Version classiqueVersion mobile

Le projet fait les acteurs

 | 
Denis Martouzet

Partie 1. Projet : complexité et structure

Chapitre 2. Quelques éléments pour une sociologie du projet. De la difficulté des assises subjectivistes

Simon Laflamme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rares sont les réalisations humaines qui ne sont que l’effet d’un projet, dont on peut expliquer l’avènement par le seul fait qu’elles ont été imaginées dans un esprit à un moment défini. La pure corrélation projet-réalisation s’avère, en effet, trop restrictive pour rendre compte d’une multitude d’actions humaines et de conséquences de ces actions. Omettons tous les gestes qu’un individu pose dans une journée de façon inconsciente ou irréfléchie ; omettons même toutes les actions qui sont l’effet de l’habitude, qu’il s’agisse de la science de l’artisan ou des us qui se manifestent en dehors de l’exercice d’un métier. On reconnaîtra aisément que la notion de projet est ici inopérante, mais il faudra en même temps convenir que cet immense univers de l’agir humain est écarté par les théories qui centrent l’analyse de l’humain sur le projet1. Situons-nous dans le champ de l’individualité et songeons à ce qui est fait et qui peut être rattaché à un souhait, ou à une volonté, ou à une pl...

Auteur

Professeur, directeur du programme de doctorat interdisciplinaire en sciences humaines, Université Laurentienne (Sudbury, Ontario).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search