Version classiqueVersion mobile

Le projet fait les acteurs

 | 
Denis Martouzet

Partie 3. Pilotage, bricolage et outillage

Chapitre 13. Une ingénierie pour des projets complexes. Pour un cahier des charges agile

Sébastien Larribe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les racines historiques et étymologiques de l’ingénierie de projet plongent loin dans l’histoire, si on entend par là la volonté de rationaliser et d’optimiser une activité dans le but de l’efficience organisationnelle, de la maximisation des bénéfices ou des délais de réalisation de produits, ou encore dans le but de minimisation des risques et de maîtrise des impondérables.

Cette approche d’essence cartésienne et analytique du projet n’est pas obsolète en soi, elle ne se prête simplement pas à toutes les situations. Cela est moins dû au formalisme mathématique et aux outils de la recherche opérationnelle mobilisés qu’au fondement ontologique de cette approche, qui pose la possibilité de réduire la part de complexité inhérente à cette activité. Or, que cela relève d’une ingénierie renouvelée ou non, il est une approche plus récente du projet qui repose sur quelques autres postulats.

Dans la perspective des méthodes dites agiles apparues à la fin des années 1990, l’ambition est moins ...

Auteur

Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, chercheur associé à l’UMR CITERES, Université de Tours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search