Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre I. La présence de l’histoire et ses différentes formes

L’histoire dans les épîtres liminaires des tragédies de Garnier

Jean-Dominique Beaudin

Texte intégral

1Les épîtres liminaires et dédicatoires éclairent souvent les œuvres qu’elles précèdent. S’agissant de la seconde moitié du xvie siècle, les préoccupations liées à l’actualité politique et religieuse s’y affirment plus d’une fois. Ces lettres ne sont donc pas seulement des épîtres destinées à faire l’éloge d’un roi, d’un prince, d’un gentilhomme ou d’un prélat, auquel l’auteur exprime sa reconnaissance et dont il espère obtenir encore davantage de protection. Ce ne sont pas non plus uniquement des messages privés, puisqu’ils figurent dans l’ouvrage imprimé et font dès lors office de lettres ouvertes, lisibles par un large public.

2La tradition vient de loin, même si les intentions sont assez souvent différentes. On peut citer, par exemple, l’éloge de Néron dans les premières pages de La Pharsale de Lucain, ou, au Moyen Âge, l’adresse à l’archevêque de Vienne, rédigée vers 1490 par Commynes et placée en tête de ses Mémoires, où l’historien justifie son entreprise et dévoile l’esprit dans lequel il l’a menée. À la Renaissance, ces dédicaces établissent une étroite connexion avec l’ouvrage, ainsi qu’avec les événements historiques contemporains. Cela est particulièrement vrai de la tragédie humaniste, dont la fonction rhétorique et dramatique s’accompagne d’une visée didactique, surtout dans une période aussi troublée que celle des guerres de religion.

  • 1 Cf. Lestringant, 1993.

3Les épîtres dédicatoires rédigées par Robert Garnier en tête de ses tragédies sont accompagnées de quantité de pièces liminaires adressées au dramaturge par des amis (Dorat, Ronsard ou Belleau, par exemple), composées en vers, en latin ou en français : outre l’éloge qu’elles font de l’auteur, restaurateur du cothurne antique, elles rappellent les lamentables malheurs de la France contemporaine, en tous points semblables aux tragiques événements de l’Antiquité. Garnier, haut magistrat, était porté à considérer le théâtre comme un genre politique1. On s’explique alors le choix de certains sujets comme les guerres civiles de Rome (Porcie, Cornélie, Marc Antoine) ou les légendes du cycle des Labdacides (la guerre civile entre Étéocle et Polynice dans Antigone). L’historia et la fabula sont traitées sur un pied d’égalité. La relation entre l’Antiquité et le monde contemporain semble évidente à un lecteur ou un spectateur de cette époque, et les personnages de ce théâtre ont valeur soit d’exempla soit de contre-modèles. C’est dire que la tragédie historique (au sens large) a une fonction didascalique et enseignante, pour reprendre les termes de Ronsard dans la préface de la Franciade. Les topoi de la guerre civile, de la violence, de la modération, de la clémence, de la vertu, l’abondance des sentences démontrent le caractère idéologique du genre dramatique, l’influence du théâtre de Sénèque étant prédominante.

4Les pièces de Garnier sont publiées entre 1567 et 1583 et la dernière édition collective date de 1585. Elles sont dédicacées à des personnages divers : à de grands serviteurs de l’État, des ambassadeurs, des magistrats et des évêques, notamment ; l’édition du théâtre de Garnier parue en 1582 est dédiée à Henri III lui-même. Après la Saint-Barthélemy, les guerres civiles se déchaînent, les deux dédicaces au roi, l’une en prose, l’autre en vers, sont dès lors à considérer comme des actes de foi et de loyauté à l’égard de la monarchie, en un temps où s’affrontent trois personnages : Henri III, son frère et Henri de Guise. La situation est anarchique dans les provinces, surtout dans le Midi. La septième guerre commence en 1579-1580. Le roi tente de remédier courageusement aux difficultés, avec les membres de son conseil et des magistrats parisiens, mais il rencontre beaucoup d’obstacles.

5Dans la dédicace en prose de 1582, le monarque est présenté comme un grand amateur de lettres, ce qu’il fut effectivement :

  • 2 Robert Garnier, Porcie, éd. J.-C. Ternaux, Paris, Champion, 1999, p. 27.

Et dequoy pourroyent nos pauvres Muses, que vous recevez et embrassez si cherement, recognoistre vos bienfaits que par nos poëtiques chansons ?2

6Garnier, en rappelant que le roi est l’image de Dieu, manifeste un respect pour le monarque, dont il se montre le zélé et fidèle sujet :

  • 3 Ibid.

Mais tout ainsi qu’à notre Dieu, de qui vous estes l’image et la vive representation, nous faisons sans l’offenser, de religieuses offrandes des biens que nous tenons de sa bonté […]3

7Derrière cet éloge du prince, se dessine un souci du rayonnement de la France, de même que les pièces romaines du poète français mettent en scène des personnages soucieux de la grandeur romaine. L’éloge de la royauté devra aussi trouver sa reconnaissance dans l’histoire future. Ainsi la continuité historique et temporelle est-elle assurée, parallèlement à la permanence de la nation française, appelée à prendre le relais de l’empire romain (nouvelle forme de la translatio imperii). Cette idée n’est qu’implicite, mais d’autres dédicaces de Garnier, nous le verrons, iront dans ce sens :

  • 4 Ibid.

La postérité, SIRE, incorruptible juge de nos actions, entendant par le fidelle rapport de tant de livres estrangers qui survivront nostre siecle, les admirables effets de vos heroiques vertus, blasmeroit nostre ingrate mecognoissance, de n’avoir par nos plumes testifié la grace que Dieu nous fait de vivre sous la douce subjection d’un tel Monarque, que les nations qui aboutent les frontieres de Scythie, ont ambitieusement recherché pour maistre.4

8On aura reconnu dans les frontières de Scythie une référence antique. Cette périphrase désigne la Pologne dont Henri III est le souverain. La France peut donc s’étendre bien au-delà de son territoire, tel l’empire romain, et le roi en retire une gloire supplémentaire. Quant au jugement de la postérité, Garnier a conscience que celle-ci sera aussi sévère envers le xvie siècle que son temps peut l’être vis-à-vis des fautes des Romains. Ainsi, derrière ces lieux communs de l’éloge, s’expriment une philosophie de l’histoire et un souci de la survie de la France.

  • 5 Robert Garnier, Porcie, éd. cit., p. 29-33.

9Cette perspective se trouve confirmée par la seconde dédicace, en vers cette fois-ci, et beaucoup plus développée. Elle est, tout en sacrifiant aux lieux communs, d’une grande richesse. De ces 174 vers5, il faut retenir les points suivants : le poète dresse un nouvel éloge du monarque, rappelle qu’il est l’image de Dieu, qu’il est un bon roi, non un tyran (malgré les accusations portées contre Henri III). Deux ans auparavant, Garnier abordait dans son Antigone cette question centrale, débattue depuis les États généraux de 1576. Créon y était présenté comme un mauvais prince, un tyran. La distinction entre la monarchie juste et la tyrannie est habituelle dans la philosophie politique de ce temps, comme dans ce passage de La République de Jean Bodin (1576) :

  • 6 Jean Bodin, Les Six Livres de la Republique, II, 4, Paris, Jacques du Puys, 1576, p. 246-247.

[…] l’un [le roi] entretient la pieté, la justice, et la foy : l’autre [le tyran] n’a ny Dieu, ni foy, ni loy : l’un fait tout ce qu’il pense servir au bien public, et tuition de ses sugets : l’autre ne faict rien que pour son profit particulier, vengeance, ou plaisir […]6

10Dans la tragédie, Hémon, face à Créon, ne confond pas non plus le bon roi et le tyran :

  • 7 Robert Garnier, Antigone, v. 2035-2041, éd. J.-D. Beaudin, Paris, Champion, 1997, p. 145.

Hemon – N’estes-vous pas suget aux loix de la cité ?
Creon – Un Prince n’est sujet aux loix de sa province.
Hemon – Vous parlez d’un tyran, et non pas d’un bon
Prince.
Creon – Tu veux que mes sujets me prescrivent des loix.
Hemon – Ils doivent au contraire obeir à leurs Rois,
A leurs Rois leurs seigneurs, les aimer et les craindre :
Aussi la loy publique un Roy ne doit enfreindre.7

11L’épître en vers de 1582, adressée à Henri III, roi de France et de Pologne, distingue, pour sa part, les bons et les mauvais rois :

  • 8 Robert Garnier, Porcie, v. 1-22, éd. cit., p. 29.

Les Rois enfans du Ciel sont de Dieu les images :
Jupiter en prend cure et les garde d’outrages,
Il les fait reverer, reputant les honneurs
Estre à luy mesme faits, qu’on rend à ses seigneurs.
Quand ils ont quelquefois les ames trop cruelles,
Outrageant leurs sujets qui ne leur sont rebelles,
Bien qu’épris de colere, il les fait à tous coups
Par signes advertir de son ardant courroux. […]
Mais des bons qui la paix et la justice honorent,
Et semblables à vous les cruautez abhorrent,
Il a tousjours le soin, leurs sceptres il maintient,
Et contre tous haineurs leur querelle il soustient.
Il veut que les vertus de leur ame enfantees
Comme celestes, soyent par les Muses chantees.8

  • 9 Cf. Jung, 1966.
  • 10 Cf. Florence Dupont, 1985, citée par Jean-Claude Ternaux dans son édition de Porcie, p. 125-126 : (...)

12Henri III sera chanté des poètes de son temps comme Auguste le fut par Virgile et Horace. Cela n’est pas dit explicitement, mais les contemporains comprennent l’enjeu, qui est de ressusciter la grandeur politique et littéraire du royaume de France dans le sillage de l’empire romain. Actualité et histoire ancienne se rejoignent ici. Et la légende va prendre le relais de l’histoire pour donner à la gloire actuelle d’Henri III un fondement mythique : le roi est un nouvel Hercule, l’Hercule gaulois, thème qui parcourt tout le siècle : de François Ier à Henri IV, chaque monarque est considéré comme une sorte d’Hercule, presque un demi-dieu9. Cette tradition antique est reprise par Garnier, qui l’applique à son prince, par une sorte de transfert historique10 :

  • 11 Porcie, v. 23-28, éd. cit., p. 29.

Comme on voit que d’Alcide immortels sont les faits,
Qui la terre purgea de ses monstres desfaits :
Ou comme du Pelide est la gloire vivante
Par les antiques vers d’Homere qui le chante,
Avec tant d’autres preux, que les Poëtes saints
Ont comme en un tableau dans leurs œuvres depeints.11

13Hercule est encore nommé, ainsi que Nestor, lorsqu’il s’agit d’évoquer les talents d’orateur d’Henri III. La légende vient au secours de l’actualité pour magnifier le roi et construire un mythe. Hercule est le prototype de la vaillance, de la sagesse et de l’éloquence :

  • 12 Ibid., v. 53-62, p. 30.

L’autre dira le miel que l’Hybleanne mouche,
Fille du blond Soleil, confit en votre bouche :
Dont vostre voix sucree emprunte la douceur,
Qui coule en nostre oreille et nous penetre au cœur.
Telle du Pylien fut la douce faconde,
Qu’on dit avoir vescu par trois siecles au monde ;
Et telle fut aussi la charmeresse voix,
La voix ointe de miel, de l’ Alcide François,
Qui les peuples tiroit par sa douce harangue,
Ainsi que par chainons attachez à sa langue.12

  • 13 Garnier fait surtout allusion aux victoires remportées par Henri III lorsqu’il n’était encore que (...)

14L’Hercule royal occupe une place de premier ordre dans les événements historiques, ne serait-ce que par les nombreuses victoires qu’il remporte, directement ou indirectement, semblable en cela aux grands conquérants de l’Antiquité13 :

  • 14 Porcie, v. 71-76, éd. cit., p. 31.

Mais un autre, plus grave, entonnant sa chanson,
Fera bruire de Mars l’espouvantable son :
Vous peindra tout armé sur un genet d’Espagne,
Rangeant mille escadrons sur la verte campagne,
Vos ennemis aupres, à qui la froide peur
Par vostre seul regard descendra dans le cœur.14

15Au total, cet éloge du roi paraît au bon moment, puisque ce poème peut servir de réconfort à un prince accablé par les maux du royaume, inquiet de l’avenir de la dynastie et traversant une phase de dépression. La légende d’Hercule est destinée à lui rendre sa vigueur morale.

16La subtile relation entre histoire, légende et actualité transparaît encore dans l’Antigone de 1580, où Jocaste demande à ses fils d’oublier leurs querelles, pour affronter ensemble les ennemis de Thèbes. Or les menaces hégémoniques de l’Espagne et de l’Angleterre pèsent sur la France. Dans la Porcie de 1567, la nourrice, s’adressant à Rome déchirée par la guerre civile, exprimait déjà un souhait semblable :

  • 15 Porcie, v. 431-438, éd. cit., p. 59.

Toy toy, qui vaillamment brandissois ton espee
Par tous les quatre coings de la terre occupee, […]
Maintenant (ô chetive !) esteinte par les armes,
Par l’homicide fer de tes propres gendarmes,
Tu nages dans le sang de tes propres enfans
Que n’aguere on voyoit marcher si triomphans !15

17La France se relèvera-t-elle ? La réponse pourrait se trouver dans une autre tragédie, La Troade, publiée en 1579. La pièce est précédée d’une dédicace, adressée à l’évêque de Mende, Renaud de Beaune, qui se montrera bientôt partisan de la réconciliation nationale, et à qui Garnier avait fait lire quelques scènes de son drame alors que celui-ci était encore à l’état d’ébauche. La Troade met en scène la captivité des Troyennes après la prise de leur ville par les Grecs. Elle repose sur une contamination des Troyennes, d’Hécube (Euripide) et des Troades (Sénèque). Les contemporains voyaient en Hécube (le personnage principal) Catherine de Médicis, reine-mère et régente, qui, comme l’épouse de Priam, était veuve et avait perdu plusieurs de ses enfants. Voici l’essentiel de la dédicace, dans la version de l’édition de 1585, alors que Renaud de Beaune était devenu archevêque de Bourges :

  • 16 Robert Garnier, La Troade, éd. J.-D. Beaudin, Paris, Champion, 1999, p. 41-42.

Je sçay qu’il n’est genre de Poëmes moins agreable que cestuy-cy, qui ne represente que les malheurs lamentables des Princes, avec les saccagemens des peuples. Mais aussi les passions de tels sujets nous sont ja si ordinaires, que les exemples anciens nous devront doresnavant servir de consolation en nos particuliers et domestiques encombres : voyant nos ancestres Troyens avoir, par l’ire du grand Dieu, ou par l’inevitable malignité d’une secrette influence des astres, souffert jadis toutes extremes calamitez : et que toutefois du reste de si miserables et dernieres ruines s’est peu bastir, apres le decez de l’orgueilleux Empire Romain, ceste tres-florissante Monarchie.16

18Au xvie siècle, le mythe des origines troyennes de la nation française reste vivace, même si l’historicité en est contestée à l’époque de Garnier. Cette légende prétendait que des Troyens, conduits par Astyanax, échappé aux Grecs grâce à une substitution d’enfant, et ayant pris le nom de Francion ou de Francus, avaient abordé aux rivages de la Gaule. La noblesse troyenne aurait donc occupé l’Europe :

  • 17 Dubois, 1972, p. 17-18.

La quête des origines de la France et la rencontre des Gaulois rejoignent le rêve mégalomaniaque d’un retour au pays doré, la découverte d’un « vieux titre d’honneur » oublié […] c’est une manière d’exprimer symboliquement des revendications qui appartiennent à un temps précis, et des aspirations en relation directe avec l’actualité historique et politique.17

19Ronsard, dans la Franciade (1572), reprenait ce mythe, et l’on devine dans La Troade de Garnier, dont le titre rappelle celui de l’épopée ronsardienne, des allusions à cette légende, notamment dans la dédicace, où il est question des ancestres Troyens des Français. Pour Garnier et ses contemporains, la France, comme Troie, peut se relever de ses ruines et retrouver son prestige. Le devin Helenos, présent chez Ronsard, figure aussi dans la pièce de Garnier, où il pressent le salut d’Astyanax, sans toutefois l’évoquer explicitement, tandis que ni Euripide ni Sénèque ne mettaient en scène ce personnage. Par ailleurs, le dramaturge laisse planer un doute sur l’identification du cadavre d’Astyanax, ce qui ouvre la voie à une possible substitution :

  • 18 La Troade, v. 1939 sq., éd. cit., p. 128.

Son corps est tout froissé […]
Si qu’il ne semble plus qu’une difforme masse
Confuse de tout poinct, sans trait d’ humaine face
Ny d’humaine figure, et puis le sang, qui l’oint,
Fait qu’en levant un membre on ne le cognoist point.18

20Ainsi l’histoire et la légende sont-elles sollicitées pour décrire et juger les événements contemporains, pour contribuer aussi à la construction d’une idéologie, conforme à une certaine idée de la monarchie et de la nation françaises. La France est illustrée à la fois par les politiques et les hommes de lettres, qui déploient un commun effort pour le salut et le rayonnement du pays, ce qui va de pair avec la sauvegarde de la dynastie des Valois.

Notes

1 Cf. Lestringant, 1993.

2 Robert Garnier, Porcie, éd. J.-C. Ternaux, Paris, Champion, 1999, p. 27.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Robert Garnier, Porcie, éd. cit., p. 29-33.

6 Jean Bodin, Les Six Livres de la Republique, II, 4, Paris, Jacques du Puys, 1576, p. 246-247.

7 Robert Garnier, Antigone, v. 2035-2041, éd. J.-D. Beaudin, Paris, Champion, 1997, p. 145.

8 Robert Garnier, Porcie, v. 1-22, éd. cit., p. 29.

9 Cf. Jung, 1966.

10 Cf. Florence Dupont, 1985, citée par Jean-Claude Ternaux dans son édition de Porcie, p. 125-126 : « Héraklès, ou plutôt Hercule, double légendaire d’Alexandre, sera traduit à Rome pour servir de double légendaire à l’empereur romain […] L’essor de la mythologie grecque à Rome […] est la conséquence de cette mutation politique qu’est l’instauration d’un pouvoir monarchique à partir d’Auguste. »

11 Porcie, v. 23-28, éd. cit., p. 29.

12 Ibid., v. 53-62, p. 30.

13 Garnier fait surtout allusion aux victoires remportées par Henri III lorsqu’il n’était encore que duc d’Anjou, à Jarnac et à Moncontour, en 1569.

14 Porcie, v. 71-76, éd. cit., p. 31.

15 Porcie, v. 431-438, éd. cit., p. 59.

16 Robert Garnier, La Troade, éd. J.-D. Beaudin, Paris, Champion, 1999, p. 41-42.

17 Dubois, 1972, p. 17-18.

18 La Troade, v. 1939 sq., éd. cit., p. 128.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search