Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peupler la terre

 | 
Lena Sanders

Partie II

Chapitre 10. Transition 7 : Du monde antique au monde médiéval (IVe-VIIIe siècles)

François Favory, Hélène Mathian, Laurent Schneider et Claude Raynaud

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’objet de cette transition n’est rien moins que le passage d’un « régime historique », celui de la civilisation méditerranéenne de l’Antiquité, à un autre régime que la tradition historiographique, philosophique et religieuse occidentale lui oppose radicalement, le régime de la civilisation chrétienne du Moyen Âge. Par « régime historique » nous entendons une construction fondée un ample outillage conceptuel, documentaire, voire politique, perpétué par le découpage français des disciplines académiques.

2Ce passage pose, autant sinon plus que les autres, la question de la transition. La notion de transition, telle qu’elle a été mobilisée par le programme TransMonDyn, est définie comme le processus menant d’un régime à un autre : comment la définir et la saisir si l’on considère qu’en réalité, en histoire, tout est toujours en transition, en transformation ? La notion de transition est évidemment le corollaire d’une autre question historique, celle de régime considéré comme un état stable, ce qui suppose que l’on accepte de considérer un état des choses fixe ou en équilibre, sans rapport avec l’entropie inhérente à tout système socio-spatial.

  • 1 La cité, civitas, est l’entité territoriale qui constitue le premier niveau d’organisation politiqu (...)

3Après maintes réflexions, nous avons choisi de traiter la transition de l’Antiquité tardive à partir du iv e siècle apr. J.-C., quand le régime politique impérial des tétrarques puis de Constantin marque une rupture significative avec le modèle du Principat hérité du règne d’Auguste, et jusqu’au viii e siècle apr. J.-C. inclus, quand la dynastie des Carolingiens se substitue à celle des Mérovingiens (avènement de Pépin le Bref en 751). L’espace de référence sur lequel la transition est développée, est le territoire de la province de Narbonnaise Ire, une province impériale puis wisigothe (figure 1), correspondant grosso modo à la région Languedoc-Roussillon, dont l’administration a fait l’objet de nombreux rapports de pouvoir : rapports de pouvoir entre les cités1 et l’empire romain, puis entre les cités et les rois germaniques, wisigoths et francs, d’une part, et les évêchés, d’autre part : en ce sens, cet espace est emblématique de la transition considérée.

4Par ailleurs, l’histoire de cette partie de la Narbonnaise a bénéficié des travaux de chercheurs languedociens comme, entre autres, Jean-Luc Fiches, Pierre Garmy, Christophe Pellecuer, Claude Raynaud et Laurent Schneider qui ont permis la construction d’un récit structuré et relativement documenté de cette transition. Cette cohérence apparente ne doit pas faire oublier un bilan documentaire contrasté et lacunaire, qui interdit de répondre à nombre de questions fondamentales : dans ces conditions, il importait de resserrer la taille de l’espace étudié en privilégiant une région et une histoire que l’on connaît relativement bien.

  • 2 Cette position tient simplement à la spécialité du thématicien corédacteur de ce texte, antiquisant (...)
  • 3 Raynaud Claude, « Les campagnes rhodaniennes : quelle crise », dans Le IIIe siècle en Gaule Narbonn (...)
  • 4 Raynaud Claude, « Les campagnes languedociennes aux ive et ve siècles », dans Les campagnes de la G (...)

5La transition 7 a été initialement conçue et abordée plus pour succéder à la Transition 6, laquelle aboutit à la fin du cycle de peuplement correspondant à la romanisation de l’espace gaulois et met en place le système d’habitat gallo-romain, que pour assurer le relais avec la Transition 8 (800-1100)2. Cette perspective s’explique par la documentation historique et archéologique disponible qui impose ses contraintes lorsqu’elle est lacunaire et discontinue : on a donc privilégié une approche de la dynamique des territoires et du réseau des agglomérations, pour tenter de démêler le jeu des facteurs et des acteurs territoriaux, aux différentes échelles des entités impliquées dans l’organisation et la gestion de l’espace étudié. Aux iie et iiie siècles, le système de peuplement se restructure fortement et enregistre une réduction drastique du nombre d’établissements, surtout dans l’habitat dispersé3, mais ce mouvement affecte aussi, dans une moindre mesure, les agglomérations secondaires4. Cette étape constitue le régime 1 qui ouvre la transition de l’Antiquité tardive, du ive au vie siècles, durant laquelle s’opère une profonde réorganisation du système impérial, perturbée par les invasions des peuples germaniques qui créent des royaumes, et par l’implantation durable du christianisme qui instaure sa propre géographie administrative. Parallèlement, le système d’habitat se modifie. Le régime 2, aux viie et viiie siècles, consacre la fracturation de l’espace provincial antique, avec une dissémination des résidences de pouvoir civiles et religieuses et une relative mobilité des lieux de pouvoir.

6Nous proposons dans ce chapitre de rendre compte du travail de passage du récit structuré à la représentation formelle de la transition, qui précède la définition d’un modèle opérationnel. Ce passage nécessite des étapes intermédiaires. Nous en présentons ici les états initial et final : l’état initial correspond au récit structuré, identifiant les faits saillants et les contextualisant ; l’état final est l’initialisation de l’expression formelle de ce récit.

LA TRANSITION DE L’ANTIQUITÉ TARDIVE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

7La tétrarchie, à la fin du iiie siècle, instaure une rupture significative avec le modèle impérial créé par Auguste et ses successeurs. Les réformes politiques, militaires, administratives et fiscales de Dioclétien, puis de Constantin, modifient en profondeur la conception, l’organisation et la gestion de l’espace impérial, dont la géographie administrative est remaniée jusqu’à l’échelon provincial compris.

  • 5 La Tétrarchie a inauguré la partition du pouvoir militaire. Un siècle plus tard, en 395, à la mort (...)
  • 6 On qualifie de « civique » ce qui a trait à la cité, qui constitue l’entité spatiale de base des pr (...)

8La transition porte sur l’évolution de l’espace impérial occidental5 sous l’impact des réformes tétrarchiques, puis sous l’impact de l’installation des royaumes germaniques au Ve siècle. Durant cette période, le pouvoir impérial encourage et stimule la diffusion et l’institutionnalisation du christianisme, ainsi qu’en témoigne la création des évêchés dès le ive siècle, dont l’emprise territoriale doit composer avec le cadre territorial civique6 avant de le concurrencer.

9Les enjeux de la Transition 7, au seul plan de l’organisation de l’espace civique, sont multiples :

  • Comment les remaniements de l’espace impérial occidental s’objectivent-ils dans la géographie du pouvoir provincial et civique ?

  • Comment les cadres territoriaux provinciaux de l’empire évoluent-ils dans l’espace des royaumes germaniques ?

  • Comment le cadre des cités évolue-t-il dans le cadre des royaumes germaniques, wisigoth puis franc ?

  • Comment l’émergence des castra s’opère-t-elle dans le cadre des cités ?

  • Comment le cadre civique accueille-t-il et compose-t-il avec la nouvelle entité territoriale que constitue le diocèse chrétien ?

  • Comment l’aristocratie gallo-romaine en place compose-t-elle avec l’aristocratie germanique qui s’installe à partir du ve siècle ?

Cadre spatio-temporel de la transition

  • 7 Septimanie apparaît dans une lettre de Sidoine Apollinaire datée de 472. Le mot, en écho à Novempop (...)
  • 8 Traditionnellement revendiquée par les antiquisants romanistes et par les médiévistes, l’Antiquité (...)
  • 9 Les colonies romaines sont des colonies de fondation, généralement installées dans des agglomératio (...)
  • 10 Schneider Laurent, « Aux marges méditerranéennes de la Gaule mérovingienne. Les cadres politiques e (...)

10Le cadre spatial choisi pour modéliser la transition 7 est celui du Languedoc-Roussillon, inscrit dans la province de Narbonnaise, remaniée et subdivisée aux termes de la réforme de Dioclétien. Les cités de la région sont alors organisées dans la province de Narbonnaise 1re, également désignée par les termes de Septimanie7 ou de Gothie lorsqu’elle est intégrée dans l’empire franc. Au début de la Transition 7, correspondant à l’Antiquité tardive8, la province de Narbonnaise 1re compte cinq cités : Narbonne, Béziers, Toulouse, Nîmes et Lodève, soit deux colonies romaines et trois colonies latines9 (figure 1). À la fin du IVe -début du Ve siècle, est recensé en plus un castrum à Uzès, soit une nouvelle cité ou une cité potentielle créée au détriment de celle de Nîmes10.

Figure 1. Le cadre des cités en Gaule Narbonnaise et son évolution au vie siècle, avec la création des évêchés (Source : Schneider 2008a).

11Par ailleurs, la nouvelle province a perdu deux colonies latines, Ruscino (Château-Roussillon), en Roussillon, et Carcassonne, en Languedoc occidental. Cette dernière est mentionnée comme castellum dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (333). Quant à Ruscino, déjà déclinante au ier siècle, elle cède sa place au castrum d’Elena (Elne, antique Illiberis), attesté en 350. Ces deux déclassements renforcent la cité de Narbonne.

12Durant quasiment toute la durée de la transition, cette province, polarisée par la capitale de l’antique province, Narbonne, appartient au royaume wisigoth, de 418 à 711, date à laquelle la conquête musulmane s’approprie ce royaume pour l’essentiel hispanique et son ultime réduit en Gaule. En 759, le Franc Pépin le Bref reprend Narbonne et la province passe progressivement dans le royaume franc. Avec l’emprise du royaume franc et l’avènement de la dynastie carolingienne, on entre dans la transition 8.

13La Transition 7 se déploie selon plusieurs temporalités à plusieurs échelles spatiales. La frise de la figure 2 en croisant les différents niveaux géographiques où s’exerce le pouvoir (lignes) avec les périodes (colonnes) est une manière d’illustrer l’imbrication des pouvoirs politiques (couleurs). Elle permet de préciser le contexte spatio-temporel dans lesquels le processus s’inscrit :

  • Le remaillage du pouvoir territorial avec la coexistence de l’organisation spatiale antique (diocèse des Gaules – les Sept provinces –, provinces, cité) et des royaumes germaniques (wisigoth et franc pour l’espace étudié).

  • L’ancrage institutionnel et le maillage territorial des diocèses ecclésiastiques, à partir du ive siècle.

  • La résilience d’une géographie du pouvoir héritée, qui dote certaines capitales d’une suprématie encore active, tant au plan politique que religieux, à l’échelle interprovinciale (Arles), provinciale (Narbonne) et civique (capitales de cité).

  • Le processus de démembrement des cités antiques occasionné par l’émergence des castra, la multiplication des sièges épiscopaux, l’installation progressive des représentants du pouvoir royal, wisigoth et franc (comtes, ducs), dont la mobilité fonctionnelle exploite les capitales de cité mais encourage aussi l’apparition de nouvelles capitales politiques, judiciaires et fiscales (comme les sièges comtaux à l’époque carolingienne : Substantion, près de Montpellier, Ruscino, ancienne colonie latine déclassée, Conflent et Redae-Razès, en Roussillon).

Figure 2. Frise spatio-temporelle de la transition : évolution des imbrications des pouvoirs politiques.

Espace civique et ecclésiastique : granularités territoriales et évolution

14Le problème posé est celui de la structuration de l’espace civique qui, au début, théoriquement, coïncide – le point est discuté –, avec l’espace sur lequel s’exerce le pouvoir de l’évêque.

L’héritage du Haut Empire (iiie siècle)

  • 11 Forma censualis, selon Ulpien, datée de 211-217 : Dig., 50, 15, 4.
  • 12 Tarpin Michel, « Organisation politique et administrative des cités d’Europe occidentale sous l’emp (...)

15Sur le plan administratif et fiscal, le cadre civique antique (Régime 1) est subdivisé en pagi, dotés d’institutions et de magistrats. Le rôle des vici, qui désigne des agglomérations, villageoises et urbaines, continue à faire débat. S’ajoutent à ces circonscriptions les domaines des notables de la cité et des autres propriétaires qui constituent les entités de base de la fiscalité foncière (fundi)11. Toutes ces entités territoriales emboîtées sont des points de relais dans la hiérarchie administrative et fiscale12.

16Sur le plan de l’habitat, le peuplement se répartit entre habitat dispersé (fermes, villae) et habitat groupé (hameaux, villages, bourgades, petites villes).

Figure 3. Dynamique des lieux de pouvoir dans l’ancien territoire de la cité antique de Nîmes au VIe siècle : le réseau des agglomérations (dont les castra) et des villae, et les chefs-lieux épiscopaux. [Source : Schneider 2013.]

Évolution durant l’Antiquité tardive

  • 13 Schneider L., Recherches d’archéologie médiévale…, op. cit.
  • 14 Schneider Laurent, Recherches d’archéologie médiévale en France méditerranéenne : formes et réseaux (...)
  • 15 Zadora Rio Élisabeth, « Early medieval villages and estate centres in France (c. 300-1100) », dans (...)

17Du iiie au milieu du ve siècle, si la géographie rurale du Haut Empire perdure dans l’organisation du peuplement, l’habitat évolue, avec la poursuite de la réduction du nombre d’agglomérations secondaires et le resserrement du peuplement autour de centres moins nombreux mais de plus en plus vastes, qui bénéficient de reconstructions monumentales. Aux ve et vie siècles, c’est une nouvelle géographie rurale qui se met en place, avec 1/la création d’agglomérations perchées et fortifiées (castra) et 2/l’apparition d’une nouvelle strate d’établissements où s’expérimentent de nouvelles techniques architecturales (cabanes à fond excavé, plus large usage des matériaux périssables) et qui vont constituer de nouveaux pôles du peuplement dans le courant du vie siècle (figure 313). Ces innovations architecturales coexistent avec des demeures élitaires en pierre, marbre, béton de tuileau et couverture de tuiles14, et révèlent l’individualisation (la parcelle maisonnée) d’une catégorie sociale (dépendants et petits paysans) dont on ne cerne pas vraiment la matérialité archéologique dans l’Antiquité15.

  • 16 Schneider Laurent, « Structures du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du Sud-Est (...)
  • 17 Ibid., p. 37.

18Les textes canoniques mérovingiens distinguent les vici, les castra et les villae. L’archéologie des trois dernières décennies a révélé la création, aux ve et vie siècles, de plus d’une vingtaine d’agglomérations perchées et fortifiées (oppida, castra, castella) dans le cadre de la Septimanie, soit par création ex nihilo, soit par restructuration d’une agglomération antique, soit par réoccupation d’un oppidum protohistorique16. Cette nouvelle génération d’habitats groupés contribue à compenser l’abandon ou l’étiolement du nombre d’agglomérations antiques enregistrés depuis le iie siècle. Et le Liber judicum qui compile les lois wisigothiques suggère « que le castrum tardo-antique disposait d’attributs administratifs et pouvait fonctionner comme un lieu d’exercice du pouvoir judiciaire, sinon comme une véritable circonscription administrative17 ».

  • 18 Buffat Loïc, L’économie domaniale en Gaule Narbonnaise, Lattes, UMR 5140, coll. « MAM », 29, 2011.
  • 19 Pellecuer Christophe, Pomarèdes Hervé, « Crise, survie ou adaptation de la villa romaine en Narbonn (...)

19Dans l’ancienne cité de Nîmes, désormais subdivisée en trois, voire quatre cités – Nîmes, Uzès, Maguelone et Arisitum (figure 1) –, les villae continuent à fonctionner comme pôles de peuplement même si leur structure fonctionnelle est profondément remaniée et leur parure monumentale amoindrie : l’enquête de Loïc Buffat dans la cité de Nîmes recense, au vie siècle, encore 37 % des 198 villae occupées durant le Haut Empire18, et sur les 89 villae fouillées ou prospectées, créées ou occupées au Ier siècle av. J.-C. et au Ier siècle apr. J.-C., 73 % sont encore occupées au Ve siècle, 42 % au vie siècle et 25 % au viie siècle19.

La géographie ecclésiastique

  • 20 Le « concile » est une assemblée d’évêques dont les décisions sont formalisées sous la forme de « c (...)
  • 21 Delaplace Christine., « Les origines des églises rurales (ve-vie siècles). À propos d’une formule d (...)

20Sur le plan de la géographie ecclésiastique, se met progressivement en place le dispositif qui s’affirme à l’époque carolingienne. Les canons conciliaires20 des ve et vie siècles évoquent le territoire de l’évêque, territorium episcopi ou territorium civitatis, ce qu’on appelle « diocèse21 », et la parochia, « paroisse », qui désigne alors l’église où se célèbrent le culte et les grandes fêtes liturgiques, et à propos de laquelle l’on distingue les églises intra muros du siège épiscopal et les églises rurales. La parochia, également appelée diocesis, « diocèse », n’exprime pas encore une réalité territoriale. Les conciles mérovingiens désignent par le terme de parochia, distinguée de l’oratoire privé (oratorium), les églises construites par les évêques dans les vici mais aussi parfois celles qui ont été fondées par les grands propriétaires dans des villae lorsqu’elles ont le droit de baptême (cf. concile d’Orléans de 541, canons 26 et 33). L’évêque doit donc composer avec l’initiative des grands propriétaires fonciers et des monastères dans la création des églises paroissiales rurales.

  • 22 Delaplace Ch., « Les origines des églises… », op. cit., p. 23.
  • 23 Zadora Rio E., Des paroisses de Touraine… op. cit. ; Schneider L., « Structures du peuplement… », o (...)

21Le concile de Tours de 567 mentionne les archiprêtres de vicus – on recense aussi des archiprêtres dans les castra – témoignant de l’installation des églises paroissiales dans les vici qu’il faut sans doute considérer en partie comme des agglomérations rurales d’origine gallo-romaine22, mais qui témoignent aussi d’une réelle capacité de l’Antiquité tardive à créer des agglomérations rurales23.

  • 24 Schneider L., « Les églises rurales de la Gaule (ve-viiie siècles). Les monuments, le lieu et l’hab (...)

22L’archéologie montre, en Septimanie, tout au long des ve et vie siècles, un important mouvement de créations d’églises et de complexes liturgiques, baptismaux et funéraires, perceptibles dans les castra et dans les villae ou à leur proximité. Une seconde vague de constructions d’églises et de chapelles rurales aux viie-viiie siècles va accompagner et concrétiser dans les campagnes une diffusion plus large et plus profonde du christianisme24.

Le processus de démembrement des cités antiques

La création des évêchés

  • 25 Raynaud Claude, « De l’archéologie à la géographie historique : le système de peuplement de l’âge d (...)

23Le processus démarre, au Ve siècle, avec l’émergence d’évêchés qui ne coïncident plus avec le cadre de la cité25. Il convient d’emblée de préciser que si l’on connaît les sièges des évêchés, on ignore leur substance territoriale. Ces évêchés concurrencent le pouvoir des cités.

24La cité de Nîmes subit ainsi la sécession d’Uzès, qui accueille, avant 442, un siège épiscopal et qui est reconnue comme un castrum, peut-être capitale de cité, et d’Ugernum-Beaucaire, castrum rattaché à la cité d’Arles, laquelle est encore chef-lieu du pouvoir impérial au Ve siècle. La cité de Béziers perd le territoire d’Agde qui est doté d’un siège épiscopal où se tient le concile de 506. Vers 540, la cité de Nîmes est amputée de la zone montagnarde située entre le Causse du Larzac et les Cévennes qui est érigée en évêché à l’initiative du royaume franc : l’évêque Mondéric y reçoit la charge de quinze « paroisses » et siège dans le vicus d’Arisitum, sans doute un castrum. Elle perd aussi Maguelone, qui s’est imposée comme ville portuaire au cours des IVe et Ve siècles (figure 3).

25Plus à l’ouest, la cité de Narbonne subit des amputations en quelques années. Castrum au IVe siècle, Elne reçoit un siège épiscopal dont le titulaire est mentionné en 572 : Narbonne perd son emprise sur le Roussillon et les Pyrénées orientales. À l’ouest, elle perd le territoire de Carcassonne, à la frontière avec le royaume franc, qui accueille un siège épiscopal au moins à partir de 589.

La géographie du pouvoir royal

26Les royaumes germaniques s’accommodent de la géographie du pouvoir héritée de l’Antiquité (figure 2, « Global 1, 2 et 3 »). Les capitales traditionnelles accueillent les représentants du pouvoir wisigoth et franc : Narbonne, capitale de la Narbonnaise 1re, Arles, capitale de la préfecture du prétoire des Gaules.

27Le pouvoir local est confié à des comtes, placés à la tête d’une circonscription comprenant plusieurs pagi et attestés dès le vie siècle. Le comte est chargé de lever les effectifs pour l’armée royale et de présider le tribunal du comté. En Septimanie, on en mentionne plusieurs (Agde, Narbonne).

28Avant l’époque carolingienne, il est impossible, en l’état des sources disponibles, d’observer une homogénéité géographique et une continuité chronologique de la représentation du pouvoir royal, wisigoth puis franc, en Septimanie. C’est à l’époque carolingienne, au ixe siècle, que le pouvoir franc organise progressivement un maillage plus régulier de l’administration comtale appuyée sur d’anciennes capitales civiques et sièges de diocèse ecclésiastique (Narbonne, Béziers, Lodève, Nîmes), sur des capitales civiques et épiscopales plus récentes (Uzès et Carcassonne), ou seulement épiscopales (Maguelone, Agde) (vie et viie).

Les facteurs de désorganisation du cadre civique antique

29Plusieurs catégories de facteurs agissent pour remettre en cause les cadres territoriaux légués par l’Antiquité dioclétienne et constantinienne :

    • 26 Lodève retourne à la Septimanie dès la seconde moitié du VIe siècle.

    La compétition territoriale entre les royaumes franc et wisigoth : cette compétition connaît plusieurs phases, au fur et à mesure que progresse la conquête franque. Battus par Clovis à Vouillé, les Wisigoths doivent céder l’Aquitaine 1re et se replier sur leur bastion hispanique en conservant, en Gaule, la Septimanie. Celle-ci fait l’objet de sollicitations et de confiscations territoriales, qu’illustrent, dans les années 530, la création franque de l’évêché d’Arisitum sur la marge nord-occidentale de la cité de Nîmes et la conquête par Théodebert, futur roi franc, d’Uzès et de Lodève26.

  • La compétition entre les hautes autorités ecclésiastiques régionales, les archevêques d’Arles et de Narbonne : la création des évêchés et la nomination des évêques s’opèrent dans le cadre d’une lutte d’influence entre les archevêques de Narbonne et d’Arles, qui revendiquent la primatie sur les évêchés de Septimanie et tentent d’imposer leur candidat respectif comme à Lodève (initiative possible de l’évêque d’Arles en 421-422 contrée par les clercs de la cité) et à Béziers (avant 461, nomination comme évêque du diacre Hermès par l’évêque de Narbonne contestée par les clercs biterrois).

    • 27 Schneider L., « Aux marges méditerranéennes… », op. cit., fig. 1 ; Schneider Laurent, « Castra, vic (...)

    La compétition économique : le vie siècle voit s’accroître l’importance des sites portuaires dans la nouvelle géographie du pouvoir, avec les évêchés de Maguelone (figure 3), d’Agde et de Collioure, en plus du site de Narbonne. Cette promotion des villes portuaires illustre le dynamisme économique du littoral languedocien et l’intensité des échanges méditerranéens27.

    • 28 La « primatie » est la dignité d’un « primat », évêque qui exerce une suprématie, de nature variabl (...)

    L’aristocratie et dynamique territoriale : les modifications qui affectent l’organisation territoriale de la province de Narbonnaise Ire, puis de la partie gauloise du royaume wisigothique, soulèvent la question du rôle générique de l’aristocratie gallo-romaine et wisigothe dans les ambitions territoriales des centres antiques et dans l’émergence de nouveaux pôles de pouvoir, tant politique et militaire qu’ecclésiastique. Les sources n’expriment pas clairement le contexte de création d’un nouveau pôle villageois ou urbain, et nombre d’établissements où résident des aristocrates sont ignorés des textes. Mais ce qui n’est pas contestable, c’est la multiplication des lieux de pouvoir qui témoigne à la fois de la compétition territoriale entre des instances politiques et ecclésiastiques à l’échelle régionale (royaumes wisigoth et franc, primaties28 arlésienne et narbonnaise) et de la compétition territoriale à échelle méso-et microrégionale.

30Plusieurs événements témoignent de la capacité des élites de la province à contester l’autorité royale ou primatiale.

31L’événement le plus grave est certainement la tentative de sécession de la province en 672-673 lorsque deux dignitaires wisigoths, Ildéric, comte de la cité de Nîmes, et son allié Gumilde, évêque de Maguelone, se révoltent contre le roi Wamba, récemment élu, et contestent sa légitimité.

32Un autre domaine où s’exprime l’initiative locale est la contestation des décisions des archevêques d’Arles ou de Narbonne lors de la nomination d’évêques (vers 421-422, à Lodève et, peu avant 461, à Béziers).

  • 29 Schneider Laurent, « Cité, castrum et « pays » : espace et territoires en Gaule méditerranéenne dur (...)
  • 30 Schneider Laurent, Clément Nicolas, « Le castellum de La Malène en Gévaudan. Un “rocher monument” d (...)

33Une autre échelle d’observation offre également des pistes pour mesurer l’initiative aristocratique, celle des créations de castra, aux ve-vie siècle, attestées à la fois dans les textes par l’irruption de ces habitats dans des listes officielles de cités et par l’installation éventuelle en leur sein d’un siège épiscopal, et par l’archéologie, avec des indices explicites de résidence aristocratique, dans certains cas. Si certains castra réactivent d’anciennes agglomérations antiques (Ucetia-Uzès, Ugernum-Beaucaire, Carcasone-Carcassonne, Camp de César à Laudun, Suzon, etc.), la plupart sont des créations ex nihilo, comme Le Roc de Pampelune, Saint-Pierre-de-Valliguières, Mormellicum, Saint-Julien à Anduze, etc. Ils polarisent des espaces soit dotés d’un dynamisme économique et social affirmé dès le Haut Empire, comme le nord-est de l’antique cité de Nîmes, entre le Gardon et la Cèze, ouvert vers la moyenne et la basse vallée du Rhône, soit peu urbanisés durant l’Antiquité comme les secteurs collinaires et montagnards de la partie occidentale de la cité29. Ces habitats perchés et fortifiés ne peuvent tous prétendre au même statut, ni aux mêmes fonctions, comme l’expriment leur structure, leur bâti et leur taille variant de moins de 50 a à plus de 5 ha. Mais l’exemple emblématique du castellum de La Malène, en Lozère, à la frontière entre les royaumes wisigothique et franc, occupé entre la fin du ve et la fin du viie siècle, prouve que ce type d’établissement peut accueillir une résidence aristocratique puissamment fortifiée et dotée d’éléments de décor et de confort, thermes compris, qui en agrémentent le séjour30. La dissémination des castra pose donc la question de l’autorité capable, localement, de fédérer et de mobiliser la population et les notables pour ériger places fortes et bourgs fortifiés. Par ailleurs, certains castra peuvent accueillir un siège épiscopal, comme Uzès avant 442, Carcassonne et Elne dans la seconde moitié du vie siècle, Collioure au viie siècle. Il est clair que le semis des castra exprime l’émergence de pouvoirs à l’échelle microrégionale et qu’il est un outil du rétrécissement de la maille territoriale observable à l’échelle de la cartographie ecclésiastique en construction durant l’Antiquité tardive, avant que s’implante la géographie comtale aux viiie et ixe siècles.

34Au terme de cette transition, la géographie des pouvoirs héritée de l’Antiquité est profondément remaniée : au système polarisé de la cité antique a succédé une multiplicité de résidences de pouvoir, réparties entre la hiérarchie politico-militaire et la hiérarchie ecclésiastique. L’aristocratie locale, les représentants du pouvoir royal et les évêques animent un nouveau paysage multipolaire en voie de stabilisation, C’est la structure sur laquelle vont s’appuyer les innovations carolingiennes pour déterminer une nouvelle géographie du pouvoir.

DU RÉCIT À SA FORMALISATION

35Le point de vue donné par le récit structuré va servir de fondement à la description formelle de la transition, à savoir les fonctionnements, hiérarchiques ou non, des différents pouvoirs en jeux, leur mode de confrontation et leurs implications en termes spatiaux. La transition correspond essentiellement à des concurrences entre pouvoirs agissant à différents niveaux géographiques et ayant des implications sur les organisations de l’espace. En particulier, des changements au niveau intermédiaire (cité, province) vont affecter les propriétés d’entités de niveau local qui, en retour, vont avoir une incidence sur le fonctionnement de la hiérarchie. Dans un premier temps, nous proposons une schématisation de la transition par une suite de représentations du fonctionnement de ces différents pouvoirs au cours du temps. S’ensuivra une description du cadre conceptuel du modèle, qui pourra servir de grille de spécification en vue d’une implémentation informatique.

Structures hiérarchiques et spatiales associées à l’exercice du pouvoir

36Dans le cadre spatio-temporel que constitue la Septimanie entre le ive et viiie siècle, le récit historique permet d’apparenter la pression des peuples germaniques à des perturbations exogènes qui entraînent une fragmentation et un affaiblissement du pouvoir impérial romain. On observe un processus endogène d’affirmation du pouvoir ecclésiastique. Le processus d’appauvrissement du nombre d’agglomérations, précédemment noté, qui est à l’œuvre dès le iie siècle sera considéré comme opérant indépendamment du fait religieux et des concurrences entre pouvoirs. Il ne fera pas l’objet de formalisations, et pourra être intégré ensuite comme un processus « exogène » au système modélisé.

37La première étape concerne la schématisation que l’on peut faire des différents pouvoirs, de leurs fonctionnements, hiérarchique et spatial. Nous proposons plusieurs représentations, chacune correspondant à un « état » du système politique. Le premier schéma (figure 4a) illustre le fonctionnement du pouvoir romain et la hiérarchie territoriale associée à son exercice. À chacun de ces territoires, quel que soit le niveau, est associé une capitale, qui est l’agglomération du territoire où s’exerce le pouvoir, c’est-à-dire où résident les personnes qui l’exercent. L’ensemble de la population résidant dans le territoire concerné est donc soumis à ce pouvoir : fiscalité, administration, justice, sécurité… Cette population se répartit entre habitat dispersé et groupé. Pour ce pouvoir, il y a complète coïncidence entre la hiérarchie territoriale et la hiérarchie des lieux où s’exercent ces pouvoirs puisqu’il s’agit des capitales de ces territoires (préfecture des Gaules, province, diocèse, cité).

38Ce contrôle est schématisé par des liens explicitant les relations entre le pouvoir local et la population résidant sur le territoire : administration, fiscalité, justice, sécurité… (figure 4b) : il correspond à l’état initial du système politique et territorial que nous avons appelé régime 1 (R1) qui correspond au iiie siècle.

Figure 4. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de l’exercice du pouvoir antique sous l’empire romain dans le régime 1 (R1).

39Au niveau social, le pouvoir est le fait d’une classe de population : les aristocrates. L’existence d’une telle classe dans les agglomérations est l’un des éléments qui apparaît comme une condition nécessaire, si ce n’est suffisante, à la présence de représentants du pouvoir en un lieu. L’aristocratie locale, gallo-romaine puis germano-gallo-romaine, joue un rôle important et doit être intégrée dans la formalisation. Elle constitue un facteur d’articulation entre les forces potentiellement concurrentes que représentent ces différents pouvoirs. C’est un acteur fort du pouvoir. C’est de cette classe qu’émanent les différentes élites, c’est en son sein que s’interfacent les différents pouvoirs.

40La dynamique du système politique se fonde sur les formes de coprésence des pouvoirs : on illustre la première étape de la dynamique (i. e. l’amorçage de la transition, que nous appellerons R1+ et qui correspond au ivsiècle). Il s’agit de l’introduction du fonctionnement des pouvoirs germaniques (wisigoth, franc) qui s’organise selon une même structure. L’exercice des pouvoirs germaniques s’apparente de ce point de vue à une coopération avec le pouvoir impérial : Wisigoths, puis Francs maintiennent les structures en place et gardent les cadres territoriaux de l’empire romain. La figure 5a illustre le fait que les pouvoirs germaniques intègrent la structure aristocratique gallo-romaine (alliances, mariages, mixité ethnique) et le fonctionnement du système antique. Les élites germaniques et gallo-romaines se partagent les pouvoirs en Septimanie. L’espace du pouvoir politique se transforme, sans impact sur son inscription spatiale et donc sur l’espace géographique, en dehors du phénomène d’éclaircissement de la trame qui, comme nous l’avons précisé, relève d’un autre processus (figure 5b). Cependant, si les structures des différents pouvoirs germaniques peuvent être assimilées, leurs localisations diffèrent : les pouvoirs germaniques ne cohabitent pas. Spatialement, la Septimanie est ainsi divisée entre ces différents pouvoirs wisigoth et franc.

41Peut-on de la même manière décrire le pouvoir ecclésiastique au cours de la transition ? Quelles différences y a-t-il entre ces deux formes de pouvoirs, politique et religieux ? En début de période, le fait religieux que représente le christianisme ne peut être associé à un pouvoir. C’est un phénomène existant, latent, qui s’active à l’arrivée de Constantin et la fin des persécutions, à la différence des peuples germaniques qui s’installent. On assiste donc à une affirmation progressive de ce nouveau pouvoir religieux qui peut être décrit par analogie et différence avec la logique précédente.

42L’émergence du pouvoir ecclésiastique passe par les évêques qui, dans un tout premier temps, s’installent là où le pouvoir politique réside au niveau le plus local, celui de la cité et des capitales de cité. Il y a une reconnaissance d’intérêt réciproque au cumul de pouvoir en un même lieu. L’aristocratie joue un rôle pivot, les évêques étant issus de cette classe. Le pouvoir ecclésiastique s’affirme donc au départ dans le même cadre social et territorial que le pouvoir civil. Si l’évêque a pouvoir sur un évêché ou diocèse dont le cadre territorial correspond au départ à celui de la cité, la hiérarchie ecclésiastique a ce fonctionnement singulier, qui est de se construire par le bas, et son inscription territoriale ne suit pas cette hiérarchie, puisque l’archevêque, qui influe sur les autres évêques de la même province, régit un territoire épiscopal comme les autres évêques.

Figure 5. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de la cohabitation entre l’exercice du pouvoir impérial et de celui des royaumes germaniques durant la période d’amorçage de la transition (R1+).

43La structure de l’organisation du pouvoir ecclésiastique, si elle se cale sur la structure du pouvoir héritée de l’empire et intégrée par les pouvoirs royaux (hiérarchie des pouvoirs et territoires associés), est donc moins bien décrite par une hiérarchie et les emboîtements de territoires qui sont associés (figure 6a). Le pouvoir ecclésiastique est capable d’innover spatialement, car il n’a pas d’ancrage ni de contraintes par rapport à l’héritage gallo-romain (c’est le cas de Maguelone, Arisitum, Collioure, etc.). La figure 6b illustre ces décalages qui apparaissent en certains lieux comme autant de revendications de l’exercice d’un pouvoir. Ainsi le fait que l’échelon supérieur n’ait pas la même assise permet des compétitions et innovations spatiales avec l’émergence de nouveaux évêchés, qui contribue à dissocier et à désolidariser l’espace civique, en créant de nouvelles capitales qui agissent aux plans politique, idéologique, économique, fiscal voire militaire.

Figure 6. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de la cohabitation entre l’exercice des pouvoirs civils et ecclésiastiques au cours de la transition.

44On peut identifier les principales composantes d’un lieu favorables à une implantation de ces innovations :

  • le potentiel de l’aristocratie qui est représenté à la fois dans le politique et dans le religieux ;

  • le potentiel économique (voir l’exemple des ports comme Maguelone, Agde, Collioure, etc.) ;

  • la situation du lieu par rapport à l’espace civique : des lieux marginaux et difficilement contrôlables, moins soumis à l’exercice d’autres pouvoirs, pourront accueillir une installation (Arisitum, vers Le Vigan, au pied des Causses).

45Ces caractéristiques sont importantes pour évaluer la probabilité d’émergence d’un évêché en un lieu. Si les propriétés des lieux apparaissent comme les facteurs les plus décisifs, il apparaît que d’autres facteurs sont à prendre en compte :

  • au niveau de la région, la localisation par rapport à l’influence des assises des pouvoirs extérieurs ;

  • au niveau local, le potentiel d’églises, qui représente, après le potentiel de l’aristocratie, la deuxième composante de l’assise du pouvoir religieux (ex. Arisitum et son capital de 15 églises).

46Le cadre conceptuel du modèle se dessine autour des processus de substitution du pouvoir impérial par les pouvoirs germaniques, de concurrence entre les pouvoirs germaniques en France méridionale et de diffusion du pouvoir ecclésiastique.

Proposition d’un cadre conceptuel de modélisation

  • 31 Phan Denis, « Ontologies et modélisation par SMA en SHS », dans Ontologies et modélisation par SMA (...)

47Cette première lecture de la transition constitue l’interface entre le récit structuré et la formalisation d’un modèle. Elle permet de vérifier qu’il y a consensus sur l’identification des mécanismes qui la caractérisent et de passer à leurs spécifications plus formelles qui permettront ensuite de développer l’ontologie du modèle informatique31 afin de tester s’ils suffisent à rendre compte de l’observé et à pallier notre ignorance des logiques de dissociation des territoires de pouvoir. Nous proposons maintenant de spécifier les entités du modèle, leurs propriétés et les relations qu’elles entretiennent.

Les entités du modèle

48Trois grands types d’entités ont donc été identifiés : deux types d’entités spatiales et un type d’entités sociales. La définition des entités est stable au cours de la transition. Ce qui évolue, ce sont les valeurs de leurs propriétés et les relations qu’elles entretiennent entre elles. Nous présentons tour à tour chacune de ces classes d’entités. Leurs propriétés sont listées et décrites dans des tableaux récapitulant leur rôle et évolution s’il y a lieu. Nous discuterons ensuite des processus ou conditions qui sous-tendent leurs changements.

  • Les entités urbaines : cette classe est essentiellement constituée d’agglomérations qui constituent l’armature d’occupation du territoire par les populations. Elles s’organisent selon un continuum de taille : des agglomérations rurales (avec peu de fonctions) aux agglomérations à fonctions urbaines. Dans les agglomérations, on trouve les villes capitales, qui sont le siège du pouvoir civique et/ou du pouvoir ecclésiastique. Les autres agglomérations sont sous tutelle politique d’une ville capitale (cité, province, préfecture du prétoire régionale). Ces entités sont pérennes, le changement ne vient pas les transformer de manière intrinsèque.

49Le tableau 1 récapitule les propriétés des entités catégorisées selon trois types :

  • les « propriétés intrinsèques » qui décrivent l’entité à proprement parler : il s’agit ici de la composante aristocratique, une trace du statut passé ;

  • les « propriétés extrinsèques », qui sont acquises via des entités externes. Ce sont l’hébergement d’un ou plusieurs pouvoirs et le territoire d’influence associé ;

  • les « propriétés contextuelles », qui sont les propriétés qui s’évaluent par calcul relativement à l’ensemble du système : ce sont les localisations relatives et les accessibilités.

50Certaines de ces propriétés n’évoluent pas au cours de la transition. On donne, pour celles qui évoluent, les règles et facteurs associés à l’évolution selon le contexte.

Propriétés

Type

Représentation

Évolution

Rôle

Composante aristocratique

Intrinsèque

Score discret

Évolue en fonction du statut de l’agglomération : si elle accueille un ou plusieurs pouvoirs, alors l’aristocratie croît ; si ces pouvoirs disparaissent, elle décroît

Déclencheur (crise) + condition d’implantation du pouvoir

Statut passé

Intrinsèque

Niveau maximal de pouvoir atteint précédemment

Évolue en fonction des statuts passés

Condition d’implantation du pouvoir

Siège d’un pouvoir civil et niveau

Extrinsèque

0 si pas de pouvoir Sinon niveau du pouvoir 1 ou 2 (cité ou province)

Le pouvoir peut apparaître et disparaître

Siège d’un pouvoir ecclésiastique et niveau

Extrinsèque

0 si pas de pouvoir Sinon niveau du pouvoir  : 1 = évêché 2 = archevêché

Le pouvoir peut apparaître et disparaître

Territoire

Extrinsèque

Territoire contrôlé si siège d’un pouvoir civil

Les territoires évoluent au gré du semis des capitales de niveau inférieur (polygones de Thiessen)

Évaluation du potentiel

Situation

Contextuelle

Accès maritime/ carrefour terrestre…

Défini à la situation initiale et pour l’ensemble de la transition

Condition d’implantation du pouvoir

Distances_ P0, k

Contextuelle

Indices de marginalisation -/- aux pouvoirs dits « globaux » (niveau 0) et de type k (wisigoth ou franc)

Défini à la situation initiale et pour l’ensemble de la transition

Condition d’implantation du pouvoir

Distances_ Pj, k

Contextuelle

Distance aux pouvoirs de niveaux j et de type k (wisigoth ou franc)

En fonction des localisations de pouvoir

Condition d’implantation du pouvoir

Tableau 1. Propriétés de l’entité « Agglomération urbaine ».

51L’aristocratie qui est centrale dans le processus d’implantation des pouvoirs et de leurs instabilités, représentée ici par la « composante aristocratique » est ramenée à un score qui varie pour partie comme le « nombre et les niveaux » des pouvoirs en place dans le lieu, et pour partie de manière endogène. Elle constitue aussi un déclencheur potentiel de crise selon le rapport entre la « demande » (composante aristocratique) et « l’offre » de pouvoir (pouvoirs en place dans le lieu). Si ce rapport est élevé, cela signifie que la composante aristocratique est élevée par rapport au pouvoir en place et que l’agglomération sera potentiellement un siège de crise, ce qui pourra provoquer des délocalisations du pouvoir.

52Les agglomérations urbaines sont le théâtre d’une part de la concurrence des pouvoirs, mais aussi de la diffusion des pouvoirs. Elles accueillent les entités actives du modèle.

53– Les entités rurales : cette catégorie d’entités englobe deux types d’entités spatiales qui ont été identifiées pour leur rôle de marqueurs dans l’émergence de lieux de pouvoir selon une logique « bottom up ».

  • les entités agglomérées : les vici sont à considérer, au regard de leur capacité à accueillir des églises et à se constituer en « paroisse ». Une concentration spatiale de ces caractéristiques constituera, dans un certain voisinage d’une agglomération urbaine, une des conditions nécessaires à l’apparition d’évêchés.

  • les entités dispersées : les grands domaines ou villae sont des entités rurales isolées – lieux de résidence de la société aristocratique et du pouvoir (laïc ou religieux). Lorsqu’ils sont habités, ces lieux deviennent attractifs et potentiellement dynamiques. Ils peuvent alors accueillir des églises.

54Comme pour les entités urbaines, le tableau 2 synthétise les propriétés de ces entités. On a identifié deux propriétés intrinsèques : la composante aristocratique, qui marque la dynamique sociale du lieu (qui contribuera par exemple à l’édification de fortifications), et le site. L’entité peut accueillir ou non une église : c’est une propriété extrinsèque, puisque c’est le résultat d’un processus qui agit en tâche de fond (cf. supra). Enfin les entités sont décrites par une propriété contextuelle, à savoir leur situation relative par rapport aux différents lieux d’exercice du pouvoir.

55Les entités de cette catégorie sont passives. Elles accueillent les églises sur lesquelles se fondent des dynamiques « bottom-up ».

56– Les pouvoirs locaux : cette catégorie est formalisée comme des entités sociales. Elles sont localisées dans les entités spatiales et ont une certaine durée de vie. Elles symbolisent l’exercice du pouvoir et sont donc d’un certain type (wisigoth, franc ou ecclésiastique) et d’un certain niveau hiérarchique, et dépendent d’un certain pouvoir de niveau hiérarchique supérieur (« pouv_sup ») (figure 7). Il est ainsi possible de recomposer le graphe de relations hiérarchiques associé à un type de pouvoir quelle qu’en soit la forme, à plusieurs niveaux pour les pouvoirs germaniques, à seulement deux niveaux pour les pouvoirs ecclésiastiques. Si l’on fait par ailleurs l’hypothèse que les territoires sont rattachés au plus proche pouvoir local, ces graphes permettent alors de recomposer les emboîtements de territoires.

Propriétés

Type

Valeurs

Dynamique

Rôle

Composante aristocratique

Intrinsèque

Score discret (niveaux beaucoup plus faibles que ceux des agglomérations urbaines)

Évolue en fonction du statut de l’attribut « église » mais aussi des proximités au pouvoir.

Site

Intrinsèque

Hauteur/plaine – défini à la situation initiale, n’évolue pas

Défini à la situation initiale, n’évolue pas

Condition d’implantation de symboles de pouvoir

Église

Extrinsèque

Présence/absence

Apparition (probabilité conditionnée par ce qui se passe au voisinage) – pas de disparition

Distance Pj, k

Contextuelle

Distance aux pouvoirs des niveaux j et de type k

En fonction des localisations de pouvoir

Condition d’évolution de la composante aristocratique

Tableau 2. Propriétés des entités rurales.

  • 32 Schneider L., Recherches d’archéologie médiévale…, op. cit.

57La figure 7 résume l’esquisse qui est ici faite des entités et relations qu’entretiennent les entités entre elles. On y retrouve les trois classes d’entités décrites ci-dessus avec leurs propriétés. Sur ce schéma, l’espace a été rajouté sous forme d’une classe qui représenterait un territoire d’influence, par son rôle intégrateur dans la relation qui va des entités rurales au pouvoir et réciproquement. On a vu que les agglomérations capitales contrôlent des portions de territoires. À la situation initiale, les portions de territoire sont sous le contrôle de la capitale la plus proche. Ces contrôles vont évoluer au cours du temps et seront recalculés au fur et à mesure des redistributions des pouvoirs sur les entités urbaines. L’ensemble a été conçu sur la base d’un territoire illustrant une province, composée de quatre cités (Narbonne, Béziers, Lodève, Nîmes) et d’une quarantaine d’agglomérations32. Sur le territoire se répartissent environ 250 entités rurales (villae et vici). La situation initiale sera calée sur la situation observée, et les pouvoirs locaux se répartissant dans les quatre capitales de cité.

Figure 7. Schéma des entités, propriétés et relations.

Dynamique

58La dynamique devra s’articuler autour de la question de l’apparition ou disparition d’un pouvoir en un lieu. Elle peut se définir relativement à plusieurs mécanismes que l’on présente maintenant selon deux catégories selon qu’ils sont exogènes ou non. Elle donnera lieu à des calculs de nouveaux attributs, qui devront être intégrés dans le schéma de la figure 7.

59La dynamique des pouvoirs politiques : la pression des pouvoirs germaniques conquérants est un « déclencheur » de la dynamique de réorganisation. C’est un processus exogène qui a sa propre dynamique. Chaque lieu est soumis à cette pression exogène (figure 8).

60Cette « pression » s’exerce sur l’ensemble des lieux, mais seuls certains lieux sont « éligibles » parce qu’ils répondent à des conditions nécessaires et suffisantes à la localisation d’un pouvoir, à savoir :

  • siège d’un pouvoir (au démarrage : géographie du pouvoir héritée de l’Antiquité) ;

  • effet de site ou de situation favorable ;

  • éloignement suffisant d’un autre lieu de pouvoir concurrent de niveau supérieur ;

  • niveau suffisant de composante aristocratique. L’ensemble de ces conditions combinées définit un score d’« éligibilité » pour l’émission par le pouvoir central d’une entité « pouvoir local » vers ce lieu.

61Par ailleurs les lieux opposent à cette pression une « résistance » plus ou moins forte, sinon aucune résistance. Cette « résistance » est fonction de la cohérence du pouvoir en ce lieu, à savoir :

  • existence d’un pouvoir concurrent en place (germanique) et intensité de la pression du pouvoir dont il dépend (figure 8) ;

  • intensité du pouvoir en place (nombre de pouvoirs et niveau de ces pouvoirs) ;

  • niveau de l’aristocratie et fonctionnement harmonieux du pouvoir (rapport entre le niveau quantitatif de l’aristocratie et le potentiel d’exercice du pouvoir).

62C’est la confrontation « pression-résistance » sur les lieux « éligibles » qui va déterminer la probabilité qu’en un lieu s’installe un pouvoir. Cette installation pourra se faire soit directement si aucune entité « pouvoir local » n’est déjà installée, soit par substitution d’un « pouvoir local » déjà installé.

63– La dynamique du pouvoir ecclésiastique : contrairement au pouvoir civique dont la dynamique est déclenchée par un processus exogène de niveau macro-échelle, la dynamique du pouvoir ecclésiastique s’appuie sur un processus de niveau micro-échelle, c’est-à-dire sur l’évolution du « terreau » des églises et de l’aristocratie des domaines et des agglomérations rurales. C’est par elle qu’on observe un certain nombre d’innovations spatiales.

Figure 8. Concurrence des pouvoirs germaniques exercée sur le territoire.

64Au départ, les conditions « d’apparition » d’une entité « pouvoir local » de type ecclésiastique dans un lieu dépendent simplement du contexte :

  • siège d’un pouvoir civique,

  • niveau suffisant de composante aristocratique. Ensuite le mécanisme d’apparition peut s’abstraire de la première condition (existence d’une entité « pouvoir local » civique) et bénéficier d’une assise liée au potentiel d’églises dans le voisinage et/ou à la dynamique de l’aristocratie locale. Ces nouvelles conditions définissent un score d’« éligibilité » qui sera aussi à confronter avec les pressions des pouvoirs civils sur le lieu. Selon le résultat de cette confrontation « pression pouvoir civil »/« éligibilité pouvoir ecclésiastique », une entité « pouvoir local » de type ecclésiastique peut apparaître en ce lieu.

65Le cadre conceptuel que nous proposons est donc essentiellement fondé sur ces deux processus, la manière dont ils vont interagir et les types de configurations spatiales que va faire émerger cette interaction.

66À l’aune de ces spécifications, on voit se dessiner les différentes questions qui pourraient être posées à cette représentation du phénomène, en particulier dans les poids respectifs des conditions « d’éligibilité » des lieux à accueillir un pouvoir : quel est le poids des configurations spatiales initiales ? Quels sont ceux des effets de site et de situation ? S’agit-il d’un simple remaillage de l’espace à une granularité plus fine initié par l’apparition d’une logique « bottom up », ou bien est-ce le produit de l’interaction de cette logique avec celle de la concurrence de pouvoirs hiérarchiques ?

DISCUSSION ET PERSPECTIVES

67Le travail que nous venons de proposer correspond finalement à la première étape d’expérimentation, celle de la pensée, et à sa validation par les experts. Cette expérience de la pensée est en soi d’une grande richesse : elle nécessite l’explicitation, en particulier par la décomposition de la connaissance empirique des processus imbriqués. L’explicitation formelle s’appuie sur les pleins, et le passage à un niveau générique révèle les vides. La validation vient de « l’autorisation » par les experts du passage à ce niveau.

  • 33 Hartshorn Max, Kaznatcheev Artem, Schultz Thomas, « The evolutionary dominance of ethnographic coop (...)

68L’étape de définition du cadre conceptuel du modèle a permis de spécifier le point de vue adopté pour représenter la transition, celui du fonctionnement des pouvoirs et d’identifier les entités génériques tout en intégrant la spécificité historique. Si nous n’avons pas défini complètement une syntaxe opératoire, nous en avons posé les jalons dans la perspective du développement d’un système multi-agent. La définition de l’ontologie du modèle permettra de résoudre les différentes ambiguïtés et de spécifier l’ensemble des fonctions et opérations associées aux différents mécanismes. On aurait pu, étant donné le point de vue adopté, formaliser la question dans un cadre issu de la théorie des jeux, et travailler explicitement sur la question de compétition ou coopération entre pouvoirs, et entre pouvoirs et aristocratie33. Cette question n’est pas fermée et on peut s’en inspirer pour la formalisation des interactions entre pouvoirs et, entre pouvoirs et aristocratie au niveau local, ou celui des capitales à l’échelle micro-régionale. L’idée serait de déléguer, au sein d’un système multi-agent, ces mécanismes au niveau local, ce qui permettrait d’intégrer la dimension spatiale dans des mécanismes de concurrence et substitution (pouvoirs germaniques) ou de coexistence et de composition (pouvoir germanique-pouvoir ecclésiastique) au niveau local. L’étape suivante consistera donc à concevoir la forme opérationnelle du modèle pour explorer les rôles des différents facteurs identifiés sur les configurations spatiales.

  • 34 Livet Pierre, Sanders Lena, « Le « test ontologique » : un outil de médiation pour la modélisation (...)

69Le lien entre le domaine empirique et celui du modèle est posé34. Cette étape a permis d’ouvrir des questions thématiques : en premier lieu, celle de la substance territoriale des circonscriptions spatiales, cités, évêchés, comtés, duchés… En second lieu, celle de l’initiative aristocratique, de son inscription territoriale, de ses fondements économiques, de sa localisation opérationnelle pour agir sur les mécanismes de décision, tant sur le plan politique que sur le plan religieux. Par ailleurs, du point de vue méthodologique, parmi les questions auxquelles renvoie cette étape, celle qui nous paraît très prégnante et contraignante pour cet exercice, est celle de l’ancrage spatio-temporel de l’histoire. Alors que le but est d’étudier et de rendre compte des temporalités et des organisations et rythmes dans l’espace, comment passer du temps du récit au temps du modèle (linéaire, continu) ? Comment intégrer l’ensemble des spécificités des dépendances historiques (« path dependence ») des entités spatiales considérées au sein de règles génériques ? Si l’expérience est unique du point de vue thématique, elle ne l’est pas du point de vue méthodologique, et les questions qu’elle soulève doivent pouvoir être traitées de manière transversale en intégrant les différentes expériences conduites dans le projet TransMonDyn, ce qui est proposé dans la deuxième partie de l’ouvrage.

Notes

1 La cité, civitas, est l’entité territoriale qui constitue le premier niveau d’organisation politique de l’empire romain : une communauté civique, ses institutions (assemblée, sénat local, magistrats), un territoire civique.

2 Cette position tient simplement à la spécialité du thématicien corédacteur de ce texte, antiquisant. Il était naturel de partir d’un état qu’il connaissait relativement bien plutôt que de définir l’état d’aboutissement dans une période très complexe et fort éloignée de son expérience et de ses compétences.

3 Raynaud Claude, « Les campagnes rhodaniennes : quelle crise », dans Le IIIe siècle en Gaule Narbonnaise. Données régionales sur la crise de l’Empire, Aix-en-Provence 1995, éd. par Fiches J.-L., Sophia Antipolis, APDCA, 1996, p. 189-212.

4 Raynaud Claude, « Les campagnes languedociennes aux ive et ve siècles », dans Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, éd. par Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl. et alii, Antibes, APDCA, 2001, p. 247-274 ; Raynaud Claude, « De la conquête romaine au Moyen Âge », dans Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Lattes, éd. par Fiches J.-L., ADAL, coll. « Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 13 et 14 », 2002, p. 39-53.

5 La Tétrarchie a inauguré la partition du pouvoir militaire. Un siècle plus tard, en 395, à la mort de Théodose I, l’empire est partagé en deux vastes ensembles territoriaux : l’empire d’Occident, polarisé par Rome (ou Ravenne), et l’empire d’Orient, polarisé par Constantinople.

6 On qualifie de « civique » ce qui a trait à la cité, qui constitue l’entité spatiale de base des provinces et de l’empire romain : un peuple (une tribu électorale), un territoire, une capitale, des institutions (assemblée, sénat local ou curie, magistrats, prêtres), des compétences fiscales.

7 Septimanie apparaît dans une lettre de Sidoine Apollinaire datée de 472. Le mot, en écho à Novempopulanie (la province des neuf peuples), pourrait désigner la province aux sept évêchés (Elne, Narbonne, Béziers, Agde, Lodève, Maguelone et Nîmes).

8 Traditionnellement revendiquée par les antiquisants romanistes et par les médiévistes, l’Antiquité tardive occupe désormais une place spécifique, avec une identité affirmée par une historiographie et une archéologie spécialisées. On peut lui accorder, pour la Gaule, le Bas Empire du IVe siècle, les royaumes germaniques à partir du Ve siècle et la dynastie franque mérovingienne (457-751).

9 Les colonies romaines sont des colonies de fondation, généralement installées dans des agglomérations indigènes et peuplées de colons romains, civils ou militaires : dans le cas de Narbonne et Béziers, ce sont des vétérans de légions de César, la Xe et la VIIe, donc des soldats ayant terminé honorablement leur service actif. Les colonies latines sont des cités indigènes, pérégrines, donc gauloises, ayant reçu le droit Latin, ce qui octroie aux habitants indigènes les droits civils des Romains et, à leur élite aristocratique, la possibilité de devenir Romains après avoir exercé une magistrature dans la cité. Ce sont des colonies honorifiques.

10 Schneider Laurent, « Aux marges méditerranéennes de la Gaule mérovingienne. Les cadres politiques et ecclésiastiques de l’ancienne Narbonnaise 1re entre Antiquité et Moyen Âge (Ve-IXe siècles) », dans L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (ve-xiiie siècles), éd. par Mazel Fl., Rennes, PUR, 2008a, p. 69-95.

11 Forma censualis, selon Ulpien, datée de 211-217 : Dig., 50, 15, 4.

12 Tarpin Michel, « Organisation politique et administrative des cités d’Europe occidentale sous l’empire », Rome et l’Occident, PALLAS, 80, 2009, p. 127-145.

13 Schneider L., Recherches d’archéologie médiévale…, op. cit.

14 Schneider Laurent, Recherches d’archéologie médiévale en France méditerranéenne : formes et réseaux de l’habitat, lieux de pouvoir, territoires et castra du haut Moyen Âge languedocien (vie-xiie siècle), mémoire d’HDR, Université François-Rabelais, Tours, 8 février 2013.

15 Zadora Rio Élisabeth, « Early medieval villages and estate centres in France (c. 300-1100) », dans The archaeology of early medieval villages in Europe, éd. par Quiros J. A. Castillo, Documentos, 2009, p. 77-98.

16 Schneider Laurent, « Structures du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du Sud-Est de la France de l’Antiquité au Moyen Âge (ive-viiisiècles). Essai de synthèse », Gallia, 64, 2007, p. 11-56, p. 34-38.

17 Ibid., p. 37.

18 Buffat Loïc, L’économie domaniale en Gaule Narbonnaise, Lattes, UMR 5140, coll. « MAM », 29, 2011.

19 Pellecuer Christophe, Pomarèdes Hervé, « Crise, survie ou adaptation de la villa romaine en Narbonnaise Première ? Contribution des récentes recherches de terrain en Languedoc-Roussillon », dans Les Campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, éd. par Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl. et alii, Antibes, APDCA, 2001, p. 503-532 (ive colloque de l’association AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998).

20 Le « concile » est une assemblée d’évêques dont les décisions sont formalisées sous la forme de « canons », ou lois. On distingue les conciles généraux et les conciles régionaux, dont certains ont été tenus en Septimanie : Béziers, 356 ; Nîmes, 396 ; Agde, 506.

21 Delaplace Christine., « Les origines des églises rurales (ve-vie siècles). À propos d’une formule de Grégoire de Tours », Histoire et Sociétés rurales, 18(2), 2002, p. 11-40 ; Mériaux Charles, « De la cité antique au diocèse médiéval. Quelques observations sur la géographie ecclésiastique du nord de la Gaule mérovingienne », Revue du Nord, 3, 2003, p. 595-609.

22 Delaplace Ch., « Les origines des églises… », op. cit., p. 23.

23 Zadora Rio E., Des paroisses de Touraine… op. cit. ; Schneider L., « Structures du peuplement… », op. cit. (à propos des castra).

24 Schneider L., « Les églises rurales de la Gaule (ve-viiie siècles). Les monuments, le lieu et l’habitat : des questions de topographie et d’espace », dans L’empreinte chrétienne en Gaule du IVe au IXe siècle, éd. par Gaillard M., Brépols, Turnhout, 2014, p. 419-468.

25 Raynaud Claude, « De l’archéologie à la géographie historique : le système de peuplement de l’âge du Fer au Moyen Âge », dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, éd. par Bats M., Dedet B., Garmy P. et alii, RAN, suppl. 35, Montpellier, 2003, p. 323-354. Schneider L., « Aux marges méditerranéennes… », op. cit. p. 69-95.

26 Lodève retourne à la Septimanie dès la seconde moitié du VIe siècle.

27 Schneider L., « Aux marges méditerranéennes… », op. cit., fig. 1 ; Schneider Laurent, « Castra, vicariae et circonscriptions intermédiaires du haut Moyen Âge méridional (ixe-xe siècle) : Le cas de la Septimanie-Gothie », dans Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, éd. par Boisseuil D., Chastang P., Feller L., Morsel J., Paris, Publication de La Sorbonne, 2010, p. 237-266 (p. 239-240).

28 La « primatie » est la dignité d’un « primat », évêque qui exerce une suprématie, de nature variable, sur tous les évêques et archevêques d’une région. « Primatiale » qualifie l’autorité et l’église cathédrale du primat.

29 Schneider Laurent, « Cité, castrum et « pays » : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (ve-xie siècles) », dans Le château et la ville. Espace et réseaux, éd. par Cressier P., Casa de Velazquez, Madrid, 2008b, p. 29-69, p. 39-40.

30 Schneider Laurent, Clément Nicolas, « Le castellum de La Malène en Gévaudan. Un “rocher monument” du premier Moyen Âge (vie-viie siècles) », Carte Archéologique de la Gaule, La Lozère (48), Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Comptoir des presses d’universités, 2012, p. 317-328.

31 Phan Denis, « Ontologies et modélisation par SMA en SHS », dans Ontologies et modélisation par SMA en SHS, éd. par Phan D., Paris, Hermes, Lavoisier, 2014, p. 53-94. Tannier Cécile, Zadora-Rio Elisabeth, Leturcq Samuel, Rodier Xavier, Lorans Elisabeth, « Une ontologie pour décrire les transformations du système de peuplement européen entre 800 et 1100 », dans Ontologies et modélisation par SMA en SHS, éd. par Phan D., Paris, Hermes, Lavoisier, 2014, p. 289-310.

32 Schneider L., Recherches d’archéologie médiévale…, op. cit.

33 Hartshorn Max, Kaznatcheev Artem, Schultz Thomas, « The evolutionary dominance of ethnographic cooperation », Journal of Artificial Societies and Social Simulation, 16(3), 2013, p. 7. McCalley James, Zhang Zhong, Vishwanathan Vijay, Honavar Vasant, « Multiagent negotiation models for power system applications », dans Autonomous Systems an Intelligent Agents in Power System Control and Operation, éd. par Rehtanz Ch., Springer, 2003.

34 Livet Pierre, Sanders Lena, « Le « test ontologique » : un outil de médiation pour la modélisation agent », dans Ontologies et modélisation par SMA en SHS, éd. par Phan D., Paris, Hermes, Lavoisier, 2014, p. 95-110.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le cadre des cités en Gaule Narbonnaise et son évolution au vie siècle, avec la création des évêchés (Source : Schneider 2008a).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Figure 2. Frise spatio-temporelle de la transition : évolution des imbrications des pouvoirs politiques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 3. Dynamique des lieux de pouvoir dans l’ancien territoire de la cité antique de Nîmes au VIe siècle : le réseau des agglomérations (dont les castra) et des villae, et les chefs-lieux épiscopaux. [Source : Schneider 2013.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 4. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de l’exercice du pouvoir antique sous l’empire romain dans le régime 1 (R1).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 5. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de la cohabitation entre l’exercice du pouvoir impérial et de celui des royaumes germaniques durant la période d’amorçage de la transition (R1+).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 6. Structure hiérarchique (a) et spatiale (b) de la cohabitation entre l’exercice des pouvoirs civils et ecclésiastiques au cours de la transition.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 7. Schéma des entités, propriétés et relations.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 8. Concurrence des pouvoirs germaniques exercée sur le territoire.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10611/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteurs

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site