Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre I. La présence de l’histoire et ses différentes formes

L’histoire dans les lettres de Maxime Planude

Jean Schneider

Texte intégral

  • 1 Maximi monachi Planudis epistulae, éd. Petrus Aloisius M. Leone, coll. « Classical and Byzantine m (...)
  • 2 La fiscalité est un thème central dans les lettres 3, 10, 12, 14, 20, 21 (cf. les numéros 2182 et (...)

1L’histoire peut, dans la correspondance de Maxime Planude1, intervenir à plusieurs titres. L’épistolier peut être un acteur de l’histoire et intervenir dans sa lettre en tant que tel. Il peut s’adresser à un destinataire qui est lui-même un acteur de l’histoire et rédiger sa lettre en prenant en compte cet aspect. Il peut évoquer des tiers qui sont des acteurs de l’histoire. Dans ces trois cas, c’est l’histoire de la fin du xiiie siècle qui affleure dans les lettres. Mais Planude peut aussi évoquer l’histoire ancienne et les œuvres historiques de l’Antiquité. Nous essayerons de faire droit à chacun de ces aspects, en prenant le mot « histoire » dans le sens restreint que le mot avait dans l’Antiquité. L’historien moderne peut en effet s’intéresser à quantité de choses, vie quotidienne, culture matérielle et intellectuelle, mentalités, au point que tout ce qui dans les lettres relève de la fonction référentielle pourrait être tenu pour historique. Mais les historiens antiques et byzantins ont, à d’intéressantes exceptions près, une conception plus sélective de l’histoire, n’y recevant que les grandes actions politiques et militaires. Il nous semble que Planude, malgré son intérêt pour les proverbes populaires et pour les sciences, s’inscrit dans cette tradition antique et qu’il serait anachronique d’annexer à l’histoire, quand nous étudions ses lettres, ce qu’il nous apprend de sa vie privée ou de celle de ses correspondants, de la culture matérielle et spirituelle de la société où il évolue, de son fonctionnement administratif et fiscal2.

  • 3 Beyer, 1993, p. 132. Philanthropène porte le numéro 29752 dans le PLP.
  • 4 Dans la lettre 111 (p. 178, 22-23), il évoque aussi un séjour, pendant le carême 1295 (Beyer, 1993 (...)

2Planude peut apparaître, dans ses lettres, comme le sujet de l’histoire. Son rôle y est évidemment modeste, même si ce moine, ouvert à la culture occidentale, n’a rien d’un érudit poussiéreux tourné vers le passé. Il évoque un projet d’ambassade en Cilicie auprès de l’église arménienne, dans la lettre 112 (p. 181, 22-182, 18) et dans la lettre 114 (p. 190, 8-19). Planude donne des indications sur les circonstances de ce projet et, surtout, sur les raisons qui ont empêché sa réalisation, et il est intéressant d’en voir le contexte. Dans la lettre 112, adressée à Philanthropène en avril 12953, il évoque le soulagement qu’il a d’être dispensé de cette lourde responsabilité, puis une circonstance embarrassante : cette ambassade l’aurait rapproché de son correspondant et aurait pu donner l’occasion d’une rencontre 44 Il a donné d’abord de solides raisons pour se justifier d’avoir évité cette mission, sous la forme d’un développement éloquent mais allusif sur les calomnies qui l’auraient atteint s’il l’avait accomplie, et ensuite il peut mentionner la rencontre dont il s’est privé lui-même (p. 182, 18-23 : « mais il y a une seule chose, celle qui m’est la plus douce, que j’ai manquée, si vraiment je devais en abordant en Asie voir et étreindre l’homme divinement admirable [Philanthropène] »). En conclusion de sa lettre, il exprime avec beaucoup d’éloquence le souhait d’une autre occasion de rencontre (p. 182, 23-26). Dans la lettre 114, envoyée à la même date à Melchisédech (no 523 dans le PLP), Planude est dans la même situation inconfortable puisque son correspondant réside auprès de Philanthropène, mais il élude la difficulté, comparant la grâce divine qui lui a épargné le risque de cette ambassade à l’autre grâce qui, dans le couvent du martyr Tryphon où il passait le carême, l’a sauvé de la mort par étouffement, et il exprime aussi le souhait (p. 190, 21-23) que Melchisédech parvienne à l’attirer en Asie auprès de ses deux amis. Les lettres 112 et 114 ont donc surtout pour fonction d’atténuer la déception que pourrait inspirer aux destinataires le peu d’empressement de Planude à se rapprocher d’eux, et la lettre à Melchisédech est sous ce rapport peu convaincante.

  • 5 L’ambassade arménienne est probablement en rapport avec le projet de mariage signalé par Pachymérè (...)

3Planude a, en revanche, assuré une ambassade à Venise en 1297, accompagné de Léon Vardalis (no 2183, PLP) et de Nicéphore Moschopoulos (no 19376, PLP). Il évoque la maladie qu’il a contractée au retour de cette ambassade dans la lettre 12 (p. 27, 20), un serviteur qui l’a accompagné à Venise dans la lettre 31 (p. 63, 24), tandis qu’il n’évoque pas cette ambassade dans la lettre 18 adressée à Nicéphore Moschopoulos ni dans la lettre 32 adressée à Léon Vardalis. En revanche, dans la lettre 5 adressée à Léon Vardalis, il insiste sur cette épreuve partagée (p. 14, 20-24), pour mettre en évidence l’imbrication de leurs destins respectifs, illustrée par cette ambassade et par l’animosité manifestée par un inconnu envers chacun des deux amis (p. 14, 24-15, 13). Dans la lettre 29, adressée à Dimitrios Sgouropoulos (no 25012, PLP) qui l’a aidé lors de son retour de Venise, il revient sur cette ambassade (p. 59, 9-60, 2) pour exprimer sa gratitude. Dans les lettres 5 et 29, le rappel d’un événement historique dont Planude est, avec son correspondant, un acteur est donc ordonné à l’expression de l’amitié. Planude n’a pas pour but d’instruire le lecteur des relations entre les églises constantinopolitaine et arménienne, entre Andronic II et Venise5, d’autant que Melchisédech est parfaitement au courant (p. 190, 10-11) ainsi que Vardalis ; mais il fait entrer ces événements, avec plus ou moins de succès, dans le cadre de l’expression amicale qui est l’objet de ses lettres.

  • 6 La lettre 93 lui serait adressée selon Laiou, 1978, p. 92, hypothèse rejetée par Beyer, 1993, p. 1 (...)
  • 7 Beyer, 1993, p. 113 et p. 128 ; Massimo Planude, Epistole a Melchisedek, trad. G. Pascale, Edizion (...)
  • 8 Planude évoque des actions militaires du Prôtosévaste (p. 87, 21). De même, dans la lettre 41 adre (...)

4Planude peut écrire à des hommes qui sont, à un niveau supérieur au sien, des acteurs de l’histoire. Il adresse vingt-neuf ou trente6 lettres à Philanthropène, toutes pendant l’expédition militaire que conduisit Philanthropène, quittant Constantinople, après le 29 mars 1293, pour l’Asie, où il remporta quelques succès, mais fut privé d’une partie de son commandement, conspira contre Andronic II, et fut aveuglé le 25 décembre 12967. On peut considérer aussi les quatorze lettres que Planude adresse à Melchisédech, le frère de Constantin Acropolite dont Philanthropène épousa la fille dans l’été 1294. Melchisédech Acropolite accompagna apparemment Philanthropène, fit un bref séjour à Constantinople (hiver 1294-1295), encouragea Philanthropène à conspirer. En revanche, les cinq lettres de Planude au Prôtosévaste (no 27470, PLP), frère de Philanthropène8, et la lettre 121 qui fut probablement adressée à Constantin Acropolite (no 520, PLP), ne prennent pas en compte le rôle historique de Philanthropène de sorte qu’on peut les négliger ici. Les lettres adressées à Philanthropène et à Melchisédech sont souvent consacrées principalement aux thèmes de l’absence et de l’amitié, comme la lettre 48 que Beyer a apparemment renoncé à dater. D’autres lettres véhiculent, sous une forme plus ou moins allusive, des éléments qu’on peut considérer comme historiques.

  • 9 Cf. Beyer, 1993, p. 128.
  • 10 Thraede, 1970, p. 27-38.
  • 11 Planude souhaite aussi être informé des succès de Philanthropène par une annonce anonyme (p. 86, 1 (...)
  • 12 Il est plausible que Philanthropène, quand il demande ce service, en profite pour formuler à l’adr (...)
  • 13 Dans la lettre 77, Planude peut comparer ce qu’il a appris par une lettre de Philanthropène à ce q (...)
  • 14 Les lettres mentionnées ligne 13 sont-elles adressées à Planude ou à l’empereur ? Les deux lettres (...)

5Normalement, Planude pourrait informer ses deux correspondants de l’actualité politique constantinopolitaine, et l’on comprend à travers la lettre 99 que Melchisédech s’attend à ce que le porteur de la lettre lui donne des informations confidentielles de ce type (p. 159, 10-11)9, d’autant que le texte même de la lettre, mal interprété (p. 159, 27), lui faisait espérer que le porteur donnerait des indications qui ne devaient pas figurer dans la lettre elle-même. Planude ne comprend pas, ou feint de ne pas comprendre, l’attente de son correspondant, et il explique que les nouvelles orales qui devaient compléter sa lettre avaient trait à des choses banales (p. 159, 12-18) qui relèvent, dans la terminologie cicéronienne10, du iocari, dépourvues d’intérêt historique. Planude pourrait être informé par les lettres de Philanthropène et de Melchisédech, ou par les porteurs chargés d’acheminer ces lettres, du déroulement des opérations militaires et éventuellement des projets politiques de ses deux amis. De fait, il demande à Philanthropène (lettres 5411, p. 86, 21-22 et 119, p. 205, 11-13) et à Melchisédech (lettre 94, p. 146, 12-15) de lui raconter les succès du général, et il obtient parfois satisfaction (lettres 77, p. 115, 18-20 et 117, 19 ; 78, p. 118, 23 et 120, 1 ; 120, p. 206, 11 et 28-29, cf. p. 211, 17-18). Il charge le porteur d’une lettre de lui narrer, à son retour, les exploits de Philanthropène dont il aura été le témoin ou qu’il aura entendu raconter (lettres 79, p. 121, 23-122, 4, et 80, p. 123, 14-15, cf. pour un correspondant moins illustre la lettre 81, p. 125, 27). Cependant, il se plaint aussi de la rareté des lettres de Philanthropène (lettre 105, p. 167, 11-12) et de leur caractère allusif (lettre 79, p. 120, 12-27), qu’il interprète comme une marque de modestie (p. 120, 21-25), mais qui peut simplement tenir à ce que les lettres de Philanthropène n’ont pas pour but de raconter ses actions politico-militaires. Manifestement, Philanthropène, dans les quelques lettres qu’il prend le temps d’envoyer à Planude, s’en tient normalement aux thèmes habituels de la lettre amicale, pouvant à l’occasion recommander à Planude un élève (lettre 98, p. 153, 19-2012) ou l’informer de la naissance de son enfant (lettre 120, p. 205, 26). Planude précise que Philanthropène ne rédige pas la libération de Milet, mais qu’il la réalise et fournit ainsi de la matière à ceux qui choisissent d’écrire des discours sur ce sujet (lettre 119, p. 202, 16-19). Planude est surtout informé des succès militaires de son ami par la rumeur publique (lettre 60, p. 90, 18 et 22 ; lettre 119, p. 198, 23 et p. 203, 17-1813), par des lettres envoyées par Philanthropène à l’empereur lui-même (lettre 107, p. 170, 17-2514), dont la fonction est évidemment autre que celle d’une simple lettre amicale, et par le petit séjour qu’il a fait lui-même auprès de Philanthropène après le carême 1295.

6Planude peut faire aux actions militaires de Philanthropène des allusions si vagues que, par exemple, Beyer a renoncé à dater la lettre 54. Planude évoque les succès militaires de Philanthropène pour solliciter une exemption (lettre 101), un échange de captifs (lettre 102), le recrutement d’un soldat (lettre 105). Dans la lettre 60 il ne mentionne les succès de son ami que pour expliquer que, contrairement à ce qui est usuel dans une lettre amicale, il s’accommode sans déplaisir d’une absence si propice (p. 90, 16-17 ; p. 91, 18-20). Toute la lettre 80 exprime l’amitié et la douleur de l’absence, et les soucis militaires de Philanthropène ne sont évoqués brièvement que pour justifier le badinage amical (p. 124, 26-29). La lettre 106 exprime surtout au futur l’espoir que Philanthropène parviendra à réprimer un nouveau soulèvement de ceux qu’il avait d’abord vaincus (p. 168, 18-169, 11), dans le but de justifier la brièveté de cette lettre par les occupations pressantes du destinataire (p. 168, 14-18). Dans la lettre 111, c’est à la suite d’une déclaration amicale éloquente que vient un souhait de succès (p. 179, 9-15). Bien qu’elle évoque plus précisément les victoires de Philanthropène, la lettre 79 est pourtant dominée par une thématique amicale et par le souci de compenser l’absence. Les allusions aux exploits de Philanthropène, dans la lettre 99 adressée à Melchisédech, sont humoristiques (p. 154, 2-4 et 155, 9-11) ou visent à justifier ses présentes préoccupations éducatives (p. 156, 11-12 et 23-24), qui inquiètent apparemment Melchisédech.

  • 15 Lettre 117, p. 195, 19-23. Planude célèbre les vertus de Philanthropène (lettre 60, p. 90, 27-91, (...)

7Ce qui est plus surprenant, c’est que plusieurs lettres de Planude nous donnent des indications assez précises sur les actions militaires de Philanthropène et sur la conduite de l’empereur qui, après avoir reçu avec joie ses rapports, va réduire le territoire à lui confié. Ainsi la lettre 117 (adressée à Melchisédech) chante sur le mode homérique (p. 194, 13-195, 3), puis sous une forme plus prosaïque (p. 195, 4-17), les succès de Philanthropène, avant de limiter son chant par la mesure de la lettre (p. 195, 18). La lettre 120 (à Philanthropène) comporte une longue évocation de ce que Planude a vu lors de son séjour auprès de Philanthropène (p. 206, 29-211, 13), scandée par « j’ai vu » et des expressions équivalentes, et il conclut ce développement en renonçant à donner tous les détails, qui demanderaient plus qu’une lettre, et les éloges qui devraient accompagner cette relation partielle (p. 211, 14-16). Ainsi, Laiou et Beyer ont pu compléter grâce aux lettres de Planude les renseignements fournis par Pachymérès. Planude souligne lui-même ce qu’il y a de paradoxal à ce qu’il ait l’air d’instruire Philanthropène de ses propres actions, dans la lettre 119 (p. 198, 13-14). S’il donne tous ces détails qu’il tient de sources impersonnelles (p. 198, 6 et 23 ; p. 199, 6), c’est pour que son ami y voie une marque de son attention (p. 198, 14-16). Il explique ces développements surprenants par le souci de louer15. La louange est « le principe de l’amitié » (Isocrate, À Démonicos, 33), mais c’est aussi une des fonctions du genre historique, formulée déjà par Hérodote et largement mise en œuvre par les historiens influencés par Isocrate. En tout cas, la lettre 119 développe de manière originale un thème caractéristique de la lettre amicale, le regret de n’avoir pas d’ailes pour rejoindre son ami (p. 199, 18-31). Il peut associer étroitement sa pratique épistolaire et les actions militaires de Philanthropène, dans la lettre 77 (p. 118, 17-20) et dans la lettre 118 (p. 197, 31-32).

  • 16 Il se peut que le développement p. 200, 20-201, 2 vise à justifier l’accaparement, par Philanthrop (...)
  • 17 Wendel, 1950, col. 2214. Le Palatinus gr. 141 est daté circa 1330 et il est séparé de l’archétype (...)
  • 18 Laiou suppose que Planude a pu sympathiser avec un ambitieux rebelle qu’il espérait voir réussir, (...)
  • 19 Lettre 98, p. 151, 22-152, 15. Planude semble comparer cette demi-disgrâce, par laquelle Livadario (...)
  • 20 Lettre 99 (cf. Schneider, 2009, p. 78-79).

8Les lettres où Planude évoque assez précisément les actions militaires de Philanthropène sortent-elles du genre épistolaire pour entrer dans le genre historique ? Il se promet de montrer à la postérité « comment il faut couronner les exploits » (lettre 117, p. 195, 21-23), il prévoit que le fils de Philanthropène lira, quand il sera grand, la lettre où il loue les actions de son père (lettre 120, p. 212, 4-10), et surtout il fait état d’invitations qu’on lui adresse de publier ces lettres (lettre 119, p. 205, 5-10)16. Il se peut que la réhabilitation de Philanthropène en 1324, après la mort de Planude, ait fourni l’occasion de la publication du recueil17. Un tel projet est évidemment étranger à la fonction de la lettre, et l’on a pensé que sa réalisation était liée aux projets politiques de Philanthropène dont Planude aurait espéré le succès18. Bien qu’aucune lettre conservée n’évoque la disgrâce de Philanthropène et ne nous permette de deviner les sentiments de Planude à cet égard, il se peut que, en présentant comme un succès la réduction du ressort de son pouvoir19, en encourageant ses intérêts intellectuels20 et en refusant peut-être de donner à Melchisédech des renseignements confidentiels, Planude veuille détourner son jeune ami d’une entreprise aventuriste. Nous sommes aussi dissuadé de donner une fonction historique aux allusions de Planude par plusieurs lettres où les actions militaires et politiques de Philanthropène lui donnent seulement l’occasion d’un badinage amical, les lettres 61 (p. 92, 4-18) et 113 (p. 183, 2-5 et 185, 4-9 et 19-25), desquelles on rapprochera les évocations comiques des lettres 71 (p. 108, 15-17) et 72 (p. 110, 14-29). En tout cas, si la publication projetée dans la lettre 119 correspondait à un projet historique, elle devrait concerner les lettres rédigées par Philanthropène, qui auraient dû donner un récit circonstancié des actions militaires du jeune général ; mais cette publication concerne les lettres de Planude, qui sont fondées largement sur une information de deuxième main, mais élaborent, conformément à la fonction de la lettre amicale, les louanges que Philanthropène ne peut se décerner à lui-même.

  • 21 Relations historiques, X, 1-8, t. IV, éd. et trad. A. Failler, CFHB XXIV/4, Paris, 1999.
  • 22 Cette inversion du cours normal de l’astre est rapprochée (p. 5, 1-2, avec une référence fausse da (...)
  • 23 Laiou (1978, p. 99) observe que Planude a pu être successivement favorable (comme l’empereur Miche (...)

9Planude adresse une lettre, placée en tête du recueil, à Andronic II, pendant le séjour que l’empereur fit à Thessalonique de février 1299 à novembre 1300, séjour pendant lequel il envoya aussi douze lettres à Phacrasis (no 29570 du PLP ; lettres 4, 7, 8, 11-17, 19, 45) et une à Nicéphore Choumnos (no 30961, PLP ; lettre 6) qui accompagnaient Andronic. Dans la lettre 19, Planude évoque la disgrâce de Phacrasis, mais ne donne aucune explication politique et rédige une lettre de consolation adaptée aux malheurs qui frappent son ami. Dans la lettre 1 en revanche, il évoque dans des termes emphatiques la pacification de la Serbie, dont le séjour à Thessalonique, avec le mariage de la petite Simonis au kral de Serbie, doit marquer le succès. À vrai dire, nous ne comprenons la portée politique du séjour d’Andronic à Thessalonique que grâce à Pachymérès21, et Planude veut surtout, dans la lettre 1 et dans les lettres 4 (p. 11, 3-19), 6 (p. 17, 11-18), 8 (p. 19, 17-23), 11, 12 (p. 27, 10-13), 14 (p. 37, 8-17), 15 (p. 38, 13-14), 17 (p. 39, 9-25), exprimer la douleur qu’il ressent à être privé de la présence de ses correspondants et les inviter à revenir bien vite. C’est particulièrement net dans la lettre 1 où, après avoir rendu grâce à l’empereur dont le soleil s’est levé à l’ouest pour apaiser les Serbes (p. 3, 18-4, 7), il le supplie de revenir à l’est dans sa capitale (p. 4, 15-5, 1722). Les événements politiques ne sont donc évoqués que dans la perspective, amicale23 et épistolaire, de la douleur de l’absence et du souhait du retour du destinataire.

  • 24 Les historiens byzantins qui figurent dans l’index scriptorum de Leone ne sont pas cités par Planu (...)
  • 25 Schneider, 2009, p. 69-70.
  • 26 Piccolomini, 1874, p. 105-116.
  • 27 Schneider, 2008, p. 749-752.

10Quittons maintenant l’histoire contemporaine pour l’Antiquité. Planude, dans ses lettres, cite peu les historiens anciens24, mais il se peut qu’il ait étudié Thucydide25 et la section III de sa Synagôgè regroupe des extraits relatifs à l’histoire romaine26. Nous pouvons négliger certaines références qui concernent des expressions proverbiales, décontextualisées, qui figurent chez Hérodote, IV, 127 (lettre 110, p. 177, 22, où φασι montre qu’il s’agit d’un proverbe), Polybe, VIII, 2, 6 (lettre 85, p. 128, 18-19)27 et Diodore de Sicile, X, 25, 2 (lettre 119, p. 202, 2, avec « il a été dit proverbialement »). Nous évoquerons quelques références à Hérodote et à Thucydide, une référence à Polybe, Dion Cassius, et des ouvrages de Plutarque et de Jean Lydos qui n’appartiennent pas strictement au genre historique.

  • 28 L’expression apparaît dans la Samienne de Ménandre (Menandro, La donna di Samo, éd. trad. et comm. (...)
  • 29 La Synagôgè ne comporte pas d’extrait de la République (Schneider, op. cit., 2009, p. 71, où l’ext (...)
  • 30 C’est le témoignage 3T2 (B. Snell, Tragicorum Graecorum Fragmenta, I, Vandenhoeck & Ruprecht, Gött (...)

11Dans la lettre 28, priant Théodore Xanthopoulos (no 20816, PLP) de lui prêter son exemplaire de la collection d’épigrammes, Planude énumère les éloges que méritera son correspondant s’il répond à sa demande. Il sera « Hérodote, rédigeant une histoire avec grâces, Thucydide, sachant mettre de la gravité dans l’histoire » (p. 57, 25-26). Les participes « rédigeant » et « sachant » ne doivent probablement pas équivaloir aux subordonnées conditionnelles qu’on lit dans les lignes précédentes, mais ils accompagnent les noms des deux historiens comme des épithètes de nature. Une expression, qui apparaît dans la lettre 5 (p. 15, 15) et dans la lettre 20 (p. 46, 16-1728), peut être rapprochée d’Hérodote, VII, 136, mais le texte planudéen est plus proche de celui de la République de Platon (VIII, 553b29) ou du Timon (chap. 38) de Lucien. Dans la lettre 119, Planude évoque l’anecdote de Phrynichos condamné à une amende de mille drachmes pour avoir représenté la prise de Milet (p. 202, 11-16), ce qui doit venir d’Hérodote, VI, 2130, bien qu’il fausse quelque peu le sens de l’anecdote. Dans la lettre 12, Planude développe l’idée, bien hérodotéenne, que la divinité s’irrite des excès humains (p. 33, 10-11), mais il l’illustre par des exemples bibliques.

  • 31 Nous n’avons pu consulter la thèse inédite d’Olga Smirnova, « L’Histoire Romaine de Cassius Dion d (...)
  • 32 Constantini Manassis Breviarium Chronicum, recensuit Odysseus Lampsidis (CFHB, XXXVI/1), apud Inst (...)
  • 33 Ioannis Antiocheni fragmenta quae supersunt omnia, recensuit anglice vertit indicibus instruxit Se (...)
  • 34 Piccolomini, 1874, p. 111-115. Nous consultons un microfilm du Laurentianus 59, 30 à l’IRHT.
  • 35 L’Épitomè de Xiphilin figure aux pages 479-730 de Cassii Dionis Cocceiani Historiarum Romanarum qu (...)
  • 36 Ce texte apparaît aussi chez Jean Xiphilin, p. 546, Boissevain.
  • 37 Ce texte est publié, d’après un autre manuscrit, par L. Dindorf (Dionis Cassii Cocceiani Historia (...)
  • 38 Dion Chrysostome, XXXIII (Tarsica prior), 24 R. (I, p. 396, de Budé) ; Plutarque, Regum et imperat (...)

12Dans la lettre 73, l’expression « naviguer par un vent favorable » (p. 111, 20) est rapprochée, par Leone, de Polybe, I, 47, 2. En fait, le parallélisme se limite au complément prépositionnel, qui se retrouve dans les Mechanica d’Aristote (851b6), et il semble hasardeux d’y reconnaître une citation attribuable à une source. Un cas intéressant est celui de Dion Cassius31. Dans la lettre 12, Planude cite une phrase qui figurait dans une lettre de l’empereur Tibère (p. 31, 22-24). Bien que cette phrase figure chez Suétone (Vie de Tibère, chap. 32, § 2, source d’Orose, VII, chap. 4, § 4) et dans le Breviarium chronicum de Constantin Manassès (vers 1956-1965/1961-197032), ainsi que dans l’Historia chronica de Jean d’Antioche (fr. 110, Mariev, représenté par les Excerpta de Virtutibus et par l’article T 552 de la Souda, qui vient des Excerpta de Virtutibus33), c’est probablement à Dion Cassius (LVII, 10, 5) que Planude emprunte ici ce texte. La section III de la Synagôgè de Planude34 présente cet extrait (no 125 dans le Laurentianus 59, 30, fo 39vo , lignes 29-31), qui figure aussi dans l’Epitomè de Jean Xiphilin35. L’extrait sert dans la lettre 12 à critiquer la rapacité d’un agent du fisc. Il se peut aussi que la mention d’Athénodôros dans la lettre 99 (p. 155, 2-3), qui doit justifier les occupations intellectuelles de Philanthropène critiquées par Melchisédech, ait quelque rapport avec Dion Cassius. Athénodôros est mentionné deux fois par Dion Cassius (LII, 36, 4 et LVI, 43, 2). Le premier texte n’est pas repris par Xiphilin ni dans la Synagôgè, tandis que le second l’est (no 119 dans le Laurentianus 59, 30, fo 39ro , lignes 24-3136). La Synagôgè présente à la suite (no 120, lignes 31-36 du fo 39ro ) un autre texte relatif à Athénodôros, qui ne vient pas de Dion Cassius ni de Xiphilin37, et l’on n’a pas identifié la source de Planude. L’allusion de la lettre 99 est trop vague pour qu’on puisse lui assigner une source précise, d’autant que les relations d’Athénodôros avec Auguste sont aussi évoquées dans d’autres sources historiques ou non38.

  • 39 Piccolomini, 1874, p. 161.
  • 40 De Andrés, 1965, p. 62. Cf. les notes 16-17 dans Pascale, op. cit., p. 28-29.

13Dans la lettre 72, Planude, qui remercie Melchisédech pour un envoi de nèfles et décrit la stratégie qu’il doit déployer pour manger ces fruits, évoque « l’ancienne armée des Romains, contre lesquels le général Camille lâcha les barbiers et les fit vainqueurs au lieu de vaincus, quand ils livraient à nouveau la bataille qu’ils avaient perdue » (p. 110, 19-22). On reconnaît un passage du De mensibus de Jean Lydos (IV, 27), qui ne figure pas dans les extraits du De mensibus réalisés par Planude39, mais dans le Scorialensis F III 11, aux folios 107vo -122 où figure en marge la traduction planudéenne du Songe de Scipion40.

  • 41 Hinz, 2001, p. 66-67 (avec mention du texte de Planude p. 137, note 474).
  • 42 Il est difficile d’assigner une source à la mention d’Alexandre qui paraît dans la lettre 33 (p. 6 (...)

14Leone ne donne pas de source pour la lettre 103, p. 165, 13-15, qui évoque la clémence de Phalaris pour inciter Philanthropène à prendre en pitié Chrysochoos. Il se peut que Planude pense à l’histoire de Chariton et Mélanippos, qui figure dans des sources diverses41. Il évoque deux fois les relations entre Alexandre42 et Aristote, dans les lettres 42 (p. 75, 23) et 99 (p. 154, 19-155, 2), et la première mention pourrait être une réminiscence de la Vie d’Alexandre de Plutarque (8, 4, 668 d-e). Dans la lettre 42, s’adressant à un élève qui l’a quitté pour rejoindre son père, Planude veut mettre en valeur la paternité spirituelle qui l’unit au jeune homme, comme elle unissait Aristote à son illustre élève, et dans la lettre 99 il justifie les préoccupations intellectuelles de Philanthropène.

15Ainsi Planude, qui dans sa Synagôgè a constitué un réservoir important d’extraits historiques, n’en fait pas usage dans ses lettres, où il se borne à donner quelques citations décontextualisées, généralement ordonnées aux fonctions de la lettre : exprimer l’affection (allusion à Plutarque dans la lettre 42), justifier l’attitude de son ami (Dion Cassius et la mention d’Alexandre et d’Aristote dans la lettre 99), remercier pour un cadeau (Lydos dans la lettre 72), louer (citation d’Hérodote dans la lettre 119), solliciter (mention d’Hérodote et de Thucydide dans la lettre 28, de Phalaris dans la lettre 103, citation de Dion Cassius dans la lettre 12). Nous avions aussi constaté qu’il ne fait pas œuvre d’historien et ne donne que des indications historiques ordonnées à la fonction épistolaire et amicale de ces textes. Ses lettres restent des moyens de prolonger in absentia une conversation amicale, avec une chaleur et un humour qui conviendraient mal à une œuvre historique.

Notes

1 Maximi monachi Planudis epistulae, éd. Petrus Aloisius M. Leone, coll. « Classical and Byzantine monographs » 18, Hakkert, Amsterdam, 1991. Outre le numéro de chaque lettre, les références incluent la pagination et la linéation.

2 La fiscalité est un thème central dans les lettres 3, 10, 12, 14, 20, 21 (cf. les numéros 2182 et 14235 du PLP - Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Erstellt von Erich Trapp, unter Mitarbeit von R. Walther und H.-V. Beyer, Verlag der Œsterreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien, 1976-1996. Les références sont données par le numéro des articles) et apparaît dans la lettre 5 (p. 15, 10-11). C’est peut-être parce que Philanthropène laissait le butin aux soldats (p. 118, 2-8 ; p. 167, 3-10 ; p. 200, 27-201, 2) qu’il déplut à l’empereur, qui aurait voulu en faire profiter le trésor public (Beyer, 1993, p. 137). On peut mentionner l’évocation de la piraterie (lettre 5, p. 15, 28 et les parallèles signalés par Leone), la curiosité touristique exprimée dans les lettres 9, 55, 69, les indications relatives à l’histoire des communautés monastiques (lettres 27, 31, 115).

3 Beyer, 1993, p. 132. Philanthropène porte le numéro 29752 dans le PLP.

4 Dans la lettre 111 (p. 178, 22-23), il évoque aussi un séjour, pendant le carême 1295 (Beyer, 1993, p. 131), qui le rapprochait de son correspondant mais ne permettait pas de le rencontrer.

5 L’ambassade arménienne est probablement en rapport avec le projet de mariage signalé par Pachymérès (Relations historiques, IX, 5, éd. et trad. A. Failler, CFHB (Corpus Fontium Historiae Byzantinae) XXIV/3, Institut Français d’Etudes Byzantines, Paris, 1999), cf. Constantinides, 2003, p. 51. L’ambassade vénitienne est l’objet du chapitre 21 du livre IX de Pachymérès.

6 La lettre 93 lui serait adressée selon Laiou, 1978, p. 92, hypothèse rejetée par Beyer, 1993, p. 115.

7 Beyer, 1993, p. 113 et p. 128 ; Massimo Planude, Epistole a Melchisedek, trad. G. Pascale, Edizioni dell’Orso, Alessandria, 2007, p. 6-9.

8 Planude évoque des actions militaires du Prôtosévaste (p. 87, 21). De même, dans la lettre 41 adressée au romancier Andronic Paléologue (no 21439, PLP), il conclut en lui souhaitant des succès militaires (p. 74, 16-17).

9 Cf. Beyer, 1993, p. 128.

10 Thraede, 1970, p. 27-38.

11 Planude souhaite aussi être informé des succès de Philanthropène par une annonce anonyme (p. 86, 18) et par une conversation directe avec lui (p. 86, 22-24). C’est dans les chapitres 9-14 du livre IX de Pachymérès que nous lisons le récit des actions de Philanthropène.

12 Il est plausible que Philanthropène, quand il demande ce service, en profite pour formuler à l’adresse de Planude les louanges que la modestie, et le statut de la lettre, lui interdisent de se décerner à lui-même.

13 Dans la lettre 77, Planude peut comparer ce qu’il a appris par une lettre de Philanthropène à ce que les autres ont appris par la rumeur (p. 115, 24).

14 Les lettres mentionnées ligne 13 sont-elles adressées à Planude ou à l’empereur ? Les deux lettres évoquées l. 19-23 sont-elles adressées l’une et l’autre à l’empereur ?

15 Lettre 117, p. 195, 19-23. Planude célèbre les vertus de Philanthropène (lettre 60, p. 90, 27-91, 8), ainsi que la gloire de ses ancêtres et sa valeur physique (p. 91, 8-17, cf. le rappel des mérites de son père dans les lettres 77, p. 117, 1-12 et 112, p. 180, 29-181, 4), ce qui correspond bien aux thèmes traditionnels de l’éloge rhétorique. Il parle aussi d’exercer ses discours pour la victoire (lettre 94, p. 143, 19-20), mais il s’agit peut-être de discours autres qu’épistolaires. Dans la lettre 118 il dit qu’il n’appartient pas à qui écrit une lettre de s’entraîner à louer les exploits de Philanthropène (p. 197, 26-27).

16 Il se peut que le développement p. 200, 20-201, 2 vise à justifier l’accaparement, par Philanthropène et ses soldats, du butin pris aux Turcs, ce qui se comprendrait dans une lettre destinée à un large public. Dans la lettre 5 (à Vardalis), on lit : « envoie les récits qui te concernent, nombreux et beaux, à nous et à ceux qui viendront après nous » (p. 15, 17-18), mais la préposition suivie de l’accusatif garde-t-elle le sens temporel qui est le sien en langue classique et Planude songe-t-il à une publication des lettres écrites par Léon Vardalis ?

17 Wendel, 1950, col. 2214. Le Palatinus gr. 141 est daté circa 1330 et il est séparé de l’archétype par deux intermédiaires (Leone, op. cit., p. X et p. XX).

18 Laiou suppose que Planude a pu sympathiser avec un ambitieux rebelle qu’il espérait voir réussir, ou qu’au contraire il a pu faire office d’espion au service d’Andronic II auprès du général suspect, ou même qu’il a pu mener consciemment un double jeu (1978, p. 98-99). Il est étrange d’espionner quelqu’un à travers un commerce qui, entre 1293 et 1295, est presque exclusivement épistolaire, et Planude aurait dû dans ce cas accepter l’ambassade arménienne qui le rapprochait de Philanthropène. Andronic II lui-même semble avoir longtemps fait confiance au jeune général, de sorte que Planude n’a probablement pas cru devoir choisir entre sa loyauté envers l’empereur et son amitié pour Philanthropène.

19 Lettre 98, p. 151, 22-152, 15. Planude semble comparer cette demi-disgrâce, par laquelle Livadarios (no 14859, PLP), non nommé dans la lettre 98, reçoit une partie du territoire confié à Philanthropène, au projet que forme le jeune général d’avoir un fils (p. 152, 7-11 et 16-17), et il associe, dans le poème qui suit, le succès militaire et le mariage de son ami. Dans la lettre 93, Planude veut apparemment consoler Philanthropène d’une interruption de sa carrière militaire (p. 142, 18-21).

20 Lettre 99 (cf. Schneider, 2009, p. 78-79).

21 Relations historiques, X, 1-8, t. IV, éd. et trad. A. Failler, CFHB XXIV/4, Paris, 1999.

22 Cette inversion du cours normal de l’astre est rapprochée (p. 5, 1-2, avec une référence fausse dans l’apparat de Leone) du Politique de Platon (269a, et non pas 290a), un texte qui se retrouve dans la section X de la Synagôgè de Planude : Piccolomini, 1874, p. 162-163.

23 Laiou (1978, p. 99) observe que Planude a pu être successivement favorable (comme l’empereur Michel VIII) puis hostile (comme son successeur Andronic II) à l’union des églises ; sur ce point comme dans ses rapports avec Philanthropène, Planude a pu être opportuniste, mais il peut s’agir simplement d’un dévouement à la personne de l’empereur joint à un certain désintérêt pour les controverses théologiques. Planude adresse à Théodore Paléologue (PLP, no 21464), un frère d’Andronic II avec qui il n’eut pas de bonnes relations, la lettre 2 qui tâche de justifier, un peu laborieusement, son retard épistolaire, et il fait peut-être une allusion désobligeante au personnage dans la lettre 109 (p. 175, 3-6), adressée à Philanthropène qui emprisonna Théodore à Ephèse.

24 Les historiens byzantins qui figurent dans l’index scriptorum de Leone ne sont pas cités par Planude. Pour Plutarque, qui est à peine un historien, Leone aurait pu reconnaître dans la lettre 2 (p. 6, 4-14) une reprise du De exilio (600f). Dans la lettre 69, Homère est présenté comme un historien (p. 106, 6-11).

25 Schneider, 2009, p. 69-70.

26 Piccolomini, 1874, p. 105-116.

27 Schneider, 2008, p. 749-752.

28 L’expression apparaît dans la Samienne de Ménandre (Menandro, La donna di Samo, éd. trad. et comm. M. Lamagna, Bibliopolis, Napoli, 1998, vers 353 et note p. 300), une oeuvre que Planude ne lisait évidemment pas.

29 La Synagôgè ne comporte pas d’extrait de la République (Schneider, op. cit., 2009, p. 71, où l’extrait du Politique, 269a a été omis).

30 C’est le témoignage 3T2 (B. Snell, Tragicorum Graecorum Fragmenta, I, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1971), sans aucune autre source.

31 Nous n’avons pu consulter la thèse inédite d’Olga Smirnova, « L’Histoire Romaine de Cassius Dion dans les sources byzantines », soutenue le 28 mars 2008 à l’École Pratique des Hautes Études.

32 Constantini Manassis Breviarium Chronicum, recensuit Odysseus Lampsidis (CFHB, XXXVI/1), apud Institutum Graecoromanae Antiquitatis auctoribus edendis destinatum Academiae Atheniensis, Athenis, 1996 (cf. p. XLVI pour l’usage de cette source dans la section V de la Synagôgè de Planude). La Mantissa proverbiorum (III, 16 dans E. L. a Leutsch et F. G. Schneidewin, Corpus Paroemiographorum Graecorum, II, Vandenhoeck & Ruprecht, Gottingae, 1851, p. 775) dépend évidemment de Manassès.

33 Ioannis Antiocheni fragmenta quae supersunt omnia, recensuit anglice vertit indicibus instruxit Sergei Mariev, CFHB XLVII, Walter de Gruyter, Berolini et Novi Eboraci, 2008 (p. 21*-24* : une partie de la section III de la Synagôgè vient de cet ouvrage).

34 Piccolomini, 1874, p. 111-115. Nous consultons un microfilm du Laurentianus 59, 30 à l’IRHT.

35 L’Épitomè de Xiphilin figure aux pages 479-730 de Cassii Dionis Cocceiani Historiarum Romanarum quae supersunt edidit U. Ph. Boissevain, vol. III, Weidmann, Berolini, 1901 (p. 550 pour cet extrait). C’est la source de Planude pour les extraits 45-322 (avec quelques exceptions) de la section III de la Synagôgè (Piccolomini, 1874, p. 111 et Boissevain, vol. I, 1889, p. CXI).

36 Ce texte apparaît aussi chez Jean Xiphilin, p. 546, Boissevain.

37 Ce texte est publié, d’après un autre manuscrit, par L. Dindorf (Dionis Cassii Cocceiani Historia Romana cum annotationibus, vol. V, Teubner, Lipsiae, 1865, p. 234, 7-15). Cf. Piccolomini, 1874, p. 111.

38 Dion Chrysostome, XXXIII (Tarsica prior), 24 R. (I, p. 396, de Budé) ; Plutarque, Regum et imperatorum apophthegmata, 207c ; Élien, Histoire Variée, XII, 25 ; Lucien, Macrobii, 21 ; Julien, Césars, 27 ; Zosime, Histoire nouvelle, I, 6, 2.

39 Piccolomini, 1874, p. 161.

40 De Andrés, 1965, p. 62. Cf. les notes 16-17 dans Pascale, op. cit., p. 28-29.

41 Hinz, 2001, p. 66-67 (avec mention du texte de Planude p. 137, note 474).

42 Il est difficile d’assigner une source à la mention d’Alexandre qui paraît dans la lettre 33 (p. 67, 15) et à celle de la lettre 119 (p. 199, 21-22).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search