Version classiqueVersion mobile

La présence de l’histoire dans l’épistolaire

 | 
François Guillaumont
, 
Patrick Laurence

Introduction

François Guillaumont

Texte intégral

  • 1 L’histoire est définie comme « connaissance du passé humain » par Marrou, 1954, p. 32. Sur l’ambig (...)
  • 2 Sur la notion de témoignage volontaire et involontaire, voir Bloch, 1993, p. 74-76.

1Dans les lettres que nous a léguées l’Antiquité gréco-romaine comme dans les correspondances plus récentes, l’histoire est présente sous différents aspects, qui sont liés à l’ambiguïté même du mot « histoire » : le terme, en effet, désigne à la fois la « connaissance du passé humain » et ce passé lui-même ; il renvoie aussi bien à l’historia rerum gestarum qu’aux res gestae elles-mêmes1. La présence de l’histoire dans l’épistolaire est donc celle des historiens et du genre historique, mais aussi celle des événements : événements du passé, qui constituent une source inépuisable d’exempla, événements contemporains, dont l’épistolier se fait, volontairement ou involontairement, le témoin2.

2Le premier chapitre de ce livre regroupe quatre auteurs, d’époques diverses, chez qui l’histoire apparaît à plusieurs titres. Dans les Tristes et les Pontiques, ses lettres d’exil, Ovide entretient différents rapports avec l’histoire, comme le montre Déborah Roussel. Il recourt aux exemples historiques et aux catalogues de personnages pour s’inscrire dans une tradition rhétorique et une filiation littéraire ; il offre un témoignage sur l’histoire de son temps, à vrai dire moins sur les événements eux-mêmes que sur les mentalités et les représentations ; l’histoire est enfin le lieu où le uates, poète à la parole créatrice, fait entrer les hommes et les événements en leur conférant l’immortalité. Dans les lettres de Sidoine Apollinaire, étudiées par Étienne Wolff, l’histoire apparaît également sous trois formes. L’évêque de Clermont, en Auvergne, fournit un témoignage essentiel sur l’histoire de la seconde moitié du ve siècle ; il propose une réflexion sur l’écriture de l’histoire ; en utilisant de nombreux exemples historiques, il traduit sa nostalgie pour les temps glorieux de Rome et affirme une communauté culturelle avec ses destinataires. Les lettres de Maxime Planude, moine byzantin du xiiie siècle, auxquelles s’attache Jean Schneider, ont pu servir de source aux historiens, notamment pour les actions militaires du jeune général Philanthropène ; d’autre part, l’épistolier cite à plusieurs reprises les historiens de l’Antiquité ; indications historiques comme citations sont ordonnées à la fonction principale de la lettre, qui est de prolonger malgré l’absence une conversation amicale. Enfin, comme le montre Jean-Dominique Beaudin, les épîtres liminaires des tragédies de Robert Garnier (1545-1590) font une place aussi bien à l’actualité dramatique des guerres de Religion qu’à l’histoire ancienne et à la légende ; ces dernières illustrent les réalités contemporaines et contribuent à forger une idéologie nationale, tout en apportant aux Français une leçon morale et politique.

3Le second chapitre nous invite à réfléchir sur les relations entre genre épistolaire et genre historique. Mais tout d’abord, ne convient-il pas de « se taire sur l’histoire » ? Beat Näf montre que le refus d’écrire l’histoire est un topos de l’épistolographie, présent notamment chez Cicéron, Pline le Jeune, saint Jérôme et Sidoine Apollinaire ; l’épistolier n’en espère pas moins écrire une œuvre digne de retenir l’attention des historiens et obtenir ainsi la gloire que procure Clio, Muse de l’histoire. Jacques-Emmanuel Bernard s’intéresse au célèbre jugement de Cornélius Népos sur les lettres de Cicéron à Atticus et leur valeur documentaire : au cœur de l’analyse du biographe figure une opposition entre la correspondance, marquée par la discontinuité temporelle et formelle, et l’historia contexta, l’« histoire suivie », la trame narrative élaborée par l’historien. Au iie siècle ap. J.-C., l’orateur Fronton, maître de Marc Aurèle, réfléchit lui aussi sur les frontières génériques : auteur de trois lettres à contenu historique, il distingue nettement, selon Pascale Fleury, l’écriture de l’histoire et l’écriture épistolaire ; à mi-chemin se situe la lettre officielle à caractère autobiographique, comme celle que Lucius Verus adressa au Sénat après ses victoires sur les Parthes ; elle s’apparente à l’histoire par son caractère narratif, mais se rapproche de la lettre amicale par la place faite à l’émotion. Tiphaine Moreau nous invite à comparer une lettre et un texte historique traitant du même sujet : la lettre de Paulin de Nole à Sulpice Sévère sur l’invention de la Vraie Croix par l’impératrice Hélène et le récit que Sévère fait du même événement dans sa Chronique. Sévère reprend strictement les informations de la lettre, mais écarte tout ce qui concerne la foi et l’amitié ; en revanche, chez cet historien de l’Antiquité tardive, apparaissent des préoccupations d’ordre eschatologique : la connaissance du passé répond à l’attente du futur et de la fin des temps.

4Agnès Molinier Arbo et Fanny Oudin nous rappellent que, s’il y a une présence de l’histoire dans l’épistolaire, il y a aussi une présence de l’épistolaire dans l’histoire. Ainsi, l’Histoire Auguste cite de nombreuses lettres attribuées à des personnages en vue. Mais, dans cette œuvre particulièrement déconcertante et énigmatique, il s’avère qu’aucune d’elles n’est authentique. Ces textes n’en présentent pas moins un intérêt historique : ils se font l’écho des frustrations politiques des sénateurs de la fin du ive siècle ; l’humour perceptible dans ces faux documents montre cependant que l’auteur n’adhère pas complètement à l’idéologie des milieux sénatoriaux. Des lettres apparaissent aussi dans les premiers récits historiques en ancien français : le plus ancien exemple est fourni par Guernes de Pont-Sainte-Maxence, qui, dans sa Vie de saint Thomas Becket, écrite vers 1272-1274, introduit un dossier de quatre lettres échangées par Becket avec le roi et les évêques d’Angleterre pendant son exil ; l’insertion de ces missives ne répond pas seulement à une logique documentaire, mais à la volonté de faire entendre, par delà sa mort, le message de l’archevêque martyr ; instrument de l’historien, la lettre est aussi hommage de l’hagiographe.

5Le troisième chapitre est consacré à la présence du passé dans l’épistolaire, et donc au rôle tenu par les exempla historiques. C’est à l’histoire littéraire de Rome qu’Horace se réfère dans l’Épître à Auguste ; mais, comme le montre Robin Glinatsis, ces références sont conditionnées par les besoins de la démonstration : le poète défend l’idée qu’un poème ne doit pas être jugé en fonction de son âge, mais de ses qualités intrinsèques. Peu soucieux de la chronologie traditionnelle, il préfère livrer des fragments d’histoire choisis pour leur adéquation avec les arguments avancés. Dans ses Lettres à Lucilius, analysées par Isabelle Cogitore, Sénèque s’intéresse plus généralement à l’histoire de Rome et principalement à trois périodes : la haute République, le siècle des Scipions et celui de Cicéron. L’étude des modalités d’insertion de l’exemplum historique fait ressortir le soin avec lequel Sénèque a balisé ces moments, les détachant clairement afin de leur donner une pleine force opératoire. Pour lui, l’exemple historique est avant tout un outil rhétorique porteur de leçon morale. Parmi les 122 lettres fictives écrites par Alciphron vers la fin du iie siècle de notre ère, Michel Casevitz examine les lettres de courtisanes : celles-ci font allusion à divers personnages historiques, tant féminins que masculins. Ces personnages et leurs rapports sont des jalons qui nous montrent qu’Alciphron a ancré ses fictions dans un temps historique distendu, mais réel. La correspondance de saint Jérôme est-elle une autre Chronique ? se demande de son côté Benoît Jean-jean. En effet, la forte présence de références et d’allusions au passé peut laisser penser que le traducteur et continuateur de la Chronique d’Eusèbe reste animé d’intentions historiques lorsqu’il se fait épistolier. Une étude attentive des textes permet toutefois de montrer que Jérôme utilise les faits passés dans une perspective moins historique que rhétorique, comme illustrations ou figures de son discours. Quant à Sidoine Apollinaire, dont on a déjà vu le refus d’écrire l’histoire, il nous livre incidemment, à propos des poèmes satiriques de son ami Secundinus, une anecdote très travaillée sur Constantin le Grand, meurtrier de son fils et de sa femme. D’après les conclusions d’Annick Stoehr-Monjou, cette anecdote reflète non seulement une tradition anticonstantinienne, mais un récit cohérent, élaboré à partir du modèle de Tacite pour faire de Constantin un nouveau Néron, récit tiré d’une source vraisemblablement païenne.

6Bien souvent aussi l’épistolier se fait témoin de l’histoire de son temps : tel est le thème du chapitre IV. Les Tristes et les Pontiques d’Ovide reflètent la figure exemplaire du princeps façonnée par la propagande augustéenne ; mais, selon Christine Kossaifi, cette image idéale est adroitement déconstruite par l’irrévérence subtile du poète. Embrassant une large période, Alberto Ricciardi montre que, dans leur attitude à l’égard du recueil de lettres comme dans leur conception du pouvoir royal, les épistoliers du haut Moyen Âge reflètent les transformations politiques, sociales et culturelles de leur temps. La très abondante correspondance de Juste Lipse (quelque 4500 lettres), échangée entre des amis sûrs, qui n’avaient pas l’intention de la publier sous la forme où nous la lisons, offre également une vraie mine d’informations directes sur les événements du temps, la grande comme la petite histoire : Jeanine De Landtsheer, éditrice de Juste Lipse, s’attache plus particulièrement à la longue lettre du 28 juin 1585, où l’auteur s’exprime confidentiellement, à l’intention de son ancien étudiant, Théodore Leeuwius, sur la situation politique aux Pays-Bas du Nord après la mort de Guillaume le Taciturne. Plus près de nous, les nombreuses lettres échangées par Paul Claudel avec les ecclésiastiques de son temps, présentées également par leur éditrice, Dominique Millet-Gérard, fournissent un remarquable témoignage sur l’histoire du xxe siècle, notamment sur les souffrances des deux Guerres mondiales et sur les crises et les difficultés traversées par l’Église catholique.

7Parfois l’attention de l’épistolier se focalise sur un événement précis, de particulière importance. Ainsi, pour Cicéron, l’assassinat de César : dans ses lettres, Cicéron célèbre les Ides de mars tout en déplorant qu’elles n’aient pas suffi à restaurer le régime républicain ; il utilise aussi l’événement de façon « parénétique », pour pousser les Républicains à l’action et les encourager à poursuivre l’œuvre de libération. Un siècle plus tard, Sénèque consacre sa lettre 91 à Lucilius à un événement de tout autre nature, le grand incendie qui, en 64 ap. J.-C., détruisit entièrement la ville de Lyon : selon Élisabeth Gavoille, le propos concerne indirectement le récent incendie de Rome, imputé à la malignité du prince, et en ce sens il prend une dimension d’auto-exhortation face aux catastrophes et à la tyrannie néronienne ; il s’élargit à une réflexion plus large sur l’histoire humaine et les cycles du temps, ainsi que sur la civilisation urbaine. Quant à l’empereur Julien, il évoque et raconte à plusieurs reprises dans ses lettres les événements qui ont conduit à sa proclamation au rang d’Auguste par son armée, à Lutèce, en février 361. L’enquête de Fabrice Robert met en évidence la dimension rhétorique qui sous-tend dans ces cas la narration historique : Julien vise à construire une image de lui-même susceptible de lui attirer des sympathies ; cette utilisation de l’histoire à des fins rhétoriques n’implique cependant pas une volonté de déformation ou de manipulation des faits.

8Pour finir, le chapitre V envisage le cas où l’épistolier nous offre principalement un témoignage sur sa propre histoire, n’éclairant l’histoire de son temps que de façon indirecte. Jean-Pierre De Giorgio et Émilia Ndiaye analysent les lettres écrites par Cicéron pendant et après son exil de 58 av. J.-C. : l’exil, qui correspond à une perte d’identité allant jusqu’au sentiment de mort, est d’abord vécu comme une parenthèse détachée de l’histoire, aussi bien personnelle que politique ; après le retour de Cicéron, l’épisode sera promptement réintégré dans la grande et la petite histoire, notamment grâce à la rédaction du poème De temporibus suis. Les lettres privées de l’empereur Auguste, dont nous avons conservé des fragments, contiennent des conseils exprimés par le prince sur la conduite de certains membres de sa famille, ainsi que des jugements formulés sur eux. La lecture de ces textes laisse entendre, selon Ida Gilda Mastrorosa, que l’attention croissante du souverain pour la conduite des membres de la domus Augusta ne devait pas être dictée seulement par des raisons affectives, mais surtout par des exigences de succession. Ces lettres permettent ainsi de saisir les stratégies dynastiques adoptées par Auguste pour garantir la continuité de sa domus et leur constante évolution en fonction des événements. Au ive siècle ap. J.-C., l’œuvre de Grégoire de Nazianze donne une grande place à l’histoire d’une vie étroitement liée à celle de l’Église. Les lettres de Grégoire, nous dit Marie-Ange Calvet-Sebasti, apportent peu d’éléments concernant le déroulement des faits, les enjeux doctrinaux ou les personnages en présence ; elles mettent surtout en lumière, à propos d’événements importants dont l’auteur a été le témoin et l’acteur, son sentiment personnel, souvent désabusé. Marlène Kanaan s’interroge, quant à elle, sur la réalité religieuse au début du ve siècle d’après les Lettres à Olympias de Jean Chrysostome ; elle montre que ces lettres sont surtout riches de données sur l’exil de Jean, son voyage et son séjour à Cucuse, en Arménie ; les maigres détails sur la situation de l’Église apparaissent en marge d’une méditation sur la méchanceté des hommes, l’œuvre des démons et le problème de la souffrance causée par la déposition et le bannissement. De même, dans l’Italie du début du xive siècle, les épîtres politiques de Dante, étudiées par Sabrina Ferrara, sont un vibrant témoignage de l’exil douloureusement subi par le poète ; tout en développant une sacralisation du pouvoir impérial, Dante y construit sa propre image, se dégageant du rôle de guelfe blanc pour s’octroyer celui d’intellectuel, de conseiller politique, ainsi que d’annonciateur de la parole divine.

  • 3 Voir Bloch, 1993, p. 127 : « Elle [= l’histoire] est une vaste expérience de variétés humaines, un (...)

9Au terme de ce parcours, qui nous a conduits à travers l’œuvre de plus de vingt auteurs, de Cicéron à Paul Claudel, avec des approches très diverses, mais souvent convergentes, nous mesurons mieux tout ce que l’épistolaire apporte à l’histoire, mais aussi tout ce que l’histoire apporte à l’épistolaire. Certes les lettres ne permettent pas la « résurrection intégrale du passé », dont rêvait Michelet ; mais, plus que tout autre document historique, elles favorisent cette « rencontre fraternelle avec des hommes », qui, selon Marc Bloch, se situe au cœur du « métier d’historien3 ».

Notes

1 L’histoire est définie comme « connaissance du passé humain » par Marrou, 1954, p. 32. Sur l’ambiguïté du mot « histoire », voir ibid., p. 38-39. L’allemand, on le sait, peut opposer deux termes : Geschichte (désignant la réalité historique) et Historie (désignant la science historique). Mais, comme le note Marrou (p. 39), cette distinction est quelque peu artificielle, puisque Geschichte s’emploie également à propos de la connaissance ou de la littérature historique.

2 Sur la notion de témoignage volontaire et involontaire, voir Bloch, 1993, p. 74-76.

3 Voir Bloch, 1993, p. 127 : « Elle [= l’histoire] est une vaste expérience de variétés humaines, une longue rencontre des hommes. La vie, comme la science, a tout à gagner à ce que cette rencontre soit fraternelle. » Voir aussi p. 51 et 92. Sur l’histoire comme « rencontre de l’autre », voir Marrou, 1954, p. 85.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search