – 11, éd. et trad. G. de Plinval, Paris, 1959, p. 3-7.
  • 10 Plutarque, Cicéron, 41, Vies t. XII, éd. et trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, Paris, 1976, p (...)

8Luccéius n’a pas composé l’ouvrage que son ami le pressait si instamment d’écrire. Cicéron lui-même a aussi renoncé à écrire un ouvrage historique, comme il nous le dit au début du Traité des lois9. Par la suite, le temps lui a manqué, ou bien il a préféré se vouer à ses occupations politiques et à la réflexion philosophique. Plutarque suppose que ce sont les vicissitudes de sa vie privée qui l’ont détourné de cette tâche : ses dettes, le divorce d’avec Térentia, son mariage malheureux avec la jeune Publilia, enfin le décès de sa fille Tullia10. Le 7 décembre 43, il meurt assassiné, victime des proscriptions du Second Triumvirat. Mais les œuvres qui nous sont restées de lui sont si nombreuses et la place qu’il occupe dans l’histoire autant que dans l’historiographie est telle qu’elle n’a pas besoin d’un ouvrage proprement historique, ni de Cicéron lui-même, ni de Luccéius.

  • 11 Suétone, Vie de de Claude, 41, éd. et trad. H. Ailloud, CUF, Paris, 1967, p. 145-146.

9Sous le Haut-Empire, il n’est pas plus aisé d’écrire l’histoire contemporaine : tous les historiens n’ont pas le loisir ni la liberté d’écrire ce qu’ils veulent. Même l’empereur Claude, comme nous l’apprend Suétone11, renonce à traiter toute l’époque qui a suivi l’assassinat de César et se concentre sur la période la plus récente.

  • 12 Pline le Jeune, Lettres, 5, 8, 12–14, éd. et trad. M. Durry et A.-M. Guillemin, t. II, CUF, Paris, (...)

10Pline le Jeune, dans une lettre à Titinius Capito12, explique ses appréhensions : l’histoire ancienne exige un gros travail de synthèse et l’histoire récente expose à « de lourdes haines et une mince reconnaissance ».

11La manière sélective dont travaillent les historiens n’échappe pas à Tacite :

  • 13 Neque sum ignarus a plerisque scriptoribus omissa multorum pericula et poenas, dum copia fatiscunt (...)

Je n’ignore pas que la plupart des historiens ont omis beaucoup de procès et de peines, soit qu’ils aient été excédés par la quantité, soit que, les ayant trouvés eux-mêmes excessifs et attristants, ils aient craint d’infliger le même dégoût à leurs lecteurs ; pour nous, beaucoup des faits que nous avons rencontrés nous ont paru dignes d’être connus, bien que les autres ne les aient pas diffusés.13

12Sous le Bas-Empire, c’est l’incertitude des temps qui interrompt Jérôme dans son travail de continuation de la chronique d’Eusèbe :

  • 14 Quo fine contentus reliquum temporis Gratiani et Theodosii latioris historiae stilo reseruaui, non (...)

Me limitant à ce terme, j’ai remis à plus tard la rédaction de plus amples développements historiques sur l’époque suivante, à savoir celle de Gratien à Théodose ; ce n’est pas que je craigne d’écrire librement et sans détours sur des personnes vivantes – car la crainte de Dieu chasse la crainte des hommes –, mais comme les Barbares donnent encore libre cours à leur rage dans nos contrées, tout demeure incertain.14

13Dans la lettre à son ami Héliodore, évêque d’Altinum, sous forme d’un éloge funèbre de Népotien, neveu du prélat, les malheurs du présent l’emportent sur la vocation à écrire l’histoire. Jérôme commence par citer Virgile :

  • 15 Jérôme, epist. 60, 16, dans Saint Jérôme, Lettres, t. III, éd. et trad. J. Labourt, CUF, Paris, 19 (...)

« Non, même si j’avais cent bouches, cent langues et une voix de fer, je n’arriverais pas à t’exprimer toutes les formes de crimes ni à t’énumérer tous les noms des supplices ! » [Énéide, 6.625– 627] Je ne me suis pas, d’ailleurs, proposé d’écrire l’histoire, mais de pleurer en bref nos malheurs. Du reste, pour développer ces événements comme ils le méritent, Thucydide même et Salluste demeureraient muets !15

Sidoine apollinaire et le refus d’écrire l’histoire

  • 16 Sidoine Apollinaire, epist. 1, 1, 1, dans Sidoine Apollinaire, t. II-III, Correspondance, éd. et t (...)

14Pour un aristocrate gallo-romain lettré comme Sidoine Apollinaire, évêque et organisateur de la défense contre les Barbares aux derniers temps de l’Empire, l’activité littéraire sous la double forme épistolaire et poétique est un moyen de garder vivante une culture romaine menacée. Il sait et il doit parfois se servir de l’écriture poétique pour s’assurer la clémence des envahisseurs. Quant aux cent quarante-sept lettres que nous avons de lui, c’est à la demande de ses amis qu’il les a retravaillées pour la publication. Elles s’inscrivent ainsi dans la lignée des modèles dont Sidoine affirme d’emblée vouloir s’inspirer : Pline le Jeune et Symmaque16.

  • 17 Epist. 4, 3, 8, t. II, p. 118.
  • 18 Epist. 7, 9, 2, t. III, p. 52.
  • 19 Sur Sidoine Apollinaire et l’histoire dans sa correspondance, voir ici même les articles d’E. Wolf (...)

15Garnies de lieux communs et de motifs poétiques baroquisants, d’un style précieux qui en rend la lecture souvent pénible et dont les lecteurs modernes érudits se sont souvent plaints, les lettres de « ce grand personnage un peu puéril dans ses jeux littéraires » (Pierre de Labriolle) contiennent de nombreuses informations historiques. L’auteur sait d’ailleurs ce que même les œuvres poétiques peuvent contenir de « vérité historique » (ueritas historica17). Mais ce qui l’intéresse aussi, ce sont les « exemples de l’histoire » (pondera historica18), dont il est de bon ton d’orner les œuvres de rhétorique, en plus des motifs purement littéraires19.

  • 20 Epist. 4, 17, 1, t. II, p. 149.

16Le public, pour ce genre de littérature, s’est malheureusement raréfié : depuis longtemps, les terres de Belgique et du Rhin ont été désertées par la « gloire de la phrase latine » (sermonis pompa Romani), écrit-il en 471 au comte de Trèves, Arbogast, lui-même un des rares exemples, au milieu des Barbares, d’homme « dont la main droite savait manier la plume non moins que l’épée » (quorum dextera solebat non stilum minus tractare quam gladium20). L’éloge adressé à ce personnage d’exception ne fait d’ailleurs que souligner la situation précaire d’un Empire à l’autorité chancelante. La ruine politique entraîne dans son sillage la ruine littéraire, et le style de Sidoine n’est plus en accord avec la langue latine simple que demandent autant l’Église que les milieux barbares.

17Arbogast, comme nous l’apprend la lettre, avait proposé à Sidoine d’écrire un commentaire de la Bible. Mais l’intéressé décline en affectant une modestie qui n’est pas exempte de préciosité et qui en cela s’inscrit dans la tradition littéraire de la recusatio et du jeu d’échange épistolaire amical. Il fait l’éloge d’autres clercs qu’il déclare plus capables de cette tâche :

  • 21 Epist. 4, 17, 3, t. II, p. 150.

[…] vous seriez mieux inspiré à demander ces commentaires à des pontifes proches par la résidence, avancés en âge, illustres par la foi, connus pour leur œuvre, à la parole facile, à la mémoire fidèle (loco propinquis, aetate grandaeuis, fide claris, opere uulgatis, ore promptis, memoria tenacibus), et, pour tout dire, supérieurs par tous les dons des plus hauts mérites.21

18C’est pour ne pas risquer de paraître présomptueux, ce qui ne conviendrait pas à l’image qu’il veut donner de lui, que Sidoine refuse. Ce jeu se déroule dans le registre de l’urbanitas, cette qualité même qu’il se plaît à attribuer à son correspondant :

  • 22 Epist. 4, 17, 1, t. II, p. 149.

[…] l’urbanité, qui vous fait prétendre de manière fort plaisante que vous ne dites que des sottises, quand, abreuvé aux sources de l’éloquence latine, le riverain de la Moselle que vous êtes parle la langue du Tibre […]22

  • 23 Epist. 1, 11, t. II, p. 34-41.
  • 24 Epist. 9, 2, t. III, p. 132-133.
  • 25 Sidoine Apollinaire, carm. 9, 318-320, dans Sidoine Apollinaire, t. I, Poèmes, éd. et trad. A. Loy (...)
  • 26 Epist. 9, 12, 3, t. II, p. 161.

19La même affectation mondaine se retrouve dans plusieurs lettres où, par crainte du jugement d’autrui, il exprime son refus de rédiger tantôt une satire, genre qu’il n’estime plus de son âge23, tantôt, à nouveau, des commentaires des Écritures saintes pour lesquels, tout jeune évêque, il se dit insuffisamment préparé24. Les épanchements de modestie plus ou moins fausse atteignent leur point culminant dans le neuvième poème, dédicace à son ami Magnus Felix, préfet du prétoire des Gaules, qui lui demandait un recueil de ses « téméraires bagatelles » ; sur plus de trois cents vers, soit l’essentiel du poème, Sidoine se défend de faire œuvre d’historien, de mythographe, même de poète et de rhéteur, pour finir sur l’humble aveu de sa faible inspiration25. Ainsi qu’il l’écrit vers 481/482 à un correspondant qui lui demande des compositions lyriques, à la fin de sa vie il a totalement renoncé à la poésie, qu’il ne juge plus que futile et incompatible avec son état de clerc ; le souci de sa réputation est manifeste : « Je ne serais pas moins grandi par ton suffrage, si tu voulais bien désormais voir en moi un homme modeste plutôt qu’un homme d’esprit. »26

20La plus ancienne de ses lettres aurait pu prendre la forme d’un opuscule historique. Il y brosse en effet le portrait d’une des personnalités les plus marquantes de son temps, Théodoric II, roi des Wisigoths de 453 à 466, qui en 455 avait fait accéder Avitus, beau-père de Sidoine, à la dignité impériale. Mais Sidoine, qui écrit ici à son beau-frère Agricola, se contente d’une description détaillée de l’apparence physique du royal personnage et du déroulement de ses journées, renonçant à tout exposé sur son règne :

  • 27 Epist. 1, 2, 10, t. II, p. 8.

[…] moi qui t’ai promis de te donner quelques renseignements sur le roi et non une longue histoire sur son règne […], je me suis donné pour objet d’écrire non un ouvrage d’histoire mais une lettre (et ego non historiam sed epistulam efficere curaui).27

21La matière n’aurait pourtant pas manqué, et Sidoine avait accès aux meilleures sources. Mais il aurait dû décrire des événements malheureux comme la défaite et la déposition d’Avitus à Plaisance en 456, ou la querelle entre Théodoric et Majorien, successeur d’Avitus.

  • 28 Epist. 8, 9, 5, v. 39, t. III, p. 106.

22Sidoine a composé des panégyriques en l’honneur de trois de ces empereurs éphémères des dernières décennies de l’Empire d’Occident : Avitus, Majorien et Anthemius. Dans le cas de Majorien, il s’agit pour l’auteur d’adoucir l’animosité à son encontre, et en réalité ni plus ni moins que de préserver sa vie et ses biens. La nécessité de faire des compromis est tout aussi pressante en 476, lorsqu’Euric, Wisigoth arien, après avoir assassiné son frère Théodoric, accède à la royauté et cherche à envahir l’Auvergne, où Sidoine est évêque depuis quelques années, et qui est finalement livrée aux termes d’un traité. Un temps exilé par le roi wisigoth, Sidoine lui adresse un poème flatteur inséré dans une lettre de 476 à un ami nommé Lampridius, où il célèbre l’espoir qu’incarne Euric : « […] c’est ton bras, Euric, qui est sollicité, pour que la Garonne forte de la puissance de Mars établi sur ses bords défende le Tibre affaibli »28.

  • 29 Epist. 9, 14, 3, t. III, p. 171.
  • 30 Epist. 9, 14, 4, t. III, p. 171.

23Chez Sidoine, donc, la matière historique et les allusions à l’actualité sont revêtues d’une forme littéraire élaborée et entièrement mise au service de ses relations d’érudit mondain et de ses ambitions politiques. La déposition de Romulus Augustule par Odoacre en 476, date considérée par l’historiographie moderne comme marquant la fin de l’Empire d’Occident, passe quasiment inaperçue dans sa correspondance : il ne parle, un peu après, que d’une « paix », dans une lettre à un jeune auteur, Burgundio, dont il veut encourager la carrière29. Or, plutôt que de donner quelque témoignage tant soit peu développé sur les événements historiques, Sidoine se répand en explications sur les palindromes et autres artifices susceptibles d’agrémenter le langage poétique, citant notamment cet exemple ancien qui prend ici une tonalité nostalgique : Roma tibi subito motibus ibit amor (« Rome, par les élans du cœur l’amour ira soudain vers toi30 »). Burgundio ayant l’intention d’écrire un éloge de Jules César, Sidoine lui recommande de se mettre sérieusement à l’étude des maîtres de l’histoire (Tite-Live et Suétone surtout) ; mais lui-même déclare vouloir s’abstenir d’écrire, préférant contribuer à préparer le succès de son poulain.

  • 31 Epist. 4, 22, t. II, p. 160-162.
  • 32 Epist. 4, 22, 3, t. II, p. 161.

24Dans une lettre de 476 ou 477 à Léon, conseiller à la cour d’Euric, à qui Sidoine devait sa libération de l’exil, il est très précisément question d’un projet d’ouvrage historique auquel Sidoine est invité à consacrer son énergie littéraire31. Avec sa vanité mondaine accoutumée, Sidoine n’hésite pas à se comparer à Pline le Jeune recevant les conseils de Tacite, mais c’est pour détourner aussitôt le compliment en renvoyant la proposition à son auteur. Léon joindrait « à une rare éloquence l’important avantage de vastes informations32 », tandis que Sidoine, depuis qu’il occupe sa fonction d’évêque et depuis l’expérience de l’exil, affirme ne pas être appelé à ce genre d’ouvrage :

  • 33 Epist. 4, 22, 4, t. II, p. 161.

La religion est ma profession, l’humilité mon désir, la médiocrité conforme à mon obscure condition et j’accorde moins d’importance aux choses présentes que je ne place d’espérance dans l’avenir.33

25Une telle entreprise ne l’exposerait qu’à des désagréments :

  • 34 Epist. 4, 22, 5, t. II, p. 161-162.

Pour les membres du clergé en effet, il y a de la témérité à parler de nos propres affaires, de la vantardise à parler de celles des autres ; nous dévoilons le passé infructueusement, le présent incomplètement ; il y a pour nous, de la honte à dire des choses fausses, du danger à dire la vérité. […] Oui, il semble bien que l’œuvre historique soit tout à fait incompatible avec notre état : sa mise en chantier ne provoque-t-elle pas l’hostilité, sa continuation la fatigue, sa fin la haine ?34

  • 35 Epist. 9, 14, 4, t. III, p. 171.

26En dernier ressort, ni Léon, pourtant estimé capable de surpasser Tacite, ni Sidoine n’ont écrit d’ouvrage historique. La cause profonde en est sans doute, outre les périls du temps déjà dénoncés par Jérôme, le tournant irréversible qui s’est amorcé : la littérature latine est désormais chrétienne, et de ce fait plutôt soucieuse de transmettre un message édifiant ou porteur d’espérance pour l’avenir que de compulser le passé avec l’exactitude pointilleuse des maîtres du répertoire classique. Sidoine écrit pour une classe sociale en voie d’extinction (l’aristocratie gallo-romaine). Il est lui-même à la charnière, classique par sa culture et ses références, et chrétien, animé par la foi en un monde, en un avènement à venir. Il est conscient de cette contradiction, et les efforts constants qu’il déploie en vue de maintenir ses réseaux et la culture qui en est le ciment, en même temps que la nécessité de préserver sa propre personne, le détournent d’un travail objectif et approfondi sur l’histoire, pour lequel il est vraisemblable qu’il ne s’est jamais senti de réelle vocation. Ce n’est qu’avec Grégoire de Tours que la littérature latine se remettra en route sur les traces de l’historiographie classique commencée par Hérodote et Thucydide et révolutionnée par Eusèbe, une historiographie désormais écrite en latin simple pour un public médiocrement cultivé. L’œuvre de Grégoire est empreinte d’une perspective chrétienne. Grégoire retrace l’histoire depuis la genèse du monde jusqu’au présent. Il s’y soumet à la peine de décrire les événements, des événements plutôt sombres. Pour l’échange des lettres d’art, le culte de l’amitié dans un milieu d’aristocrates cultivés, l’esprit précieux et le jeu avec le motif de se taire sur l’histoire35, il n’y avait plus de compréhension.

Notes

1 Pour l’arrière-plan de cette petite esquisse sur les lignes de développement d’un topos de l’épistolographie, la relation entre ce topos, l’histoire et l’historiographie et surtout sur l’utilisation du motif chez Sidoine Apollinaire, voir Näf, 2010.

2 Historia uero testis temporum, lux ueritatis, uita memoria, magistra uitae, nuntia uetustatis, qua uoce alia nisi oratoris immortalitati commendatur : Cicéron, De l’orateur, 2, 36, éd. et trad. E. Courbaud, t. II, Collection des Universités de France, Paris, 1966, p. 21.

3 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 4, 7, 4, Diodorus of Sicily, II, with an English translation by C. H. Oldfather, The Loeb Classical Library 303, Cambridge Mass., 1935, p. 362.

4 Thucydide, La guerre du Péloponnèse, 2, 35, 2, éd. et trad. J. de Romilly, t. II, CUF, Paris, 1967, p. 26.

5 Salluste, Catilina, 3, 3, éd. et trad. A. Ernout, CUF, Paris, 1967, p. 57.

6 Cicéron, Ad Familiares, 5, 12, Correspondance, t. II, éd. et trad. L.-A. Constans, CUF, Paris, 1978, p. 158-164 = Lettre à Luccéius (CXII).

7 Ardeo cupiditate incredibili neque, ut ego arbitror, reprendenda, nomen ut nostrum scriptis inlustretur et celebretur tuis : Ad Familiares, 5, 12, 1 = Cicéron, Lettre à Luccéius (CXII), ibid., p. 158.

8 Quod si a te non impetro, hoc est, si qua te res impedierit (neque enim fas esse arbitror quicquam me rogantem abs te non impetrare), cogar fortasse facere quod nonnulli saepe reprehendunt : scribam ipse de me, multorum tamen exemplo et clarorum uirorum : Ad Familiares, 5, 12, 8 = Cicéron, Lettre à Luccéius (CXII), ibid., p. 163.

9 Cicéron, Traité des lois (De legibus), 1, 5 – 11, éd. et trad. G. de Plinval, Paris, 1959, p. 3-7.

10 Plutarque, Cicéron, 41, Vies t. XII, éd. et trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, Paris, 1976, p. 113-114.

11 Suétone, Vie de de Claude, 41, éd. et trad. H. Ailloud, CUF, Paris, 1967, p. 145-146.

12 Pline le Jeune, Lettres, 5, 8, 12–14, éd. et trad. M. Durry et A.-M. Guillemin, t. II, CUF, Paris, 1961, p. 77.

13 Neque sum ignarus a plerisque scriptoribus omissa multorum pericula et poenas, dum copia fatiscunt aut, quae ipsis nimia et maesta fuerant, ne pari taedio lecturos adficerent uerentur : nobis pleraque digna cognitu obuenere, quamquam ab aliis incelebrata : Tacite, Annales, 6, 7, 5, éd. et trad. P. Wuilleumier, CUF, t. II, Paris, 1975, p. 91.

14 Quo fine contentus reliquum temporis Gratiani et Theodosii latioris historiae stilo reseruaui, non quo de uiuentibus timuerim libere et uere scribere – timor enim Dei hominum timorem expellit –, sed quoniam dibacchantibus adhuc in terra nostra barbaris incerta sunt omnia : Saint Jérôme, Chronique. Continuation de la Chronique d’Eusèbe, années 326-378, Préface, Éd. et trad. B. Jeanjean et B. Lançon, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 61.

15 Jérôme, epist. 60, 16, dans Saint Jérôme, Lettres, t. III, éd. et trad. J. Labourt, CUF, Paris, 1953, p. 107.

16 Sidoine Apollinaire, epist. 1, 1, 1, dans Sidoine Apollinaire, t. II-III, Correspondance, éd. et trad. A. Loyen, Paris, 1970, t. II, p. 2. Voir aussi Amherdt, 2001 ; Condorelli, 2003 ; Henke, 2007 ; Overwien, 2009.

17 Epist. 4, 3, 8, t. II, p. 118.

18 Epist. 7, 9, 2, t. III, p. 52.

19 Sur Sidoine Apollinaire et l’histoire dans sa correspondance, voir ici même les articles d’E. Wolff et A. Stoehr-Monjou.

20 Epist. 4, 17, 1, t. II, p. 149.

21 Epist. 4, 17, 3, t. II, p. 150.

22 Epist. 4, 17, 1, t. II, p. 149.

23 Epist. 1, 11, t. II, p. 34-41.

24 Epist. 9, 2, t. III, p. 132-133.

25 Sidoine Apollinaire, carm. 9, 318-320, dans Sidoine Apollinaire, t. I, Poèmes, éd. et trad. A. Loyen, Paris, CUF, 1960, p. 93.

26 Epist. 9, 12, 3, t. II, p. 161.

27 Epist. 1, 2, 10, t. II, p. 8.

28 Epist. 8, 9, 5, v. 39, t. III, p. 106.

29 Epist. 9, 14, 3, t. III, p. 171.

30 Epist. 9, 14, 4, t. III, p. 171.

31 Epist. 4, 22, t. II, p. 160-162.

32 Epist. 4, 22, 3, t. II, p. 161.

33 Epist. 4, 22, 4, t. II, p. 161.

34 Epist. 4, 22, 5, t. II, p. 161-162.

35 Epist. 9, 14, 4, t. III, p. 171.

Auteur

Université de Zürich

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search