Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre I. La présence de l’histoire et ses différentes formes

Sidoine Apollinaire et l’histoire à travers sa correspondance

Étienne Wolff

Texte intégral

1L’histoire apparaît dans la correspondance de Sidoine Apollinaire sous plusieurs formes. D’abord, dans la mesure où Sidoine a été acteur de l’histoire et témoin privilégié de certains événements, sa correspondance constitue sur l’histoire de la seconde moitié du ve siècle un témoignage essentiel dont la valeur a été souvent soulignée. Ensuite, Sidoine a réfléchi sur l’écriture de l’histoire. Enfin, il utilise souvent l’histoire comme exemplum. Ces trois aspects fourniront l’axe de notre exposé.

  • 1 Les références en chiffres données sans autre précision renvoient aux lettres de Sidoine. Quand no (...)

2Les lettres de Sidoine apportent une foule de renseignements sur les événements de l’empire, sur la société, sur l’Église, etc., qui reposent souvent sur de l’observation directe. Ainsi, Sidoine dresse le portrait du roi wisigoth Théodoric II (I, 2)1 ; il relate le procès d’Arvandus, Préfet du Prétoire des Gaules, traître à la cause romaine (I, 7) ; lui-même est envoyé en mission à Rome par l’Assemblée des Sept Provinces, et une fois sur place se voit chargé de prononcer le panégyrique de l’empereur Anthémius (I, 9) ; il est confronté en tant que Préfet de la Ville aux difficultés d’approvisionnement en blé de Rome (I, 10) ; une série de lettres du livre III évoque la résistance de Clermont aux menées du roi wisigoth Euric (III, 1-4) ; l’élection de l’évêque de Chalon-sur-Saône est un document sur les élections épiscopales d’alors (IV, 25). On pourrait multiplier les exemples.

3Cependant, ces lettres sont des lettres d’art. Elles ont été sélectionnées et corrigées pour la publication, et sont organisées suivant un classement non pas chronologique, mais esthétique. Certains jugements ont dû être adoucis ou modifiés, par exemple sur le comte d’Auvergne Victorius installé par Euric (VII, 17, 1). On ne peut donc utiliser sa correspondance comme s’il s’agissait d’un document historique brut.

  • 2 Voir Gualandri, 1979.

4Sidoine n’a pas souhaité faire œuvre historique et sans doute son talent littéraire ne le portait pas dans cette voie2. Il arrête sa longue lettre I, 2 en expliquant qu’il s’est donné pour objet d’écrire non un ouvrage d’histoire mais une lettre (ego non historiam sed epistulam efficere curaui, I, 2, 10 ; peut-être inspiré de Pline le Jeune VI, 16, 22 : aliud est enim epistulam, aliud historiam […] scribere). De même dans le poème dédicatoire du groupe des nugae (pièces IX-XXIV), qui annonce humoristiquement au destinataire tout ce qu’il ne trouvera pas dans ce recueil poétique, l’histoire des temps anciens figure parmi les sujets absents (Poèmes IX, 16-64).

  • 3 Sur cette lettre, voir Cugusi, 1991 ; Amherdt, 2001 ; Condorelli, 2003 ; et ici même l’étude de B. (...)
  • 4 Il s’inspire de Pline V, 8 (Pline le Jeune, Lettres, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1927-1948, 4 (...)
  • 5 Wolff, juin 2009. Sur la tendance ludique de la production littéraire de Sidoine, voir La Penna, 1 (...)

5Pourtant Sidoine a réfléchi à l’écriture de l’histoire. Dans la lettre IV, 223, datable de 477, il répond à son ami Leo, conseiller du roi wisigoth Euric et écrivain, qui lui a suggéré de reporter sur un traité d’histoire les soins qu’il consacrait jusque-là à son recueil de lettres, désormais achevé. Mais Sidoine refuse et retourne à Leo sa proposition. Il lui rappelle que Tacite, après avoir donné à Pline un semblable conseil, se saisit lui-même de la mission qu’il avait suggérée. On ne trouve aucune allusion à cela dans la correspondance de Pline, dont le corpus ne devait pas être à l’époque de Sidoine différent de ce qu’il est maintenant. Sidoine fait apparemment une confusion à partir de la lettre V, 8 de Pline, où celui-ci répond à Titinius Capito qui lui a conseillé d’écrire un ouvrage historique. Or une lettre ultérieure de Pline, la VIII, 12, nous apprend que Titinius Capito a écrit un ouvrage sur la mort des grands hommes de son temps. Titinius Capito a bien écrit lui-même de l’histoire. Il reste qu’une telle confusion entre Tacite et Titinius Capito est étrange de la part de Sidoine, qui connaît bien Pline puisqu’il le prend explicitement comme modèle (I, 1, 1 ; IV, 22, 2 ; IX, 1, 1) et l’imite4. Il n’est pas exclu qu’il ait profité de la formulation de Pline en V, 8, 1 (Suades ut historiam scribam, et suades non solus, multi hoc me saepe monuerunt) pour inclure Tacite parmi ceux qui pressaient ainsi Pline ; car il avait besoin de Tacite moins pour rehausser la dignité du propos que pour faire un de ces jeux sur les noms propres qu’il affectionne. Il assure en effet un peu plus loin à Leo que son talent dans l’écriture historique est si exceptionnel que Tacite, s’il revivait à leur époque, mériterait plus que jamais son nom (modo uerius Tacitus esset, IV, 22, 2), c’est-à-dire devrait se taire. Et Sidoine est prêt à de petites distorsions pour les besoins d’un jeu de mots, comme nous l’avons montré ailleurs à propos de Chiron5. On trouve deux jeux de mots analogues sur Tacite dans les poèmes de Sidoine (Poèmes II, 192 : qua pompa Tacitus numquam sine laude loquendus ; XXIII, 153-154 : et qui pro ingenio fluente nulli, / Corneli Tacite, es tacendus ori).

6Cela dit, quels sont les arguments qu’emploie Sidoine pour prouver à Leo qu’il est le mieux placé pour cette tâche ? D’abord, Leo a le style ancien qui convient (uetusto genere narrandi), alors que Sidoine n’est qu’un modeste disciple de Pline (ego Plinio ut discipulus assurgo, IV, 22, 2). Ensuite Leo, admis chaque jour au conseil du roi et informé de ce qui se passe dans le monde, se trouve en contact direct avec les événements ; et de par sa haute position, il n’a pas besoin de dissimuler son jugement (IV, 22, 3). Sidoine en revanche revient d’exil, sa santé s’est altérée avec l’âge, il ne pratique plus ses anciennes lectures (incompatibles avec son état de clerc), sa profession religieuse le voue à l’humilité, ni la gloire présente ni la gloire posthume ne l’intéressent plus (IV, 22, 4). Plus largement, l’histoire convient mal aux membres du clergé, pour qui il est honteux de dire des choses fausses et dangereux de dire la vérité, et qui doivent rester humbles et intègres (IV, 22, 5). Leo au contraire, qui est au-dessus des méchants, possède un style noble et dispose d’une matière abondante, se chargera sans crainte d’un pareil sujet (IV, 22, 6).

  • 6 Voir Amherdt, 2001.
  • 7 Voir Condorelli, 2003.
  • 8 Voir Fo, 2002.

7Pline malgré les risques acceptait dans la lettre V, 8 l’idée de se lancer dans une œuvre historique ; cependant il ne l’a finalement pas fait. Sidoine refuse clairement, en soulignant notamment l’incompatibilité entre l’écriture historique et son statut de clerc. Mais en réalité les dangers qui menacent l’historien s’appliquent tout autant à qui n’est pas clerc, et on peut douter que Leo fût en meilleure position que lui pour écrire sur l’histoire récente. Car un conseiller d’un roi wisigoth, malgré sa haute situation, n’est pas à l’abri de la malveillance et sa liberté de parole demeure limitée. Sidoine insiste aussi beaucoup sur le thème de l’impartialité. L’histoire doit rechercher la vérité (IV, 1, 2 : historicus uerum ; IV, 3, 8 : historica ueritate), et d’une manière générale est honteuse l’attitude de quiconque cache son opinion par crainte (VII, 18, 3). Cette théorie a une certaine saveur quand on se rappelle que Sidoine a écrit et prononcé le panégyrique de Majorien. Quoi qu’il en soit, en laissant entendre qu’écrire une œuvre historique serait dangereux pour lui, Sidoine se réfère évidemment à l’histoire contemporaine. Leo lui a peut-être suggéré une narration historique qui célébrerait les actions des Wisigoths et de leur roi Euric, ce qui aurait permis à Sidoine de retrouver la faveur du roi6. Mais celui-ci refuse, et l’on peut deviner ses raisons : Euric est arien, il l’a exilé et pratique une politique expansionniste en violant les traités. Sidoine n’aurait guère eu de marge en écrivant sur Euric7, et il se contentera de vers ambigus sur la puissance du roi (VIII, 9)8. Enfin, pour faire accepter sa recusatio en forme de rétorsion, Sidoine l’étaie par un argument plus traditionnel qui relève du locus humilitatis (dénigrement de soi-même) : Leo, loué de manière hyperbolique, a bien plus que Sidoine les qualités nécessaires pour écrire l’histoire. L’histoire, en effet, est plus exigeante que le genre épistolaire, et les deux genres sont bien distincts.

8Le thème de la recusatio apparaît à nouveau dans la lettre VIII, 15. L’évêque Prosper d’Orléans avait demandé à Sidoine d’écrire l’histoire de l’expédition d’Attila contre la Gaule, et notamment l’attaque de la ville d’Orléans, sauvée par saint Aignan. Sidoine, qui avait commencé, refuse de continuer en invoquant pour motif que la tâche est trop lourde pour lui (operis arrepti fasce perspecto taeduit inchoasse, VIII, 15, 2).

  • 9 À l’époque de la première guerre contre les Samnites, voir Tite-Live VIII, 29-35 (Tite-Live, Histo (...)
  • 10 Alexandre selon Plutarque (Vie d’Alexandre 2, 1 ; Plutarque, Vies, Paris, Les Belles Lettres, CUF, (...)
  • 11 César prétendait descendre d’Ascagne-Iule, fils d’Énée, et Hector n’est donc pas à proprement parl (...)
  • 12 Pline l’Ancien (VIII, 194 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 19 (...)
  • 13 L’allusion n’est pas claire. Sidoine pense-t-il aux jugements très favorables que porte Cicéron su (...)
  • 14 Cicéron, Pro Sestio 33, 72 (ille Serranus ab aratro ; Cicéron, Discours, Paris, Les Belles Lettres (...)

9Sidoine utilise abondamment l’histoire pour des exempla. Le récit de son propre voyage de Lyon à Rome est parsemé de comparaisons et d’allusions historiques et littéraires (I, 5). En II, 1, Seronatus, haut fonctionnaire romain en Gaule qui favorise les Goths, est le Catilina de ce siècle (Catilina saeculi nostri, II, 1, 1 ; pour souligner le parallélisme, le paragraphe imite Salluste, Catilina 22, 1), il remplace les lois de Théodose par celles de Théodoric (leges Theudosianas calcans Theudoricianasque proponens, II, 1, 3). En II, 3, Sidoine félicite Felix d’avoir reçu les insignes du patriciat, et compare sa simplicité et sa popularité à celles du maître de la cavalerie Quintus Fabius9, de Pompée et de Germanicus (II, 3, 2). En II, 10, il envoie un poème à Hesperius et exige d’être payé de retour. Hesperius ne pourra alléguer son proche mariage pour refuser, puisque de nombreuses épouses d’orateurs ont aidé leur mari à travailler, et que les amies des poètes ont parfois complété leurs vers (II, 10, 5-6). L’empereur Petronius Maximus regrettait son accession à l’empire et enviait Damoclès, qui n’eut jamais à supporter les obligations du pouvoir ; à cette occasion, l’épisode de l’épée de Damoclès est longuement retracé (II, 13, 5-8). À Eucherius, à qui la république fait attendre ses faveurs, Sidoine explique qu’il vénère les Anciens, sans toutefois dédaigner les mérites de ses contemporains ; il est conscient que si leurs qualités ne sont pas toujours récompensées, cela ne veut pas dire que l’époque n’enfante plus de Brutus ni de Torquatus (III, 8). Il consacre tardivement un poème à son grand-père défunt, et excuse ce retard par deux précédents historiques peu modestes : de nombreuses années se sont écoulées avant qu’Alexandre sacrifie aux mânes de son ancêtre Achille10 et César à ceux d’Hector11 (III, 12, 6). Il fait l’éloge de Claudien Mamert en un catalogue de comparaisons avec des philosophes, des orateurs et des écrivains de l’Église (IV, 3, 6-7). Il adresse des reproches sur son silence à Polemius, nommé Préfet du Prétoire des Gaules, et l’invite à se souvenir de ses amitiés privées par une citation de Tacite, ancêtre supposé de Polemius, où un chef germain rappelle son amitié avec Vespasien quand il n’était encore que simple citoyen (IV, 14). Il s’en prend violemment à des Gallo-Romains qui tirent profit de la collaboration avec les Barbares à la cour du roi des Burgondes Chilpéric ; mis en parallèle avec eux, les affranchis Narcisse, Asiaticus, Massa, Marcellus, Carus, Parthenius, Licinus et Pallas s’avoueraient vaincus (V, 7, 3) ; ces méchants rendraient Phalaris plus cruel, Midas plus cupide, Ancus plus vaniteux, Tarquin plus superbe, Tibère plus rusé, Caligula plus redoutable, Claude plus stupide, Néron plus impur, Galba plus avare, Othon plus téméraire, Vitellius plus fastueux, Domitien plus cruel (V, 7, 6). Heureusement notre Lucumon (c’est-à-dire notre roi, en l’occurrence Chilpéric roi des Burgondes ; Tarquin l’Ancien porta d’abord le nom de Lucumon) a auprès de lui une nouvelle Tanaquil (épouse orgueilleuse et efficace de Tarquin l’Ancien, ici curieusement valorisée12), et cette actuelle Agrippine (par allusion à Agrippine l’Ancienne, épouse de Germanicus et modèle de vertu) modère son Germanicus (V, 7, 7). En César l’amour de l’art militaire et l’amour de l’art oratoire rivalisaient pour la gloire, mais lui ne se jugea pas au sommet de ces deux arts avant que Cicéron ne l’eût placé au-dessus de tous les autres mortels13 ; Sidoine a fait la même expérience, si l’on peut comparer les petites choses aux grandes (VIII, 6, 1-2). Il reproche à Syagrius, issu d’une grande famille de Gaule, de se laisser absorber par les travaux de la campagne et de refuser de briguer les honneurs : s’il cultive la terre comme Camille, Serranus14 et Cincinnatus, il doit comme eux gérer les charges publiques (VIII, 8). Lampridius a péri étranglé par ses esclaves, de la même fin que Scipion le Numantin (Scipion Émilien), Lentulus, Jugurtha et Séjan (VIII, 11, 11).

  • 15 Voir Tacite, Histoires II, 57, 2 et 95, 2-3 (Tacite, Histoires, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 19 (...)
  • 16 Ces trois personnages ne sont pas des affranchis : Eprius Marcellus, consul sous Néron, considéré (...)
  • 17 Voir Martial VIII, 3, 6 (Martial, Épigrammes, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1930-1934, 3 vol., t (...)
  • 18 On trouve des énumérations d’empereurs, de Tibère à Trajan, dans Poèmes V, 317-327 et VII, 104-115 (...)

10Ces exempla, qui fonctionnent comme comparaisons ou métaphores, recourent aussi bien à des personnages positifs qu’à des figures repoussoirs. Dans la première catégorie on trouve notamment le maître de la cavalerie Quintus Fabius, Pompée et Germanicus, cités pour leur popularité (réelle pour Quintus Fabius et Germanicus, supposée pour Pompée) ; Brutus, le premier consul, et Manlius Torquatus, plusieurs fois consul au milieu du ive siècle, sans doute associés parce qu’ils firent mettre à mort leurs fils ; Alexandre et César, traditionnellement unis comme grands conquérants à la généalogie mythique ; Camille, Serranus et Cincinnatus, dictateurs et consuls qui, selon la tradition, se consacraient en personne à la culture de leurs terres (le fait n’est pas attesté pour Camille). Dans la seconde catégorie il y a Catilina ; les affranchis Narcisse (sous Claude et Néron), Asiaticus15 (sous Vitellius), Massa, Marcellus, Carus16 (Marcellus sous Néron, les deux autres sous Domitien), Parthenius (sous Domitien ; il est flatté par Martial), Licinus17 (sous Auguste) et Pallas (sous Claude et Néron), énumérés sans ordre ; les rois et empereurs Phalaris, Midas, Ancus, Tarquin, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius, Domitien, nommés dans l’ordre chronologique (si ce n’est qu’Ancus Marcius devrait précéder Midas, mais Sidoine peut avoir voulu rassembler les Romains après les Grecs) et caractérisés chacun par un trait spécifique (Ancus Marcius est qualifié de iactans, « vaniteux », d’après Virgile, Énéide VI, 815 ; cette caractéristique n’a pas de parallèle dans nos sources et on a pensé à une confusion de Virgile avec Servius Tullius)18.

  • 19 Sur la figure de Constantin dans la lettre V, 8, voir plus loin l’étude d’A. Stoehr-Monjou.

11Les personnages positifs renvoient plutôt, voire majoritairement, à la République, et les personnages négatifs à la royauté et à l’empire19. Il y a là à l’évidence une affirmation idéologique : l’époque la plus glorieuse de Rome est celle des premiers temps de la République, et c’est elle qu’il faut idéalement retrouver.

  • 20 Salluste ne dit rien du sort finalement réservé à Jugurtha. Plusieurs auteurs affirment qu’il est (...)

12Cependant, certains exempla sont ambigus. Dans la lettre V, 7 de 474 où Sidoine s’en prend à des délateurs gallo-romains qui sévissent à la cour de Chilpéric, il ajoute, on l’a vu, qu’heureusement ce Lucumon a auprès de lui une Tanaquil qui le tempère (temperat), et que cette Agrippine actuelle modère (moderetur) son Germanicus. Si Lucumon-Tarquin l’Ancien a été stimulé par son énergique épouse, nos sources ne nous disent rien de tel pour Germanicus, et Sidoine ravale les deux personnages masculins, ce qui est particulièrement étonnant pour Germanicus, loué ailleurs. En outre, Tarquin l’Ancien est un parvenu qui s’est hissé au trône de Rome par son habileté et ses richesses : Sidoine présente donc indirectement Chilpéric comme un intrus influençable. Autre exemple : l’orateur et poète Lampridius, qui a péri étranglé par ses esclaves, a eu la même fin que Scipion Émilien, Lentulus, Jugurtha et Séjan (VIII, 11, 11). Or les quatre personnages historiques sont morts dans des circonstances différentes : Scipion Émilien a été assassiné sans doute pour des motifs politiques, tandis que Lentulus (Publius Cornelius Lentulus Sura, le complice de Catilina) et Séjan ont été exécutés suite à une condamnation, et que Jugurtha est mort dans le Tullianum, sans doute étranglé20. Par ailleurs, si Sidoine est réservé sur le caractère de son ami Lampridius, il est étrange qu’il compare son assassinat par des esclaves à la condamnation à mort de trois ennemis publics de Rome ; c’est là un éloge funèbre peu flatteur.

  • 21 Marcia est surtout connue parce que que, après avoir été l’épouse de Caton, elle devint avec l’acc (...)
  • 22 Son nom apparaît aussi chez Symmaque, Relatio 34, 12 (Symmaque, Discours - Rapports, Paris, Les Be (...)
  • 23 Sidoine est le seul à la nommer, on ne sait si c’était sa femme ou son amie. Sur Cornelius Lentulu (...)

13On constate aussi que de nombreux exempla sont à cheval entre l’histoire et la littérature (nous avons laissé de côté les exempla exclusivement littéraires). L’empereur Petronius Maximus regrettait son accession à l’empire et enviait Damoclès ; c’est l’occasion pour Sidoine de reprendre l’histoire de Damoclès d’après les Tusculanes de Cicéron (II, 13, 5-8). Hesperius ne pourra alléguer son proche mariage pour refuser d’envoyer à Sidoine de la prose ou des vers, puisque de nombreuses épouses d’orateurs (Marcia21 femme d’Hortensius, Terentia femme de Cicéron, Calpurnia femme de Pline, Pudentilla femme d’Apulée, Rusticiana22 femme de Symmaque) ont aidé leur mari à travailler, et que les amies des poètes (la Corinne d’Ovide, la Lesbie de Catulle, la Caesennia23 de Gaetulicus, l’Argentaria de Lucain – en réalité sa femme légitime, Polla Argentaria –, la Cynthie de Properce, la Délie de Tibulle) ont parfois complété leurs vers (II, 10, 5-6). Cette liste de femmes dont le soutien, le conseil et le bon goût auraient été utiles à leur mari ou amant relève de l’histoire littéraire plutôt que de l’histoire propre, et du reste pour la plupart des couples l’affirmation est invraisemblable.

14Une première conclusion est que les exempla sont moins nombreux dans les lettres que dans les poèmes, surtout dans les panégyriques. Dans les panégyriques, les exempla offrent un modèle à suivre et l’histoire est une leçon. Si les exempla gardent cette fonction dans les lettres, ils y sont logiquement moins nombreux, car Sidoine suggère moins une conduite à suivre. Ils y sont aussi des enjolivements littéraires, parfois mal adaptés. Il reste que Sidoine par ces exempla témoigne d’une nostalgie pour les temps glorieux de Rome, et affirme en même temps avec ses destinataires une communauté culturelle.

15Il est difficile de savoir si Sidoine s’inspire de recueils d’exempla ou s’il a lu directement certains historiens. Voyons quels historiens apparaissent dans son œuvre : il mentionne Tite-Live (IX, 14, 7 ; Poèmes II, 188-189 et XXIII, 146) et Suétone (IX, 14, 7). Il cite deux passages de Salluste (V, 3, 2 et IX, 2, 2 = Catilina 20, 4 et 5, 4 ; le premier passage, sur l’amitié, était passé en proverbe) et le mentionne deux autres fois (Poèmes II, 190 et XXIII, 152). Il cite un passage de Tacite (IV, 14, 1 = Histoires V, 26, 3) et le mentionne en outre à trois reprises (IV, 22, 2 ; Poèmes II, 192 et XXIII, 153-154) ; il fait de lui l’ancêtre de Polemius, Préfet du Prétoire des Gaules (IV, 14, 1). Il envoie à un ami la Chronique d’Eusèbe, sans qu’on sache s’il s’agit de l’original grec ou de la traduction latine de Jérôme (VIII, 6, 18). Enfin il mentionne comme historiens un certain Juventius Martialis, qui n’est pas autrement attesté, et Balbus, qui doit être l’ami de César (IV, 14, 7).

  • 24 Le traité d’Arusianus Messius, dédié aux consuls de 395, a pour titre Exempla elocutionum ex Virgi (...)

16Parmi ces auteurs, seuls Salluste et Tacite paraissent directement connus. La connaissance de Salluste n’est pas surprenante, puisque Salluste fait partie avec Virgile, Térence et Cicéron du fameux « quadrige » du grammairien Arusianus Messius24. Celle de Tacite étonne davantage, mais plusieurs historiens des ive et ve siècles l’avaient lu (notamment Ammien Marcellin) ; peut-être y a-t-il là aussi la trace d’un particularisme gaulois. Faire de lui l’ancêtre de Polemius n’est pas extraordinaire : les grandes familles du Bas-Empire, qui étaient généralement de noblesse récente, s’attribuaient volontiers des ancêtres illustres pour accroître la noblesse de leur origine ; ainsi dans l’Histoire Auguste, l’empereur Tacite se prend pour un descendant de l’historien (Scriptores Historiae Augustae, « Tacite » 10, 3).

17Tite-Live et Suétone n’apparaissent que dans des catalogues d’auteurs, et il n’est donc pas sûr que Sidoine les ait pratiqués. On sait que Tite-Live a rapidement été remplacé par des abrégés (les periochae), voire par des bréviaires historiques, même si la recension de la première décade par les Nicomaques au ve siècle montre que le texte livien n’avait pas disparu. Pour Suétone, auquel l’Histoire Auguste (qui doit dater de l’extrême fin du ive siècle) emprunte beaucoup et qui était donc encore lu, il est difficile de trancher : peut-être Sidoine le connaissait-il sans que la chose se voie nettement.

  • 25 De Gaetano, 2009, rappelle que les personnages servant d’exempla dans les panégyriques de Claudien (...)
  • 26 Un auteur qu’il mentionne dans Poèmes IX, 271-274 (t. I, p. 91) et qu’il cite plusieurs fois dans (...)

18Dans la pratique, les sources de Sidoine en matière historique paraissent plutôt être des poètes : c’est par exemple Virgile pour Ancus Marcius et Serranus25, Juvénal26 pour Massa, Carus, Licinus. Mais il faut reconnaître que souvent on peine à identifier ces sources, notamment en ce qui concerne les listes, et que Sidoine donne des informations sur certains auteurs et personnages qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

19Sidoine a conscience de vivre une période de changements déterminants, plusieurs de ses lettres le montrent (ainsi II, 1, 4, sur la noblesse qui n’a plus qu’à s’exiler ou à entrer dans les ordres, ou VII, 7, sur le honteux traité de capitulation de 475 qui livre l’Auvergne à Euric). Il a perçu la désintégration du pouvoir romain en Occident et la montée de forces nouvelles comme la royauté wisigothique. On l’a taxé trop vite d’aveuglement, même s’il a pu parfois vouloir s’illusionner lui-même. D’ailleurs, le démembrement de l’empire romain au profit des royaumes barbares a été un phénomène progressif, parallèlement auquel existaient de nombreux facteurs de continuité. Il est facile d’avoir raison après l’événement. Nourri de l’histoire de Rome, et toujours en contact avec la réalité, ce qui lui a valu à la fois honneurs et malheurs, Sidoine pensait historiquement le monde. La place de l’histoire dans son œuvre s’explique parfaitement.

Notes

1 Les références en chiffres données sans autre précision renvoient aux lettres de Sidoine. Quand nous citons ses poèmes, la chose est spécifiée.

2 Voir Gualandri, 1979.

3 Sur cette lettre, voir Cugusi, 1991 ; Amherdt, 2001 ; Condorelli, 2003 ; et ici même l’étude de B. Näf (« Se taire sur l’histoire »).

4 Il s’inspire de Pline V, 8 (Pline le Jeune, Lettres, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1927-1948, 4 vol., t. II, p. 74-77) dans l’ensemble de cette lettre IV, 22 (Sidoine Apollinaire, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1961-1970, 3 vol., t. II, p. 160-162), et reprend par exemple les mots de Pline pour qualifier la triste récompense qui attend l’historien, à savoir peu de reconnaissance et de lourdes haines : Sidoine IV, 22, 5 (t. II, p. 161) : modica gratia […] maxuma offensa = Pline le Jeune V, 8, 12 (t. II, p. 77) : graues offensae, leuis gratia.

5 Wolff, juin 2009. Sur la tendance ludique de la production littéraire de Sidoine, voir La Penna, 1995.

6 Voir Amherdt, 2001.

7 Voir Condorelli, 2003.

8 Voir Fo, 2002.

9 À l’époque de la première guerre contre les Samnites, voir Tite-Live VIII, 29-35 (Tite-Live, Histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1940-, t. VIII, p. 65-80) et Eutrope II, 8 (Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1999, p. 18).

10 Alexandre selon Plutarque (Vie d’Alexandre 2, 1 ; Plutarque, Vies, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1958-1983, t. IX, p. 30) affirmait descendre par sa mère de Néoptolème fils d’Achille. Il déposa une couronne sur la tombe d’Achille lors de son passage en Troade, voir Arrien, Anabase I, 12, 1 (Arrian, Anabasis Alexandri. Indica, Cambridge Mass.-London, Harvard University Press-W. Heinemann, The Loeb Classical Library, 1919-1933, 2 vol., t. I, p. 50-53).

11 César prétendait descendre d’Ascagne-Iule, fils d’Énée, et Hector n’est donc pas à proprement parler son ancêtre, mais il lui est apparenté ; chez Lucain d’ailleurs (IX, 975-999 ; Lucain, La Guerre civile, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1927-1930, 2 vol., t. II, p. 175-176), c’est plus aux mânes d’Énée qu’à ceux d’Hector que César rend des honneurs.

12 Pline l’Ancien (VIII, 194 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1951-, t. VIII, p. 91) atteste que Tanaquil était très habile dans le travail de la laine et qu’à ce titre elle avait une statue, sous son autre nom de Gaia Caecilia, dans le temple de Semo Sancus. De même selon Festus d’après Paul Diacre 85, 5-6 (Sexti Pompei Festi De verborum significatu, ed. W. M. Lindsay, Lipsiae, Teubner, 1913, p. 85), tantae probitatis fuit, ut id nomen ominis boni causa frequentent nubentes.

13 L’allusion n’est pas claire. Sidoine pense-t-il aux jugements très favorables que porte Cicéron sur l’art oratoire de César dans le Brutus 261 et dans une lettre à Cornelius Nepos et qui sont cités par Suétone, Vies des douze Césars, « César » 55, 1-2 (Suétone, Vies des douze Césars, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1931-1932, 3 vol., t. I, p. 38-39) ?

14 Cicéron, Pro Sestio 33, 72 (ille Serranus ab aratro ; Cicéron, Discours, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1921-1976, t. XIV, p. 170), Virgile, Énéide VI, 844 (te sulco, Serrane, serentem ; Virgile, Énéide, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1977-1980, 3 vol., t. II, p. 75) et Pline l’Ancien XVIII, 20 (t. XVIII, p. 64) évoquent un Serranus occupé aux semailles quand il fut sollicité par ses concitoyens pour une charge importante. Il s’agit peut-être d’Atilius Serranus, préteur en 218.

15 Voir Tacite, Histoires II, 57, 2 et 95, 2-3 (Tacite, Histoires, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1987-1992, 3 vol., t. II, p. 43 et 71) ; Suétone, Vies des douze Césars, « Vitellius » 12 (t. III, p. 39-40).

16 Ces trois personnages ne sont pas des affranchis : Eprius Marcellus, consul sous Néron, considéré comme le type même du délateur, est surtout connu par Tacite (Histoires IV, 7-8, t. III, p. 6-8) ; Baebius Massa et Mettius Carus, délateurs sous Domitien, ont été flétris par Tacite (Agricola 45, 2 ; Tacite, Vie d’Agricola, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1942, p. 37-38), Juvénal (I, 35-36 ; Juvénal, Satires, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1921, p. 7) et Pline (Lettres VII, 27, 14 t. III, p. 27).

17 Voir Martial VIII, 3, 6 (Martial, Épigrammes, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1930-1934, 3 vol., t. II, p. 4) ; Juvénal I, 108-109 (p. 10).

18 On trouve des énumérations d’empereurs, de Tibère à Trajan, dans Poèmes V, 317-327 et VII, 104-115 (t. I, p. 40 et 58).

19 Sur la figure de Constantin dans la lettre V, 8, voir plus loin l’étude d’A. Stoehr-Monjou.

20 Salluste ne dit rien du sort finalement réservé à Jugurtha. Plusieurs auteurs affirment qu’il est mort étranglé, notamment Eutrope IV, 27, 4 (p. 57).

21 Marcia est surtout connue parce que que, après avoir été l’épouse de Caton, elle devint avec l’accord de celui-ci la femme d’Hortensius, puis revint à son premier mari à la mort d’Hortensius : voir Lucain II, 326-353 (t. I, p. 46-47).

22 Son nom apparaît aussi chez Symmaque, Relatio 34, 12 (Symmaque, Discours - Rapports, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2009, p. 129) ; voir Prosoprography of the Later Roman Empire, t. I, éd. A. H. Jones, J. R. Martindale et J. Moris, Cambridge, 1971, p. 786-787.

23 Sidoine est le seul à la nommer, on ne sait si c’était sa femme ou son amie. Sur Cornelius Lentulus Gaetulicus, poète et homme politique exécuté en 39 sous Caligula, voir Bardon, 1952-1956, et Realencyclopädie des Classischen Altertumwissenschaft IV, 1, 1385, 58 sq.

24 Le traité d’Arusianus Messius, dédié aux consuls de 395, a pour titre Exempla elocutionum ex Virgilio Sallustio Terentio Cicerone digesta per litteras (GLK, t. VII, p. 449-514 ; édition récente par Della Casa, 1977). C’est Cassiodore, Institutions divines et humaines I, 15, 7, qui parle du quadriga Messii (Cassiodori senatoris Institutiones, éd. R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon, 1937, p. 45).

25 De Gaetano, 2009, rappelle que les personnages servant d’exempla dans les panégyriques de Claudien viennent presque tous du catalogue de l’Énéide VI, 808-853 (t. II, p. 74-75).

26 Un auteur qu’il mentionne dans Poèmes IX, 271-274 (t. I, p. 91) et qu’il cite plusieurs fois dans ses Lettres : II, 10, 1 (t. II, p. 68) = Juvénal I, 15 (p. 6) ; VIII, 9, 1 (t. III, p. 103) = Juvénal VII, 62 (p. 90) ; VIII, 16, 1 (t. III, p. 127) = Juvénal I, 5 (p. 6).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search