Version classiqueVersion mobile

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Conclusion générale

Texte intégral

1Entrée en librairie vers 1507, Charlotte Guillard poursuit son activité pendant près d’un demi-siècle. Trente années de mariage, avec Berthold Rembolt, puis avec Claude Chevallon, lui permettent de découvrir le monde de la typographie. Chacun de ses maris oriente la politique éditoriale du Soleil d’Or : Rembolt en fait d’abord une référence en matière d’édition juridique, puis Chevallon accapare le marché patristique. En 1537, le veuvage de Charlotte Guillard la fait passer de l’ombre à la lumière. Elle fait son entrée dans la vie publique, endossant sous son nom la production de l’atelier. Le Soleil d’Or impose cependant à la patronne sa propre identité. Si elle tente parfois de diversifier sa production, s’essayant par exemple à quelques publications francophones (la Vie de Monseigneur Sainct Hierosme ou Les Apophthegmes d’Érasme), ces tentatives, même heureuses (Les Apophthegmes connaissent un réel succès), n’entraînent pas une véritable redéfinition de la politique éditoriale. La patronne perpétue, en ce domaine, les choix de ses époux.

  • 1 J.-J. Pauvert, La Traversée du livre, Paris, Viviane Hamy, 2004.
  • 2 H.-J. Martin, La Naissance du livre moderne…, op. cit.

2On peut décrire la vie de Charlotte Guillard comme une Traversée du livre – pour reprendre le beau titre des mémoires de Jean-Jacques Pauvert1. Notre libraire fleurit en une époque décisive pour l’évolution de la culture écrite occidentale. Les ouvrages qu’elle publie en 1556 n’ont plus rien de commun avec ceux qu’imprimait son premier mari, cinquante ans plus tôt : en l’espace d’un demi-siècle, le livre imprimé s’est affranchi des modèles manuscrits pour adopter une forme résolument moderne2. Formats, mises en page, choix des textes, traitements philologiques ont considérablement évolué. Tour à tour, Berthold Rembolt, Claude Chevallon et Charlotte Guillard prennent part à l’effort collectif d’innovation et de modernisation du livre.

3À sa mort, Charlotte laisse derrière elle un atelier puissant, spécialisé notamment dans la publication des œuvres des Pères de l’Église. Nous avons montré quelle postérité aura son entreprise, poursuivie par Guillaume Desboys et Sébastien Nivelle : elle aboutit à la création, en 1582, de la compagnie dite de « la Grand-Navire », appelée à un brillant succès. Charlotte Guillard aura ainsi posé les bases de ce qui sera l’une des structures les plus puissantes de l’édition européenne au début du xviie siècle.

  • 3 L. Febvre, « De 1892 à 1933. Examen de conscience d’une histoire et d’un historien », Revue de syn (...)

4« Toute histoire est un choix », affirmait Febvre3. Une part d’arbitraire préside nécessairement à la recherche. En orientant notre enquête vers le travail d’atelier, nous avons délaissé des problèmes qui auraient mérité l’examen. Sans doute aurions-nous pu prêter une attention plus grande aux rapports de genres dans l’imprimerie parisienne. Sans doute avons-nous tenu les textes trop à distance en n’abordant pas frontalement la question de leur contenu. Sans doute aurions-nous dû attacher plus de soins à étudier la circulation et la réception de cette production : clients et lecteurs sont presque absents de notre enquête. Nous ne prétendons pas, loin s’en faut, avoir épuisé notre sujet. Nous espérons cependant avoir apporté des éléments de réponse aux problèmes qui nous préoccupaient.

LE PATRON ET L’ATELIER : SUBSTITUER LE COLLECTIF À L’INDIVIDUEL

5La figure de Charlotte Guillard mérite à coup sûr l’attention que nous lui avons portée. L’itinéraire de cette jeune Mancelle devenue bourgeoise de Paris illustre le formidable processus d’ascension sociale dont bénéficient quelques familles de marchands au xvie siècle. Dépourvue de descendants directs, Charlotte réunit autour d’elle neveux et nièces qu’elle introduit en librairie. Ceux-ci prennent part aux décisions éditoriales, influencent les choix de mise en page, assurent la correspondance avec les confrères étrangers, de sorte que la gestion du Soleil d’Or apparaît comme une véritable affaire de famille.

6Pouvons-nous pour autant confirmer l’image véhiculée par une historiographie qui, depuis Chevillier, dépeint habituellement Charlotte Guillard en femme forte, battante, habile gestionnaire et intrépide entrepreneur ? Nous nous y refusons. Les sources conservées nous renseignent sur l’activité de la veuve Chevallon plus que sur ses pensées et son état d’esprit. Mieux vaut donc se garder d’entrer plus avant dans le domaine hasardeux de l’interprétation psychologique. Sans doute le portrait à la fois romanesque et romantique que brossent d’elle les historiens est-il partiellement fidèle, pour autant Charlotte Guillard n’a pas été la seule femme énergique de son siècle et considérer son destin comme exceptionnel ne nous aide guère à comprendre son activité éditoriale. Nous nous sommes donc attaché à décentrer notre regard afin d’ouvrir la perspective. Il s’agissait d’étudier la figure de la patronne non plus pour elle-même, mais en situation.

7Héritière d’une tradition bibliophilique qui s’attache aux noms les plus illustres, l’historiographie dépeint souvent le maître-imprimeur en figure omnipotente et omnisciente. Pourtant, fût-il aussi bon philologue que Josse Bade ou Henri Estienne, le maître-imprimeur n’assume jamais seul les responsabilités dans l’activité de son entreprise. Le programme éditorial du Soleil d’Or, conçu et exécuté comme un ensemble cohérent, est donc avant tout une œuvre collective. Avant de rouler sous la presse, les textes passent par plusieurs relais internes et externes à l’atelier. À l’intérieur, des protes dotés d’une solide formation universitaire et doués d’excellentes compétences philologiques orientent la politique éditoriale et assurent la coordination des différentes tâches nécessaires aux publications. Le cas Louis Miré est à cet égard exemplaire : « escollier » engagé comme correcteur à la fin des années 1530, il monte progressivement en grade pour devenir, au milieu des années 1540, le véritable gérant de l’atelier typographique. Comme lui, les protes entretiennent des relations avec des collaborateurs qui, à l’extérieur de l’atelier, s’activent à découvrir des textes inédits. Ces « passeurs de textes » fournissent au Soleil d’Or la matière première de son activité. On devine que certains personnages, tel Jean de Gagny, ont pu influencer fortement la prise de décision, patronnant une part des activités de l’entreprise via différents réseaux. On peine pourtant à attribuer à chaque collaborateur une fonction précise dans la chaîne de production car la plupart d’entre eux semblent jouer plusieurs rôles à la fois.

8Le programme du Soleil d’Or apparaît ainsi comme le produit d’une intelligence collective, définie non par l’intention d’un concepteur unique, mais par l’incessant dialogue des savants avec les typographes. Ce constat nous amène à tirer une première conclusion d’ordre méthodologique : c’est au pluriel et non au singulier qu’il convient de penser l’imprimerie.

HUMANISTE OU « SORBONNAGRE » : DÉPASSER LA DICHOTOMIE

9C’est finalement moins la personnalité de Charlotte Guillard qui a retenu notre attention que les motivations intellectuelles et idéologiques de son entourage. L’étude des cercles d’érudition qui gravitent autour du Soleil d’Or révèle à ce titre quelques surprises. On y rencontre à la fois Jean de Gagny et Jacques de Vintimille, Louis Lasseré et Clément Marot, Godefroy Tilmann et Théodore de Bèze, Antoine de Mouchy et Aymar de Ranconnet Si Sébastien Nivelle, futur ligueur zélé, apparaît comme le véritable successeur de sa tante, nous avons montré que cette dernière accueille également chez elle son neveu Pierre Haultin, futur champion de l’édition réformée. Au Soleil d’Or se croisent ainsi plusieurs réseaux de collaborateurs qui, en dépit de motivations intellectuelles et idéologiques divergentes, parviennent à faire œuvre commune.

10Loin d’attester l’opposition farouche entre catholiques et protestants, notre étude confirme que dans les années 1540, les deux partis se côtoient encore en assez bonne intelligence. Il n’y a pas lieu d’en être surpris. La société parisienne de cette décennie n’est pas celle de la Saint-Barthélémy, encore moins celle de la Ligue. Chaque chose en son temps : notre libraire appartient encore au « beau seizième siècle » enthousiaste et optimiste. Même si, de son vivant, les premiers bûchers commencent à brûler, Charlotte a la chance d’échapper au grand mal de son siècle : morte en 1557, elle ne connaîtra pas la folie meurtrière qui frappera la France cinq ans plus tard.

11On peut comprendre que les bourgeois, qui ne font pas de la controverse un métier, parviennent à ignorer leurs désaccords pour vivre en bons voisins, voire en amis, sans trop se préoccuper des questions confessionnelles. On peut en revanche être surpris de voir les théologiens qui collaborent avec le Soleil d’Or côtoyer des personnages aussi « mal-sentants » que Clément Marot ou Théodore de Bèze. Pour comprendre ce phénomène, nous envisageons l’existence d’un groupe de théologiens « fondamentalistes », catholiques convaincus, attachés aux institutions ecclésiastiques, mais désireux de revenir aux sources de la tradition et qui acceptent de bonne grâce les innovations de la philologie humaniste. Les collaborateurs du Soleil d’Or, catholiques ou protestants, parviennent ainsi à trouver un terrain d’entente dans l’édition des sources anciennes, l’intérêt commun philologique permettant encore d’ignorer les querelles dogmatiques.

12Il convient donc de dépasser la dichotomie stérile qui oppose traditionnellement des humanistes aux sympathies nécessairement évangélistes d’une part à des théologiens catholiques nécessairement réactionnaires d’autres part. Cette opposition binaire est inopérante pour qui cherche à comprendre le monde de l’édition dans les années 1530-1550.

RECONSIDÉRER L’APPORT DE L’ATELIER

13L’analyse des réseaux de sociabilité donne ainsi une vision en profondeur, complexe mais cohérente, de l’activité intellectuelle. Elle nous amène, en dernier lieu, à dresser le bilan de cette aventure collective.

  • 4 E. Armstrong, Robert Estienne, Royal Printer, op. cit., p. 46.
  • 5 D’après l’estimation de N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon » dans R. Char (...)
  • 6 M. Steinmann, Johannes Oporinus : ein Basler Buchdrucker um die Mitte des 16. Jahrhunderts, Bâle, (...)
  • 7 L. Voet, The Golden Compasses, t. I, Amsterdam, Vangendt & Co., 1969, p. 32 ; J.-F. Gilmont, Jean (...)

14Il faut d’abord réévaluer l’importance du Soleil d’Or dans l’économie du livre parisien. Le nombre et le volume des publications comme le chiffre des tirages ne laissent aucun doute sur le caractère massif de sa production. La correspondance des Amerbach, les archives commerciales de Christophe Plantin, les inventaires de bibliothèques attestent l’existence d’un réseau structuré de distribution à l’échelle européenne. Les six presses dont Charlotte Guillard dispose permettent de la situer au niveau de quelques-uns des libraires les plus réputés de son temps, comme Robert Estienne4, Sébastien Gryphe5 ou Johann Oporin6. Des imprimeurs aussi célèbres que Christophe Plantin à Anvers en 1561, Jean Crespin ou Henri Estienne à Genève en 1563 ne posséderont que quatre presses7. Doté d’une capacité d’investissement considérable et d’une forte chaîne de production, l’atelier parvient à accaparer des créneaux éditoriaux spécifiques. Resté longtemps dans l’ombre, il compte sans doute parmi les cinq ou six imprimeries les plus puissantes de Paris.

15Il faut également rendre justice à une production trop souvent ignorée des historiens. Le catalogue du Soleil d’Or montre la très forte cohérence d’un programme éditorial centré sur deux thèmes majeurs, le droit savant et la théologie patristique, et sur un thème périphérique, la médecine. Il s’adresse ainsi aux membres les plus savants de la République des Lettres, passés par les trois facultés « supérieures » de l’Université. Globalement hermétique aux textes médiévaux et contemporains, l’atelier se consacre à l’édition des sources anciennes. Loin de constituer une production figée, livres de droit savant, traités médicaux et œuvres des Pères font l’objet d’une attention constante, que justifie notamment la vive concurrence que livre au Soleil d’Or une poignée d’officines étrangères, en particulier l’atelier bâlois des Froben.

16Cette concurrence économique entretient l’émulation intellectuelle. De part et d’autre du Rhin, les ateliers engagent ainsi une véritable course à l’érudition. Les efforts déployés pour découvrir des inédits, collationner les manuscrits, traduire, indexer et annoter les textes montrent que le Soleil d’Or s’inscrit pleinement dans le grand mouvement européen de redécouverte des textes antiques et participe au développement des méthodes de la philologie moderne. À ce titre, son activité peut être qualifiée d’humaniste. In fine, on peut porter au crédit de Charlotte Guillard et de ses collaborateurs la mise au jour de plusieurs dizaines de textes antiques inédits et des apports considérables à la critique philologique. Du point de vue de l’histoire intellectuelle, ce n’est pas rien.

Notes

1 J.-J. Pauvert, La Traversée du livre, Paris, Viviane Hamy, 2004.

2 H.-J. Martin, La Naissance du livre moderne…, op. cit.

3 L. Febvre, « De 1892 à 1933. Examen de conscience d’une histoire et d’un historien », Revue de synthèse, t. 7, no 2, 1934, p. 93-106 (repris dans Vivre l’histoire, Paris, Robert Laffont, 2009, p. 12-20).

4 E. Armstrong, Robert Estienne, Royal Printer, op. cit., p. 46.

5 D’après l’estimation de N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon » dans R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. I, Paris, Promodis, 1982, p. 255-277, en particulier p. 265.

6 M. Steinmann, Johannes Oporinus : ein Basler Buchdrucker um die Mitte des 16. Jahrhunderts, Bâle, Helbing & Lichtenhahn, 1967, p. 38.

7 L. Voet, The Golden Compasses, t. I, Amsterdam, Vangendt & Co., 1969, p. 32 ; J.-F. Gilmont, Jean Crespin, un éditeur réformé du xvie siècle, Genève, Droz, 1981, p. 59. Devenue une véritable multinationale du livre, l’imprimerie de Plantin possédera néanmoins près de vingt presses à la fin du xvie siècle.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search