Version classiqueVersion mobile

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Partie III. Le catalogue du Soleil d’Or

Conclusion

Texte intégral

1La double spécialisation du soleil d’or, qui accapare tour à tour le marché du droit savant et celui des sources chrétiennes, aboutit à la mise en œuvre d’une politique éditoriale originale et cohérente : il s’agit pour l’atelier de réunir, en les améliorant, les principaux textes fondateurs de la civilisation. Qu’ils œuvrent dans le domaine du droit ou de la théologie, les collaborateurs de l’atelier – Tilmann, Benoît, Du Tillet, Miré… – recourent aux mêmes techniques d’édition : recherche et collation des manuscrits, traduction de textes grecs, amélioration des index, annotation du texte. Mais le Soleil d’Or a-t-il finalement remporté les succès commerciaux qu’il escomptait ?

  • 1 11 septembre 1554 ; j’utilise la transcription établie par S. Bonnigal, Trois bibliothèques d’avoc (...)
  • 2 17 juillet 1584 (et 7 août 1584), AN, MC, ET/LXXXVI/158.

2L’examen d’un certain nombre d’inventaires de bibliothèques anciennes nous permet peut-être de mesurer la réputation dont jouit l’atelier auprès du public français. Rares sont les inventaires qui mentionnent explicitement les lieux d’impression ; plus rares encore ceux qui citent le nom du libraire ayant émis une édition. Cette imprécision, frustrante pour l’historien du livre, peut néanmoins nous aider à identifier les ateliers les plus prestigieux de leur temps car dans l’anonymat général se distinguent parfois quelques noms, jugés plus dignes de mémoire que les autres, que le notaire (ou le libraire) a pris la peine de citer. Ainsi le bref inventaire des livres de l’avocat Charles de La Fosse, dressé le 11 septembre 1554, ne mentionne-t-il que deux noms de libraires : Fradin, pour le « Cours de droit civil » et le « Cours de droit canon », et Chevallon pour le « Droit canon », les « Institudes » (sic), le « Cotde » (sic) et les « Authenticques1 ». Vingt-huit des cent cinquante items répertoriés dans l’inventaire de la bibliothèque d’Oliver Valin, abbé commendataire de Saint-Jean d’Orbestier, possèdent une mention d’imprimeur2. Sont ainsi distinguées les figures de Johann Froben, Robert Estienne, Michel de Vascosan, Claude Chevallon, François Regnault, Alde Manuce, Simon de Colines, Sébastien Gryphe et Jean de Tournes. Le nom de Chevallon n’est pas attaché à la mention des « Opera Gregorii infolio Paris », ni à celle des « Opera Bernardi in-folio Paris », toutes deux restées anonymes ; il est cependant révélateur que son nom apparaisse lorsque le libraire recense le « Corpus juris civilis in-folio », le « Corpus canonicum in-folio » ou les « Instituta cum glosis in-4o ». Il en va de même dans la plupart des inventaires de bibliothèques : lorsqu’ils apparaissent, les noms de Rembolt ou de Chevallon ne sont attachés qu’à des publications juridiques. À l’inverse, pour ce qui concerne le livre patristique, si les « éditions de Frobène » ou les « premières impressions d’Allemaigne » sont très souvent précisées, les « impressions de Paris » ne sont que rarement spécifiées. On doit donc finalement conclure au relatif échec du Soleil d’Or, qui, en dépit de ses efforts incessants, n’a jamais atteint, pour le livre patristique, la réputation dont il jouit depuis le début du siècle dans le domaine juridique.

Notes

1 11 septembre 1554 ; j’utilise la transcription établie par S. Bonnigal, Trois bibliothèques d’avocats parisiens (1549-1556), mémoire de master 1 sous la direction de C. Bénévent, Tours, CESR, 2012.

2 17 juillet 1584 (et 7 août 1584), AN, MC, ET/LXXXVI/158.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search