Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Chapitre I. La présence de l’histoire et ses différentes formes

Ovide et l’histoire dans les Tristes et les Pontiques

Déborah Roussel

Texte intégral

1Dans la longue lettre à Auguste qui constitue le livre II des Tristes, Ovide, évoquant sa carrière poétique, affirme qu’il a volontairement renoncé à la matière historique :

  • 1 « Rome la guerrière m’offrait de la matière et c’est faire œuvre pieuse que de rapporter les hauts (...)

Nec mihi materiam bellatrix Roma negabat,
Et pius est patriae facta referre labor.
Denique, cum meritis impleueris omnia, Caesar,
Pars mihi de multis una canenda fuit; […]
Arguor inmerito. Tenuis mihi campus aratur;
Illud erat magnae fertilitatis opus.1

  • 2 Pour une lecture historique de l’œuvre ovidienne, voir notamment Syme, 1978. Sur les causes de la (...)
  • 3 Cf. notamment Videau-Delibes, 1991, Williams, 1994, Néraudau, 1996.
  • 4 Cf. Fitton Brown, 1985, Hofmann, 1987. Pour l’histoire de la théorie, voir Chwalek, 1996, p. 28-31
  • 5 Voir en particulier Ehlers, 1988, p. 155.

2Le champ de l’histoire, dit Ovide modestement, était trop vaste pour lui… Par cette recusatio, il affirme avoir renoncé au genre de l’épopée, sans parler de celui de l’historiographie, qu’il n’envisage même pas. Et pourtant, les Tristes et les Pontiques ont longtemps été lues dans une perspective historique : on y a cherché des renseignements sur la région de Tomes, sur la vie aux confins de l’Empire romain au 1er siècle ap. J.-C., sur les relations d’Ovide avec la famille impériale, et surtout sur les causes de sa relégation2. Puis cette approche a été largement délaissée au profit d’études littéraires soulignant la qualité poétique de ces deux recueils, leur parenté avec l’élégie érotique et la distance qui existe entre l’homme, Ovide, et le poète mis en scène dans ses recueils, Nason3. Cette perspective a même conduit certains critiques à considérer l’exil comme une pure fiction4 permettant à Ovide d’imaginer et de décrire, comme dans les Héroïdes, les états d’âme et les réactions supposées d’un personnage relégué aux confins de l’Empire romain. Sans aller jusqu’à cette position extrême, dont les limites ont déjà été montrées5, il nous semble donc important de souligner d’emblée qu’Ovide, même s’il évoque incontestablement des événements ou des personnages réels dans ses lettres d’exil, ne le fait que de manière distanciée, dans une perspective de réécriture poétique du réel. Notre démarche ne consistera donc pas à lire les lettres ovidiennes comme un document écrit dans un dessein d’objectivité pour restituer une vérité historique, mais à nous demander ce que ces lettres en vers, écrites en exil, révèlent, peut-être malgré lui, du rapport que le poète entretient avec l’histoire.

  • 6 Cf. Claassen, 1988.

3Pour guider notre réflexion, nous reprendrons la distinction qui a été établie par Jo-Marie Claassen entre les trois aspects de la figure d’Ovide dans les œuvres d’exil : poeta, exul et uates6. Par le terme de poeta, nous désignerons, ainsi, une première facette d’Ovide : celle du poète latin, à la culture romaine, de l’auteur d’une œuvre déjà reconnue dans les cercles littéraires de Rome. Le terme d’exul renverra, lui, à l’exilé, c’est-à-dire au personnage historique victime du décret impérial, qui fait l’expérience de la relégation aux limites de l’empire romain. Quant au terme de uates, il désignera le poète inspiré, « le chantre d’une vérité poétique intemporelle », pour reprendre l’expression de Jo-Marie Claassen, c’est-à-dire le poeta Romanus métamorphosé par l’expérience de l’exul.

4En étudiant les exempla et les allusions historiques, nous nous intéresserons, dans un premier temps, à la mémoire du poeta Romanus : à quels personnages ou événements anciens Ovide fait-il allusion ? Quel usage fait-il de ces exempla ? Dans quel type d’histoire s’inscrit-il ? Quelle filiation revendique-t-il ?

5Nous nous pencherons, dans un deuxième temps, sur la correspondance de l’exul et sur son lien avec l’histoire contemporaine : quelle représentation l’exilé donne-t-il de son quotidien, de ses concitoyens, du monde dans lequel il évolue ? Comment la forme de l’épître poétique influe-t-elle sur le traitement de l’histoire contemporaine ?

6Nous nous attacherons, enfin, dans un troisième temps, au rapport que le uates entretient avec le temps et nous nous demanderons dans quelle mesure cette correspondance poétique peut être pour lui un moyen d’entrer dans l’Histoire.

La mémoire du poeta romanvs

  • 7 Cf. André J.-M. et Hus A., 1974, p. 15 sq.
  • 8 Nous appelons exemplum, conformément à la définition de H. Lausberg, « un fait historique, mytholo (...)

7Pour rendre compte de la présence de l’histoire dans les Tristes et les Pontiques, il nous a paru bon, tout d’abord, de réfléchir à la nature du matériau historique du point de vue du poète romain. Pour explorer la mémoire du poeta Romanus, nous nous sommes donc tenue à une définition de l’histoire conforme à la conception que s’en faisaient les Anciens : le passé, même le plus récent, devient histoire dès lors que des événements sont insérés dans une trame, dans une continuité historique, et surtout dès lors que ces épisodes peuvent revêtir un caractère exemplaire7. Cette perspective nous a donc conduite à explorer tout particulièrement les exempla8 et les catalogues de personnages réels appartenant à une époque antérieure à celle du poète.

  • 9 Cf. Mettus Fufetius (Tristes I, 3, 75) ; Porus (Tr. III, 5, 39) ; Darius (Tr. III, 5, 40) ; Crésus (...)
  • 10 Tite Live, Histoire Romaine I, 28 (Livre I, éd. et trad. J. Bayet et G. Baillet, Paris, Les Belles (...)
  • 11 Hérodote, Histoires, I, 86-87 (Livre I, éd. et trad. Ph.-E. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

8Dans les Tristes, nous avons relevé plusieurs centaines d’exempla mythologiques, mais seulement quelques exempla qui peuvent être qualifiés d’« historiques », au sens où l’existence des personnages cités est attestée par les historiens9. Ces exemples appartiennent, en partie, à l’histoire plus ou moins légendaire des origines de Rome et de la royauté, car Ovide évoque Rémus et Mettus Fufetius, le roi d’Albe écartelé entre deux chars pour avoir trahi les Romains, sous le règne de Tullus Hostilius10. Ovide fait aussi allusion aux conquêtes d’Alexandre, avec Porus, roi d’Inde, et Darius, le roi de Perse. Il s’agit donc d’événements anciens, célèbres, qui appartiennent à la mémoire collective. Les allusions sont peu précises, les personnages très peu caractérisés, si bien que l’emploi des exempla historiques diffère peu de celui des exempla mythologiques. D’ailleurs, le roi de Lydie Crésus, personnage dont l’existence historique est attestée notamment par Hérodote11, est évoqué par Ovide sur le même plan qu’Irus, le mendiant tué par Ulysse à son retour à Itaque :

  • 12 « Bien sûr la Fortune donne et prend ce qui lui plaît : il connaît soudain le sort d’Irus, celui q (...)

Nempe dat et quodcumque libet fortuna rapitque,
Irus et est subito qui modo Croesus erat.12

  • 13 Sur le rôle de l’exemplum chez Cicéron, cf. David, 1980.
  • 14 Verres III, 209 (Discours, t. IV, éd. et trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, Les Belles Lettre (...)

9Peu importe, finalement, que ces personnages aient eu ou non une existence réelle, dans la mesure où les Anciens assimilaient le monde héroïque aux premiers temps de l’humanité : ils appartiennent tous deux au catalogue des exempla traditionnels dans lequel peut puiser tout bon orateur. D’après Cicéron, le recours aux exempla présente un double intérêt13. Il permet d’abord, en rappelant un précédent, de justifier un raisonnement et de lui donner de l’autorité14. Mais l’exemplum peut parfois aussi faire naître de l’émotion et toucher au champ du pathétique, en faisant ressurgir l’image d’un grand homme dans l’esprit des auditeurs et en suscitant, éventuellement, un phénomène d’identification ou de rejet. Dans les Tristes, les exemples historiques, parce qu’ils appartiennent à une histoire très ancienne plus ou moins mythique, n’ont plus, nous semble-t-il, de force d’évocation pour l’imagination des lecteurs, mais agissent, un peu à la manière des métaphores lexicalisées, plutôt comme des arguments, au même titre que les exempla mythologiques.

  • 15 Pontiques I, 1, 23 (Antoine) ; I, 1, 24 (Brutus) ; I, 2, 119 (Théromédon) ; I, 2, 142 (Claudia) ; (...)

10Dans les Pontiques, les exempla historiques sont un peu plus nombreux, puisqu’on en relève plus d’une vingtaine15 et qu’on constate, parallèlement, une diminution des exempla mythologiques. Si l’on reprend l’exemple du roi Crésus, déjà cité dans les Tristes, on s’aperçoit qu’il est associé, cette fois, à des personnages de l’histoire romaine, ancienne, mais aussi plus contemporaine :

  • 16 « Qui n’a pas entendu parler de l’opulence du riche Crésus ? Et pourtant, alors qu’il était prison (...)

Diuitis audita est cui non opulentia Croesi?
Nempe tamen uitam captus ab hoste tulit.
Ille Syracosia modo formidatus in urbe
Vix humili duram reppulit arte famem.
Quid fuerat Magno maius ? Tamen ille rogauit
Submissa fugiens uoce clientis opem […]
Ille Iugurthino clarus Cimbroque triumpho,
Quo uictrix totiens consule Roma fuit,
In caeno Marius iacuit cannaque palustri
Pertulit et tanto multa pudenda uiro.16

  • 17 Cf. Cicéron, Tusculanes III, 27 (t. II, éd. G. Fohlen et trad. J. Humbert, Paris, Les Belles Lettr (...)
  • 18 Cf. Plutarque, Vie de Pompée 77-79 (t. VIII, éd. et trad. R. Flacelière et E. Chambry, Paris, Les (...)
  • 19 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine 2, 19 (t. II, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Paris, Les (...)

11Pour montrer les aléas de sa destinée, Ovide évoque successivement le sort du vieux roi de Lydie, Crésus, celui de Denys Le Jeune, tyran de Syracuse17, mais aussi ceux, plus récents de Pompée18 et de Marius19. Le poète tend ainsi à se détacher progressivement d’un univers de référence complètement mythique, comme dans les Héroïdes, pour s’inscrire dans un cadre plus historique. Ses épîtres s’écartent ainsi, peu à peu, de l’influence élégiaque pour évoluer vers une pratique nouvelle, plus personnelle et plus ancrée dans l’histoire, de l’écriture épistolaire.

12Ces allusions historiques restent toutefois très ponctuelles et leur usage conforme aux préceptes de la rhétorique. En évoquant ces hommes de l’histoire, Ovide cherche avant tout des arguments, connus et reconnus, pour étayer son discours. Il ne se préoccupe pas de la chronologie des événements relatés, de leurs causes ou de leur insertion dans une histoire plus globale. Dans l’exemple précédent, Marius est, ainsi, évoqué après Pompée, sans que cela n’entrave la trame argumentative de la lettre. Pourtant l’idée de lignée, de continuité ou de filiation historique, n’est pas totalement absente des lettres ovidiennes. Mais l’histoire dans laquelle le poète s’insère, par le biais de catalogues notamment, est plutôt d’ordre littéraire.

  • 20 Cf. Tr. II, 361-470 (p. 52-57). Sur ce catalogue, cf. Bernhardt, 1986 ; Viarre, 2000.

13Dans le livre II des Tristes, pour réfuter la première condamnation, qui lui a valu sa relégation à Tomes, celle de l’immoralité de son œuvre, l’Art d’aimer, le poète se livre à une très longue argumentation, qui l’amène, sur plus d’une centaine de vers, à citer ses plus illustres prédécesseurs dans l’histoire littéraire grecque et latine20. Les auteurs mentionnés, d’abord les Grecs, ne sont pas cités en ordre chronologique, mais plutôt évoqués comme représentatifs du genre littéraire dans lequel ils se sont illustrés : la poésie lyrique (Anacréon, Sappho), l’élégie (Callimaque), la comédie (Ménandre), l’épopée (Homère), la tragédie et la prose (Aristide, Eubius, Hémithéôn de Sybaris). On remarquera, d’ailleurs, que l’historiographie n’est pas représentée dans ce catalogue et qu’elle n’apparaît donc pas comme essentielle dans l’univers de référence littéraire du poète. Chez les Latins, Ovide fait allusion d’abord à Ennius et Lucrèce, puis au groupe des neoteroi et à un certain nombre de poètes qui les ont côtoyés plus ou moins directement, et enfin aux élégiaques latins, Gallus, Tibulle et Properce. Tous ces auteurs, nous dit Ovide, ont chanté de « tendres amours » sans en être inquiétés. Et si Ovide revendique leur filiation (his ego successi, écrit-il à la fin du catalogue), il les nomme surtout, un peu à la manière des exemples historiques précédents, comme des arguments d’autorité qui viennent étayer sa thèse. Quis dubitet nomina tanta sequi : « qui hésiterait à suivre de tels noms ? » Face à de telles autorités, Ovide suggère que la puissance d’Auguste est toute relative.

  • 21 Tr. IV, 10, 8, 15 (p. 122-123).
  • 22 Virgile était aussi cité en Tristes II, 533-538 (p. 59), mais dans un passage distinct du catalogu (...)

14Dans l’épître 10 du livre IV des Tristes, celle que l’on qualifie souvent d’autobiographique, Ovide n’expose pas sa généalogie, même s’il évoque brièvement son père et son appartenance à l’ordre équestre21, mais propose un nouveau catalogue de ses prédécesseurs dans l’histoire littéraire. Son intention est toutefois différente dans cette pièce : il ne s’agit plus d’un plaidoyer pro domo où le poète multiplie les exemples, en citant les plus illustres références, pour appuyer sa démonstration, mais d’un hommage plus personnel que le poète, portant un regard rétrospectif sur son existence, souhaite adresser à ceux qui l’ont marqué. Les noms cités ne sont d’ailleurs pas tout à fait les mêmes, puisque Ovide évoque une série d’auteurs qui n’apparaissaient pas dans le catalogue précédent : le poète didactique Aemilius Macer, le poète épique Ponticus, l’auteur d’iambes Bassus, Horace, qui est loué pour la musicalité de ses Odes, et, enfin, Virgile22. Après ces grands noms qui ont marqué son parcours, Ovide revendique son appartenance à la lignée des poètes élégiaques :

  • 23 « L’avare destin ne donna pas à Tibulle le temps d’être mon ami. Il fut ton successeur, Gallus, Pr (...)

… nec auara Tibullo
tempus amicitiae facta dedere meae.
Successor fuit hic tibi, Galle, Propertius illi,
Quartus ab his serie temporis ipse fui.23

  • 24 Viarre, 1993, p. 271.

15Ainsi, c’est dans une histoire littéraire plus romaine, plus contemporaine aussi (même si les auteurs cités sont tous disparus) qu’Ovide entend trouver sa place. La digression est bien là « pour émouvoir les cœurs », comme l’écrit Simone Viarre citant Cicéron24, mais elle montre aussi dans quel type de gens, romaine et littéraire, s’inscrit le poète.

  • 25 Pont. IV, 16, 5-27 (p. 156).
  • 26 Pont. IV, 16, 27-28 (p. 156).
  • 27 Pont. IV, 16, 29-31 (p. 156).
  • 28 Pont. IV, 16, 32-36 (p. 156-157).
  • 29 Tuticanus est évoqué par une périphrase en Pont. IV, 16, 27 (p. 156).

16Dans cette perspective, il nous semble intéressant d’évoquer aussi la toute dernière lettre d’exil, la seizième Pontique du livre IV, dans laquelle Ovide nous a laissé son dernier catalogue de poètes. Ce catalogue n’appartient pas, à proprement parler, au corpus des évocations historiques du poeta Romanus, puisqu’Ovide y évoque des personnages contemporains. Mais on remarquera tout de même que le point de vue utilisé par le poète tend ici, à la manière des catalogues précédents, à faire entrer ces personnages dans l’histoire et à leur conférer, ainsi qu’à lui-même, une forme d’immortalité. Cette ultime lettre adressée à « un envieux » (ad inuidum) se présente, en effet, comme un adieu et comme un message envoyé « d’outre tombe » : le poète, rappelant l’illustre renommée qu’il avait déjà parmi les vivants, affirme qu’elle ne cesse de grandir après sa mort et qu’il ne peut donc plus être atteint par une nouvelle blessure. Pour faire taire définitivement ses derniers ennemis, il énumère longuement tous les poètes qui l’ont entouré et qui ont constitué sa vraie famille. La liste est impressionnante, puisque près de trente noms sont cités. Comme dans le catalogue des auteurs grecs, Ovide semble les avoir groupés par genre : les auteurs épiques (de Marsus à Lupus25), lyriques (Tuticanus et Rufus26), puis tragiques (de Turranius à Graccus27), et enfin, mêlés, les auteurs d’élégies et de bucoliques (de Proculus à Maximus Cotta28). Beaucoup de ces poètes ne sont pas connus par ailleurs ; la plupart d’entre eux ont vraisemblablement côtoyé directement Ovide. On trouve d’ailleurs dans cette liste les noms de plusieurs destinataires des Pontiques : Pompeius Macer, Albinovanus Pedo, Carus, Cornelius Severus, Tuticanus29 et Cotta Maximus. Par cet ultime catalogue, Ovide suggère que tous ces noms finiront peut-être un jour, à la manière d’Homère, de Virgile ou des autres grands auteurs cités dans l’élégie II des Tristes, par entrer dans l’histoire. On est bien loin, on le voit, de l’univers de référence des premiers exempla évoqués dans les Tristes. Au moment de quitter la scène et de clore sa correspondance, c’est dans une histoire bien réelle, bien vivante et bien contemporaine, que le poeta Romanus vient puiser ses ultimes références.

Le témoignage de l’exvl : de l’histoire augustéenne à l’histoire universelle

  • 30 Sur la figure d’Auguste dans les Tristes et les Pontiques, voir plus loin l’étude de C. Kossaifi.
  • 31 Cf. Res gestae diui Augusti, 30 (éd. et trad. J. Scheid, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 22) ; (...)
  • 32 On pourrait citer aussi les deux lettres qui évoquent les triomphes de Tibère à Rome : cf. Roussel (...)
  • 33 Sur Vestalis, cf. Introduction aux Pontiques, André, p. XXIX ; Stein, Reidinger, Real Encyclopädie(...)
  • 34 Sur Vitellius, cf. Tacite, Annales I, 70 (éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, (...)
  • 35 Pontiques IV, 7, 24 (p. 129).
  • 36 Ibid. IV, 7, 25-26 (p. 129).
  • 37 Ibid. IV, 7, 29 (p. 129).
  • 38 Ibid. IV, 7, 33 (p. 129).
  • 39 Ibid. IV, 7, 31 (p. 129).
  • 40 Cf. Enéide II, 749 et VI, 217 (t. I, éd. et trad. J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 1977 [2009 (...)
  • 41 Pont. IV, 7, 37 (p. 129).
  • 42 Ibid. IV, 7, 20 (p. 129).
  • 43 saxaque brumali grandine plura [Pont. IV, 7, 34 (p. 129)].
  • 44 Pont. IV, 7, 41 (p. 129).
  • 45 Ibid. IV, 7, 52 (p. 130).
  • 46 Talis apud Troiam Danais pro nauibus Aiax dicitur Hectoreas sustinuisse faces [Pont. IV, 7, 41-42 (...)
  • 47 Cf. Iliade XV, 674-746 (t. III, éd. et trad. P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1937 [2005], p.  (...)

17Contrairement, en effet, à ce que l’on pouvait observer dans les Héroïdes, où l’inuentio était essentiellement mythologique, Ovide a été conduit, sans doute à cause du choc de l’exil et de la rupture qu’il a introduite dans son existence, à faire entrer, peu à peu, l’histoire contemporaine dans son œuvre30. Les Tristes et les Pontiques apportent, d’ailleurs, des renseignements précieux sur la fin du règne d’Auguste et le début de celui de Tibère, et en particulier sur les cinq années qui séparent le désastre de Varus (en 9) de la mort d’Auguste (en 14), et sur lesquelles les principales sources historiques de la période ne fournissent que peu d’éléments31. On comprend d’autant mieux que certaines Pontiques constituent pour les historiens un document précieux, et notamment pour prendre un exemple particulièrement probant32, la lettre IV, 7 adressée à Vestalis33. Ovide s’y adresse, en effet, à un centurion primipile de l’armée romaine, affecté à la défense du Danube sous les ordres du légat Vitellius34. Il est très peu probable qu’Ovide ait inventé ce personnage, puisqu’il précise que cet homme est le descendant de Iulius Cottius, roi vassal des Alpes Cottiennes, dont le nom figure sur l’Arc de Suse érigé en 8 av. J.-C. en l’honneur d’Auguste. Ovide explique dans sa lettre que Vestalis a combattu les Gètes pour reprendre la ville d’Aegisos, située à quelques kilomètres de l’embouchure du Danube, et y rétablir une domination romaine. Sans Ovide, cet épisode historique serait, sans nul doute, tombé dans l’oubli. Mais, si l’ancrage historique de la lettre est indiscutable, le compte rendu des événements qui en est fait ne répond pas aux exigences d’un récit « historique » au sens moderne du terme, il relève essentiellement de l’épopée. Le poète indique seulement, pour situer la ville d’Aegisos, qu’elle est bâtie au sommet d’une montagne et touche les nuages35. L’adversaire de Vestalis n’est pas identifié, mais qualifié seulement d’hostis ferus36. À l’inverse, le héros romain se distingue par son courage (progenies fortissima37) et sa prestance exceptionnels (ingenti gradu38). Ovide se livre à une ekphrasis du combat, en insistant sur les couleurs : les armes du soldat romain sont brillantes (fulgentibus armis39 ; l’expression apparaissait déjà chez Virgile40), son casque est hérissé de flèches colorées (spicula cum pictis pennis41) ; le sang des Gètes fait rougir l’eau (puniceam Getico sanguine fecit aquam42). Mais, à la manière de Virgile, Ovide passe sous silence la réalité des combats et des blessures. L’affrontement est suggéré par une série de figures poétiques : un zeugma (ferrumque locumque saxaque) qui résume, au vers 33, les obstacles qui se dressent face au héros, et une série de comparaisons traditionnelles de l’épopée : « les pierres sont plus nombreuses que la grêle hivernale43 ». Vestalis est comparé à Ajax44, puis à Pégase45. L’emploi du passif personnel dicitur, au vers 42, pour évoquer le combat célèbre d’Ajax et Hector devant Troie46 constitue d’ailleurs un clin d’œil direct à Homère47 et montre qu’Ovide se livre consciemment à une réécriture de l’épopée homérique. L’imprécision de son récit est, en outre, soulignée par Ovide lui-même, quand il conclut ainsi, au vers 45, l’évocation du combat à l’épée :

  • 48 « Il est difficile de dire tes exploits dans la bataille, combien de coups mortels tu as donnés, à (...)

dicere difficile est quid Mars tuus egerit illic
Quotque neci dederis quosque quibusque modis.48

  • 49 Ancienne colonie milésienne, Tomes semble en effet avoir longtemps conservé l’influence de la lang (...)

18Ovide semble ici nous inviter lui-même à relativiser la dimension historique de sa description. Ensuite, après avoir passé sous silence le combat corps à corps, il insiste finalement sur l’image épique du vainqueur, foulant aux pieds les cadavres. On voit bien que cette description qui vise à immortaliser Vestalis, relève, notamment par l’usage des hyperboles et des comparaisons, de la tradition de l’épopée. Ce sont les hauts faits de son correspondant qu’Ovide souhaite rapporter ici. On mesure donc, par cet exemple, les limites de la lecture historique, qui a longtemps prévalu dans les études ovidiennes. Le poète s’inspire indiscutablement ici d’un fait historique, réel, la prise de la ville d’Aegisos par les troupes romaines, mais il en fait un traitement poétique, qui vise à exalter la grandeur de son correspondant, sans doute parce que le poète voit en Vestalis un allié, susceptible de rapporter à Rome les difficiles conditions de vie au bord du Pont-Euxin et, ainsi, de plaider sa cause. Plus généralement, il est assez aisé de montrer que la description de Tomes et des mœurs des habitants est, à plusieurs reprises, en contradiction avec les données historiques et géographiques49.

  • 50 Cf. Quintilien, Institution Oratoire VIII, 3, 70, (éd. et trad. J. Cousin, Les Belles Lettres, 197 (...)
  • 51 Sic urbium captarum crescit miseratio. Sine dubio enim qui dicit expugnatam esse ciuitatem complec (...)
  • 52 Cf. Enéide II, 298-804 (p. 48-66).

19Faut-il en conclure qu’Ovide ment et souhaite manipuler ses lecteurs romains, peu au fait des réalités de cette région lointaine de la Mésie ? Sans doute y a-t-il, de sa part, une stratégie et une volonté d’apitoyer son public. Mais il ne faut pas oublier non plus que les critères de qualité de la description antique étaient bien différents des nôtres : pour les Anciens, une description réussie est avant tout une description qui permet de créer des images dans l’esprit de l’auditeur ou du lecteur. Peu importe que les éléments évoqués soient vrais ; il importe surtout qu’ils soient vraisemblables, pour créer l’effet d’enargeia ou d’euidentia50. C’est ce qu’explique Quintilien au livre VIII de l’Institution Oratoire, et il utilise justement, pour illustrer sa pensée, l’exemple de l’euersio, le sac d’une ville51. Ovide développe ainsi, dans la septième Pontique du livre IV, le thème, attendu par son public romain, de la description de la prise d’une ville, en souvenir, notamment, de la description de la prise de Troie par Virgile52.

  • 53 (Historia) est enim proxima poetis, et quodam modo carmen solutum est […] totumque opus non ad act (...)
  • 54 « Et il pourrait célébrer notre ami Cn. Pompée ; il rencontrerait sur sa route sa mémorable année. (...)
  • 55 Cf. Foucher, 2000.

20Il est important de rappeler également que, dans la mentalité antique, la poésie est étroitement liée à l’histoire. Quintilien dit d’ailleurs, à propos de l’historiographie, qu’il s’agit d’un « genre très voisin de la poésie, une sorte de poème en prose », et qu’elle est composée « pour la mémoire de la postérité et la renommée de l’écrivain53 » ; et si l’on met à part l’annalistique, qui ne peut être considérée comme un genre littéraire à proprement parler, on peut considérer que l’épopée fut, avec les œuvres d’Ennius et de Naevius, la première forme d’histoire à Rome. La louange n’est, en outre, pas incompatible avec la démarche historique, comme le suggère Atticus lorsqu’il invite Cicéron, au début du De Legibus, à se consacrer désormais à l’écriture de l’histoire : Tum autem hominis amicissimi Cn. Pompeii laudes illustrabit, incurret etiam in illum et memorabilem annum suum54. Et à l’inverse, on sait que les plus grands historiens latins ont tous été, plus ou moins directement, influencés par le genre de l’épopée55.

21Il nous semble, par ailleurs, qu’il y a dans les Tristes et les Pontiques, derrière ces écarts avec la réalité historique, une forme de vérité. Et Ovide lui-même avait déjà conscience de ce paradoxe. Il affirme en effet explicitement, dans l’élégie II des Tristes, que son œuvre n’est pas autobiographique :

  • 56 « Mensonges et fictions constituent la plus grande partie de mes œuvres. » [Tr. II, 355 (p. 51)].

Magnaque pars mendax operum est et ficta meorum.56

22Mais il répète également, à plusieurs reprises dans les lettres d’exil qu’il dit la vérité…

  • 57 « Si tu l’interroges, la terre du Pont tout entière, témoin de mon respect des devoirs, dira que j (...)

Tota, licet quaeras, hoc me non fingere dicet
Officii testis Pontica terra mei.57

  • 58 Cf. Roussel, 2008, p. 157-252.

23En réalité, il nous semble que cette contradiction peut être dépassée, si on considère que la vérité des lettres d’exil ne réside pas dans le « quoi », dans l’objet décrit, mais dans le « comment », dans la manière de l’écrire. L’emploi de l’hyperbole, de l’adunaton, de la comparaison rhétorique ou de la métaphore élégiaque (pour ne citer que les figures les plus fréquentes dans les lettres d’exil)58 révèle ainsi les difficultés d’un personnage déraciné, pour exprimer, dans une forme traditionnelle et compréhensible pour ses correspondants, la vérité d’une expérience nouvelle. Dans cette perspective, il nous faut souligner l’importance de la forme épistolaire. La correspondance – parce qu’elle est une forme de l’écriture du moi, mais aussi un lieu propice à la diatribe – nous semble un moyen privilégié, quoique indirect, pour connaître l’histoire des mentalités et des représentations antiques. Si l’on accepte que, dans l’Antiquité, la vérité historique est de toutes façons compromise par les sources, par la prédétermination sociale ou par les préoccupations littéraires, et que l’on s’attache plutôt à une recherche de vérité subjective, de fides, de témoignage écrit dans un dessein d’expressivité, la correspondance devient nécessairement un lieu privilégié de l’écriture de l’histoire. Reste que l’exul ne s’est pas contenté de rédiger une correspondance en prose, mais a choisi de s’adresser à ses correspondants en distiques élégiaques. Cette particularité de l’œuvre épistolaire ovidienne est également révélatrice du rapport qu’entretient le poète avec le temps et l’histoire.

L’ambition du vates : entrer dans l’histoire

  • 59 Cf. Claassen, 1999, p. 210.
  • 60 Cf. Tr. I, 1, 23 ; I, 7, 32 ; I, 11, 35 ; III, 1, 2 ; III, 1, 19 ; IV, 1, 2 ; IV, 10, 132 ; V, 1, (...)

24Même s’il est difficile de savoir avec certitude comment les Tristes et les Pontiques ont pu être transmises et par qui elles ont été lues ou entendues59, on peut affirmer qu’Ovide envisageait une diffusion de ses lettres plus large que le strict cadre d’une correspondance privée, puisqu’il s’adresse, à plusieurs reprises, à un lecteur universel60. Plusieurs passages montrent, en outre, qu’il a conscience d’écrire, au-delà du cercle de ses lecteurs contemporains, pour la postérité et qu’il souhaite ainsi faire connaître aux générations futures aussi bien la loyauté de ses amis ou de son épouse que les attaques perfides de ses ennemis. Il écrit ainsi à propos de son ami Celsus, qui vient de mourir :

  • 61 « C’est avec raison que j’offre ces vers, comme témoignage d’un caractère rare, afin que la postér (...)

Carmina iure damus raros testantia mores,
Vt tua uenturi nomina, Celse, legant.61

  • 62 « Tu vivras éternellement dans mes vers » [Tr. I, 6, 36 (p. 23)]. Sur l’immortalité que la poésie (...)

25Ovide souligne, en outre, que sa correspondance, parce qu’elle a une dimension poétique, a le pouvoir de conférer l’immortalité aussi bien à son auteur qu’à tous ceux qu’il mentionne dans son œuvre. La première lettre qu’il adresse à son épouse, Fabia, se termine par cette formule catégorique : Carminibus uiues tempus in omne meis62. Et, si on élargit le champ à l’ensemble de la correspondance poétique, Ovide revendique le pouvoir de conférer l’immortalité à tout ce qu’il décrit. Cette perspective, qui est très chère au poète puisqu’il l’évoque à plusieurs reprises, lui donne un pouvoir considérable sur les puissants du monde dans lequel il vit :

  • 63 « Et pourtant, rien ne convient mieux aux princes que l’hommage rendu par les poètes inspirés dans (...)

Nec tamen officio uatum per carmina facto
Principibus res est aptior ulla uiris.
Carmina uestrarum peragunt praeconia laudum
Neue sit actorum fama caduca cauent.
Carmine fit uiuax uirtus expersque sepulcri
Notitiam serae posteritatis habet.
Tabida consumit ferrum lapidemque uetustas
Nullaque res maius tempore robur habet.
Scripta ferunt annos: scriptis Agamemnona nosti
Et quisquis contra uel simul arma tulit.63

26Ovide va même plus loin, en affirmant que la poésie lui permet également de créer les dieux :

  • 64 « Les dieux aussi, s’il est permis de le dire, existent grâce aux vers et une si grande majesté a (...)

Di quoque carminibus, si fas est dicere, fiunt
Tantaque maiestas ore canentis eget.64

  • 65 Iamque opus exegi, quod nec Iouis ira nec ignis/nec poterit ferrum nec edax abolere uetustas (Méta (...)

27À la fin des Métamorphoses déjà, Ovide affirmait que ni la colère de Jupiter, ni les flammes, ni le fer, ni la rouille des âges ne pourraient effacer ses vers65. Dans les Tristes, derrière Jupiter, c’est souvent la figure d’Auguste qu’il faut entrevoir. Il n’est donc pas difficile de comprendre qu’Ovide affirme ici, indirectement, sa suprématie sur l’empereur et son pouvoir de façonner, selon son bon vouloir, l’image qu’il donne de lui à la postérité. Il n’est d’ailleurs sans doute pas anodin qu’Ovide ait choisi de rédiger ses épîtres en distiques élégiaques et non en hexamètres dactyliques. L’hexamètre dactylique aurait souligné l’acte d’allégeance, la volonté de se conformer aux prescriptions de l’empereur, en le louant dans le vers noble de l’épopée. Le distique élégiaque, lui, souligne plutôt l’empreinte personnelle de l’auteur et suggère que les épîtres célèbrent avant tout la gloire de celui qui les rédige.

28Avec une certaine fierté, le poète répète, à plusieurs reprises, qu’il échappe au pouvoir du princeps, grâce à son talent :

  • 66 « Regarde-moi : alors que je suis privé de ma patrie, de vous et de ma demeure, alors qu’on m’a pr (...)

En ego, cum caream patria uobisque domoque
Raptaque sint adimi quae potuere mihi,
Ingenio tamen ipse meo comitorque fruorque:
Caesar in hoc potuit iuris habere nihil.66

  • 67 Sur cet aspect, cf. Rosati, 1979.

29Qu’on mesure l’importance de cette déclaration dans la perspective de l’écriture de l’histoire. Ovide montre ici qu’il conçoit l’écriture non pas comme mimétique, mais comme créative (carmine fit uiuax uirtus67). Son écriture épistolaire n’est donc pas asservie à une retranscription, par les mots, d’une réalité extérieure, elle n’est pas asservie à un éloge de l’empire, mais elle a le pouvoir de faire exister cette réalité et de la transmettre à la postérité.

30Déjà, la douzième élégie du livre III des Amours, Ovide soulignait ce pouvoir de la parole poétique, en affirmant :

  • 68 « L’imagination féconde des poètes inspirés se déploie sans borne et ne limite pas ses expressions (...)

Exit in immensum fecunda licentia uatum
Obligat historica nec sua uerba fide.68

31Il ne s’agit pas tant, dans la conception ovidienne, d’opposer la vérité historique à la fiction poétique, que de montrer que le pouvoir du uates est fécond (fecundus) et sans limite (immensum) dans l’espace et le temps. Cela ne signifie pas que le contenu des lettres poétiques est nécessairement mensonger ou fictif, mais cela prouve surtout que la plus grande vérité historique à découvrir dans les Tristes et les Pontiques est celle de l’existence d’un esprit libre, capable malgré, ou peut-être grâce à des circonstances difficiles, d’affirmer sa suprématie sur les plus grands personnages de l’histoire. On comprend mieux, ainsi, le sens qu’il faut donner au terme de uates : le uates, parce qu’il maîtrise le langage poétique et peut ainsi se fixer dans la mémoire de la postérité, est celui qui donne l’immortalité aux hommes et aux événements et, ainsi, crée véritablement l’histoire.

32Pour conclure, il nous faut souligner la spécificité de la forme épistolaire utilisée par Ovide en exil et les conséquences de l’emploi de l’épître élégiaque sur l’écriture de l’histoire.

33Par sa parenté avec l’élégie érotique romaine en général et le genre de l’héroïde en particulier, la lettre ovidienne permet d’abord au poeta Romanus de transmettre la tradition du passé et de s’inscrire dans une filiation littéraire, qui constitue la véritable appartenance historique revendiquée par le poète.

34Grâce à l’acheminement des lettres et à l’interaction avec les correspondants, la forme épistolaire permet en outre à l’exul de s’inscrire dans le présent, de maintenir un lien concret avec sa patrie italienne et de témoigner, à sa manière, auprès de ses concitoyens, de l’histoire contemporaine et de son expérience, à la fois personnelle et universelle, du déracinement.

35Mais la nature poétique de cette correspondance offre, enfin, au uates, l’espérance de survivre dans la mémoire de ses lecteurs et d’entrer ainsi dans l’Histoire. La parole poétique, parce qu’elle n’est pas mimétique, mais créative, lui permet en effet d’être maître de sa destinée et de façonner l’image qu’il souhaite laisser de lui à la postérité.

36Ainsi, quand Ovide affirmait dans l’élégie II des Tristes, que nous citions en exergue, ne pas être capable de traiter l’histoire dans son œuvre poétique, cela ne signifiait vraisemblablement pas – comme on aurait pu le croire d’abord – qu’il était dépassé par le champ, trop vaste, de l’histoire, mais plutôt que son écriture poétique, sa licentia fecunda, ne lui permettait pas de s’asservir à la simple retranscription des hauts faits de sa patrie et à la louange du prince.

37Grâce à cette liberté de parole et de pensée, grâce à ses épîtres élégiaques, Ovide est ainsi devenu un véritable exemplum historique dans la mémoire collective, celui qu’on invoque comme figure emblématique de l’exilé résistant au pouvoir politique par la poésie.

Notes

1 « Rome la guerrière m’offrait de la matière et c’est faire œuvre pieuse que de rapporter les hauts faits de sa patrie. Enfin, puisque tout est rempli de tes mérites, César, j’aurais dû en célébrer au moins une partie. […] Ces reproches sont injustes. Je ne laboure qu’un champ modeste. L’autre œuvre nécessitait une grande fertilité. » [Tristes II, 321-324 ; 327-328 (p. 50)]. Le texte des Tristes et des Pontiques est cité à partir de l’édition de la CUF (Tristes, éd. et trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1968 [1987] et Pontiques, éd. et trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1977 [1993]). Les traductions sont nôtres.

2 Pour une lecture historique de l’œuvre ovidienne, voir notamment Syme, 1978. Sur les causes de la relégation, voir en particulier les synthèses de Thibault, 1964 ; Verdière, 1992 ; Luisi et Berrino, 2008.

3 Cf. notamment Videau-Delibes, 1991, Williams, 1994, Néraudau, 1996.

4 Cf. Fitton Brown, 1985, Hofmann, 1987. Pour l’histoire de la théorie, voir Chwalek, 1996, p. 28-31.

5 Voir en particulier Ehlers, 1988, p. 155.

6 Cf. Claassen, 1988.

7 Cf. André J.-M. et Hus A., 1974, p. 15 sq.

8 Nous appelons exemplum, conformément à la définition de H. Lausberg, « un fait historique, mythologique ou littéraire que l’on rapproche du sujet principal du discours » : Handbuch der literarischen Rhetorik, Max Hueber Verlag, München, 1960, § 404, p. 225 ; sur l’exemplum, cf. Brémond, 1982.

9 Cf. Mettus Fufetius (Tristes I, 3, 75) ; Porus (Tr. III, 5, 39) ; Darius (Tr. III, 5, 40) ; Crésus (Tr. III, 7, 42) ; Rémus (Tr. IV, 3, 8).

10 Tite Live, Histoire Romaine I, 28 (Livre I, éd. et trad. J. Bayet et G. Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1940 [2003], p. 46-48).

11 Hérodote, Histoires, I, 86-87 (Livre I, éd. et trad. Ph.-E. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1932 [2010], p. 86-89).

12 « Bien sûr la Fortune donne et prend ce qui lui plaît : il connaît soudain le sort d’Irus, celui qui naguère était Crésus » (Tr. III, 7, 41-42, p. 81).

13 Sur le rôle de l’exemplum chez Cicéron, cf. David, 1980.

14 Verres III, 209 (Discours, t. IV, éd. et trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, Les Belles Lettres, 1925 [2002], p. 124) ; Oratio 120 (éd. et trad. A. Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1964 [2008], p. 42).

15 Pontiques I, 1, 23 (Antoine) ; I, 1, 24 (Brutus) ; I, 2, 119 (Théromédon) ; I, 2, 142 (Claudia) ; I, 3, 63 (Rutilius) ; I, 3, 67 (Diogène) ; I, 3, 69 (Thémistocle) ; I, 3, 71 (Aristide) ; I, 3, 77 (Cadmos) ; I, 8, 13 (Aegisos) ; III, 2, 105 (Volesus) ; III, 2, 106 (Numa) ; III, 3, 44 (Numa) ; IV, 1, 32 (Phidias) ; IV, 1, 33 (Calamis) ; IV, 1, 34 (Myron) ; IV, 3, 37 (Crésus) ; IV, 3, 39 (Denys) ; IV, 3, 41 (Pompée) ; IV, 3, 45 (Marius) ; IV, 15, 15 (Philippe).

16 « Qui n’a pas entendu parler de l’opulence du riche Crésus ? Et pourtant, alors qu’il était prisonnier, il obtint la vie de son ennemi. Celui qui fut naguère si redouté à Syracuse exerça un humble métier, pour écarter, avec peine, la faim cruelle. Quoi de plus grand que le grand Pompée ? Pourtant, dans sa fuite, il demanda d’une voix soumise l’aide de son client. […] Celui qui fut célèbre par ses triomphes sur Jugurtha et sur les Cimbres, consul qui permit tant de fois à Rome d’être victorieuse, Marius se coucha dans la boue et les roseaux d’un marécage et supporta maints outrages indignes d’un si grand homme. » [Pontiques IV, 3, 37-42 ; 45-48 (p. 120)].

17 Cf. Cicéron, Tusculanes III, 27 (t. II, éd. G. Fohlen et trad. J. Humbert, Paris, Les Belles Lettres, 1931 [2002], p. 18) et Ad Familiares IX, 18, 1 (Correspondance, t. VII, éd. et trad. J. Beaujeu, Paris, Les Belles Lettres, 1980 [2002], p. 52) ; Valère Maxime, Faits et dits mémorables, 6, 9, ext. 6 (t. II, éd. et trad. R. Combès, Paris, Les Belles Lettres, 1997 [2003], p. 202).

18 Cf. Plutarque, Vie de Pompée 77-79 (t. VIII, éd. et trad. R. Flacelière et E. Chambry, Paris, Les Belles Lettres, 1973 [2003], p. 256-259).

19 Cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine 2, 19 (t. II, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Paris, Les Belles Lettres, 1982 [2003], p. 25-26) ; Plutarque, Vie de Marius 37-38 (t. VI, éd. et trad. R. Flacelière et E. Chambry, Paris, Les Belles Lettres, 1971 [2003], p. 140-143).

20 Cf. Tr. II, 361-470 (p. 52-57). Sur ce catalogue, cf. Bernhardt, 1986 ; Viarre, 2000.

21 Tr. IV, 10, 8, 15 (p. 122-123).

22 Virgile était aussi cité en Tristes II, 533-538 (p. 59), mais dans un passage distinct du catalogue des poètes latins que nous avons évoqué.

23 « L’avare destin ne donna pas à Tibulle le temps d’être mon ami. Il fut ton successeur, Gallus, Properce fut le sien et je fus moi-même après eux le quatrième dans la suite du temps. » [Tr. IV, 10, 51-54 (p. 124)].

24 Viarre, 1993, p. 271.

25 Pont. IV, 16, 5-27 (p. 156).

26 Pont. IV, 16, 27-28 (p. 156).

27 Pont. IV, 16, 29-31 (p. 156).

28 Pont. IV, 16, 32-36 (p. 156-157).

29 Tuticanus est évoqué par une périphrase en Pont. IV, 16, 27 (p. 156).

30 Sur la figure d’Auguste dans les Tristes et les Pontiques, voir plus loin l’étude de C. Kossaifi.

31 Cf. Res gestae diui Augusti, 30 (éd. et trad. J. Scheid, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 22) ; Dion Cassius, Histoire romaine, LVI, 18-47 (t. VIII, éd. et trad. R. Gros, Paris, Firmin Didot frères, 1866 : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Dion/livre56.htm). ; Velleius Paterculus, II, 118-124 (p. 124-132) ; Suétone, Vie de Tibère, 20-21 (Vies, t. II, éd. et trad. H. Ailloud, Paris, Les Belles Lettres, 1931 [2010], p. 18-19). Dion Cassius indique en effet que Tibère est envoyé en Germanie après la défaite de Varus (LVI, 23), puis que Germanicus et Tibère ravagent quelques contrées de la Celtique, avant de revenir à Rome (LVI, 25). Aucune autre opération militaire n’est ensuite évoquée jusqu’à la mort d’Auguste. Velleius Paterculus évoque également les campagnes de Tibère en Germanie, ses victoires en Gaule, son triomphe sur les Pannoniens et les Dalmates, sa reconquête de l’Arménie, mais ne fait pas mention des opérations concernant la région du Pont-Euxin. Les Res gestae diui Augusti et les Vies d’Auguste et de Tibère par Suétone ne fournissent pas non plus d’indications plus précises sur la période.

32 On pourrait citer aussi les deux lettres qui évoquent les triomphes de Tibère à Rome : cf. Roussel. (à paraître).

33 Sur Vestalis, cf. Introduction aux Pontiques, André, p. XXIX ; Stein, Reidinger, Real Encyclopädie VIII A, 2, 1776-1778.

34 Sur Vitellius, cf. Tacite, Annales I, 70 (éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1923 [2003], p. 63).

35 Pontiques IV, 7, 24 (p. 129).

36 Ibid. IV, 7, 25-26 (p. 129).

37 Ibid. IV, 7, 29 (p. 129).

38 Ibid. IV, 7, 33 (p. 129).

39 Ibid. IV, 7, 31 (p. 129).

40 Cf. Enéide II, 749 et VI, 217 (t. I, éd. et trad. J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 1977 [2009], p. 64 et 171).

41 Pont. IV, 7, 37 (p. 129).

42 Ibid. IV, 7, 20 (p. 129).

43 saxaque brumali grandine plura [Pont. IV, 7, 34 (p. 129)].

44 Pont. IV, 7, 41 (p. 129).

45 Ibid. IV, 7, 52 (p. 130).

46 Talis apud Troiam Danais pro nauibus Aiax dicitur Hectoreas sustinuisse faces [Pont. IV, 7, 41-42 (p. 129)].

47 Cf. Iliade XV, 674-746 (t. III, éd. et trad. P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1937 [2005], p. 92-97).

48 « Il est difficile de dire tes exploits dans la bataille, combien de coups mortels tu as donnés, à qui et de quelle manière. » [Pont. IV, 7, 45-46 (p. 130)].

49 Ancienne colonie milésienne, Tomes semble en effet avoir longtemps conservé l’influence de la langue grecque et ne pas avoir été seulement peuplée de barbares illettrés, comme le suggère Ovide : cf. Lambrino, 1958 ; son climat est, par ailleurs, beaucoup plus doux que celui que décrit Ovide, notamment dans l’élégie III, 10 des Tristes : cf. Williams, 1994, p. 3-49, Kettemann, 1999.

50 Cf. Quintilien, Institution Oratoire VIII, 3, 70, (éd. et trad. J. Cousin, Les Belles Lettres, 1978 [2003], t. V, p. 80).

51 Sic urbium captarum crescit miseratio. Sine dubio enim qui dicit expugnatam esse ciuitatem complectitur omnia quaecumque talis fortuna recipit, sed in adfectus minus penetrat breuis hic uelut nuntius. At si aperias haec, quae uerbo uno inclusa erant, apparebunt effusae per domus ac templa flammae et ruentium tectorum fragor et ex diuersis clamoribus unus quidam sonus, aliorum fuga incerta, alii extremo complexu suorum cohaerentes et infantium feminarumque ploratus et male usque in illum diem seruati fato senes. […] Licet enim haec omnia, ut dixi, complectatur « euersio », minus est tamen totum dicere quam omnia. « C’est avec le même procédé (= l’enargeia) que l’on accroît la pitié sur le sort des villes prises, car, sans doute, quand on dit qu’une ville a été prise d’assaut, on embrasse tout ce que comporte un tel sort, mais cette espèce d’annonce concise pénètre les cœurs moins profondément. Si l’on développe ce qui était contenu dans un seul mot, apparaîtront alors les flammes qui se répandent par les maisons et les temples, les toits qui s’écroulent avec fracas, les cris divers qui se fondent en une rumeur unique, la fuite des uns en désordre, les ultimes embrassements des autres étreignant les leurs, les lamentations des enfants et des femmes, et, maudissant le destin qui a prolongé leur vie jusque là, les vieillards. […] Tout cela, comme je l’ai dit, peut-être enfermé dans l’expression “sac d’une ville” ; cependant, on dit moins en indiquant l’ensemble qu’en donnant les détails. » [Institutions Oratoires VIII, 3, 67-69, t. V (p. 79)].

52 Cf. Enéide II, 298-804 (p. 48-66).

53 (Historia) est enim proxima poetis, et quodam modo carmen solutum est […] totumque opus non ad actum rei pugnamque praesentem, sed ad memoriam posteritatis et ingenii famam componitur. [Institutions Oratoires X, 1, 31, t. VI (p. 78-79)].

54 « Et il pourrait célébrer notre ami Cn. Pompée ; il rencontrerait sur sa route sa mémorable année. » (Des Lois I, 3, éd. et trad. C. Appuhn, Paris, Garnier frères, 1954, p. 229).

55 Cf. Foucher, 2000.

56 « Mensonges et fictions constituent la plus grande partie de mes œuvres. » [Tr. II, 355 (p. 51)].

57 « Si tu l’interroges, la terre du Pont tout entière, témoin de mon respect des devoirs, dira que je n’invente pas. » [Pont. IV, 9, 113-114, (p. 139)]. Voir aussi Pont. IV, 7, 1-4 (p. 128) ; Pont. IV, 9, 85-88 (p. 138).

58 Cf. Roussel, 2008, p. 157-252.

59 Cf. Claassen, 1999, p. 210.

60 Cf. Tr. I, 1, 23 ; I, 7, 32 ; I, 11, 35 ; III, 1, 2 ; III, 1, 19 ; IV, 1, 2 ; IV, 10, 132 ; V, 1, 66 ; V, 9, 9 ; Pont. III, 4, 9 ; III, 4, 43 ; III, 4, 55 ; III, 9, 43.

61 « C’est avec raison que j’offre ces vers, comme témoignage d’un caractère rare, afin que la postérité lise ton nom, Celsus. » [Pont. I, 9, 43-44 (p. 36)].

62 « Tu vivras éternellement dans mes vers » [Tr. I, 6, 36 (p. 23)]. Sur l’immortalité que la poésie confère à son auteur, cf. Tr. III, 3, 80 (p. 71).

63 « Et pourtant, rien ne convient mieux aux princes que l’hommage rendu par les poètes inspirés dans leurs vers. Les vers permettent de faire connaître au public vos louanges et empêchent que la renommée de vos exploits ne disparaisse. Les vers donnent vie à la vertu, ils lui permettent d’échapper au tombeau et d’être connue de la postérité lointaine. La vieillesse destructrice ronge le fer et la pierre et rien n’a plus de force que le temps. Mais les écrits supportent les années : c’est grâce aux écrits que tu connais Agamemnon et tous ceux qui combattirent avec ou contre lui. » [Pont. IV, 8, 43-52 (p. 132)].

64 « Les dieux aussi, s’il est permis de le dire, existent grâce aux vers et une si grande majesté a besoin d’une voix pour la chanter. » [Pont. IV, 8, 55-56 (p. 132)].

65 Iamque opus exegi, quod nec Iouis ira nec ignis/nec poterit ferrum nec edax abolere uetustas (Métamorphoses XV, 871-872, t. III, éd. et trad. G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, 1930 [2010], p. 150).

66 « Regarde-moi : alors que je suis privé de ma patrie, de vous et de ma demeure, alors qu’on m’a pris tout ce qui pouvait m’être ôté, je jouis pourtant de la compagnie de mon esprit : César n’a pu avoir aucun droit sur lui. » [Tr. III, 7, 45-48 (p. 81)].

67 Sur cet aspect, cf. Rosati, 1979.

68 « L’imagination féconde des poètes inspirés se déploie sans borne et ne limite pas ses expressions à la retranscription fidèle de l’histoire. » (Amours III, 12, 41-42, éd. et trad. H. Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 1930 [2003], p. 97).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540